Alain Guionnet – Journal Revision

9 janvier 2016

PRUSSIENS A COLOGNE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 10:03

Samedi 9 janvier, 14 heures, Cologne, des Prussiens dits d’extrême-droit vont manifester contre les malfaiteurs sarrazins, dont le parti est domicilié à Dresde, ville de sinistre mémoire.

Les pruscos seront très minoritaires. Il y aura surtout des Colognois, des Rhénans, des Westphaliens, des Badois, des Palatinois, des Strasbourgeois, mais il serait souhaitable que slogans françois soient entendus dans le défilé, comme « Sarrazins musulmans dehors ! »

Sarrazin musulman parce qu’il existe sarrazins d’autres confessions, quand ils ne sont pas agnostiques ou athées. Sans entrer dans le détail, vous pouvez trouver catholiques grecs ou chrétiens assyro-chaldéens au Proche-Orient, coptes en Afrique (Égypte), sans parler de tous les héritiers du culte de Zoroastre, que Nietzsche appelle Zarathoustra. Lesdits mazdéens, à l’origine du manichéisme, maintenant les yézidis et d’autres croyants.

La manifestation doit être internationale et la participation du snob chauvin françois sera énormément appréciée. Allez-y, jurez, criez françois devant la cathédrale de Cologne, sur le parvis de laquelle les incidents ont débuté.

L’Issisois n’y sera pas, car c’est au-dessus de ses forces d’y aller à vélo, mais Mosellans et Vallons, allez-y ! Ne vous emmerdez pas à jaser boche, c’est le françois que les cloches de la cathédrale ont envie d’entendre.

Samedi 18 heures, deux manifestations à Cologne. D’abord un rassemblement de centaines de femmes et de quelques hommes souvent âgés sur le parvis de la cathédrale, puis la manifestation devant la gare des Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident venus de Dresde, faciles à reconnaître car il brandissent le plus souvent leur poing serré. Peu d’habitants de Cologne et de la région les avaient rejoints. Des heurts ont eu lieu avec la police, qui a eu facilement le dessus.

Comme si les gens n’avaient pas compris que les événements du nouvel an à Cologne sont actes visant à créer situation de guerre civile. 120 agressions sexuelles de femmes et 2 viols ne s’improvisent pas. Il ne s’agit ni de faits divers ni d’un débordement.

La police parle peu du déroulement de l’enquête. Le chef de la police de Cologne Wolfgang Albers a été suspendu hier, tandis que Merkel assure que désormais tout demandeur d’asile condamné à une peine de prison ferme ou avec sursis sera expulsé.

Les agressions sexuelles de Cologne n’étaient pas de type européen, la plus fréquente consistant à mettre la main aux fesses d’une fille, mais de type africano-musulman, la main étant mise à l’entre-jambes, Égypte étant caractéristique de cette culture. Filles et garçons y sont excisés, d’où il découle que le viol devient presque la règle.

Merkel a accusé jeudi les malfaiteurs de misogynie, elle avait pour une fois raison. Mais c’est aux causes de ce comportement qu’il s’agit de remédier.

Conséquences prévisibles de l’événement : la vie sera moindre à Cologne, les gens, surtout les femmes, sortiront  moins souvent le soir. Manifestations artistiques et culturelles en souffriront, ainsi que certains commerces comme brasseries et restaurants. Il y aura aussi baisse des prix de l’immobilier, comme à Calais. C’est cela que souhaite Merkel ?

Puis la vague suivra son cours en direction de l’est. À moins que Revision se trompe, comme beaucoup de gens l’espèrent. Mais tout semble coller : Paris, Ajaccio, Cologne en moins de deux mois, dont deux jours de fêtes chrétiennes.

Samedi 20 heures, aucune estimation du nombre des manifestant faite précédemment, car nous n’avons pas cru un seul instant le Parisien qui a parlé à 16h23 de « centaines de manifestants ». Point indique enfin qu’ils étaient 1 700 selon la police, 3 000 selon Pegida. Les cognes auraient ajouté « dont la moitié de hooligans prêts à en découdre ».

Locution médiatique plus que policière, qui signifie que des jeunes de Cologne et des environs se trouvaient dans le cortège. À sa tête des Dresdois, car ils brandissaient le plus souvent le poing serré. Ils criaient «Merkel dehors ! » Bonne ruse de rappeler ainsi qu’elle est fille de la StaSi ayant doublement trahi : la prétendue foi de son père pasteur luthérien passé à l’est, et son éducation à la mode soviétique, qui la prédestinait à devenir nationaliste païenne.

Au milieu du cortège des Prussiens, des gens de Cologne et sa région. En queue, de vrais prétendus hooligans venus pour la castagne, si on se base sur le modèle français. Mais des canons à eau ont suffi à disperser la foule vers 16 heures.

En face, 1 300 antifas, qui crient « Nazis dehors ! » C’est peu, surtout que leur nombre a peut-être été gonflé. Eux aussi ont sans doute été choqués par le sacrilège.

Entre les deux groupes, un cordon de police anti-émeute. Cordon est euphémisme, car il y 2 000 flics, blindés comme les CRS. Ce n’était pas le cas en 1968, mais maintenant ils bénéficient de protections de la tête aux pieds. Ils n’ont quasiment plus de points faibles.

Plus de 379 plaintes maintenant déposées pour la nuit de fête d’Excision à Cologne, c’est énorme. Quelques plaignants tentent sans doute escroquerie à l’assurance, mais le nombre des méfaits est supérieur, car de nombreuses gens hésitent à porter plainte pour vol d’un téléphone portable ou pour agression sexuelle.

Passer deux heures au commissariat à attendre avant d’être auditionné par un flic qui ne reproduit pas vos propos mais les interprète, c’est pénible. Tant pis pour le portable ! Quant à la femme se plaignant qu’un barbare lui a mis la main à l’entre-jambes en France, les flics l’envoient à l’hôpital se faire examiner. Transport et nouvelle attente. Diagnostic du médecin : il n’y a pas de trace. Affaire classée sans suite.

Mais c’est différent à Cologne, où tas de flics sont maintenant mobilisés. Pour les portables, rien de plus simple que de les localiser. Pour les agressions sexuelles, les cognes doivent se taper de longs métrages de films qui leur permettront rarement d’identifier l’auteur du délit, ou de confirmer son existence, mais peut-être de trouver des témoins.

Guionnet a raté sa vocation, il aurait dû être flic diront mauvaises langues. Ou argousin, mot peut-être lié à argu, Argos, argot et argotier. Revision en jase car un de ses amis alsacos ne comprenait pas hui la signification de cogne, mais parler des cognes de Cologne était tentant. Flic, création de Clemenceau, a grand nombre d’appellations.

Conversation qui fut occasion de découvrir l’énorme influence des huguenots en Alsace, accessoirement à Genève. En Alsace, ils devinrent souvent luthériens, à Genève calvinistes. Cela dit car notions d’histoire des races et des religions sont capitales pour comprendre les choses.

Dimanche 10 janvier, l’ampleur des événements est encore sous-estimée, et les motivations des malfaiteurs ignorées dans les médias dominants. Idéologie politiquement correcte va vite reprendre le dessus, elle cherchera à effacer les traces des « incidents », comme à Ajaccio.

Un commentaire »

  1. Vielen Danke… Lieber Alain

    (T’y vas, brebis galeuse, à Cologne ? Auquel cas bêle françois. Je souhaite de tout cœur que mon projet soit entendu, qu’on crie slogans françois à Cologne, ils seront entendus. Presse sera forcée d’en parler, ce sera signe d’union contre Etat Islamique, NDLR.)

    Commentaire par Le Gall Galleux (Le Brebis Galleux) — 9 janvier 2016 @ 10:31 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :