Alain Guionnet – Journal Revision

31 octobre 2015

DESILLUSION

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 14:25

Nous avons considéré les propos de Nétanyahou avec retard, en nous doutant qu’ils furent largement condamnés, car même le premier ministre israélien doit se plier aux exigences de la cruelle loi mémorielle. Son accusation du grand mufti de Jérusalem ne tient pas, même s’il a intrigué contre les juifs en 1920, 1921 et 1929. Même s’il a rencontré Hitler en 1941, tandis qu’aucune trace de l’entretien n’a été conservée.

Dans le Times of Israel, Nétanyahou a fait un pas en arrière, mais il n’a pas tout lâché. L’instrument de mise à mort des juifs n’était pas selon lui la chambre à gaz mais le feu de l’holocauste. Il persiste et signe, c’est le grand mufti qui aurait convaincu Hitler d’anéantir les juifs. C’est là mal connaître Hitler, qui n’en faisait qu’à sa tête. Quand il déclara le juif apte au travail, il lui délivra sauf-conduit, car son armée et sa police n’étaient pas autorisées à tuer des travailleurs, même forçats, quand l’effort de guerre était prioritaire. Hitler ne changea pas d’avis jusqu’à sa mort.

Quant à la solution finale de la question juive, quel euphémisme ! elle est maintes fois avérée, elle consistait dans leur expulsion sans possibilité de retour. En théorie, car Hitler n’avait pas prévu ses défaites militaires sur le front soviétique.

Il n’est pas exclu que Nétanyahou ait d’obscures arrière-pensées, comme accélérer l’expulsion desdits Arabes musulmans du futur Grand Israël, comme a tenté de le faire Hitler avec les juifs et de nombreux Slaves pendant sa guerre coloniale.

Toujours est-il que le projet de camp de concentration pour holocauseurs et criminels étrangers semble condamné. Les plumitifs d’Holocauste se sont déchaînés, ils ont récité leur leçon mal apprise. Encore et toujours les mêmes bobards. Plus le mensonge est gros, plus les escrocs s’y accrochent. Mais les déclarations de Nétanyahou auront  une suite. Laquelle ? Nous ne savons pas.

Faurisson et Reynouard se déballonnent. Ils ne veulent pas admettre que le premier ministre israélien soutient subrepticement thèses révisotes, mais nous emmerdons ces étrangers. Quand l’Issisois est invité à la caisse, il y va. Mais étrangers Reynouard et Faurisson en veulent plus, quelle exagération ! Le boulot du Galois est d’enfiler poules, il est content comme ça. Problème de Reynouard et Faurisson, ils pètent plus haut que leur cul.

30 octobre 2015

REVISOS FRAMBOCHES

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 10:37

Révisos français sont souvent franco-boches. Guillaume et Guionnet auraient même origine, Wilhelm. Mais Guionnet est fier d’être métis bretok.

On en a bavé pendant la guerre. Certes, les soldats de Daladier et Mandel furent détenus de façon convenable, mais cela n’a pas suffi pour ôter hostilité pour le boche, ce barbare.

Il y a plein de boches chez les révisos, comme Ours, libraire, ou comme Dreschmann, ancien libraire de Licorne Bleue, peu boche en réalité, Dreschmann étant fils de légion étrangère. Sans parler de Theil ou Schleiter, nom du mari d’une des sœurs de Faurisson, qui se tient sagement en retrait. Liste incomplète, Strasbourg étant colonie révisote. Il y a même des monstres, comme Pfister, d’origine strasbourgote, heureusement exterminé de la secte. Quant au bon juif de Revision, il s’appelle Halbronn. Et Halbronn sonne mieux que Trierweiler

Fais gaffe, Nétanyahou, si on envoie légion étrangère te combattre, ça va saigner, tu n’auras pas affaire aux palestinoques avec leurs cailloux et leurs canifs.

Il est préférable de ménager les révisos framboches. C’est peut-être ce que tu as voulu faire, Nétanyahou. Tu te rappelles des années soixante, quand Israël était allié d’OAS. BB France se montre d’ailleurs indulgent avec Génération identitaire du réviso repenti Fabrice Robert, reconverti dans l’anti-islamisme, tandis qu’Israël s’entend parfois avec le plus célèbre réviso palestinoque Mahmout Abbas. Revision écrit machinalement Mahmout, en turc, au lieu de Mahmoud. Comme Mehmet, au lieu de Mohammed, car Israël se trouve dans l’ancien empire Ottoman dont il ne subsiste rien, sinon sans doute quelques patronymes et appellations topographiques.

D’autre part, Nétanyahou se doute du résultat des élections législatives du premier novembre en Turquie : Erdogan perdra sa majorité absolue. Surtout qu’il a commis une erreur en commanditant les deux attentats à la bombe d’Ankara ayant fait plus de cent morts. Erdogan accuse État Islamique, mais tout le monde sait que c’est faux, à commencer par Israël, qui perdra un de ses caniches dans la région.

Il y aura fatalement redistribution des cartes, surtout depuis qu’ours russe est entré dans la danse. Peut-être une des raisons pour lesquelles Nétanyahou a reculé sur un front secondaire.

CONSEIL DE SAGES

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 07:46

Tandis que tout le monde complote, que Charkeuzy se fait passer pour sataniste afin de cacher qu’il est juif, que le monstre est reçu à grandes pompes à Moscou par Poutine, sages goys délibèrent. À savoir Thion et Guionnet, qui ne sont pas de même race, bien que tous deux issisois.

Quand vous voyez écrit th dans un patronyme, comme Clothilde, Theil ou Thion, vous pouvez vous douter qu’il est d’origine boche ou franque. Pour Theil, c’est réglé, non seulement son nom est germanique, mais il est pire qu’un boche. Thion ne sait pas en revanche s’il est d’origine boche, mais il jase comme le barbare, il répond aux questions contrairement à Faurisson.

Thion est fâché avec Issy. Mais nous sommes 300 bretocs dans la vergne, nous ne pouvons quasiment rien faire. 300 bretocs contre 3 000 armingos, il n’y a pas photo. Thion se souvient des bretocs qui sortaient autrefois de leur plum à pied pour participer aux moissons, en Beauce. C’est faux, car ils venaient en autocar.

Les révisos sont menteurs, c’est connu. Thion feint de ne pas comprendre ritalingue, mais Issy est villa ritalingue selon l’abbé Lebeuf, qui a noté les noms de défunts sur quelques sépultures il y a près de mille ans. Ils portaient noms latins.

Détails, question étant de savoir comment appeler lesdits Palestiniens, mot tiré du latin. Ottomans semble aller de soi, car ils furent sujets de l’empire jusqu’en 1918, puis placés sous mandat de la couronne britannique. Mais avant ils furent syriens, ce qui leur confère semblant d’histoire.

Thion semble ignorer que y se prononçait u en ancien grec. Ce sont les barbares françois, suivis de leur caniche engluche et de leur toutou magyar, qui ont transformé u grec en i. François ont commis crime de la pensée, nous l’avouons. Le Magyar fut le plus rusé, il a su mieux exploiter y que le François et l’engluche.

Bref, les sages goys sont plutôt partisans d’appeler lesdits Palestiniens syriens. On parla jadis des empires d’Assur et de Babylone. Puis d’Assyrie, dont Syrie est abréviation. Comme syriaque, nom donné aux chrétiens du Proche-Orient. Traditionalistes, ils s’appellent parfois encore assyro-chaldéens. Ceux de l’empire Ottoman ont souffert pendant la première guerre mondiale, car ils furent persécutés au même titre que les chrétiens arméniens. La moitié d’entre eux (200 000 sur 400 000) auraient disparu. Les assyro-chaldéens sont maintenant beaucoup plus nombreux en France qu’en Turquie.

En Assyrie, on distinguait de nombreux peuples et régions près du littoral méditerranéen, comme la forêt des Cèdres au Liban. De telle sorte que syrien fait figure de nom générique pour désigner lesdits palestiniens, même si les ancêtres bédouins de certains habitants d’Israël n’étaient pas assyriens. Ni ceux d’origine galate ou ayant un ancêtre croisé, ces derniers étant métis.

Quand les prétendus maîtres du monde décidèrent il y  cinq ans de renverser le régime syrien, fustigé par Israël parce que laïque, quand ils provoquèrent et soutinrent insurrection armée aux couleurs de l’islam de rit sunnite, pour la plus grande joie d’Erdogan, ils avaient fait le rapprochement entre Syrie et Assyrie. Ils voulaient en même temps combattre ce qu’il subsiste d’influence française au Proche-Orient.

Contre l’avis des Français, parfois d’origine hongroise, ayant vécu quelques années en Syrie. Presque tous ont gardé bon souvenir de leur séjour. Bien sûr, police politique était omniprésente, comme partout, mais consigne lui avait été donnée de ne pas emmerder les Français, dont les archéologues ont mis au jour la déesse de Mari, avec son sourire éclatant.

Quand on ne dispose pas de force des armes, la meilleure opposition est culturelle. Dites-vous syriens, palestinoques, vous glisserez là peau de banane sous les pieds de Yisraêl.

28 octobre 2015

QUI EN CAMP DE CONCENTRATION ?

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 19:54

Anticipons. Nétanyahou ayant établi qu’Hitler n’a jamais voulu qu’expulser les juifs, tous les personnages publics ayant prétendu le contraire seront internés en camp de concentration. On y trouvera François Hollande, coupable d’avoir autrefois outragé Aigle Noir, Jack Lang et Pierre Nora, dont jase actuellement le commissaire aux questions juives Robert Faurisson. Ou encore Dominique Strauss-Kahn, qui ne sera pas détenu pour holocauserie, mais comme criminel.

Aucun antijudaïsme là-dedans. Seul Nora est juif arabe, Hollande n’étant pas juif officiellement, tandis que Lang, franc-maçon bidon, est de race indéterminée.

On parlera bientôt des CC, où se trouveront holocauseurs et criminels étrangers, tziganes, coupés musulmans notamment, tandis que les criminels françois continueront d’être emprisonnés. Nous ne prétendrons pas rivaliser avec Auschwitz (un SS pour 50 emmatés, inmates disent les engluches), un maton pour 20 taulards nous semble idéal. Nous installerons infirmeries dans les camps, mais pas d’hôpital moderne comme à Auschwitz. Un menu pour diabétiques est prévu, mais tout le monde devra manger du cochon le cas échéant.

Le travail sera forcé, sauf que sa productivité sera, nous l’espérons, supérieure à celle d’Auschwitz. Pour les déportés s’entend, car Auschwitz fut important complexe industriel avec ses ingénieurs et ouvriers libres.

Les détenus pourront cantiner avec leur pécule. Ouverture de bordels, comme à Auschwitz, est prévue, mais pas le régime spécial dont a bénéficié Léon Blum à Buchenwald.

Pédés, francs-maçons, « chercheurs bibliques » (souvent témoins de Jéhovah) ne seront pas internés. Ni même les juifs. Pas seulement les non-talmudistes, mais tous ceux ne faisant pas de vague. Dans la société, toute excision sexuelle sera interdite et les contrevenants fileront droit en CC, comme criminels.

Gestion des camps sera affaire de spécialistes, qui n’entendront Faurisson que d’une oreille. À l’écouter, la majeure partie de la caste politico-médiatique de France devrait se trouver en CC, mais nous sommes plus indulgents que lui, métis scotuche droit dans son Gott. Ou dans son point G, vieille histoire.

Près de 150 vues quotidiennes de Revision, c’est minable. À vous, lecteur, de compléter la liste des gens à interner.

Un fils de tortue a proposé d’y conduire teub-ira. Non, car la guenon ne s’est pas illustrée par ses holocauseries, elle pourra librement exercer son métier de coiffeuse. Salope Valérie Igounet sera elle aussi épargnée en sa qualité de fonctionnaire stupide. Presque tous les officiers SS disaient, après guerre, qu’ils n’avaient fait qu’obéir aux ordres, argu souvent jugé irrecevable, mais nous l’admettons pour Igounet, qui n’a diffamé ni Rassinier ni Guionnet.

Igounet n’a pas peur de Guionnet, son alter ego patronymique, car elle sait qu’il ne la brutalisera pas. Elle jugea en revanche Guionnet culotté quand il prétendit que des détenus juifs furent auxiliaires des armées du Reich pendant la campagne de Russie à l’Institut supérieur de gestion. Elle a presque rougi, histoire d’amour et de haine. Quant à la Taubira, elle ne casse pas les batoches de Guionnet. Sous Charkeuzy, Guionnet fut cambriolé deux fois par DGSI, appelée à l’époque DCRI. Sous Hollande et Taubira, nada, pardon pour cet espingouisme. Et vous connaissez beaucoup de megs qui proposent de créer camps de concentration en Europe ?

Le pire avec Guionnet, juge Igounet, c’est qu’il est sérieux.

Succès du papier commence à apparaître, mais qui allons-nous conduire en camp de concentration ? sages goys ont besoin d’un plan.

Les époux Serge et Beate Klarsfeld viennent d’être ajoutés à la liste. Un juif, une goye, décision nullement suspecte de discrimination raciale. Bernard-Henri Lévy aussi, de mère goye. Et Bernard Kouchner, de mère goye, qui aurait autrefois tenté de donner coup de pied aux couilles d’Aigle Noir place de la Sorbonne, selon son archisupost. Car tout finit par se payer.

Le cas des juifs staliniens est singulier. Ils furent assez nombreux après-guerre en France. Certains restèrent au Parti communiste pour le maintenir sous contrôle ou pour s’assurer des débouchés professionnels, par exemple à l’université. Mais aucun juif ne pouvait plus raisonnablement être stalinien après 1948, année de la dissolution du Comité antifasciste juif. Ils étaient d’ailleurs peu nombreux en Union Soviétique, à l’exception des prétendus juifs staliniens qui auraient participé au complot des blouses blanches. Or Kouchner fut longtemps juif stalinien, membre de l’Union des étudiants communistes dans les années soixante, et en même temps blouse blanche.

Jorge Semprun aussi aura sa place, à cause de sa haine pour Rassinier, mais il ne faudra surtout pas l’interner dans le même bloc que Kouchner.

Alain Jalubowicz sera bien sûr lui aussi invité. Le maton qui s’en occupera sera Joël Bouard, peut-être d’ascendance juive comme Reynouard. Ils seront contents tous les deux de leur nouveau boulot. Le premier est agrégé de mathématique, le second ingénieur chimiste.

Il y aura juifs dans l’administration, comme Rita Mitsouko, la pimbêche de Suresnes, qui fouillera au corps Beate Klarsfeld. Mais ne rêvons pas, car le camp n’est pas encore construit.

NETANYAHOU REVISIONNISTE ?

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 04:13

Haaretz titre : « Nétanyahou : Hitler ne voulait pas exterminer les juifs ». Le papier ne contient que quelques lignes avant la séquence filmée de l’allocution de Nétanyahou. Les voici : « Le premier ministre dit au Congrès sioniste mondial qu’Hitler voulait seulement expulser les juifs, mais le grand mufti de Jérusalem le convainquit de les exterminer, un argument qui avait été rejeté par la plupart des spécialistes reconnus de l’Holocauste. »

Pour le mufti, les choses étaient claires. Si Hitler persiste  à expulser les juifs, ils vont rappliquer au Proche-Orient. « Brûlez-les ! » aurait-il enjoint à Hitler, qui aurait fini par suivre son conseil, croit-on deviner.

Tout ça est roman ou pipeau, mais les révisos bénéficient d’un nouveau soutien inattendu quand ils affirment que Hitler n’a jamais voulu qu’expulser les juifs. Ou les bannir, mot d’origine franque, les jeter hors du ban, verbe encore en usage juridique au dix-huitième siècle. Ou encore les exterminer, en latin, les rejeter au-delà des frontières (terminus).

Vient ensuite le feu, qui frappe les esprits et fait plus peur qu’un gaz homicide. D’où le succès d’Holocauste, mot tiré d’Ancien Testament, qui signifie brûler un corps tout entier.

L’objectif de Nétanyahou était de mobiliser les sionistes, car Israël combattrait son pire ennemi, l’Arabe musulman, cette lie de l’humanité selon Nordau. Mais il dispose peut-être d’informations secrètes, sur la remise en cause de la loi mémorielle dans plusieurs pays d’Europe, par exemple. Car il n’y en a qu’une en réalité, qui dépasse de loin toutes les autres, souvent déclarations d’intention. Aussi Nétanyahou a peut-être voulu prendre les devants.

Va donc pour la volonté de Hitler d’expulser les juifs, ce qui ne se fait pas sans casse en temps de guerre. Surtout quand il s’agit d’une population, avec enfants, femmes, vieillards, qu’il faut nourrir et dont il s’agit de se préoccuper de l’état de santé dans la mesure du possible.

Nétanyahou n’est pas révisionniste, mais il vient d’opérer sérieux repli.

Faurisson n’en a pas parlé sur son blog, mais il a réagi mardi 22 octobre. Comme toujours, Fofo ramène tout à son nombril, qu’il croit centre de l’univers. Il appelle Benyamin Bibi, comme lui, appelé Fofo, surnom que Revision n’a pas inventé, comme quasiment rien. Sauf peut-être le révisionnisme pour les nuls selon Mohacsounet.

C’est le NSA qui vient secourir Revision en matière d’information. Il sait que la revue livre combat désespéré à DGSI. Il faut lui donner nonos à ronger, même si elle est sans dents comme dit élégamment Hollande. Sinon elle va s’avachir, sa menace de prendre sa retraite étant prise au sérieux.

Revision se trouve en bonne place dans l’organigramme du NSA. Supprimez-la, renseignement amerloque sera paumé. Provisoirement, bien sûr, mais toute action appelle réaction, et l’opposition entre révisionnistes français est à alimenter dans l’intérêt supérieur de l’aigle amerloque. Opinion que Revision ne partage pas.

Nétanyahou reprend d’ailleurs l’expression de Guionnet, qui juge que Hitler voulait expulser, expel, les juifs très loin sans possibilité de retour. Et il sait peut-être, sinon lui, certains de ses conseillers, que les révisos sont divisés entre eux en France. Les brailleurs Dieudonné et Soral, qui ne sont pas révisos à proprement parler, clament leur antisionisme, ce qu’ils supposent judicieux pour assurer leur succès. Faurisson a quant à lui versé des larmes sur le sort desdits Palestiniens, principales victimes du mythe holocaustique, ainsi que le peuple allemand. Toujours cette prétention de se mêler de politique étrangère.

Les malheureux syriens sont persécutés, certes, mais ils ne sont pas les seuls, tandis qu’il est hors de question pour nous de préférer islam au judaïsme, ces deux superstitions ayant même souche, d’où notre antisionisme modéré. Or, dès l’instant où les révisos ne sont pas forcément propalestinoques, cela change beaucoup de choses. Il est possible de leur concéder que Hitler n’a jamais voulu qu’expulser les juifs, ce que tout le monde sait, ça les calmera. Ils continueront de taper à l’occasion sur Israël, mais leurs fléchettes ne seront pas dangereuses.

Cela dit, en supposant que Nétanyahou ne soit pas stupide, ce qui reste à prouver.

