Alain Guionnet – Journal Revision

1 mai 2017

COMME EN 39

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 12:42

Avantage de Hitler, il annonçait ses plans comme État Islamique. Le guide avait dit son intention de ne pas guerroyer contre France, tandis que l’observateur devinait son désir d’expansion coloniale en Orient. Il n’était pas besoin d’être champion du renseignement ou historien pour faire cette déduction, Hitler l’avait quasiment écrit dans Mon combat. Et déclaration de guerre par France à Allemagne en 1939 fut absurde.

Guerre peu suivie d’effet au plan militaire, puisqu’il y eut drôle de guerre peudant de longs mois, plus de deux saisons. Au moins politique britannique est cohérente. Quand Royaume-Uni voit puissance européenne dominer tout ou partie d’Europe, il entre en guerre. D’abord contre Napoléon, puis contre Hitler. Mais il était impossible d’envoyer corps expéditionnaires franco-britanniques soutenir armée polonaise sur le terrain, dont le régime, qui n’était pas celui d’une démocratie modèle, avait persécuté et tué peu de temps avant certains de ses citoyens de race germanique. Voilà pour la morale dont se gargarisent les anti Le Penistes.

Comme prévu, Pologne fut vite vaincue. Puis vient ignorance d’histoire par hommes politiques, hier comme hui, très dommageable. Pareille situation s’était produite au dix-septième siècle quand conflit éclata entre Prussiens et Polonais, alors que royaumes de France et de Pologne étaient liés par traité d’amitié. Le cardinal Fleury, régent de Louis XV, envoya flotille en direction de Pologne, avec à bord fusiliers-marins, avant de lui ordonner de faire demi-tour, sage décision.

Mission d’armée française est avant tout de défendre le pays et ses frontières, pas d’aller guerroyer en ou pour Orient. Ni pour Pologne, ni en Libye, ni en Syrie, même si ce pays fut placé pendant des décennies sous mandat français avec succès relatif, car Syrie est un des deux derniers petits bastions laïques au Proche-Orient, avec Liban.

France n’a toutefois pas vraiment déclaré guerre en 39 pour Pologne, mais pour la gueule du juif allemand, ancien allié du nationaliste prussien dans la guerre à Napoléon. Faire guerre dans l’intérêt de l’ennemi est caractéristique de la politique française.

Or Macron et ses nombreux alliés nous rejouent le coup de 39, supposé avoir bien marché, même si le François en fut victime : plus de deux millions de prisonniers de guerre, années de privations pour la population, service du travail obligatoire, bombardements, surtout alliés, en prime. Là est vrai programme de Macron.

Pour le faire passer, ses sbires sous-entendent que Hitler ne se trouverait plus en Germanie mais en France. La peinette n’aurait fait que limer ses crocs révisos. Rien ne lui est pardonné, pas même le soutien qu’elle apporte à François Mitterrand qui n’a jamais voulu reconnaître la responsabilité de France dans la rafle du Vél’ d’Hiv’. Même son papa, qui joue aussi carte de dédiabolisation, est accusé d’avoir cité « le poète révisionniste Brasillach » devant Jeanne d’Arc.

De telle sorte qu’il y aura référendum le 7 mai, car le scrutin départagera partisans et adversaires du révisionnisme. Ce n’est pas plus mal.

Vous avez pigé mélenchonistes ? Révisionnisme français a deux casquettes, d’ultragauche et d’ultradroite, deux courants de pensée antisystème qui s’accordent sur plusieurs points. Par exemple, innocence du capitaine Dreyfus, d’origine juive allemande, n’a jamais été prouvée, ou chambre à gaz homicide d’Auschwitz fut d’abord suggérée par juifs amerloques, avant d’être entérinée par experts soviétiques, puis par justice militaire française du gouvernement provisoire en 1945, réputée pour le talent de ses officiers en matière de torture.

Commandant Dujardin fut chef des tortionnaires. Son nom sent bon la France à l’oreille de la peinette. Mais désolé, Dujardin était condamnable, comme les flics violeurs de Seine-Saint-Denis. Propos que ne tient pas le facho, qui bande pour police et armée. Mais réviso ultragauchiste demeure fidèle à ses positions. Il n’a jamais été facho, il a même combattu membres de cette secte dans sa jeunesse, pourtant il vous appelle, mélenchonistes, à voter Marine au référendum.

Et dire que hussard Alain d’Issy a failli rater sa vocation. C’est à lui de prendre le mélenchoniste au collet, à lui de le convaincre de voter Marine à Rennes, à Strasbourg, Toulouse et Marseille, par allusion au chant marxiste qui dit à Londres, à Paris, Budapest et Berlin, suite de la chanson étant « il faut gagner le monde, prolétaire debout ».

Notez rôle capital que jouent Paris et Budapest, ce gros bourg. Allez plus loin, qui tient Issy tient Paris, qui tient Paris tient France, même si ce n’est pas toujours vrai, garde nationale de Paris ayant été vaincue sous les coups du F∴ Thiers.

Jouons cartes sur table. Paul Rassinier, fils de coco alcoolo, était hâbleur, tout le monde le sait, mais il fit honneur aux déportés françois en bochie, bien qu’il passât grande partie de son temps en camps de concentration, Buchenwald et Dora, à l’infirmerie, quand il ne cirait pas les bottes d’un officier SS. Selon argus d’Igounet entre autres.

Affrontements entre Igounet et Guionnet sont brefs. Garce n’a pas peur du monstre de 95 kilos, elle sait qu’elle ne craint rien, sinon être déconfite. Ne les mettez pourtant pas dans une même pièce, car il y aura crêpage de chignon. Igounet juge Guionnet culotté, tandis que son ennemi l’appelle zigounette.

Mélenchoniste, quel parti prendras-tu ? Celui du judéocideur Macron ou du hussard ? Là est la question.

Minuit, rien de sérieux ne s’est passé ce premier mai, jour supposé fatidique. Hommage fut rendu par Macron au marocois Brahim quelque chose qui s’est noyé dans la Seine où crâneras l’avaient jeté en 1995, comme prévu par CIA. Ils n’étaient pas militants FN, comme a dit Franceinfo. Et combien y a-t-il d’assassinats de François chaque année commis par des sarrazins ? On ne sait pas car presse n’en parle pas.

Charge antirévisote se durcit, mais traiter Brasillach de poète réviso est nouveau, dixit Franceinfo. Exécuter un poète est toujours regrettable, quelque que fussent ses idées. On pense qu’il a été tué à cause de son talent. Nous, ultragauchistes, regrettons le sacrifice de Brasillach, qui n’était pas réviso, Franceinfo ayant inversé les dates.

Brasillach fut tué avant le développement du mouvement réviso, même s’il commençait déjà à être dans l’air du temps. Horrible manie de France de tuer poètes récalcitrants.

2017, poëte Alain d’Issy fut victime fin mars d’une attaque au gaz incapacitant, à base de chlore, imputable au cabinet noir. Ses stratèges avaient prévu qu’il allait coincer les mélochonistes, mais pas qu’il invitât Marine à visiter cité Pablo Picasso sous sa protection.

C’est coup de poker, Marine, t’y vas ou t’y vas pas ? Si t’y vas de plus nombreux mélenchonistes voteront pour toi. Si t’y vas pas, tu pourras continuer de lécher les bottes d’Yisraël pendant 107 ans, ça ne te servira à rien.

Côté hussard est assuré, il est presque réputé meilleur des soldats, mais toi, Marine, qui as pris initiatives semaine dernière, tu sembles maintenant en panne et songer à tes nibards. Coup Dupont-Aignan est réussi, mais ne t’endors pas sur ce laurier, il ne te suffira pas.

Allie-toi au hussard, réviso par définition, car il n’a toujours pas digéré accord de Trianon.

Quant au mélenchoniste, s’il ignore histoire d’Europe centrale, ce à quoi l’incite coterie juive, qu’il aille se faire foutre. C’est comme ça qu’on cause à Issy.

Question annexe, gros bourg que Budapest ? Bude signifie bourg, en même temps site où se trouve four métallurgique. Interprétation mythologique ne tient pas. Attila aurait fait assassiner son frère Buda, fratricide que dénonce Marine ayant toujours existé, mais il y a décalage des dates et incongruité. Pourquoi diable le Magyar aurait-il donné à sa capitale nom d’une victime d’Attila ?

Temps passe vite, nous approchons sprint final. Tu es femme petite bourgeoise, Marine, tu hésites à t’allier au hussard d’Issy. Mais rappelle-toi 1870, garnison du fort de Saint-Cloud a vite capitulé devant le prusco, contrairement à celle d’Issy, où il y eut encore vingtaine de morts au fort en janvier 1871, tombés sous le feu de l’ennemi.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :