Alain Guionnet – Journal Revision

10 janvier 2016

NUIT DE LA HONTE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 23:57

Qui est derrière nuit de la honte ? On l’appelle comme ça en boche, mais pas en français, où information  est quadruplepleplus filtrée. Par bochie, franc-maçonnerie, État français et juiverie, qui se croit supérieure.

Revision est en avance sur les médias français, quasi-eunuques, mais elle est incapable de lire Bild, Spiegel, Gazette de Francfort à toute heure. Elle ne s’appelle pas Vichnou.

Bild, canard pipol, renchérit en prétendant dénoncer le « protocol de la nuit du chaos à Cologne ». Par de prétendus musulmans abrutis, plus ou moins inféodés au calife Bagdadi.

Honte et protocol retiennent l’attention, non seulement parce qu’ils figurent en titre et sous-titre, mais à cause de ce que ces mots suggèrent. Des coupés musulmans ont violenté des vraies femmes le jour de la fête d’Excision, or n’est-ce pas l’excision qui est honteuse ? Ensuite Protokoll, tiré du français, signifie avant tout procès-verbal.

Mais la police a rédigé peu de procès-verbaux la nuit de la honte, bien que Bild fasse peut-être allusion aux procès-verbaux rédigés dans les jours ayant suivi, en hausse vertigineuse. Toutefois le lecteur songe au second sens de Protokoll, protocole, qui entre lentement en usage. Ainsi qu’au Protocole des sages de Sion, écrit en français en 1899 ou 1900, traduit et publié en russe par Nilus en janvier 1901, dans un ouvrage ayant disparu. En tout cas publié en russe en 1903, 1905, etc., jusqu’au coup d’État bolchévique de novembre 1917, qui a entraîné très vite son interdiction.

Après-guerre, ce petit livre eut succès grandissant en Occident, maintenant dans le monde. On peut comprendre plan des sages de Sion, ou ensemble de consignes à suivre pour la domination juive du monde. Protocole de conversation dit de Wannsee (1942) est écrit dans le même style, sauf que, cette fois, il évoque les conditions d’application de la solution finale de la question juive, quel euphémisme ! L’authenticité du document est douteuse, surtout qu’il en existe plusieurs version et qu’il fut représenté tardivement par un procureur juif américain. En 1948, année de la création d’État d’Israël.

Protocole d’Auschwitz (1944) est différent des deux précédents. Ses deux auteurs présumés sont juifs slaves. Prétendument évadés d’Auschwitz, ils ne parlent pas du plan de Hitler, supposé évident, mais des conditions ubiques du massacre des juifs à Auschwitz, que les Soviétiques appelèrent usine de la mort.

Protocole de la honte signifie pourtant bien procès-verbal, car ce document contient la liste des noms des suspects et des délits qu’ils sont soupçonnés avoir commis. Protocole demeure casse-tête pour le traducteur, qui se demande comment rendre ce mot en germain, et vice-versa. Dans ce cas, Protokoll correspond à liste des suspects.

Cinq paragraphes sur deux mots, alors que Bild publie témoignages saisissants, dont celui d’une blonde agressée qui aurait fini par mettre en fuite le voyou… en le frappant !

Témoignages étant douteux, mieux vaut en revenir aux quatre niveaux de filtrage de l’information. Ministères de l’intérieur et de la justice boches sont les mieux au courant du déroulement de la nuit de la honte, mais ils gardent certaines de leurs informations secrètes.

Pourquoi le chef de la police de Cologne a-t-il laissé faire ? Au moins deux réponses sont envisageables. Albers aurait obéi aux ordres de la mairesse Henriette, favorable à l’immigration calamiteuse des coupés musulmans, ou bien il ne serait pas opposé à guerre civile préconisée par État Islamique, sages de Sion et certains nationalistes.

Parité hommes femmes est  calamiteuse en politique. Surtout en temps de guerre, car le combattant pense avec sa bite, pas avec son clitoris. Merkel et Henriette ont écarté leurs jambes devant l’avancée des sarrazins, qui frappent en retour leur sexe, elles n’ont pas à se plaindre.

Deuxième niveau de filtrage, franc-maçonnerie, bien qu’il soit difficile à la distinguer d’État français, les deux entretenant rapports incestueux. Pour qui bosse AFP ? Difficile à dire. Elle cherche à minimiser l’ampleur de la nuit de la honte. Dans l’intérêt de qui ? De la maçonnerie ou de l’État ? Des deux à la fois.

On a du mal à s’y retrouver en France, ministères-clés étant tenus par FF∴ : Intérieur, Armée, Éducation, sans doute aussi Justice. Commémoration minable d’Hollande à République semble confirmer qu’il appartient lui aussi à la secte.

Dernier et plus puissant filtre, les sages de Sion, qui veulent dominer le monde et tiennent d’ores et déjà majeure partie de presse française. C’est possible qu’ils gagnent, Revision dira alors au François qu’il a été corniaud.

18 heures, blogs nationalistes ont appelé les boches à faire des « promenades », selon le Démon, langage codé, promenade signifiant ratonnade. Résultat, six Pakistanais et un Syrien attaqués à Cologne dans la nuit de dimanche à lundi dans deux bastons, deux Pakistanais et le Syrien blessés. Guerre civile souhaitée par État Islamique et sages de Sion s’annonce.

France-info vient d’annoncer que l’appel à l’action de la nuit de la Honte a été lancé sur toile, ce qui signifie aussi par SMS et téléphone. Ce que le ministre boche de la justice savait hier, quand il accorda entretien à Bild.

Presse dite française, qui ne l’est pas, parce que judéo-maçonnique, maintenant plus juive que maçonnique, utilise toujours les mêmes trucs. Non seulement elle se prétend maçonnique, son cache-sexe, mais Démon continue de prétendre que les violences eurent lieu devant la gare centrale, alors que c’était la cathédrale et les croisés qui étaient visés, les non-coupés en un mot. (On dit uncut en engluche.)

Il est loin le temps où Démon était dirigé par le réformé Fontaine, capable de rigueur, maintenant ce canard est destiné au tout à l’égout ou à être brûlé. Depuis le début, il cherche à minimiser l’importance des violences commises, qui vont à l’encontre du dogme maçonnique prétendument universaliste auquel personne ne croit, sauf quelques rejetons de sacristie. Mais il n’y avait personne hier à République, où sages de Sion n’étaient pas représentés, sinon de façon tout à fait officielle.

L’horrible chaîne de télé franco-boche Arte donne sa version des événements. Bien qu’incomplète, elle est pas mal. Elle indique que le régime hongrois est opposé à l’idéologie politiquement correcte et que Magyar idök, Temps magyar, dénonce les médias boches qui « imposent une dictature d’opinion, comme les médias de la Stasi ». Bien vu pour remonter les bretelles de Merkel.

On peut écrire Stasi ou StaSi, même si Revision préfère StaSi par snobisme, tandis que la revue peut pulvériser Arte France quand elle le veut, car cette société se trouve en contrebas, dans la plaine inondable.

Les boches d’Arte sont supérieurs à leurs collègues français pour jaser de la nuit de la Honte. Ils nous apprennent qu’une vingtaine de gars ont cogné six Pakistanais et un Syrien la nuit dernière à Cologne, et que 133 plaintes ont été déposées à Hambourg pour vol ou violence religio-raciste.

Preuve que Revision ne s’est pas plantée quand elle indiqua Hambourg comme prochaine cible. Puis devrait venir Munich, lors de la prochaine fête chrétienne.

Il n’y eut toutefois pas d’incident notable le 6 janvier, lors de la fête des mages dite Épiphanie. Mais l’église fut la première à diffamer les mages en les faisant rois, tandis que tout le monde leur est opposé, aussi bien FF∴ que juifs et musulmans. Même si les juifs ont jadis évoqué les mages.

Mages sont-ils intervenus le 6 janvier 2016 ? C’est possible, car on peut dater de ce jour-là la découverte par le public de l’ampleur du sacrilège commis à Cologne lors de la fête d’Excision. Et puis, Attila Lemage fut un des premiers à bondir en France. Non par féminisme, qu’il ignore, mais parce qu’il a tout de suite compris que nuit de Honte est attaque portée aux mages.

Nuit de Honte avec une Cap’, car cet événement entre dans l’histoire, comme la nuit de Cristal. À ce sujet, Arte coupe la poire en deux. Elle écrit Nouvel an, presse Nouvel An, Revision nouvel an. Médias mentent quand ils parlent de nuit de Saint-Sylvestre (31 décembre), car c’est nouvelle année que nous sommes supposés fêter, jour présumé de la circoncision de Jésus. Rappel pour les nuls.

Les réformés boches d’Arte ont pigé. Ils écrivent Nouvel an car ce jour est sacré. Quant à l’année, ils s’en foutent.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :