Alain Guionnet – Journal Revision

19 avril 2016

VANVES LA NUIT

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 03:25

Horreur, nous ne nous trouvons pas à Issy, mais à Vanves, à la frontière les deux pays. Bibi n’est pas là, le guide cause avec Gaétan, présumé évangéliste protestant. Ce qui ne serait pas le cas, tandis que Jésus n’aurait jamais signifié messie mais fils du messie Youssef. Le gars confirme qu’Ancien Testament s’appelle Premier Livre chez les réformés. Il croit que le guide en a meilleure connaissance qu’en réalité.

Suit rencontre avec ouvrier issisois Daniel que le guide propose d’embaucher. Il lui dit qu’Issy fut fille de Clovis. Question de savoir si Clovis était d’origine germanique fut ensuite brièvement discutée.

Puis accrochage avec un grand jeune nègre guinéen, prétendument choqué par le mot nègre. Le guide lui demanda sa race. Il ne répondit pas, avant d’avouer qu’il est guinéen. « Alors, tu bosses pour Bolloré », s’exclama le mage, qui ajouta que c’est le sénégalois Léopold Senghor qui inventa le mot négritude. Le nègre objecta que Senghor passa sa vie à cirer les bottes des Français, avant de serrer la paluche du mage.

Entretemps grand kabylois Rabah prit sa défense. Il a lu « Issy by night », il ne conteste pas que la culotte de la papy-footeuse de jeudi était blanche. Il soutient que le guide n’est pas méchant.

Arrive ensuite François-Xavier, 25 ans, agent présumé de DGSI, service réputé arriver toujours en retard. Il boit trois pastis en quinze minutes, voyez comment l’État dilapide son argent. Il est allé à place de la République, où s’assemblent bobos, où il fut marqué par l’éviction de « Finkelkraut ».

Non, corrigea le guide, nous prononçons son nom Finkielkraut, avec i, comme le boche en théorie, car seul Finkelhraut existe en boche. Et les casseurs, qui sont là pour le folklore ? Il y a parmi eux indics selon le guide, flics selon l’amerloque. Connards ont eu raison  de rabrouer Finkielkraut. Rabrouer,  mot choisi,  a été enregistré. Conclusion, grand Issy se fiche du cinéma de République. Issy crache certes sur Finkielkraut, mais pas pour les mêmes raisons que les anciens trotskards de JCR. Issy vilipendie en outre le superenjuivé Onfray, qui a osé prendre le parti du cloporte.

Aux dernières nouvelles, Alain, tu n’as même pas pris un crachat à la figure à République. Descends à Issy, tu seras mitraillé de glaviots. Tu as toujours été planqué, d’abord à Massy (Palaiseau), puis à Paris, à l’Académie française. Descends à Issy, où police et gendarmerie sont incapables de te  défendre à cause du droit positif romain. Flicaille saura que de nombreuses gens ont l’intention de te cracher à la gueule, mais délit d’intention n’existe pas en droit romain. Tu ne seras pas protégé. Même si les flics embarquent le vrai Alain (Guionnet) pour raison futile lors de ta venue, tu ne seras pas protégé, car il s’appuie sur une horde ou sur un conseil.

François-Xavier serait clamartois, mais il préfère passer par Vanves plutôt que par Issy, deux itinéraires possibles. Il a peut-être peur d’être démasqué, surtout que le guide lui a dit très vite qu’il le soupçonne de bosser pour DGSI. À moins qu’il ait garé sa  caisse dans cette direction. En réalité, il est allé à l’arrêt de bus un peu plus loin sur le boulevard, où il attendit près d’une minute. Il monta dans  le dernier 169 ou noctambus 62, qui passe toutes les heures, qui le déposa vite près de son domicile, à Gare de Clamart.

Puis montée de la butte avec le métis amerloque bedonnant Olivier. Guide décide d’emprunter la chaussée, pas les trottoirs, car il n’y a plus de voitures à cette heure et la chaussée en sens unique est lisse. Ils s’écartent seulement pour une bagnole, qui descend dans la plaine.

Olivier dit au mage que la mère juive de Charkeuzy Mallah, dont le nom signifie quartier juif, a  couché avec agent de CIA. Pas de problème sur le genre de CIA, féminin en français médiatique, masculin en issisois. Cette information nous était inconnue, tandis qu’agents de CIA ne se vantent généralement pas de leur boulot.

D’où suspicion d’Olivier, bosse-t-il pour cette boîte ? On ne sait pas. Que le bretoc marié à une juive Edwy Plenel soit agent de CIA est  en revanche vraisemblable. Quant à la famille  Chakeuzy, elle est liée au judaïsme et aux yankees. Mais on devrait peut-être dire telle mère tel fils en ce qui concerne Nicolas.

Espionnage et judaïsme est thème intéressant à étudier, les juifs étant doués pour l’espionnage. Centaines d’espions juifs de Hitler sont connus. Régime hitlérien négocia tant bien que mal avec les sionistes, à qui il aurait emprunté la curieuse expression solution finale de la question juive, autrement dit l’an prochain à Jérusalem, jusqu’à fin de guerre, ce que cache Fofo.

Peu après, espions juifs s’illustrèrent en Union Soviétique pendant la Guerre froide pour le compte des yankees. Juifs furent longtemps principal lien politique entre Jew-Pork et Moscou. François Duprat soupçonna Daniel Cohn-Bendit de travailler pour la StaSi en boche, Stasi en français médiatique, Service de sécurité de l’ancienne DDR. Avant que Revisision qualifiât Angela Merkel de fille de StaSi, éléments à l’appui.

Mais Merkel est d’éducation marxiste luthérienne, DCB juif allemand marié à une goye, étant entendu que tous les espions ne sont pas juifs. Pédés aussi sont doués pour ce métier, bien que moins que le juif. Les quatre de Cambridge s’illustrèrent pendant la guerre en décryptant le code secret Enigma des armées du Reich. De telle sorte qu’ils connaissaient les mouvements de l’ennemi avant qu’ils les fissent. Ce qui fut capital lors de la bataille de Koursk de 1943, bien que l’état-major soviétique mît du temps à comprendre que les informations qui lui furent communiquées par le renseignement britannique étaient fiables.

Soviétiques mirent longtemps à gagner la guerre. Ils y sont parvenus grâce à l’aide matérielle des yankees et du renseignement britannique.

Les pédés de Cambridge ne furent pas récompensés après-guerre, car la mode était réactionnaire. Pédés étaient mal vus, contrairement à maintenant où ils sont encensés. Voyez cependant le grand nombre de divorces des couples pédés, sa proportion est plus élevée que celle des couples mixtes.

Viennent enfin agents de renseignement français. Près de la moitié sont francs-maçons, ce qui se comprend car loges sont écoles de complotisme, bien qu’au rabais. Rares chez les nettoyeurs et les nageurs de combat, plus on monte dans la hiérarchie, plus ils sont nombreux. Idem chez les flics, où c’est à partir du grade de colonel qu’on est bien accueilli à la Veuve.

Bretocs aussi travaillent pour le renseignement. On dit que Goulven Pennaod, ancien officier militaire ayant combattu dans les colonies, aurait ensuite bossé aux Renseignements généraux. Il se proclama spécialiste des langues indo-européennes, car police politique cherche à infiltrer et influencer tous les courants politiques dans les prétendues démocraties, surtout extrême-droite et extrême-gauche, qui, si elles n’existaient pas, devraient être inventées.

Ni l’une ni l’autre ne sont dangereuses pour le pouvoir, mais il s’agit de les tenir en laisse avec le concours de la presse, surtout télévisée, et de l’université.

Bolloré, guide de Canal +, répond à l’appel. Il envoie une de ses équipes filmer le banquet « ahurissant » de Rivarol de 500 convives à Novotel. À  Novotel, lieu privé friqué où on peut tenir propos politiquement incorrects, comme l’avait compris ancien Club de l’Horloge.

Trois vedettes : Le Pen, le vrai, Lesquen, Faurisson. Deux bretocs, même si Lesquen a une grand-mère espingouine, et un métis franco-écossois, difficile de faire rassemblement plus celtique. Tout le monde joue le jeu devant les caméras. Apparemment pas de sanglier et d’hydromel à table. Lesquen semble avoir léger coup dans le nez quand il se déchaîne sur l’immigration des peuples allogènes face à la journaliste. Fofo dit une connerie, mais il est applaudi, conformément à la règle.

Rumeur court à Paris et en Bretagne que Bolloré serait de mère juive, à vérifier, mais il semble avoir compris qu’il est temps de diffuser propos incorrects. Cet homme d’affaires audacieux a raison. Il a gratifié le financier juif Bernheim avant de l’envoyer paître quand il ne servait plus ses intérêts.

