Alain Guionnet – Journal Revision

12 avril 2016

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 20:10

 

HOMMAGE A SANDOR HODOS

L’homme est mort il y a peu de pneumonie. Prononcez son prénom sang d’or si vous voulez, bien que ça ne colle pas. Sándor ou Alexandre était d’éducation calviniste. Interné en camp de concentration yougoslave pour personnes déplacées à la suite de l’insurrection de 1956, il fut admis en France.

Essonois, il travailla à Vélizy, puis à Issy comme informaticien à partir de 1982. Ce n’est pas là qu’il rencontra Guionnet, mais à la mission catholique hongroise.

Tous deux s’estimaient. Sándor a fait envoyer courriel à Alain il y a trois ans auquel il n’a pas répondu. Dame, ses parents mouraient et il s’agissait de retarder l’arrivée de la faucheuse.

Alain n’a jamais compris un seul jeu de mots de Sándor, ni en françois ni en hongrois.

Sándor fut en revanche génial quand il dit la véritable raison de l’insurrection hongroise de 1956 : Soviétiques avaient évacué Autriche en 1955 à qui ils accordèrent neutralité. Magyars voulurent bénéficier du même statut. Ce qui a échappé à David Irving, brillant historien de l’insurrection d’octobre 1956. Ou plutôt aux amis magyars d’Irving lui ayant fourni documentation pour son livre, car le Magyar est roi de l’anecdote, un peu fâché avec l’histoire.

Sándor témoigna également. Il dit qu’un milicien, lors des affrontements qui eurent lieu près de la maison de la radio, jura istenem! mon dieu !

Sándor était branché sur le rapport Lysenko et un peu sur Melkizedek, comme on dit en hébreu.

Sa disparition menace le parti frangyar, qui existe surtout à Issy-les-Moules.

Prononcer éloge funèbre de Sándor à Hajdúnánás, Guionnet y est prédisposé. Surtout que c’est chic de jaser françois en Hongrie. C’est snob, tandis qu’interprétation du françois en magyar est simplissime.

PRECISIONS ANNEXES

Hajdúnánás se trouve en Transdanubie orientale. Cette ville, que les progressistes appellent bourg, est peu éloignée d’Ukraine et Roumanie. À proximité de Tiszaeszlar, où aurait eu lieu crime rituel juif à la fin du dix-neuvième siècle. Affaire non éclaircie comme celle de Dreyfus.

C’est Sándor, Guionnet évitant de dire Hodos, tonnelier, qui a conduit Guionnet devant la sépulture de la martyre, près de la Tissa, rivière que les Français appellent injustement Theiss, car ils se déballonnent devant le boche en géographie euro-orientale.

C’est Sándor qui a averti Guionnet du décès de son père, conformément à l’ancienne coutume qui veut qu’on prénomme ou nomme son fils du même nom que soi. Tel père tel fils, comme on dit. Vieil Sándor était informaticien comme son fils, mais il grasseyait peu, contrairement à son fils, qui roule trois fois le r palatal dans sa bouche quand il jase magyar, mais qui grasseye outrancièrement quand il cause françois.

Son fils joue au poulbot, bien qu’il ait passé l’âge, mais il n’est pas sujet de dissertation.

Son père, en revanche, a donné à Revision, qu’il a aidée à s’y retrouver dans les toponymes de la Hongrie millénaire au sujet de la déportation en 1944 d’une partie des juifs de Hongrie, dont beaucoup furent libérés avant fin de guerre.

Sándor, ou Hodos, comme on dit en françois, est seul homme avec qui Guionnet s’est interrogé sur le symbolisme de double croix, dont personne ne connaît la signification.

Nous poursuivons nos recherches, comme le souhaitait Sándor, qui espérait que gens fidèles à l’esprit de 1956 continuassent le boulot.

Sándor a roulé dans sa vieille Peugeot en Hongrie immatriculée en France jusqu’à sa mort. Les flics ne l’emmerdaient pas, car France est respectée en Hongrie. Forcément, idiomes françois et hongrois sont sur de nombreux points comparables.

Insurrection de 56 fut grande et belle œuvre, à nous de la poursuivre.

Sándor a fait cadeau à Guionnet d’une des versions hongroises calviniste de la Bible. Guionnet ne l’a pas lue, bien qu’il la consultât.

Ne faisons pas guerre au calviniste, négocions avec lui. Il est poire, pressurons-le et tirons en le jus.

13 avril, 17 heures. Pas de nouvelle de Hodos fils. Il y aurait maintenant ligne d’avion entre Paris et Debreczen, puis il faut se taper une heure de car pour parcourir 40 kilomètres jusqu’à Hajdúnánás. Dans un véhicule brinquebalant sur route cahoteuse, le chauffeur ayant du mérite à faire son boulot. On écrivoit Debreczen en moyen hongrois, Debrecen en novlangue. Ancienne écriture était meilleure pour le Français, qui comprenait plus facilement que c de Debrecen se prononce ts ou tz, comme celui de tsigane ou tzigane, de tsar ou de czar. Hélas ! czar n’est quasiment plus en usage en français.

Nous envisageons de créer officiellement Parti frangyar dont nous jasons depuis longtemps. Président Alain Guionnet, ça va de soi, mais qui seront secrétaire général et trésorier ? Bretoc nous semble conseillé comme trésorier, car peu suspect de piquer dans la caisse, bien que ce ne soit pas sûr. Voyez Bolloré, c’est un rapace, bien qu’il aye simili parole.

Comme trésorier nous songeons à Jean-Michel Morin,  ouvrier du livre bretoc au nom sarrazin. Comme secrétaire général à Bibi, informaticien issisois, membre du conseil.

Hodos était informaticien. Lui rendre hommage entraîne respect de sa culture.

On écrit Tiszaeszlár, mais ler/lar est marque du pluriel en turc, et nous sommes tentés de traduire Tiszaeszlár par esprits de Tissa, étant entendu que le pays d’Hajdú fut occupé par les Ottomans pendant plus d’un siècle et demi.

Vous voilà prévenu, lecteur, le Parti frangyar donnera parfois interprétations fantaisistes en partie fondées.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :