Alain Guionnet – Journal Revision

4 juin 2017

LONDON BRIDGE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 05:47

Pas besoin de traduire. Même le plus cancre des collégiens comprend que London bridge signifie pont Londres, mode agglutinante se répandant. Ou apposition, comme dit le grammairien. À quoi bon dire pont de Londres ? C’est comme à la boulangerie de mairie, ouvrière françoise corrigeait Alain d’Issy quand il demandait chausson pomme il y a deux ans. Selon elle il fallait dire chausson aux pommes, elle était catholique romaine. Mais c’est fini, nègresse l’a remplacée, elle ne jase plus que de chausson.

Grand boulangerie emploie de plus en plus asiats et nègresses, lois du marché obligent, dont Macron est souteneur, ou toutou. Résultat, moins de clients tandis que grande distribution fait ravages au détriment de qualité des marchandises.

Revenons-en à pont Londres, où fou d’Allah a tué peu de gens au volant de sa camionnette, conformément à mode tunisienne, d’où sont sortis trois assaillants armés de couteaux ayant terrorisé et blessé badauds et clients d’au moins un restaurant français. Beaucoup de bruit pour rien, comme disoit Shakespeare, vu le faible bilan : 7 morts, 48 blessés, tandis que les trois proies furent trucidées par  superpoulets.

3 tueurs, 7 macchabées, confirmation que si le couteau est arme redoutable, il est difficile de nettoyer quelqu’un avec. Et gageons qu’ils frappaient le plus souvent leurs victimes au ventre, comme dans 80 % des cas. Leur but était d’ailleurs de mourir en martyrs d’Allah afin d’aller droit au paradis s’enfiler vierges en chaleur.

Revision se serait-elle plantée en prédisant que prochain attentat aura lieu à Liverpool ? Non, car ceux de cette nuit sont œuvres de branleurs sarrazins ayant du mal à se masturber, car privés de prépuce. Étape supérieure suivra, et tout ça est de la faute à Cromwell. Féru d’Ancien Testament, il commença par faire massacrer cathos iruches et scotuches par sa soldatesque surtout saxonne.

Plus récemment, c’est de la faute à l’ignoble politique communautariste de Sa Gracieuse Majesté britannique. Voici, en exclusivité, ce que l’enquête révélera sur les proies, les appeler kamikazes étant trop noble, le kamikaze ayant été pilote de chasse nippon, sorte de chevalier du ciel. Il sacrifiait en outre sa vie pour l’empire, pas pour Allah (à ne surtout pas confondre avec Alain).

Bande des trois habitait cités de grande banlieue, peut-être même une seule, ce qui complique leur détection par le renseignement. Adolescents attardés, ils s’ennuyaient car ils ne foutaient rien. Ils bénéficiaient indirectement des prestations sociales et se faisaient argent de poche comme guetteurs ou petits vendeurs de cannabis. Mais le marché est beaucoup moins juteux qu’autrefois, depuis que Hollande (le pays, pas l’homme) a raflé le gros de la mise, depuis que bobo achète son cannabis en ligne sans bouger ses fesses.

Les proies n’ont pas lu le Coran, mais elles savaient que le prophète a dit que le mécréant est esclave du musulman, c’est l’essentiel. Elles n’entraient pas dans la complication que représente le zimmi, qui n’existe maintenant plus qu’en Iran. Et en France, Balladurian, Raffarin, Royal faisant partie des nombreux descendants de zimmis, surreprésentés dans la caste politique. Zimmi, à ne pas confondre avec zizi, est turkisme. On doit écriture du mot à Père turc, célèbre alcoolique comparable à Churchill.

Bref, trois petits voyous londonois se sont fait sauter la caisse ce shabbat, après que nous eûmes identifié le nouvel axe du mal, toujours plus performant, qui part de Libye. Encore une fois merci Charkeuz, tu sais que Guillotine, comme on l’appelle en Hongrie, n’a d’œil que pour ton cou ?

Voilà le guide reparti dans ses délires, juge Vincent, mais sa menace de mort est bien trouvée parce que feutrée. En même temps vraie, car il est nommé Guillotine à Budapest. Vincent évite de parler de Judapest, tic du mec, il a raison, car le goy magyar est  respectable.

Trois proies ont succombé la nuit passée à Londres, conformément à leur désir. Mais quand viendra le temps où nous rayerons d’un trait politique communautariste pousse au crime ? Là est la question.

Trois proies, à ne pas confondre avec trois points, entrera peut-être en usage journalistique, car kamikaze ne colle pas pour désigner fou d’Allah. Problème, impossible d’indiquer la source, mais proie passera subrepticement, car en société du spectacle mensonge et hypocrisie sont rois.

Franceinfo qualifie l’opération de low cost dans son souci d’illustrer richesse de langue française et se pose même question que nous. Barbus de Mossoul et Rakka seront bientôt anéantis, mais après ? La radio évoque deux réservoirs, Libye et Nigéria. Elle pourrait y ajouter Pakistan, voire Asie centrale, ce sac de nœuds. Sans oublier le Yémen. Mais Asie centrale, Nigéria, Pakistan et Yémén sont éloignés de Paris plage.

Une grenouille tuée, huit autres blessées dont quatre dans un état grave, bien que l’attentat ne fût pas antifrançois. Ça leur apprendra, Londres, capitale du smog, étant infréquentable.

On rigole, tandis qu’amorce de guerre civile s’esquisse en Amérique, où le président Trompe a le chic pour foutre le bordel. Révolutions et guerres civiles partent toujours du sommet de l’État. T’as pigé Macron ? Cesse d’encourager voyous sarrazins à passer à action armée, n’imite pas Sa Gracieuse Majesté britannique qui a soutenu les terroristes wahhabites. Elle, mais aussi et surtout ses ancêtres, car l’affreuse copulation du rosbif avec les Séouds date du dix-neuvième siècle.

Notez au passage que Saoud est anglicisme, car le barbare prononce a e. Et puis c’est bien de bifurquer. On part de l’anecdote du pont Londres. On s’étonne à peine de la cinquantaine de balles tirées par les flics, mais la consigne est partout la même : il faut tuer terroristes sur-le-champ, car État ne veut pas s’embarrasser d’un procès. Il ne veut pas non plus être soupçonné de complicité, surtout quand c’est le cas.

Il y eut au moins trois braves qui tentèrent de résister, ils furent plantés, dont un à la gorge. Excellente idée de donner coup de couteau à la gorge de quelqu’un, mais ce n’est pas simple. Et pourquoi la proie n’a-t-elle pas tué sa victime alors qu’il lui était apparemment facile de lui trancher la gorge et de l’envoyer au pays sans retour ?

Parce qu’il s’agirait d’un spectacle ? Parce que les « tueurs » auraient eu pour consigne de faire un maximum de blessés sans véritablement chercher à liquider quiconque ? Cette question sera fatalement posée.

Quant à la camionnette, elle est de marque Renault, d’où suspicion de la perfide France par le rosbif.

Occasion de découvrir incidemment la personnalité du maire de Londres Sadiq Khan. Sadiq se passe de traduction, tandis que khan est titre de noblesse turco-mongol employé dans les steppes d’Asie centrale et orientale, signifiant dirigeant ou souverain.

Identités de deux proies sont maintenant connues : Khuram Shazad Butt, 27 ans, de race pakistanoise, Rachid Redouane, 30 ans, ou 25 ans selon ses papiers d’identité irlandais, de nationalités marocaine et lybienne. Tous deux habitaient le même quartier. En revanche, ils étaient plus âgés qu’on ne l’avait d’abord cru. Ils étaient barbus et fiers de l’être, signe de reconnaissance possible du terroriste sarrazin.

Même si le poulet se prenant pour un limier est invité à ne pas soupçonner tout barbu. Naturellement le premier ministre Édouard Phlippe est suspect. Non seulement il est barbu, mais aussi partisan de la charia qu’il a imposée au Havre. En revanche le barbu chaldéen qu’on rencontrait autrefois à Issy, qui se rasoit tous les jours mouche et moustache, contrairement au fou d’Allah, ne l’a jamais été. Chaldéen est mot discutable parce que renvoyant à histoire antique et religion. Au front, les armingos appellent les assyro-chaldéens syriaques, aucun incident à signaler sur ce poing. Jeu de mots idiot, commente Jacques Moulin.

Confirmation en tout cas de la dangerosité des terroristes pakistanois et libyens, accessoirement marocains qui pointent le bout de leur nez depuis deux ans dans la terreursphère.

Radicalisation de Butt avait été repérée par le renseignement en 2015, mais laissée sans suite, tandis que celle de Redouane était inconnue. Manque le troisième homme, sans doute à chercher dans le quartier ou à proximité. Il s’appelait Youssef Zaghba, 22 ans, de nationalité maroco-italienne. Son âgc colle parfaitement avec celui qu’on imaginait, mais voilà de nouveau voyou de communauté marocaine auteur d’un atttentat. Encore qu’il fût métis, de père marocois, de mère bolognoise. À moitié aryen, Baghba a fait honte à cette race de prétendus seigneurs dans les diatribes hitlériennes.

Une des motivations du Pakistanois, sujet britannique père de deux enfants, est maintenant connue, il souffrait d’ivresse médiatique après être passé à la télé année dernière dans un documentaire sur les musulmans durs. De telle sorte qu’il est en partie mort à cause de sa vantardise. Pas pour Allah, mais pour sa pomme, pour montrer qu’il allait jusqu’au bout des idées qu’il n’avait pas.

France et Grande-Bretagne ont même système, juges et journalistes dictent au peuple ce qu’il doit penser. Résultat Macron, pour qui musulmans doux et durs ont massivement voté. Mais les journalistes de Channel4 sont en partie responsables du bain de sang dont Butt était sans doute le chef. Il est parvenu à recruter deux attardés du bocal du bled, qui ne se connaissaient sans doute pas. Il les a peut-être drogués, drogue du djihadiste se répandant.

Travail d’Arabe en tout cas que celui des sarrazins, qui ont surtout tué deux grenouilles au restaurant, d’autres gens ayant été occis par la maudite Renault sur le pont. Comme la blonde canadoque Christine, 30 ans; sans doute francophone car les saucisses rouges l’eussent appelée Christina. Bilan provisoire : deux Australiens, un Britannique, une Canadienne, deux Français tués.

Pendant ce temps, Katar se trouve dans de sales draps, émirs et pharaon le condamnant pour le soutien que cet émirat apporterait aux héritiers des Frères musulmans. C’est un comble quand on sait qu’Arabie Séoudite finance et équipe Nosra avec le soutien de Washington et de Laurent Fabius, toujours dans les mauvais coups. Mais Orient est incroyablement compliqué.

Heureusement, Katar peut s’appuyer sur France, où ses investisseurs sont dispensés d’impôt sur les sociétés. Katar est écriture turque, langue où on appelle Sadiq Khan Sadik Kagan ou Han. Tant qu’à turquiser, autant ne pas faire les choses à moitié. Touristes, si vous allez à Londres, emportez une yourte, car vous irez en steppe ouralo-altaïque. Minaret de Londres est appelé Big Ben.

Allié de Washington et Riyad, Bayrou propose de supprimer l’exemption d’impôt sur les société dont bénéficient investisseurs katarois en France, mieux vaut tard que jamais. Bayrou est toutefois suspect de lèchage des babouches des Séouds, comme Charkeuz avec celles de Tarek Ramadan, Frère musulman passant pour philosophe dans le pays dont la capitale est celle du Khan. (Faites gaffe quand vous causez turc, kan signifie sang).

Enfin mystère demeure sur une grenouille diparue pendant l’incident sur le pont, car le rosbif parle ainsi. Il voit en attentat incident, exemple de faux ami. Remarquez, incidents d’Algérie ne furent pas mineurs. Rosbifs et François se plagient depuis des siècles, guerre de Cent ans est loin d’être finie.

Agents des MI5 et MI6 lisent attentivement Revision. Dis-moi qui te lit, je te dirai qui tu es. Nous essayons de leur plaire en jasant des grenouilles, de la perfide France et de la maudite camionnette Renault. Big Ben minaret de Londres a en revanche du mal à passer, problème de transit intestinal.

Dépouille de deuxième grenouille vient d’être identifiée. Sébastien fut tué au couteau alors qu’il était assis à la terrasse du  restaurant français à côté du pont. Xavier est en revanche toujours porté disparu. Il a peut-être été percuté par la camionnette et projeté dans l’eau.

Rançon d’histoire, le Pakistanois, ancien sujet du Commonwealth, haït sans doute moins le François que le marocois. Butt était euphorique le soir de l’attentat selon un de ses voisins quand il quitta son domicile le soir de l’attentat. Il était peut-être défoncé. Ne nous demandez pas les effets de drogue du djihadiste, nous les ignorons, mais elle est efficace, car il faut être rudement motivé pour courir avec exaltation à sa propre mort.

Butt était en outre exhibitionniste. On l’a vu année dernière brandir drapeau noir d’ÉI en parc londonois. Ce qui est plus facile en Grosse Bretagne qu’en France. Outre-Manche, on peut librement être sataniste, musulman dur ou réviso, à condition de ne pas exagérer comme David Irving. Adepte de musculation, Butt n’était pas vraiment costaud. Avec sa barbe noire il était efflanqué dans sa robe ou toge blanche de mage. Le gars a tout raté dans sa vie, y compris sa mort.

Métis Baghba était plus drôle. Quasiment imberbe, il fut interpellé en ritalie après avoir été dénoncé. Interrogé par les carabiniers sur son projet de voyage en Syrie, via Turquie, il aurait répondu « j’y vais afin de faire le terroriste ». Source la Republica. Il fut bien sûr libéré, car prolétaires européens sont principales cibles du capital financier, qui se fout des barbus, ces colifichets, seulement utiles pour entretenir climat de terreur.

Qui se démocratise, puisqu’un doctorant de communication algérien fou de 40 ans vient de marteler un képi devant Notre-Dame-de-Paris après avoir fait allégeance à ÉI, voilà où conduisent parfois études universitaires. En même temps la vague monte dans l’espace, puisque Téhéran vient d’être victime de deux attentats. Ce qui est nouveau et singulier, car gardiens de la révolution seront tentés de réagir face à ennemi invisible.

Anomalie, le nouveau président iranien passe pour libéral, alors que le pays a du mal à compter le nombre de ses ennemis. Fous d’Allah seront sans doute vaincus à Mossoul et Rakka, mais le résultat risque d’être transformation des Proche et Moyen-Orient en poudrière. Yisraêl aura une fois de plus gagné. Dernier bilan, 13 morts, 46 blessés à Téhéran, sans compter les terroristes, ÉI ayant revendiqué ces crimes.

Prétendues puissances occidentales sont elles aussi menacées parce que minées de l’intérieur. Macronistes ont dû rayer de leur liste de candidats les noms de plusieurs sympathisants des Frères musulmans, mais ils en ont forcément oublié. Autrement dit votez pour la liste Macron, vous élirez musulmans durs. Argu allant de soi, mais apparemment trop compliqué pour Marine Le Pen, présumée complice de Macron.

Chefs des MI5 et MI6 râlent. Revision est partie sur l’affaire pont Londres. Nous écoutons ce que le Français, notre ennemi historique, dit de nous et du Khan de Londres. Mais la voilà qui dérape à nouveau, elle en revient à ses histoires bord de Seine. Selon elle, attentat eut d’abord lieu dans le Bercy de Manchester, tandis qu’eau de Tamise serait dégueulasse. Mais vous avez goûté eau de Seine ? Non, car sinon vous fussiez mort.

Revision est obsédée par Macron, rien d’autre ne compte en ce moment que son plan : lancer étrons au visage de Macron. Mais elle a perdu d’avance. Elle est exhibitionniste comme Butt. Elle porte robe ou toge blanche du mage, comme lui. Elle ne consomme pas drogue du djihadiste, seulement cannabis, LSD et cocaïne, mais vioque de 63 balais n’a pas même tradition que jeunot de 27 piges.

Poussez le vieil Alain dans sa tranchée, il avouera qu’il s’abstiendra dimanche. 17 candidats à Issy, tous aussi dégueulasses qu’eau de Seine. Il votera seulement au second tour contre le candidat juif macroniste Gabriel Attal.

Faux, car il vient d’être dragué par Philippine Cour, charmante candidate souverainiste. Il votera pour elle, façon de signaler sa détestation de Marine. Il propose seulement d’augmenter le programme de Debout la France ! par un projet : reconquérir Grosse Bretagne sur les pas de Guillaume le Conquérant, qui fut malheureusement entouré de nobles normands peu fringants.

Nous y imposerons dictature douce, destituerons le Khan de Londres et autoriserons les rosbifs à parler patois qui leur chantent. Nous rebaptiserons Southampton Havresud. Nous appellerons le tennis tiens, son nom d’origine. Nous ouvrirons camps de concentration pour musulmans durs, dont nous couperons barbe et cheveux. Conservateurs se sont plantés jeudi aux élections législatives, bien fait pour leur gueule. Ils ont monté le coup de pont Londres pour effrayer le populo, personne n’est dupe.

Exhibitionniste Alain ? Non, il invite seulement l’Issisois à l’imiter. Carrière de Macron sera comparable à celle du général Boulanger. Succès aux urnes avant chute vertigineuse.

C’est emmerdant d’avoir raison trop tôt. Nous croyons que Macron est eunuque allié aux pédés sans certitude, ce qui intéresse services de renseignement. Surtout que Macron, ce feu de paille, fascine monde entier. Au point que Butt a fait en partie bon boulot en faisant descendre Alexandre et Sébastien qui auraient sans doute voté pour liste Macron, à moins qu’ils ne s’abstinssent.

80 % d’abstentions des électeurs français de l’étranger au premier tour, c’est cause d’annulation du scrutin en Hongrie, mais pas en France, pays barbare. On peut reconnaître le barbare avec ses borborygmes ou ses onomathopées, domaine dans lequel amerloque est champion.

Cadavre de Xavier vient d’être trouvé dans la Tamise à deux kilomètres du lieu de l’incident. Lâches poulets rosbifs ont sondé le fleuve pendant des jours sans envoyer de plongeurs. Tout le monde se doutait cependant que sa dépouille se trouvait là. Du coup, massacre du pont Londres fut avant tout celui de François, 3 morts sur 8, tués avant tout par deux métis marocois. Ce n’était pas Grosse Bretagne qui était visée à pont Londres, mais France. « Immortelle », prétend le coco, ce menteur.

Coupables sont justices et renseignements ritals ainsi que rosbifs. France leur aurait autrefois fait guerre pour moins que ça. Hélas ! elle déchante, elle n’est plus maîtresse du monde comme jadis. Il ne subsiste plus que nostalgiques de Grande France.

Plus grave peut-être, nous connaissions déplorables effets du crack et de métamphétamine, mais si nous devons combattre drogue du djihadiste, bonjour les dégâts. De l’épisode londonois nous avons appris que cette drogue rend d’abord euphorique le barbu sarrazin avant qu’il massacre tout le monde, surtout françois, croisé par excellence.

Explication de la cinquantaine de balles tirées sur les proies appert à présent, les trois fous d’Allah ont chargé les flics qui venaient les cueillir, voyez images diffusées par Guardian.

Hélas ! résultats des autopsies des proies sont tenus secrets, car il ne faut surtout pas alarmer abrutis d’Argos qui roupillent et qui furent victimes consentantes à Notre-Dame–de-Paris. Quand les flics leur commandaient de lever leurs pattes, brebis obéissaient. Et le marteleur n’était sans doute pas fou, mais avait consommé drogue du djihadiste.

Elle provoque mouvements désordonnés, car on peut tuer homme avec coup de marteau à la tempe, mais apprenti terroriste a foiré. Drogué djihadiste n’est pas tueur professionnel. Flics devraient attaquer racine du mal, drogue du djihadiste. Douaniers auraient réussi coup de filet à Roissy en saisissant 150 kilos de cette came en partance du Liban destinée à Arabie Séoudite, dit-on.

Va falloir nous y hahituer, résistants. Quand vous verrez barbu sarrazin euphorique, tracez-le. N’appelez pas les flics, ils sont complices des tueurs. Et tombez lui dessus quand il passera à l’action. C’est proie facile, ses mouvements sont désordonnés. Londres et Paris sont maintenant attaquées, mais ces villes s’appuient sur bataillons ouvriers. Rappelez-vous de la chanson : « Il faut gagner le monde, prolétaire debout ! »

Le pire avec Alain, c’est qu’il fait ce qu’il dit, dans son jargon, dit Vincent. Il ne file pas quelqu’un, il le trace. Barbus sarrazins, évitez de commettre attentat à Montparnasse en particulier, car vous êtes surveillés par francs-tireurs. Tous n’éprouvent pas la même adoration du mont Parnasse que le guide, mais il subsiste descendants de croisés couillus.

Enfin ça y est, bilan est presque complet : 8 morts, peut-être 9. Les deux Australiens n’existent pas car elles étaient femmes, Sara et Kristy, 28 et 21 ans. Dernier défunt s’appelle Ignacio, 39 ans, qui serait mort en héros en essayant de défendre femme plantée au marché Borough. Mal lui en a pris, il aurait succombé en matadore. Employé de banque, il ne savait apparemment pas qu’on ne prend pas taureau par ses cornes, bien qu’étant de race espingouine.

Revision ricane. Elle  imagine pareil attentat commis dans son fief, à Montparnasse. Locution exagérée car seule Vaugirard fut soumise à Issy, pas Montparnasse. Mais localité est voisine, nous défendrons Montpar’ comme Issy. Et barbus sarrazins devraient chier dans leur froc. Nous les exterminerons.

Vaugirard au masculin ou au féminin ? Question obscure, car quand Issy dominait un tiers de la superficie de Paris Vaugirard était hameau, jusqu’au jour assez récent où église fut bâtie. Or hameau et village sont masculins. Moulin traduit : quand le chef parle de jour assez récent, il veut dire il y a près de huit siècles. Courtisane Philippine ne sait sans doute pas tout ça. Mais le chef va la draguer, c’est certain.

Histoire d’amour en direct. Tu as récemment débarqué à Issy Philippine, mais sache qu’indigènes sont champions du lancer de philippique. Ils sont respectueux des deux vrais p de ton prénom et de ceux de philippique, bien que plutôt hostiles aux consonnes géminées. Ils t’aiment, Philippine. Vrais Issisois adorent Cicéron. Dupont-Aignan a autrefois tenté de courtiser Aigle Noir, mais ça n’a pas marché. En revanche, le volatile est prêt à se rendre sous ton jupon, Philippine. Impossible de rêver à plus belle déclaration d’amour. Alain, brave antijuif des Hauts d’Issy, t’aime, Philippine, ne lui fais pas défaut.

Cependant, James Mac Mullan, 39 ans, seul sujet britannique navré, semble avoir été de race scotuche. Tant et si bien que sarrazins n’auraient pas zigouillé un seul Saxon à pont Londres ni au marché voisin.

Drogue du djihadiste s’appelle captagon, ce médicament fut inventé en 1961 avant d’être interdit en France dans les années soixante-dix. Il est à base d’amphétamine et de théophiline. Seifedine Rezgui, sarrazin ayant tué 39 personnes sur une plage de Sousse, en Tunisie, en avait absorbé, mais la mode se répand maintenant en Europe. Voilà information qu’aurait dû communiquer le gouvernement conservateur britannique dès dimanche ou lundi. Mais il ne l’a pas fait, le lâche.

Issisois voit en captagon métamphétamine, il est arme à part entière. Quand vous verrez dorénavant sarrazin barbu ou non, euphorique, au visage livide, au regard fixe, prépares-vous à lui tomber dessus. C’est à nous de faire le boulot, police n’étant pas fiable. Coup de marteau à la tempe, manchette fatale à la nuque sont conseillés par royaume d’Argos, sans parler des trois autres points vitals.

Polémique à ce sujet a opposé Issi et Bretagne cette semaine, la petite. On ne dit pas points vitals, a observé le plouc. Mais si, on jase ancien françois. Nous allons en outre exploser sarrazins durs, même si Macron et Soral y sont opposés. Nous sommes sujets de Grand Coër, pas de sa gracieuse majesté britannique.

Quatorze votes cinq étoiles, c’est maigre. On vous a dévoilé comment reconnaître le drogué au captagon et comment le tuer, même si on n’a pas tout dit sur les points vitals, car c’est mode issisoise, nous gardons toujours armes en réserve.

Shabbat 10 juin, il nous a fallu près d’une semaine pour identifier vrai insturment des crimes : drogue captagon. Tout semblait décousu dès le début. 3 tueurs, 7 morts, puis 8, peut-être 9, quel manque d’efficacité ! Il n’est pourtant pas très difficile de tuer quelqu’un qui ne s’y attend pas en camionnette ou au couteau. Si vous voulez un jour navrer un sarrazin au couteau, ne le frappez pas au ventre, mais au plexus, recette issisoise.

François est réputé pour qualité de sa bouffe. Sébastien était chef cuistot à la Cité, Alexandre garçon du Buco Bistrot, au nom doublement bâtard, buco étant rital bidon, bistrot mot russe francisé. On dit que son patron serait bretoc. Bonne affaire pour lui, tout le monde va dorénavant se précipiter dans son établissement où deux grenouilles ont été occises ou trépanées, c’est-à-dire nées pour trépasser.

Nous rigolons encore et toujours. Presse informe que criminels ont voulu en vain louer camion avant leur massacre. Ils avaient raison, car poids-lourd est arme plus meurtrière que vulgaire camionnette Renault. Mais il y eut grande part d’improvisation des drogués. Ce dont presse ne parle pas. Pourtant Grosse Bretagne le sait, tandis que nombreux journalistes s’en doutent. Cachez vérité, salopards, révisos vous débusqueront.

Hélas ! révisos perdront comme souvent. Macron sera plébiscité demain dimanche. Alain d’Issy n’aura pas fauté, il aura combattu le monstre jusqu’au bout avec son oriflamme, avion jaune dans ciel bleu, couleurs royales, car il dénigre les prétendus trois moulins des Moulineaux qui n’ont jamais existé.

Morale de l’anecdote : Alain pleure pour l’âme de Christine, ancienne sujette francophone d’empire britannique, moins pour celle de Kristy, supposée descendante d’austaloptihèques. Mais avoir tué Christine et Kristy dans la foulée est coup réussi pour fous d’Allah et du captagon. Descendez ou montez à Issy, nous vous y attendons. Nous n’appellerons pas flics en renfort, vous découvrirez ce qu’est ultragauche françoise. Elle est saignante, au cas où gens ne l’auraient pas compris. Gloire à Jojo Orwell !

20h45, sur banc devant église, sarrazin barbu est assis à emplacement inhabituel. Il porte oreilletes. Alain lui demande s’il est sarrazin, il ne répond pas. Puis s’il a pris du captagon, ce que semblent indiquer son regard fixe et son visage livide. Il ne répond encore pas. Mais venez aux Hauts d’Issy, fous d’Allah, nous vous y attendons.

Alanus, comme dit le juif arabe Clauzel, président de la Fédération française d’échecs, peut parfaitement décrire le présumé terroriste, il a à peine moins de 25 ans. Voyez ses photos, flicards, il était assis à côté d’entrée de maison de retraite dite d’Hôpital Suisse. Nous, Isssois, liquiderons lèpre musulmane et choléra juif car c’est notre boulot.

Amateurs de citations jugeront celle-ci succulente, bien qu’idée de tuer juif et musulman ne date pas d’hier. D’aucuns penseront notre projet appréciable, car il faut avoir couilles pour tuer musulman, juif et Macron en même temps, gageure que nous vous proposons.

 

2 commentaires »

  1. Aujourd’hui Macron est à Oradour, où la Résistance Juive a mis le feu à l’église afin de blamer les Allemands.

    (C’est faux, Jean, selon moi. Je t’appelle Jean, car ce mot est moins tordu que John ou Johnannes. Dans mon ignorance, mon avis est partagé sur Oradour, mais que préfères-tu ? Allons-nous tuer Macron d’un coup de marteau à la tempe, d’une manchette dans sa nuque ou d’un coup de couteau au plexus ? A toi de choisir. Je n’en ai plus pour longtemps. Je me passe de captagon mais mort ne me fait pas peur, je suis trop bête pour ça, NDLR.)

    Commentaire par Johannes Schmidt — 10 juin 2017 @ 12:24 | Réponse

  2. Impostures, farces et dévoiements des idiots de l’ultradroite par les pourritures de la prétendue « dissidence » : Soral, Dieudonné, les salopes Poumier, Sigaut et toute la clique…

    Ilich Ramírez Sánchez dit le Chacal ou encore Carlos modèle des pourritures de la « dissidence ».
    http://www.the-savoisien.com/blog/index.php

    Commentaire par Norton Cru — 15 juin 2017 @ 09:55 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :