Alain Guionnet – Journal Revision

10 octobre 2015

ALLEZ GALATES !

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 22:28

Allez Gelates, réveillez-vous,

Il va falloir en mettre un coup,

Allez Galates, réveillez vous,

On va au bout du monde.

Paroles de chanson inachevée. Mais c’est nous, Galates ou Galois, qui aurons le dernier mot dans le conflit de Syrie, autrefois possession française. Hollande baisse son froc devant tout le monde, mais il n’est pas représentatif de la race françoise, le Galois étant intime du Galate. Erdogan a eu tort de réveiller notre antique parenté. Renseignement a les pétoches, car ce que colporte  Revision craint. Elle a envie de dire oungvarisme à ce sujet, hongrisme  pour le feignant, mais elle ne le fait pas, car on jase françois à Issy, raremement magyar.

9 commentaires »

  1. Ton contemporain Erdoğan est né à Stamboul. Il y a donc peu de chances qu’il soit galate (région d’Ankara). Lui-même se prétend à tort d’origine géorgienne, alors que la réalité est toute autre. Il serait descendant d’une famille turque originaire de Trébizonde (métastase de l’antique Milet), sise au bord de la mer Noire. Quoi qu’il en soit, il n’est certainement pas Kelt.

    Soit dit en passant, Polybe est le premier historien à distinguer véritablement les Galates du reste des Celtes.

    (Juif saint Paul aussi, dont Epitre aux Galates est lui aussi remarquable. C’est lui qui rompit le premier avec l’excision juive, après moult hésitations, NDLR.)

    Commentaire par Bob — 11 octobre 2015 @ 09:26 | Réponse

  2. Saül était lui-même coupé, selon l’Épître aux Philippiens (3:5). Cela dit, Jérôme de Stridon et Luc, le prétendu évangéliste, ne s’accordent pas sur son lieu de naissance. Son nom viendrait du grec leukos (lumière), tandis qu’évangile est tiré du grec euangélion qui se traduit par « bonne nouvelle ». Ainsi, la lumière (Luc) apporte la bonne nouvelle ! Si ça c’est pas un message codé, je ne sais plus qui je suis !
    Officiellement, la circoncision fut abolie à l’assemblée de Jérusalem (Actes des apôtres, chap.15). Malgré cette interdiction, les chrétiens judaïsants ont continué à la pratiquer. C’est dire si Paul a eu du mal à faire respecter les décisions du « concile ».

    (Mais qui es-tu Bob ? Agent émérite de DGRI ou branleur profane curieux ? Comme branleur, tu sembles costaud. Tu réponds du tac au tac sur les questions médicales. Tu es branché sur les Galates, même si on s’aperçoit vite que tu n’as pas étudié le turc. Je n’aimerais pas être dans la peau d’Erdogan, vite balancé par un François magyarisant comme principal suspect des attentats d’Ankara. Et le Magyar devrait enseigner le vrai turk aux Turc, en laissant de côté les barbarismes permis de conduire et recommandé, NDLR.)

    Commentaire par Bob — 11 octobre 2015 @ 14:30 | Réponse

    • Je suis un branleur profane curieux, qui en sait plus en langues oghouzes que tu ne le crois !

      (Frime, frime, frime, mais tu ne possèdes pas le magyar. Tu es aussi nul que Gollnisch dans ce domaine. Laisse aux Issisois magyarisants et aux néologues juifs hongrois le soin de s’entretuer sur le coteau. Ils le feront, en tout cas Guionnet, même si le juif efféminé se défilera. On dit ouigour aux langues o’, NCDLR.)

      Commentaire par Bob — 11 octobre 2015 @ 17:30 | Réponse

      • Je me débrouille assez bien dans les tizenegy principales langues finno-ougriennes, même si je suis plus fort en angol nyelv.

        On dit oghouze ! Ce groupe de langues – parlées en Turquie, dans le Caucase, en Iran septentrionale et au Turkménistan – inclut le petchénègue, le turc moderne, l’azéri, le turkmène… Alors que les langues ouigoures – répandues en Ouzbékistan, au nord de l’Afghanistan et dans le Xinjiang chinois – englobent l’ouzbek, l’ouigour, le tchaghataï (langue du khanat de Djaghataï) et le vieux-turc, qui n’a rien à voir avec le turc actuel.

        (Tu causes tantôt de mischling, tantôt de tizenegy, ça passe comme lettre à la poste avec moi, mais pense au lecteur stupide. Tu te vantes d’être fortiche en angol nyelv, en rosbif pour le profane, mais on dit plutôt angolul en pareil cas. Tu veux frimer avec tes oungvarismes, mais onze est plus court que tizenegy. Pour une fois où le françois est plus court que le magyar, tu as raté l’occasion. Tu es Mohacs, Bob, ce que tu refuses d’avouer. Mais tout le monde le sait, à Issy comme à Levallois-Perret. Les Levalloisois sont experts dans le maniement de la gégène, et tu finiras par craquer. Tu balanceras tout le monde, ce que je ne te reprocherai pas, mais fais gaffe à l’imposture des langues finno-ougriennes. Je suis grosso modo d’accord à ce sujet avec l’affreux juif Vambéry, langues finno-ougriennes étant arnaque. Magyar est devenu chez moi presque langue vernaculaire en dépit de mes énormes lacunes. J’y vois langue turke européanisée. C’est moi le spécialiste, pas toi, Mohacsounet, NDLR.)

        Commentaire par Bob — 11 octobre 2015 @ 19:38 | Réponse

        • Bob beszél angolul. Angolul est ici adverbe, et, en l’occurence, il passe mieux qu’angol nyelv, mais je voulais te faire réagir ! Et je ne cherche pas à faire court, mais à t’impressionner !
          Vambéry est le premier Européen à avoir parcouru Közép-Ázsia de long en large. Il savait de quoi il parlait ! Il prétendait que le Turk et le Magyar formait un même peuple vivant jadis Kuzey Asya’da.

          Tu me fais chier avec ton Mohacs ou Mohacsounet ! Non, je ne suis pas lui, mais si le fait de faire semblant de jouer le jeu de ta paranoïa, tu arrêteras de me casser les couilles avec ça, alors oui, je le suis !

          (Tu bafouilles, ta dernière phrase est incomplète. Tu beszéles angolul, on a compris. Mais il y a de nombreux malheureux comme toi en France. Vambéry européen ? A mon avis, non, un juif ne pouvant pas être européen, y compris Hollande. Quand je t’appelle Mohacsounet je suis gentil avec toi, je n’appelle pas tout le monde Petit Mohacs. Je ne vais quand même pas dire Grand Mohacs, ou Gall Mohacs, locution pour toi incompréhensible, car tu n’as pas de sang bretoc, contrairement à moi. Admettons Közép Azsia, mais l’inessif en s’impose. C’est en Asie Centrale que sont nés Hunor et Magor, ce que tout le monde sait depuis longtemps, NDLR.)

          Commentaire par Récence — 12 octobre 2015 @ 08:44 | Réponse

          • C’est une mauvaise habitude chez toi de faire dire aux gens ce qu’ils ne disent pas ! Où ai-je dit que Vambéry était Européen (de souche) ? C’est d’ailleurs lui à que tu devrais reproché d’être incomplet !
            Les Magyars viennent de l’Ouest de l’Oural et de la Volga et se sont installées dans le Bassin des Carpates à la fin du 9e siècle où ils se sont mélangés avec quelques tribus avares, slaves et même franques. Chemin faisant, ils sont entrés en contact avec les khazars (turcs). Ethniquement, ils ne forment pas une nation homogène. Quant à l’origine de leur langue, deux thèses s’affrontent : parenté avec le turk (langues altaïques), ou avec le finnois (langues ouraliennes).

            Quoiqu’il en soit, toutes ces langues ont ceci en commun qu’elles sont dites incorporantes – en gros, les mots pouvant être aussi longs que des phrases -, et agglutinantes (les mots se forment à partir d’une racine lexicale qui porte le sens principal, et à laquelle on peut ajouter un certain nombre d’affixes, qui donnent des indications d’ordre grammatical) d’où leur regroupement en une seule famille ouralo-altaïque.
            Il doit forcément y avoir d’autres points communs…

            (Historiens hongrois parlent des Celtes, pas des Francs, qui auraient peuplé la Pannonie avant l’arrivée des Mogers ou Mogors. Hongrie fut plus tard possession françoise, de la branche napolitaine des ducs d’Anjou, qui ont laissé la double croix comme trace de leur passage. Le Magyar agglutine moins que le turc et est paresseux. Dès qu’un mot atteint six syllabes, il flanque un trait d’union. Anticonstitutionnellement est inimaginable en hongrois, bien que ce mot soit produit d’agglutination, car on agglutine aussi en français. Moins qu’en boche, c’est vrai. On peut d’ailleurs voir dans le teuton langue agglutinante, comme l’a fait le juif d’origine hongroise Hilberg. On parle peu d’affixes en grammaire hongroise, bien qu’il y en ait quelques-uns. Tu vois dans le magyar montagne, moi pas. J’ai parlé cet idiome pendant plus d’un an, j’ai acquis automatismes et suis le premier à douter de la grandeur du Magyar, comme de celle du Galois, note la présence de g dans ces deux noms, NDLR.)

            Commentaire par Récence — 12 octobre 2015 @ 15:34 | Réponse

  3. Jésus était galate et non pas un youtron. Jésus = Iesous est un nom grec qui veut dire guérisseuren mythologie grecque.

    (Jésus était vraisemblablement vigneron galate, d’où son succès en France, pays qui n’est pas tombé dans le piège de la réforme, même si l’extermination des huguenots fut regrettable. Il ne manquait plus que toi, le Floridois, au club. Mais note que Revision s’appuie uniquement sur ton Etat et sur Massy, c’est maigre, NDLR.)

    Commentaire par Johannes Schmidt — 13 octobre 2015 @ 13:57 | Réponse

    • Vous semblez oublier que Iēsoûs est lui-même tiré de l’hébreu Yehoshua. La mauvaise traduction qu’a proposée Schmidt s’inspire de celle en vigueur chez les premiers Galates convertis au christianisme (guérisseur spirituel). D’ailleurs, c’était un prénom très courant en Palestine. Ainsi, 4.1% des mâles juifs le portaient.

      Cette thèse s’appuie sur les élucubrations du Marquis de la Franquerie, dont voici un extrait :

      « Plusieurs tribus d’Israël étaient établies dans le pays de GALAAD et, au temps du Christ cette région s’appelait aussi GAULONITIS. Il convient de rapprocher ce nom de région de Galates et Galli ou Gaulois qui finit par être donné aux habitants de la Gaule une fois que ses habitants s’y furent installés. »

      Pour votre information, ce type n’était pas fiable. Il croyait dur comme fer au canular de Taxil, et, pourtant, Dieu sait que j’aurais aimé que ce n’en fût pas un.

      Inutile de préciser qu’il n’y a aucune preuve de ce qu’il avance ! Naturellement, une origine celte arrangerait bien les nationalistes encore attachés au christianisme !

      (Hé ! le Floridois, c’est à toi de répondre, pas à moi. Tu es attaqué à coups d’obus d’artillerie lourde, défends-toi. Pfister ou peut-être Mohacs a fauté en écrivant Dieu sait que j’aurais aimé que ce n’en fût pas un, membre de phrase difficilement compréhensible. A toi de démontrer, John, que physique et philosophie forment une seule et même science, NDLR.

      Commentaire par Récence — 13 octobre 2015 @ 18:48 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :