Alain Guionnet – Journal Revision

14 mai 2018

TIR AUX PIGEONS

Filed under: mis en avant — guionnet @ 20:25

Pendant que France s’interroge sur la personnalité du tueur juvénile barbu tchétchène d’Opéra, était-il fou ou pédé, ou les deux à la fois ? On ne sait pas mais le gars a étudié jusqu’en terminale dans un lycée de Strasbourg. Il est vrai qu’enseignement judéo-maçonnique donne maintenant bac à presque tout le monde, y compris à des fous. Hypothèse de sa folie est vraisemblable. Il aurait dit deux fois Allah akbar! tout doucement alors que c’est cri de guerre du djihadiste.

Sa santé mentale est en question comme celle du malheureux Sarközy, son père spirituel, qui ferait bien de se suicider. Pendant que François s’interroge sur ce point, Tsahal fait du tir aux pigeons : 59 ottomans tués ce lundi dont 8 enfants, 2 200 blessés. C’est pas mal. Pendant qu’Alain préconise d’exterminer Tchéthènes et bougnouls Yisraêl massacre le sarrazin.

Bonne idée pour deux raisons, d’abord ottomanes prolifèrent à Gaza, c’est tout ce qu’elles savent faire, ensuite Hamas veut jouer au plus malin. Il fait maintenant sienne phraséologie juive, il parle de nakba, shoah, catastrophe, et d’alya, droit au retour. Mais Arabes furent bananés en Assyrie, antique nom préféré au latinisme Palestine. Redoutables maîtres espions britanniques ont longtemps dominé la région. Ils envoyèrent le pédé Lawrence d’Arabie pour pousser le sarrazin à se révolter contre le calife.

Les fourbes voulaient faire main basse sur gaz et pétrole, ce à quoi France s’opposa mollement. Elle abandonna Mossoul et conserva uniquement Liban et Syrie, chrétiens et parti Baas ayant toujours été ses alliés. Puis amerloques prirent le dessus au lendemain de la deuxième guerre mondiale, pas de chance pour les ottomans qui furent toujours piégés.

Se croyant malin, ancien dessinateur de Revision demanda au chef hui on fête le soixante-dixième anniversaire, mais de quoi ? Alain songea à qui. Il fit savants calculs. Il cherchait un homme mais ne pensa pas à création d’État d’Israël car Alain défèque dessus pour parler poliment, il chie dessus dit toute femme ou presque.

Israël fut toujours feseur de guerre, comme écrivait le métis juif Marat tué peu glorieusement par femelle dans sa baignoire. Il savait de quoi il parlait bien qu’il ignorât les conditions dans lesquelles juifs allemands allaient vaincre Napoléon sans quasiment tirer un coup de feu, car on peut gagner guerre sans prendre armes. Intrigue est pour cela capitale. Mais Israël met maintenant sa main à la pâte. Ses alliés d’ÉI ayant quasiment perdu bataille de Syrie, Israël y bombarde le hezbolah (au moins 26 et 23 morts) et se tape un carton sur les gens qu’il appelle gazaouis.

Le réviso Abbas, formé en ancienne Union Soviétique, dénonce un massacre, mais c’est Hamas qui a envoyé manifestants au casse-pipe. Trump est convaincu qu’Israël a fait bon boulot tandis que vieille Europe feint de se rebiffer, mais elle est impuissante comme Macron.

Nétanyahou est anglophone et francophone comme Assad. C’était autrefois obligé au Proche-Orient, sauf que le premier est escroc, le second médecin spécialisé. Nétanyahou parle maintenant d’État-nation pour justifier massacre de palestinoques. Il a piqué cette idée à historiographie française. Mais non, idée d’État-nation est depuis longtemps périmée, médias font apologie d’État multiracial. T’es plus dans l’coup pépé, tu sais que tu iras en taule pour corruption à la fin de ton mandat électoral car Israël feint d’être démocratique.

Pour jouer prolongations, tu veux pousser à guerre contre les Perses, mais Trump ne te suivra pas. Aryen n’a pas la moindre raison de guerroyer contre Perse qui est originellement de sa race. Bien trouvée ton opération Azimov. Gars se sont interrogés sur santé mentale du criminel, du coup tu as pu massacrer ottomans en toute quiétude. Hésitation sur se sont interrogés, écriture helvétique, ou se sont interrogé, orthographe conseillée par le grammairien belge feu Maurice Grevisse.

Voyez, à Issy, on réfléchit mine de rien. Nous avons trois bibles, Lancelot, Littré et Grevisse. Pendant ce temps, enquête sur Azimov se poursuit, routine policière oblige, car tueur isolé n’existe pas, il a forcément complices. Principal suspect est son père, pas son ancien pote de Strasbourg. Son autopsie aussi peut-être éloquente après analyse de son sang en laboratoire, car si on y trouve cocaïne son apparente folie peut s’expliquer. Samedi après-midi il aurait sniffé coke presque en vente libre dans le dix-huitième arrondissement. Ensuite, avec sa haine tenace du François, mangeur d’escargots et de grenouilles, il serait descendu de son domicile proche de place Clichy muni d’un poignard pour aller au 4 septembre, moins de 20 minutes en métro, pour zigouiller bobos.

Pourquoi 4 septembre 1870 ? Parce que c’est date de création de République française judéo-maçonnique, station proche de Bourse et d’Opéra. Ce qu’il a pu apprendre au lycée. Auquel cas il a pu agir seul sous influence de son père. Mais flicard est paumé dans l’enquête, il ne sait souvent rien de valeur symbolique du 4 septembre. Nous la lui apprenons.

Juif et musulman attachent énorme importance au symbolisme des dates. Résultat de leur excision car étant démunis de prépuce ils ont du mal à se branler. Ne lisez pas Zohar, vous n’y arriverez pas, mais lettres et nombres sont capitals en cabale. Allah, aigle, Alain, Azimov, Aznavour, etc., ont même racine. Pourquoi Aznavour ? Parce qu’Alain est raciste anti-armingo. Il est des Hauts-d’Issy, pas des Épinettes qu’il a à portée de vue.

Ottomans vont remettre ça ce soir, mercredi 15 mai. Ils vont se faire occire. Trump sait qu’il doit sa vie à son soutien partiel du lobby juif. Il feint de défendre cause d’Israël, mais faire guerre aux Perses n’est pas boulot d’aryen.

12 mai 2018

SORAL MENT

Filed under: mis en avant — guionnet @ 12:04

Alain Soral parle trop vite et fait semblant de réfléchir après. Non, plateau du Golan ne fut pas usurpé pas Israël à Syrie en 1966, pays ne lui ayant pas déclaré guerre, mais en 1967. Oui, Soral a eu raison de protéger ses couilles avec sa main droite dans un film.

Car tu mens Alinou, Revision reprend mot de Jacques Moulin qui a parfois raison. Si tu veux, Alain, monte à Issy. Je vais buter bloc noir et no boarders mais je n’y arriverai pas tout seul.

Tu seras déçu comme ton pote Ruffin, mais j’autoriserai bloc noir à péter Mac Do’ de Corentin Celton. Tu vois, Soralinou, on peut négocier. Tu es bête, ce n’est pas de ta faute, ta maman t’a pondu ainsi, mais si tu veux exceller, monte à Issy. Alain invite tout le monde en ce moment mais personne ne vient. Il souhaite allumer les sept brigandes mais aucune ne vient. Rançon de sincérité, quand on est franc on s’en prend plein la gueule. Demande son avis à Frank, héros niçois ayant culbuté le camion dit fou sur son modeste scooter, il sera plus éloquent que moi.

Tu prétends vouloir égalité et réconciliation. Tes autocollants se trouvent parfois en plaine mais pas en montagne. Si tu veux alliance de plaine et montagne c’est à toi de prendre l’initiative.

Il y avait plein de jeunots pont d’Austerlitz dont beaucoup n’étaient pas nés en 2001. Il faut tout leur apprendre, ce qu’est le Mossad et le sayan. Quel boulot ! Tu devrais leur donner bonne parole Soral, ton public est en partie jeune. Voyes, vieux con a défilé à Paris le 5 mai, c’était facile pour lui car il habite presque à côté d’Opéra. Disons près de 35 minutes de métro, mais il a défendu honneur de sa race. Certes, il se méfie de Ruffin comme de la peste.

Alain fut longuement photographié sur le trottoir à Bastille, mais sa photo n’est pas passée en presse car le sujet est tabou. Alain bouffe du juif midi et soir, mais pas au petit déjeuner. Il baisa juives dans sa jeunesse, surtout allemande et polca. Mais vedettes sont Dieudo’ et Soral. Il s’en fout pourvu qu’il continue son travail de sape. Il n’est cependant pas taupe. Israël désire troisième guerre mondiale ? C’est son problème, Alain pense à demain, après messe maronite il ira se faire bronzer à poil au bois de Vincennes.

Il en est capable ? Oui, répond DGSI. Sauf que météo l’en a dissuadé. Elle avait annoncé il y a quatre jours qu’il fera très beau dimanche. Faux, température n’excéda pas 16° ce jour-là à Vincennes. Or on se fait pas geler les couilles pour pas un rond.