Alain Guionnet – Journal Revision

5 septembre 2017

ET MOI

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 20:50

Et moi, et moi, et moi. J’ai envie de poursuivre je suis tout nu dans mon bain avec une fille qui me nettoie, j’y pense et puis j’oublie, c’est la vie, c’est la vie, mais ce n’est malheureusement pas vrai. Je me représente, je m’appelle Jacques Moulin. Comme Alain Guionnet je n’ai pas peur et suis des Moulineaux, que Hergé a appelé Moulinsarts.

Tu vois, tyran d’Issy, que butte ne domine pas tout. Nous avons vocations d’artistes dans la plaine, peut-être plus que sur les hauteurs. Mais tu t’en fous, chef, dès que tu vois jupon tu veux lui tomber dessus sauf s’il est porté par sarrazine ou négresse. Je te retiens parfois avec difficulté.

J’ai essayé de t’expliquer en vain que racisme est interdit par la loi, car tu t’en fous. Tu te prétends septentrion, c’est vrai, Issy étant au nord des Moulineaux, mais tu fais trembler arbre à cacahuètes avec tes excès.

Rendez à tonton Alain Maëlys, même abîmée, s’il vous plaît. Le tyran a explosé Auschwitz, ne l’oubliez pas. C’est pour ça que je le suis tant bien que mal. Il veut sauver Maëlys, mais elle est sans doute morte. N’insistez pas avec Alain sur ce point, selon lui elle est vivante.

Impossible de contredire Alain de façon abrupte, mais n’a-t-il pas failli quelque part ? Question à laquelle il ne répond pas car il ne sait pas. Pour le chef Maëlys est vivante, tout contadicteur a tort. N’essayez pas de le raisonner, c’est impossible. Il veut sauver la future greluche.

Alain est primate. Pour lui primitif est lointain stade d’évolution. Mettez-le dans une même pièce que Luc Pfister, ils vont se crêper le chignon. Un deux fois bac + 5 contre un normalsupien, pronostics sont ouverts. Je miserai sur Alain car il est dur au mal et vu sa connaissance des sports de combat, mais Pfipfi est beaucoup plus jeune que lui. S’il l’attaque en papillon, en sautant à droite et à gauche, gras du bide ne saura plus où donner de la tête. Un de ses pins dans la gueule de la sauterelle, elle sera au tapis, mais encore faudrait-il qu’il l’atteignît.

Je suis d’accord avec le chef sur ce point, j’adore subjonctif parfait. Bretocs sont rares aux Moulinsarts mais on fait avec. On en veut cependant au pédé Santini de n’avoir pas ouvert cet été camp de nudistes sur notre île Saint-Germain.

Je suis de la plaine, c’est vrai, mais je ne haïs pas la montagne comme Michel Onfray. Montagnard Alain est mon guide, si Maëlys s’en tire, ce sera grâce à lui. Youtube croit avoir tout compris. Il laisse de plus en plus de côté Dieudonné souffrant de sénilité précoce, il abandonne Soral, qui n’a rien à dire. Mais il nous bassine avec le juif arabe Zemmour, qui en a dans le tiroir mais qui se répète. Vient maintenant Onfray, peqnaud nullissime, mais il se démerde assez bien en anti-islamisme.

Que l’action en faveur de Maëlys conduise à l’anti-islamisme ne va pas de soi, mais que voulez-vous ? Alain est comme ça. Il ignore logique mais jase presque mieux françois que le grand Jacques Mesrine. Jacques Mesrine Jacques Moulin, vous voyez où je veux en venir ? Je passe pour lieutenant d’Alain à Issy-les-Moulinsarts, pour son adjudant-chef dans la gendarmerie.

Je m’imagine à Pont-de-Beauvoisin. Je dirais aux hommes laissez tomber vos recherches dans les cours d’eau et les étangs, nous sommes à l’heure numérique. S’il n’existe pas de logiciel permettant de tracer le parcours des portables dans le passé, nous en créerons un, Issy étant capitale française du numérique. Grenoble, fais chapeau bas devant Issy, c’est peut-être là que se trouve clé de l’enquête.

J’essaye d’aider Alain, mon maître, beaucoup plus que justice dont je me contrefous.

Dernière minute, opération de police à ou au KB, on dit les deux à Paname. Mage d’Issy dit à KB, tic de géographe, moi au KB, comprenez Kremlin-Bicêtre, à côté de Villejuif. Alain est devin, il dit mot de Kremlin-Bicêtre, sitôt après cognes tombent sur le paletot de terroristes sarrazins du KB. Seules Ivry-sur-Seine et Issy-les-Moulinsarts tiennent bon, comme lors du siège de Paris en 1870-1871 par le prusco.

Ces vergnes sont-elles hétoïques ? Même pas. L’Issisois défend avant tout son chemin des vignes et son église Saint-Nicolas. C’est pour ça que j’aime Alain sans aucune pédérastie.

Renseignement pris, ce n’est pas au KB mais à Villejuif qu’a eu lieu l’opération policière. Comme d’hab’, fonctionnaires de DGSI n’étaient pas dans le coup, c’est un plombier, prolétaire de luxe, qui a donné l’alerte. Paris tient grâce à ses prolétaires. Grâce aussi à Issy, sa colonne vertébrale.

Visites explosent, gens ont pigé que soutien d’Alain à Maëlys est sérieux, il veut la voir en vie. Je suis son féal.

Pendant ce temps, gendarmes continuent de faire ronds dans l’eau à Pont-de-Beauvoisin, ils sont ringards. C’est le chef qui m’a appris à faire attention aux mots que j’emploie. Il lit le boche, mine de rien, qu’il cause certes beaucoup plus mal que son ennemi Pfister, mais quand il a vu que le criminel se prénomme Nordahl, il n’a fait qu’un bond. Il a juré nous reprendrons Alsace et Moselle !

Il n’y a parfois pas pire natio’ qu’un ultragaucho, c’est le cas d’Alain. Pas besoin d’ouvrir dico, m’a-t-il dit pour voir signification de Ring en germain. Quand tu es sur le ring t’es dans les cordes, tu as tendance à tourner en rond. J’aime le chef car ses explications sont claires.

Jacques Moulin

4 septembre 2017

DEBUT DE PISTE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 03:14

Enfin début de piste, le premier suspect âgé de 34 ans vient d’être écroué pour enlèvement de la fillette. Il fut placé en garde à vue jeudi matin à cause des incohérences et des inexactitudes relevées de sa première audition. Tout semblait l’accuser. Il a lavé ou fait laver son véhicule dimanche après-midi ou lundi. Dans le but de le vendre peu après, assure-t-il. Mais même effectué par des professionnels pareil lavage laisse des traces de la présence d’une personne dans l’habitacle, et le suspect fut confondu par la découverte d’ADN de Maëlys.

Se croyant plus malin que tout le monde, il aurait avoué avoir dit quelques mots à la fillette sur le parking, ce qui est vraisemblable, mais il ment quand il prétend qu’il se serait fait ses deux griffures sur un bras et un genou en jardinant, la gamine ayant pu se défendre.

Profil, même caractéristiques que le tueurs des Sept-Sorts : même âge, même oisiveté, les deux habitent chez leurs parents, chez son papa en ce qui concerne rosbif David des Sept-Sorts, car sa mère est morte quand il avait deux ans ; tous deux adorent les grosses bagnoles, tous deux n’avaient sans doute pas de gueuse à sauter au moment des crimes qui leur sont reprochés, tous deux raffolent des stupéfiants et d’alcool, même si ce n’est pas encore prouvé en ce qui concerne le goût présumé de l’alcool du Jurassien, tous deux sont mythomanes et peut-être satanistes.

Mais là est la question à laquelle peut-être la vie de Maëlys tient encore à un fil. Le criminel de Domessin comptait peut-être vraiment vendre sa caisse dans le but de s’en acheter une plus luxueuse, mais avec quel argent ? Avec celui que lui avait promis un notable en échange de la fillette ? C’est possible, voire souhaitable. Piste pouvant être explorée grâce aux téléphones portables de l’accusé, qui permettent de savoir où se trouve leur porteur grâce à leur puce électronique.

Pendant ce temps, gendarmes vont explorer les lieux fréquentés par l’homme à la voiture. Ils pourront ressortir leur brigade canine, puisque leurs clébards se sont cassé le museau à Pont-de-Beauvoisin, car étant incapables de renifler homme de l’extérieur dans une voiture. En milieu ouvert ça leur est beaucoup plus facile, même huit jours après les faits. Surtout s’ils tombent sur le cadavre de Maëlys. À chercher en priorité dans un rayon de moins d’une demi-douzaine de kilomètres du domicile de l’accusé, le mythomane ayant prétendu avoir quitté la fête car il voulait changer de vêtements, l’un d’eux étant taché de vin (son short).

Le mythomane interrogé par gendarmerie dit mensonges contenant petite part de vérité, qui lui permettent de s’y repérer plus facilement dans ses futures déclarations. Heureusement, le gars n’est sans doute pas sataniste, mais simple délinquant, dont méthodes sont connues. Il commet délits près de chez lui.

Au plan sémantique, quelqu’un souffrant de religiosité parle de satanisme, athée de sadisme. Yann Moix, par exemple, est sadique selon un présumé terroriste juif. Truc qu’il semble avoir confirmé samedi soir à « On n’est pas couché ». Quand ce mythomane fanatique de la Shoah a dit sa haine pour une écrivaine sarrazine d’éducation musulmane, il semblait sincère, au grand étonnement d’une partie du public.

Échange de propos avait été vif avec la Sœur Musulmane peu de temps avant. À quoi la reconnaît-on ? À rien. Visage découvert, elle a presque décolleté, tactique de sa société secrète. Elle ne porte même pas de montre au bras droit. Seul son langage la trahit. Elle parle d’intégration, pas d’assimilation, car elle demeure fidèle aux grandes traditions musulmanes, comme lapidation de la femme adultère ou excision. Son langage est en outre vulgaire et elle pousse le vice jusqu’à dire à Moix : « Je me souviendrai de vous. »

Menace, pas besoin d’être argotier pour s’en apercevoir, ce qu’elle nia éhontément. Puis Moix finit par dire « je ne suis pas haineux, mais haïssant ». Nuance pouvant échapper à quiconque ignore que Moix est sadique, bien que modéré car n’ayant torturé personne. Traduction, je ne suis pas haineux comme une femme mais haïssant, car je mets ma haine à exécution.

Partie des juges parisois s’illustrèrent avec leur sadisme au dix-huitième siècle, ainsi que quelques religieux, comme  maintenant. Normal que journalistes cherchent à les imiter, mais si mode se prolétarise, où va-t-on ?

Dernière nouvelle, le criminel aurait fini par avouer que Maëlys est montée dans sa voiture, mais nie l’avoir enlevée. Ce qui renforce l’hypothèse que la fillette était pour lui marchandise qu’il aurait livrée à un tiers pour satisfaire les désirs de notables satanistes, hypothèse souhaitable car la fillette serait peut-être encore en vie.

Sinon, il l’aurait torturée et tuée en solitaire, ce qui gâche grande partie du plaisir. Ensuite, comme on l’a vu à Sept-Sorts, le sataniste est narcissique et pense avant tout à son avenir. Confronté à fait avéré, il invente nouveau mensonge jusqu’à l’infini.

Prévenons toutefois âmes sensibles que Revision soutient certes que torturer et tuer enfant en solitaire gâche grande partie du plaisir, mais c’est parce qu’elle se met dans la tête du criminel. À Issy, ville d’escrocs, cette précision est superflue, mais sans doute pas partout en province.

Bref, État français est vivier satanique depuis au moins le dix-septième siècle et l’ouverture de l’Hospital Général, des djihadistes depuis le début des années 90. Et voilà le choix qui nous est proposé : le diable ou le djihad, jusqu’à présent surtout marionnette des services secrets.

Pôvre Issy, vergne longtemps maudite par une partie des bourgeois. Coincée entre Levallois et Malakoff, bourgs de la zone, elle résiste en solitaire comme Lucky Luke. Revision promet depuis des années d’attaquer Levallois, mais elle n’y a pas mis les pieds depuis longtemps. Alain va bientôt gravir le monticule culminant à 35 mètres. Il commencera par visiter place de Verdun avec ses chaussures de randonnée, se souvenant de l’erreur qu’il a commise à Malakoff, où le fier-à-bras s’est pointé avec ses tennis sur le macadam et le pavé.

Puis il n’ira pas loin. Il passera peut-être devant la SDAT, mais mettra sa tête dans la gueule de son ennemie, DGSI. Il sera constamment filmé et tous ses propos seront enregistrés, fonctionnaires qui le recevront auront autant la trouille que lui. « Nous savons que vous êtes dans le pétrin financièrement, diront-ils, en même temps que vous êtes historien de formation. Nous avons remarqué vos dons pour anthropologie et profilage. Votre dernière comparaison des caractères des crimininels de Sept-Sorts et de Pont-de-Beauvoisin sont remarquables, aucun fonctionnaire n’y aurait songé, nous vous proposons salaire net d’impôt de 3 000 euros par mois pour vos vacations. »

Comment voulussiez-vous qu’Alain ne cédât point ? Il défend honneur d’ultragauche, bien qu’il eût toujours vu en autogestion piège à con. Et voyez maintenant, Alain s’est battu pour les victimes du massacre des Sept-Sorts, maintenant pour la peau de Maëlys, mais personne de ces coins ne lui offre contributions. Comme s’il n’existait pas.

Vous récolterez ce que vous avez semé, peqnauds. Alain vous a soutenus, pendant que vous ne donnez pas signe de vie. DGSI propose de l’employer comme vacataire, car elle sait qu’autrement il n’acceptera jamais. Vous refusez d’admettre qu’Issy est capitale de l’univers, vous n’êtes pas seuls.

Nous persistons à croire que Maëlys peut toujours être en vie, mais temps presse. Issy est prête à attaquer. Maëlys, l’espingouine, on n’a pas idée de s’appeler ainsi, mais ce n’est pas de ta faute, c’est celle de tes parents irresponsables. À Paris, bobos n’emmènent pas leur fils ou leur fille danser à trois heures du matin, ils payent nounou, souvent sarrazine ou négresse, pour s’en occuper.

Pour Issy, attaquer Levallois, Malakoff, Pont-de-Beauvoisin, c’est presque pareil. Peqnaud ne comprend pas. Mais si nous parvenons à sauver Maëlys, Revision y aura contribué.

DGSI déroulera tapis rouge sous les pieds d’Alain. Elle dira : « Monsieur Alain Guionnet, nous vous attendions », suite des propos étant tenue secrète. Quant à sa compassion pour Maëlys, elle est toute bête. Alain tente de sauver sa vie afin qu’elle lui taille une pipe dès qu’elle sera majeure, à l’âge de 16 ans.

Aux dernières nouvelles, ADN de Maëlys fut trouvé sur le tableau de bord du véhicule, donc version du criminel qui prétend qu’elle et petit garçon seraient montés sur banquette arrière pour voir ses chiens est fausse.

Tout ce que raconte l’olibrius est mensonge, seul un mage peut déceler bribes de vérité dans ses propos, surtout pas une voyante. Mais mea culpa, la procureuse n’a retenu que l’enlèvement dès lundi. Elle est certes connasse, cependant Alain s’est laissé emporter par sa misogynie, c’est une de ses faiblesses.

Pendant ce temps, guerre opposant Issy à Sorbonne continue. Luc-Olivier Pfister, doctorant contractuel, donnerait conférences à École pratique des hautes études, quel scandale ! L’imbécile se prosterne devant les Sœurs Aryennes, mais il ignore les Sœurs Musulmanes. Prochain plat prévu : juif, musulman et Pfister.

Assortiment est indispensable. Moutarde, harissa ou paprika ? Évidemment paprika frais, jaune, vert ou rouge, mais on n’en trouve pas à Paris, ce trou paumé. Au point qu’il aura fallu attendre fin août pour que salope Hidalgo, contrairement à ses promesses, ouvre camp de nudistes au bois de Vincennes. Quel dommage !

Vous voulez combattre djihadistes ? Ouvrez camps de nudistes. Le musulman sera coincé avec sa queue coupée et sa pudibonderie. Qu’il dégage ! il n’a rien à foutre en France. Mais c’est autre histoire. Nous nous efforçons de sauver la peau de Maëlys si c’est encore possible.

Vous pouvez le dire, gens de Pont-de-Beauvoisin, Issy vous accompagne dans vos recherches, même si vous êtes soumis à État jacobin. Issy ne fut jamais vraiment jacobine, bien que ce fut elle qui contrôla la route entre Paris et Versailles. Sans entrer dans querelles religieuses ayant opposé jésuites et jansénistes, Issy est partisane de France idéale où on ne tue pas enfants.

Issy est utopiste, c’est possible. Mais venez la combattre en face. Dites que vous la haïssez, montez le coteau, nous vous anéantirons. Mieux vaut restituer Maëlys en vie, justice maçonnique sera indulgente.

Nous l’apprenons maintenant. Le criminel s’appelle Nordahl Lelandais, ahl étant suffixe boche. Ancien militaire ayant eu vocation de maître chien, rien ne nous indique pour l’instant qu’il a vendu la fille à un notable ou s’il l’a dépecée. Mais piste de vente à notable est privilégiée. Soldat est formé pour obéir, pas pour tuer fillette.

Quand vous observez criminel, voyez avant tout son formatage. Le monstre roulait en Audi A3 comme les tueurs de Catalogne. Moralité, quand vous voyez bagnole boche faites gaffe à vos couilles.

Lelandais est voleur, ajoutez à cela son trafic de stupéfiants, il aurait pu rejoindre les fous d’Allah combattant en Syrie et en Irak. Il y a François parmi eux, souvent d’éducation catholique romaine. Et que crussiez-vous que nous fissions ? Que nous restassions assis sur notre derrière avec les bras croisés ? Nenni. Alain a voté pour la charmante candidate de Debout la France ! à la dernière législative. Elle a obtenu à peine plus de 0,7 % des voix, mais qui commence petit finit grand.

Absence d’étoile pour ce papier, c’est bien. Alain fonce bille en tête pour sauver Maëlys qu’il ne connaît pas, son combat semble désespéré. Mais les notables, on dit aussi bourgeois, commanditaires présumés de l’enlèvement, ont la trouille. Ils se disent merde ! Issy nous tombe dessus, ce n’était pas prévu.

3 septembre 2017

FILLETTE DISPARUE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 20:01

Simple fait divers que l’enlèvement de Maëlys, 9 ans, dans la nuit de samedi à dimanche il y a une semaine, mais l’enquête brille par ses lacunes, dues en partie à la condition de femelle dudit procureur incapable de prendre des initiatives contrairement au mâle en général, au moins en théorie.

Disparition d’une gamine, ses parents la cherchent en vain pendant une heure avant d’appeler la gendarmerie. Vitesse des investigations est alors capitale. Fugue fut envisagée conformément à la procédure, puis accident ou enlèvement, mais fugue et accident furent vite à écarter, car chiens renifleurs suivirent sa piste jusqu’à proximité du portail du parking de la salle des fêtes. Gendarmes regardèrent s’il n’y avait pas de trace de sang au sol, nenni. Dans ces conditions, la jugette aurait dû aussitôt conclure qu’il y eut enlèvement dans un véhicule automobile.

Autre singularité, nuit de samedi à dimanche indique peut-être la destination de la fillette : une cérémonie sacrificielle, comme il en existe en Isère. Ainsi qu’en Alpes-Maritimes, à Nice en particulier, naturellement aussi à Paris et en région parisienne, parmi d’autres villes et provinces, comme un peu partout dans le monde. Or pareil divertissement se déroule très souvent en fin de semaine, car il s’agit d’une cérémonie qui se tient en présence d’une dizaine de participants, notables disposant de peu de temps libre du lundi au vendredi.

Enfants, surtout ceux âgés de 3 à 5 ans, sont rarement tués. Ils sont humiliés, violentés, terrorisés, conduits à commettre actes obscènes, y compris scatophiles, mais rarement occis pour plusieurs raisons, une des principales étant qu’ils pourront être à nouveau victimes. Il s’agit souvent d’enfants de couples divorcés.

En revanche, sans papiers, sans logis, prostituées, handicapés mentals ont moins de chance, ils peuvent plus facilement être torturés jusqu’à la mort sans que quiconque s’inquiète sur leur sort. Le temple se trouve dans une maison cossue, genre hôtel particulier, entourée d’un grand jardin, avec perron et grandes baies vitrées, en sous-sol compartimenté en plusieurs pièces, dans au moins un cas en région parisienne, comme peut-être aussi dans la banlieue de Nice.

C’est dans cette direction qu’il s’agit d’orienter les recherches s’il subsiste encore espoir de retrouver Maëlys vivante. Et l’adjoint du procureur de Grenoble a eu raison d’ouvrir information judiciaire pour enlèvement et séquestration, même avec 4 ou 5 jours de retard, car il est tentant pour ses bourreaux de la tuer vu l’ampleur prise par l’affaire, mais ils savent en même temps qu’ils pourront bénéficier d’impunité au cas où ils l’épargneraient.

Hypothèse, au moins un des deux suspects de 34 ans placés en garde à vue aurait initialement enlevé la fillette sous contrat, avant de la confier à un notable ou à un de ses intermédiaires l’ayant conduite au temple. Il serait homme de main. Ses lectures sont cependant à examiner car il a pu vouloir s’informer sur la nature de sa mission. Pas tant sa bibliothèque, peut-être aussi pauvre que celle d’un sarrazin musulman, mais son calculateur, que presque tout le monde possède maintenant, sans oublier la rubrique franc-maçonnerie qui évoque parfois les tortures infligées à des enfants.

Communications des suspects sont aussi à étudier. Si il s’en trouve une ou plusieurs avec un notable, il est doubleplus suspect. Cela peut arriver, comme à Strasbourg, où un prétendu mage s’est lâché au téléphone.

27 août 2017

ENQUETE AVANCE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 03:03

14 minutes d’attente pour prendre le 323, pas de chance. Bonjour à la conductrice négresse, suivi d’une question : « Vous savez où se trouve le B and B de Malakoff ? » Non. L’établissement moderne construit dans le plus pur style soviétique se trouve dans une petite rue proche d’un ligne de chemin de fer. Alain a machinalement parlé de B and B avec accent françois, tout le monde étant supposé avoir notions de rosbif rudimentaire.

Selon Alain, Malakoff est gros bourg, comme Levallois. Il descend sur la place du club d’échecs, discipline dans laquelle Malkoffiots se débrouillent assez bien. Il demande à quatre jeunes assis sur un banc, deux nègres, une sarrazine, une pâle de race non inconnue, où se trouve le B and B. Il leur explique sa situation : je suis d’Issy et j’enquête sur les tueurs catalans passés par Malakoff, sans bosser pour DGSI. Nous avons remonté la piste : Malakoff, Porte de Chatillon, FNAC Montparnasse, mais après ? Elysée est presque à côté.

Personne ne connaît le B&B, mais la sarrazine proclame : « Il se trouve à deux kilomètres plus bas, prenez le 191 ! » Vantad Alain rétorque : « Nenni, j’y vais à pied.  » Mais en fin d’après-midi, après avoir traversé Malakoff en long, en large et en travers, Alain souffre d’ampoules aux pieds. Arrivé au bord de la frontière avec Vanves, Alain interroge vieux con françois au cheveu blanc, qui promène son jeune dalmatien beau et charmant. Il lui dit vous faites fausse route, B&B se trouve là, au sud de la ville. Le plus simple pour vous est de prendre le métro.

Car il existe métro dans le bourg, ce qu’Alain, avec ses préjugés racistes, n’avait pas imaginé. Enfin B and B, appellation incomplète en russe, car on sait que son nom complet est Lit, Petit déjeuner et Pute. C’est vrai aussi dans hôtels de luxe de mode amerloque, mais cela ne se dit pas.

Pas de conclusion pour l’instant.  Nous n’avons pas de preuve que les chefs des tueurs maocains de Catalogne ont conversé avec Macron cinq jours avant leurs crimes.  Mais on ne va pas au B&B de Malakoff par hasard; c’est signe de connivence avrc Poutine. Il a certes contribué à l’élction de Trump contre la salope Hillary Clinton, tandis que Paris est capîtale d’espionnage depuis plus d’un siècle selon Russie, mais superviser attentats dits djihadistes en Catalognr est supergonflé.

Ce faisant, vous réveillez haine des Catalans pour les Castillans, et vice-versa, entreprise à laquelle France n’a pas à se mêler. Mais Macron, plutôt que Poutine, a pu vouloir jouer sur les deux tableaux. Il est eunuque et méglomane, trucs nullement incompatibles, comme avec Hollande.

Récapitulons, renseignement russe, nous ne sommes plus à l’époque soviétique, construire hôtel en région parisoise destiné à ses apparatchiks et à ses espions , peut-être inauguré en 2007, se comprend. Il a pu hésiter entre deux villes, Kremin-Bicêtre et Malakoff, car il voulait signer son œuvre. C’est le cas de nombreux faussaires.

Bon, il aura choisi ce coin reculé de Malakoff car il se trouve à côté du terminus de la ligne de métro permettant d’arriver au cœur de Paris en trente minutes. Plus rapide qu’en bagnole. Selon nous, tueurs sont passés par Porte de Chatillon, qui exige petit détour par rapport à Porte de Vanves. Mais ils étaient francophones et savaient qu’on n’avance pas rue Pernetty.

Conclusion, tueurs connaissaient Paris et étaient francophones. ils connaissaient les lieux et ne sont pas descendus au BandB Malakoff par hasard. On lisoit hier sur sa façade extérieure « afin de renforcer la sécurité du site », il est fermé. Mensonge, car c’est la police qui a ordonné sa fermeture pour enquête, principalement confiée à police judiciaire et DGSI par le procureur antiterroriste François Molins.

Excellente idée, car il y a proportionnellement beaucoup plus de flics compétents à police judiciaire qu’à DGSI, ce repaire de comploteurs au service de l’étranger et de Macron.

Lundi 28 août, trois pistes sont à étudier, Rabbat, Moscou et Paris. Tous les crimiels sont de race marocaine, on compte parmi eux deux fratries. Photos de neuf d’entre eux sont consultables sur toile. Younès Aquouavoub, 22 ans, semble le plus intelligent tandis qu’Omar Hichamy est le plus basané. Impossible qu’ils passassent inaperçus à Malakoff, même si le bourg est de plus en plus africain. Mais leur voyage était éclair. Ils ne quittèrent pas l’hôtel après avoir garé leur Audi noire devant son entrée principale.

C’est la même voiture qui servit de bélier lors de l’attentat de Cambrils le 17 août, dont les cinq occupants furent tués. Erreur de jeunes ayant voulu jouer aux petits soldats, car un chauffeur suffisait, ainsi éventuellement qu’un passager armé. Mais ils ne disposaient apparemment pas d’arme à feu, tandis qu’un couteau est illusoire dans ce contexte.

Nombre de morts des attentats de Catalogne est maintenant de 16, bochine de 51 ans ayant cassé sa pipe, ce qui ne change rien au fond. Justice madrilène a maintenant décidé de placer deux suspects en liberté conditionnelle, comme si elle encourageait les auteurs d’attentats. Manifestation dite pour la paix de Barcelone samedi fut plus chaude que prévu. Castillans furent hués. Était-ce plan secret de Macron ? Nous ne savons pas.

Essonne, Malakoff, Porte de Vanves ou de Chatillon, FNAC Montparanasse, OK, mais nous nous demandons ce que les tueurs sont allés foutre à la FNAC. Ils ont plutôt rendu visite à un homme habitant dans le coin. Cherche parmi les imams, DGSI, tu seras peut-être sur la bonne piste. À moins qu’ils soyent passés prendre des explosifs, qui, s’ils sont ceux qu’ils tentèrent d’utiliser en Catalogne, étaient défectueux. D’où intervention possible en amont de services secrets.

Dimanche 3 septembre, piteux état du papier pendant longtemps s’explique par santé déplorable de son auteur quand il l’écrivit. Pas à cause de sa marche sur Malakoff, ni de sa surprise devant l’implication douteuse du renseignement russe dans l’affaire. Heureusement, tout recommence à dérouler. 9 août, attentat de Levallois contre six militaires à la voiture bélier, dont le coupable semble incontestablement Benlatreche, 11-12 août, voyage éclair des apprentis terroristes marocains de Catalogne à Paris, 17 août, attentats à la camionnette et à la voiture béliers en Catalogne après que leur explosif leur eut pété à la gueule.

24 août 2017

PARLER ROSBIF

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 14:31

Nous souhaitions autrefois conduire Macron à l’échafaud, mais c’est fini, nous allons le lyncher. Vieux cons aussi savent booster et relever les challendges. Maquilleuse de l’eunuque a coûté 26 000 euros pour trois mois de boulot, confirme Élysée. S’il l’avait su, Alain aurait laissé tomber sa carrière d’auxiliaire sexuel pour devenir maquilleuse. Sexes ne comptent plus n’importe comment. Alain se serait bien rasé, puis fardé. Il aurait eu du mal à dissimuler ses 97 kilos, mais il aura mis un coussin sur son ventre et fait croire qu’il est enceinte.

Plus c’est gros, mieux ça marche. Alain va sitôt descendre dans la plaine pour lire Charlie, il sera sans doute déçu, car Macron n’y figure sans doute pas en train de commanditer attentats de Catalogne. Mais Alain avait raison, car criminels de Catalogne sont passés près de chez lui. Nous ignorons ce qu’ils ont dit à Macron, mais ils lui ont forcément offert garanties.

Démerdez-vous avec ça, journaleux, c’est cadeau empoisonné. Vous voulez en savoir plus lecteurs poulbots ? L’auteur du dessin de Charlie est juive mais Alain ne léchera pas son clitoris, question d’honneur.

Dernières nouvelles, bonbonnes de gaz aux Pays-Bas, troufions attaqués à Bruxelles. C’est logique, Barcelone, Pays-Bas, Belgique, il ne manque plus que Berlin. Et groβe Baris, ajoute la juive de Charlie hebdo. Combien de temps encore allons-nous laisser les sarrazins faire joujou ? Avec leurs camionnettes Renault, leurs bagnoles boches et leurs poignards ? Terroriser le bobo n’est pas gênant, mais emmerder le François l’est. Vous connaissez la crêpe au sarrazin ? Elle peut être succulente.

23 août 2017

BRAVO CHARLIE !

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 08:07

Ultragauche te déteste, mais ta une est bonne cette semaine. Tu es salué par ultradroite, mais ultragauche aussi défonce le cul de l’islamiste et de la salope musulmane voilée, une horreur ! C’est même elle la plus choquante, direction four à gaz, aller sans retour. C’est un réviso qui le dit, c’est sérieux. Orwell a douté de l’existence des fours à gaz d’Auschwitz, mais pas nous. Nous y entasserons la dessinatrice de Charlie, Patrick Bruel, pour séduire le vieux con Jean-Marie Le Pen, Philippot et Ruquier, car nous ne ménageons pas les pédés.

Marine aussi passera au four à gaz, sauf qu’on ménage tradition à ultragauche, on ne tue pas femme à terre. Mais nous pouvons faire exception pour Marine, sacrée salope. Elle-même le comprendra

Charlie nous emmrde avec ses histoires de bonne du curé se faisant sauter entre deux messes. Si elles sont vraies, tant mieux. Si elles sont fausse, tant pis. Mais tout prélat du Vatican, comme le troisième australien en ce moment, ne pratique pas l’infanticide. Tu pourras te débattre, mais Revision est experte en four à gaz. Elle est snobe et pimbêche, dit-on. Toutefois vous récoltez fruit de votre race, même si Alain n’est pas né à Issy, même si étreinte qu’il prône entre ultadroite et ultragauche sera unique et brève.

Bon, ultragauche et ultradroite ne s’entendront jamais. Mais liquider juif, ça vous dit ?Nous avons formé horde aux Hauts d’Issy, gendarmes et gendarmettes peuvent en témoigner. Croyez-vous que c’est pour rien ? Jours de Patterson sont comptés, il sera bientôt mouru. Et nous enculons le connard rosbif qui feint de ne pas comprendre. Même l’abruti ritalingue de Nice le peut, signe qu’Issy dépasse bord de Saine de 45 mètres, fort culminant à 65 mètres d’altitude.

Il nous a défendu pendant siège de Paris, 21 morts encore en janvier 1871. Il fut lieu d’âpres combats pendant Commune de Paris, sur lesquels nous ne pronoçons pas. Mais Issisois en ont pris plein la gueule. Rappelez-vous des durs combat de la rue de l’Église, maintenant appelée pompeusement rue de l’Abbé Grégoire. Or Alain habite juste à côté, il remmémore tous les événements de la guerre civile. Il ne donne raison ni à un camp ni à l’autre, même s’il est irrésistiblement attiré par le jupon de Louise Michel.

Elle est morte depuis plus de 150 ans, Alain ne violera pas Michel. Il est suspect en revanche de vouloir baiser caissières de Monoprix. Nous, agents de DGSI, ne sommes pas autorisés à intervenir, mais que faisons-nous si tout à coup Alain baise une caissière ? « Rien du tout, tant qu’Alain s’intéresse au fond du vagin, on s’en fout. »

Dans la nuit du 11 au 12 août, cinq jours avant l’attentat, Yourès Abouaaaquoub et Omar Hichamy ont couché à l’hôtel B&B de Malakoff, comprenez bed and breakfast, à moins de deux kilomètres du domicile d’Alain. Voyez qu’il avait raison de chercher le tueur dans le coin.

Quatre passagers dans l’Audi en Essonne, deux seulement à Malakoff. Avaient-ils rendez-vous avec Macron ? C’est possible. On peut dire les deux, malakoffiots ou malakoffois, ce mot étant d’origine russe. Mais idée de passer par Malakoff avant d’aller voir Macron est bien trouvée. Issy est trop chère n’importe comment. Quand on va tuer, on ne compte pas, dit-on. Et ordre de Macron a été bien appliqué, car Yourès a tué amerloque, belge, portugaises, mais auncun bobo français à notre connaissance. 28 ou 30 bobos blessés, dont 3 dans un état grave, pour 13 morts, 15 en dernière version officielle.

Hara-kiri fut autrefois dit journal bête et méchant, mais Revision espère le battre. Nous savons où tu crèches, Luz. Tu pètes de trouille devant le djihadiste, mais méfie-toi, un réviso peut aussi bien te navrer.

B&B Malakoff est construction de type soviétique. Avec couvercle bleu sur les chiottes, comme les aiment apparatchiks. Mais qu’est-ce que Poutine a à voir là-dedans ? Il complote comme tout le monde, mais il ne se mêle pas à politique française a priori.

Si Macron décide de blesser bobos à Barcelone, Russie n’a pas à s’en mêler. Idem pour les amerloques, il  est quasiment écrit dans leur constitution, laissons se démerder les François. L’amerloque est le plus fort, comme l’australopithèque Froome en cyclisme. Il est admirable, filles l’adorent.

Couverture de Charlie est merveilleuse. Elle est signée juiw, mot framboche dégénéré. Sa dessinatrice est sorte de copier-coller d’Anne Frank, moins stupide et plus âgée. Elle est peut-être passée par Issy, ville de plus en plus à la mode. À ne surtout pas dire à un bretoc, pour qui Issy est peuplée de culs terreux.

Traits des cadavres sont arrondis, un homme et une femme, transcription idéale. L’homme est ventru  et porte babouches blanches, il ressemble à s’y méprendre à Alain, mais que font ces deux croix sur son front ? dont une mal dessinée ? Elles signifient ta haine du christaimsme, libre à toi, mais Alain est adepte de double croix d’Anjou souvent dite à tort de Lorraine. Selon lui, sans Melkizédek, il cause juif cette fois, point de Jésus, messie des chrétiens selon toi et maints Israéliens.

Tu veux avoir la peau des musulmans durs ? Moi aussi. Autres projets de couverture sont nuls, bas de comptoir. Je t’explique, à Issy nous distinguons haut et bas de comptoir, bas de comptoir est affreusment péjoratif.

Entrisme de juifs à Hara-kiri puis à Charlie n’est pas nouveau. Leur mission, stimuler haine d’islam. Ce numéro marche bien à cause de sa couverture. Babouches et croix du gras du bide intriguent, elles sont bien trouvées. Camionnette blanch Renault, peut-être comme à Londres, tombe à pic, mais elle ne suffit pas à incrimier Macron comme étant instigateur des attentats.

Saut à Malakoff semble s’imposer, mais il pleut en ce moment comme vache qui pisse. Les deux criminels sont forcément montés à Paris. Pas à la FNAC Montparnasse selon le F∴ Collomb pour acheter du matériel, car on trouve le même à Perpignan, Montpellier et Toulouse. Et la piste risque de s’arrêter là, au B&B.

Méthodes d’enquête d’Alain sont différentes de celles de DGSI, elles sont prolétariennes. Il interrogera garçons d’étage, tandis que DGSI mate films de vidéosurveillance. Les criminels sont arrivés en Audi, de quelle couleur était-elle ? Matin du 12 août, ils sont partis en direction de Paris, mais où exactement ? Personne ne saura. Seule DGSI peut reconstituer leur parcours : « Ils ont passé Porte de Chatillon, puis c’est secret défense. »

Appréciable précision, car les gars ne sont pas passés Porte de Vanves, mais après ? Nous ne savons pas. Il y a plein d’objectifs à Paris, comme Bastille, République ou Élysée. Nous n’accusons pas Macron d’être l’instigateur des attentats de Catalogne pour l’instant.

Tonnerre vient de se taire, Alain va descendre à Malakoff. Quand il dit quèque chose, il la fait. Il sait qu’il n’obtiendra sans doute aucune information valable au B&B de Malakoff. Puis il pousuivra son trajet et sera paumé Porte de Chatillon. Les tueurs sont passés par là, mais après ? Sont-ils allés rue d’Alésia ? C’est vraisemblable, mais ensuite ? On peut prendre plein de directions.

Alain est perdu Porte de Chatillon, venez à son secours.

Les tueure ont monté à FNAC Montrparnasse selon le F∴ Collomb, pas pour y acheter appareil photo, qu’on trouve presque partout à Perpignan, Montpellier ou Toulouse, mais parce qu’ils avaient rendes-vous avec une éminente personnalité. Laquelle ? Nous ne savons pas. Revision est minable feuille de banlieue, Elle peut attaquer Levallois, qui se trouve presque dans son coin, mais pas le palais d’Élysée.

Bien sûr, Michelet a vanté les exploits des quelques dizaines d’Issisois ayant combattu pour la révolution française. Mais nous nous en sommes surtout plein la gueule en 1870-1871. Siège desdits Prussiens allait, tandis que Bismack ne voulant surtout pas détruire Paris, puis nous en avons pris plein la gueule. Nous avons vu le massacres des gamins parisois, donc certains à peine âgés de 13 ans, au couvent des Oiseaux, nous avons vu le château du duc de Conty brûler tandis que combats rue de l’Église faiaient rage.

Mémoire historique,. Si Santini était moins abruti, mais il l’est totalement, il passe sans doute ses vacances en ce moment en Grèce où il se fait astiquer le chibre par des jeunots, il inaugurerait stèle devant l’ancien Couvent des Oiseaux à la mémoire des gamins de Paris qui ont cru mourir pour la France en 1871 devant l’ancien Couvent des Oiseaux

19 août 2017

REMBLAIS DE BARCELONE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 20:17

Les remblais ont tremblé sous les pneus d’un fourgon ou d’une camionnette. 13 morts et une centaine de blessés, dont certains cherchent à toucher prime d’assurance ou indemnités d’États, car plusieurs États sont concernés dans l’affaire.

Espagne et France en premier lieu, car le bobo bord de Seine, de Loire et de Garonne juge préférable de passer ses vacances hors du Maghreb, trop risqué, et de feignasser en Catalogne. Selon lui, cette région est presque département français, où on trouve soleil et tapas. On peut pisser au sol et jeter ses mégots n’importe où. On peut zouiller, acheter poulpe et crevettes au supermarché et les bafrer sur le trottoir au grand dam des restaurateurs. On peut aussi baiser, mais c’est plus compliqué, car mieux vaut louer chambre d’hôtel. Barcelonoise témoigne : bobos « se mettent tout nus au balcon », ce qui ne se fait pas en terre chrétienne.

Paradis du bobo Barcelone ? Évidemment. Et Revision ne pleure pas sur le sort des 28 bobos français blessés, qui le furent surtout à Barcelone. Apologie du djihad, penseront jugettes de la dix-septième chambrette, mais c’est plus compliqué.

Alain d’Issy voit dans le musulman laquais du juif. Il bouffe du juif du soir au matin, comme a dit un avocat d’une quelconque ligue de vertu juive. Or c’est faux ; si c’était vrai il serait mort d’indigestion.

Il mange certes chair du juif, qui est savoureuse et ressemble à celle du cochon ; mais il varie ses plaisirs. Il dévore le juif tantôt en brochettes, tantôt en rôti, tantôt au pot-au-feu.

En lisant ces lignes, képi stagiaire est marri. Il dit à ses supérieurs : « Mon collègue de Franconville, au nom prédestiné, a peut-être fait erreur sur la personne en déignant Benlatreche coupable des tentatives de meurtre de Levallois, mais je pense avoir identifié son véritable auteur, Alain d’Issy, qui a déclaré guerre à DGSI et qui avoue manger du juif, certes de temps en temps, pas tous les jours, mais quand même. »

Rapport de DGSI : « Promotion du policier stagiaire X à rejeter. Son zèle est appréciable, mais il conduira administration policière à commettre bavures. Nous savons Alain Guionnet, que nous surveillons 24 heures sur 24, innocent. Il ne mange pas de juifs, fantaisie littéraire. Il a sauté des juives dans sa jeunesse, mais il vieillit. Il commence à débander à l’âge de 63 ans. »

Suit conversation secrète : « Nous avons fait chou blanc sur culpabilité de Benlatreche jusqu’à présent, bien que nous lui eussions fait tirer cinq balles dans le corps. Ledit Alain d’Issy fait partie de nos informateurs. Il bénéficia en prison du régime spécial, comme Monsieur Léon Blum à Buchenwald. Nous comptons sur lui pour nous donner informations sur les attentats de Turku et de Sibérie. »

C’est simple, Turku est nom finnois. Moins que hongrois, grande langue turke d’Europe. Mais il existe accointances entre finnois et langues turkes, surtout au plan grammatical. Alain s’est accroché avec Finlandoises à Paris et à Pest. Sans haine, inimaginable entre ces deux races.

En finnois, turk signifie turc, turk en argot ; u étant flexion désinentielle, turku signifiant turquisé en langue vulgaire, turkée en argot, car il s’agit d’une ville de genre fémininin en françois comme en engluche. Quant à l’affaire sibérienne, elle est russo-mongole. Or le Magyar haït le Mongol, sans doute en partie à tort.

On tombe souvent sur terrorisistes marocains en revanche, ayant subi enseignement islamique au Maroc ou maçonnique, que dispensent écoles françaises. Résultat, terroristes. Le plus jeune avait 17 ans, le plus recherché 22 ans. Tout Marocain est désormais suspect, scolarisé en France ou non. Tueur de Turku est sarrazin marocain âgé de 18 ans. Police civilisée finlandoise lui a tiré dans les jambes afin de l’appréhender.

Police française est barbare en comparaison. À l’école, le flicaillon n’apprend pas à tirer dans les jambes d’un suspect. Il vise le buste. Benlatreche s’est pris trois balles au niveau de son abdomen, dont une a touché sa colonne vertébrale, or s’il sort paralysé et innocenté, poulailler aura raison de faire la gueule.

Pédé Philippot s’en fout. Pour lui, Benlatreche est coupable car police l’a dit. Mais s’il est innocent comme Alain d’Issy, il s’agit de trouver le coupable en commençant par revoir tous les films de vidéosurveillance, sans écarter aucune piste. Comme l’a fait Alain à l’Institut d’Asie, où il cherchait à mieux connaître les raisons de la gloire de l’empereur Jaune T’sin Che Houang-ti. Le gueux dépouilla le fichier dans l’ordre alphabétique. Sans buter sur engluche et boche, ces patois.

On atteint là racisme françois le plus pur. Mais c’est comme ça. Revision emmerde branleurs fachos. Rat de bibliothèque ? Oui, pour lui ce titre est honorifique.

Recette pour réduire chômage : virez tous les bagagistes sarrazins musulmans de Roissy et Orly convaincus de vol. Remplacez-les par François ou travailleurs détachés. Vivre à Paris avec SMIC n’est certes pas idéal, mais les gars pourront avoir second boulot. Comme veilleurs de nuit, où ils roupilleront à l’occasion, quand ils ne joueront pas en ligne.

Remblai est masse de matières apportées surtout en bord de mer. En bord de plage en ce qui concerne Sables d’Olonne, où on parle des remblais, comme à Barcelone. Au pluriel, tant leur matière est composite. Â Nice, le ritalingue l’appelle promenade des Anglais, vaine prétention.

Et ne poussez pas Alain dans son racisme antiritgalingue, car il fracasse. Il bouffe le juif, dont ritalingue est assotiment à côté.

Brebis galeuse clame qu’ « Alain et Jacques valent 10 000 Dijihadistes ». C’esr vrai pour Alain, mais pas pour Jacquot, cloitré aux Moulineaux. Il y a deux races à Issy, celle des hauteurs et celle de la plaine. Elles sont obligées de parler même langue mais pensent différemment. C’est le montagnard qui bouffe le juif sans vergogne, pas le plantureux.

Libre au plainard de suivre le mouvement. Et dévoile-toi Luc Pfister. T’es normalsupien en partie de race alsacote. Tu adores Revision, tu te dis voilà enfin goy ayant des couilles. Mais c’est dur de combattre sur tous les fronts. Alain tient Issy, c’est certain, mais il ne manque pas d’ennemis dans la vergne. Soyiez célèbre, tas de gens chercheront à vous descendre.

Tu le sais, trouduc. Que je vaille 10 000 djihadistes au combat est exagéré, mais ce n’est pas totalement faux.

Lundi matin, à Marseille, un fou a tué une femme et en a blessé une autre dans deux abribus. Le coupable est sans doute sarrazin, comme à Turku, où le jeune Marocain voulait avant tout saigner femmes. Féministes, vous êtes menacées. Le maschio françois est rigolo comparé au sarrazin, il allume les femmes en paroles, c’est tout. Il les protège parfois. Pour sa gloire ou pour sa honte, nous ne savons pas. Mais femme est moitié d’homme en hongrois comme en françois, pour ne parler que des deux plus grandes civilisations.

Imaginez qu’Alain rencontre le tueur de Barcelone, il l’occira. Le gars a pu se barrer d’Espagne et monter en France jusqu’à Issy. Juges diront vous avez tué homme sans défense, désarmé. Alain rétorquera j’ai fait mon boulot, je défends honneur d’ultragauche. Nous vous condamnons à peine de prison, diront les juges, non à Cayenne, car c’est passé de mode, mais à Meaux, où vous tuerez David Patterson.

Liquider Patterson est bonne idée. Nettoyer tueur de Barcelone et Patterson convient parfaitement à Alain, qui se fiche pour cela de prendre prison à perpétuité. Nous connaissons maintenant ton visage, tueur de Barcelone. Éliminer bobos est bénin, ce n’est pas ça qu’on te reproche, mais casser couilles d’ultragauche françoise est crime contre humanité.

Alain va sortir avec son couteau de nageur de combat, arme autorisée car il est impossible d’interdire port du couteau, outil indispensable. S’il croise le jeune sarrazin, il sera crevé. Alain n’appellera pas les flics, car il est partisan des solutions expéiditives. Hélas ! Abou Yacoub a peut-être été lessivé en Catalogne. Hommage à Catalogne est titre d’un ouvrage de notre pote Eric Blair dit George Orwell.

Dernière nouvelle, Yacoub aurait été dessoudé, que va foutre Alain d’Issy avec son couteau ? Il va tourner en rond. Surtout qu’il est incapable de tuer le juif. Mais mieux vaut ne pas le provoquer.

Hommage à Catalogne est titre original du francophone Blair, à 25 % de race limousine, car on peut être engluche francophone, c’est autorisé. Sans maltraiter la langue, comme la poufiasse Jane Birkin. Hommage à Catalogne est respectueux pour la région, même si cette idée vient difficilement à l’esprit du François, qui ne rend pas hommage à une province. Mais c’est choix du grand écrivain, mort de tuberculose après avoir abusé du tabac.

Sache que nous pensons à toi, Orwell. Nous ne savons pas si tu es passé par Issy, mais sans doute, car tu as accent issisois.

Et vroum ! Commentateurs vont s’embarquer sur la piste d’Issy et de son aéroport qui auraient influencé Orwell, mais ce n’est pas sûr. Nous n’avons pas de preuve qu’Orwell est passé par Issy. Mais d’où aurait-il tiré son génie ? D’Issy, de nulle part ailleurs.

Et c’est qui qui a remarqué les lignes écrites dans son journal par George Orwell en 1945, où il exprimait ses doutes sur l’existence des fours à gaz d’Auschwitz ? L’Issisois, naturellement, toujours respecueux des mots de l’écrivain, qui a rendu hommage à la Catalogne avant de douter des fours à gaz. Vu ces constatations, Orwell est forcément passé par Issy. En métro-tramway, il vous faut maintenanr trois quarts d’heure pour aller de Saint-Germain-des-Prés à île Saint-Germain, plus longtemps du vivant de l’écrivain, bien qu’il existât ligne de tramway à Porte de Versailles.

D’où supputation, non seulement Orwell a visité Issy, mais il est allé sur île Saint-Germain dont les habitants étaient pauvres et ouvriers, maintenant envahie de bobos, cette pestilence. Ne réveillez surtout pas conflit entre Issy et Moulineaux car sang va gicler dans tous les sens. Mais instinct local ne trompe pas, Orwell est passé par Issy.

Cellule terroriste maroco-catalane maintenant démantelée, plusieurs jours après que le fat ministre de l’intérieur espingouin l’eut annoncé. Axe du mal commence à être reconstitué. On y trouve région parisoise, que trois ou quatre terroristes ont visitée, et Belgique, où l’imam autoproclamé est allé.

Encore et toujours les mêmes lieux. Alain était inspiré en cherchant hier Abou Yacoub à Issy. C’est grâce à sa photo diffusée sur réseau dit social qu’il a été identifié à Subirats, à 50 kilomètres à l’ouest de Barcelone, où il fut nettoyé. C’eût été la même chose à Issy, où fonctionnaires de police n’auraient pas eu à intervenir, visage du criminel étant ancré dans les mémoires.

Paris et Bruxelles capitales des crimes de Catalogne, c’est à nous de l’assumer. Charkeuzy, Hollande et Macron produisent terroristes musulmans, c’est à nous de faire le ménage.

Amusant, « Maison éclairée » remarque la couleur blanche de la camionnette ayant écrasé gens à Barcelone à 70 kilomètres/heure, en sous-entendant que France, Fillon en particulier, est responsable de l’attentat. Regard de l’étranger est toujours intéressant. Mais Fillon semble innocent.

Alain a tenté d’écrire à « Maison éclairée » ces derniers jours. En françois bien sûr, langue ultrasnobe en Amérique, mais son coup a manqué. Nous te lisons à Issy, « Maison éclairée », comme parfois documents de CIA et NSA. Nous ne sommes pas ploucs, comme tu feins de le croire.

Piste des terroristes marocains de Catalogne s’étoffe, elle conduit à Bruxelles et Paris, mais aussi à Zurich, ville faisant elle aussi partie de l’axe du mal. Ou plutôt en banlieue de Bruxelles et en Essonne, où la voiture Audi d’un des suspects fut flashée avec quatre hommes à bord. Mais si vous traversez Essonne, vous montez presque automatiquement à Paris, capitale d’espionnage et du crime organisé.

En passant par Malakoff dans ce cas, extravagance, il y a forcément anguille sous roche. Mais ça y est, nous sommes partis au pluriel, car nous allons envahir Malakoff. DGSI sera marrie, elle hurlera Alain est à nos chausses, mais on n’a jamais que ce qu’on mérite.

15 août 2017

MAUVAIS SORT DE SEPT-SORTS

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 15:52

Lundi, fou du volant a percuté pizzeria de commune de banlieue populaire, Sept-Sorts, en Seine-et-Marne. Il s’appelle David P. et se déclare commerçant, c’est peut-être vrai. Auquel cas il pourrait être métis juif d’origine amerloque, sous toutes réserves.

Il y avait vingtaine de clients, David a tué une fille de 13 ans et blessé 13 personnes dont 5 dans un état grave avec sa BMW. Coïncidence avec l’attentat de Levallois. Récapitulons, mercredi Levallois, samedi Charlottesville, lundi Sept-Sorts. Femme de 32 ans tuée à Charlottesville, jeune fille à Sept-Sorts. Deux fois avec BMW, une fois avec grosse bagnole, sorte de petite limousine.

Mode prend, sauf qu’elle était inattendue. Sarrazin musulman a voulu tuer soldats françois, puis suprémaciste pâle antifas, enfin peut-être juif goys. Rien de plus naturel. Occire goy n’est pas crime dit Talmud, David aura voulu se faire plaisir. Tuer fille goye de 13 ans le fait bander, tandis qu’hommes et enfants, surtout de 3 ans, rêvent souvent de tuer. Non des bêtes, mais des humains.

David serait déprimé. Condamné pour conduite en état d’ivresse, il abuse de drogues médiamenteuses et illégales, comme codéine et cannabis. Mais cherchez bien, toubibs, il devrait y avoir traces de métamphétamine dans son sang. Vous n’êtes certes pas mandatés pour ce faire, car métamphétamine ne circule pas en France selon idéologie officielle.

Mais nous savons qu’elle existe à Issy. Ses effets sont redoutables. État devrait enseigner à tout le monde premiers secours, comme comment combattre le métamphétamimé. Cognez-le, le bougre est peureux. David aurait tenté de fuir avant de se rendre facilement, syndrôme métamphétaminique.

David s’appelle en réalité Patterson, fils de père, comme Benlatreche, fils Latreche, noms typiquement sémitiques, car identité, invention chrétienne, est inconnue par gens causant idiomes dits sémitiques tirés de l’assyro-babylonien puis de l’araméen. Son père est rosbif, sa mère morte quand il avait deux ans. David est charmant, déclare une de ses voisines vraisemblablement de race juive.

Goys ne créent pas le ghetto, où juif s’enferme, car sa superstition ne peut se dérouler qu’en communauté, disent Lazare et Hidiroglou. Homme femme, Revision respecte la parité. Voisine de David ne cause d’ailleurs pas françois, car elle dit en vélo au lieu d’à vélo, faute fréquente dans les médias. Or vélocypède n’est pas machine, comme dit l’abruti rital, mais outil, vu que son énergie motrice est humaine.

D’où on déduit, outre son faciès, que sa voisine est juive, tandis qu’attaquer pizzeria des Sept-Sorts est idée juive, car 7 est chiffre sacré du juif, qui ne veut surtout pas se le faire voler par le goy.

« J’écarte le mobile terroriste », juge le procureur-adjoint de Meaux. Mais ce n’est pas lui qui l’a décidé, c’est la chancellerie du fat eunuque Macron. Dommage, car acte de Patterson est terroriste, comme celui de Fields à Charlottesville. 96 heures de garde à vue à Levallois-Perret s’imposent, avec tortures dites douces, privation sensorielle et éveils répétés pendant son sommeil.

Au terme de son interrogatoire, Patterson avouera : « J’ai tué goys parce que Talmud me le recommande et par plaisir. »

Affaire n’est pas bouclée, la requalifier d’acte terroriste est possible. Le camé est à peine redescendu pendant sa garde à vue. Faites-le interroger par DGSI à Levallois, avec éventuelle assistance d’Alain, qui sauront le faire parler. Sans le torturer sticto sensu, car cette coutume n’est plus en usage en France.

Et nous comprenons médecins qui jugent qu’état de santé de Benlatreche est incompatible avec son placement en garde à vue. Ils ont raison, garde à vue de DGSI étant nullement comparable à celles de police ou de gendarmerie.

Point sur les trois affaires : culpabilité de Benlatreche est légèrement douteuse. Flic stagiaire a identifé son véhicule comme étant celui utilisé dans l’attentat de Levallois, car le chauffeur de la BMW conduisait vite et dangereusement. Conclusion, il fuyait en direction de l’autoroute du Nord, sans doute de Belgique, tout semblait coller, sauf l’horaire. Attentat de Levallois à 8 heures, arrestation mouvementée du suspect dans le Pas-de-Calais en début d’après-midi, mais il suffit de trois ou quatre heures pour parcourir la route dans un semi bolide conduit par un chauffeur professionnel.

Le suspect aurait tout de suite su que les flics voulaient le serrer après qu’ils eurent formé bouchon artificiel devant sa caisse. Mais il avait peut-être appris qu’il était recherché en écoutant conversations de police ou simplement radio Poulaga. Matériel pour ce faire coûte de moins en moins cher, ultralibéralisme oblige, et est recommandé au chauffeur de VTC. Comme de connaître l’emplacement des radars, piège à bobos. Or nous vivons à l’heure numérique, tandis que chauffeurs de VTC déjouent tous les jours plans des taxis et de police.

Autre indice, flicards ont auditionné proches de Benlatreche comme témoins, sans les placer en garde à vue. Truc conseillé pour les faire parler, mais méthode inhabituelle de DGSI, dont les branleurs se prennent pour maîtres espions. Pandores ont perquisitionné son domicile résidentiel de Bezons, ils n’auraient quasiment rien trouvé de compromettant. Si bien que Benlatreche est peut-être innocent et que le coupable courrait toujours.

Mais nous vivons sous état d’urgence, où administration policière et Balkany ont raison. Or ils ont déclaré Benlatreche coupable sans preuve tangible.

Fields, aux States, est en situation plus enviable car il sera jugé pour crime contre l’humanité en Virginie, État démocrate enclavé par pays républicains au nord-ouest et au sud. Il comparaîtra peut-être dans deux ans en cour d’assises de Virginie, mais il faut unanimité des jurés aux States pour condamner quelqu’un à peine de réclusion criminelle. Aussi sera-t-il acquitté ou condamné à peine symbolique de trois ou cinq ans de prison, en grande partie couverte par préventive.

David Patterson est à liquider en revanche. Le gars est mythomane de type paranoïaque, jugent les cognes, il tient propos incohérents ajoute l’adjoint du proc de Meaux. Mais expert psychiatre ne s’est pas trompé, il était responsable de ses actes quand il commit son odieux attentat génocidaire lundi dernier, bien qu’il souuffre de dépression moyenne.

Le mytho’, comme flics et journalistes, raconte tout et n’importe quoi sur lui. Toutefois BMW est caisse de cet ancien vigile au chômage après qu’il fut victime d’un accident du travail parce qu’il était sans doute défoncé, il s’est réfugié au domicile de son père, où il s’ennuyait. Pour se réconforter il se pétait la gueule ou se défonçait. Parfois avec médicaments, drogues légales souvent remboursées par Sécurité sociale. Place de Patterson junior est sur l’échafaud.

Photos de lui commencent à circuler : il est tatoué et fut un moment coiffé à l’iroquoise, coupe luxueuse car exigeant de se raser majeure partie du crâne au moins une fois par semaine. Coupe dite iroquoise, avec sa crête, fut répandue chez les punks, qui chantaient « we are Devo », signe que David est peut-être en partie d’origine juive mais qu’il est avant tout diabolique. Il s’est peut-être aussi fait ainsi tailler les cheveux dans le but de draguer, après qu’il eut rompu avec sa petite amie Mélissa, 26 ans, qu’il rencontra à la Ferté-sous-Jouarre, où elle bossa avant d’être victime d’un AVC.

Imaginez vie du couple David-Mélissa, aux prénoms de banlieue, qui furent heureux pendant deux ans avant que maladie les séparât, car il faut des années pour se remettre d’un accident vasculo-cérébral et adieu boulot à Ferté-sous-Jouarre. Fidèle à son ancien amant, Mélissa est venue le soutenir en compagnie de sa sœur Christine, mulâtre  de 42 ans, au tribunal de Meaux. Mais les filles ne l’ont pas vu, car il a filé droit à la souricière.

Journaliste du Parisien, seul canard à feindre d’enquêter sérieusement sur l’affaire, a interrogé les gueuses. Elles pleurent sur le sort du charmant et aimable David, dont l’acte qui lui est prêté serait incompréhensible. Encore et toujours mode maçonnique, ou satanique, consistant à se morfondre sur le tueur plutôt que sur ses victimes.

Le gars a tué fille de 13 ans, tandis que femme de 44 ans est toujours entre vie et mort, mais femelles le soutiennent, jalousie étant reine des femmes. Aussi bien sa voisine juive arabe que son ancienne amante.

Son principal moyen de défense est trouvé. Son avocat plaidera l’irresponsabilité pénale de Patterson. Il demandera une ou plusieurs nouvelles expertises psychiatriques de son client, qui lui seront accordées. Ce dont David est convaincu depuis le début de sa garde à vue.

Il accepta de répondre aux questions des militaires, auxquels il raconta n’importe quoi. Sa condition de camé l’y autorisait et l’y invitait. Puis il a compris le truc, plus je sors de bobards, mieux je me porte. Je gagne du temps quand gendarmes vérifient que je n’avais pas de klachnikov dans le coffre de ma caisse ni d’explosif, surtout qu’il leur faut explorer tous les coins de la bagnole. Je vais me faire passer pour fou comme le philosophe Althusser, auteur d’un judéocide sur la personne de sa femme, absous par justice maçonnique.

Je suis pénalement irresponsable, point barre. Je passerai deux ou trois ans en hôpital psychiatrique avant d’en sortir, car je donnerai signes de guérison. Je tuerai alors de nouveau gens, enfants de préférence, avec le soutien de monsieur le Président de la République, qui fustige en ce moment paparazzi car il craint qu’il révèle son impuissance, bien qu’elle soye connue de tous.

Officiellement mobile du tueur est inconnu à cause de la morale dominante, car il est satanique, superstition autorisée en Amérique parce que passant pour une religion comme une autre, répandue en France dans toutes sortes de milieux, y compris chez des FF∴ juges adeptes du crime rituel, infanticide en particulier, lequel est quasiment jamais réprimé, surtout quand les coupables sont magistrats, notamment un juge pour enfants retraité du tribunal de Bobigny, ami de plusieurs ministres du gouvernement Hollande.

Satanisme existe depuis toujours en histoire et presque partout dans le monde. Tant qu’il concerne bibliophiles se branlant sur ouvrages ésotériques truffés de symboles le législateur amerloque le juge tolérable, mais le passage à l’acte est condamnable, au moins en théorie. France serait seul pays épargné par cette croyance selon la morale, tout Français étant supposé laïc, progressiste et humaniste, tout homme politique en particulier, de Mélenchon à Philippot. Sans parler de Marine, femelle étant depuis réputée moins versée en spiritualité et en ésotérisme que mâle, ses thèmes de prédilection étant sexe, sentiment, émotion.

Le choix des Sept-Sorts s’explique par cette raison, le nom de cette commune attirant le sataniste comme une mouche à merde. David n’a fait que mentir pendant son audition. Il s’est prétendu suicidaire, ce qui est archifaux. Puis il aurait voulu aller à soixante kilomètres, à Paris, mais il aurait vu la pizzeria des Sept-Sorts avec sa terrasse sans parapet de protection et il aurait foncé dedans dans le but de mourir. Encore mensonge, car son attentat terroriste était prémédité.

Si vous habitez un village, évitez de l’appeler Sept-Sorts, Main-Cornue ou Lucifer.

Parisien et Revision sont seuls à publier nouvelles sur l’affaire. Direction juive du Parisien, comme chefs de DGSI, lisent Revision, car ils jouent dans la même cour. Et suspicion se répand. Acte terroriste = 96 heures de garde à vue à Levallois, où le suspect est cuisiné aux petits oignons. Le commandant de gendarmerie chargé de l’enquête a vite compris que le terroriste est mythomane d’inspiration diabolique, mais le procureur de Meaux a curieusement décidé de minimiser l’affaire. Il a chargé son subalterne de déclarer « j’écarte le mobile terroriste », espression que FF∴ faussaires d’AFP transformèrent en j’écarte totalement.

D’où question, le procureur de Meaux est-il F∴ sataniste ? À moins qu’il faille remonter plus haut ; au parquet de Paris, où FF pullulent, ou plus haut encore, au gouvernement, voire à Macron, devenu dictateur par les grâces d’Attali et Rothschid ? Nous ne savons pas, mais il s’agit d’affaire d’État. Taulards, répandez le bruit que David Patterson est pire qu’un pointeur de jeune fille, qu’Allah aurait condamné à mort. Mieux vaut le nettoyer en mate, énorme économie.

Parisien de vendredi ne peut évidemment pas faire siennes thèses de Revision, mais il mange le morceau. Il cite enfin source proche de l’enquête qui jase de David Patterson : « une personnalité très étrange. Il fait preuve d’un manque de compassion vis-à-vis des victimes. Il s’intéressait surtout et à ce qu’il allait devenir. »

Source est sans doute officier de gendarmerie, mais adieu prétendues pulsions suicidaires du tueur, qui pense avant tout à son avenir. Toutefois gendarmes ont du mal à saisir le coup de la coiffure à l’iroquoise.

Patterson cause engluche moins bien que son père, mais il sait que l’iroquoise fut mode punke teintée de satanisme en Amérique en années soixante-dix. Tout punk n’adorait pas le diable, loin de là, c’était mode musicale et vestimentaire. Comme à Budapest peu avant la chute de l’ancien régime, quand jeunes punks se baladaient au cœur de Pest dans leurs tenues bariolées, avec leurs paillettes, parfois avec leur cheveu teint en rouge. Ils signifiaient par là qu’ils étaient opposés à l’ordre dominant. Tout le monde le comprenait et personne ne les emmerdait. N’importe comment, satanisme n’a jamais pris en Hongrie, sauf peut-être maintenant, depuis que franc-maçonnerie a réssuscité.

Puis vient témoignage de la serveuse citée en Parisien. Sur la terrasse, elle fut projetée par le véhicule dans le bâtiment, où elle resta clouée au sol, victime de deux fractures, au coude et à la jambe. Elle assure que Patterson tenta de fuir en partant en marche arrière, mais qu’un « pot de fleurs l’en a empêché ». Même truc qu’à Charlottesville, où Fields a tenté de fuir en faisant marche arrière. Qu’un pot de fleurs eût empêché une BMW de reculer, même abîmée, est possible, mais un brave a sans doute saisi le tueur au collet en même temps.

Nous ne conclurons pas que Sept-Sorts aurait mieux fait de s’appeler Sept-Sots, bien que nous en soyions persuadés.

Merde ! calculateur serait de nouveau piraté. Qu’hommes de Richelieu viennent à notre secours ! Parfois subjonctif est impératif, c’est le cas en ce moment. Alain a vainement tenté de bigophoner à mairie des Sept-Sorts pour demander l’origine du nom du village, car on n’a pas idée de s’appeler comme ça, c’est provocation du sataniste.

Remarquez, Issy-les-Moules est elle aussi bâtarde. Issy est juste et parfaite, mais pas hameau des Moulineaux bord de Seine, quelle horreur ! Tout le monde n’est pas au jus des conflits racials locals. En quelques mots, garde nationale habite Moulineaux tandis que direction nationale de gendarmerie se trouve Hauts-d’Issy, dans l’ancien fort.

Mais un disque de mairie de Sept-Sorts a répondu à Alain parce que la commune serait minuscule. À moins que DGSI en décidât ainsi. Alain se contenta d’indiquer que l’attentat de lundi est d’inspiration diabolique.

Au téléphone, Alain se fût prévalu d’appartenir à capitale d’univers médiatique, puis de connaître gendarmerie, car c’est Issy qui la commande.

Mieux vaut éviter bain de sang. Alain condamne David à mort, c’est son droit. Connards de frangins projettent de le suicider dans sa cellule, après qu’il eut avoué ses désirs suicidaires, mais ils sont faux.

Et quand allons-nous monter jusqu’aux juges tueurs d’enfants ? Mais c’est trop tard.

Succès du papier commence à enfler, mais là encore c’est presque trop tard. Pendant ce temps, 9 jours après, DGSI vient de découvrir que le propriétaire de l’appartement de Benlatreche est musulman fiché S, mais tout musulman fréquente ou est allié à musulman dur, cela ne prouve rien sur son éventuelle culpabilité.

Vendredi soir, fourgonnette vient de tuer et blesser passants sur remblais de Barcelone, louée par un sarrazin. Camion, fourgon, fourgonnette, berline, armes des crimes semblent presque complètes, mais c’est faux. Niveau supérieur de violence suivra, comme attaque de centrale nucléaire quasiment dépourvue de défense. À nous de riposter au nom de Charlemagne.

Charlemagne, nous voilà, derrière toi créateur de France. Charlemagne, tu nous as redonné espérance. Chant ultragauchiste, droits d’auteur réservés.

Selon Podèm, ministre espingouin, pardon catalan, mais c’est presque pareil, attentat de Barcelone aurait fait 13 morts et plus de 50 blessés, en partie bobos français, espèce qui mange et pisse au sol. Décès des bobos nous importent peu, ils les ont mérités, mais quand Argos, notre royaume, va-t-il combattre peste musulmane ?

C’est toutefois autre sujet. Notre truc est surtout affaire des Sept-Sorts, il s’agit de tuer David Patterson le plus vite possible, surtout s’il avoue qu’il fut initié en loge. Quant à attentat de Barcelone, c’est autre histoire sans l’être. Attentats se multiplient, il y en a un presque tous les jours si on englobe Afrique (Burkina-Faso, Mali, Nigéria ces derniers jours), et surtout Orient dans la statistique. Il s’agira bientôt de les lister heure par heure.

13 août 2017

CIBLES DE LEVALLOIS

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 02:16

BFMtv vient d’indiquer que l’attentat de mercredi à huit heures du matin non seulement se déroula place de Verdun dans une allée longée d’immeubles, quand les soldats sortaient prendre leur service, mais que la BMW était prépositionnée à contre-sens, précise Balkany, l’action ayant été préméditée. BFM ajoute que la tentative de meurtres eut lieu « à quelques pas de la DGSI et de la SDAT », deux services antiterroristes.

Idée passée aussitôt dans la tête de Revision, qui voyait en Levallois gros bourg. Place Verdun et rue de Villiers, siège de DGSI, ne se trouvent pas à côté, mais à quelques centaines de pas. Le chauffeur a zizagué dans l’allée pour faire plus de victimes. Puis a dû descendre bord de Seine avant de prendre périphérique puis autoroute du Nord dans sa berline de location. Car le gars est chauffeur VTC pour Uber. Il ne gagne pas des fortunes mais sait être poli et discret avec ses clients. Il s’est même rasé pendant un temps, ruse de certains djihadistes.

Méfiez-vous désormais des chauffeurs de VTC sarrazins. Ils se contentent d’un modique salaire car ils ne fument pas et ne boivent pas d’alcool, au moins en théorie, importantes sources d’économies. Même rasés, ils peuvent se réveiller un beau matin musulmans durs.

Présumé innocent selon la justice, il est coupable selon Balkany, suspect selon Revision, car rien ne prouve que le pare-brise cassé et avant du véhicule endommagé le furent à Levallois, pas dans le Pas-de-Calais, par les DRI de Lille et Caen. Avec 300 flicards à ses trousses, il ne pouvait pas leur échapper. Cinq balles tirées dans son corps, dont aucune mortelle, poulet ayant été blessé à la patte par une des dix balles tirées passée à travers la carrosserie.

De toute façon Benlatreche fera école, au cas où il serait coupable. Il y eut coup du camion à Nice et Berlin, puis du fourgon à Londres, maintenant de la berline à Levallois-Perret et Charlottesville, en Virginie. Le criminel âgé de 20 ans a percuté deux véhicules et blesse gens, avant de faire marche arrière. Un mort, dix-neuf blessés hospitalisés.

Droites nationales ont appelé à manifester pour protester contre le projet de supprimer la statue du général sudiste Lee sous prétexte qu’il aurait été esclavagiste. Mais c’est faux, car les nordistes n’ont pas combattu les sudistes par anti-esclavagisme, mais pour raisons beaucoup plus terre à terre. On peut voir dans ce plan complot contre Trump, maintenant accusé de renvoyer dos à dos suprémacistes et antifas.

Deux flics sont morts le même jour dans accident d’hélicoptère à Charlottesville pour raisons inconnues. Nouveauté, suprémacistes pâles s’inspirent maintenant d’une méthode islamiste raciste. Mercredi Levallois-Perret, samedi Charlottesville. Berline à Levallois, comme en Virginie, deux voitures percutées dans les deux cas, présumés coupables arrêtés.

Truc amerloque, tandis que méthode islamiste se répand en France. Camion, fourgon ou berline, peu importe, les trois peuvent tuer, même si limousine est moins efficace. Deux soldats furent assez gravement blessés à Levallois car ils restèrent assez longtemps couchés au sol.

Le présumé coupable de Virginie s’appelle James Fields. Originaire d’Ohio, ancien État industriel maintenant dévasté par chômage et criminalité allogène, où trafic de crack et de métamphétamine marchent bien, circonstances atténuantes pour lui. Il y a quelques années, il a déménagé en Kentucky. Il porte nom boche altéré, Fields signifiant Duchamp, comme sa mère Samantha Bloom, comprenez Blum, fleur.

Avant d’exploser antifas, Fields avait défilé dans les rangs des droites nationales. Vêtu de blanc, comme tous les suprémacistes, Fiedls serat proche d’All-right, tout droit, droite alternative selon médias, courant politique boche quasiment inconnu en France. Il aurait diffusé sur son blog image de croix gammée surmontée d’un aigle. À noter que manifestants dits antiracistes de Charlottesville sont quasiment tous pâles.

Benlatreche, s’il est coupable, a forcément fait repérages à Levallois avant de passer à l’acte. Chauffeur de VTC connaît la région, mais pas toutes les allées de la vergne. Il a forcément fait repérages à pied avant. Presse prétend que films de vidéosurveillance sont effacés au bout de trois mois ou moins, mais c’est faux, ils se conservent facilement avec clé USB.

Trump, qui porte aussi nom boche, reculerait malgré lui selon presse juive, mais c’est faux, car ce sont sa fille et certains de ses élus qui se déballonnent. Trump serait embarrassé par le soutien que lui ont apporté les droites nationales, mais elles n’étaient pas seules. Hells Angels, anges d’enfer, l’ont plébiscité, tandis qu’une partie de l’électorat hispanique a voté pour lui, sinon Trump n’aurait pas conquis la Floride. Pour ceux d’origine cubaine cela se comprent, le castrisme les ayant immnisés contre le communisme. Mais il n’y eut pas qu’eux, car grande fut la diversité de ses partisans, surtout dans l’Amérique profonde.

7 août 2017

JEU DE CON

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 14:24

C’est pour vous, papier de Revision ayant eu le plus de succès fut jeu de con, sauf que cette fois nous donnons aussitôt réponses. Vous êtes maintenant habitués, tantôt Revision vous traite de culs terreux, tantôt de cons, mais cela vous passe au-dessus de la tête, car vous êtes persuadés que les cons sont les autres.

Question simple pour commencer : qui jouit deux fois ? Moi, répond l’abruti, parfois plus. Faux, c’est le pompier incendiaire, qui jouit quand il allume le feu puis quand il l’éteint. Vanne controuvée, mais elle est celle du psychatre criminologue interrogé par Franceinfo. Indice que Revision ne veut pas se brouiller avec l’État ou les États.

Vous avez eu DGSI au cul, vous ? C’est sacrée casserole, surtout maintenant que Macron est au pouvoir et que Revision est seule à jaser de son eunuquitude. Droits d’auteur sont partagés sur ce mot entre Ségolène Royal et Revision. On cause vulgairement d’impuissance. Or ça la fout mal pour un président de la République d’être impuissant. De mémoire, son prédécesseur Fallières mourut en 1913 en sautant une catin, mort idéale.

Question plus compliquée : on appelle souvent l’amerloque cow-boy, mais comment nomme-t-on parfois l’Issisois ?

Sheep-boy, car il adore ses moutons, son viaduc et son bord de Seine, qui n’appartient qu’à lui. Impossible de le décramponner. Il jalouse le Bastion des Pêcheurs de Bude, car il faut impérativement en construire un à Issy. Pour ce faire, Alain conciliera architectes françois et magyars. C’est facile pour lui, qui jacasse les deux idiomes. Bâtiment exige une coupelle, mais compagnons de France feront le boulot.

Nous signalerons à l’entrée que Bastion des Pêcheurs d’Issy est plagiat de celui de Bude, nous ne pourrons pas faire mieux en matière de correctidude, comme dit la sénégaloise Royal.

Vous pouvez vérifier ces tuyaux. Issy est ville d’escrocs et d’assasins, naturellement capitale du royaume d’Argot. Quand Issy ordonne, on obéit.

Dernière question : qui a inventé le mot israélopithèque ?

Revision évidemment. Mais ce mot peut être récupéré par abrutis sionistes qui prétendront : voyez, en préhistoire, Judée-Samarie fut peuplée par israélopithèques, c’est un antijuif français renommé qui le soutient. Confirmation qu’Israël appartient à nous seuls.

Merci du cadeau. Allez combattre le juif, vous allez vous ramasser. Alain a tenté le coup, mais il est sale et ensanglanté. Il joue au fier à bras, mais il a peur. Il se réfugie dans sa montagne, ce qu’il fait quand il a la frousse. Conseil, ne vous mettez pas le juif sur le paletot.

Bombardement de Corée du Nord approche à grands pas, surtout que Pyongyang ne veut rien savoir. Elle sera vraisemblablement la dernière martyre du marxisme-léninisme, d’un pays où apparatchiks se tapent putes en hôtel quatre étoiles, situation bien connue en Hongrie, de langue turke comme le mongol. Mais faites attention, States, à ce que votre guerre ne passe pas pour antimongole.

Lâche espion chinetoque d’Issy traite le proturk de « triso », mais le turk a toujours foutu branlée au chinetoque. En cas de bombardement de Corée du Nord, dégât collatéral est prévisible à Issy, Alain risque de nettoyer l’espion de Taïwan.

Obs vient de titrer « Pourquoi la guerre est devenue possible avec la Corée du Nord ». Euphémisme, car elle est depuis longtemps prévue par Revision, modeste feuille de banlieue. C’est Alain qui la dit modeste, mais il est prétetieux comme un pou en réalité, commente Jacques Moulin. Pyongyang et Kim Jong-un deviendront célèbres pendant quelques jours avant leur anéantissement.

Corée tirera missiles sur avions amerloques avant d’être détruite. Quelques yankees seront occis, mais c’est leur boulot, ils ont choisi de s’engager dans l’US Air Force qui paye bien ses pilotes. À travers Obs, Israël donne son feu vert à l’opération. N’importe comment, Kim Jong-un, au cheveu noir comme de nombreux Turks, est grassouillet, il est parfait apparatchik marxiste-léniniste. Personne ne le pleurera quand il clamsera. Mais honneur du Mongol, jadis svelte et courageux, est à défendre.

Il est féru d’astronomie, maigre avantage face aux bombardiers amerloques, mais il devrait en descendre au moins deux ou trois.

Alain est oiseau de mauvais augure, dit Moulin, mais il n’invente rien. Rayon astronomique de la bibliothèque de Gengis Khan était splendide, tandis que le Mongol s’oriente la nuit dans la toundra grâce aux étoiles. Pardon de jaser russe, mais cette langue a envahi France. Apparatchik, bistro, toundra sont mots russes, François s’étant contenté d’ajouter t à bistro.

« Jeu de con » a mis longtemps à démarrer, en partie parce que tout le monde n’était pas au jus de l’imminence de la guerre à Corée du Nord. Elle tardera sans doute un peu, ballets diplomatiques obligent, mais elle est sur ses rails. Homme d’affaires Trump a augmenté budget militaire, ce n’est pas pour rien. Nous serons peinards bord de Seine, de Loire ou de Garonne, nous materons bombes tomber sur Pyongyang sans penser aux gens qui les prendront dans la gueule.

Mais morale sera sauve car il existe François ayant étudié langues tartares, défenseurs du Mongol, même s’il subsiste vieux litige avec ce barbare souvent peu barbu.

Ultime question : qui jase de la toundra au bistrot d’Issy en levant son verre à la santé de Poutine ? Alain évidemment. Moulin juge : Alain cause de la toundra car il ne la connaît pas, truc d’escroc. Il y a peut-être mis les pieds en Norvège et en Finlande en été, mais pas au Canada, car il n’est pas monté au nord de Vancouver. En Finlande il passait la moitié de son temps au sauna, il était loin de se geler les batoches.

Car Moulin vient des Moulineaux, il parle issisois, langue dominante. Il sait qu’Alain n’aime pas le Mongol, car il a vu monticule de cadavres dans la grand plaine, Puszta en langue barbare, hâtivement recouverts de terre, trace du passage du Mongol, avant qu’il fût explosé par artillerie à Bude.

Moulin sait que quand Alain cause de Bude, pas de Bouddha, dieu ventru asiatique, il est sérieux. Comme quand il projette de faire construire Bastion des Pêcheurs aux Moulineaux. Endroit reste à disputer, mais il sera forcément face à île Saint-Germain et au Point du Jour. Issy est vergne viticole mais aussi marinière. On y hâle, on ne fait pas que râler.

Nous avons saigné en 1871, bien que neutres, mais nous allons vous montrer qu’Issy est couillue.

Désaccord entre Moulin et DGSI en ce qui concerne Alain. Moulin est persuadé qu’Alain projette de liquider le Chinois issisois bossant pour Taïwan. Appréciez la rime de Chinois issisois, mais DGSI juge que c’est lubie. DGSI a sérieusement étudié le plan d’attaque de Levallois en partant des souterrains d’Issy, mais il est bidon, Alain et sa horde ne franchiront pas la Seine.

Quant à l’espion chinetoque, DGSI est ravie de connaître son identité qu’elle ignorait. Ce n’est pas son boulot de démasquer agents de Taïwan, pays allié de France. Comme Hongrie, dont le renseignement ne pose aucun problème à France, information communiquée à Alain par le manchois Yves Bonnet, ancien directeur de DST habitant Vaugirard. Direction de surveillance du territoitre, ses capos, ou kapos comme dit presse juive, savaient que chambre à gaz d’Auschwitz n’a jamais existé. Idée de descendre à Vaugirard pour jaser avec Bonnet, chic type, trotte dans la tête d’Alain.

Quartier qui dépendait jadis de la paroisse d’Issy, c’était le bon temps. De même, droit de vote fut accordé aux femmes par De Gaulle en 1945, mesure encore contestée. Vous avez lu ? C’est scandaleux que Louise Michel fut accueillie en temple maçonnique. Ultragauche issisoise défend les traditions, c’est pour ça que certains l’aiment. Antijuif tu es, antijuif tu seras.

N’allez pas conclure qu’il puisse exister collaboration entre Alain et DGSI, c’est archifaux. Comme DGSI, Alain prévoit guerre à Corée du Nord, c’est tout. Sa prof’ nègresse de rapido boxing, sans doute antilloise, le dit génial, mais elle a tort. Dixit Jacques Moulin, seulement ravi par idée de constuire Bastion des Pêcheurs aux Moulineaux.

Touristes viendront le visiter en masse. Bâtiment devra être un peu différent de celui de Bude, car Issy n’est pas Bude. Sans être gigantesque, crime contre les humanités magyare et françoise.

Poignée d’Issisois lit Revision. À eux de bosser. Alain annoncera demain son projet de construire Bastion des Pêcheurs au tyran Santini. Le pire avec Alain, dit Moulin, c’est que quand il dit quelque chose, il le ou la fait.

Alain sait où le construire, sur site surélevé dans la plaine, à côté du centre commercial des Trois Moulins, où il achète son Viagra de substitution sur le conseil de Nguyen, et de la station de tramway. Car le touriste n’aime pas marcher. Il bouge mollement ses fesses. Sur plaque commémorative, il lira : « Bastion des Pêcheurs, inauguré le X 2018 par Monsieur le maire André Santini. Ce monument rend hommage à la la tradition séculaire des pêcheurs d’Issy-les-Moulineaux. » Ainsi tout le monde sera content.

Contrairement à Bude, coupelle du bastion d’Issy sera ornée de symboles dorés, surtout pas en or afin de ne pas exciter les voleurs. Il y aura t’ien, ciel, signe que tout touriste nippon ou chinetoque comprendra. D’où est tiré ti, empereur. Tu vois, connard de Taïwan, nous jasons ton patois à Issy.

Mais question se pose. Paris, capitale de l’univers est connue, mais pas Issy capitale de l’univers. Avion semble s’imposer, mais après ? Monde peut être représenté par ballon de foot, même si footeuses d’Issy n’arrêtent pas de se prendre branlées. Mais foot est sport le plus populaire tandis que tout Magog verse dans la démagogie.

Figurera aussi gal, grand en idiome dit sumérien. Surtout qu’Issisois sont galois, qui souhaitent débarrasser la vergne des envahisseurs nègres et sarrazins. C’est Alain qui le dit, il ne vivra plus longtemps. À part défendre la montagne d’Issy, il est nul.

Plan n’a pas marché ce matin avec Santini  Il faut qu’Alain lui écrive lettre pour construction du Bastion des Pêcheurs. Vous en aurez peut-être exclusivité.

Ironie d’histoire, à moitié fou sarrazin algérien vient de défoncer six soldats d’un bataillon de Belfort à Levallois. Ils étaient mieux à Belfort à côté de leur lion qu’à Levallois, ville doublement mal famée, car étant celle du grand voleur juif hongrois Balkany, naturellement au-dessus des lois, et de DGSI, repaire de suppôts de Satan.

Accessoirement d’Hervé Ryssen, Allain de son vrai nom, quart de bretoc jasant mal boche. Il écrit à Jean-Miche danke sehr, très merci, il est barbare. Val-de-Seine, quartier du bas Issy, a déclaré guerre à DGSI de Levallois-Perret il y a des années, comme toute la ville, mais Issy est innocente. Surtout qu’elle maudit le sarrazin.

Mais cet incident n’est pas dû au hasard, il est symbolique. Issy est courroux face à Levallois-Perret, qu’un demi-fou sarrazin vient d’attaquer. Il ne savait pas que les soldats étaient de race belfortoise, circonstance atténuante. Le gars va être nourri, blanchi, logé par la princesse pendant de longues années.

Vous avec pigé, princesse est France. Et Brigitte dans tout ça ? Nous laissons griller la vioque à petit feu. Brigitte a 64 piges, jeunot Alain 63, il ne frappe pas vieille à terre. Quelle élégance ! (On dit elegáns en hongrois.)

Hospitalisé après avoir éyé blessé par balle, l’apprenti crimel de 36 ans a goût fu luxe et aime argent facile. Il est représentatif de nombreux sarrazins établis en France. Le gars aurait fui par l’autoroute alors qu’il lui était conseillé d’emprunter routes secondaires. Sa mégalomanie l’a perdu car BMW est équipée d’une carte à puce. Trois soldats blessés se trouvent à l’hôpital Percy, à Clamart, établissement préféré d’Alain, qui habite pas loin, trois autres à Saint-Mandé. Leurs blessures sont légères.

Voilà encore un débile, présumé léger, qui attaque soldats. Forcément, ils forment cibles idéales avec leurs gardes statiques. Mieux vaudrait pour eux qu’ils tournent en rond. Six attaques de militaires par débiles légers sarrazins depuis début d’année, qui dit mieux ?

Kim Jong-un est quant à lui plaisantin. Il projetterait de bombarder île amerloque du Pacifique. Son futur martyre entraînera augmentation des ventes de livres sur histoire de Mongolie, il est souhaitable, car trop peu de gens connaissent Mongolies intérieure et extérieure. Kim est de l’intérieur, il est dur au mal. Avertissement à Trump qui connaît mal géographie.

Blog amerloque « Maison Éclairée » titre : « Trump est fou, pas Kim Jong-un ». Il a tort, car les deux sont mabouls. Yankees peuvent raconter toutes sortes de conneries grâce au premier amendement de leur constitution, ce n’est pas notre cas en France où il nous faut employer incroyables ruses pour dire que nous sommes un tantinet racistes. Cow-boy yankee est heureux, mais pas le sheep-boy, mot inconnu en rosbif.

Mais ça y est, centime est tombé, goy yankee, souvent WASP (White Anglo-Saxon Protestant), a pigé l’imminence de la guerre à Corée du Nord. Mais Kim va l’avoir dans le kiki. Pardon pour cette locution familière difficilement traduisible en rosbif.

Sheep-boy n’est pas cheap. Alain est fier et altier. Il cause engluche comme presque tout le monde, mais il défend race françoise et ses bovins, en même temps que ses ovins.

Suspect de Levallois est barbu et vaisemblablent borgne, ce que presse ne signale pas. Son poil est noir, Alain ne se rappelle pas lui avoir causé à Vanves. Il serait innocent en dépit de sa haine de Levallois.

Corée du Sud et États-Unis arrivent en tête du palmarès jeudi matin, voyez que ça chauffe. Espérance de vie de Kim Jong-un ? Entre une semaine et quinze jours selon Revision, qui peut se tromper, comme souvent.

Débiles sarrazins étaient hier conçus et fabriqués par Hollande, ils le sont maintenant par Macron, fourbe ayant fait mine de condamner crimes contre l’humanité qu’aurait commis France en Algérie, appel au meurtre du François, comme le comprennent débiles légers et profonds algériens.

Hamou Benlatreche est manutentionnaire et chauffeur de VTC. Il fut repéré par un képi stagiaire sur l’autoute du Nord à hauteur de Franconville à cause de sa conduite dangereuse. Il fut blessé de cinq balles lors de son arrestation. Il allait peur-être en Belgique, havre de paix pour militant islamiste. Il voulait devenir célèbre, il a réussi. Musulman pratiquant barbu, sans enfant, il aurait dû être suspecté, ces trois signes faisant de lui un terroriste potentiel. Mais quel rapport entre Yvelines, Val-d’Oise et Levallois ? Mystère.

Sartrouville vergne musulmane ? C’est connu, mais Bezons moins. Autre suspect est recherché, car Benlatreche n’était peut-être pas seul dans sa bagnole de location. Ce que caméras de vidéosurveillance devraient confirmer ou infirmer. Mais le gars a sans doute agi seul. Il aura vu dans les soldats des quilles non autorisées à ouvrir le feu si elles sont attaquées. Il aura dit banco, je soutiens Macron comme tout bon musulman, le président ne me laissera pas tomber.

En attendant, son hospitalisation hors de prix, puis plus de 250 euros par jour de détention, vont coûter la peau des fesses. Ajoutez-y cellule seul pour terroriste musulman, quel luxe ! visites de l’imam, qui fera semblant de le déradicalier, seule la cantine kascher gagnera argent, car le taulard musulman mange kascher. Sans parler du périmètre de sécurité autour de l’hôpital lillois, des frais de justice, etc.

Flicards cherchent ses éventuels complices, mais Benlatreche n’en a sans doute pas. Ou bien Macron.

Emplacemen exact de DGSI à Levallois et lieu de la tentative des crimes dmeurent pour l’instant inconnus, mais il est possible que les plantons protégeassent symboliquement DGSI, dont les chefs meurent de trouille depuis que Revision leur a déclaré la guerre. Ils savent que les djihadistes ne sont pas dangereux pour eux car ils ne menacent ni les juifs ni les FF∴

Peut-être que leur calife dit Bagdadi, dont nous ignorons toujours s’il a effectivement été tué, est ou était agent de CIA ou du Mossad, les deux rumeurs circulent. Revision penche plutôt pour CIA à cause de sa curieuse libération des geôles irakiennes. Mais quand CIA est là, Mossad n’est pas loin.

Vous voulez combattre le djihadiste ? parlez-lui de son calife. Nous connaissons esprit taulard, il voit espions partout, comme Alain d’Issy, ayant purgé un an de placard pour crime de la pensée. Il n’est pas noble, comme il répond au nantois Dannyboy en courrier des lecteurs. À ce pitaine à incontestable vocation guerrière, comme Joseph Castano dit José, brillant orateur s’illustrant dans le midi, fidèle lecteur de la revue.

Il a raison car François d’Algérie étaient en grande partie espingouins, un tantinet alsacos.

Bretoque Guinel ou Guinelle l’appelle des Côtes d’Armor pour sondage IPSOS. La fille a cheveu noir et œil bleu, ce qui la rend incroyablement séduisante. Alain ne répondra pas au questionnaire, car il déteste la presse, thème de l’enquête. Mais la fille est pulpeuse, elle gagne argent avec lui, Alain risque de craquer.

On écrit parfois son patronyme Guisnel ou Guynel. La fille est gallote, d’où soudaine envie d’Alain le lui rouler une galoche, mais c’est impossible par téléphone. Elle songe écrire Guillonnet ou Guillonet au lieu de Guionnet, conformément à la tradition. Hélas ! questionnaire est incroyablement compliqué pour un simple d’esprit. Cliquer sur blanc ou noir est a la portée d’Alain, comme sur bien et mal. Avec nuances toutefois. Figaro ? Mauvais, Démon ? Mal. Parisien et Échos ? Médiocres et trop maigres. Nice-Putain ? Horrible. Sans parler de Corse-Matin, car on ne veut pas se fâcher avec le corsicaud.

Directeur de publication n’est pas prévu dans la nomenclature d’IPSOS, mais Revision fut longtemps imprimée en Côtes-du-Nord par les Presses Bretonnes à Saint-Brieuc, avant que le département fût appellé Côtes d’Armor, nom respectable. Guinel demanda ses départements préférés ? Alain répondit spontanément Bretagne, mais sa réponse ne collait pas. Il ajouta Alsace aux Côtes d’Armor, c’est-à-dire Haut et Bas-Rhin, Moselle et Franche-Comté. Mais la gueuse ne nota pas Franche-Comté, car elle demandait uniquement les noms de trois départements. Alain aurait pu ajouter Var, Vaucluse, Pyrénées Orientales, Aveyron, Vendée, surtout qu’il est à 12,5 % de race vendéoise, sablois d’Olonne.

Alain souhaite faire gagner artiche à Guinel. IPSOS l’a appelé trois fois ces dernières semaines. Coup de fil de jeudi est peut-être en liaison avec attentat de Levallois.

Presse cause maintenant du strabisme dont souffrirait Benlatreche, mais c’est sans doute faux. Il existe à Issy nettement meilleurs ophtalmologues qu’Alain, mais diagnosic semble clair : Benlatreche est borgne, il n’est pas seulement atteint de strabisme. Tu le jureras jusqu’à la mort, Alain ? Non, je suis trop lâche. Mais c’est piste à suivre. Le borgne pense différemment qu’homme normal. Son champ visuel est réduit par la perte de son œil et par l’ombre nasale, sans parler du point noir. Il peut écraser machinalement militaires, circonstance atténuante.

Il voit en sodats sauterelles, libre à lui. Ce qui n’empêche pas de nettoyer Benlatreche sur son lit d’hôpital, économie pour France.

« Page précédentePage suivante »