Alain Guionnet – Journal Revision

8 novembre 2015

INTERROGATOIRE DE POLICE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 14:42

« Monsieur Alain Cuionnet, vous n’êtes pas mis en examen, mais objet d’une enquête préliminaire. Soutenez-vous que Marine Le Pen est emmerdeuse ? »

— Oui. »

« Soutenez-vous que la race d’Issy est supérieure à celle de Saint-Cloud ? »

– Oui. »

« Êtes vous raciste ? »

Question piège, car racisme est interdit par la loi. Bien sûr, l’issisois méprise le saint-clouté, mais il ne peut pas l’avouer.

— Je suis raciste sans l’être », dit Guionnet, ce qui ouvre voie à  trucs de procédure.

« Nous vous avons protégé hier avec deux compagnies de CRS, vous et vos amis de SIEL, vous devriez nous remercier. »

— Mais SIEL n’est pas mon pote. »

« Vous tapez sur Orbán, qui ne vous a rien fait, pourquoi ? »

— Parce que je suis antijuif, pensée autorisée. »

« Peut-être, mais vous savez que la distinction entre antisémitisme et antijudaïsme est de plus en plus ténue, or l’antisémitisme est puni par la loi. Quand vous dites au cul d’Israël la baïonnette, vous n’êtes pas tendre. »

— Mais j’ai supprimé l’article ainsi intitulé hier matin, car je me doutais que mon projet de détournement de la manifestation courait à l’échec. »

« Vous avez été sage pendant le rassemblement. Comme vous le fûtes quand vous étiez séminariste d’études juives, même si madame Benbassa a critiqué votre mauvais usage du français. »

— Et pour cause, c’est une ladino-israélienne, qui n’arrête pas de se plaindre des méfaits du racisme en Israël. Elle a voulu se venger. »

« Vous parlez du racisme entre juifs israéliens, mais vous êtes trop elliptique, il n’est pas sûr que le procureur comprenne. »

— Sauf s’il est juif, comme Courroye. »

« Entre nous, même si notre entretien est enregistré, j’aimerais être déporté du dossier, car ce n’est pas à police judiciaire de traiter votre cas. »

— Faites-le, demandez à être déporté. »

« Vient enfin votre magyaritude, qu’on sait en partie bidon, moins que vos capacités à jacasser hongrois au bistrot, à quoi mène-t-elle ? »

— Je ne sais pas, mais elle vaut au moins un abricot. »

« Encore réponse elliptique, car tout le monde ne sait pas qu’abricot est fruit chéri du Hongrois. Mais voyez vos visites de Hongrie, elles sont presque nulles. Vous êtes seul à vous prétendre frangyar, mot incompréhensible en français et en hongrois. Pourquoi ? »

— Parce que je suis sujet du royaume d’Argot. »

Découragement du flic. Il sait que royaume de France fut aboli peu après 1789, mais pas royaume d’Argot, dont le parler est répandu en armée, police et en tas de  milieux. Il se doute que Guionnet connaît mieux argot que lui. Forcément, magyar et argot sont liés. Pas besoin d’avoir lu Zohar, magyar et argot ont même origine !

Linguistes vont râler, ils diront que c’est faux. Laissons-les faire leur boulot. Les chiens aboient, la caravane passe.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :