Alain Guionnet – Journal Revision

1 novembre 2016

POLICIERS COURROUX

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 13:27

Vague du mouvement a paru dégrossir avec l’annonce de négociations ayant abouti à la promesse du gouvernement d’augmenter de 250 millions le budget de la police, goutte d’eau dans la mer au regard des revendications des manifestants, qui jugent leur sécurité menacée, ainsi que grande partie de leur hiérarchie et leurs syndicats incompétents.

Or que s’est-il passé à Viry-Châtillon le 8 octobre ? Apparemment, un adjoint de sécurité  et une fliquette auraient été envoyés à un carrefour opérer une garde statique de surveillance de la caméra de police, régulièrement démolie. Fliquette et adjoint sont à occuper selon leurs chefs, qui jugent que mieux vaut ne pas leur confier mission sensible.

Gardes statiques sont déconseillées en lutte antiterroriste, mais aussi maintenant en droit commun, car esprit islamiste se répand dans les cités et tuer flic devient glorieux pour des racketteurs, plus que pour des trafiquants de drogue. Hiérarchie policière est donc suspecte d’être en partie à l’origine de ces deux tentatives de meurtre.

Rachid Kassim également, roannois de 29 ans, ancien semi-fonctionnaire, animateur social passionné de rap, commanditaire de plusieurs attentats et tentatives d’attentat en France ces derniers mois. Sachant parler aux jeunes, il leur donne l’exemple : le 21 juillet, le barbu a décapité un prétendu espion en se faisant filmer.

Et ça marche, trois jeunes de 15 ans écroués ces derniers jours, un autre de 18 ans, qui furent en liaison avec Kassim. Désavantage, la source est unique et finira par s’épuiser alors qu’il existe d’autres foyers de radicalisation islamique

Mais que fait État ? Kassim est parti en Syrie en 2012. En 2013, Hollande et Fabius soutenaient ouvertement Daech et Nosra. De telle sorte que Kassim est en quelque sorte fils de Hollande et Fabius.

Depuis la première vague, deux étapes ont été franchies. D’abord à Versailles, où 500 flics ou assimilés ont manifesté, bien joué. Ils ont ainsi assailli les trois centres symboliques du pouvoir. D’abord Élysée, même s’ils marchèrent sur place Beauvau située à côté, puis Bastille, enfin Versailles, car ils savent que nation françoise est de très longtemps antérieure à Révolution française, dont ils s’inspirent en chantant Marseilloise et en appelant citoyens à l’aide.

Étape suivante fut Béziers, sous-préfecture de Hérault, ville de 78 000 habitants où 500 personnes s’assemblèrent. Près de 250 de police nationale, 30 de police municipale, rejoints pas des pompiers, comme avant à Toulouse, et par des citoyens.

Nouvelle indication : policiers courroux ne veulent surtout pas sembler directement liés au Front national. Avantage de Robert Ménard, maire de Béziers, il n’est pas encarté FN, mais élu des droites nationales. Cet ancien chef de Reporters sans frontières obtient victoires, comme sa réduction du prix du gaz de 15 % pour les Biterrois, tandis qu’il critique sobrement la racaille.

Elle est souvent en France d’origine musulmane sunnite maghrébine, tandis que flic courroux ne comprend pas pourquoi France se prosterne devant islam, Sarkozy et Hollande en tête, ni pourquoi France livre armes à Daech avant de guerroyer contre État Islamique. Il n’est pas le seul dans ce cas. Il appelle masse à lui venir en aide, mais assez peu de citoyens rallient ouvertement son mouvement.

Béziers est bien trouvée car signe de radicalisation modérée, mais quelle peut-être prochaine étape symbolique ? À notre avis Issy-les-Moules, car il y eut trois centres du pouvoir au dix-huitième siècle, Paris, Issy et Versailles. Lieu d’assemblement Porte de Versailles, devant le parc des Expositions, puis descente à Issy. Coins illustres défileront, notamment séminaire Saint-Sulpice, qui fut lieu de foi et de débauche au dix-huitième siècle, quand France fut dirigée d’Issy par le cardinal Fleury pendant près de quinze ans, par ce roturier régent de Louis XV. Fleury était peu belliciste, Voltaire en a témoigné.

Sitôt après, cortège passera devant ancienne et nouvelle mairies, la première de style néoclassique révolutionnaire, la seconde moche. En même temps au pied de la butte, cœur historique de la vergne. Or c’est là, dans l’ancienne villa d’Issi consacrée par Clovis, que se distingua le comité de salut public Issy-l’Union en 1793, réputé pour sa modération.

Mouvement policier appelle citoyens à la rescousse, mot respectable parce que d’origine grecque, mais peut-être trop lié à Révolution française. Modérés serait peut-être mieux.

En plaine, ancienne mairie, où eurent sans doute lieu les plus sanglants combats de la guerre civile dite Commune de Paris, Parisois ayant proportionnellement beaucoup moins souffert que les 5 000 Issisois, dont beaucoup d’origine provinciale ou étrangère, ville ayant alors été industrielle.

Puis défilé passera devant poste, où eut lieu braquage d’OAS, tandis que flics furent tués à Issy par FLN. Ensuite, devant palais des Congrès, où se déroulèrent métingues capitals, du Parti socialiste notamment, et match de boxe, Issy étant réputée pour qualité de sa boxe.

Peu après, cortège arrivera devant commissariat, immeuble moderne mais dont cellules se trouvent en sous-sol, où il y a insectes rampants se faufilant dans les bouches d’aération. Pas de rat comme à Fresnes, en revanche, détenu d’Issy pouvant se croire privilégié.

Mais c’est donnant-donnant, flicard. Parle notre langage, nous t’attaquerons à l’issisoise, mais préviens-nous si tu montes ou descends à Issy, il faudra que nous te renforçassions. Vous pigez maintenant pourquoi, baltringues, Issy-Union est capitale de l’inivers ?

Visage pâle flic a croisé monstre d’Issy hier place de la Mairie, il semblait l’estimer. Il n’était ni fliquette ni adjoint de police. Il est fier de sa race, il ne craint pas d’être assailli par racaille à Issy. Il a raison, car ultragauche locale lui vînt aussitôt en renfort. Issy est une des dernières villes peuplées majoritairement de pâles, y compris de François, cerise sur le gâteau.

Revision est accusée d’égotisme, issisisme ne faisant pas recette et suscitant jalousies. Paris capitale de l’univers, thèse du révolutionnaire juif allemand Anacharsis Cloots, a mis longtemps à passer, mais Issy capitale de l’univers est indigeste. Cloots a fini guillotiné en 1794. Mais que reste-t-il en région parisoise comme lieu symbolique du pouvoir ou de résistance de nation françoise ?Selon Juifkipédia Cloots n’aurait pas été juif mais baron prussien d’origine hollandoise, pourtant rumeur circule dans partie d’ultragauche qu’il était juif, peut-être entretenue par son éditeur juif espion roumain Lebovici, de Champ Libre, assassiné dans un parking parisois en 1984, dont le ou les tueurs n’ont pas été identifiés. Surtout qu’il ou eux appartenai(en)t peut-être à service de renseignement de La Francisque. Euphémisme que renseignement, comme intelligence en rosbif, car ces services disposent de tueurs professionnels.

Autres possibilités : Vincennes, avec son fort ? Mais c’est site militaire, alors que c’est Ivry qui s’est illustrée dans les combats de tranchée pendant le rude hiver 1870-1871. Et puis Ivry est devenue cocote. Invalides ? mais la place est trop grande. Assemblée nationale ? mais le mouvement est hostile aux hommes politiques corrompus. Place de la République ? mais manifestation policière y a déjà eu lieu. Quartier Latin ? Bonne idée, flicards suggérant ainsi qu’ils feraient leur Mai 68, mais ils pousseraient le bouchon un peu loin.

Issi a avantage de porter nom galois de signification inconnue, et quand on remonte dans le temps, avant Versailles on tombe sur le druidisme, dont églises catholique romaine et gallicane furent héritières. Adverbe ici est sans doute tiré d’Issi, même si le mot latin hic n’est pas à écrarter, pas plus que langues arabes et touraniennes où i est suffixe locatif.

Premier novembre, flicards courroux ont préféré le Louvre, peut-être pour quatre raisons. 1°) Le musée se trouve au centre de Paris, ce qui est recommandé, car les manifestants viennent de toute la région. 2°) Dans l’ancien palais des Tuileries, allusion à Révolution française, bien qu’un peu obscure, car on ne sait pas quelles idées passent dans la tête du poulet. Est-il légitimiste, bonapartiste ou républicain ? Bah ! il ne le sait pas lui-même. 3°) Volaille se rapproche d’Élysée dont elle sait le palais quasiment indéfendable au plan militaire. 4°) Poulets se sont assemblés devant la pyramide bidon, indiquant ainsi leur volonté de combattre Veuve, leur maîtresse.

Il fallait y penser. Nous crussions tête de poulet demeurée, mais comment attaquer Veuve de façon symbolique ailleurs que devant pyramide du Louvre ? Idée géniale à laquelle Revision n’avait pas songé. Surtout qu’ÉI n’a jamais attaqué juiverie ou Veuve, dont il est laquais.

La plupart des gars étaient visage découvert afin de montrer à IGPN qu’ils n’ont pas peur d’elle. Révolte est partie de Marseille avant de contaminer Paris. Cognes, pandores, argousins, etc., partirent ensuite en cortège. Ils défilèrent devant préfecture de police de Paris avec pancartes où on pouvait lire : « La police à bout de souffle », «  Touche pas à ma police », « Je suis flic et fier ». Difficle d’attendre niveau de réflexion plus élevé de la part d’un gallinacé.

Peut-être signe de ses arrière-pensées insurrectionnelles, poulet bossant dans les forces régaliennes. Sans son concours, État est presque coquille vide. Ou comme sans celui des militaires, qui eux aussi se plaignent d’avoir peu de moyen de s’entraîner, Hollande ayant envoyé troupes en opérations extérieures. Surtout aviation et forces spéciales, mais aussi marine, unique porte-avions escorté de plusieurs frégates se trouvant en Méditerranée orientale, France étant dépourvue de moyens de défense au cas où salope Hillary Clinton, si elle était élue, l’attaquerait. (Si elle l’attaquait ou si elle l’attaquerait, on peut dire les deux.)

Obsession langagière est reprochée au guide, mais idée de nation françoise fut d’abord suggérée par les druides, ces mages comme on les appeloit au Proche-Orient et en Bible, dans Ancien et Nouveau Testaments. Il est vrai que mage issisois est gonflé, car employer subjonctif passé simple après futur défie novlangue. Il faudra que nous les renforçassions ne se trouve nulle part à notre connaissance. Nous allons relire Grevisse à ce sujet.

Mohatch nous a mis sur la piste du comité de salut public Issy-l’Union de 1793, excellente idée, car c’est union que mouvement policier réclame, sinon flics pourront frétiller, ils seront pêchés comme des sardines.

Information en partie fausse, car décret instituant qu’Issy s’appellera désormais Issy-l’Union date du 9 juillet 1793, avant que Napoléon restituât à la commune son nom. Nouvelle communiquée sur toile en 2013 par Historim, site historiographique du despote Santini. Mais flicards chantent Marseilloise et appellent citoyens à la rescousse, qu’ils assument conséquences de leurs propos. S’ils souhaitent sérieuse union avec les citoyens, c’est à Issy qu’ils la noueront.

Nul égotisme dans nos dires. Différences avec Lebovici et Debord, Guionnet n’est pas juif coupé comme Lebovici, ni ritalingue niçois comme poivrot Debord. Il est certes poivrot, mais modéré. Il sait en outre reconnaître ses torts, contrairement à Faurisson qui cause ex cathedra sans accepter le moindre contredit.

Au sujet d’il faudra que nous renforçassions Grevisse parle de discordance des temps, tout à fait tolérable, sans apparemment donner exemple d’emploi du subjonctif passé simple après futur. Mais voyagez dans le temps, il faudra est clair, puis trouvez-vous à ce moment-là, que nous eussions renforcé flics prétendument insurgés. On est dans le virtuel ou l’hypothétique, tandis que subjonctif passé simple ou plus-que-parfait correspond parfois au conditionnel passé. Nous songeons à soutenir flicards sans leur donner la moindre garantie de notre intervention.

C’est marque de correctitude, comme dit Royal. En revanche, si volaille manifeste à Issy, indigènes, peut-être plus nombreux qu’à Béziers, se joindront au cortège. Ce sera un peu embêtant, car il nous faudra fabriquer banderole des Hauts d’Issy, propos carrément égotiste.

26 heures après parution de première version du papier, absence d’étoile. Première hypothèse : il déconcerte, car il passe du coq à l’âne, il donne impression de fouillis, il échappe au style journalistique. Deuxième hypothèse, il fait peur, car radicalisation d’une partie de la volaille et des apprentis terroristes, maintenant souvent âgés de 15 à 20 ans, n’annoncent rien de bon.

Il dit quelques mots de Rachid Kassim, vedette incontestée de ces derniers mois, en s’inspirant des derniers papiers du Parisien, dont le pisse-copie a d’abord écrit énormité en prétendant que Kassim serait impliqué dans les affaires terroristes depuis l’été. Faux, car le marocain Larossi Abdalla a assassiné à coups de couteau un commandant de police qui rentrait à son domicile en civil, puis sa femme, fonctionnaire au ministère de l’Intérieur, lundi 13 juin à Magnanville. Or Kassim est soupçonné d’avoir inspiré le tueur.

Double meurtre dont le souvenir est ancré dans la tête du flic. Agressions de poulets hors service dans la rue ne datent pas d’hier. Reconnus par certains de ses clients, le flic se fait insulter, cracher au visage. Il y a parfois horion, bagarre, mais rarement traquenard à proprement parler. Or le tueur de Magnanville a prémédité son double meurtre.

Entrée en piste d’un Marocain, suivie de celle de la bande des Tunisiens de Nice le 14 juillet, dont la vedette s’est apparemment elle aussi inspirée de Kassim, qui avait préconisé de tuer les infidèles par tous les moyens, y compris en les écrasant. D’ailleurs Boulhel adorait films d’ÉI où on voit décapitations, cinéma-réalité ayant été pour lui plus jouissif que fiction.

Tout le Maghreb est maintenant infecté. C’était prévisible. Le prétendu terroriste du Talys était d’origine marocaine, bien qu’une seule chose soit sûre, c’est qu’il est dérangé mental. Puis il y eut les incidents de la nuit dite de Saint-Sylverstre à Cologne, où les délinquants arrêtés furent souvent originaires des trois plus grands pays du Maghreb. Mais épidémie ne s’arrêtera pas là, surtout si État ne cherche pas sérieusement à la combattre.

2 novembre, Cazeneuve ordonne fermeture de quatre mosquées dites salafistes en région parisoise, que ne l’a-t-il pas fait plus tôt ? En riposte à rebellion des képis, hostiles à racaille, pourtant grande partie de leur gagne-pain.

Importante précision que références au Parisien, journal juif bon marché, car Juifkipédia ne donne pas les mêmes dates. Selon Parisien Kassim serait parti en Syrie fin 2012, selon Juifkipédia fin 2015. Il y a trou entre les deux dates, gap comme disent odieux partisans du novlangue.

Nous voulons peau du barbu Kassim pour notre lampadaire, bien qu’eunuque magouilleur Hollande soit soupçonné de le protéger dans l’intérêt d’Israël, dont ÉI est marionnette.

Calife Bagdadi, agent présumé de CIA et d’Israël, aurait appelé ses sujets à défendre jusqu’au bout Mossoul. Nombreuses de nos nouvelles sont étrangères à histoire, seulement témoignages reposant sur ouï-dire.

Mais nous essayons de rectifier le tir. De l’ébauche bordélique d’article sur Kassim de Juifkipédia nous concluons que juifs ont abandonné ce thème aux bobos, résultat est catastrophique. Nous retenons toutefois que Kassim est d’origine algérienne, dont une partie des habitants est raciste antifrançoise. La faute à qui ? D’abord à Veuve, puis au juif Mendès-France, qui foutit merde en Afrique du Nord.

Pourquoi faute à Veuve ? C’est long à expliquer, mais tout Algérien remembre ignoble décret Crémieux de 1870, juif grand-maître de Veuve.

Pauvre Kassim, avis du vieux pédé niçois qui donna 2 000 balles à Boulhel pour qu’il obtînt son permis de chauffeur poids-lourd, arme des crimes du 14 juillet. Kassim aurait été traumatisé par divorces successifs de ses parents sortis du bled. Ayant voulu faire carrière dans le rap, il se serait planté. Ensuite, nous apprenons que le pieux barbu déteste le chien, ce haram, interdit ou maudit, devenu harem en français, langue perverse.

Il n’existe pas de mot plus fort que haram pour le musulman, herem pour le juif, ou plutôt l’inverse, car c’est du juif dont s’inspire le musulman, noms que le François a cru synthétiser en jasant de harem. À tort, car il aurait dû dire heram au regard d’histoire. Eram est nom de marque de chaussures sans doute juive. Voyez que juif et Revision sont d’accord sur certains points.

Conseil technique à suivre lors d’interrogatoire de suspect d’islamisme, sans violence. Faites-le se mettre à poil, même l’amerloque l’a pigé, surtout la femme, puis confrontez-le à un clébard, berger allemand en général, pitbull pour spécimens plus résistants. Gars se mettra à table. Pas besoin de le torturer, sachant qu’aveux ainsi obtenus ne valent souvent rien.

Ultragauche idéaliste ? Oui. Ultragauche naïve ? Oui. Mais elle sait comment arracher aveux du suspect d’islamisme en douceur. Elle n’est pas alpha et oméga, mais seule à affronter flicard courroux.

Vous, flicards, avez presque épuisé votre répertoire à Paris. Va falloir que vous alliez Porte de Versailles, avant de descendre à Issy, capitale du monde médiatique, où se trouvent Canal +, Arte France, Microsoft entre autres. Sans parler du commandement de gendarmerie nationale, votre rivale. Mais c’est peut-être prématuré.

DGSI lit Revision 24 heures sur 24, y compris ses brouillons avec toutes leurs coquilles, conseils policiers aussi maintenant. Causez du flicard, il vous lira, proposez-lui alliance en vue d’insurrection est plus compliqué. Mais nous sommes là, bourgeois et ultragauchiste des Hauts d’Issy, prêts à prêter main forte à assaut d’Élysée. Le premier s’appelle CIA, le second Aigle Noir. Le premier a 41 balais, le second 62 berges.

Le boche considère qu’on devient inapte au combat à 45 piges, il envoie les soldats de cet âge dans les troupes de réserve. Comme au Havre en 1944, mais cela n’a pas empêché qu’ils fussent massacrés par aviation alliée, ainsi que civils, naturellement.

Bref, CIA est encore apte au combat malgré son régime alimentaire (le gars mange burgers). Aigle Noir aussi, en dépit de sa vieillesse. Pour officier supérieur retraite est plus tardive que pour soldat.

Impossible pour conseil policier de rejeter renfort de CIA et Aigle Noir. Au commissariat du quinzième arrondissement il y a plus de vingt ans, officier de police s’est vanté devant le petit réviso d’avoir désarmé braqueur muni d’un superflingue, qu’il lui a montré. Il était égotiste.

Hollande réussit à rallier volaille et argotiers contre lui, bravo !.Emparons-nous d’Élysée, c’est facile, mais après ? C’est sans doute prématuré, goys de France n’ayant pas formé unité de combat ni idéologique. Heureusent, sages d’Issy résistent, ils projettent de sortir leur protocole dans pas longtemps.

Remarquez, Hollande n’a pas toujours tort, comme quand il traite les juges de « lâches ». Manque d’élégance de sa part, juges étant de plus en plus souvent femelles. On les appelle dames pipi en langage familier. Avantage du parler de Revision, le flic comprend. On dit je suis flic et fier de l’être en jargon littéraire ampoulé. Poulet courroux dit simplement je suis flic et fier.

Son mouvement nous rappelle entre-deux-guerres en Hongrie, quand goys voulaient conserver le monopole de sécurité d’État et quand juifs devenaient de plus en plus puissants. Il y eut accroissement d’antisémitisme mais aucun pogrom, porc-grome disait Jarry. Juifs essuyèrent crachats au visage lancés par radicals de droite. Ils se prirent parfois horion, mais le radical de droite se faisait honneur de ne pas frapper homme à terre. Il avait tort selon racaille et Kassim, vassals du juif..

Hollande aurait dû donner ordre de nettoyer Kassim depuis longtemps, mais ne l’a pas fait car il sert ses intérêts. Et puis DGSE en est-elle capable ? Elle a tué deux gendarmes et une femme en Afrique, mais liquider Kassim, qui se trouve à Rakka selon Revision, est plus difficile. DGSE s’appuie sur Médecins sans frontières dans ses opérations, mais MSF ne lui est d’aucune utilité dans ce cas.

3 novembre Arras, troisième manifestation flicarde dans la ville. Près de 150 manifestants, dont certains venus du Béthunois, du Lensois, d’Avion ou de Lille. Deux pancartes : « Nous sommes Guillaume » et «Sauvageons en prison ». Preuves que même poulet picard n’est pas con. Guillaume est sans doute nom donné par ses parents au chinetoque de BAC 92, nanterrois. Guillaume, Wilhelm en boche, est en même temps proche de Guionnet. Sauvageons en prison est plus fin que racaille en prison, car ce slogan attaque Cazeneuve, ce baltringue.

Récapitulons en termes de géographie humaine. Rebellion flicarde est partie de région parisoise avant de se répandre dans le midi et à Nancy, où fut conçue théorie de relativité restreinte ; avant de se propager au nord de Loire, de Brest à Strasbourg, y compris en Picardie, où le slogan sauvageons en prison est remarquable.

Issy-l’Union est grosso modo neutre dans l’affaire, sauf qu’elle avait accueilli le prince picard Conty, dauphin du roy de France. Conty était plutôt janséniste, comme majeure partie de noblesse éclairée. Hauts d’Issy sont toujours hostiles au jésuite et plutôt favorables au janséniste. Mais remembrez-vous, 400 habitants d’Issy en 1789, que voulussiez-vous qu’ils fissent ?

Dernière nouvelle, Issy va être envahie par coupés musulmans sunnites nègres, ces gibiers de potence.

Ultragauche idéaliste et naïve ? Ça va cinq minutes, mais elle fourbit ses armes contre l’invasion des sunnites soudanois, érythréens, éthiopiens, etc. Elle n’est pas botote. Vieux pédé niçois a payé 2 000 balles à Boulhel pour son permis de conducteur poids lourd, ultragauche issisoise ne l’eût jamais fait.

Mais il est difficile de se battre contre juifs, féministes et pédés réunis. Nous sommes minoritaires.

Flics d’Arras ont repris le mot de Revision, fier. Preuve que communication est établie. On dit büszke en langue barbare, mot qui n’avance à rien car nous en ignorons l’origine, même s’il est dérivé de poitrine, frangyars n’étant pas totalement cons.. Mais si, flicard, tu veux rejouer spectacle des nationalistes hongrois d’entre-deux-guerres, issue du combat est connue, tu seras vaincu par le juif. Tu as chance de pouvoir t’appuyer sur antijuif hongrois à Issy, mets sa flèche dans ton carquois.

Maître d’histoite et de hongrois, séminariste d’études juives, sa flèche est redoutable.

Encore égotisme, mais le message passe. Vendredi 4 novembre, nouvelle manifestation de 500 personnes à Béziers, ville de l’ancien directeur de Reporters sans frontières, car volaille espère soutien médiatique. Elle cherche en même temps à s’organiser en formant association admettant pompiers et gendarmes, peut-être dirigée par Robert Paturel, ancien du RAID. Il dit n’avoir pas vu la couleur des 250 millions promis, qui suffiront à peine à payer une voiture neuve par commissariat. Cazeneuve a en même temps reculé sur les gardes statiques, dont celle de Vivy-Châtillon fut catastrophique. Au moins il a compris une chose. Autres manifestations, 700 personnes à Lyon, 200 à Avignon, 100 au Mans.

Pompiers ont participé au rassemblement d’Avignon, coutume de plus en plus répandue. Lyon a brillé par son manque d’imagination, « La racaille en prison » et « Citoyens avec nous » ayant été mille fois entendus. À comparer avec « Sauvageons en prison », locution picarde plus subtile, car c’est toujours plaisant de retourner contre lui les mots de son ennemi. En supposant ministre de l’Intérieur ennemi du képi, ce qui est impensable partout dans le monde, sauf en France ; seul pays où vieux cons parlent encore des képis.

Flic va un temps, mais on ne va pas tout le temps employer ce mot pour désigner l’animal. Or flic, comme képi, est neutre. Argousin aussi nous plaît bien, mais ce mot est ittéraire trop recherché. Pourtant, quand argousin argote, on dit quand il parle bigorne en argot classique, poulet ergote.

On va s’arrêter là, c’est déjà shabbat, moment de trêve. Aigle a perdu des plumes dans l’affaire, partie de son public n’ayant pas compris son soutien au simulacre d’insurrection flicard. Mais ultragauche est championne en matière de réclame ; et puis, quand visages pâles se rebellent, elle les soutient.

Cazeneuve a-t-il compris qu’il lui faut interdire à la racaille d’entrer dans la police ? Ce n’est pas sûr, car place de racaille est aussi dans la police selon gouvernement mondial.

On l’appelle aussi Big Brother en hommage à notre pote George Orwell, ou Grand Frère, bien que big ne signifie pas stricto sensu grand. Résultat du remous des flicards, nous ne savons toujours pas si Eric Blair, ou Limouzin, est descendu à Issy quand il fut garçon de café à Paris. Nous en sommes convaincus, mais n’avons pas de preuve. Voilà vraie question d’histoire, qui nous rappelle accessoirement grève victorieuse des garçons de café pour être autorisés à porter moustache.

Hélas ! remous flicard nous a distrait de notre enquête, historien étant comparable au flic, leurs boulots consistant à enquêter et à douter de tout, au moins en théorie. Il y a bons et mauvais parmi les cognes comme parmi les histrions. Mais Revision te garantit, flicard, que ton mouvement entrera en histoire. Tu manques de perspective et tu cherches à rebondir, sans savoir où.

Citoyen historien te propose Porte de Versailles, direction commissariat d’Issy, à deux bornes. Éventuellement tu pourras assaillir Arte France et Canal +, presque bord de Seine. Marche de trois kilomètres au total, mais elle ne te fait pas peur avec tes gros souliers. Ultragauche des Hauts d’Issy se joindra à ton cortège. Pour CIA c’est moins sûr, le gars étant parfois dégonflé. Il soudoye actuellement Aigle Noir. Il lui a payé place à Bercy 18 euros, où le gars a vu Stan fustiger le ministre Placé.

Guionnet n’a pas compris sur le moment, mais Wawrinka est bon cheval francophone, bien qu’il fût marri par boulets de canon de son adversaire boche ce soir-là.

Règne des petits est fini au tennis, il faudra mesurer plus d’1,90 mètre à l’avenir, taille d’Andy Murray, qui se montra parfois minable face à Fernando Verdasco, 1,89 mètre. Le vieux routier a finalement vaincu Verdasco au mental, en poussant cris, comme une femme.

Corrompre Guionnet en l’invitant à Bercy, puis à Rolland-Garros année prochaine, est plan de CIA bien trouvé, mais le bougre restera toujours fidèle à sa magyaritude.

Que signifie magyaritude ? À vous de deviner, à vous de vous taper tous les articles sur ce thème de Revision. C’est à coups de magyaritude, entre autres, que nous vaincrons coterie juive.

On laisse tomber branleurs d’ÉI, ces suppôts de Yahvé, on se bastonne entre Europois ou Argotois, on peut dire les deux. Qui sont les plus forts ? On ne sait pas, mais argotiers défendront leur toyaume jusqu’à leur mort. Ils ont adopté plus foi que loi. Ils peuvent écraser islamistes comme des punaises, boulot présumé d’État; qu’il n’assure pas.

Et ce serait à nous; argotiers, d’exterminer à la fois juif et sarrzin On veut bien, mais on est seulement haut issisois. On ne peut pas cogner en même temps juif et sarrazin même si idée est bonne.

Pendant ce temps, enquête sur tentative d’holocauste de Viry avance. Police paye mal ses informateurs, fonds secrets allant surtout dans la poche de ses hiérarques. Mais pas cette fois, Cazeneuve ayant débloqué crédit. Dispense de peine des balances est règle, mais c’est affaire d’État, artiche est proposé aux indics. Volaille connaît les noms de plusieurs membres de la bande, mais c’est trop tôt pour les serrer, car difficile de savoir qui a fait quoi. Surtout que garde à vue de 48 heures est insuffisante en pareil cas.

Tout le monde attend le coup de filet. Le mieux est d’accuser barbus d’être les instigateurs du crime, salafistes selon presse, sunnites selon Revision. Même si c’est faux, politique reposant sur des mensonges.

Manifestations de flicards sont prévues semaine prochaine. Or c’est ça que volaille attend de toi, Cazeneuve, fais serrer les présumés coupables de tentative d’holocauste lundi à l’aube, car histoire est impatiente. Porte leur garde à vue à quatre jours, car ils peuvent être tenus pour terroristes. Imagine un peu, si poulets volètent à Issy, ton gouvernement est foutu.

Mélange de styles sérieux et dérisoire est tradition littéraire magyare. Mais réveille-toi, Cazeneuve, tu ne veux surtout pas qu’on t’appelle La Tapette.

C’est bien de s’adresser directement à ses protagonistes. Wawrinka a perdu son match contre le boche mercredi soir, mais il l’a gagné contre Placé.

Quasiment personne n’adhère aux thèses de Revision, mais cela ne l’empêche pas de persévérer. Elle est respectée en Floride, à Pest plus qu’à Bude, à Tel-Aviv plus qu’à Yiérouchalaêm.

Attendez qu’on sorte notre Procotole des sages d’Issi, vous ne serez pas déçus. Hélas ! c’est apparemment trop tôt, mais Protocole des sages d’Issi aura énorme succès.

Tu lis Revision, Cazeneuve, comme les conseils de maison Poulaga. Fais serrer les sauvageons de Viry lundi matin, c’est ta dernière chance, sinon flicards et argotiers s’allieront contre toi.

Un commentaire »

  1. Pas une ligne sur ton expérience Bnp master Bercy ?

    (Bon, je reproduis ton message. Tu m’as invité à Bercy hier, où j’ai été heureux. Tu as illustré là vertu possible de collaboration entre bourgeoisie et ultragauche des Hauts d’Issy. Pourquoi pas ? Mais Hauts issisois forment grave minorité raciale dans le monde, es-tu prêt à l’assumer ? NDLR.)

    Commentaire par Stan — 3 novembre 2016 @ 21:12 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :