Alain Guionnet – Journal Revision

13 janvier 2016

ENQUETE STAMBOULIOTE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 21:35

Eau risque de bientôt bouillir. Revision a évoqué la piste des loups gris sans le moindre élément de preuve, mais ces bêtes n’ont pas disparu et il serait étonnant qu’elles n’intervinssent pas à un moment ou à un autre.

Selon version officielle turque, le terroriste Fadli serait né en Arabie Séoudite en 1988. Il serait récemment venu de Syrie en Turquie, soit. Mais sans explosif. Où a-t-il trouvé sa bombe de type militaire ? Sans doute à Istamboul, mais qui la lui a fourni ? Vraisemblablement l’armée. D’où deux possibilités : Erdogan ou loups gris sont coupables.

La rapidité avec laquelle police turque a identifié le criminel est surprenante, car il ne restait quasiment rien de sa dépouille. Elle a arrêté hier soir une Istambouloise dans un quartier huppé, sans doute à cause de sa grande gueule (quand on a du fric, on ne se sent plus pisser). Quatre autres suspects hui.

Presse dite française se fout de la gueule du monde. Elle nous apprend que les dix morts sont boches, exit le Péruvien, qu’ils faisaient partie d’un groupe de 33 touristes, et que de Maizière, ministre de l’intérieur de Germanie, assure qu’il n’est pas prouvé que l’attentat visait les boches. Anecdote spectaculaire marchande ou ubique, comme on voudra.

Pas de précision à ajouter pour l’instant, sinon que le criminel était basané. Il était sans doute de race arabe, pas turque. Mais qui lui a fourni son explosif ? Là est la question.

Les témoins sont unanimes : forte explosion, audible à grande distance, suivie d’un grand panache de fumée, qu’on suppose noire. Or le kamikaze portait la bombe sur lui, qu’il dissimulait sous ses vêtements, elle n’était pas volumineuse.

À comparer avec les ceintures d’explosif utilisées à Paris le 13 novembre, fabriquées par des amateurs. Un terroriste est entré dans un café où il s’est fait sauter la caisse. Bilan, un mort, lui, uniquement des blessés.

Presse indique que l’attentat d’Istamboul a eu lieu quatre jours après que l’armée allemande a commencé à apporter son soutien logistique à la coalition au Proche-Orient, ce qui rend la thèse que l’attentat ait été commis par ÉI tout à fait plausible.

Le calife veut rendre coup pour coup. Il commence par faire chanter Germanie à Cologne pour la dissuader d’intervenir, sans tuer personne, mais elle est têtue. Elle a annoncé son déploiement militaire il y a plusieurs semaines, elle a tenu sa parole. Personne ne pouvait en douter.

D’où l’hypothèse qu’ÉI dispose de complicités au sein de l’armée turque, ce qui est certain. Surtout depuis qu’Erdogan l’a purgée. Il a viré ses officiers supérieurs kémalistes pour les remplacer par des tapis de mosquée.

14 janvier, ÉI n’a toujours pas revendiqué l’attentat.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :