Alain Guionnet – Journal Revision

15 décembre 2016

COTERIE ARMINGOTE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 16:55

Quand vous lisez un site commencez par vous demander d’où il sort. Il y a deux puissantes coteries à Issy, la juive arabe et l’armingote. La corsicaude, parfois appelée mafieuse, arrivant en troisième position.

Lobby arménien, c’est comme ça qu’il s’appelle, est le plus ancien. Il tolère Guionnet bien que proturk, mais promagyar, race turke la plus estimée des armingos. L’armingo adore être appelé ainsi. Armingo est conforme à harmonie vocalique chère aux Turks, à laquelle Guionnet songea quand il inventa ce mot. Quant au go d’armingo, il est comparable à celui de parigo, tiré de Parigi ou parigino en rital, comme chacun est supposé le savoir.

Si vous rencontrez problème pour traduire russe en françois à Issy, frappez à la porte d’un armingo, il trouvera traducteur en quelques minutes.

Vous avez pigé maintenant une des raisons pour lesquelles Aigle Noir est respecté à Issy ? Bien sûr, le volatile ne partage pas les thèses extrémistes arméniens sur le génocide qu’auraient commis Jeunes Turcs à partir de mai 1915. Mais les armingos ne le lui demandent pas. Ils sont seulement ravis que Guionnet soye opposé à Morgenthau, père et fils.

Nous suspectons coterie armingote de donner étoiles à nos papiers. Revision propose de rentrer dans le bide d’Erdogan et de l’exploser. Propos ayant valeur, car Guionnet est sérieux. Ventre d’Erdogan n’est certes pas confortable, mais on finit par s’y faire.

Tu piges maintenant Danny, plouc nantois ? On cause russe à Issy, on n’a pas attendu Fillon et Marine. On ne recule pas devant l’armingo, on cherche à le domestiquer. Branle-toi avec Boris Le Lay pendant que nous combattons l’armingo de front, avant d’exterminer le juif, cerise sur le gâteau.

Je sais, Guionnet passe pour extrémiste, mais tu connais beaucoup de vieux de 62 balais ayant son courage ? Courage est passé en boche, et ne traite surtout pas le boche de con.

Guionnet est courroux, commente Jacques Moulin. Mais il était presque seul quand il défendit Assad il y a trois ans contre les perfides attaques de Fabius et Hollande, quand les bobos se faisaient bronzer en bord de mer au mois d’août. Selon moi, il est héroïque. Mais j’ai du mal à comprendre pourquoi il mouille à ce point sa chemise pour Issy. Il est vrai que je suis des Moulineaux, comme mon nom l’indique, où nous adorons Louise Michel.

J’ai cependant du mal à comprendre pourquoi Guionnet adore le vieux moulin à vent du Haut Issy. Surtout qu’il n’existe plus et était tenu par les curés. Je ne trahirai personne en révélant que foi chrétienne de Guionnet est bidon. Bien sûr, il adore les mages et Saint-Ètienne, mais faites le rapprochement entre Magyar, Magog et Guionnet. Le mec se prend pour le Grand Architecte de l’Univers.

Nous, des Moulineaux, avec l’aide des armingos de rue d’Ègalité et d’ailleurs, allons te combattre, Aigle Noir. Soit, mais qui défendra Issy pendant ce temps ? Qui osera prétendre, preuves à l’appui, qu’Issy est capitale de l’univers ? Ce n’est pas vous, braillards. Moulin, retourne dans ta niche que tu n’aurais jamais dû quitter.

Dialogue issisois. À Issy, on ne prend pas de gants. Le maître me renvoie à ma niche, mais je l’aime.

Guionnet veut dégommer le juif, c’est du 50-50 %. Mais laisse Guionnet cogner le juif, tu n’as pas à te mêler au combat, toi minuscule Moulin.

C’est le juif hongrois, accessoirement allemand, que Guionnet, ou petit Wilhelm, veut terrasser sur le coteau d’Issy. Il tuera accessoirement Sarrazins, mais c’est peau du juif qu’il veut pour son lampadaire.

Crussiez-vous qu’ultragauche fût docile ou bénie oui-oui ? Nenni, elle est assoiffée de sang. Gagnera-t-elle ? Ce n’est pas sûr, mais elle aura combattu. Bien sûr pas jusqu’à la mort, car elle triomphera.

Mais Revision pourrait perdre et je serais marri. Guionnet me tend parfois le crachoir car il me juge idiot utile. Seul Guionnet a accepté de m’embaucher en contrat à durée indéterminée, mais s’il est tué je serai dans le pétrin.

Bon, maître, je serai moins insolent avec toi, je te le jure. Oublie mes calembredaines. Tu es cruel dictateur, tout le monde le sait, mais ne meurs pas plus vite que prévu. Tu peux encore sauter ta voisine d’en face. Tu peux baiser ta miresse indochinoise N’Guyen, qui porte presque ton nom, mais ne nous lâche pas Guillotine. Tout le monde t’appelle ainsi à Budapest. Je ne jase pas hongrois, mais je comprends guillotine. Même quand le Magyar dit Guillotine a tranché.

Je sais, on dit plutôt Guillotine a coupé en hongrois. Mais voyes, je fais des efforts pour apprendre cette langue barbare, et tu ne vas pas me laisser tomber parce que tu auras été sabré par un juif allemand ou hongrois.

Laisse tomber ta guerre au juif pour l’instant. Même idiots comme Dieudonné s’en occupent. Ne te fais pas sabrer, ta vie est précieuse. Je ne parle pas en mon nom, mais en nom collectif. Nous avons besoin de toi, Alain ou Attila, pour guider nos pas.

Impossible de ne pas craquer devant pareille supplique. Bon, Guionnet tuera le juif allemand ou hongrois demain ou après-demain, il n’est pas à un jour près. Tuera est simple en françois, plus compliqué en hongrois, mais nous n’allons pas résoudre questions de traduction entre ces langues en deux coups de cuiller à pot.

Notez que Revision persiste à écrire cuiller, comme rue du Simetier. Ce que le capitaine Lebec, dernier bourreau bretoc de police d’Aigle Noir d’Issy, a remarqué. Tactique d’eunuque Hollande, il envoie flics bretocs serrer Guionnet. Mais Lebec n’était pas fier, il aura seulement fait son boulot ce jour-là.

On ne cause pas de castagne pouvant opposer Aigle Noir et sa horde à volaille pour l’instant, car c’est prématuré. Laissons mûrir le fruit. Qui gagnera ? Sans doute volaille dans un premier temps, puis partisans d’Aigle Noir prendront leur revanche et vaincront. Vous voulez voir ? Vous n’avez qu’à tenter l’expérience, mais Marine risque de ne pas être élue parce que trop mièvre et trop projuive. Elle s’appuie sur maison Poulaga, mais poulets ne valent pas tripaille, comme on dit.

Voilà encore que Revision la ramène avec Issy, il nous casse les couilles. Maison Poulaga emmerde tout le monde, c’est certain, mais Guionnet ne va pas jouer au héros qui serait seul à la combattre. Sinon moi, Jacques Moulin, je rendrai mon tablier.

En histoire de torchons et de seviettes, qu’est-ce que Marine a à voir là-dedans ? je vous le demande. Salope Le Pen déteste Aigle Noir, elle veut sa peau. Elle devrait se faire sauter par Soral.

Pardon pour la vulgarité du propos, mais brute Soral et salope Le Pen ne seront jamais bien accueillies à Issy. On s’est farci le prusco et le F∴ Thiers, mais on ne supportera jamais Le Pen ou Soral. Il subsiste rares coins comme ça en France, où on a encore sens de l’honneur. Honneur et honnêteté sont pareils en hongrois, langue moins primitive qu’on le croit souvent. Si tu mets les pieds à Issy, Marine, tu signeras ton arrêt de mort.

C’est vieux poulbot qui le dit. Rappelle-toi comment mes frères furent héroïques en 1871 quand ils défendirent Les Oiseaux contre l’artillerie de Thiers, ton F∴. Laisse ta place à Philippot, il est plus compétent que toi. Propos un peu abrupts, mais c’est comme ça qu’on cause à Issy, on ne fait pas dans la dentelle.

Issy est brutale, on l’aura compris. Issy n’aime pas sa coterie armingote, mais on ne compte plus le nombre de verres payés à Guionnet depuis longtemps par des armingos, moins souvent par des Kabyles. Guionnet est roi d’Issy et d’Argot, tout le monde ou presque l’admet, même s’il subsiste poches de résistance dans la plaine, surtout aux Moulineaux où il est inconnu.

Il méprise les Moulineaux et ne jure que par la butte. Il n’existe pas d’ultragauchiste plus raciste que lui. On croit souvent l’ultragauchiste antiraciste, mais non. Mettez un juif devant Guionnet, il va le dépecer, le manger tout cru. Heureusement qu’existe loi qui protège le juif, sinon Guionnet dévorerait tout juif.

Moi, Jacques Moulin, je parle sérieusemnt. Laissez Guionnet en liberté, il y aura judéocide. Volaille est occupée en ce moment à serrer ados islamistes. C’est bien gentil, mais qu’elle s’occupe du vieux de 62 ans, peut-être plus dangereux. Rapports de DGSI disent tous que Guionnet manie moins bien le nuntchaku que dans sa jeunesse, qu’il ne représentera pas de danger de résistance sérieuse face au RAID ou au GIGN.

Peut-être, mais Guionnet est rusé. Il peut sortir coup tordu de sous ses baskets. Souvenez-vous de Mesrines, ce criminel semi-politique, il vous a donné fil à retordre. Et lisez rapports de DGSI. Guionnet serait soutenu par Poutine, rien de moins, et son arrestation, que je souhaite, sera affaire politique internationale. En plus, il bénéficie de soutiens dans sa contrée d’Issy-les-Moulineaux.

Certes, Isséens se taisent pour l’instant. Ils sont contents que Guionnet s’avance seul sur la piste. Mais regardez-les, même Catherine est amoureuse d’Attila, car c’est comme ça qu’on appelle le monstre d’Issy.

Guionnet a air aimable à première vue, avec ses cheveux noirs qui blanchissent. Avec ses binocles, qui donnent impression qu’il est peut-être intelligent, mais voyez sa carrure, 1,80 mètre, 95 kilos.

Six fois cinq étoiles, vote armingo, disons à au moins 50 %. C’est la guerre depuis des années à Issy. On se saigne entre révisos de la deuxième guerre mondiale et Arméniens partisans du prétendu génocide de la première guerre mondiale. On pourrait cependant transiger, propose Revision, réduisez à moins d’un million le nombre de vos morts, on pourra discuter.

Supposons que l’armingo soye moins abruti qu’il semble, ce qui n’est pas sûr. Il lit Revision depuis des années. Il est heureux de découvrir que son mental est proche de celui du Magyar, sans être identique.

Et pour cause, mental magyar est plutôt européen, mental armingo asiatique. Ce qui ne s’est pas déroulé sans heurts, car esprit oriental demeure dans la tête du Hongrois, mais passons, cette question étant trop compliquée pour être traitée en quelques lignes.

Bref, l’armingo respecte le Magyar, comme le confirme histoire d’Issy et d’ailleurs. Mais l’armingo est compliqué. Attachez votre ceinture si vous voulez l’approcher. L’armingo est parfois furibond. Il s’énerve sans qu’on sache pourquoi, comme le pianiste de Corentin Celton. Certes, Guionnet a tapé sur sa femme, mais elle est fille de commandant du FLN algérien, et se fait dorer la pillule en France.

Conflit de classe cette fois. Guionnet ne supportant pas dictature des bobos. Il se revendique prolétaire issisois maintenant. Voilà armingos, vous courtisez Revision qui vous remercie, mais pensez aux dégâts que vous provoquez.

Ça va pour moi, je suis blindé, j’ai ma bite et mes couilles à l’air en ce moment, mais méfiez-vous, armingos, le Magyar d’Issy peut à tout instant s’énerver.

Bah ! nous lui payerons un coup, cela le calmera, direz-vous. Mais cela ne suffira pas à assoupir le réviso. Vous vous souvenez de Morgenthau père et fils ? Nous si. Nous brandissons drapeau tricolore hongrois et emmerdons Arménie.

Quand vous approchez des Épinettes, vous pénétrez en territoire ottoman. L’armingo déteste qu’on l’appelle ainsi, mais que voulez-vous ? Ses ancêtres furent souvent ottomans. Tous les armigos ne s’appellent heureusemt pas Devedjan ou Balladurian, qui ont tous deux fait suer le François, mais rappelez-vous, père Balladurian fut directeur de la Banque Ottomane d’Izmir. C’esti pas une preuve de la complicité d’une partie des armingos avec les tueurs Jeunes Turcs ?

Encore qu’il fallût retirer légion étrangère arménienne de l’armée française de sa zone d’occupation en Turquie après-guerre, à cause des exactions qu’elle commit. Ce que l’armingo fait mine d’oublier, à moins qu’il demande pardon dans son église apostolique. L’armingo se dit victime d’un cruel génocide commis par des Turcs et des Kurdes, qu’il s’agit de ne pas oublier. Mais l’armingo est redoutable guerrier. Il aurait tué, dit-on, 200 000 soldats ottomans au début du siècle écoulé.

Quelle est la part de mensonge et de vérité dans ce ouï-dire ? Nous ne savons pas. Mais l’important est de savoir qu’Issy est seule ville au monde où Attila et armingos cohabitent. Armingos se foutent même parfois de la gueule du réviso. Ils lui disent voyes, notre génocide a fait plus de morts que celui des juifs. Faux, car on estime à près d’un million le nombre de juifs morts pendant la guerre en liaison avec la politique antijuive du Reich et de ses alliés, alors que le prétendu armingocide, soutenu par Morgenthau, ambassadeur des States à Istamboul, n’a fait que plusieurs centaines de milliers de morts.

En disant cela, Attila joue au diplomate ou au démagogue. Il aurait aussi bien pu jaser de quelques centaines de milliers de morts, mais cela froissât l’oreille armingote. Or Issy est soumise au diktat armingo. Tu piges maintenant, plouc nantois, à quel point situation d’Issy est compliquée ? Nous n’eussions qu’a bouffer le juif arabe, tout fût simple. Mais nous devons nous taper l’armingo, le corsicaud, maintenant aussi le tos, sans parler du Kabyle, du Berbère ou du Slave, ou encore du musulman barbu ou du nègre, qui commencent à envahir la vergne.

Remarque, tu te trouves peut-être à peine mieux à Nantes, en BB. Tu adores BB, putain de plouc ! Désolé, je n’ai rien trouvé de mieux que putain de plouc pour te portraitiser. Si tu continues à bouder je me rabattrai sur Massy. Bien qu’antimilitariste, je ne suis pas hostile à Polytechique, pas plus qu’à université Polytechnique de Bude, où je fus accueilli bras ouverts en 1986. Je préfère Pest, tout le monde le sait, mais Pest n’existerait pas sans Bude. Je ne peux pas être hostile à Budapest. Même le pianiste armingo russophone m’a dit du bien de Bude à Pest. Il a visité le Bastion des Pêcheur à Bude, cet événement l’a marqué, je le comprends. On peut aimer Bude comme Pest, même si Bude à Pest est écriture hunnique de Revision, les deux villes étant devenues inséparables. Les monts à Bude, la plaine à Pest..

Sans préjugés, sans sous-entendre que Pest est supérieure à Bude. J’habite sur la colline, ou sur la butte d’Issy, je suis forcément favorable à Bude, mais j’aime bien la plaine de Pest, où j’ai vécu pendant de longs mois, et pendant des années dans la plaine d’Issy. Près des usines, car Issy fut autrefois ville ouvrière, maintenant bêtement numérique et des télécommunications.

Tu veux te cogner contre Aigle Noir, armingo ? Nous t’attendons au Bastion des Pêcheurs, place plus forte que coteau d’issy. Et nous liquiderons lobby juif sans réclame adventrice. Bien sûr, liquider lobby juif est difficile, mais nous en sommes capables. Avec ou sans ton concours.

 vous de voir qui gagnera. À votre place, je jouerais Aige Noir gagnant. Il a peu de soutiens à Issy contrairement à ce qu’il prétend, mais il est dangereux. Il peut sortir glissade du singe de sous ses fagots. Il peut cogner. Méfiez-vous en, il est expert en boxe anglaise et en savate, outre en autodéfense. Quand il voit Soral tenter de donner maladroit coup de pied fouetté à Conversano,  Revision rigole. Elle n’est certes pas la plus sage des sages de Sion, mais quand ennemi dégringole Issy rigole.

Vous avez compris le danger ? Tout Levallois-Perret devrait combattre l’Issisois. Je le sais, beaucoup de levallasoisois ne veulent pas combattre l’Issisois. Je suis de Puteaux, les gars, pas de Pisan, dit l’actuel chef de DGSI.

Tu cherches castagne, DGSI ? Tu gagneras dans un premier temps, mais pas après ?

Brigandes sont charmantes pendant ce temps. Elles chantent contre commissaire divisionnaire de police, trente-troisième du neuvième arrondissement de Paris, qui fit torturer brigande. Issy vous adore, Brigandes.

Branchez-vous sur les Brigandes, elles sont mignonnes. Quand viendront-elles au Palais des Congrès d’Issy ? où nous les attendons. Pas à halle Charpentier, comme la juive Kociusko-Morizet, mais au petit Palais des Congrès en face du commissariat de police. Vous serez bienvenues, les filles. Gros machos vous accueilleront bras ouverts.

Vous avez été démasqués, armingos, avec vos étoiles, vous collaborez avec Revision. Ce n’est pas crime, tout le monde vous le pardonne, mais avouez que c’est vous êtes médiocres. Guionnet risque sa vie dans le bide d’Erdogan, saluez son courage, s’il vous plaît.

Guionnet entre dans le ventre d’Erdogan. S’il le dit, c’est sérieux juge Jacques Moulin. Et si Erdogan défèque, il est mort selon l’extrémiste Moulin. Mais ne croyez ni Moulin ni Guionnet. Bien sûr, parole de Guionnet est plus fiable que celle de Moulin, mais craignez les deux et leurs langues de serpents.

Au moins Revision est honnête, on ne pourra pas l’accuser d’avoir pris son lecteur en traître.

Revision est becsület. Padron de causer hongrois, mais Guionnet fut voisin de l’île des Sorciers de Szeged, il n’a pas oublié. Et il emmerde Moulin, être d’intelligence inférieure selon lui. Ultragauche est prégnante, elle emmerde le juif et l’ansisémite. Elle connaît l’île et la boue ou vase des sorciers que les Habsbourgs n’auraient pas dû brûler.

Merde, se dira le plouc nantois, j’ai longtemps cru Revision publication antisémitique, mais je me suis peut-être en partie trompé.

Onze étoiles, onze stars dit le rosbif, c’est trop peu. Montrez que vous avez des couilles, amingos, pute vierge. Vous avez allié françois prêt à dévorer Erdogan de l’intérieur, prompt à dénigrer traité d’alliance entre François Premier et Sublime Porte, ça ne vous suffit pas ? Bien sûr, il y a parmi vous précieuses comme à la poste et à Monopris. Certains d’entre vous sont même favorables à l’odieuse loi du genre.

Mais nous, Issisois, sommes majortairemet opposés à la loi du genre. Nous sommes favorables au rapprochement des filles et des garçons. Sommes-nous idiots ? C’est possible, n’excluons aucune thèse face à l’adversité.

Rapport de DGSI dimanche au petit matin : Guionnet a acheté cibiches, comme il dit boulevard du Montparnasse. Il ne les a pas payées avec sa carte de crédit, ce qui nous pose problème et nous oblige à envoyer agent sur le terrain. Hélas ! Guionnet a tout de suite idenifié le petit blondinet moustachu de notre service. Guionnet n’a toutefois pas tué de juif sur son chemin du retour à Issy, je peux le garantir.

Mais il est plus dangereux qu’ultradroite. Quand il voit visage pâle dans le métro se faire sauter par nègre, il juge qu’elle est sauterelle. Guionnet est plus dangereux qu’ultradroite. Voyez, maintenant ultradroitos, de rue Diderot notamment, montent aux Hauts d’Issy pour apposer leurs autocollants d’origine catholique romaine : « Loi El Khomri, Vie pour tous », signés lafranceinsoumise. Guionnet n’y est pas opposé, bien qu’Hauts d’Issy soyent de mouvance ultragauchiste selon lui. Et Guionnet refusera toujours que Hauts d’Issy soyent annexés par ultradroite. Il est comme ça, impossible à réformer.

Conflit opposant ultragauche et ultradroite est plus vif à Issy que partout ailleurs. Guionnet, dit Guillotine, pas seulement à Bude à Pest, pourrait s’énerver. Il accepte qu’ultradroite colle ses papillons aux Hauts d’Issy pour l’instant, mais n’oubliez pas que cet homme a cogné fachos en 1971, il est dangereux.

Moulin a raison, il faudrait embastiller Guionnnet au  plus vite, mais nos chefs sont avant tout préoccupés par leur chasse à l’islamiste, en partie bidon, et par l’élection de mai 2017, mais qu’ils se réveillent, Guionnet est dangereux.

Et il ne déteste pas cathos. Il a manifesté il y a quelques années contre le mariage pour tous sous la tour Eiffel. Descendu à la station de métro La Motte-Picquet-Grenelle, il ne fut pas véhément. Il ne participa pas au cortège de Bloc identitaire, mais il était là.

FN est parti de pédés, même Nolleau et Zemmour l’admettent, contrairement à Marine Le Pen, favorable au mariage pour tous, ce qui est aveu. Mais nous allons liquider les pédés d’Issy qui veulent nous imposer loi du genre avec féministes bougnoules. Menace adressée à Jérôme, postier pédé du club de poker d’Issy. Car il n’y a pas qu’armingos qui lisent Revision, il ya  aussi joueurs de poker.

Guionnet emmerde les tantouzes partisanes de loi du genre comme Jérôme, qui l’a insulté à deux reprises. Il fallait que cela se sût.

Guionnet sort de Percy, hôpital d’instruction des armées. Il ne sera pas aveugle pendant des lustres, barbarisme selon Littré. Son ulcère esr cicatrisé. Certes, Guillotine atteint difficilement douze-dixièmes de vue avec ses binocles, mais son cas est loin d’être désespéré. Vous connaissez beaucoup de gars qui regardent Auschwitz avec onze-dixièmes de vue, nombre estimé ? Moi pas.

Reynouard plafonne peut-être à huit ou neuf-dizièmes, c’est pour ça qu’il n’a pas compris grand chose à Auschwitz, spécialité de Revision, comme l’ont avoué juges de cour d’appel de Paris.

Mais cessons de causer de Guionnet, réviso nullement vénal qui projette d’entrer dans le bide d’Erdogan. Que verra-t-il dans ce sac à merde, même s’il ne se trouve pas là en réalité ? Nous ne savons pas. Ni moi, Moulin, avec mes huit-dizièmes de vue, ni Guionnet, surtout s’il ne porte pas ses binocles.

Interne Adam fut très chic avec le chef, je peux en témoigner. Il a eu raison. Même moi je devrais être parfois plus aimable avec lui. Hélas ! il est forcené dictateur. Il attaque Erdogan car il voit en lui plus piètre despote que lui.

Tu veux te concilier avec le François, armingo ? Dis à une de tes vedettes, Aznavour, de prononcer foli-e comme vi-e, elle aura plus de succès pendant ses récitals des 26 et 28 décembre.

Téléphone armingo marche bien. Aznavour ne craint rien, il n’aura pas besoin du renfort des hordes issisoises, qu’il se démerde !

Jacques Moulin et Alain Guionnet

2 commentaires »

  1. Tyran, despote, dictateur ! Tu m’emmerdes AIGLE NOIR.

    N’oublie jamais ça Guillotine, et je me répète – les vieux cons ça radote, non seulement on fait croire aux assujettis qu’ils sont encore, pour l’essentiel, dans un monde que l’on a fait disparaître, mais les gouvernants eux-mêmes souffrent de l’inconséquence de s’y croire encore de quelques côtés. Vois le bordel organisé par les esclavagistes juifs – à Nantes nous sommes et nous fûmes servis question esclavage – et dans lequel nous continuons à mariner bêtement. Admire en même temps notre capacité d’ultras à dégommer le youpin imposteur estampillé BB, imperméables que nous sommes aux sirènes des coteries.

    Comment voudrais-tu que nous, pôvres nantois, submergés par l’invasion des putes nègres qui tiennent désormais le paveton, pourris par les trafiquants en tous genres des pouilleries orientales, ploucs abrutis par l’alcool, nous nous y retrouvassions ?

    (Tu bosses pour DGSI, plouc. Tu râles contre De Gaulle parce qu’il a laissé des François d’Oran se faire massacrer par le bicot après l’accord d’Evian. Je te comprends sur ce point, mais De Gaulle était plus homme politique que militaire, comme Philippot. Tu as autrefois chanté sérénades ultragauchistes à Revision, je t’en remercie, mais tu es maintenant grillé. Je risque de me rabattre sur Massy-Palaiseau. Après tout, j’aime bien le bicorne du polytechnicien. Tu feins de jaser parisois quand tu causes du paveton, mais tu ne vaux pas mieux que le ritalingue toulonois ou niçois. Pleure sur Nantes, vieux plouc, c’est tout ce que tu sais faire, pendant ce temps je songe à retourner à Bude à Pest, qui est belle en hiver. On n’est pas emmerdé là-bas par le touristes ou par le plouc à ce moment-là. Tu aimes bien BB, Bas Bretoc, on est un peu de la même race tous les deux. Mais je te quitte, je file à Montparnasse, NDLR.)

    Commentaire par toto — 17 décembre 2016 @ 15:08 | Réponse

  2. Philippot ce mulot ventriloque qui bouffe dans tous les greniers entretient l’illusion que le vieux monde existe encore. Mettons-lui dans les pattes un petit rat, histoire de le dévoyer et de l’anéantir.

    (Voilà que tu t’en prends maintenant à Philippot, mais je trouve ce pédé pas mal dans le vide ambiant de la classe politique. Et tu ne m’as pas répondu. T’as bossé dans la volaille, on peut s’entendre entre argotiers, gibiers de potence, et poulets, on parle presque le même langage. Je note que tu ne romps pas les ponts après que je t’eus démasqué, bien. J’ai soutenu tes collègues ayant manifesté contre la racaille, mot qui fait fureur. Je suis d’accord avec toi, l’affaire Dreyfus n’est toujours pas claire, mais ne compte pas sur moi pour l’élucider, c’est maintenant impossible. Et que me reste-t-il ? L’éventuel soutien du polytechno de Massy ? Mais il boude en ce moment. Il t’a identifié plus vite que moi. Forcément, il est officier supérieur, moi simple ancien poulbot. Oui, je sais, le poulbot est officiellement uniquement parisois, comme la poubelle, mais Issy peut faire exception à la règle, NDMR.)

    Commentaire par toto — 18 décembre 2016 @ 08:12 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :