Alain Guionnet – Journal Revision

17 juin 2010

BÊTISES DE MOMO

Voici papier adressé à Agoravox. Décision prise parce que le site vient de publier deux études dont nazebroque, antisémite et reynouardiste ne supportent pas la lecture. Le nazebroque se dit que la revue pinaille, comme toujours. Elle s’interroge sur la proportion d’enfants juifs nés à Therensienstadt et à Auschwitz. Revision ne comprendra jamais que l’essentiel, pense le nazebroque, tient dans la propagande.

Mais le juif est le plus fort en propagande, ce n’est pas sur ce terrain qu’on peut le vaincre. Son cerveau reptilien est différent de celui du goy, il est destiné à la propagande, mot employé par Hitler comme par Lénine (tous deux quarts de juifs). C’est à partir de l’histoire qu’il peut être vaincu, l’histoire étant seule arme à la disposition du goy. Éventuellement en comptant sur le soutien passif de la Veuve irrégulière, mais il est douteux. La vieille pute sait écarter les cuisses, mais c’est tout. Elle est jalouse et injuste, elle hésite à peine à exterminer le frère sans tablier. Après réflexion, Agoravox décide de ne pas publier ce papier le 18 juin, censure imputable à la Veuve.

Voici le texte pipeau destiné à accroître les visites. Il y est question de Momo, dit Morice, auteur de l’arcticle incriminé d’Agoravox, et de siflard, abréviation de sauciflard ; car le style d’écriture est argotique, autrement dit françois.

_________________________

BÊTISES DE MOMO

Momo fait laborieuse œuvre de propagandiste dans « Comment se cacher derrière un saucisson… ». On doit lui reconnaître qu’il fait peu de coquilles et que sa sa propagande est régulière, en se sens que sa mémoire est sélective et ses propos pas trop mensongers.

Momo commence par étaler sa confiture sur les polices PC, alors que tout mec préfère Mac ; au sujet de l’affaire du siflard, qu’il appelle saucisson comme Bloc identitaire. BI parlât du siflard, Momo fût désemparé, car même si le s de siflard fût un tantinet runique, il ne trouvât point son SS adoré dans siflard.

Momo se fout de la gueule d’Alain Decaux, bien, mais qu’il ne la ramène pas avec Merleau-Ponty ! Sa mémoire est sélective et réductrice, car la notion de socialisme national existait bien avant le « national-socialisme » du troisième Empire, pur germanisme. À Preuve, on ne sait pas comment accorder ce mot au pluriel : national-socialistes, nationau-socialistes, nationo-socialistes ? tandis que c’est simple avec socialiste national : des socialistes nationals !

Façon de montrer à Momo qu’il y a des gens ayant étudié histoire et philologie parmi les socialistes nationals. Il voudrait nous faire croire que quand Fasc dit Le Fascinant se prétend de confession catholique il imiterait le marrane. Selon lui, Fasc serait païen à l’intérieur, catho’ à l’extérieur. Il a peut-être raison ; mais Momo ne parle pas de Fasc dans son papier, alors que c’est le dernier tube du rapeur qui le tracasse, beaucoup plus que le siflard de Bloc identitaire et de Fabrice Robert, autrefois formé à l’école révisote, avec laquelle il prit ses distances. Car se faire braquer par un commerçant juif, prêt à tirer, pour avoir collé des papillons « Faurisson a raison, les chambres à gaz c’est du bidon ! », est dissuasif, surtout quand les flics obéissent à une administration enjuivée, emmaçonnée et corrompue.

Dans son papier, Momo dit mot de Faurisson à la fin. Il prétend que Fofo, en 1991, qualifia l’Holocauste de « gredinerie » sur radio Trois-Points. Il a sans doute raison. Tout un chacun est cependant invité à apprécier le mot, qui indique que le professeur voulait ruser. Certes Fofo joue bien au tennis, mais il s’est attaqué dans les années soixante-dix à beaucoup plus fort que lui. Il a voulu dramatiser la polémique, quand il fallait au contraire la dédramatiser. Il parlât de gredinerie en 1979, nous n’en serions sans doute pas là.

Il est maintenant question de banir ou de forbanir le juif, projet de Fasc. Le juif veut éradiquer la race blanche, dit-il, mais c’est la race blanche qui éradiquera le juif, espère-t-il. Voilà ce dont ne parle pas Momo dans sa propagande, voilà ce qui le préoccupe.

Momo est passable propagandiste, à banir doucement.

On peut voir-là histoire de cochons, mais c’est du porc kascher qu’il s’agit en premier lieu. Comme dit Ben Laden, les attentats du 11 septembre 2001 (supervisés par Yisraêl) visaient à opposer chrétiens et musulmans. Ce sur quoi surfe Momo.

En outre il brouille les pistes, en mêlant le prétendu mage sataniste Aleister Crowley à l’affaire, mais c’est Crowley, selon Roger Peyrefitte, qui serait l’inspirateur du signe de Churchill : le V de victoire. Ce qui n’est pas sûr. En revanche, le signe de main cornue de Sultan Charkeuzi (Sarkozi dit le Français) et de la nomenklatura internationale est clairement sataniste. Il représente les cornes du diable. De telle sorte que le satanisme ne se trouve pas chez le païen, ou bien marginalement. Le satanisme est au cœur de l’élite goye enjuivée. Mais Momo n’a sans doute pas besoin d’être enjuivé.

22 avril 2010

AH ! LA LICRA

Conversation chaude ce soir au tabac de la mairie d’Issy. Le guide arrive dans la queue. Son prédécesseur, plus petit que le Sultan, adipeux, au cheveu brun bouclé, déjà tonsu alors qu’il approche la cinquantaine, lui dit : — On est partout. Tu n’as pas peur ? — Ouais, j’ai mon prépuce qui tremble. — T’as vu, on t’a foutu en taule. Ah ! la LICRA ! — Oui, mais comme ça j’ai appris ce qu’est le ticoun, et le cahal.
Le gars sembla ne pas comprendre cahal, mais c’est son apologie de la LICRA qui laisse songeur. Au séminaire d’étude juive il est notoire que le juif arabe donne des leçons au juif allemand sur ce qu’il aurait dû faire pour ne pas être exterminé. Dans le style taper vite et fort. Et les nervis de la Ligue de défense juive sont souvent juifs arabes. Le verbe haut, le bougnoul juif est branleur. Comme celui de ce soir, qui ne cherchait pas la bagarre, car il fût explosé en deux temps trois mouvements. Son « ah ! la LICRA » laisse songeur, car il se pourrait qu’il commencât à s’interroger sur la politique de la LICRA. Est-elle positive ou non pour le juif ?
Même le juif arabe commencerait à se poser la question, mais une chose est sûre, il ne manque pas d’air, comme le chameau Éric Zemmour, ennemi juré de Dieudonné, qui n’a de cesse de donner la leçon au Français. En reconnaissant certains défauts au judaïsme, en montrant que le juif arabe peut être plus assimilationniste que le juif allemand, comme Julien Dray quand il critique la vulgarité avec laquelle le Sultan exhibe sa Rolex, tout en révélant des « vérités » connues de tous.
Il y a toutefois clivage entre la masse des têtes noires et les donneurs de leçon. La tête noire sait qu’un oncle paternel du Sultan fut lieutenant dans une unité de chars d’assaut d’une armée d’un pays allié au Reich pendant la guerre. La tête noire sait que tout le monde ou presque se prétend luciférien dans les soi-disant élites politiques, y compris un rabbin faisant le signe de main cornue, bien qu’il s’agisse peut-être d’un montage. Bref, la tête noire s’interroge, mais elle a tendance à confondre judaïsme et satanisme.