Alain Guionnet – Journal Revision

1 décembre 2017

MAELYS : ECLAIRCISSEMENTS

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 18:21

Record battu cette année, 202 vues hier, 114 hui à 17 heures, contre 50 par jour en moyenne. Pas un mot sur Maelys, thème dont raffolent maints lecteurs sachant Revision spécialiste de l’affaire, bien que la revue s’inspirât surtout des propos de journalistes sans toujours indiquer sa source. Comme le fait que Nordahl aurait été inquiété pour vol à la roulotte et cambriolage, allégation de Paris-Match. Mais journalistes racontent n’importe quoi, il se copient les uns les autres et inventent pour combler les vides. Chose semble sûre cependant, Lelandais aurait été condamné à six mois de prison ferme pour incendie volontaire d’un restaurant, mais nous ignorons s’il a fait quatre mois de placard, justice étant très indulgente avec les anciens militaires.

Comme avec cet ancien adjudant de gendarmerie d’Angoulême âgé de 53 ans, condamné pour abus sexuels pédérastiques, viols répétés de sa nièce dans les années quatre-vingts en l’occurrence, maintenant accusé d’avoir violé un garçon de 6 ans et abusé sexuellement un bébé de 2 ans sur sa table de lange. Sa nièce porta plainte contre lui en 2006 et il fallut attendre dix ans pour le voir condamner à deux ans de prison, peine qu’il n’a pas purgée. Et le gendarme révoqué, bien que récidiviste présumé, est sorti libre du palais de justice d’Angoulême, seulement placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d’approcher les enfants.

Sa femme, assistante maternelle, était sa complice, car elle s’absentait pour aller boire un café chez une amie et remarquait forcément le visage défait ou éploré des enfants à son retour. Voilà le niveau de délabrement atteint par le système judiciaro-policier français : aux juges pédocriminels légion d’honneur, à leurs gendarmes subalternes exemption de peine.

Mais venons-en à Maelys en citant Parisien, journal le plus compétent pour évoquer faits divers. Il commence par citer Jean-Yves Coquillat, procureur de Grenoble, qui déclara hier lors de sa conférence de presse, après avoir dit que l’enlèvement eut lieu selon lui à 2h45 : « À 2h46 et 12 secondes, M. Lelandais mettait son téléphone en mode avion. À 2h47 son véhicule est filmé par une caméra de vidéosurveillance du centre de Pont-de-Beauvoisin. À l’avant du véhicule, une silhouette frêle de petite taille, semble-t-il un enfant, ou quelqu’un de petit, qui est vêtu d’une robe blanche se trouvant sur le siège passager avant. Avec des cheveux qui semblent bruns. À 3h24 et 29 secondes, le véhicule est de nouveau filmé par la caméra vidéo dans le sens du retour. Le conducteur est alors seul dans la voiture. »

Il s’agit bien de l’Audi A3 de Lelandais, « qui est identifiable grâce à des autocollants, un défaut d’éclairage de la plaque arrière et ses jantes. »

Pendant six heures, désireux d’avoir réponse à tout en sa qualité de mythomane mégalomane. Lelandais a dit qu’il voulait économiser sa batterie en mettant son portable en mode avion, mais ne fonctionne-t-elle pas aussi en pareil cas ?

Dimanche, 35 minutes après sa première audition, Lelandais a nettoyé de fond en comble sa voiture à une station de lavage. De 17h23 à 19h45, soit pendant 2h22, un record. En partant il emporta toutes les lingettes lui ayant servi à astiquer son véhicule.

Selon le procureur, entre 2h45 et 3h24 « est la période où l’homicide a eu lieu. Ensuite, il y a eu dissimulation du cadavre. » Le hic est qu’ensuite est ambigu, car ce mot peut signifier dans le même laps de temps, ou bien que Lelandais aurait dissimulé le cadavre de Maelys peut-être beaucoup plus loin, en le transportant dans le coffre de sa voiture après avoir de nouveau branché son portable en mode avion.

Nordahl se croit plus malin que tout le monde. Cet incendiaire, ayant menacé le patron l’ayant viré de brûler son entreprise, n’a en tout cas pas eu le temps de livrer son colis à Salines comme l’a envisagé Revision. Ne subsiste plus que la piste satanique, renforcée par l’attirance de Nordahl pour le feu, mais tuer une enfant en moins de trente minutes est gâchis, car tout sadique prend plaisir à la torturer avant de l’occire. Obstacle possible, ses cris, surtout en milieu urbain, tuer fille de 8 ans à mains nues ou à arme blanche étant formalité pour un militaire.

Au fond, seules les quatre auditions du suspect pendant sa première garde à vue ont été annulées. Lesquelles sont secondaires car Nordahl ment comme il respire. Le président de la LICRA a voulu ruser, résultat son client n’est plus seulement accusé d’enlèvement et de séquestration mais aussi de meurtre. Jakubowicz a décroché le cocotier.

Piste satanique est à explorer, mais se pose la question de la compétence des gendarmes. Aux États-Unis, flics font appel à des spécialistes dans leurs enquêtes, car, comme dans toute secte, satanistes ont leur langage secret et leur symbolisme. Croix du Christ inversée est bien connue, mais il y a beaucoup d’autres symboles. Ensuite, ils ont leurs rites funéraires, ils n’enterrent pas les cadavres de leurs victimes n’importe où, quand ils les inhument.

Amérique fut modèle de Charkeuzy et Hollande, normal que mœurs amerloques se répandent en France. David Patterson, le tueur des Sept-Sorts, est sataniste. Nordahl Lelandais vraisemblablement aussi. Il s’agit d’inviter un des rares spécialistes de cette science à étudier le dossier. Il y a trou dans l’emploi du temps de Lelandais entre 4 et 7 heures 6 minutes, quand il coupa le mode avion et fut de nouveau borné à Pont-de-Beauvoisin, le temps de parcourir deux centaines de kilomètres.

6 décembre, lundi loup Alain Jakubowicz est apparu au grand jour sur BFMTV. Mardi, au micto Europe 1. Faussaire, il prétend que Maelys avait 9 ans, alors qu’elle avait 8 ans et 9 mois quand elle fut enlevée. Il appelle Pont-de-Beauvoisin village, mot novlangue, au moins bourgade de 3 000 habitants. Puis il se ravise et dit bourgade.

Monstre défend-il le monstre ? Question sera fatalement posée, car Jakubowicz est en position d’accusé. Journalistes commencent à dénoncer sombre passé de LICRA quand, sous l’Occupation, plusieurs responsables de la LICA collaborèrent avec Vichy. Remarquez, ils avaient raison d’une certaines manière, car ils intriguèrent pour que Pétain ne revînt pas sur sa décision de ne pas déporter juifs français pour motif racial. Or LICRA brûle maintenant Pétain et Hitler, ses protecteurs.

Jakubowicz conteste la chronologie du procureur de Grenoble sur la base de deux témoignages de membres de la famille de Maelys qui l’auraient vue à 3h10 près de la salle des fêtes, mais les proches de Maelys, à commencer par sa mère, n’étaient pas dans leur assiette cette nuit-là. Ajoutez à cela que l’acuité visuelle de ces grands parents n’est peut-être pas excellente, tandis que le témoin est fier en général d’observer des choses que les 178 autres convives n’ont pas vues.

Et puis, Jakubowicz est catégorique. Extralucide, il juge que la floue silhouette blanche porte col de femme. Truc de diversion ou de prestidigitateur. Pendant que vous vous pencherez sur cette question, vous oublierez le principal.

Et il répond à fausse supputation en assurant que Lelandais n’est pas pédophile, mais personne n’a soupçonné ce harceleur sexuel de l’être. Il est bien plutôt sataniste, alors tout paraît s’expliquer.

7 décembre, premier bilan du papier : 202 vues jeudi 30 novembre, jour de la conférence de presse du procureur, puis baisse, stagnation à une petite centaine de vues par jour avant remontée. 161 vues hier dont 14 de Thaïlande, record inattendu. Mais ce pays est en tête dans le commerce sexuel des enfants. Il devance Maroc, terre musulmane où filles se font violer en transports en commun.

En commentaire lecteur provincial se demande pourquoi Jakubowicz se dit « hanté » par l’affaire Lelandais, peut-être parce que LICRA est association d’utilité publique financée par l’État, qui prétend envers et contre tout que satanisme n’existe pas en France. Mais c’est trop tard, le chameau avance, les idées qu’il porte passent. Jakubowicz va perdre et il s’en doute.

En grande partie grâce aux automates, clés de l’enquête.

CRIME RITUEL EN RUSSIE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 11:58

Lundi 21 novembre, haut responsable judiciaire russe et patriarche ont parlé de crime rituel commis lors de l’assassinat du tsar Nicolas II et de dix membres de sa famille au lendemain du coup d’Etat bolchévique. Tout le monde sait en Hongrie que le massacre est œuvre juive, mais personne ne parvient à décrire son déroulement.

En 1993, cinq cadavres des Romanov furent trouvés et instruction judiciaire diligentée, mais elle n’aboutit à rien. Aussi nouvelle instruction fut ordonnée en 2015, sans résultat.

Cette nouvelle retient l’attention car pour la première fois la tuerie est qualifiée de crime rituel. Ce qui est vrai et faux. Vrai, car elle fut opérée par des juifs, faux car le crime rituel consiste traditionnellement à tuer enfant goy lors de la Pâque juive, non pour boire son sang, comme prétend maladroitement le journaliste, mais plutôt pour qu’il entre dans la composition du pain azyme destiné à célébrer la fête.

Encore en mars 1911 jeune garçon aurait été sacrifié près de Kiev et un coupable juif condamné. Mais il n’était sans doute pas seul, car c’est communauté qui tue enfant. Ce qui renforce l’institution, unie par les liens du sang.

Sacralisation d’infanticide est caractéristique du judaïsme antique. Pour renforcer leur autorité les rois juifs avaient pour habitude de faire tuer leur fils aîné. Pas de preuve manifeste, pas de film, mais archéologues en sont convaincus. D’où admiration des pédo-criminels pour les juifs, et de l’ensemble des sadiques, ce qui fait énormément de monde si on inclut les sadiques qui s’ignorent.

Puis  coutume a évolué lors de la prétendue dispersion. Certains commencèrent à saigner enfants goys, c’était plus clair pour eux. Les tueurs et leurs convives étaient très souvent petits juifs, ils ne sortaient pas de l’université. Mais ils sont encore maintenant défendus par des sages de Sion. Comme par le directeur du Musée juif de Russie Alexandre Boroda, qui déclare : « L’accusation des juifs à travers les meurtres rituels a conduit à des centaines et des milliers de victimes. » Truc bien connu, transformer le bourreau en victime.

EDWY PLENEL

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 03:49

C’est rarissime, enquête approfondie sur Plenel a paru en Figaro du lundi du 21 novembre. Son auteur respecte chronologie après seulement avoir indiqué que gens de tous bords détestent Plenel. Il omet seulement d’indiquer que sa femme est juive.

Il s’appuie sur l’ouvrage de Péan et Cohen pour dénoncer l’imposteur qui adhéra à la secte juive Ligue communiste révolutionnaire en 1970, devint journaliste de Rouge en 1978, avant d’être recruté au Démon en 1980 où il fut affecté à la rubrique éducation avant de se spécialiser rapidement dans les affaires policières. Il avait et a en partie encore ses entrées place Beauvau  et mangeait souvent en compagnie de syndicalistes flics. Ce qui fait dire à ses détracteurs qu’il recopiait fiches des Renseignements généraux.

Mais il les sélectionnait et les interprétait, hanté par sa haine de France, car Plenel préfère le colonisé au prolétaire. Il fut donneur de leçons de morale politiquement correcte de 1996 à 2004 en sa qualité de rédacteur en chef du Démon. C’est à ce moment-là qu’il fut soupçonné de bosser pour CIA, il y a quinze ans. Ce mégalomane, furieux d’avoir été viré de son fauteuil de rédacteur en chef d’un canard qui n’arrête pas de perdre argent, le quitta en 2005, avant de créer Médiapart en 2008. Publication s’étant illustrée en balançant Cahuzac, avant que Plenel publiât son brûlot Pour les musulmans en 2014.

Normal, car le Frère Musulman inconnu Hussein Obama régnait en Amérique. Plenel faisait alors l’éloge de Tarék Ramadan, violeur scatophile, Ramadan ayant pissé sur fille nue et promis de lui chier dans la bouche. Plenel a pour bête noire l’slamophobe.

Emmanuel Macron est son plus célèbre élève, à qui Plenel a appris que France a commis crimes contre l’humanité dans sa politique coloniale.

14 novembre 2017

VIKING NORDAHL

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 21:37

Sa mère a choisi de le prénommer ainsi, Nordahl, avec suffixe boche.

Il n’a sans doute pas navré Maelys car tuer enfant est indigne du Viking.

Même mentalité du bretoc, qui a trouille de la mer. Vikings ont conquis plein de pays, bretocs plus tard aussi. On trouve même champions de voile dans cette race, alors qu’on ne voit plus drakkars naviguer jusqu’à Terre-Neuve et Amérique. Bref, laissez-nous nous cogner entre descendants de vikings et bretocs, personne ne sait qui va gagner.

Enquête aurait dû partir de là, au moins après une semaine. Nordahl est prénom viking, il s’agit de se mettre dans la tête de l’olibrius, en recordant son ancestrale culture païenne. Mais la jugette était trop bête. Lectrice de presse pipole, elle croit que races humaines n’existent pas comme le proclame Grand Orient de France. Mais non, ma fille, écarte tes jambes et mouille.

Viking a droit à régime spécial, comme le condamné pour délit de presse. Le menacer comme un voyou de banlieue ne sert à rien. Domassin se trouve certes en banlieue de Pont-de-Beauvoisin, mais ledit pont est trou.

Interrogatoire possible de Nordahl : « vous êtes viking », le gars sera flatté. « Vous n’avez pas tué Maelys, nous le savons, mais à qui l’avez-vous livrée ? » Pas de réponse. « Nous ne vous menaçons pas, mais commerce obéit à lois, il s’agit à certains moments de balancer, saisis l’occasion. » « Taulards t’ont condamné à mort, tu le sais, évite qu’ils mettent leur sentence à exécution. »

C’est presque caricature de Vidocq face au Viking, mais sans doute Vidocq aurait été plus malin.

Brute épaisse qu’Alain, qui n’a pas compris en temps et en heure que Nordahl est prénom néoviking, ce qui change tout. Nordahl est nom de lieu ou toponyme, vraisemblablement situé en Norvège, mais ce prénom est aussi porté en Suède. Les gens célèbres appelés ainsi, dont c’est parfois patronyme, ont surtout vécu aux deux derniers siècles, d’où impression que mode Nordahl n’est pas très ancienne.

Caractère de Nordahl se trouve sur toile, il correspond assez bien à celui de Lelandais. D’intelligence moyenne il est sexuellement conquérant ou harceleur comme on dit en novlangue. Son chiffre est 9, 6 inversé, ce qui n’autorise pas à conclure qu’il soye diabolique. Pour un esprit juif ou sataniste si, impressionné par le chiffre 666.

Enquêteurs auraient dû explorer cette piste. Que dit son disque dur ? Lelandais lit-il ouvrages sataniques ou bien est-il passionné de Black Metal ? Si oui, il peut avoir torturé et tué Maelys, nous ne savons pas.

Pendant ce temps Linternaute, blog nullissime, après avoir longtemps soutenu que Maelys fut enlevée le 26 août, alors qu’elle disparut dimanche 27 août vers trois heures du matin, écrit Nordhal ! Ses laquais n’ont rien compris, ou bien ils font semblant.

Ils ne valent pas mieux que journalistes de télé. Après M6, WW prétend enquêter, mais encore eût-il fallu qu’ils connussent le dossier, ce qui n’est pas le cas. Nordahl est nom aryen de lointaine origine prétendument vikigne. Il faudrait qu’ils partissent de là. Car on ne traite pas descendant de Viking comme un autre homme, Normand vous le confirmera.

Rappelez-vous de jadis, barbares du nord pillèrent monastères, violèrent bonnes sœurs, mais aucun récit connu ne relate qu’ils tuèrent enfants. Comme dans les sociétés primitives d’Europe, qui voyaient en enfants butin. Nordahl a peut-être suivi cette tradition.

17 novembre, affaire Lelandais s’annonce mal pour accusation, mieux pour lui. La requête en annulation de ses trois auditions déposée fin octobre par le président de la LICRA parce que n’ayant pas été filmées sera jugée mardi 21 novembre par la cour d’appel de Grenoble. Résultat prévu : se deux dernières auditions en garde à vue seront annulées, mais pas la première, quand il fut entendu comme témoin par un officier de gendarmerie assermenté et qu’il signa sa déposition. Or ce document suffit à faire apparaître à quel point Lelandais est mythmonane et incohérent.

La suite a été relatée de façon approximative dans la presse, mais la mise en examen du prévenu ne sera sans doute pas annulée, car il reste ADN de Maelys trouvé dans sa voiture, le film de la façon scrupuleuse dont il a lavé son véhicule le soir du crime, la floue silhouette blanche discernable sur le siège passager de son Audi A3 la nuit du crime.

Revision ajoute le disque dur de son calculateur, ses conversations téléphoniques et leur bornage, Lelandais ayant pu n’être qu’une seule fois en communication avec l’éventuel commanditaire de l’opération, surtout après le 15 août, élargissement du périmètre des recherches.

Deux crimes semblent liés, celui du sataniste David Paterson, commis le 15 août, jour de fête chrétienne. Sous l’emprise d’un stupéfiant, comme en vend et en consomme Lelandais. Paterson fut agent de sécurité, Lelandais militaire. Le premier roulait en BMW, le second en Audi. Tous deux étaient en manque de grosse au moment des faits, alors que leur mental est conquérant. Ils portent prénoms étrangers, même si grenouilles de bénitier sont persuadées que David est françois. Paterson s’est fait tailler les cheveux à l’iroquoise, Lelandais avait coupe semi-iroquoise le 27 août.

15-27, nombres impairs, mais numérologie semble d’un faible secours. Trois fois 9 = 27 disent les astres, 9 étant chiffre sacré de Nordahl. C’est comme ça en histoire, il faut chercher le sacré, même si cette science n’est pas enseignée à l’université. Astres ne parlent pas à l’historien, mais au mage si.

Coquillat objecte : « Isère n’est pas Seine-et-Marne. » Mais laissez tomber absurde départementalisation. France a écrasé FLN ou maquis en Algérie quand elle s’est affranchie des limites départementales. Et toi, Jean-Yves Coquillat, procureur de Grenoble, n’es-tu pas originaire du nord ? Si oui, fais honneur à ta race. Lelandais est bon poisson.

Le faire parler sous la torture est impossible. Seule recette, le flatter. Car instruction va devoir repartir, Jakubowicz conseillera au prévenu de ne rien dire, il causera à sa place.

Affaire Maelys, maintenant Lelandais, est devenue affaire d’État. Elle est marquée par l’incohérence des déclarations du prévenu et par celle des enquêteurs militaires ayant obéi aux ordres d’une jugette dite madame Pipi. Trois juges d’instruction nommés à Grenoble pour éviter bavures judiciaires comme dans l’affaire Grégory, mais ils se paralysent mutuellement. Il faudra bien sûr filmer leurs futures auditions du prévenu, même si ce n’est pas prévu au budget du ministère de la Justice.

Mégalomane Macron va intervenir dans l’affaire car il se mêle de tout. Il jaugera vite les deux camps : d’un côté Issy, de l’autre LICRA et Lelandais. Il jugera qu’État n’a pas à prononcer, enquête étant à approfondir. Y compris en examinant piste de Revision.

Avantage d’un président eunuque, il se fiche des bites coupées ou non.

18 novembre, « Affaire Maelys » est récent papier ayant le plus de succès, pourtant icelui est actualisé, bien qu’il demande petit effort de réflexion. Pourquoi le suspect se prénomme-t-il Nordahl ? Question qu’on se pose à la quatrième section, histoire et philologie, d’École pratique des hautes études. Puis on comprend mieux pourquoi le clan Lelandais est surtout composé de trois membres : Nordahl, son frère aîné Sven et leur mère.

Parisien publie photo non floutée du suspect, mieux vaut tard que jamais. 34 ans, physique de maître-nageur, coupe de cheveux semi-iroquoise. Paterson aussi est sportif, il pratiqua body building, pardon pour ce barbarisme (on dit musculation). Points communs entre Paterson et Lelandais sont trop nombreux pour être négligés.

Parisien, ou LVMH, serait-il complice de Revision ? C’est possible, quand on vend produits de luxe on ne crache pas sur le peuple. Or affaire est mal ficelée depuis le début et Parisien, sans doute bientôt Paris-Match, s’en mêle. Avis est unanime : on ne va pas libérer Lelandais pour vice de procédure à la con. Jakubowicz ne le demande d’ailleurs pas car c’est prématuré.

Piste à suivre, Nordahl Lelandais est copier-coller de David Paterson, tous deux sans doute d’origine étrangère nordique. C’est certain en ce qui concerne Paterson de père rosbif, moins pour Lelandais dont nous n’arrivons pas à trouver prénom et nom de jeune fille de sa mère. Mais supposons-là d’origine suédoise. Avec du mal, François sont parvenus à domestiquer le Normand. Ennemi Google recommence à indiquer papiers de Revision sur Maelys car elle comble un vide.

21 novembre, enfin consultation de l’addictologue. Le gars s’appelle Carré et il a mis la tête d’Alain au carré. Vous restez des semaines ou des mois sans boire une goutte d’alcool, mais vous êtes alcoolique, vos ferritine et gammas l’attestent, et je le vois. Trouvez la vérité. Je vous indique accessoirement que je suis historien de formation. Je le sais car j’ai lu Wikipédia. C’est Faurisson qui m’a traité d’alcoolique car il ne supporte pas le contredit. C’est insulte, a jugé le médecin. Il a raison.