Comme le juif Orbán, peut-être métis prétendument calviniste, il se pourrait que Bolloré préférât négocier avec les ennemis du juif plutôt qu’avec ses prétendus amis, qui ne valent souvent pas un clou.

Lendemain mardi, retour dans la nouvelle antre du guide, qui ne comptait pas y aller, car le faussaire Olivier dit Marco a envoyé plusieurs messages menaçants à Revision attribués à Rimo, nègre guinéen. Alain, comme l’appelle Rabah, ne comptait pas aller ce soir-là au bar, mais il va sur le terrain. Marco est là quand il entre dans l’établissement, Rimo arrive et serre la main du guide. Marco avoue vite son imposture.

Le guide travaille Marco au moins deux fois pour savoir quelle est source de son tuyau sur les ébats sexuels de Mallah. Marco finit par avouer que c’est Tony, qui habite rue de l’Abbé Derry. Information présumée issisoise, donc, mais ne croyez pas tout ce que racontent les Isssois.

Le guide corrige Raba, Hitler n’était pas métis juif, seulement à 25%. Sans qu’il ait le temps d’en ajouter sur les lois raciales de Nuremberg de 1935. Rabah lui dit :  « Ton truc, c’est l’histoire, tu peux venir ici et rester jusqu’à minuit en ne buvant qu’un demi. »

Alain regrette d’avoir mal dit les choses. Raba lui a demandé quelle est sa religion. Il n’en a pas. En revanche il est mage, magie ayant précédé religions. Il y a cinq mille ans, nous adorions le dieu du ciel, la déesse de la terre Éa, forcément femme parce que fertile, et dieu du souffle vital Lil. Trois approximations en quelques mots. On retrouve cette mythologie  dans le christianisme avec la sainte trinité qui a déconcerté beaucoup de gens, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, tandis que déesse de la terre fut remplacée par Vierge  Marie.

Trois erreurs de surcroît. Il aurarit fallu préciser que le dieu du ciel s’appelait An, même prononciation qu’Anne, présumée mère de Marie, ayant pu signifier file du ciel ou soleil. Puis Éa ou Éanna, dont fut tiré nana dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle, enfin que le dieu du souffle était appelé Enlil, pas Lil. Mais en signifiait seigneur à l’époque, croit-on savoir, Enlil seigneursouffle, car on agglutinait mots à l’époque. On parle plutôt du seigneur du souffle en français, vital ajoutent les pédagogues.

Sous toutes réserves, car nous décryptons les hiéroglyphes depuis Champollion, nous décodons codes secrets, mais ne pouvons que déchiffrer les écrits d’il y a 5 000 ans. Leur prononciation est douteuse, en partie arbitraire. C’est facile de comprendre signification de textes comptables sur tablettes d’argile : tant de bovins payés telle somme d’argent, car argent prévalait sur or, peu connu. Argent était monnaie par excellence. Mais difficile de savoir comment on prononçoit les mots.

Plus près de nous, nous savons que jargons ou iargons clamartois, meudonois, issisois étaient différents au dix-huitième siècle. Remontez 5 000 ans en arrière, c’est le bordel. Pas pour comprendre les écrits comptables, mais ceux traitant de magie, de médecine, d’astronomie ou d’astrologie, sciences des mages.

C’est à intelligence artificielle de faire le boulot. Calculateur a vaincu le champion du monde d’échecs judéo-arménien Garry Kasparov il y a prés de dix ans,  le champion du monde de go coréen récemment, jeu plus compliué compliqué. C’est à elle d’interpréter les textes d’il y a 5 000 ans et plus et un peu moins, en le distinguant du parler sous Goudéa et surtout de l’assyro-babylonien. Notions de hongrois sont indispensables pour la machine, bien que magyar ait été perverti. Il a subi influence des langues occidentales. Mais grammaire, accessible au calculateur, reste.

Microsoft est à Issy, mais que fout Google ? On t’attend. Calculateur est confronté à nouveau défi : comprendre la langue d’il y a 5 000 ans. Impossible pour tout homme, seule alliance de Silicone Valley et Issy peut y parvenir. Stratégie : communiquer à la machine les textes conservés dans tous les musées du monde et, si possible dans les collections privées ; ainsi que les traductions qu’en donnent les hommes. Calculateur constatera aussitôt que versions données des mêmes signes d’écriture ne sont souvent pas identiques. Il se demandera pourquoi et cogitera. C’est son boulot, 24 heures sur 24, les hommes sont petits branleurs à côté de lui.

Arrive tardivement François-Xavier, il ment. Raba soutient ne l’avoir jamais vu, parole de grand kabylois souvent fiable, FX prétend le contraire, il serait déjà parfois venu, mais l’idiot ne sait même pas où se trouvent les chiottes. Bizarre autant qu’étrange.

FX aurait habité au fort d’Issy, il serait descendu dans une ancienne champignonnière,  devenue sorte de boîte de nuit, où on « se défonce ». Il est identifié. Il habite gare de Clamart, à deux pas du fort d’Issy. À l’âge de 25 ans, facile de monter la côte, surtout si on prend le bus.

Conclusion, on s’emmerde plus à Clamart qu’à Issy et François-Xavier, de race inconnue, bosse sans doute pour DRM, Direction du renseignement militaire. Mais c’est nous, à Issy, qui résistons seuls face à gendarmerie nationale, cette corporation, face à l’arméen en un mot.

François-Xavier a couru le semi- marathon de Paris-Versailles, truc de gendarme, car gendarmes font souvent footing au bois de Clamart dont le nom est disputé, car il se trouve dans la forêt de Meudon, disons dans la partie de la forêt de Meudon proche de Clamart. Ils portent survêtement bleu clair et restent groupés. De telle sorte que c’est le plus lent qui donne le rythme. Sans s’essouffler, ils courent beaucoup plus vite que le guide, sorte de tortue sans carapace, qui dépasse rarement 7 kilomètres/heure. Forcément, ils ont vingtaine ou petite trentaine d’années.

FX dit que le Paris-Versailles est long de 14 kilomètres. Plutôt de 18, selon le guide, car il part de tour Eiffel, et il faut se taper la côte. FX tombe dans le piège : « La Côte des Gardes, à Meudon. » Non, à Sèvres. Gendarmes d’Issy viennent de partout en France. Ils obéissent aux ordres, ils sont mutés tantôt ci tantôt là. Pas étonnant qu’ils connaissent parfois mal géographie de leur lieu d’affectation. Voilà comment on démasque un gendarme.

Marco et le guide ont remonté ensuite l’Abbé Derry.  Pas une seule voiture. Mais le guide s’est arrêté un instant pour pisser sur des plantes. CIA s’est d’abord éloigné sur la chaussée par prétendue pudeur, avant de se rapprocher du pisseus pour vérifier s’il est prépucé.

Résultat, CIA dira : Alain Guionnet, né le 22 avril 1954 à Paris quatorzième, faux issisios, a prépuce et est dangereux. Le tuer semble cependant déconseillé.

Mercredi, le guide revient dans l’estaminet, parce que tabac du Comptoir d’Issy est fermé.  Du coup, il va à Convention acheter cibiches, puis descend à Corentin Celton. Partie de la faune est là : Marco, Daniel, Gaëtan, le grand portos David, peut-être gendarme, surtout qu’il porte tennis de taille 45 d’une propreté impeccable. Curieux pour un gars d’1,93 mètre. Plus petit que lui, le guide chausse du 46, du 47 pour ses chaussures de randonnée. « Ça a dû être dur pour toi de trouver chaussures à ta ton pied dans ta jeunesse », observe Raba. Oui, France n’étant pas civilisée, contrairement aux pays barbares bochie et Amérique.

Il y a aussi Linda, 37 ans, assez sexy, qui reste jusque tard dans la soirée, de race tuniso-alacote, et Bibi le complotiste.

Le mage jase assez longtemps avec lui. Délibérations des conseillistes sont tenues secrètes, seules banalités sont rapportées. Au moins bilingue, Bibi sait l’engluche compliqué. Il tape parfois sur sa femme car c’est elle qui dirige la maison. Le complotiste prononce le nom d’Isis, car sa secte soutient qu’Issy ou Issi serait tiré d’Isis. Mais c’est faux, c’est plutôt d’Issy, nom galois, qu’aurait été tiré ici, sans que nous n’en ayions la moindre preuve. Mais voyez hier en boche, qui en rital, ces mots n’ont pas de rapport avec ici hormis i, que le François a doublé.

Bibi accuse le guide d’issisisme, ou issicisme, ce qu’il ne nie pas car il est irrédentiste, bien qu’il perde toutes ses dents. Suit bavardage sur le kangourou. Non, l’animal ne pratique pas boxe anglaise mais savate, boxe française en novlangue.

Bibi a vu bite non floutée de Soral qu’il a envoyée à une gueuse. Sans doute en érection, l’animal étant primaire. Bibi est incapable de dire si Soral est coupé. Si gland de Soral est décalotté jusqu’à un niveau légèrement inférieur à sa couronne, à sa bague comme on dit en novlangue, c’est qu’il n’est pas coupé. Si son fourreau descend jusu’à la base ou presque de sa verge, c’est qu’il l’est.

Hélas ! Bibi parle mal français. Il ne sait sans doute pas que verge dispose d’un fourreau, d’un frein, d’un méat entre autres, l’idiot ignore le subjonctif dit imparfait dont raffolent les historiens, mais il peut bosser pour la cause.

Enfin Marco provoque Raba sur le grand écran plat projetant images. Il en trouve de la Grande-Kabylie en partie enneigée. Raba répond : « Oui, il y avait pistes de ski jusqu’en 1962, quand sont partis les Français. » Avant de cliquer sur autre chaîne projetant match de foot. Puis il dit je ferme. Le guide est le premier à suivre la consigne.

Rendez-vous compte de la situation : DGSI, avant DCRI, avant Renseignements généraux collent au cul du guide depuis des décennies, maintenant DRM et gendarmerie, peut-être CIA, papy ne fera jamais le poids, il ne pèse même pas 100 kilos.

5 commentaires »

  1. C’est ma patrie la C.I.A.

    (Seul des nombreux messages sur ce papier communiqué. Ceux du Guinéen ont tous été noircis, NDLR.)

    Commentaire par Florida fl — 19 avril 2016 @ 17:07 | Réponse

  2. http://m.youtube.com/watch?v=X0oPpWMsUEc regarde c est rimo tu l’a insulté avec ces potes ils vont te faire la teuf

    Commentaire par Afrika — 19 avril 2016 @ 19:49 | Réponse

  3. D’une pierre, deux coups : antijuif et antinazebroque. Sans concessions comme dirait Vincent.

    Le secret d’Adolf Jacob Hitler
    http://www.wikistrike.com/article-le-secret-d-adolf-jacob-hitler-73105629.html

    Rappel.
    Les collaborateurs juifs du national-socialisme.
    http://en.wikipedia.org/wiki/Category:Jewish_Nazi_collaborators

    Commentaire par Marinus — 20 avril 2016 @ 13:16 | Réponse

  4. C’est un torchon à chiotte ton blog.

    (On dit plutôt papier à chiotte, Marco le faussaire. Si tu veux lui faire réclame en le dénigrant dans ton intérêt, pour être promu au CIA vu l’importance de ta mission, libre à toi, mais que personne ne soye dupe, NDLR.)

    Commentaire par Nldr — 20 avril 2016 @ 13:17 | Réponse

  5. Frank G. Wisner est le fils de Frank Wisner (aussi appelé: Frank Gardiner Wisner ou Frank G. Wisner, 1909-1965), Deputy Director for Plans de la CIA de 1951 à 1959, et de la philanthrope Mary Knowles (remariée au journaliste Clayton Fritchey).

    Il épouse Geneviève du Fresne de Virel, nièce du général Henri de Virel. Il se remarie en 1976 avec Christine de Ganay, fille du comte Philippe de Ganay et de Marie-Hélène Blanchy (remariée à Claude Bouchinet-Serreulles). Christine de Ganay était divorcée de Pal Sarközy de Nagy-Bocsa et la mère d’Olivier Sarkozy (demi-frère du président Nicolas Sarkozy).

    (Tu nous en diras tant, Marco, sans qu’on sache trop pourquoi, mais tu commets erreur. Pal, avec a accentué dit grave en français, Sarközi est faussaire comme toi. Il est entré à la légion étrangère sous le faux nom Sarkozy de Nagy-Bocsa. C’est autorisé, légion feignant d’oublié passé et identité de ses recrues. Son pseudo’ était bien trouvé, il donnait l’impression qu’il était d’origine noble. Puis il a su vite se planquer, avant de devenir artiste peintre comme Hitler. Ce que sait le frangyar, mais pas toi. Il indique en outre que a accentué hongrois est doubleplus grave et long. Ce nom de l’apôtre juif Paul se prononce en magyar de façon difficilement imaginable pour le bordeseinois, mais aussi pour tous les borderivièrois, bordefleuvois, bordemerois du monde, NDLR.)

    Commentaire par Black — 20 avril 2016 @ 13:26 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :