Alain Guionnet – Journal Revision

14 février 2016

MONSTRE ERDOGAN

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 09:41

Monstre Erdogan bombarde en ce moment Kurdes et présumés alévites de l’armée régulière syrienne dans la région d’Alep. Il a du mal à cacher qu’il est en réalité partisan d’État Islamique, comme Fabius. États-Unis tentent de le rappeler à l’ordre, mais c’est difficile, sinon impossible, car Erdogan croit savoir que son plan d’annexion de la Syrie par la Turquie a le soutien d’Israël, comme le lui suggèrent espions juifs.

Principal obstacle : l’armée russe.

Presse francophone russe soutient les États-Unis, mais les autorités de ce pays sont divisées. Obama et son état-major militaire veulent éviter la politique du pire. Selon eux, Assad est moindre mal, tandis que chrétiens et alévites kurdes sont efficaces combattants contre ÉI. Il y a aussi parmi eux des sunnites, comme dans l’armée régulière syrienne. Ce qui rend le projet d’Erdogan, d’unir sunnites et wahhabites contre Kurdes et alévites, assez fou.

Mais il croit bénéficier du soutien des faucons américains, ces vrais cons chrétiens sionistes, et surtout de celui d’Israël. Conseil aux amerloques : essayez de liquider Hillary Clinton dans sa course à l’investiture. Quant à Erdogan, il a tort de croire les bobards d’espions juifs. Il peut compter sur le soutien de Fabius, c’est clair, mais Hollande aura fait une bonne chose dans son quinquennat, il a viré Fabius, pour le remplacer par un bochisant de Loire-Atlantique du niveau de Merkel.

Car France a mot à dire dans le conflit qui risque de s’amplifier. Syrie fut et reste dans notre esprit sous mandat français, surtout pas russe ou amerloque. Quand Erdogan attaque Syrie, il attaque les Français.

Conseils ouvriers, préparez la charrette où nous ferons monter Balkany, Erdogan et Fabius avant de les raccourcir.

Comme prévu Erdogan a poursuivi ses bombardements en Syrie, tout en recentrant le tir, il ne viserait plus que les Kurdes qui, s’ils forment un État au nord-est de la Syrie, menaceraient l’unité nationale de Turquie en renforçant le PKK, parti kurde de Turquie initialement d’inspiration marxiste ne représentant pas une sérieuse menace militaire pour l’empire.

Car nous en sommes là, l’empire Ottoman n’a disparu qu’à la fin de la première guerre mondiale, des années après que les Jeunes Turcs eurent pris le pouvoir, massacré des chrétiens arméniens et assyro-chaldéens, avant d’exterminer les Grecs (seuls les juifs furent épargnés et bien sûr les Levantins, dont le père d’Édouard Balladur, directeur de la Banque turque d’Izmir, qui cessa d’être arménien pour devenir citoyen français).

L’alliance multiséculaire franco-ottomane fut un échec, car en 1914 deux des trois Jeunes Turcs décisionnaires décidèrent d’entrer en guerre contre la France. Auparavant il n’y avait qu’un homme, le sultan, qui dirigeait l’empire, le grand-vizir, esclave, n’ayant que voix consultative. Après la guerre il n’y en eut de nouveau qu’un, Mustafa Kemal dit Père turc. Puis plusieurs, et ce fut la décadence à cause de la corruption des élus nationalistes. Au demeurant, démocratie et islam sont incompatibles. Maintenant enfin, l’empire est reconstitué, il n’y a plus qu’un sultan ayant trafiqué le résultat des élections, Erdogan.

Erdogan juge que Syrie n’aurait jamais dû être détachée de l’empire. Nul en histoire, il ne jure que par le Coran. Comme Hollande, il est persuadé que guerre fait monter sa popularité. Il est peut-être prêt à abandonner l’Algérie, mais toute la partie occidentale du Proche-Orient lui appartient, jusqu’au Yémen, à l’exception d’Israël, son allié.

Voilà ce que croit ce grand malade, qu’il est impossible de raisonner. Un de ses ministres parle déjà des Turkmènes, prétexte à ingérence de Turquie dans les affaires syriennes. Ces Turkmènes sont petite population du nord-ouest de Syrie. Certains ont pris les armes contre Assad, avant d’être rejoints par des combattants volontaires venus de Turquie. Assez bien équipés, de missiles américains notamment, c’est eux qui ont tué de sang-froid deux pilotes russes à la fin de l’année dernière, tandis qu’Erdogan traite les Russes de terroristes.

Début de troisième guerre mondiale ? C’est possible. D’abord Turquie, Arabie Séoudite, Katar, État Islamique contre Kurdes, alévites, chiites, mais aussi sunnites, Syrie, Iran, Russie. Le gros morceau étant Russie, alors que Turquie fait partie de l’OTAN.

Artillerie turque bombarda dimanche le coin d’Azaz, à une dizaine de kilomètres de la frontière, à coups de mortier. C’est gentil un mortier, ses obus tuent souvent peu de personnel, mais escalade est en route, guerres étant beaucoup plus faciles à déclencher qu’à terminer. Voyez celle de 39-45, elle n’est toujours pas finie.

Presse française fait diversion en causant du bombardement d’un hôpital soutenu par Médecins sans frontières dans le nord de Syrie vraisemblablement par un avion russe ayant fait 9 morts. Bof ! quand les amerloques ne bombardent pas Médecins sans frontières, les ruscoffs les remplacent. Et puis le judéo-stalinien Kouchner est détestable, dommage qu’il ne fasse pas partie des victimes.

Signe peut-être que diplomates se démènent, car on ne va quand même pas se taper une troisième guerre mondiale à cause des humeurs d’Erdogan, qu’il retourne dans sa niche !

Dernier bilan des frappes préumées russes en Syrie, 50 morts, dans au moins deux hôpitaux, dont un pour enfants, et une école. Nouvelle tombant au mauvais moment pour Poutine. Ayrault dénonce ce crime de guerre, il a raison, car c’est comme ça qu’on l’appelle au tribunal militaire international, signe que ce germaniste s’est informé sur les nombreux procès de Nuremberg. Et puis, les morts se fichent de savoir s’ils ont été victimes de crime de guerre ou de crime contre l’humanité.

C’est une bavure, avouera peut-être Moscou. Mais l’opération de diversion est réussie, la presse ne parle plus des bombardements en Syrie par l’artillerie turque. Il va peut-être bientôt falloir les oublier, bien que monstre Erdogan soit toujours menaçant.

Lundi 22 heures, RT traîne. Le site évoque le bombardement de l’hôpital lié à MSF par quatre roquettes ayant fait 9 morts et 8 disparus, sans préciser qu’il est imputé à l’aviation russe (roquettes, au lieu de missiles, est anglicisme de la presse russe). Renseignement militaire russe est sur les dents. Il vérifie les enregistrements des missions pris par la chasse russe. Turquie et Arabie Séoudite se prépareraient à intervenir au sol, Medvevev prévient que Russie ne laissera pas faire, tandis que Poutine et Obama se rapprocheraient dans leur lutte contre le terrorisme.

Le familier de la propagande soviétique d’autrefois apprécie à sa juste valeur celle de Russie, qui n’est pas très différente. Kiev serait foyer de corruption, ce qu’il croit volontiers, Russie combattant sur plusieurs fronts, y compris intérieur, car un attentat à la bombe vient d’être revendiqué au Daghestan par ÉI. Remarquez, Daghestan ne fait plus partie de l’ancien empire soviétique. Mais l’important est la démocratisation du terrorisme, tout le monde s’y met, les États comme les particuliers. Belgique verserait allocations à 120 djihadistes, directeur de CIA dénonce les lacunes du renseignement français dans les attentats du 13 novembre. Il peut se le permettre, car CIA est lui aussi impliqué dans ces affaires.

Nouvelles que les FF∴ d’AFP ne communiquent pas ou peu, car si  les Français savaient, avec leur esprit complotiste, que renseignements français et amerloque sont suspectés d’être impliqués dans les attentats du 7 janvier et du 13 novembre 2015 à Paris, ils pourraient faire sauter la baraque. Peut-être pas dans les cinq meurtres du nègre Coulibaly en revanche, dont nous savons seulement que police avait reçu l’ordre de le tuer.

Kurdes ne sont pas toujours aimables. Aryens, ils sont plus féministes que les sarrazins, ce qu’on pourrait leur reprocher, mais ils incarnent union d’Orient et d’Occident, Erdogan étant quant à lui turc bidon.

Bombardements des avions russes auraient eu lieu à Alep et Idlib, ce qui complique les choses. En 1944-1945, les alliés commencèrent par détruire l’industrie pharmaceutique de bochie. Ôtez à l’ennemi ses médicaments, il sera énormément affaibli. Truc que n’a sans doute pas voulu appliquer Poutine, moins machiavélique que Churchill et Roosevelt. mais que son aviation ait détruit établissements hospitaliers à dessein est possible, cela arrive parfois quand nous atteignons niveau de guerre supérieur.

À moins que la chasse syrienne soit impliquée, ce crime ayant de toute façon pu être délibéré, comme en est convaincu Ayrault, les militaires du monde entier ayant étudié les techniques militaires employées par les alliés pour anéantir la bochie en 1944-1945. Rusés, ils ne bombardaient pas officiellement les hospitals mais l’industrie pharmaceutique, le résultat étant comparable.

Moralité, ne secouez surtout pas l’ours russe. Les Français ont la chance d’être liés par l’accord d’amitié indéfectible signé avec les Russes en décembre 1944. Si les amerloques veulent se cartonner avec les ruscoffs, ça ne regarde pas les Français, qui tenteront de se faufiler entre les gouttes de pluie, ou entre les nuages radioactifs.

La Russie dément enfin toute implication dans les bombardements d’établissements hopsitalier et d’écoles se trouvant dans les villes ou les quartiers tenus par les rebelles, et ajoute qu’ils ne sont souvent pas prouvés. Sauf qu’il existe photos de l’hôpital soutenu par MSF détruit par quatre missiles tirés par un avion non identifié. Il pourrait être américain selon des sources syriennes.

Le nombre de morts est vite monté, de 9, 7 en réalité et 8 disparus, à 19 puis à 50 civils. Mais personne n’imagine un seul instant que des civils ne sont pas tués par les frappes aériennes, les tirs d’artillerie ou d’armes à feu. Vu le grand nombre de camps en présence, outre que des rebelles se tuent parfois entre eux.

Erdogan projette clairement d’envoyer des troupes au sol, pour combattre les Kurdes et renforcer État Islamique, mais il assure qu’il ne le fera pas unilatéralement. Or rien de plus facile pour lui. Des avions de chasse d’Arabie Séoudite sont maintenant positionnés sur une base aérienne en Turquie.

Le prétendu nouveau sultan est minoritaire en Turquie. Kurdes et alévites, parfois les deux à la fois, lui sont souvent opposés (plus de 20 % de la population), auxquels s’ajoutent nationalistes et occidentalisés, parfois francophones. Des juifs font mine de le soutenir pour mieux le trahir ensuite. Athéisme et agnosticisme sont répandus chez les bourgeois, dont nombre est en augmentation à qui politique hégémonique du sultan déplaît généralement, surtout quand ils n’en profitent pas directement. Presse turque est censurée plus qu’en France, ce qui est difficilement imaginable. Quant aux vrais Turks, très minoritaires, leur mental est celui du soldat. Mais il y a tellement d’opposants en Turquie, même s’ils sont muselés, que leur détermination risque de faillir.

Comme celle des soldats magyars en 1866 à Sadowa face aux Prussiens. Ils ont laissé les Autrichiens se démerder tout seuls face à l’ennemi. Du coup, ils ont perdu. Les Turks qui subsistent ne sont pas ennemis des Kurdes, surtout qu’ils n’habitent pas les mêmes régions. Les Turks se sont autrefois convertis à l’islam parce que leurs chefs l’avaient décidé, mais ils n’ont pas abandonné pour autant leur culture chamanique. Or l’actuel sultan est plus sarrazin que turc en dépit de son patronyme, avec g dit mouillé en français, qui ne se prononce pas en turc. Erdogan est assurément nom turc, mais il emploie de préférence mots sarrazins.

3 commentaires »

  1. Bien, l’armée russe. Mais le chancre juif n’a-t-il pas déjà contaminé le Kremlin ? Et ce, depuis 1917.

    Gloire aux glorieux combattants de l’armée anarchiste de Makhno.

    (Je connais l’air de la Makhnotchina, ou Maknovtchina, depuis longtemps. Mais Dénikine a-t-il livré l’Ukraine aux Allemands ? Auquel cas l’insurrection ukrainienne aurait été nationalo-anarchiste, NDLR.)

    Commentaire par Makhno — 14 février 2016 @ 13:59 | Réponse

  2. Tu as raison Gui au nez, l’insurrection anarchiste d’Ukraine, qui fut au préalable menée par l’armée de Makhno contre les généraux blancs Dénikine et Wrangel, se tourna par la suite contre l’Armée rouge de Trotski, qui exigeait sa soumission. On peut y voir, sans exagérer, un mouvement national-anarchiste, une variante bien connue du localisme anarchiste.

    (Ce sont les bocheviks, ces minoritaires, qui ont traité Makhno d’anarchiste, mot ayant eu tas d’acceptions au dix-neuvième siècle, auquel on peut rattacher la Russie de 1917-1918. Les anarchistes se rencontraient surtout chez les artisans et les travailleurs indépendants, en même temps que chez les ouvriers du livre et les horlogers, sans parler des rares partisans de l’action armée. Or l’étiquette d’anarchiste collée sur le front de Makhno est douteuse. Il fut opposé aux Allemands, puis aux armées blanches, enfin à l’armée rouge. On croit deviner que Dénikine abandonna le front ukrainien aux Allemands pour combattre les bolcheviks en 1918, d’après la chanson. Puis Makhno rassembla toutes sortes de gens, pas seulement anarchistes, y compris des Cosaques réputés pour leur talent militaire. Il exista aussi une république ukrainienne dirigée par Simon Petlioura, assassiné à Paris en 1926 par un juif bolchevik. Que des anarchistes placent Makhno dans leur panthéon se comprend, mais avant tout opposé au pouvoir en place, il était anarchiste entre guillemets. Histoire d’Ukraine a toujours été compliquée, comme elle l’est en ce moment, où le Français prenant parti pour un camp ou pour l’autre est idiot. On n’entend d’ailleurs pas parler des Magyars d’Ukraine, apparemment neutres. Sur l’accusation de Makhno antijuif, la même que pour Petlioura, des Cosaques placés sous ses ordres ont peut-être commis un ou deux pogroms, sport national en Russie à l’époque, les pogromistes ne cherchant pas à tuer, mais à voler, violer et humilier. C’est espion juif qui vient de soulever cette question, car sa glande génitale a été meurtrie, il est maintenant femelle, NDLR.)

    Commentaire par Makhno — 15 février 2016 @ 08:26 | Réponse

  3. Le but des makhnovistes était d’instaurer un régime soviétique libre, sans le pouvoir des bolchéviks, sans la prédominance de quelque parti que ce soit.
    L’idéal direct était de parvenir à une communauté non autoritaire de travailleurs, sans parasites ni commissaires fonctionnaires.
    L’idéal anarchiste en somme.

    Les bolchéviks, comme Dzerjinsky, accusèrent Makhno de liaison avec des pétliouriens, c’est-à-dire, selon lui, avec les « seigneurs polonais », et ainsi, à faire de Makhno un partisan de la restauration du « pouvoir des maudits pomiéchtchikis, des généraux tsaristes et de la Varta de l’hetman. »
    Quel pince-sans-rire !
    *Alexandre Skirda, Nestor Makhno, Le cosaque libertaire – 1888 – 1934. la guerre civile en Ukraine -1917 -1921.

    Les juifs, tel Joseph Kessel, accusèrent Makhno de tyran antisémite. On reconnaît bien ici la patte du faussaire.
    Il serait plus que temps de contrer ces dires, au lieu de leur accorder du crédit.

    Les insurgés makhnovistes se montrèrent impitoyables certes, mais incitèrent sans cesse les soldats blancs et rouges à réfléchir sur le sens de leur sale besogne.

    Des événements de l’importance de la famine de 1933, qui a entraîné en Ukraine la mort de millions de gens, sont passés inaperçus de la majorité des russophiles.

    Gui au nez voit espion juif partout, il ressemble à Blanche Neige, qui elle, croyait voir des nains partout.

    L’Ours russe fait bander le nationaliste français, et hélas, une frange de l’ultragauche, ils ont tort. Femelle nationaliste voudrait-elle donner naissance à une ribambelle de petits oursons ? Serait-elle sans moralité ? Nous sommes tentés de le croire. Pour un nationaliste, la suprématie de la puissance à laquelle il s’est identifié est à peu près le seul objet de ses pensées, comme de ses paroles ou de ses écrits. Il lui est difficile, voire impossible, de dissimuler son allégeance.
    Quelle misère !

    (Makhno a encore des partisans, mais les gens qui en ont fait l’apologie n’ont-ils pas eux aussi fait œuvre de propagande ? Le rêve de paradis sur terre est surtout d’inspiration chrétienne. La mère d’Yves Montand, né Livi, arborait un crucifix surmonté d’un portrait de Staline. Quant à voir des juifs partout, désolé, mais Dzerjinsky et Kessel étaient juifs. Personne ne donne tort à Hitler d’avoir dénoncé le judéo-bolchévisme, ce messianisme d’esprits confus, spéculant de façon animale, NDLR.)

    Commentaire par Makhno — 16 février 2016 @ 13:44 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :