Alain Guionnet – Journal Revision

19 octobre 2015

ALLUSIONS A GUIONNET

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 11:55

Il y en aurait deux dans la presse. D’abord dans Rivarol puis dans le Figaro, par de Villiers, qui balance en ce moment la caste politique. C’est un bretoc, ancien ouvrier du livre, qui nous a filé le tuyau sur Villiers, car les colonies de Revision sont plus nombreuses qu’on ne le croit généralement.

Allusions avant de donner la parole à Guionnet, comme le veut la règle, malgré son monocentrisme issisois.

Au kiosque de la place de Grève, on trouvait autrefois toutes sortes de canards, mais c’est fini. Comme Rivarol, Hürriyet, car des armigos lisent le turc, Corse-Matin, car les corsicauds sont nombreux à Issy, près de 1 500. Brouilles raciales sont mineures. Une armigote a insulté le guide il y a quelques jours, un jeune corsicaud, doué aux échecs, refuse de saluer Guionnet, qu’il s’imagine proscrit. Tant pis pour Rivarol, introuvable à la mairie. C’est Jérôme Bourbon qui  cause du guide dans un papier en grande partie consacré à Reynouard. Bourbon emmerde un peu tout le monde avec son catholicisme romain traditionaliste, comme l’a fait Reynouard il y a quelques années, avant de s’avouer d’ascendance juive dans un de ses dialogues avec Bourbon.

Bourbon écrit : « On ne compte pas les nombreux prévenus français (Robert Faurisson, Jean-Marie Le Pen, Georges Theil, votre serviteur et bien d’autres) à avoir été poursuivis et condamnés à de fortes amendes, à des colossaux dommages et intérêts voire à des peines de prison ferme comme Vincent Reynouard et à Alain Guionnet pour avoir contrevenu à cette loi scélérate. »

Critique de coquillard : Bourbon aurait pu mettre virgule avant voire et citer Guionnet avant Reynouard, car Guionnet fut emmaté en 1991, 1993 et 1994 pour crime de la pensée, Reynouard une quinzaine d’années plus  tard. Mais le à qui précède Alain Guionnet est valorisant. Sous toutes réserves, car en l’absence du canard, Revision a transcrit la citation d’un fils de tortue.

Santini a fait reconstruire l’esplanade de l’hôtel-de-ville cet été avec du macadam rose, qu’il ne s’étonne pas qu’on l’appelle place de Grève ! Guionnet envisageait de lui faire cette proposition dimanche matin au tabac maintenant nommé Comptoir d’Issy, mais Thion lui a bigophoné. L’attirance pour le rose de Santini s’explique par le fait qu’il est tantouze, ce que tout le monde sait, même si Revision n’en a longtemps pas jasé.

Plus intéressant peut-être est le coup de fil du bretoc Jean-Michel ce matin, ce coquillard. Pas dans le sens argotique du mot, car cet ancien typographe décoquille Revision, ce que ne font ni le normalsupien ni la tortue, beaucoup trop feignants, car ils savent, comme nous, que coquille est humaine.

Revision est sollicitée de toutes parts, maintenant par Génération identitaire après Action française. Mais le souverainiste de Villiers l’a courtisée pendant des années.

Danny corrige : le « sainteron » Villiers ne jaserait pas des héros révisos, mais ferait réclame pour sa pomme. Il serait vantard, comme Guionnet, qui jaserait trop de lui, surtout au féminin, en s’appelant tantôt Revision, tantôt Guillotine, tactique juive. Villiers a cependant raison quand il traite les énarques de « crânes d’œuf », comme Theil, même si l’œuf n’a pas de crâne. Mais l’énarque a crâne en forme d’œuf, corrige le fils de tortue.

Journalistes goys de France-info, qui ne sont pas tous pédés et qui collaborent avec leurs confrères juifs, s’excitent en ce moment sur Mon combat de tonton Adolf, qui tombera dans le domaine public le premier janvier, car le monopole de son édition juive falsifiée en français cessera ce jour-là.

Voir là allusion à Guionnet est outré, car il n’est pas le centre du monde. Mais il est opposé à l’« insurrection mentale et intellectuelle » que prône Bourbon, au profit de l’insurrection physique. Au besoin, en tuant des pédés,  qui pullulent à Paris.

En commentaire, Danny communique la photo de Mohács avec sa grosse. Elle est flatteuse, Mohács a presque l’air humain. Et nous écrivons son nom à la hongroise, comme lui parfois, pour lui faire plaisir, car il commence à nous manquer avec  ses  « corrections ». Pas sur la nationale 20, ni sur l’art vélocipédique, qu’il méconnaît, mais en médecine et en physique, où il est calé et nous ferme le bec.

Il n’a pas tête d’œuf comme l’énarque, mais carrée en sa qualité de militaire, bien qu’il soit susceptible et jaloux comme une femme. Mais laissez tomber vos rivalités, affidés. Jean-Michel me corrige : on ne dit pas compographie, mais photocomposition, je le laisse dire. Il a raison, même si on risque de causer bientôt de PAO. Je craque sur compographie, mais pas sur Galois, dont gaulois est altération, car je ramène ma fraise d’historien philologue. Encore première personne du singulier, réputée détestable.

On croirait se trouver dans un zoo à la campagne, à contempler des tortues, des crânes d’œuf et la fraise d’un aigle, qui n’aurait pas sérieusement morflé selon mauvaise langue Danny. Mais tout zoo a besoin d’un directeur, calmez-vous les bêtes, apprenez à collaborer.

Vœu inutile, car les bêtes n’arrêtent pas de se chamailler.

20 commentaires »

  1. Un peu facile de balancer après avoir vécu aux crochets de la Gueuse sans trop moufter, quel courage ! Pas de quoi faire bander la tortue, avide de ragots.

    (Ne m’insulte pas, je n’arrête pas de morfler, je suis insulté par une armingote tandis qu’un corsicaud ne me dit pas bonjour. Quant à la tortue, elle est avide de ragots, c’est certain. On l’appelle le plus souvent teknös en hongrois, mais je n’hésiterai pas à l’appeler teknösbéka, tortue Bécassine en français approximatif, NDLR.)

    Commentaire par Danny — 19 octobre 2015 @ 12:23 | Répondre

  2. La tortue avide de ragots.

    Commentaire par Danny — 19 octobre 2015 @ 12:41 | Répondre

  3. Tu n’es pas visée Guillotine. Allons, t’emballe pas. Toi, toujours toi, encore toi !

    Villiers m’énerve avec sa tronche de sainteron, ses vanteries, et qui devient bien tardivement à mon goût, saint Jean bouche d’or.

    Je n’ai pas oublié qu’autrefois le grand Roger Peyrefitte, fidèle lecteur de Revision, se régalait en la lisant. Avoue que ça avait une autre gueule !

    (C’est Jean-Michel qui s’est excité, je n’y peux rien. Philippe se gargarise de littérature de boulevard. Quand il traite les énarques de crânes d’œuf, je suis d’accord avec lui. J’ai du mal à piger en revanche quand il balance Big Other et voit en Eric Zemmour un ami. Mais tout le monde ne sait pas que Roger Peyrefitte fut accro’ à Revision, information surtout connue d’officiers de renseignement, dont je te soupçonne de faire partie, bien que tu soyes apparemment plus vieux con que moi. Je causerais trop de moi ? Je n’en suis pas sûr. Je joue la carte émotionnelle. Si vous ne voulez pas cogner le juif, je le ferai tout seul, baste, NDLR.)

    Commentaire par Danny — 19 octobre 2015 @ 19:59 | Répondre

  4. Trêve d’anicroches avec Mohács, dégainons sabres et épées contre ceux qui veulent notre peau comme descente de lit.

    http://slavic-pagan.tumblr.com/image/126972986990

    http://slavic-pagan.tumblr.com/image/129651685710

    Commentaire par Danny — 20 octobre 2015 @ 08:08 | Répondre

    • Notre ami, le poivrot bretok pompeux, ne se contente plus d’enculer les mouches. Il va carrément se taper des tortues ! La bibine fait ergoter !
      Cela dit, je suis content que tu sois revenu sous ton vrai blase, même si, comme à ton habitude, tu attends que j’ai le dos tourné pour me critiquer ! Sincèrement, j’admire ton courage ultragaucho.

      Trêve de jets de vérités à la figure vultueuse de Danny, je tiens à corriger (sans guillemets) les bêtises dites par Guionnet sur mon compte.

      J’en sais plus que toi sur le réseau routier, comme je l’ai prouvé, ainsi que sur le vélo, alors que je n’ai plus pédalé depuis pas mal de temps. Et puisque ton blog est devenu un repaire de crétins anti-Mohacs, je vais, moi-aussi, jouer mon Danny en divaguant, et en critiquant lâchement les autres, sans rien apporter de concret au débat !

      (Tu te venges de Danny, car tu n’as appris ni le contredit ni le coup de pied en touche à l’armée. Danny m’allume aussi un peu, je le tolère. Quant au vélo, sache que je pompe et pédale depuis près d’un demi-siècle comme un shadok, animal métis bretoc dont je me suis senti autorisé à revoir l’écriture, NDLR.)

      Commentaire par mohatch — 20 octobre 2015 @ 11:22 | Répondre

      • Je me venge parce qu’il m’a attaqué. Je me fous de l’armée !

        N’importe quel abruti peut poster deux photos, dont l’une représente un gamin qui arbore un uniforme magyar du milieu du XIXe siècle : http://slavic-pagan.tumblr.com/post/126972986990/joyfultraditionalist-thisismyhungary-young

        Les administrateurs du site sont d’autant plus stupides que le Magyar n’est pas vraiment un Slave ! Je me méfie d’un ramassis de prétendus Glorieux qui promeuvent le folklore ougrien, ce d’autant que les « Hongrois noirs » (dixit la chronique de Kiev) n’étaient pas les meilleurs amis des Slaves !

        (Le Magyar n’est pas slave, ou esclave, il est chevalier souvent roturier, même si de nombreux Hongrois ont lointaine origine celtique, avare, plus récemment françoise ou germanique, mais aussi en assez grande partie slave, sans parler des juifs et des tziganes, ces horreurs. Tu jases d’Europe Centrale, mon vieux, ce carrefour. N’étant pas de race juive, je ne crois pas au peuple élu, même si Issy est capitale de l’univers. Je me fiche de savoir si le Magyar est d’origine ougrienne ou ouïghoure, comme on dit aux Langues O’. Race hongroise la plus pure est la séqueille ; les gens causent bien là-bas, ou là-haut, car Terre-séqueille se trouve en montagne. Selon légende, les Magyars ont foutu raclée aux chiens de Kiev, ils ne sont pas tendres, NDLR.)

        Commentaire par mohatch — 20 octobre 2015 @ 20:15 | Répondre

        • Bien sûr que tout peuple a des origines multiples, mais ce que je voulais dire, c’est que le Magyar n’est pas constitué en majorité de gènes slaves. Même les Maghrébins – notamment les Bônois, les Bougiotes et les Tunisiens – ont des origines germaniques (vandales) ! On en veut pour preuve le fait que l’haplogroupe R1a (très répandu chez les Slaves) n’a été détecté que chez 32.5 % des Magyars ! Quant à l’haplogroupe R1b (grosso modo le gène des Celtes), on le retrouve chez 17 % d’entre eux. Contre toute attente, ce dernier. Enfin, le marqueur génétique E (dit grossièrement « gène bougnoulo-maghrébin ») est partagé par moins de 9.5 % de Hongrois !

          (Je te reconnais là un peu. Heureusement que le Magyar, ou ce qu’il en reste, est antislave et opposé à l’église catholique orthodoxe de Constantinople. Mais pourquoi les Magyars sont-ils allergiques à ce point au lait ? Issisois aussi, mais proportionnellement beaucoup moins. C’est le bordel en Hongrie, où se trouvent toutes sortes de races, perse, irakienne, chinetoque entre autres. Penche-toi aussi sur le point G de la Veuve, car sinon je risque de conclure que c’est le point Guionnet, NDLR.)

          Commentaire par mohatch — 20 octobre 2015 @ 22:51 | Répondre

          • Carte du monde de l’intolérance au lactose : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/67/Laktoseintoleranz-1.svg

            Comme tu peux le constater, entre 20 et 40 % des Hongrois « souffrent » de cette incapacité à digérer le sucre lactique. A noter que les Scandinaves sont ceux qui le tolèrent le mieux (90 %) ! Ce chiffre relativement faible (30 % en moyenne) s’explique par un apport de sang germanique à hauteur de 25.5% (haplogroupe I) qui a fait baisser ce taux. Si les Garmains n’avaient pas copulé avec quelques Magyares, il y aurait eu plus de Hongrois allergiques, à l’instar des Portugais, voire des Algériens !

            (Intéressante statistique venant à l’appui de mes thèses raciales. Les races pâles le sont entre autres parce qu’elles mangent plus de produits laitiers que les autres. J’ai longtemps bu lait cru et dévoré fromtons, mais j’ai tort de parler de moi. Non seulement on devrait imposer cochonnailles dans les cantines, mais aussi manger de produits laitiers. Je cause d’allergie au lait, toi d’intolérance au lactose, ça revient au même. Mais, selon mes sources, l’intolérance des Hongrois au lactose est supérieure à 30 %. Tu me diras que mes sources ne sont pas toujours fiables, c’est vrai, mais les tiennes non plus. Si les Argotiers sont pâles, c’est en partie parce qu’ils dévorent produits laitiers, nouvelle théorie raciale, NDLR.)

            Commentaire par mohatch — 21 octobre 2015 @ 00:15 | Répondre

      • Danny est bon gaulois – c’est à dire un homme dont la conduite est sincère, franche et droite –, amateur d’expressions oubliées, joueur, un peu farceur, mais qui, contrairement à tes dires, ne fait jamais gille. Cherche « faire gille » fouille-merde, ça te fera la bite !

        (Je ne suis pas belge, mon vieux. Je peux me déporter à l’Est, en magyarie, mais difficilement en Belgique. Quant à ma bite, son entretien est pour moi prioritaire, NDLR.)

        Commentaire par Danny — 21 octobre 2015 @ 08:39 | Répondre

        • Danny qui me reproche ses propres travers ! Un classique chez les trolls imbibés, qui jalousent la capacité de leurs adversaires à dénicher de bonnes informations. Je ne t’en veux pas, car comme on dit en Bochie, le chêne ne se soucie pas du cochon qui se frotte contre lui (Was kümmert’s die Eiche wenn die Sau dran schabt).

          Il fut un temps où je te respectais, mais c’est le passé ! Aujourd’hui, tu me fais de la peine, d’autant que si Guionnet ne te censure pas, c’est parce que tu es une relique ultragaucho, et non pas pour la pertinence de tes propos. A preuve, ton dernier commentaire en dessous de la ceinture.

          In loving memory of Danny l’utopiste lyrique ! Place à Danny le grossier personnage, qui a l’alcool méchant !

          Fais seulement le quart de ce que je fais pour la contribution de ce blog, et tu pourras ouvrir ton claque-merde !

          (Arrêtez de vous engueuler, les enfants. Et voilà que tu te mets au boche maintenant ! Mais Sau signifie truie plutôt que cochon, et on comprend mieux que la truie se frotte à l’arbre plutôt que le cochon, ou le sanglier dit cochon sauvage en hongrois. Je viens de te remonter les bretelles sur agrégé des lettres, je peux aussi le faire en magyar et en boche, idiomes qu’on n’apprend pas en lisant les dictionnaires, comme vous vous l’imaginez, Pfister et toi. Et quelle contribution apportes-tu à la revue sur le point G ? Aucune. Danny est sans doute unilinguiste, comme la plupart des ultragauchos et des ultradroitos, même s’il s’imagine causer engluche, comme toi, langue affreusement compliquée. Le cochon floridois physicien vient de s’étonner que j’aie soutenu ton pote Leveugle devant la onzième, mais c’est normal. Lui et d’autres ont causé de Lorentz, Poincaré et Maxwell, mais pas de Person. Si c’est ça ta contribution, merci. Mais bosse un peu, c’est quoi le point G ? NDLR.)

          Commentaire par mohatch — 21 octobre 2015 @ 09:16 | Répondre

        • C’est gentil de me défendre Guionnet.

          Je réitère donc, Mohács (mékilékon !), dit fouille-merde, a pour tâche de retrouver cette expression oubliée, aucunement pompeuse, « faire gille », ça lui fera la bite au coupé !

          Commentaire par Danny — 21 octobre 2015 @ 10:01 | Répondre

          • Tu peux répéter cette « injonction » autant de fois que tu veux, il est hors de question que j’obéisse à un crétin imbibé, atteint de psittacisme sénile !
            Tu croyais impressionner Guionnet en copiant-collant un article à la con sur la viande et le lait, mais tu aurais dû pousser plus loin tes recherches, afin de confirmer (ou d’infirmer) les choses dites.

            N’est pas Mohacs qui veut, petit troll imbibé !

            @Guionnet : Tu n’as qu’à demander à ton roquet imbibé de faire une recherche sur le point G ! Je ne suis pas ta chienne !

            (Mais tu es mon caniche, mon toutou, mon Milou, comme tu voudras. Je sais point G compliqué et ne me donne pas la peine de chercher sur toile. C’est truc ésotérique. Je ne compte pas sur Danny sur cette question, mais je t’ai demandé ton avis. G est initiale de géométrie et du GADLU, et tu as entendu jaser de la magie des nombres ; mais septième lettre de l’alphabet, ce n’est pas rien. Je ne vais pas te parler du système à base 6, dit tantôt duodécimal, tantôt sexagésimal, mais note la ressemblance de 6 et G. 6 est chiffre adoré du Kiènguigeois, 7 du juif, il y a rupture entre les deux. Je ne prétends pas te faire leçon de mathématique, tandis que je crois que tu comprends mieux le Zohar que moi, mais je te demande ton avis en ta qualité de tortue juive réformée, pour que nous avancions en pataphysique, NDLR.)

            Commentaire par mohatch — 21 octobre 2015 @ 11:28 | Répondre

            • Tu te dérobes mohatch, toi le fanfaron, le fort en thème, le coq sur son tas de fumier, tant pis pour toi. Dommage, j’agissais pour ton bien. Et comme tu peux t’en rendre compte, je ne suis pas de ceux qui se laissent donner cent coups d’alène dans les fesses plutôt que de se battre.

              Pour ta gouverne et pour le bien de tous – admire ma grandeur d’âme, ma gentillesse naturelle malgré tes coups bas, que d’aucuns appelleraient coups de pute – je livre ici la réponse.

              Giller (verbe).
              « Se retirer promptement ; sortir, quitter une place. » (Dictionnaire de Trévoux)
              « S’en aller en hâte, se sauver, s’évader, plier bagage, faire gille. » « Allons, vite, qu’on gille (Hauteroche, Amant qui trompe) » (Le Roux)
              Le Littré. Le dictionnaire du français oublié.

              Danny aime exhumer les mots anciens.

              Tu cherches à m’exterminer merdeux, j’ai vraiment du mal à comprendre pourquoi. Pôvre Danny, si insignifiant à tes yeux. Raye-moi, raye-moi !

              Dessine-moi un troll mohatch. Je demande à voir.

              Enfin je te signale pour t’aider un peu, au cas où tu l’aurais oublié, que je fréquente Revision depuis au moins 2010 ou 2011. À l’époque, le guide proposait des jeux d’été à la con pour amuser et instruire ses lecteurs, très rigolos. J’ai même failli gagner. Quelle dinguerie !

              Commentaire par Danny — 21 octobre 2015 @ 17:53 | Répondre

  5. Manger cacher.

    Il est interdit de consommer ensemble viande et produits lactés.

    Il sera permis de manger de la viande aussitôt après avoir consommé des laitages à condition de se bien rincer la bouche, de se nettoyer les mains et de changer nappe et ustensiles utilisés car on considère que les laitages (fromages exclus) sont absorbés très rapidement et ne laissent pas de trace dans la bouche. Il faudra cependant réciter le Birkat Hamazone (actions de grâce) pour bien séparer les deux repas. S’il s’agit d’un fromage dur, il faudra attendre trois heures (ou plus, ou moins, selon le pays, en règle générale trois heures en France) avant de consommer de la viande.

    En revanche, après de la viande (ou bouillon, jus, graisse), on doit attendre six heures (en fonction de la cacherout respectée, certains n’attendent que trois heures) avant de consommer un laitage, heures que l’on compte à partir du moment ou le dernier aliment carné est mangé.

    Si la viande n’a été que goûtée (ni mâchée, ni avalée) il n’est pas nécessaire d’attendre (ouf ! NDLR), mais il faut se rincer la bouche avant le laitage.

    Il est aisé de comprendre que pareil régime carné/lacté influe sur la race juive. Comment reconnaître le juif ? Fastoche.

    (Bravo, Danny, tu montres que tu ne connais pas seulement littératures sadique et ultragauchiste, NDLR.)

    Commentaire par Danny — 21 octobre 2015 @ 10:32 | Répondre

    • C’est bien de plagier bêtement un site, sans même comprendre ce qu’il dit : http://www.123cacher.com/fr/manger-cacher/manger-lait-viande.html
      Je réitère donc, n’importe quel abruti peut copier-coller un article, sans même essayer de faire un petit résumé ! Et Guionnet qui tombe dans le panneau, parce qu’il peut être aussi bête et naïf que toi.
      Voici le site en question : http://www.123cacher.com/fr/manger-cacher/manger-lait-viande.html

      Tu es pathétique !

      (Et alors ? Plagiat est règle en matière de presse. Guionnet est con, c’est sûr, mais il se doutait que Danny avait envoyé copiers-collers. Il est souhaitable de sortir du plagiat, je suis d’accord avec toi, mais Bleuet me semble assez doué et novateur. Au lieu de t’acharner sur Danny, dont j’ignore qui il est, tu ferais mieux de t’intéresser à ce que raconte le frangyar Blet, NDLR.)

      Commentaire par mohatch — 21 octobre 2015 @ 11:21 | Répondre

      • Cacher 123. À quelques pas de la rue Réaumur et de la place du Caire mon bichon.

        Pas de résumé, comme tu sais si bien faire mon coco, in-extenso la copie, ou presque, toujours référencée chez moi, sauf ici. Et ce n’est pas un crime après tout. Intéressante n’est-elle pas ? Bien en phase, avec la petite touche finale assassine comme tu as sans doute pu le remarquer, et apprécier j’en suis certain.

        Ton hystérie, ton mépris, ta morgue tournés contre Danny – est-ce un hasard ? – depuis ton entrée sur le site révèle ta véritable nature d’intrigant. Qui est dupe ? Personne ici.

        Je te considère comme un agent provocateur du dernier cercle, ni plus, ni moins. Ou un paon. Donc toujours fort utile pour nous. Je t’encourage fermement à poursuivre dans cette voie.

        Le jeu des jeux sera évidemment la guerre qui se profile à l’horizon, sur d’autres terrains.

        Guionnet prétend ne pas me connaître, il dit vrai. La seule chose dont peut être sûr Guionnet : ma fidélité.

        Quant aux suppositions, divagations, spéculations sur mon identité, je laisse dire. Elles me protègent d’une certaine façon, puisqu’elles contribuent à brouiller les pistes.

        Il est 14 h 18. J’ai les idées très claires.

        Commentaire par Danny — 21 octobre 2015 @ 13:18 | Répondre

  6. La religion juive est, avant tout…

    « Une fuite éperdue devant la souillure. Pour l’éviter, Le Talmud entoure toute action de la vie d’une haie de prescriptions. Il en contient six cent treize, dont deux cent quarante-huit commandements et trois cent soixante-cinq prohibitions. Que le Juif mange ou qu’il boive, qu’il s’habille ou qu’il se lave, qu’il prie ou qu’il joue, qu’il se couche ou qu’il satisfasse aux besoins de la nature, toute action a été étudiée, discutée, retournée de mille façons dans l’esprit des rabbins, souvent de la manière la plus indiscrète, pour établir comment le Juif peut éviter toute impureté. »
    Vries de Heekelingen.

    Ainsi se dresse la race des saigneurs.

    Commentaire par Danny — 21 octobre 2015 @ 10:53 | Répondre

  7. Précision technique. Les 613 commandements ne sont pas dans le Talmud. Ils sont dans deux ouvrages : le Sefer Hahinouh d’Aaron Levi de Barcelone et dans le Sefer Hamada de Moïse Maïmonide. Il s’agit de 613 extractions de la Torah et non du Talmud.

    (Prétendu Attila, quelle imposture ! est juif. On s’y attendait, mais on ne va pas se farcir le Talmud à 62 balais, surtout qu’on a été viré d’AIU, NDLR.)

    Commentaire par Attila — 25 avril 2016 @ 16:13 | Répondre

  8. Attila n’est pas juif, il remet les choses d’aplomb.

    (Le vrai, celui d’Issy, oui, mais pas toi, imposteur, tous les goys n’ont pas lu le Talmud. Tu ne serais pas massisois par hasard ? Issy, Massy, Ivry sont liées, sauf que polytechnique se trouve à Massy, devenue ainsi place-forte de la France, Issy étant seulement bastion de Paris, NDLR.)

    Commentaire par Attila — 25 avril 2016 @ 21:24 | Répondre

  9. Mais moi le goy je l’ai lu et je ne suis pas de Massy.

    Commentaire par Attila — 26 avril 2016 @ 12:17 | Répondre


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :