Alain Guionnet – Journal Revision

20 septembre 2018

ESPION BENALLA

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 16:00

Ministère d’Intérieur impose stricte discipline aux képis, dont 23 mille heures supplémentaires demeurent pour longtemps impayées tandis que suicides sont nombreux à maison Poulaga. Gérard Collomb, ministre incompétent en matière de sécurité mais F∴ prêt à négocier avec tout le monde, ne va pas démissionner de son propre chef mais sur ordre du couple infernal Brigitte-Emmanuel. Brigitte en premier car c’est elle qui commande Manu depuis longtemps.

Revision jugea que c’était erreur de Macron de ne pas virer aussitôt Collomb, ultime ministre régalien à quitter gouvernement, pour se consacrer à élection municipale de Lyon, soi-disant capitale de Résistance… et de collaboration. C’est plan de bonne femme d’inviter Collomb à annoncer son départ du gouvernement près de neuf mois avant. À 65 balais, sorcière n’éjacule plus beaucoup, mais elle aime Yose Benalla.

Revision a conclu de cette erreur que chouchou de Macron va employer son temps à dégommer bande Benalla-Macron qui comprend djihadistes. Le président soutenant charia est crime de haute trahison. Si c’est le cas, il n’est plus à destituer mais à livrer à la veuve. Sans capitale veuve signifie guillotine ; notez au passage que Guillotin et nom de son invention sont d’étymologie bochine.

Bref, Benalla serait allé à Londres avant d’accompagner à Paris le 5 septembre fiché S en eurostar. Canard enchaîné du 19 septembre écrit : « Alexandre Benalla a — c’est connu  — d’excellentes fréquentations. Le 5 septembre, il a voyagé avec un fiché S, proche du sulfureux homme d’affaires Alexandre Djouhri et soupçonné de jouer les intermédiaires dans les ventes d’armes en Afrique…

« Les deux hommes aperçus peu avant 19 heures en gare de Saint-Pancras, à Londres, ont pris l’Eurostar ensemble. Une note rédigée par la police aux frontières (PAF) précise que “leurs attitudes laissent à penser qu’ils se connaissent. Ils discutent ensemble”. La PAF a alerté la Direction nationale de la police nationale, qui a prévenu Collomb, lequel a sonné Jupiter. Et Benalla s’est fait souffler dans les bronches. Fichu sparadrap !

« Au moment où l’Élysée déploie l’artillerie lourde pour éviter au malheureux d’être soumis à la question par les sénateurs, la révélation tombe à pic. Même Macron a dû faire feu — au risque de s’en prendre une (lire page 2).

« Le syndicat de policiers Vigi-MI, qui vient de porter plainte contre Benalla, cible-t-il aussi le Château lorsqu’il demande la poursuite, pour “dissimulation de preuves” de “toute personne que l’enquête puisse identifier” ? Par la voix de son avocat Yassine Bouzroul, il dénonce “une volonté d’entraver la vérité ” et une “obstruction de la justice”. Vigi-MI s’étonne, entre autres, que la voiture de Benalla n’ait pas été immédiatement perquisitionnée. »

Mais caisse du criminel se trouvait à fourrière, tandis qu’IGPN est tenue. Question françois, Canard enchaîné, feuille maçonnique, prétend gouailler, mais ses barbarismes passent pas. Que signifie Macron aurait soufflé dans les bronches de Benalla ? C’est pourtant le président qui a bombardé illégalement Syrie dans l’intérêt d’État Islamique. Benalla et Macron collaborent avec fous d’Allah. Macron ne fume (pas) ni ne boit alcool, commandements de charia. Comme Benalla, son chouchou.

Informations proviennent de PAF dont agents se trouvent à Londres postés à gare de départ pour Paris. Ils n’ont pas besoin du signalement de Benalla, ils le repèrent tout de suite. Ensuite, Macron n’est pas roi mais dictateur, il n’habite pas château mais nid d’aigle.

Riche marchand d’armes Djouhri s’est illustré dans l’affaire libyenne, sa liaison avec fichés S est naturelle. Moins avec Benalla, mais il ne nous fera pas croire qu’il bossait à Élysée du matin au soir en sa qualité d’interface ou d’interlope, presque chômeur touchant salaire de commissaire divisionnaire de police en milieu de carrière. Position idéale pour espion étranger en tout cas.

Syndicaliste flicard Langlois est pas mal, mais il n’est pas doué en littérature comme la plupart de ses collègues. Il part du principe que tous les noms se terminant par é sont féminins et dit une aparté au lieu d’un aparté, faute mineure en comparaison de celle du SSS (sénateur super sénile) Sueur qui cause de stratophère au lieu de stratosphère. SSS ou SSSSS (sénateur socialiste super sénile Sueur) est nul n’importe comment. Le rapporteur a voulu pousser Crase à dire ce qu’il savait de Benalla, or règle de l’argotier et du gendarme est identique, il ne répond qu’à questions le concernant directement, il ne parle pas de ses complices.

Sueur a fait perdre temps à tout le monde avec ses vaticinations gérontoliques, Benalla est espion étranger selon Revision, comme Cohn-Bendit et Plenel agents de CIA, etc. C’est aux François de défendre France, tout le monde se foutant de leur orientation politique.  Canard enchaîné paru le matin, où Collomb donne grain à moudre aux SS avant audition de Benalla, mais aucun ne l’interroge sur la nature de ses relations avec des fichés S. Leur place est en maison de retraite ou mouroir ; sénateurs, pas seulement Benbassa, étant complices du réseau Macron-Benalla.

À part intriguer Benalla n’avait rien à foutre au palais présidentiel où il était électron libre a dit élu au suffrage censitaire. Il était en un mot espion parasite, déjeunant avec fichés S mais pas avec Crase car il n’avait prétendument pas le temps. Crase fut moins violent que lui à la Contrescarpe. Il enseigna autrefois français et histoire-géo’ sans doute en collège car peut-être titulaire d’une modeste licence de lettres.

SS ne lui ont pas posé la question, dommage. Macron dévalorise boulot des képis et des enseignants, résultat il recrute des nuls. Képis sont utiles, nous les appelons cagous en argot. Képi est vieille appellation, mais auteur de ces lignes n’est pas jeune, il jase d’un képi, une képite. Royaume d’Argot existe-t-il toujours ? C’est ce que nous tentons de démontrer.

BENALLA AKBAR !

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 01:38

Examen de passage de Benalla réussi devant la commission d’enquête. Le monstre arrive avec un quart d’heure de retard, un peu plus si on compte le temps qu’il a mis pour entrer salle Clemenceau. Il est calme et semble serein. Il débute bien, il commence par dire ses regrets pour les propos qu’il a tenus sur France Inter ainsi que son « profond respect pour le sénat », avant de s’excuser auprès de Monsieur de président Bas, car cela ne se ferait pas d’attaquer l’homme selon lui.

Déjà deux parjures, car Benalla était sincère quand il a dit en substance voir en sénat sac à merde, et c’est grand gosse qu’il a frappé à terre pas derrière place de la Contrescarpe, un grecaillon ou un greccouillon. Benalla déteste par-dessus tout gens qui le traitent de voyou ou de petite frappe.

Décor est planté, guerre est issiso-issisoise. Benalla habite Issy depuis plusieurs années, mais il faut avoir beaucoup de fric pour payer loyer d’un grand appartement en immeuble Bouygues assez neuf. D’où l’a-t-il sorti ? De l’organisation internationale des brevets dirigée par un Français, où il gagna plus de 10 000 euros par mois pendant 9 mois ? C’est possible, mais son salaire aurait été réduit à 3 500 euros pendant campagne électorale de Macron.

Le lâche soutient qu’il ne fut jamais garde du corps du président, autre parjure. Ni son siège ni son épaule, encore parjure car il avoue peu après qu’il fut facilitateur de Macron en sa qualité d’épaule. Pardon de causer jargon de police politique, mais auditions des deux chambres nous l’enseigne.

Benalla avoue qu’il se baladait avec son Glock 43 d’Issy à Élysée où il bossait de 6h30 à 11 heures du soir, et vice-versa ; n’ayant dormi que 3 heures pendant 4 mois, 5 mois. Toutefois il est polygame comme tout vrai musulman, il s’envoyait Myriam, Brigitte et gueuses qu’il ramassait sur sites de rencontre. Impossible de tenir à ce rythme à moins d’être superman. Raisons pour lesquelles on appelle Benalla Raimbo.

Séniles sénateurs (SS) n’ont pas demandé à Benalla s’il porte toujours son Glock 43 car il a conservé son arme chérie. Il se vante d’être expert en flingues. Il s’entraîne une ou deux fois par semaine en club de tir, chaque fois pendant une heure. Il posa sa candidature pour être réserviste de gendarmerie à l’âge de 17 ans et demi, où il fut admis en 2009 à 18 ans et affecté dans la départementale, dans l’Eure. Placé sous les ordres de Vincent Crase il fit 300 jours de service comme planton de caserne.

Planton est poste privilégié du réserviste, à Élysée où il travaille en trinôme aux entrées avec deux gardes républicains habitant souvent Moulineaux. Benalla estime à 20 minutes temps de transport entre Issy et Élysée, peut-être à 25 minutes entre Moulineaux et palais présidentiel.

Benalla est de nouveau parjure quand il prétend ne pas lire presse dont il dénonce fausses nouvelles, ce qui entraîne moue du président SS Bas dit le Roturier. Benalla cause bien sûr de fake news, langage de Macron et de lie médiatique. Il n’aurait pas servi Montebourg pendant une semaine mais pendant 3 mois, il ne fut jamais garde du corps de starlette bougnoule de téléréalité, son actuel employeur serait Pôle emploi, agence d’Issy en toute logique, qui lui verserait 60 % de son salaire de chargé de mission. Le malheureux, près de 4 000 balles par mois ne lui suffisent pas.

Monstre dément avoir eu intention de se réfugier au Maroc, car France est son pays, dit-il. Bobard répandu par Boulevard Voltaire, antenne présumée du Nouvel Obs’. Mais il faut comprendre, pisse-copie doivent sortir scoops quand ils n’ont rien à dire, comme Jean Drault l’a fait autrefois dans les colonnes du célèbre journal antisémitique Libre parole. Rumeurs colportées par Revision, heureusement parfois au conditionnel.

Bon, Benalla n’est pas bête, contrairement à ce qu’a prétendu Revision. Il est provocateur, mais certains de ses ennemis le sont aussi.

Palme de la connerie revient à Esther Benbassa. Vieille salope a ensuite demandé à Crase d’où il tenait son statut d’observateur le premier mai. Question stupide aussitôt annulée par le président SS car susceptible d’annuler audiences de la commission. Au demeurant nous croyons savoir que Crase n’eut jamais statut d’observateur contrairement à Benalla qui l’aurait recruté en renfort.

Bas a eu raison de se taire plupart du temps. Quand vous êtes assis sur chaise électrique vous ne branchez pas le courant. Alerte, il a aussitôt coupé langue de vipère de Benbassa qui cherchait peut-être à invalider la commission avec sa question stupide sur le premier mai. On peut suspecter la juive arabe née en Turquie de bosser pour le gouvernement. Et c’est sans doute en réunion secrète de commission des lois qu’il fut décidé de ne pas évoquer curieuse disparition du coffre-fort de Benalla car flics et jugettes d’instruction sont à sa recherche.

Collomb a désigné deux services de police dont IGPN pour enquêter sur Benalla à juste titre car il y a officiers compétents à IGPN. Benalla a évoqué conflits entre Élysée et ministère d’Intérieur, en l’occurrence avec deux hauts fonctionnaires aux préoccupations corporatistes. Mais où allons-nous si ces deux institutions se bouffent la gueule ? Dans le brouillard juge MI6.

Au fond, Benalla plaide qu’il n’était pas garde du corps de Macron mais gentil organisateur de ses déplacements mettant de l’huile dans les rouages, supervisant plusieurs administrations en liaison avec cuisinier, intendant et police politique. Seul gros problème pour lui, tous les passe-droit dont il a bénéficié.

 

18 septembre 2018

COLLOMB VICTIME DE BENALLA

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 13:17

F∴ Gérard Collomb, ministre d’Intérieur, numéro 2 du gouvernement, va sauter à cause de Benalla. Nouvelle anticipée veille de comparution de Benalla car Macron panique. Aussi Collomb reste en place pour l’instant, le temps d’emplir dossier permettant de destituer Macron.

Le dictateur a pris cette décision lors d’un dîner avec Collomb et sa maman Brigitte, femme autoritaire. L’hostilité de Collomb pour le présumé gigolo de Brigitte devenait insupportable. Collomb commença dans son fauteuil par dialoguer avec syndicats des képis et des commissaires de police, bonne tactique après manifestations des flics courroux. C’est encore lui qui ordonna à IGPN d’enquêter sur affaire Benalla et qui constata dysfonctionnements de police.

Par exemple, c’est l’adjoint du chef de service Ordre public et de la circulation qui aurait conféré à Benalla le statut d’observateur le premier mai sans que voie hiérarchique fût respectée. L’officier appartient au réseau des comploteurs Benalla-Macron.

Dans ces conditions on comprend mieux que graffitis anarchistes apparaissent à Issy, non seulement dans la plaine mais aussi sur le talus. Quant à l’immeuble qu’habitait Benalla, il se trouvait à centaine de mètres de bord de Seine comme prévu et fut construit par Bouygues, entreprise adorée du tyran.

Collomb fut-il chouchou de Macron ? Non, le président chercha dès le début à séduire Veuve, tandis que nommer F∴ place Beauvau s’impose, presque toute la hiérarchie du ministère faisant partie de la secte. Rusé, Macron promut vieux Collomb car ayant peu d’avenir politique, il s’est dit qu’il ne complotera pas contre lui. Exemples de complots de ministres d’Intérieur contre le président sont nombreux, le plus récent étant celui de Chirac ayant nommé à ce poste son ennemi, le relativement jeune Charkeuzy, idiotie dont France ne s’est jamais remise.

Petite frappe Benalla se vante d’avoir eu idée d’introniser Macron au musée du Louvre ou ancien palais des Tuileries. Faux, car c’est Macron et sa grosse qui ont conçu ce plan. Il était facile à trouver. En plein centre de Paris, c’est du palais des Tuileries que fut donné ordre de massacrer huguenots à gardes suisses avec le soutien des prévôts des marchands nuit de Saint-Barthélémy, ce que nous savons pertinemment au village car nous n’avons eu qu’une seule reine à Issy, Margot, reine de France et de Navarre dont mariage avec prince huguenot provoqua sinistre nuit noire et rouge du massacre des réformés.

Grosse bavure comparée à celles de Benalla, mais il y en a sans arrêt en France.

16 septembre 2018

BENALLA DJIHADISTE ?

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 22:49

Alain d’Issy n’a croisé qu’une fois Benalla, il a aussitôt vu en lui djihadiste, pour l’essentiel à cause de sa barbe, son pas pressé et son regard anxieux. C’était la première et dernière fois, car Alain ne voit pas djihadistes partout, rares étant heureusement bougnouls islamistes. D’ailleurs les joueurs de pétanque ayant neutralisé le terroriste présumé afghan du dix-neuvième arrondissement étaient apparemment bougnouls. Conclusion, pétanque est bon moyen d’assimilation.

Meilleur que d’envoyer psychologues et éducateurs déradicaliser types contaminés par islamisme, recette coûteuse ayant échoué. Accueillir migrants allogènes le plus souvent musulmans, leur donner gîte et couvert, sécurité sociale, ouvrir écoles pour leurs enfants, surtout pour ceux nés en France de nationalité française à cause de suicidaire loi du sol, coûte des milliards alors qu’augmente nombre des pauvres françois.

Vieux con Le Pen se croit malin en disant Benalla akbar! Voilà qu’il cause arabe, mais il a marché sur le sable chaud du désert et est allé au souk en Algérie. Il croit savoir que ni l’Arabe, ni le bougnoul, ni le Turc n’ont d’histoire. Ni l’Afghan, ni l’Indonésien, ni le Pakistanois, etc, car le prophète a tout dit. Impossible de changer esprit de ces races. Seules solutions, pétanque et billard françois, beaucoup plus subtil que l’amerloque. Envoyer profs d’éducation civique à bougnoul islamisé est contre-productif. Lui apprendre arabe littéraire, comme le conseille bougnoul du CNRS (il y en a maintenant), est totalement vain.

Presque personne ne cause arabe littéraire dont ratons de banlieue se fichent éperdument. Ils ont de nombreux dialectes. Salafistes de Trappes ne causent pas  pareil que ceux du 9-3.

Retour sur enquête, Revision croit savoir que père alcoolique de Benalla aurait frappé sa mère au ventre quand elle était enceinte de Yose, d’où ses mollets arqués, même si le fœtus est très souple. Sénateurs, convoquez mère Benalla pour s’exprimer sur ce point ainsi que ses deux sœurs aînées, elles sont peut-être sagaces.

Base de toute enquête policière consiste à taper famille du suspect. Sous Occupation boches voulurent serrer à Montereau suspect de Résistance, ne l’ayant pas trouvé à son domicile ils déportèrent sa femme. Plus près de nous, Alain serré, cognes emmerdèrent sa frangine avocate, profession certes honteuse. C’est vieux comme le monde d’attaquer famille d’un suspect.

Cas Benalla est un peu différent, il s’agit de savoir si son père a frappé sa femme au ventre quand elle était enceinte de Yose, auquel cas tout s’expliquerait, à commencer par mollets arqués du quidam. Car il s’agit de partir de son fœtus quand on juge un homme. Puis il serait devenu maniaque de l’ordre par haine de son père. Cogneur de plus faibles que lui, Benalla voulut se venger au collège, s’ensuivit son présumé islamisme.

Benalla n’a pas de philosophie, seulement islam, pour lui rédemption. Il maudit République française qui veut le tuer selon lui. C’est vrai en ce qui concerne Alain, mais il est très minoritaire, bolchevik en russe.

Scandales Benalla, il y en a un tas, mais le principal est qu’eunuque Macron le protège. Il se balades avec son flingue à Élysée, où il est agent de renseignement interface selon le général Bio Farina portant horrible nom latin qui le destine à se faire rouler dans la farine. Le général pète de trouille devant Macron. il a dit vrai à Assemblée nationale : Benalla portait arme à feu au palais présidentiel, mais il est plus modéré au sénat car le général pète de trouille devant décisions arbitraires du dictateur.

Il n’est pas exclu que Macron soye un Machiavel au petit pied et qu’il voye en Benalla bouclier humain. Tant que Benalla sera dans la vitrine chariatistes lui foutront la paix. Benalla est voyou, comme le furent de nombreux fous d’Allah. Ils ont été pour l’essentiel vaincus militairement en Irak-Syrie, mais ils apprennent à piloter drones et diffusent manuels d’infiltration des sociétés occidentales où Benalla est vedette.

Selon le général, Benalla fut agent de renseignement interface. Remarquez, FF∴ de DGSI ne sont souvent pas meilleurs que lui. Le protégé de Macron se fie à son instinct, il haït France et ses institutions, mais Macron doit être destitué car ayant poussé djihadiste à s’immiscer au sommet de l’État. Macron est très dangereux. Non seulement il cède à tous les lobbys, il se croit séduisant avec son cul de caniche et ses attouchements, mais il a introduit loup dans la bergerie.

Benalla s’est brièvement rasé avant de passer sur Tf 1, puis a relaissé pousser sa barbe dont il est fier et qui prouve son islamisme. Il a en partie raison car c’est emmerdant de se raser tous les jours. Comme en est convaincu jeune flic françois se laissant pousser barbe repéré hier au volant de voiture de police neuve montant rue de la Glaisier, car bagnoles neuves reviennent à Issy, guimbardes étant destinées au poste de police de Clamart entre autres.

Benalla connaît la règle, Issy compte le trucider mais pas tout de suite. Il a déjà craqué et pètera à nouveau les plombs. Pendant ce temps nous apprenons comment conquérir Élysée, cible mineure indéfendable, insurgés s’empareront plutôt de Cadet et Puteaux, autres objectifs étant secrets.

Quant à radicalisation islamique, elle peut aller très vite. Deux mois dit DGSI, quelques semaines soutient Revision, surtout dans le cas Benalla. Aéroport Lyon-Saint-Exupéry, bougnoul dérobe Mercedes par car-jacking, action violente, avant d’emprunter autoroute à contresens à grande vitesse. Deux motards de gendarmerie et un hélicoptère  le suivent. Le bougnoul explose deux vitres avant d’arriver sur le tarmac où il aurait pu écraser passagers d’un avion à bas prix. Il dit « vive Allah ! » lors de son arrestation.

Décision de jugette d’USM, l’envoyer en hôpital psychiatrique, mais non, sa place est en CC. Jdem pour Benalla, il n’est pas fiché S, pas plus que son collègue lyonnois âgé de 31 ans. Benalla a depuis peu 27 ans. À ces âges-là radicalisation peut être fulgurante. Benalla est très dangereux.

Intéressantes informations se trouvent surtout sur toile, pas dans grand presse. Cette fois dans Boulevard Voltaire, qui va à essentiel. La feuille commence par citer l’article 68 de la constitution : « le président de la République ne peut être destitué qu’en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat ». Juriste Castaner avait donc raison, destitution du président est possible en théorie mais pas en pratique. Quand Macron fit bombarder Syrie par aviation et marine il eût dû être destitué.

Boulevard Voltaire rappelle ensuite que parjure devant commission parlementaire est passible de cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende. Or le général Bio Farina fut à la limite du parjure quand il osa prétendre que Benalla ne portait pas d’arme à feu au palais présidentiel, sauf le jour où il lui montra son flingue de retour d’un entraînement en club de tir. Occasion d’apprendre que Benalla dispose d’un permis de port d’arme professionnel, pas privé. Le chouchou de Macron, dont il était intime depuis deux ans, disposait de toutes sortes de prérogatives. Parjure, car le général n’avait pas dit ça devant Assemblée nationale où il fut plus catégorique : Benalla portait arme à Élysée, mais pas à l’extérieur à sa connaissance.

Boulevard Voltaire poursuit en citant fanfaron Mélenchon, qui hurle : « Ils ont peur de quelque chose, mais quoi ? Qu’est-ce qu’ils craignent ? » Contrairement au présumé quart de juif Revision dît mais de quoi ?

Que sénateurs demandent à Benalla s’il a fait amour à Brigitte Macron, car on ne le traite pas de gigolo à chambre haute. Benalla pourra objecter que c’est affaire privée ne regardant pas la commission. Non, dira roturier Bas, c’est affaire d’État et commission se demande, monsieur Benalla, si une de vos missions confiées par monsieur le président de la République était de reluire madame Brigitte Macron. Chou gras pour presse pipole.

Boulevard Voltaire croit enfin savoir que Benalla compte se réfugier au Maroc. Majorité des députés islamisante, roi pédocriminel, tout baigne pour lui. Il ne sera plus menacé de mort par bougnouls, fachos et ultragauchos de France.

Dernière minute : Benalla serait allé à Londres début septembre où il se fût entretenu avec fiché S selon Canard enchaîné. Allez-vous attendre qu’il soye trop tard pour le vaporiser ?

Source de Médiapart et du Canard est souvent renseignement, c’est rassurant de savoir qu’il colle au cul de Benalla et que première impression de Revision est maintenant tenue pour vraisemblable. Voilà de quoi le régime avait peur, qu’on découvrît que Macron a introduit djihadiste au sommet de l’État. Le président est désormais suspect de crime de haute trahison. À toi juive arabe Benbassa d’enfoncer Benalla sur ce point, ton mauvais élève d’études juives Guionnet te soutient.

4 votes excellent une heure après parution de ce papier, bon signe, puis suffrages n’ont pas bougé pendant des heures comme si temps était suspendu. Bah ! on ne pige pas tout de suite, mais relisez propos de Benalla en Démon et JDD, ceux de TF 1 comptant pour du beurre, ego de Benalla est surdimensionné ; vexé, le voyou va forcément devenir djihadiste s’il ne l’est déjà. Rôle de taupe n’est pas drôle, tenir double langage difficile et Benalla s’est emmêlé les pinceaux. Soi-disant pour la démocratie il est ennemi de la république. Grand écart périlleux, car s’il se casse la gueule il risque d’exploser ses batoches.

FRONT D’ISSY

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 02:38

Issy ville de péquenauds ou de ploucs ? Faux, car on estime à 300 le nombre de ploucs dans la vergne. Indigènes ont fait fuir Benalla, c’est déjà ça, ils ont prouvé qu’ils ne sont pas les derniers des cons. Hélas ! Alembert se snobardise : cinq petites berlines noires dans la rue de toutes marques, BMW, Citroën, Renault, Volkswagen, la cinquième n’ayant pas été identifiée avec certitude. Heureusement pas de Renault Talisman. C’est fini, la ville n’est plus cité ouvrière depuis longtemps. La nuit, gars et filles braillent jusqu’à près de deux heures du mat’, c’est presque l’enfer.

Mais causons du vernissage de l’exposition d’art contemporain de jeudi dernier à laquelle Alain fut naturellement invité. Conformément à son rituel Alain commença par bâfrer petits fours et par écluser bouteilles de champagne, bien que le buffet laissât à désirer. Puis il s’assit dans la cour à côté de deux pies.

Alain ne dit pas voleuses car il n’en sait rien, mais il ouvrit ses esgourdes. Avenir selon art contemporain serait génocide. Pie a visité musée d’Orsay où photographies d’un artiste palestinien sont exposées. Alain imagina aussitôt photo du cadavre d’un enfant déchiqueté et brûlé au napalm. De quoi vous mettre en appétit ou bien de vous faire dégueuler.

Pies aiment les nus, dont tout le monde a compris qu’elles sont jeunes, moins de la trentaine. Une d’elles observe que Courbet se tapait sans doute ses modèles, haut niveau de réflexion. Puis elles causent bouffe car elles vont voler sur Paris. Radine soutient qu’on peut trouver assiette à dix euros en bistrot parisien, sa compagne objecte à midi oui, mais pas le soir. Toutefois première garce persiste.

Dommage, car nous proposons brochette de juif à deux euros seulement juste à côté, aux Hauts. À ce propos, café-restaurant du vieux Meziane, kabyle autrefois doué dans les affaires, est vacant. Mais vu que le quartier s’embourgeoise, avis aux repreneurs, c’est bonne affaire surtout s’ils écoutent conseils de l’indigène. Le soir lumières tamisées, parfois nus artistiques, surtout qu’il y a putes dans le coin, spécialité locale non citée précédemment.

Jacques Moulin s’écrie : « tu es trop modeste Alain, tu aurais dû vanter la qualité du travail des putains d’Issy depuis longtemps. »

13 septembre 2018

FEUILLETON BENALLA

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 12:47

Crise d’État ne cesse de rebondir. Lundi 10 septembre, plébiscite des députés de République Emmanuel Macron en faveur du truand Richard Ferrand. 312 députés sont réunis au palais des congrès de Tours pour élire président de leur chambre. Petite surprise, l’escroc, avec 64 % des voix, est élu au premier tour, mais sa principale opposante décroche 85 voix, la troisième 15, la quatrième, novice en politique, 5, le dernier 4. Soit 109 voix pour l’opposition au Führer, 164 pour le chouchou de Macron, c’est Ferrand qui s’appelle ainsi.

Par chance le voleur, ancien député finistérois socialiste, est fruste et sortira de son devoir de réserve sur le perchoir, mais il confirme l’emploi du mot chouchou. D’autre part Moscou et Issy savent depuis longtemps Macron eunuque, mais Michel Onfray a lui aussi raison de le dire juvénile, car il s’agit de se mettre dans la peau du personnage n’ayant jamais été adulte. Onfray observe la façon dont Emmanuel tient la main de Brigitte, sa seconde maman. Sortez votre mouchoir pour essuyer vos larmes !

Mardi 11 septembre, anniversaire des attentats israélo-amerlques de sinistre mémoire, institut de sondage Doxa confirme la chute de popularité du président, passé de 34 % (IFOP) à 29 % en cinq jours. Garde d’icelle conseille dans la matinée à Benalla de ne pas se rendre à l’invitation du sénat de l’auditionner. 14 heures, voyou, que Libération appelle petite frappe, dit son intention de ne pas honorer l’invitation du sénat en insultant copieusement les membres de sa commission, ces « soi-disant sages » ennemis de la démocratie parce que monarchistes selon lui.

L’ignorant ne sait pas que la plupart des FF∴ furent partisans du raccourcissement de Louis XVI et de son innocente femme ostraque Marie-Antoinette. Initié il y a peut-être moins d’un an bien que stupide, Benalla n’aura rien appris en loge, ou atelier. Ruse de guerre, quand vous causez à un frangin parlez lui d’atelier, le gars sera content. Il adore cette référence à franc-maçonnerie opératrice, alors qu’il est spéculateur. Quand vous combattez ennemi flatterie est arme redoutable. Au weïchi, jeu appelé vulgairement go, on offre parfois pierre ou appât à l’ennemi, opération de diversion. Pendant qu’il songe à la façon de l’anéantir vous attaquez ailleurs. Au demeurant pierre conserve adji, mot barbare nippon, arrière goût. Car c’est bien de bouffer une pierre mais encore faut-il la digérer sachant qu’elle peut être réveillée à tout instant.

Eh oui, Issy n’est pas seulement magyarisée, mais aussi sinisée et nipponisée. Jacques Moulin râle : « Chef, tout le monde sait que tu fus Führer de Revue française de go et qu’à l’époque gens t’accusaient d’exotérisme, mais tout n’est pas fini. Tu es presque le seul à savoir réveiller pierre, truc magique. Bobos et moi te croyons. Mais Benalla a fui Issy par peur de toi. Il y a agents de DGSI dans son réseau qui lui ont dit que Guionnet peut traduire ses paroles en actes. »

Lesdits sages remontent les bretelles de Benalla peu après l’esclandre de Castaner et de la ministre de la justice. Ils rappellent au bagarreur de rue qu’il peut être contraint de comparaître par la force et qu’il encourt peine de 2 ans de prison et 5 500 euros d’amende au cas où il ne se présenterait pas de son propre chef. Résultat, le voyou se ravise dans la soirée car il est lâche, comme le confirme son déménagement d’Issy où il aurait reçu maintes menaces de mort. Présumé djihadiste de moins dans la capitale ! Même si ce n’est pas encore sûr, mais ce fut impression d’Alain d’Issy quand il vit Benalla monter la côte d’un pas pressé, regard anxieux, été 2017.

Dans la soirée, coup de fil de Macron à Gérard Larcher, président du sénat, conversation tenue secrète mais presse croit comprendre que Macron aurait enjoint à Larcher que sénat n’empiète pas sur prérogatives d’institution judiciaire dans l’intérêt de son chouchou et de lui-même, tous deux en perdition.

Mercredi 13 septembre, journée commence bien avec audition de Maxence Creusat, commissaire de police suspendu incriminé pour avoir communiqué films de vidéosurveillance de la Contrescarpe à Benalla. Le gars parle assez bien et ne répond qu’aux questions de la compétence de son service dont il est troisième en grade. Ne voulant pas s’ingérer dans l’enquête judiciaire, sénateurs ne lui demandent pas qui lui a donné ordre de remettre les enregistrements à Benalla. Mais réponse semble s’imposer : le chef de son service, qui a obéi à autorité supérieure  pour l’instant inconnue, proche du dictateur.

Commissaire de police = F∴ est très souvent vrai. Creusat n’emploie pas subjonctif parfait, règle maçonnique ultrarépandue, surtout que son audition n’est pas dîner mondain, il est invité à causer jargon juridique. Il applique bien loi du silence capitale en loge et en police politique. Creusat est même brillant quand il dit à sénateur gâteux « j’ai déjà répondu à cette question ». Mais il est F∴ car il feint de ne pas savoir décliner lequel. Signe de reconnaissance de la secte, à laquelle appartient un tiers des sénateurs qu’il s’imagine mettre ainsi dans sa poche.

Ce sera aux trois jugettes d’instruction, en théorie indépendantes du parquet, de répondre à la question de savoir qui a véritablement donné ordre à Creusat de commettre le délit dont il est accusé, tandis qu’arbre policier est de plus en plus vermoulu. Surtout quand on approche sa tête, sa racine dit le naturaliste.

Peu après, élection de Ferrand au perchoir fut plus laborieuse que prévu. Il obtint 254 voix sur 484. Dissidence commence à apparaître parmi les députés  laquais et courtisans de Macron dont 54 voix manquent à l’appel. Dissidents ont surtout voté pour liste du Modem, qui a créé surprise en obtenant 86 voix, tandis que quelques-uns ont voté blanc ou se sont abstenus. Dissidence va forcément gonfler vu que Macron accumule parjures et abus de pouvoir.

Observation historico-raciale à présent. Boches d’origine sont nombreux en France, près de 20 % de la population. Église catholique romaine, longtemps maîtresse d’état-civil, a francisé leurs noms. Elle a traduit Wilhelm par Guillaume, mais aussi par Guiot, dont Guillon et Guionnet sont dérivés. Puis débarquèrent boches qui conservèrent leur nom, comme François-Xavier Lauch, poireau, ou Alexis Kohler, sans doute charbonnier. Passé à l’étranger, Lauch est bon soldat de tradition bochine. Crussiez-vous-que Galois ne s’entendissent pas avec lui ? Nenni.

Chef de cabinet Lauch est explicite sur les dysfonctionnements de police et préfecture.  C’est lui qui causa le premier du feuilleton Banalla, idée qui trottait dans la tête de Revision. Allez-y lecteurs, ajoutez-en une couche, causez de la piccolissima Revision ! Ce dont nous nous foutons, notre objectif étant de faire avancer le schmilblick, mot barbare bretoc, même si le pote de Roussel était étranger à cette race que Revision a peur de prétendre humaine.

Lobby boche existe-t-il en France ? Non, mais force est de constater que deux révisos célèbres, feu l’issisois Thion dont le nom fut francisé, et que l’auverpif Theil portent patronymes d’origine germanique. Comme Guionnet dont l’appartement se trouve  surtout rue Sainte-Clothilde, mais pas sa porte d’entrée, tandis que deux libraires parisois diffusant littérature révisote portent noms boches. Conclusion, coterie bochine n’existe pas en France, même si son existence est avérée. Poireau, à ne pas confondre avec Poirot d’Agatha Christie, est bon cheval.

Lie médiatique dit Benalla intelligent, archifaux. Faites un peu de physico-psychologie. Petite frappe Benalla mesure près d’1,70 mètre, médiocre taille de nos jours. Regardez le spécimen, il est dégingandé. N’ayant jamais fait sérieusement sport, il est adipeux à l’âge de 26 ans. Il proclame « je me battrai avec mes petits bras », mais voyez ses jambes de profil, elles sont fluettes et arquées de façon singulière. À Auschwitz, nous nous fussions posé(s) la question de savoir si nous l’envoyassions au Krema 1, 2 ou 3, même si le 3 fut peu utilisé.

Horreur pour lui qui ment comme il respire, il devra prêter serment de dire vérité devant la commission, mensonge étant passible de peine de prison. Benalla a menti à police, il peut le faire en justice dont les décisions reposent souvent sur faux témoignages, comme en presse, dont journalistes sont payés pour répandre fausses nouvelles, mais ça lui sera plus difficile devant la commission, surtout que le voyou a insulté sénateurs le 11 septembre, date risquant de lui être fatale. Car c’est outrage pour un F∴ sénateur d’être traité de royaliste.

Diagnostic psychologique de Benalla est clair : petit, sec et nerveux. Bref sa mère, sans doute mariée à bougnoul alcoolique, qui a sans doute abîmé  son embryon en la frappant, circonstance atténuante pour Benalla.

Quant aux nombreuses menaces de mort que Benalla aurait reçues à Issy, elles viennent surtout d’Alain qui propose de tuer, crever, liquider, navrer, nettoyer, occire, trucider Benalla, à qui il adresse ses sincères condoléances par anticipation. Nous ne sommes pas mafieux à Issy, mais hélas ! nous avons adopté tics corsicauds. 1 500 anciens esclaves des Maures révoltés suffisent à influencer masse de la vergne.

Macron, tout le monde est contre toi, corsicauds, boches et bretocs. Jacques Moulin objecte : « Chef, tu racontes n’importe quoi, tu n’es ni corse, ni germain, à moitié breton, et tu voudrais qu’on fît guerre au juif, impossible. » Guide rétorque qu’audiences sénatoriales vont durer des mois et qu’il ne va pas toutes se les taper, surtout que certains sénateurs, proches du gâtisme, répètent mêmes questions. Alain est doué pour chronique judiciaire, comme l’a jugé Robert Badinter, mais il faut lui filer pépettes pour faire le boulot.

Vendredi 14 septembre, Christophe Castaner, dit castagneur, chouchou et traître de Macron, a répondu à la question, il a incendié sénat. Joueur de poker, il a accusé sénat de vouloir destituer Macron selon Démon, de « faire tomber le président de la République » selon Parichien, les deux sont vrais. Aux States of America procédure appelée impeachment existe sur le papier, mais n’est malheureusement pas appiquée en France. Pourtant Macron est immature et sixième puissance mondiale ne saurait être dirigée par un enfant.

Nous n’allons pas attendre des mois rapport de commission sénatoriale, des années décision de justice, coup d’État ou insurrection s’impose. Lecteur, vous avez mis longtemps à enclencher sur « Feuilleton Benalla », mais c’est parti. Êtes-vous prêt à insurrection armée ? Revision oui. On reconnaît bon chef car il marche ou galope à la tête de sa troupe sans être au volant d’une Renault Talisman.

Pendant ce temps chouchou Castaner complote contre son maître dont il rêve de prendre la place. Forcément, il est dauphin. Passé de mauvais élève de Castagneur est connu, il a obtenu son bac à l’âge de 20 ans grâce à la politique du présumé pédocriminel Jack Lang qui recommandait le bac pour tous. Pour 90 % des candidats, corrige Jacques Moulin. Bon, Jacquot, tout le monde le sait, mais je pense à art de la guerre qui conseille de ne pas attaquer l’ennemi de front mais d’abord de le diviser.

Prétendre que le sénat cherche à destituer Macron est abus de pouvoir et de langage de Castaner, qui fait sienne la thèse de Benalla selon laquelle Macron serait visé à travers sa personne. Quand le voyou parle de ses petits bras, il pense qu’il n’a pas le bras assez long. Pourtant on en découvre tous les jours, une de ses missions était d’ouvrir la boutique du palais présidentiel inaugurée jeudi dernier. Puis le ministre chargé des relations avec le parlement vient à son secours en accusant le sénat de façon extravagante, tandis que la ministre de la justice se fait son avocate, après le coup de fil passé à Larcher par Macron. Benalla a bel et bien le bras long et ment comme d’habitude.

Bah ! Castaner complote, car c’est lui qui aimerait voir Macron destitué, le joueur de poker en étant le successeur désigné. Ce qui se discute, car ce peut aussi être le président du sénat en application du code constitutionnel, d’où le coup de bluff de Castaner qui n’a rien à perdre.

Quand Macron a dit « j’ai pas d’ami » il avait pour une fois raison, même s’il affichait son mépris de grammaire françoise. Tout le monde complote contre Macron, y compris certains de ses chouchous. Ce n’est pas nouveau en histoire, têtes couronnées et empereurs se sont chamaillés et parfois entretués pour broutilles et jalousies, poison étant arme préférée des femelles, dit-on, dague ou épée celle des mâles.

Qui tuera Macron ? Réponse pour l’instant inconnue. Alain ? Oui, si le monstre se pointe à Issy dont le talus fut sacré par les Galois. Voyez, nous ne parlons plus des montagnes d’Issy, mais de ses talus, car il y en a deux. Nous sommes prêts à négocier. Hôpital psychiatrique semble s’imposer pour Macron, dans la section enfants. Il pourra jouer aux petits soldats dans le jardin, mais il ne pourra plus ignominieusement envoyer marine et aviation bombarder Syrie, pays allié de France depuis un peu moins d’un siècle.

Benalla et Crase seront entendus au sénat mercredi matin, émission à ne pas manquer. Mais rassurez-vous, leurs péroraisons passeront en boucle sur Youtube car CIA s’imagine être maître du jeu.

Le régime est à l’agonie mais salope Nicole Belloubet, au cheveu châtain clair, compte en profiter pour entrer en histoire. Elle sait qu’elle ne sera jamais miss France et rêve d’égaler la sataniste Taubira. mais elle ignore peut-être sa vraie mission consistant à bloquer procédures judiciaires visant pédocriminels, ce dont Taubira avait parfaitement conscience. L’ancien président du tribunal pour enfants de Bobigny fut accusé de pédocriminalité après que plusieurs indices de sa culpabilité eurent été rassemblés, affaire enterrée. Et Taubira se précipita à la fête donnée par le magistrat à Bobigny à l’occasion de son départ à la retraite.

En revanche, Belloubet se déchaîne sur les religieux chrétiens soupçonnés de pédérastie avec l’accord du pape jésuite. Un curé de 64 ans vient d’être jeté en prison préventive pour attouchement sexuel d’enfant, délit difficile à prouver, mais le religieux pris de remords a peut-être avoué.

9 septembre 2018

VILLON REVU

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 23:56

Danny a provoqué Alain d’Issy en lui balançant Villon, qui se prononce presque comme Fillon. Voici ses quatre premiers vers de « Ballade des pendus » en version Revision :

Frères humains qui après nous vivez

N’ayiez les cœurs contre nous endurciz

Car se pitié de nous pauvres avez

Dieu en aura plus tost que vous merciz.

Version différente de celle de Juifkipédia. Nous écrivions ayiez et soyiez en moyen françois, coutume encore rarement en usage. Z et s finals étaient quasiment identiques en ancien françois, muets sauf liaison, mais Villon a tenu à la rime d’endurciz et merciz. On pouvoit dire les deux à l’époque, se ou si. On jasoit cependant de tost plutôt que de tôt, mot novlangue. À ne confondre ni avec tos ni avec toast, même si le mot rosbif est tiré de tost.

Rosbif est champion des coups fourrés. Voltaire est mieux étudié en Grande-Bretagne qu’en France, où nombreuses gens ont tendance à le dénigrer, à l’exception d’Alain fier d’habiter à côté du quartier Voltaire.

Danny a défié Alain. Il lui a dit tu peux signer « Ballade des pendus ». Mais il faudrait qu’il disposât du texte original, or BN se trouve à plus d’une heure de marche, puis métro, puis marche, puis formalités, puis attente en salle de lecture. Alain te l’a avoué, Danny, il est lâche.

Zigouiller Benalla ou Macron est en revanche à sa portée, puis il roupillera en mate. Où il ne sera pas pendu car il est fini le temps où on pendait les vilains. « Ou vil Alain », dit Jacques Moulin. « Ne ramène pas ta fraise Jacquot, retourne dans ta niche des Moulineaux, où je ne te cherche pas les crosses, j’achète seulement mon Viagra aux Moulineaux. »

Forcément, à 64 piges vous ne bandez plus comme un phoque. Le pire est qu’Alain semble presque humain pensent fliquettes et gendarmettes.

RADIO C.I.A. MENT

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 05:01

Ce n’est pas Europe 1 cette fois mais RTL radio CIA. Après avoir dîné vendredi avec salope Angela Merkel en perdition en bochie, Macron s’est tapé bain de foule de 45 minutes sur Vieux-Port à Marseille. Jeune a demandé à Macron pourquoi Élysée protège Benalla. Le négateur, parfois appelé révisionniste, a tout nié en bloc. Selon lui, Élysée ne protège pas son chouchou Benalla.

Mais ils sont où, où sont les Marseillois ? Pendant la révolution ils ont pris palais des Tuileries. Parigos les en remercient, même si Joël Labruyère n’est pas d’accord. Bah ! on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Macron a ensuite rencontré F∴ Mélencon. Ravi, Macron a secouru Mélenchon, excessif dans ses propos. Idiot Mélenchon avait vu  peu de temps avant dans le président « le plus grand homophobe », lapsus à moins que Mélenchon sous-entendît qu’il est lui-même pédéraste.

Mélenchon a avoué qu’un de ses grands parents est originaire d’Afrique du nord, sans indiquer s’il était juif ou bougnoul. À notre avis il était juif car Mélenchon a culot, chuzpah en hébreu, vu que nous sommes contraints d’apprendre hébreu à Issy, accessoirement à Paris, et à Marseille. Il y avait près de 30 000 juifs en France en 1789, c’était le bon temps, maintenant beaucoup plus. Et Macron soutient cette lèpre.

Marseillois, réveillez-vous, il va falloir en mettre un coup, nous irons jusqu’au bout du monde. Chant certes reprochable parce que bretoc, mais Marseillois ne foutra rien sans l’aide du bretoc. Il resterait assis sur son cul, les bras croisés, comme Antoine. Pourtant sa mère lui avait dit de se faire couper les cheveux, mais le contestataire a refusé.

Chanson est bien connue ; CIA ment, CIA ment, RTL est juive allemande. Prends-toi ça dans la gueule RTL Radios étrangères font la loi en France, Europe 1, RTL, RMC. Nous ne disposons pas de preuve pour l’instant que RMC bosse pour CIA mais nous la suspectons. Faudrait vite créer radio Guionnet, qui sera dite bochine mais antimerkel. Brigandes y passeront en boucle, mais aussi Antoine, Jacques Dutronc, Beatles, Rolling Srones et Pink Floyds. Sans exclure musique punke car Alain est moins raciste qu’il paraît.

Il a donné hier pièce d’un euro à vieille femme allongée sur le sol place de la Mairie dite officiellement de la République. Il a maudit le bourgeois lui ayant donné dix centimes. Puis scouts sont montés à Alembert. Ils étaient trois dont deux blonds. Ils voulaient lui vendre calendrier. Par chance, Alain n’était pas à poil, car le monstre est presque toujours nu en été dans son appartement. Scouts l’ont repéré. Alain n’est pas catholique romain, mais il protège Saint-Étienne. Il préfère Étienne à Jésus, c’est son choix. Enfants comprennent parfois mieux les choses qu’adultes.

Alain préfère Étienne, Macron Benalla. Mais viens te taper bain de foule à Issy Macron, tu n’en sortiras pas vivant. Alain est prêt à te tuer plutôt que Benalla. Il sera ensuite lynché par foule macroniste mais il s’en fiche. Brigandes chanteront ses louanges.

Macron a encore 34 % de popularité, dit-on, mais ta chute n’est pas finie. Tu n’auras bientôt plus qu’un quarteron de féministes, de pédés introvertis et de lesbiennes pour te soutenir. Sans oublier les eunuques dont tu es roi. Signe de dégénérescence, internautes parlent surtout maintenant de Benala, ils feignent d’ignorer que Benalla est fils d’Allah.

Tu t’entends bien avec le pape jésuite Macron, vous êtes tous deux favorables au syncrétisme et à immigration massive des musulmans en Europe. 34 %  ce n’est pas rien et voyez comment étoiles de ce papier chutent. Forcément, je suis issisois antimacroniste et ne cache pas mes intentions assassines. C’est très mal vu d’être antimacroniste à Issy, mais tu devrais t’en vanter Macron en disant que tu tolères même tes ennemis.

Anecdote locale, église Sant-Étienne est illuminée par quatre puissantes bornes pédestres, normal car c’est monument historique. Enfants et jeunes adultes scouts sont réunis au presbytère. Mais shocking façade nord d’église du séminaire n’est pas illuminée à 21h10, tyran aurait-il soudain décidé d’économiser argent du contribuable ? Ça ne lui ressemble pas, Santini ayant toujours été généreux avec argent des autres.

De retour de Convention, Alain ayant quitté rue d’Alembert avant de passer quartier Voltaire pour aboutir à Convention, cela ne s’invente pas même si ce parcours effraye Joël Labruyère, façade nord d’église Saint-Sulpice était illuminée. Tout semblait rentré dans l’ordre. En montant rue de la Glaisier, Minard en novlangue, Alain croisa deux scoutesses, elle n’eurent pas peur de lui. Forcément, rumeur court vite : le vieux barbu défend Saint-Étienne.

Quelques jours plus tard, popularité de Macron n’est plus que de 29 %, nouveau record de baisse, lié à l’élection que Macron a favorisée de l’escroc Richard Ferrand au perchoir d’Assemblée nationale, car le dictateur s’entoure de voyous et voleurs, dont il fait partie, pour renforcer son pouvoir.

Vient enfin soudain accès de lucidité du philosophe antiréviso Onfray, qui juge Trump psychopathe, avant d’ajouter qu’il n’est ni le premier ni le dernier homme d’État dans ce cas. Puis de balancer Macron qui méprise le  peuple et prend les Français pour de demeurés. Ou de constater que « voter pour candidat unique est signe de la dictature ». Et surtout de juger Macron « infantile », quasi synonyme d’eunuque dans ce cas.

8 septembre 2018

SOLDATS DE METIER MASEILLOIS

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 21:39

Soldats de métier marseillois ont tué et massacré près de 3000 gardes suisses qui défendaient palais des Tuileries. Revision ne se prononce pas à ce sujet, c’est trop compliqué, mais idiots chantant Marseillaise sont les derniers des corniauds.

« Voilà, chef, tes innombrables racismes ne te suffisent pas, tu verses maintenant dans le racisme antifrançais. Tu te dis que ton cul est dodu et que tu n’auras pas mal si tu chutes au sol. Tu es lâche, tout le monde le dit en ce moment. Bien sûr, si tu tues Benalla, ta cote sera en hausse vertigineuse. »

»

 

,

6 septembre 2018

ELYSEE VOUS PARLE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 14:45

Question facile pour commencer : comment dit-on communiqué en rosbif ? Communiqué. D’autres plus difficiles suivront auxquelles nous ne vous donnerons pas les réponses. Bref, haut secrétariat de police d’Élysée communique : « individu révisionniste dangereux se promène en toute impunité à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Il a air placide, mais ne vous y fiez pas, il est raciste antiboche, antirosbif, anti-amerloque, antibougnoul comme il dit. Il épargne seulement pygmées et lapons. Et il est armé. »

Vrai et faux, Alain a appris sports de combat mais ne fut jamais diplômé. Il remarque seulement que Benalla est branleur, même s’il a peut-être fait balayette à la fille du jeune Grec place Contrescarpe, film du bougnoul grenoblois étant à réexaminer.

Vous voyez, bobos, Revision enquête. Elle n’accuse personne, sauf Benalla et Crase. Grecaillon monte à Paris, résultat il se tape une Françoise. Il n’a pas menti aux CRS contrairement à ce que prétendent macronistes. Il porte nom grec à coucher dehors. Eh oui, Revision est antigrecque parmi ses innombrables racismes. Elle ne connaît dans cet idiome que poutsi et mouna, verge et con. Mais cétacé dit le cachalot.

Viennent enfin cinq questions fatales auxquelles vous n’aurez pas les réponses : 1°) qui a détenu pendant trois jours trophée de la coupe du monde de football ? 2°) Pourquoi ben Alain appelle-t-il Alexandre Benalla Yose ? 3°) Ben Alain tuera-t-il Benalla ? question déjà posée. Mais nous nous interrogeons, c’est facile pour Alain de descendre dans la plaine et nettoyer Benalla, il relèvera honneur d’Issy, ville défendue face au prusco. 4°) Ben Alain comptes-tu soutenir tes potes Attali et Minc ? Tu guerroyes contre Macron, eux aussi. 5°) À combien de temps estimes-tu ton espérance de vie ?

Bah, je m’en balance. Espingounes viennent de raser mes murs. Je ne les ai pas tuées. Elles sont heureuses, moi aussi. Renault 4 présumée de DGSI est toujours là, elle change parfois de trottoir. À mon avis, service secret enregistre et écoute mes mes conversations téléphoniques, lit mes brouillons sur calculateur, mais ça ne lui suffit pas, il veut savoir ce que je dis quand je parle tout seul à travers vibrations des vitres. C’est pourtant simple, Alain dit souvent « Que je suis con ! »

Alain a fidèles soutiens comme the Savoisien, pardon pour ce barbarisme. Il est vraisemblablement de race ritalingue alcoolique. Il nous pardonnera ces insultes car elles ne le sont pas. Bon, Alain et le Savoyard, qui sait qu’il est goy, attaqueront palais d’Élysée, ordre sera donné aux gardes mobiles de ne surtout pas les tuer vu que bavures de Benalla ont gâché été de monsieur le président. Militaires obéiront. Les malheureux se taperont 24 heures de garde à vue pour vaine tentative d’insurrection désarmée.

Résultat, les deux complotistes se serreront paluche à leur sortie du commissariat. Alliance d’Issisois et de Savoyard impossible ? Nenni. Alain fera morale, il dira : « En société du spectacle symbolisme est capital, nous avons fait notre boulot. » Il oubliera sa rancœur pour ledit Savoisien. C’était aussi à toi de traiter les affaires Lelandais, mais tu t’es dit, pleutre, qu’Alain faisait le boulot. Tu vois en Alain locomotive. Aucune rue n’est plus sûre qu’Alembert à Issy, où nous tolérons armingos, espingouins, tos, etc., mais pas Benalla.

Cinq votes excellent, c’est pas mal à cette heure. Nous conseillons à nos potesses salvetatoises d’employer autodérision, arme redoutable. Alain d’Issy dangereux ? Peut-être, mais on peut tout lui pardonner car il est con. S’il liquide Benalla, ce sera par inadvertance. Il pense déjà à sa plaidoirie aux assiettes.

Il dira : « Je ne l’ai pas fait exprès, madame la présidente, le coup de feu est parti tout seul. — Mais vous avez chargé votre fusil avant d’aller trouver monsieur Yose dit Alexandre Benalla ? » « Non, c’était balle que j’avais oubliée dans la culasse. » — Monsieur Guionnet, vous avez dit à plusieurs reprises sur votre blog, je vous cite, votre intention de liquider, navrer, nettoyer, occire monsieur Benalla. » « C’est uniquement parce que j’adore ancien françois. Je préfère dire navrer ou occire plutôt que tuer, mot affreusement banal. » — Le jury appréciera, mais à mon humble avis aucune peine de prison ne sera assez lourde pour condamner monsieur ou Herr Alain Guionnet. »

En disant cela présidente commettra vice de procédure. Petit Alain aura gagné. Il aura cogné la moule de la présidente, spécialité issisoise. Il sera acquitté pour vice de forme. Ce n’est pas de sa faute si son patronyme est présumé de lointaine origine bochine.

Auditions vont reprendre à chambre dite haute (sénat). Nous allons de nouveau nous tordre de rire. Macron a fait de Benalla son chouchou car il n’est guère plus grand que lui. Idem pour le nabot Charkeuzy quand il nomma Fillon premier ministre, fillon étant masculin de fille. De Gaulle et Chirac étaient grands, mais pas leurs successeurs, le juif Charkeuzy, son coreligionnaire présumé Hollande, enfin Macron dont judaïté n’est pas prouvée, seulement son impuissance.

On peut dire les deux en magyar, Sarkeuzy ou Charkeuzy. Alain d’Issy préfère dire Charkeuzy, raisons étymologiques sont trop longues à expliquer. Mais Élysée vacille. Plan d’Alain de conquérir le palais échouera, c’est certain. Mais il aura défendu symbolisme. Alembertois sont fiers d’avoir dans leur rue vieux con réviso dur, ne les décevez pas.

Président de commission sénatoriale s’appelle Philippe Bas, ça tombe bien car Benalla et Macron sont assez petits, surtout que Benalla a pois chiche à la place du cerveau, ce qui ne l’empêchait pas de rouler sur or et en Renault Talisman. Hélas ! Élysée refuse de communiquer ses fiches de paye, voyez qu’insurrection est justifiée. The Savoisien, au nom vétérotestamentaire, et Alain auront échoué, belle affaire ! Si vous voulez voir gueule d’un vrai juif, feuilletez prose du Savoisien dont cerveau est légèrement plus gros que celui de Benalla et bien sûr que celui d’une femme.

Jacques Moulin maugrée : « Chef, tu ne vas pas te faire des amies chez les féministes, tu as encore loupé occasion de te taire. Tu vantes mérites de diplomatie, tu soutiendras que tu auras tué Benalla par inadvertance, bien, mais ne te mets pas femmes à dos, elles sont majoritaires et coriaces. »

Tu as raison moulinette, cela raccourcit mon espérance de vie, mais je m’en fous. Mon esprit est plus celui du hussard que du cheveau-léger Tu connais la chanson ? On dit Issy überalles, jamais Moulineaux überalles.

Moulin rétorque : « C’est vrai chef, tu causes mieux boche que moi, bien que j’étudie ce patois dans méthode à Mimile, mais tu avais peu dit précédemment que tu es d’origine bochine. »

— Bah, boches de France taisent souvent leur identité première. Ils n’avouent jamais qu’ils bossent pour cinquième colonne. Mais mets-toi ça dans la tête Benalla, cinquième colonne veut ta tête et l’aura. »

Moulin dit : « Ta tendresse est remarquable chef, tu tueras Benalla comme ça, en passant.  » —  Non, je compte sur jeune faf pour faire le boulot. Suite est prévue, flics me serreront car je suis coupable idéal. Je fermerai mon clapet pendant plus de 36 heures afin de laisser au criminel le temps de fuir. Puis j’ouvrirai ma couenne, je dirai mon alibi. En béton, bien sûr. »

« Tu es lâche Alain ! » — Oui.  »

Page suivante »