Alain Guionnet – Journal Revision

16 décembre 2015

AMOUR DE L’IRREDENTISTE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 01:48

C’est dur pour l’irrédentiste d’avouer son amour de Valérie Pécresse, qui fut soupçonnée d’antisémitisme il y a quelques mois. Une des raisons de l’amour de l’antijuif pour elle, car les antijuifs de tous les partis sont bienvenus au club. Aussi bien Proudhon qu’Engels et tant d’autres.

Pécresse aurait déclaré que les juifs de France ne sont pas français à part entière, elle a raison car il leur manque muqueuse capitale, avis que partagent des juives plus que leurs mâles abrutis. Pour se faire pardonner elle a rédigé lettre à la « communauté juive » avec le faux-cul Habib Meyer. Faux-cul, car Habib est prénom sarrazin, Meyer nom juif allemand. On jugera que Pécresse aussi a ses bons juifs, mais le sien est rase-bitume.

Phrase fleuron : « C’est sous la Troisième République en 1870 que fût adopté le décret Crémieux qui naturalisa les Juifs d’Algérie ! » Trois énormités, la quatrième étant sous-entendue. Subjonctif imparfait est exclu, même s’il en fout plein la vue, car il s’agit d’un fait. Demandez leur avis aux champions de ce temps, souvent bretocs, comme le vieux Le Pen et Lesquen. Ensuite décret n’est jamais adopté mais imposé. Juifs avec Cap’ est aberrant en droit républicain, car les juifs ne forment ni une race ni une nation, ils sont seulement sectateurs.

Vote juif francien est incertain. Il s’est porté sur le socialo Bartolone, qui en est tombé malade. Mais des juives, plus nombreuses que leurs mâles, ont voté Pécresse. Quasiment aucun pour Saint-Just, qui sent le soufre de la milice. Attila a voté pour lui à contre-cœur.

Quatrième énormité sous-entendue, Adolphe Crémieux, mais les prénoms de cet ancien juif du pape sont Isaac-Jacob. Une de ses sœurs se serait convertie au catholicisme romain, peut-être par répulsion pour son frère, manitou du GODF et d’AIU.

Flics approchent, on entend leur sirène, mais ils ne vont pas serrer le petit Attila d’Issy.

Napoléon III fut vexé, dit-on, d’avoir été appelé Napoléon le Petit, mais pas le petit Attila d’Issy. Même pas turk, en dépit de sa crinière noire, Attila bis est content d’être petit. Il n’a jamais voulu rivaliser avec le grand Attila. Façon de parler, car le vrai Attila ne mesurait pas plus d’1,70 mètre selon les gestes hongroise, notre source. Pourquoi Attila aurait-il fait tuer son frère Bude selon la légende ? On ne le saura sans doute jamais. Mais Bude, que les barbares appellent Buda, est toujours là à Buda-Pest, même si bud ou buda signifie four en langues barbares germanique, magyare et slaves.

Ainsi va histoire, somme d’incertitudes. Pécresse ferait bien de s’entourer d’historiens. Pas forcément d’Issy, car l’Issisois songe à se reconvertir en guide touristique, bien qu’il ignore les dédales des souterrains  du séminaire, que la douve du fort n’existe plus que dans son imagination, qu’il soit nul en champignonnière. Mais c’est en forgeant qu’on devient forgeron. Sur les inondations centennales, pas de problème. Sauf que la date de la prochaine est inconnue. Elle est envisagée à Canal +, qui sera engloutie. Au féminin, car c’est chaîne de télé.

Bobos seront contents n’importe comment. lls en auront pour leur argent. Oui, Paris est banlieue d’Issy, au nom galois qu’on peut écrire Issi.

Attila peut aussi bien bosser comme guide touristique d’Issy et de Budapest, bien qu’il aye là aussi lacunes. Il n’est jamais allé aux bains turcs, ni n’a vu la moindre course automobile de formule 1. Mais le circuit se trouve en banlieue. Il pourra jaser de la citadelle, du bastion des pêcheurs, du touroul, du parlement, du quartier Latin de Pest, sur la rive gauche du Danube, comme à Paris, même si école polytechnique se trouve à Bude. Car Paris et Budapest ne sont pas identiques malgré leurs nombreux points communs.

Sur la franc-maçonnerie de Bude, plutôt que de Pest, Alain a là encore lacunes. Il l’a brièvement visitée peu après chute du mur de Berlin, après qu’un bleu lui eut conté les vertus de la Veuve, qui défendît le paganisme selon lui. Alain jasa alors avec un vénérable, mais, comme prévu, il fut muet comme une carpe.

Il devrait être possible de transiger sur questions mineures. Vous jasez du lac Balaton, nous du lac Palatin. Vous bannez à qui mieux-mieux, sans apparemment vous apercevoir que ce mot est d’origine franque. Nous sommes liés depuis plus de mille ans, françois et mogers, une de vos écritures.

Vous êtes de race pâle, assez glabre, alors que je ne trouve pas de rasoir pour me raser à moindre prix. Je viens d’essayer Bic quatre lames, mais ça ne marche pas, car mon poil est coriace. Vous me conseillez le sabre, mais personne ne s’est jamais rasé avec un sabre, arme prétendument magyare.

Presse juive maudit Pécresse, elle la vieillit. Mais il existe vieils Issisois qui t’aiment, Pécresse, et qui regrettent de n’être pas venus à ton métingue dans la capitale de l’univers.

Tu auras échos de la déclaration d’amour du petit Attila, Pécresse. Elle n’est pas histoire de cul, bien qu’on ne le refuse pas. Tu l’as cherchée, tu es descendue à Issy pour provoquer l’indigène avec des escouades de cars, dit-on, dans son domaine, dans le gymnase où se déroulait grande partie d’été sportif il y a quelques années. Mais fais gaffe à ne pas employer langue de bois politique.

Tu assures ne défendre aucun lobby, bien, mais tu aurais pu dire aucune coterie. Lobby est anglicisme bâtard, prétendu couloir d’un monastère, alors que coterie est plus chic. Tu n’étais pas loin du quartier Voltaire mercredi, qui adorait employer ce mot. Voltaire ne fut certes qu’Issisois de passage, comme Renan, Lévy, Mourousi et tant d’autres, mais lis ce que dit Littré de coterie. Je ne le fais pas car j’ai la flemme, mais Littré était bon cheval, nullement hongre.

Encore mot tiré du hongrois, d’Ungvar en réalité. Tu n’as pas à entrer dans ces complications orientales, mais imite Crémieux, décrète que le mot coterie entre à nouveau en usage, et tu verras la gueule des hommes et femmes politiques. Grand Architecte de l’Univers ne leur sera d’aucun secours. Petit Attila ne jase pas du GADLU, bien qu’il soit tenté de le faire, car il n’appartient à aucune coterie, sinon peut-être à celle des chevaliers de Magog.

Occasion en or pour plumitifs stupides. Voyez, pires qu’État Islamique, il existe en France chevaliers d’Apocalypse, diront-ils. On parle souvent des cavaliers d’Apocalypse, mais ils s’adoubent chevaliers. Or que fait Israël ? Rien. C’est scandaleux. Selon nos informations confidentielles, Israël aurait peur que lesdits chevaliers répandent la zizanie dans ses rangs, ou l’apostasie, comme disent ses chefs. Nous avons saisi DSRI du dossier. Elle est au courant, mais elle suit politique du Mossad.

À toi, Pécresse, de remettre en ordre Levallois-Perret, dont les agents n’ont pas à s’occuper des chevaliers d’Apocalypse et des écolos divergents, ni des histoires de cul, ancienne spécialité des RG. Si on va un jour au plumard, toi et petit Attila, cela ne regardera personne hormis nous.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :