Alain Guionnet – Journal Revision

17 avril 2017

SUS AU SARRAZIN !

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 07:51

Victoire d’Erdogan était prévue. Supporteurs lyonnois sont assaillis par barbares turcs, c’est bien si ça leur fait plaisir. Pour nous, tête de sarrazin ou de poulet c’est pareil, on la tranche.

Plan judéo-amerloque ? C’est possible. Mais vous trouverez haine du sarrazin à Issy, bourgade reculée.

L’amerloque ne comprend pas grive, mot d’argot signifiant guerre. Il s’imagine que l’attaque au gaz incapaciant d’Alain est peut-être imputable à la bande de Mélenchon présente dans la plaine. Mais encore fallût-il qu’elle disposât du gaz.

Alain laisse distribuer papillons en faveur de Macron. Le gars n’est pas supercostaud, mais ça passe. Alain n’est pas Erdogan, sultan de toutes les Turquies.

Erdogan cherche la baston. Viens à Issy, tu la trouveras, ville où nous dévorons le Turc avec nos crocs magyars. Ville et fille, il nous a fallu encore expliquer à CIA que les deux noms sont presque pareils. L’idiot prononce filon. Diagnostic, chambre à gaz directe.

Je sais, chambre à gaz d’Auschwitz n’a pas existé, mais on pourrait en construire une spécialement pour Marc ou Olivier, il sera ravi de cet honneur.

Quant à Jules de Ménilmuche, il est vraisemblablement d’origine boche. C’est simple avec ses propos antiboches Revision attire surtout dessinateurs et boches. N’attendez pas d’elle subtilité, elle en est incapable. Alain va manger choucroute, qui prête à sourire, dit-on.

Villepin redoute éclatement de troisième guerre mondiale, avec empereur Trump et sultan Erdogan, elle est sur ses rails. Elle commencera par explosion de Corée du Nord, qui ne laissera pas indifférent le chinetoque et son empire du Milieu, mot n’ayant pas même signification dans les boches de Santini et du Chinois.

On finit par se mélanger les pinceaux avant guerre, comme en 1913 et en 1938-1939, périodes riches au plan des idées. Puis on se fiche des idéologies. Taper sur la caboche du boche, comme le prônent les Issisistes, d’Angelle Merkel en particulier, devient secondaire.

Grive est annoncée, ce n’est pas raison pour se montrer grivois. Nous imaginons John Smith, notre pote floridois, en train de feuilleter ses dictionnaires d’argot. Mais oui, on jase de Ménilmuche et de grive à Issy. Tu peux écrire les deux, Issy ou Issi, mais surtout pas Ici.

En temps de grive, seuls comptent ses alliés. Or Ménilmuche et Issy le sont à présent. Notre parti est celui des hauteurs, nous surplombons Paris. Merci à Julot de nous l’avoir rappelé.

Pourtant ça chauffe à Issy, où argotiers sont minoritaires. CIA votera Fillon, le mage Le Pen sans espoir de gagner. Mental françois est petit bourgeois, aucun remède en perspective. Si Trump attaque Corée du Nord, le François s’en fout car il songe à ses pénates. Faiseur ou feseur de guerres pendant un millénaire, le François fuit maintenant comme veuve effarouchée.

Il est loin le temps où il souhaitait conquérir hégémonie du monde. François a certes contribué à enfanter États-Unis d’Amérique, mais voyez le résultat, John Kerry se casse la gueule à vélo. Même pas renversé par une bagnole, mais routes de montagne sont traîtresses.

Et nous songeons à Johannes, notre pote floridois. Le gars est déconcerté par notre argot issisois, tout le monde ne connaissant pas Ménilmuche outre-Atlantique.

Explication, triangle d’or de Ménilmuche se trouve entre rues de la Mare, des Cascades et Encviergée. Mots inconnus à Issy. Pourtant nous avons même tradition viticole. Quel est le meilleur pinard, celui d’Issy, qu’on continue de produire, ou celui de Montmatre ? Nous ne savons pas, c’est au gourmet de juger.

Enfin sarrazin, tu n’as pas compris que nous te tuerons parce qu’étant de race supérieure à la tienne. Personne n’ose le dire dans le microscome politiquement correct, mais c’est certain. Si ultradroite se déballonne, ultragauche montera au feu.

Bah ! elle en a habitude, mais si le mage d’Issy disparaît, projet envisageable du cabinet noir risquant d’être mis à exécution. Si le guide est assassiné, tout le monde sera dans la panade. Pas lui, il sera soulagé de la vie, mais vous autres cons.

Alliance de Ménilmuche et Issy n’aboutira pas, dommage. Moi, Alain, hussard d’Issy, combattrai jusqu’au bout pour Marine à l’élection. Je sais que je suis perdant, mais ça ne me gêns pas, j’ai la bite rude. Magyars me boudent, je suis françois selon eux. Mais donnez du lard au cochon, il le mangera.

Idem pour le Magyar, il dévore le latd. Mais ne nous laissons pas emporter par notre antihoungvarisme ou anti-ungvarisme, on peut écrire les deux. Hongrie est fille d’Argive ou d’Argos, même si elle n’en a pas l’air avec son parler turk. Comme le sait toute fille, mieux vaut avoir un Magyar dans sa jarretière.

Anti-ungvariste, antiboche, Revision a tout pour déplaire à Bruxelles. Pourtant elle tient. Elle asperge Bruxelles de sel, de Guérande de préférence.

Le Hongrois appelle le sultan Zoltan, c’est devenu prénom en Cis- et Transdanubie, signe de l’influence ottomane d’où le François a tiré le semi-barbarisme harem, tandis que le neveu du mage appeloit son chien Pacha, général en ottoman ou en osmanli. Avec i sans point, lettre introuvable sur le calculateur chinetoque. Mais l’armingo comprend. Il n’est pas hostile au réviso d’Issy. Lui, au moins, tape sur l’Ottoman.

CIA vient de reprocher à Alain son étude de l’ottoman à Aubervilliers, mais on n’a rien sans rien.

Qui est la plus forte ? Issy ou Bruxelles ? De nombreux parieurs jouent Bruxelles gagnante, mais Issy a tenu face au prusco en 1870-1871, elle est en même temps capitale mondiale du révisionnisme de la dernière guerre mondiale.

C’est peu de chose. Mais demandez à l’Issisois qui est le seigneur d’Issy. Près de 3 % des gens répondront le mage, avec proportion plus élevée aux Hauts d’Issy. Mais vous croyez comment que Napoléon a débuté sa carrière ? Il a d’abord ramé, c’est du bon grain qu’on tire l’ivraie.

Issy perdante contre Bruxelles ? Nous n’y croyons pas. Qu’Issy et Bruxelles se battent à la loyale à armes blanches, Issy triomphera. Ses troupes sont peu nombreuses, mais elles seront renforcées par légion étrangère ménilmucheoise. Nous ne comptons pas sur armingos et corsicauds, très nombreux à Issy, qu’ils aillent cueillir des pâquerettes. Nous, au nom des 300 bretocs de la vergne et des Magyars qui n’existent quasiment pas, ferons le poids.

Même pas une centaine d’hommes, Alain, tu ne fais pas peur.  Joue un peu carte politiquement correcte. Tu connais la recette, tu l’as étudiée à Jussieu.

T’es pas bretoc, Alain, seulement métis,  comme tu l’avoues. Les tueurs sarrazins veulent se faire la peau de ton ennemi Rachid Fillon, seigneur et maître de Paris quinzième et d’Issy, contrairement à toi. Tu prétends que Vaugirard fait partie d’Issy, mais c’est faux. Tu vas te taper la tour triangulaire de Porte de Versailles, à côté de ta glaisière chérie. Nous le savons, tu écris glaisier et simetier. Tu te trouves presque entre les deux.

Dieu aurait créé homme avec glaise avant de l’envoyer au simetier, comme tu dis. Nous t’épargnons car tu es pittoresque, contrairement aux ordres reçus du cabinet noir. Nous n’avons jamais touché un cheveu de Debord, ton poivrot maître, source d’inspiration du facho.

Il n’y a pas loin entre Jussieu et Assas, dont rue Bonaparte est proche. À Bonaparte se trouve Institut hongrois pour les gens qui ne seraient pas au courant, et il nous a fallu apprendre le magyar, à DGSI, pour espionner Alain d’Issy. Ce n’est pas de la tarte, heureusement nous disposons d’une bonne école à Strasbourg.

Chanson que devraient revoir les gauchos. Mieux serait pour eux de dire à Paris, Budapest, Strasbourg  et Berlin, prenons le pouvoir bataillons ouvriers, il faut gagner le monde. Alain est à peu près seul à gober cette sornette, pitié pour lui. Il impressionna la foule à Strasbourg quand il distribua ses feuilles révisotes avec sa casquette de marin pêcheur, dite tantôt hambourgeoise, tantôt vendéenne.

Elle venait des Sables-d’Olonne, une de ses lointaines origines raciales (12,5 %). Vous comprenez à présent sa haine de Clemenceau ?

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :