Alain Guionnet – Journal Revision

23 juin 2016

KIEL ET GUERRE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 00:22

Poches de résistance au nouvel ordre mondial subsistent. Comme à Issy, ou plutôt dans le ou la grande Issy, qui groupe Issy, Vanves, Clamart et Meudon, Issy étant bastion, diocèse majeur depuis Clovis, villa puis village d’Issy ayant longtemps rayonné sur une superficie correspondant à un tiers de la surface de Paris. Ce qui se comprend, car Lutèce se trouvait sans doute à l’ouest, dans le coin de Nanterre, les Parisis, dit-on, ayant jugé préférable de s’installer dans un coin moins inondable que le bassin parisien. Conseil ouvrier a été formé au Grand Issy il y a quelques mois. Un de ses buts : défendre nation et langue françoises, massacrées par hommes politiques et journalistes.

Ississois sont racistes, ils snobent Clamartois, Meudonois et Vanvois, car seules trois agglomérations ont fait l’histoire : Paris, Issy et Versailles. Issy, ou Issi, on peut écrire les deux, a dominé le monde pendant quinze ans, au temps du cardinal Flerury, premier ministre de Louis XV. Au point que le désir de l’Issisois de dominer le monde est fondé.

DGSI et coterie juive furent inquiètes. Elles envoyèrent agent enquêter sur le terrain : Kiel, que les Vanvois prononcent Kill. Druide ou mage lui demanda s’il s’appelait Kill. Non, dit-il, Kiel, comme Ezéchiel. Mage observa qu’Ezéchiel parla de Magog. Kiel crut corriger : de Gog et Magog ; comme le musulman Mehdi après lui, esclave du juif parce que coupé, Talmud ordonnant au juif de couper ses esclaves.

Tout était connu sur Guionnet, dit Guy au nez par mauvaises langues : il n’est  pas dangereux. Il se prétend ultragauchiste, mais c’est étiquette. Il a toujours attaqué de façon subreptice, à la hussarde, rarement de front. Les youtres ne lui cassent pas les batoches car ils ont peur des coups qu’il peut sortir de sous sa jarretière. Il  est hostile aux pédés qui s’affichent et  comptent en tirer profit. Surtout à ceux de Paris, ville de fonctionnaires où pédés pullulent.

Hélas ! c’est à nous, issisois, de faire le boulot. Nous emmerdons les tos (on ne jase plus des portos dans la vergne) et nous souhaitons victoire à l’Euro non de la Hongrie, de la grande ou grand Hongrie. Grand ou grant, c’est pareil. De nombreux armingos se prénomment Grant, comme le général nordiste de l’armée amerloque, car mots voyagent. Parlez de grand prix au plus con des vachers texans, il comprendra.

Cela dit, on ne sait pas jusqu’où l’équipe hongroise ira dans la compétition. Avoir nommé entraîneur boche, bonne décision, bien que françois magyarisant fût plus judicieux. Hélas ! il n’en existe quasiment pas, sauf à Issy. Ses consignes : arrêtez vos fautes idiotes, quand vous avez été driblé par l’adversaire, ne le faites pas tomber en saisissant ses jambes avec vos bras, spécialité hongroise. N’imitez pas les nègres de France Evra et Sagna, qui commettent fautes stupides dans la surface de réparation. Ni l’idiot Sissoko, lui aussi nègre, qui a empêché le brave Payet de marquer un but sur coup franc parce qu’il s’est trop avancé, n’ayant pas compris qu’il se trouvait sur la trajectore idéale du buteur. Le nègre est réputé bête, même si ce n’est pas toujours le cas. Et quand vous marquez un but, préparez-vous aussitôt à défendre bec et ongles.

Lacune de l’imaginaire coach françois, il ne sait pas comment on dit surface de réparation en hongrois, expression un peu étrange. Il sait tout en revanche sur coach, mot d’origine magyare. Les voyageurs se déplaçaient autrefois dans de lourdes voitures tirées par six chevaux. Puis un Magyar de Kocsi inventa voiture légère, plus rapide, d’où coche en espingouin, coach en langue barbare, homme qui dirige, conduit.

Mercredi, Portugal Hongrie. Tout le monde ou presque joue les tos gagnants. Barman Rabah soutient les tos, assez grande partie de sa clientèle. Seul le guide crie hura Hungaria! après chaque but marqué par l’équipe magyare, au nom difficilement prononçable.

Pronostic du mage : le Magyar est capable du meilleur comme du pire, il peut être génial ou imbécile. Il est toutefois champion de petite guerre. De guérilla, croit corriger Mehdi. Non, guérilla et petite guerre ne sont pas identiques.

Brèfle à quatre feuilles, comme on dit, Kiel est vingt-huitième matheux de France. Il a obtenu 19,2 sur 20 au baccalauréat S, dont 20 en latin. Truc assez facile, car les profs de latin ne parlent pas l’idiome qu’ils enseignent. Il aurait pu avoir 16 sur 20 en philosophie, mais il a bluffé. Il a prétendu que Sartre s’inspira de Heidegger. Faux, car Sartre était opportuniste, autrement dit carpette. Et Kiel a obtenu 20 sur 20 grâce à son arnaque. Bravo.

Kiel a dit Magog est en nous. Pute vierge ! Esprit magog ne serait pas uniquement celui du goy, il aurait pénétré tête du juif. C’est possible, même si tout ce que dit le juif est suspect.

Kiel a sans doute raison quand il dit en substance tu regardes la merde du juif, mais regarde la tienne.

Kiel pose questions au plan racial. De teint pâle, nez roide, nullement lippu, oreilles peu ou pas décollées, poils de barbe clairsemés, son œil est noir, comme son cheveu. Pardon pour ces magyarismes, mais on a un œil en Hongrie, pas des yeux, un cheveu, pas des cheveux. Après avoir visité et bossé en Hongrie, Kiel a notions du jargon. Il sait dire köszönöm széppen, merci beaucoup. Druide lui répond je vous en prie en hongrois : volontiers, littéralement avec cœur. Mais il n’aurait sans doute pas obtenu 20 sur 20 au bac en hongrois, car il semble avoir du mal à distinguer voyelles longues et courtes, hantise de l’Issisois.

Mystère demeure cependant : pourquoi Kiel a-t-il été coupé à l’âge de 6 ans, pas à 8 jours ? Ce qui fait de lui juif injuste. Hypothèse vraisemblable : sa famille étanr pauvre, elle n’aura pas voulu payer le mohel et surtout le banquet pour la cérémonie shoatique, alors que l’excision du prépuce est remboursée à 100 % par la Sécurité sociale pour prétendu phimosis ou paraphimosis ; rien n’étant plus simple que de soudoyer médecin, surtout juif en pareil cas.

Ainsi tout s’expliquerait. Magog serait en Kiel car il a souvenir des six premières années de sa vie, quand il était indemne, intact disent les amerloques. Conseil ouvrier doit pouvoir le retourner, faire de lui un dönme, comme on dit en turc.

Surtout que race juive n’existe pas, il y a seulement races juives. Le mage fut autrefois invité au restaurant par un officier de Tsahal dans le Triangle d’Or, près d’Opéra. Le gars était blond aux yeux bleus. Forcément, il était d’origine lituanienne. Idem au Maroc, dont Kiel est vraisemblablement originaire, où on trouvait autrefois juifs arabes blonds ou roux. Pour la plupart, ils sont partis vivre en Israël, où ils peuplent les prisons pour délits de droit commun. Or mère de Kiel est blonde, tout semble coller.

Tu es antijuif sans haine, remarque le tenancier du bar vanvois situé dans le domaine d’Issy. Juges de la cour d’appel de Paris ont fait la même observation quand ils  condamnaient le malheureux pour provocation à la haine raciale : il est antijuif sans haine. Ils avaient raison pour une fois. Et le bouc émissaire se prenait mois de prison ferme, en réalité années, pour crime de la pensée, tandis que clowns Soral et Dieudonné, ces privilégiés, se tapent amendes et prison avec sursis, y compris pour apologie du terrorisme en ce qui concerne le mulâtre emmaçonné.

Quelle injustice ! Heureusement, le guide remet pendules à l’heure au grant Issy. Il débine Bibi, qu’il vient d’appeler Bibinette. Ou François, que son père souhaitait appeler Franco, mais le fonctionnaire d’état-civil n’a pas cédé il y a 31 ans, il l’a appelé François. Bibi est donc françois malgré lui, comme les nombreux alsacos et quelques Mosellans engagés dans la SS.

Druide a appelé François Bibinette mercredi soir car il se faisait gonfler le moût par fille aux jambons appétissants. Femme, cette plante, ne parle que de deux choses : chiffons et féminisme. Bibi était dans le pétrin. Il subissait le martyre, car il est hostile au féminisme. Pour se venger, il s’en est pris au druide. Il lui a dit qu’il n’a pas complètement lu le numéro de Revision et qu’il donnera son avis après. Quel retard à l’allumage ! François est comme une femme. Lire petite cinquantaine de pages est formalité pour Kiel et le druide, mais c’est très difficile pour l’informaticien bossant à l’étranger, à Boulogne.

Deux semaines ou plus pour lire numéro double de Revision, quelle foutaise ! Même le dernier des cons de DGSI est plus véloce. Bibinette subit la dictature de sa femme comédienne Laurence, nous le plaignons. Mais regarde les gars du conseil, ils ont souvent peu de graisse, contrairement à toi, qui commences à bedonner.

Tu lis propagande de Revision, bon point pour toi, mais tu as défauts, comme moi. J’ai lâchement traduit document URSS-008 du boche, pas du russe, langue que j’ignore. Ma version n’est pas parfaite. Au BDV, gars jasent russe, armingo, portos, etc., pas moi. Bon truc de feindre d’être modeste, qu’apprennent tous les espions, mais je suis seul, à ma connaissance, à jaser tant bien que mal boche et magyar au Café du Lycée.

Je balance tout, je suis pire qu’une commère. Si Café du Lycée n’existait pas, il fallût inventer ce bistrot victime d’un complot. Gars a pissé à côté de la cuvette du vécé, écriture hongroise, comme l’a vite remarqué un chauffeur de taxi à chemise blanche. Qui ? Mystère. Le mage était là, accoudé au comptoir, il a forcément vu le coupable, mais son témoignage ne vaut pas une cacahuète, pas plus que ceux de la plupart des témoins. Ce n’est pas Bibi, c’est certain, c’est tout ce qu’il peut dire.

Führer Rabah comprend que le gars prépucé, grande partie de sa clientèle, verse parfois gouttes d’urine à côté de la cuvette, même quand il n’est pas pété, inconvénient du prépuce. Mais le comploteur a délibérément versé toute sa pisse à côté de la cuvette. Enquête est en cours, étant entendu que dans la grant Issy on n’accuse jamais quelqu’un sans preuve, contrairement à l’usage au palais de justice.

Mais revenons-en à Kiel, né en 1982, qui jase tas de langues, dont arabe, hébreu et tchèque. Son 20 sur 20 au baccalauréat en latin était mérité, mais il avait peur d’obtenir 16 sur 20 en philosophie. Du coup, il a judacé ou bluffé, bien joué.

Mais il n’a obtenu que 19,2 sur 20 au bac, car il a eu menues lacunes en physique et en mathématique. Issy peut lui opposer son mage, avec son 18 sur 20 en histoire-géo au bac littéraire, mais c’est peu de chose, surtout qu’il est nul dans plein de domaines. Remarquez, Kiel n’est pas mieux ; quand il est rond, il traite presque tout le monde de fils de pute. C’est comme ça, juge Rabah : quand les cerveaux se prennent coup dans la gueule, ils se déchaînent.

Coup dans la gueule est ambigu, problème du langage familier, obstacle pour le calculateur. Coup dans la gueule au sens propre ou figuré ? Machine ne sait pas.

Mémoire de maîtrise d’histoire de Guionnet dans les années 70 était intitulé Les innovations technologiques, leur incidence sur le procès de travail. Guionnet parlait de procès, pas de protsess comme la radio-télé juive BFM, mais il était demeuré. Selon lui, il y a trois étapes : outil, automate, automation. L’anthropologue objecte qu’il y a d’abord la main, accessoirement le cerveau, qui a permis de fabriquer l’outil, mais on s’en fout en histoire.

Guionnet ne jasait pas de robotique, mot à la mode, mais robotique n’a jamais été que branche d’automation. Il était branché sur l’industrie numérique, en particulier sur les machines à commande numérique, mais il doutait de l’existence d’intelligence artificielle. Il a maintenant changé d’avis. Quand le calculateur a battu le juif armingo Kasparov aux échecs il y a quelques années, il a haussé les épaules. Mais quand le calculateur a écrasé le champion du monde coréen de go, il a fui en abandonnant armes et bagages.

Car il s’agit de savoir fuir et attaquer au bon moment, de livrer petite guerre. Nous, résistants au nouvel ordre mondial, lui opposerons coups de main, de sabre ou de sulfateuse.

Le moribond, ou musulman comme on disait à Auschwitz, Hollande, est sans défense, tout le monde l’abandonne. Ancien PCF, via CGT et UNEF, se casse la gueule, en même temps que les trotskards emmaçonnés de CGT-FO, car CGT-FO est vraie abréviation de Force ouvrière.

Unique résistance, le conseil ouvrier de la grant Issy (fantaisie littéraire). Mais il est jeune et frêle. Ne croyez surtout pas que le maçon portos a gros biscotos, ou le nègre grosse bite, car ce n’est pas toujours vrai. Mage a entrepris de former conseillistes à la hussarde. Ils ont entendu parler du paprika, mais ce n’est pas demain qu’ils apprécieront paprika frais, jaune, vert ou rouge, assortissant leurs plats.

Surtout chez le despote Rabah, dont les ancêtres furent sujets ottomans, qui ignore tout de cet idiome. Selon lui, les Ottomans se trouvaient sur la côte, loin de la Kabylie, grande ou petite. Comme la plupart des goys, il ne voit pas plus loin que le bout de son nez.

Heureusement, il existe druide, mage, sage, etc., comme on voudra, qui indique voie à suivre. Paprika frais est conseillé dans l’alimentation des conseillistes. Ensuite, Hongrie peut aller loin dans le tournoi, jusqu’en demi-finale, car le Magyar a été longtemps maltraité. Il a revanche à prendre. Il fut dénigré, houspillé, surtout en France par la salope Sorbonne, ancien fief des jésuites.

Vieux conflit resurgit, opposant jésuites et jansénistes. Sigaux, salope de Soral, soutient les jésuites, Revision plutôt les jansénistes. Impossible d’aller plus loin, car Revision n’est pas janséniste. Mais Issy fut lieu d’affrontement entre ces deux écoles, et les Issisois bien membrés, c’est-à-dire ayant cinq membres, ce qui exclut les femmes, prennent le parti du duc de Conty, dauphin du Roy de France.

Mehdi demande au mage où se trouvent maintenant les jansénistes. Réponse est simple : il n’y a plus de janséniste. La mode a autrefois marché en Belgique, Hollande et Hongrie, outre en France, mais elle est cuite depuis longtemps.

Historien perspicace peut trouver traces de jansénisme dans la littérature de Guionnet, réputé athée stupide, ou en allant à église gallicane, surtout fréquentée par des nègres à Paris.

Nonobstant, dis-moi qui t’espionne, je te dirai qui tu es. Bravo à Kiel ! qui a su distinguer la masse imbécile des supporteurs de Dieudonné et Soral et les vrais antijuifs, beaucoup plus calmes. Primate Soral veut draguer nénette, il lui envoie photo de sa bite, quel idiot !

Ces propos sont à relativiser. Le guide n’emmerde pas le portos en général, mais il lui en veut car le tos fut la plupart du temps mené par le Magyar sur le terrain. Tos a réussi à faire match nul à l’arraché, ce qui est en partie dû à la faiblesse psychologique du Hongrois, qui a peur de gagner. Forcément, il a perdu toutes ses guerres et révolutions depuis deux siècles. Il se sent proche du François et du boche, mais pas de leurs gouvernements. Le vieux portier, quarante balais, s’appelle Roi. Au moins deux joueurs portent patronymes boches, tandis que Nemeti, nom hongrois, signifie Lallemand. Au moins un joueur porte nom slave. Chaos ethnique est partout répandu.

Quant à emmerder les tos Daniel et David, aux noms juifs, le mage n’est pas contre. Minable escroc, David emprunte du fric qu’il ne rend pas. Le mage a ainsi perdu 5 balles cette semaine. Kiel leur est incontestablement supérieur. Si on parvient à le retourner, on aura décroché le pompon. Kiel est dur au combat, il persiste à employer le barbarisme de Memmy judéité au lieu de judaïté. Pour raisons obscures, peut-être en partie par antijudaïsme, vu que Magog serait en lui.

Magog, mage, magyar, liaison va de soi, mais elle passe au-dessus de la tête des tos et des brebis françaises. Heureusement, populisme a triomphé outre-Manche. Grands Bretons emmerdent Bruxelles, sentiment justifié. Houle populiste monte partout en Europe, contre l’immigration des coupés allogènes en particulier. Banquiers et dirigeants politiques feignent de ne pas comprendre, aussi vérifierons-nous sans doute bientôt la pertinence de la pensée de Hegel, qui a écrit concept et discernement entraînent une telle méfiance à l’égard d’eux-mêmes qu’il faut les justifier par la violence, c’est alors seulement que l’homme s’y soumet.

Samedi 25 juin, 3h30. Nuit fut chaude au Bas-Vanves, où le mage était presque le seul François. Tos Fred lui proposa d’aller se taper putes polaques à Saint -Ouen. Elles feraient la totale, suceraient, se feraient baiser et enculer pour 50 euros. C’était trop cher pour le vieux de 62 balais, qui n’avait pas de viagra dans sa poche. Il pouvait éjaculer une fois, mais pas trois fois.

Soirée karaoké avec deux musiciens. Guide dit à Rabah que kara signifie noir en ottoman et en turc. Il a embauché deux musiciens et un serveur kabyle. Il se frotte les mains, car sa soirée a du succès. Il y a jupons frénétiques.

Après s’être emmerdé en écoutant l’amerloque Marco jaser de foot, mage alla au comptoir payer l’addition. Là, il fut assailli par le kabyle Akli, converti au christianisme, susceptible d’être exécuté an Algérie, pays créé de toutes pièces par les Français. Akli aurait songé à voter FN, mais il en aurait été dissuadé par le poids dominant que joue famille Le Pen. Pourtant jeune députée frontiste est mignonne, objecta mollement le sage. Akli aurait jugé le chrétien d’Orient Gollnish préfarable à Marine.

Puis leçon d’histoire, spahis ont combattu dans la grande armée de Napoléon et par la suite pour la France. Akli bosse à Carrefour, mais il crée sa société start up en pâtisserie. Son but : mélanger cuisines kabyle et française. Pourquoi pas ?

Complot kabyle est possible. Rabah et Akli souhaiteraient avoir réclame, ils se diraient que le mage est bon cheval. Son antijudaïsme sans haine est génial. Issy fut envahie par vagues successives de migrants, d’abord par les armingos au début du siècle écoulé (environ 3 000), puis par les Slaves (plus de mille) et les Corses (1 500). Par les juifs arabes dans les années soixante (près de 1 500), enfin par les portos, sans doute près de mille.

Comment voulussiez-vous que les François se défendissent ? Il y a à peine 300 bretocs à Issy, ils ne font pas le poids. Même le mage, qui brandit le flambeau, n’est pas bretoc mais métis bretoc. Et elle va où la France si personne ne la soutient ? Akli a peut-être raison, c’est aux étrangers de se battre pour la France, aux hussards hongrois, aux gardes suisses, aux spahis, etc.

Contrairement aux idées reçues, tos d’Issy sont souvent  grands, plus d’1,90 mètre. Mage est autorisé à dénigrer tos et Kabyles, mais fais gaffe, bobo parisois, nous sommes prêts à te trancher la gorge au cas où tu le ferais. Grand tos Fred a accroché fille que le mage croyait tahitienne. Non, elle est native de Bora-Bora. Mignonne, elle ignore la Sorbonne. Mais que foutent les enseignants en Polynésie française à part se branler ?

Visitez Issy et apprenez à reconnaître les races de la vergne. C’est simple pour les rares bretocs dont la tête est carrée. Comme pour le tos, parfois grandissime grâce à la médecine française. Corsicaud est plus petit. De teint pâle, il craint le soleil. Portos n’est pas toujours grand, mais c’est souvent le cas. Quand vous voyez un grand à Issy à cheveu brun, il y a beaucoup de chances qu’il soye portos. Armingo est facile à reconnaître avec son teint légèrement basané. Il critique parfois France pour sa prétendue politique de discrimination négative, il fustige les révisos de la dernière guerre mondiale, qui ne lui ont rien fait, tandis qu’armingo est antijuif comme tout le monde. Voyez, colonel armingo paye coup au mage. Opposez armingos et révisos à Issy, il n’y aura pas de sang versé, l’affaire se finira au bistrot.

Restent les Kabyles, dernière vague d’immigration. Nous nous méfions du Kabyle, qui l’admet, tandis que despote Santini feint de le courtiser. Teint pâle, nez roide, il porte parfois tee-shirt avec inscription barbare engluche. Vient ensuite juif arabe, sujet plus délicat.

Guerre se poursuit rue d’Alembert  Nous n’avons pas occis le podologue juif arabe du 7 rue d’Alembert, bien que cela nous fût facile. Il est parti vivre en Israël, où il est résident. Le type vient de temps en temps faire quelques opérations chirurgicales en France, où il ne paye pas un centime d’impôt.

Cette information vient de Marco, né en Amérique, agent présumé de CIA. Et c’est à nous, modestes couillons, de nous battre pour la France à Issy. Nous y sommes prêts. Voyez, l’ultragauchiste devient nationaliste, c’est le monde à l’envers.

Nous allons plus loin : tous les joueurs de l’équipe de Hongrie sont pâles, c’est en partie ça qui fait leur force.