Carré a à peine évoqué ego surdimensionné d’Alain, car ce n’est pas son boulot mais celui du psychiatre. Il s’appelle Do, et est asiatique. Comparée à Lozère Issy est idéale. On y trouve toutes sortes de médecins spécialisés dont consultations sont gratuites. Ah ! si Alain avait interrogé docteur Mengele, son diagnostic fût différent de celui du tribunal militaire international.

Mais c’est faux, Carré n’a pas lu en Juifkipédia qu’Alain est titulaire d’une maîtrise de hongrois ni bien sûr qu’il fut séminariste d’études juives. Médecins et psychologue étrangers à Issy sont fiers d’avoir à examiner cas antijuif aigu, impassible devant poursuites judiciaires. C’est gageure pour eux, du coup ils se concertent, ils complotent et mentent.

Moralité, Alain n’a pas fumé cibiche en montant la butte, il a suivi conseil de Carré. Mais nous ne découvrirons pas vérité sans fumer ni boire. In vino veritas, disoient nos ancêtres, expression que le Galois comprenoit.

9 novembre 2017

ATTENTAT DE MEYLAN

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 20:00

Les huit voyous suspects de l’attentat de Meylan ayant tenté de brûler gendarmes et gengarmettes, pour faire plaisir aux féministes, ont été vite relâchés. La piste, selon presse, serait anarcho-libertaire. Tu parles, gens qui brûlent flics ou gendarmes sont certains de leur impunité.

Ils sont agents provocateurs de DGSI ou bossent pour services secrets étrangers. Ils sont filmés par vidéosurveillance à Nantes comme à Paris, mais youdestice ne les arrête pas car elle fait son boulot. Brûleurs de gendarmes viennent  en partie de l’étranger, notamment de ritalie dans le coin de Grenoble.

C’est contraire à tradition ultragauchiste, qui tape sur le képi mais ne le brûle pas. Pas plus que le juif, même s’il meurt d’envie d’être brûlé.

12 novembre, States boudent Revision à cause de sa défense des thèses ultragauchistes qu’ils feignent ne pas comprendre, mais natios amerloques raffolent des élucubrations du juif ticouniste Noam Chomsky lié à ultragauche. Elle vit, él disait Béla Bartók, compositeur du magnifique opéra « Le château de Barbe Bleue », même s’il fut trop enjuivé dans ses vieux jours en Amérique.

Solution est là, ultradroite et ultragauche ont intérêt à collaborer en voyant en services secrets des pestes.

14 novembre, pas besoin de tuer ou brûler flics et gendarmes, ils se tuent tout seuls, 62 depuis le début de l’année dont 6 la semaine dernière. Nouvelle inconnue des vains discoureurs de Franceinfo. De la faute à état d’urgence, qui aboutirait au surmenage des forces de l’ordre dont heures supplémentaires sont payées avec beaucoup de retard quand elles le sont, énervées de voir sortir libres délinquants allogènes récidivistes qu’elles ont serrés ?

Non, c’est en partie dû à leur arme de service qui leur offre l’occasion de se tirer balle dans la tête à la moindre déprime. Or leur boulot est ingrat. Confrontés à la misère sociale, obligés d’obéir à ordres parfois stupides, la peur au ventre, leurs ancêtres étaient souvent esclaves à Athènes.

Et puis record de 2014, quand état d’urgence n’existait pas, n’est pas encore battu : 55 flics et une trentaine de pandores suicidés.

7 novembre 2017

AFFAIRE MAELYS

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 05:16

Elle est au point mort. Le procureur de Grenoble n’a pas cité à comparaître Lelandais la semaine dernière pour lui demander à quoi correspond la silhouette blanche filmée sur le siège passager de sa voiture la nuit du crime, le 27 août. Ce qui lui laisse temps pour réfléchir à sa réponse.

Coquillat a accusé gendarmerie d’avoir divulgué information sur l’enquête sans preuve, mais elle peut avoir fuité du greffe du tribunal de Grenoble. Journalistes sont futés, ils peuvent corrompre un gendarme comme une greffière. Surtout pour obtenir information capitale.

Lâcher de ballons dimanche 5 novembre en Isère pour fêter le neuvième anniversaire de Maelys, espérons qu’elle soye encore en vie.

Entre 400 et 500 disparitions d’enfants par an en France, mais celle-ci est devenue affaire d’État. Gendarmes visionnent tous les films tournés par caméras de vidéosurveillance, mais le criminel a pu changer de véhicule, il en possède deux. Et puis un gendarme a pu être distrait en regardant un film. 7 correcteurs se succédaient pour corriger Journal officiel, sans doute moins maintenant. Mais c’est à gendarmerie de faire le boulot, c’est son honneur qui est en jeu. En songeant bien sûr aux pédo-criminels maçonniques, piste à ne surtout pas écarter.

12 novembre, Lelandais n’a pas été entendu car Jakubowicz a déposé une requête pour vice de procédure, première audition du gardé à vue n’ayant pas été filmée. Mais on peut l’annuler car sa seconde audition ayant conduit à son inculpation fut sans doute filmée. BFMTV a parlé des cas de trois meurtriers libérés pour vice de procédure, mais à chaque fois magistrats étaient coupables.

Croyez-vous que toute audition d’un gardé à vue soye filmée comme le veut la loi ? Nenni. Ni au trou de Pont-de-Beauvoisin, ni  à Issy, en pointe en industrie numérique. Cette loi est en partie fondée car flics ne reproduisent pas vos propos, ils les interprètent comme traducteur et journaliste, parfois plus mal. Alain ne signe pas la moindre dépositions sans l’avoir lue attentivement et fait corriger.

Conseil aux criminels de la pensée comme Zemmour, 17 fois cité à comparaître devant la dix-septième chambrette, où il fut tantôt relaxé tantôt condamné. Ses auditions par les flics ont-elles toutes été filmées quand il fut condamné ? Sinon vice de procédure et annulation du jugement.

En septembre Sven Lelandais, frère du présumé coupable d’enlèvement de Maelys, a menacé de mort un cousin de la fillette, et voulussiez-vous que nous nous soumissions au diktat de LICRA ?

Interprétation exagérée car Sven Lelandais a dit « je vais pas te louper », locution typique d’enfant et de voyou. Quand un jeune provoque un autre en proclamant « je vais pas de louper, tu vas voir ta gueule à la récré », c’est menace de coups et blessures  souvent mineurs. Mais la signification de cette locution s’alourdit avec l’âge, elle est particulièrement forte chez les trentenaires, surtout quand ils sont voyous ou grands voyous. Les plus dangereux étant ces derniers et les mafieux, dans la bouche desquels c’est menace de mort, même si mafia ne prévient pas toujours ses futures victimes.

Le cousin répond à l’invective en traitant les Lelandais de « famille de cons ». Con est euphémisme, tout le monde étant parfois con. Comme famille, car c’est clan composé de Nordahl, Sven et sa mère qui le menace au moins de coups et blessures, les plus intéressants à entendre étant le père et la sœur du prévenu, qui préfèrent ne rien dire car pris entre deux feux. D’un côté la populace, y compris gendarmes et taulards, hostile au clan, de l’autre la bande des trois.

On en était là en septembre, clan Lelandais menaçait membre de la famille Araujo. Fille de huit ans fut victime, clan du présumé enleveur l’invective. Je m’appelasse Araujo j’abandonnasse mon éducation catholique romaine, pas de pardon !

Nordahl Lelandais va sans doute bientôt être libéré, mais plaise n’explosez pas sa maison pour le tuer, car sa sœur et son père sont à épargner. Même son frère et sa mère, seulement suspects de complicité clanique autorisée par la loi communautariste. Balle dans la tête est moyen recommandé pour le nettoyer, gendarmerie n’enquêtera pas sérieusement pour trouver le coupable.

Presse jase de la « veuve noire de l’Isère » injustement libérée pour vice de procédure. On approche peut-être du schmilblick. Veuve est surnom de franc-maçonnerie, noire parce que diabolique.

Veuve noire s’appelle en réalité Manuela Gonzalez. Elle est mignonne, elle ressemble à vache espagnole. Cheveu et œil noirs, elle aurait tué deux de ses compagnons et deux de ses maris pour ramasser leur héritage. Voyez féministes, femmes peuvent être parfaites salopes.

Mais vous le saviez, c’est dans vos gènes. Votre leader.in Scrumb souhaitait autrefois castrer les mecs, avis que partage Macron car il est eunuque. Gonzalez fut libérée en septembre 2015 après cinq ans de prison pour vice de procédure, puis de nouveau condamnée en 2016 à trente ans de réclusion criminelle, signe que justice n’oublie pas.

Tu es mort Nordahl Lelandais, à moins que tu avoues à qui tu as éventuellement livré la fille. Comme Sven, Nordahl est prénom d’origine scandinave bien que son suffixe soye teuton. C’est sa mère qui a décidé d’appeler ses enfants ainsi. Sans doute d’origine vikigne, elle est dure au mal. Nordahl signifie accrocheur, comme Alain tête de granit.

Lecteurs de Revision te jugent coupable d’enlèvement de Maelys et mythomane. Même si ta première audition est effacée pour vice de procédure, ta seconde restera. Enlèvement d’enfant est impardonnable. Tu prendras au moins dix ans de réclusion criminelle pour ce chef d’inculpation. Rappelle-toi, veuve noire d’Isère fut libérée en 2015 pour vice de procédure, puis réincarcérée en 2016, la salope n’est plus aussi séduisante qu’avant.

Elle vieillit en mate comme toi Lelandais. Mais c’est peut-être mieux ainsi, car si tu es libéré, tu seras descendu.

13 novembre, lectrice suggère qu’enquêteurs auraient dû commencer par suivre piste pédocriminelle au lieu de sonder étangs, ce qui a coûté une fortune. Mais la procureuse a d’abord pensé à fugue conformément à la routine. Pour un enfant pubère soit, mais pas pour une fillette de 8 ans. Puis elle a écarté piste la plus vraisemblable en partant du principe que l’enleveur était le tueur. Elle s’est dit 1 + 1 = 2. Mais non, un Viking ne tue pas enfant, son âme étant celle du marin commerçant.

Lelandais voyait sans doute en Maëlys marchandise avec sa cervelle d’oiseau voyou. Plus de deux mois ainsi perdus en vaines recherches. Il fallait dès le début en élargir le périmètre, mais l’idiote l’a restreint avec ses supputations imbéciles.

Serait-ce enfumage de mouches ? se demande la lectrice en employant mot moins poli. C’est possible. Comploteurs sont partout, surtout en Isère, département de veuve noire.

3 novembre 2017

GENIAL OUZBEK

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 18:51

Quand ennemi est génial il faut savoir le reconnaître. C’est le cas de l’Ouzbek de Jew-Pork, qui a fait huit morts étrangers, et une dizaine de blessés en attaquant piste cyclable à Manhattan, innovation. Il est génial car il a occis ses victimes dans le smog. Pardon pour cet anglicisme, mais il n’y a pas de mot françois pour désigner brouillard urbain.

Contre bagnole le cycliste est sans défense, c’est membre de la secte qui vous parle. Le tueur a forcément songé à attaquer Wall Street, rue superfliquée où il eût été vite descendu d’une balle dans la tête. Le malin a préféré attaquer touristes à Manhattan. Ce n’est pas innovation, terroristes l’ont fait il y a quelques mois à Londonbridge, où ils ont tué deux François, un serveur et un chef cuistot.

L’Ouzbek a zigouillé cinq Argentins et une Belge, sans doute flamande. C’est moins grave pour Revision de tuer flamand que wallon, que radio d’État commence à prononcer vallon, mieux vaut tard que jamais.

Alain envisage de créer boîte de coches, nom d’origine hongroise. Il baladera touristes devant masures des gardes républicains et devant commandement général de gendarmerie nationale.

À ce  propos, où en sommes-nous dans l’enquête sur Maelys ? 20 % de chance qu’elle soye encore vivante. Mettez limiers sur sa piste. Alain n’est pas alpha et oméga, mais il en veut. Maelys, il te demandera de baiser sa joue au cas où tu serais libérée. Alain était prêt à pendre le procureur de Grenoble pour sauver ta peau. Quant à l’Ouzbek, il a tout réussi. Chapeau. Il va couler beaux jours en mate, beaucoup plus confortable aux States qu’en Ouzbékistan.

Alexandre le Grand conquit le pays, plus tard le mongol Gengis Khan dont l’Ouzbek se souvient comme le maire de Londres. De telle sorte que c’est le khan qui a frappé Jew-Pork mardi sans se soucier du qu’en dira-t-on.

Habitant Nouveau-Jersey, le tueur de 29 ans a utilisé même méthode qu’à Londres, une camionnette, il a eu raison. Il a ciblé touristes étrangers, il a encore eu raison. Pas besoin d’avoir été formé à université marxiste-léniniste pour savoir que prétendues démocraties tiennent avant tout à leur porte-monnaie.

France a devancé États-Unis cette fois. Apprenti tueur sarrazin de Levallois-Perret Benlatreche était chauffeur d’Uber, comme son pote ouzbek.

Originalité de l’Ouzbek, sa coupe de barbe semi-chaldéenne, car chauffeur d’Uber doit être propre et bien sapé. Et le monstre a choisi de raser sa moustache afin de ne pas paraître musulman pur et dur. Mais il a oublié sa mouche.

Attention flicards, si vous voyez Alain barbu dans le métropolitain ne le conduisez pas à la chambre à gaz, difficile à construire pendant la dernière guerre, plus facile maintenant. Il rasera sa moustache et sa mouche. Il sera opposé à islam. En argot policier vous pourrez l’appeler mouche du coche.

Revision est lue en commissariat. Poulets matent un peu les poulettes mais ils s’en lassent. Alain veut pendre le procureur de Grenoble et le juge retraité du tribunal pour enfants de Bobigny. Il est d’accord sur ce point avec les islamistes, pédés criminalité entraîne peine de mort.

Ne cherchez pas, Alain lit sites islamistes en rosbif et en français, il n’est pas coupable pour autant. Vous voulez attaquer l’ennemi ? Allez le chercher dans son nid. Nous cuisinons brochettes de djihadiste à Issy, spécialité locale.

Le tueur s’appelle Sayfullo Saipov, SS pour ses intimes. Il a attaqué les croisés, proclame fièrement ÉI. Les barbus n’ont pas évolué depuis 13 siècles. Ou plutôt depuis 11 siècles puisque la première croisade, partie de France, eut lieu au onzième siècle. Tu veux remettre ça État Islamique ? Le croisé a vaincu le sarrazin musulman car il lui est supérieur. T’as vu la branlée que tu as prise à Mossoul et Rakka ?

Chasse à l’Ouzbek est ouverte aux States, France ferait bien de les imiter. Vous êtes de nationalité ouzbèque, demandera le flic ? Oui. Le malheureux filera derechef à la chambre à gaz pour un voyage aller sans retour.

Suite est prévue, musulman commencera à navrer le juif aux États-Unis, jusqu’à présent spécialité sarrazino-française. France sera en avance, comme souvent.

Ce n’est pas avec camionnette mais avec break que l’Ouzbek a cassé touristes. Désolé pour ce barbarisme, mais break n’a pas d’équivalent françois. Break est difficile à définir en rosbif, casser, briser conviennent au mieux, mais véhicule cassé ou brisé a fait de nombreuses victimes. Pas vrai, miaou ? On t’appelle ainsi maintenant. Tu es agent de Revision à Miami, et on ne va pas t’appeler minet.

2 novembre 2017

IESOUS GALATE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 15:39

Revision soutient que Jésus, ou Iesous, était de père galate. Ainsi tout s’explique. Iesous a fustigé marchands juifs du temple, Alain, son petit descendant, l’holocauseur.

31 octobre 2017

INNOCENT COUPABLE SANTINI

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 04:56

Première impression de Revision, tyran Santini aurait eu géniale idée de créer exposition murale à ciel ouvert sur histoire d’Issy devant le séminaire. Faux, c’est  société d’aménagement du CNET selon le responsable du département d’histoire du musée français de la carte à jouer. Traduction, en 1944 Centre national d’études des télécommunications vit le jour avant de s’installer à l’emplacement de l’usine Peugeot qui ferma ses portes en 1946. En 2000 le CNET changea de nom, mais il demeura CNET dans l’esprit des indigènes.

C’est donc une société privée qui a pris l’initiative de l’opération, bonne et mauvaise nouvelle. Bonne, car ses chercheurs ont varié leurs sources en consultant  archives de Peugeot et de Sceaux. Truc auquel les membres du défunt Comité d’histoire d’Issy-les-Moulineaux n’avaient pas songé, ces jacobins ayant surtout visité archives nationales. Mauvaise, car la boîte a fait sa réclame.

D’où sa volonté de gommer durs combats de Commune de Paris et de ne pas publier photo du couvent des Oiseaux, surtout quand le bâtiment avait été en grande partie détruit dès juin 1871, car cela pourrait provoquer éventuelles discordes qui terniraient image idyllique que publicistes veulent donner de la ville. Première imposture liée à la seconde.

Sous Ancien Régime l’actuelle ville était partagée en deux grands domaines, Bois Vert et Gentillerie, mais les auteurs des légendes des illustrations feignent de croire qu’Issi, dont existence est attestée au sixième siècle, aurait autrefois été appelée Bois Vert, ce qui est archifaux. Source est à l’origine du développement du village dont habitants avaient construit leur maisons à proximité. Puis il ne dépendait d’aucun domaine car placés sous administration religieuse. Laquelle n’était pas de tout repos, puisque l’impressionnante Maison forte, en face de l’église, prison, tribunal, centre administratif, était sous autorité religieuse. Comme le moulin à vent, construit à l’endroit le plus élevé de la butte. Idem à Vanves, ailes des deux bâtiments ayant eu même orientation. Nord-sud selon le dessinateur, bien que ouest-est parut plus logique.

Voyez le dessin du seizième siècle de l’exposition, le seul qui illustre vraiment ce que fut Issy, dominé par église saint-Étienne. Cela dit, personne ne doute que domaine du Bois Vert a existé. Sentier du Bois Vert, qui conduisoit de l’antique voie romaine à la rue de la Glaisier, Minard en novlangue, fut certes amputé par promoteurs immobiliers, mais grande partie subsiste. Il ne fait pas 182 mètres de long, comme l’a odieusement prétendu Historim, mais moins. Voyez que réviso peut être utile.

Aucun rapport avec la locution donner ou recevoir volée de bois vert apparue fin du dix-huitième siècle, cinglante parce que donnée à l’aide d’un bâton souple et non cassant. Domaine du Bois Vert, possession de Vaudetard au nord d’Issy, bourgeois anobli, cessa d’exister au dix-septième siècle, après que son héritier l’eut vendue pour payer ses créanciers, en un temps où bourgeois privaient lentement mais sûrement nobles de leurs possessions territoriales, sous Louis XIV. Il fut sans doute appelé ainsi à cause du vert feuillage de ses arbres. Comme vraisemblablement le domaine de Vert-Bois dans l’ancien département du Nord, qui date de plus de quatre siècles, dont ordre des mots semble indiquer .que vert était couleur dominante du bois. Dans le midi on trouve surtout domaine de Bois Vert en Provence et château de Bois Vert en Aquitaine.

Mardi 18 heures, société d’aménagement du CNET n’a toujours pas appelé Alain, bien qu’elle eût été informée la veille des deux reproches basiques qu’il fait : manquent deux illustrations, des combats de la Commune de Paris et du couvent des Oiseaux eu  égard à histoire d’Issy, préoccupation étrangère aux commanditaires de l’exposition représentant les intérêts d’un consortium ayant pour but de rivaliser avec le filet.

De telle sorte qu’il suffira de descendre ou monter à Mairie d’Issy ou Corentin Celton pour trouver sur une cinq-centaine de mètres quantité de commerces dont certains spécialisés en bureautique et informatique, où le chaland, pigeon ou bobo, souvent  médiocre dans ces domaines, pourra poser questions aux vendeurs. De surcroît dans un espace boisé, face à imposant séminaire Saint-Sulpice à l’est, à école Saint-Nicolas au nord, dont entrée des élèves se trouve rue Vaudetard. De telle sorte que commerce sera sacralisé. Ce qui n’empêchera pas ouverture d’une boîte de nuit, car là où fric circule, on aime guincher.

Il subsistera poignée d’irrédentistes sur la butte et sur ses versants, mais ils ne sont  pas dangereux, ils feront partie du paysage, surtout qu’ils sont pris en tenaille. Salope franche-maçonne d’Historia et Historim habite à altitude plus élevée qu’Alain de quatre mètres, à nonantaine d’enjambées, peut-être à mi-chemin de l’ancien moulin.

Demain c’est Toussaint, ban sera fermé. Société ennemie a lu ce papier auquel elle se demande quoi répondre, sa principale faille étant celle de Bois Vert. Groβe propagande qu’Alain a vite pressentie avant de commencer à étudier la question sur filet, net, ou sur toile, web.

« Grand ou groβ c’est pareil » disoit Obélix, il avait raison.

Vous avez pigé féministes ? Si société d’aménagement du CNET ne riposte pas, Alain vous foutra le nez dans votre merde et dans vos menstruations. Vous renforcez islamisme avec votre idiote propagande. Vous trouvez quelques mâles introvertis pour vous soutenir, mais Tarék Ramadan a été cohérent en violant au moins deux d’entre vous selon votre version. Il en a le profil, mais femme musulmane aussi est coupable, voilée ou violée.

Femme est complice de l’homme, comme on juge en France et en Hongrie, tandis que moralité est à abattre.

Société finira par relever notre défj après avoir vérifié chacune de nos informations. Sauf sur Ramadan dont histoires de cul ne sont pas claires même si elles cadrent parfaitement avec le profil du musulman. Elle sera convaincue d’affronter farouche résistance.

Dernier plan de la vergne des cartographes de Santini est remarquable. Issy est comparable à Auschwitz, CC sur lequel nous disposons de très nombreux documents. Cartographes savent relief capital, mais ils n’indiquent pas altitude des différents sites. C’est certes difficile, mais essentiel pour comprendre âme issisoise. CNET se trouve dans la plaine, cochons chauvins sur les hauteurs.

Suggestion aux cartographes pour l’an prochain : voyez ce que donnent traits classiques à chaque dix mètres d’altitude. Pas noir mais gris, car ils gagneront à être discrets. Il y en aura peu, quelques-uns sur la côte du lycée Michelet, quatre ou cinq serrés autour de la butte, plus espacés autour du plateau, surtout sur son versant ouest, celui d’est se trouvant à l’étranger ou bien n’existant pas, car il faut continuer de grimper avant d’arriver à l’altimètre du bois de Meudon, point culminant des Hauts de Seine.

Alain se vante quand il dit à sa princesse qu’il est montagnard, mais filles adorent frime du mec. Alain compte bientôt dire à bénévoles d’épicerie alimentaire pour pauvres : « Je suis deux fois bac plus 5, mais ai été réduit à la misère parce que je me suis engagé dans le combat révisionniste en 1986. » Quand il y a honte il n’y a pas de plaisir, et Alain encule tous ses contradicteurs.

Il aurait souffert pendant Commune de Paris. « Mais tu n’étais pas là, Alain, dit Jacques Moulin. Tu n’as pas pris part au combat car tu n’étais pas né. Tu es faux issisois parce que né à Paris quatorzième. T’es escroc, c’est tout ce que tu as appris à Issy. »

Calomnies acceptables car Alain est en partie de mauvaise foi, mais quand il a vu greluche macédonoise super bien fringuée à épicerie alimentaire pour pauvres, il fut outré.

Ça va avec Z, elle est macédonoise mais de lointain esprit grec, ça ne colle pas en revanche avec la pimbêche aux bottes cirées, au pantalon noir et à chemise blanche bien lavés. Elle était accompagnée d’un gars, poli mais fumeur. Ils causaient slave entre eux. Et voilà ce que DGSI aurait envoyé pour espionner Aigle Noir ? C’est possible.

Mais cela ressemble plutôt à DGSE, institution pour moitié maçonnique qui s’est illustrée en tuant deux militaires français et une femme à la fin du siècle écoulé en Afrique. Voyou repère le flic, Revision l’espion, à chacun son boulot. DGSE fut choquée quand elle apprit que Revision bouffait Amérique. Un jour de semaine dernière Amérique a dépassé un tiers des visites de France, mais Alain n’a pas rendu son tablier comme promis.

« Confirmation qu’Alain ne vaut pas un pet ou deux » s’exclame Jacques Moulin. Mais DGSE n’a rien à foutre dans l’affaire. Si Alain croque Amérique c’est bon pour France.

Vous ne croyez pas Revision ? Mais pourquoi la chef était-elle si polie avec la pimbêche ? Parce que toutes deux bossent pour la même maison, l’État. Ainsi DGSE enverrait agents espionner les pauvres, après les avoir prévenus qu’Alain est gros poisson. Et pour cause, Alain a vite compris qu’ils bossaient pour DGSE. Fille était mal à l’aise. Elle se doutait qu’Alain l’avait identifiée. Ménage à faire à DGSE. Affaires intérieures ne la regardent pas. La garce l’a sans doute deviné. Son mec s’est assis à côté d’Alain puis ils puis ils ont fuit. Leur place est à la Coupole à côté de Macron et de Strauss-Kahn.

23 octobre 2017

PSYCHOLOGUE DE MES DEUX

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 20:17

Lundi matin, Alain arrive cinq minutes en retard à son rendez-vous avec un psychologue. Secrétaire lui demande lequel, il répond Gainsbard. Secrétaire corrige Gainsbourg. C’est bien, à Issy, presque tous les juifs sont arabes, mais voilà juif allemand, c’est mieux, mais il demeure inférieur au juif hongrois.

Étranger à la ville, il ignore tout de son histoire. Il ne comprend pas pourquoi petit Alain fut impressionné en voyant ouvriers courir à usine SEV au petit matin de peur d’être en retard, car Issy fut ville ouvrière. Il ne sait pas où se trouve collège d’enseignement général Paul Bert, d’où Alain fut viré automne 1968 pour cherche à créer dans la classe climat de contestation. Pourtant il était opposé à grève de mai 68, mais il écoutait le soir Europe 1 et lisait livres dans la journée. Y compris ceux de Freud qui l’impressionnaient, d’où il a cru déduire que pitié est hypocrisie.

Ce qui provoqua son renvoi à l’initiative de son prof’ de français, dit principal, chrétien. Il s’appelait Tiessard. Alain de 14 ans  était à l’époque dragué par filles de la HLM d’à côté qui voulaient lui montrer leurs miches. Elles voyaient en lui un Alain Delon bis, ce séducteur qu’Alain Guionnet n’était pas. Delon avait vécu plus au nord, pas loin de l’appartement des parents d’Alain d’Issy.

Le psy’ ne comprit pas quand Alain lui dit qu’il étudia et bossa en Hongrie en 2002 comme répétiteur de français à école normal d’instituteurs de Szeged, dans le midi. Le gars lui demanda : « Vous voulez dire dans le sud ? » Oui. Alain était heureux car il jouait au foot et faisait footing à côté d’île aux Sorciers.

Brève évocation d’histoire suivit. Après défaite des Ottomans, Habsbourgs voulurent renforcer leur prétendue victoire en faisant brûler une dizaine de prétendus sorciers dans l’île précitée, car nous étions sous la domination d’empire austro-hongrois. Lequel a autorisé ensuite juifs à venir se réinstaller au pays avec armes et bagages, c’est-à-dire leurs organisations, leur presse et leurs synagogues, au point que celle de Szeged est la plus belle et la plus grande d’Europe, monument à visiter, sur toile pour les feignasses.

Alain n’a pas dit tout ça au psy’. Il lui a seulement signalé qu’il y a deux Hongries, de l’ouest, majoritairement catholique romaine sous influence des Habsbourgs, de l’est, où calvinistes ont grand rôle. Ã l’exception de Bude et Pest, où lycées réformés furent longtemps réputés pour qualité de leur enseignement et leur libéralisme.

Nouveau problème avec le psy’ : « Vous voulez dire protestants ? » Non, car je ne comprends pas pourquoi. Qu’ils ayent contesté dogme catholique romain est leur affaire, mais réformé est neutre contrairement à protestant.

Bon, dit Gainsbard, vous portiez coup prématuré avec Freud, mais nous serons trois à vous examiner, un addictologue, un psychiatre et moi. Nous ne pourrons pas satisfaire vos réclamations de tétrahydrocannabinol et d’auxiliaire sexuelle, mais cherchez dans vos voisines. Vous êtes prêt à sauter votre miresse chinetoque Thien, mais il y a autres proies possibles.

Quelle psychologie ! mais nombreuses autres guenons sont désirables. Encore que Gainsbard n’employe pas ces mots. Il a d’abord fait mine de ne pas comprendre germain. Mais c’est mot latin employé par rosbif, alaman étant nom d’une tribu germanique. Alain lui donne premier exemplaire mal agrafé de Revision, comme il l’avait demandé. J’ai fait un an de taule pour cela après le vote de la loi Sarre-Fabius-Gayssot le 13 juillet 1990, officialisée le 14 juillet. En 1991, 1993 et 1994.

Pourquoi ? Pour provocation à la haine raciale, pour injure raciale et contestation de crime contre l’humanité. Pour délits de presse ? demande le psy’.  Alain songe plutôt à crime de la pensée, locution de son pote Blair dit Orwell, sans doute passé par Issy, mais ce n’est pas prouvé. Objectif pour musée français de la carte à jouer, trouver photo d’Orwell à Issy.

Nouveauté, Alain revendique sa condition de mateux réviso, il n’a plus rien à perdre. Zündel et Thion sont morts, paix à leurs âmes. Jeunes cons révisos tardent à intervenir, mais ça viendra bientôt.

Voyez statistique des vues du site hier : 86. Plupart viennent de France, suivies par États-Unis (11) et Irlandois (6). Normal, amerloque aime bien que François dise son racisme des habitants de son pays, mais il bat record, Revision étant avant tout site franco-amerloque. Mental des deux races est proche, plus qu’avec ceux du boche ou du rosbif.

Irlande en troisième position est nouveau. Irlandois ou Irois se passionnent pour Revision depuis quelques jours, c’est sans doute lié à affaire Maelys. Ils voient que justice française avance peu malgré les énormes forces qu’elle déploye, qui accroîtront déficit de France. Ils adorent Maelys à cause de son prénom celtique et s’aperçoivent qu’Alain d’Issy enquête sérieusement sur sa disparition malgré ses moyens dérisoires.

Pis peut-être, France arrive légèrement en tête mardi matin dans les vues du site par rapport aux States, 5 contre 4, mais décalage horaire n’explique pas tout. Revision risque de devenir site yankee, quelle horreur !

Gravissime, USA arrivent maintenant à égalité avec France à 9 heures. Vous voulez conquérir Amérique ? Causez françois. C’était dégradant de parler rosbif comme l’a fait Thion à Téhéran en 2006. Il cherchait ses mots, alors que tout le monde ou presque comprend jargons politiques boche, engluche et françois.

Alain a aussi dit son mépris des psychiatres qui le laissent causer avant de ne rien dire. Et qu’il a été examiné par deux psychiatres pour le compte d’institution judiciaire qui ont conclu qu’il est rationalisateur et que sa responsabilité légale peut être légèrement atténuée. Pas le second, du quartier traditionnellement antijuif du seizième arrondissement de Paris, qui l’a jugé raisonneur nullement susceptible d’internement.

Le gars était au courant de solution finale du problème juif selon Hitler, qui fut d’exterminer ou d’éliminer le juif en l’expédiant en Extrême-Orient sans espoir de retour. Il rédigea son rapport peu après, puis Alain fut libéré de garde à vue. Cognes avaient foiré, mais c’est leur boulot, ils sont avides de résultats, comme leur conseilla le juif Charkeuzy, turco-mongol ou turco-hongrois, nous ne savons pas.

L’action s’est déroulée dans l’ancien couvent des Oiseaux où il fut incarcéré en sous-sol, avant d’être incommodé par bruit et vibrations des métros qui passaient sous ses pieds.

Statistique de mardi vient de tomber : France 38 vues,  États-Unis 11. Mais si Amérique dépasse la barre des 33 %, Revision rendra son tablier. Anti-américanisme de Thion était BCBG, mais opposez agents de CIA et NSA à Alain il les tuera tous.

« Tu te vantes encore, observe Jacques Moulin, si ces organisations l’avaient voulu tu eusses depuis longtemps été liquidé. Et tu dis nous en ce qui concerne histoire d’Autriche-Hongrie. Tu détestes les Habsbourgs, tout le monde le sait, mais tu es révisionniste, tu attaques le jugement de la cour de Szeged ayant condamné sorciers à mort. »

Oui, j’avoue. Holocauste de Szeged s’est déroulé fin juillet 1728, il fit 13 victimes, 7 femmes et 6 hommes. Indication statistique sur le déroulement de la chasse aux sorciers. Le nombre 13 a été choisi pour sa valeur symbolique. Quant à la proportion du sexe des victimes elle indique que peut-être plus de femmes que d’hommes furent brûlés pour sorcellerie, mais à peine. D’où l’absurdité de la locution chasse aux sorcières d’inspiration maçonnique.

Elle fut reprise en chœur par Guillaume et Thion, qui avaient pois chiche à la place du cerveau, peut-être pas par Faurisson, plus retors, bien qu’on parle de sorcières, widgets,  en rosbif. Mais elle est imposture, et quiconque parle de chasse aux sorcières est idiot.

Entrez sorcier Szeged sur toile vous ne trouverez rien, sinon réclame de sorciers pour leur commerce maintenant autorisé, ou indication que Szeged est ville du midi de Hongrie, au confluent des rivières Tissa et Maros, peuplée d’un peu plus de 170 000 habitants en 2011, c’est tout.

Puis entrez Szeged boszorkany sans accentuer a, c’est inutile, vous tomberez sur réclames pour hôtels bon marché et sur île aux sorciers, au bord de Tissa, de 200 mètres de long sur 50 mètres dans sa plus grande largeur, à côté de laquelle se déroulent courses d’aviron. Passez et vous trouverez site historique, science dans laquelle le Magyar n’est pas doué. En français on commencerait par dire : le tribunal de Szeged condamna à mort 13 personnes pour sorcellerie le 21 juillet 1728, qui furent brûlées vives le 23 juillet de la même année.

Île est proche du rivage, fond est peu profond, il n’y a que quelques mètres à parcourir pour arriver à sa forêt en se mouillant les jambes si on est fantassin, mais pas si on est à cheval.

Site hongrois suit mode occidentale, Il publie deux illustrations de femmes, assez jeunes, brûlées vives, truc supposé frapper imagination. Vous pouvez dire en magiar business is business, tout le monde comprendra. Au lendemain de première guerre, armée française occupa Szeged avec un contingent proche de 30 hommes, cibles des putains.

Gainsbourg fut troublé au départ, il savait qu’il se trouvait face à ennemi du juif déclaré, mais il a fait son boulot de fonctionnaire, comme le porteur de livres de la médiathèque de la  plaine, qui lui a confié six ouvrages sur espionnage au lieu de trois, car Santini sait qu’espionnage passionne Alain. Ton idée’ d’exposition est bonne, santinoque, elle est presque géniale. Bien sûr, haine nous sépare, mais nous sommes tous deux anciens des langues O’.

Alain jase beaucoup mieux magyar que toi nippon. Que penses-tu du projet d’ouvrir classe de magyar pour enfants avec Alain pour professeur ? Entreprise ultrasnobe. Tu as refusé mes deux propositions, Santini, construire temple magique et ouvrir camps de nudistes. Mais créer deux heures de cours de magyar par semaine, langue difficile dont l’enseignant doit être surpayé, coûte peu d’argent.

T’as vu ce que j’ai dit sur holocauste de Szeged de 1728, inconnu des François ? J’ai trouvé tuyaux en quelques clics et une quinzaine de minutes, car je sais faire tri entre universités hongroises. Tout le monde devrait avoir entendu parler du boszorkánysziget, île aux sorciers. J’en jaserai aux enfants dès la première heure de cours. Comme ça ils sauront une fois pour toutes que sz se prononce s, ce que journalistes feignent d’ignorer.

Tu vas bientôt claquer Santini, comme ton cardiologue juif arabe en est persuadé. Tu te retranches maintenant sur histoire, bien. Mais fais en sorte qu’on dise plus tard Santini est passé par Issy. Ouvre sites nudistes, favorise cultes de Zoroastre et de la vraie magie, surtout blanche, astronomique et médicale. Ou médicinale comme on disoit autrefois.

Revision est menacée par invasion amerloque, elle résiste tant bien que mal. Jojo de Miami est ravi par la multiplicité des langages de la revue : argot, françois populaire, jargon académique. Jojo découvre que mots miche et nichon sont liés.

Page suivante »