Jeudi 29 octobre, 21 heures, 7 visites d’Israël, un record. Des Israéliens s’interrogent sur les répercussions qu’auront les propos de leur premier ministre. Faurisson a mille fois assuré que quand le mythe holocaustique s’écroulera, la situation des Palestiniens s’améliorera, que c’est pour eux la meilleure arme pour combattre Israël. Faux, à notre avis. C’est plutôt bénéfique pour le boche, qui n’en reste pas moins barbare. Et Nétanyahou a peut-être voulu séduire truie Merkel.

Truie Merkel n’est pas invention de Revision, cette expression étant répandue en bochie, car elle ne se remettra pas d’avoir ouvert ses bras aux coupés musulmans dont l’invasion est et sera catastrophique.

Les répercussions prévisibles seront mineures, comme en est persuadé le Shin Beth. Réparations ne seront pas versées aux révisos injustement emprisonnés en France, mais surtout en Germanie, quel dommage ! Israël surmontera les incidents, comme l’intifada au couteau. Il poursuivra sa politique discriminatoire et d’expulsion desdits Arabes, tantôt bédouins, tantôt druzes, etc., car il y a multitude de peuples dits palestiniens dont la plupart ne sont pas d’origine arabe. Ils furent réunis par l’empire Ottoman et n’ont quasiment pas d’histoire, comme les juifs.

Hitler n’a pas voulu liquider les juifs, mais les expulser, la belle affaire ! Tu sais, israéloque, que Shlomo Sand et Alain Guionnet sont presque potes. Raison pour laquelle tu t’intéresses aux racontars de ce dernier plutôt qu’à ceux de Faurisson. Volonté de Hitler d’expulser les juifs est indiscutable, point barre. Occupe-toi plutôt d’exterminer les nationalistes religieux juifs, ces fouteurs de merde. C’est eux qui tuent délibérément des enfants palestinoques selon plusieurs témoignages. Fais semblant d’être civilisé.

20 octobre 2015

BRAVO STEPHANE BLET !

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 08:41

Stéphane, comprenez Étienne, est  frangyar d’adoption. Ce génial pianiste né en 1969 à Paris adore Franz Liszt, plus célèbre artiste frangyar, plus subtil que Wagner à notre avis. Je dis nous, car je jase d’Attila, Jacques et moi.

Il devint frangin car c’est pratiquement obligé pour les artistes, les journalistes d’investigation, les officiers supérieurs d’armée et de police, comme pour les magistrats hors classe. Et Blet crache sur la Veuve, ce qui indispose ses nombreux ordres en France, qui se font guerre entre eux. Pote de Blanrue, Blet cause frangyar, lisez-le sur le blog du prétendu venisois.

Ce qu’il dit sonne vrai. Blet nous apprend des trucs, même si ce qu’il raconte sur le point G n’est pas clair. Le papier de Blet date du 5 octobre, nous sommes le 20. Blanrue a uniquement publié une boutade depuis, le 8 octobre, espérons que le F∴ n’a pas été tué, car si tous les mal-pensants crèvent, Guionnet prendra sa retraite accélérée. Mais il semble que non, Blanrue serait au turbin ; pardon, au tournage.

Conseillons-lui, en préambule du documentaire, un bref rappel sur les francs-maçonneries opératrice et spéculatrice, on trouve plein d’images dans les églises et cathédrales pour l’illustrer. Ensuite, les FF∴ spéculateurs du dix-huitième siècle n’étaient pas tous crapules ou idiots, comme le duc d’Orléans. Allusion de la conquête de Versailles par la Veuve s’impose, surtout que Blanrue se ferait passer pour monarchiste selon Soral, tandis que quelques citations de Benjamin Franklin, des Neuf Sœurs, sont souhaitables, car les traditions antijuives d’une partie de la Veuve sont à évoquer.

Blanrue peut ensuite franchir les siècles, car les agapes des FF∴ militaires sous Napoléon ne sont pas passionnantes, pas plus que la multiplication des rits, spécialité française. Blanrue pourra directement jaser d’histoire des dizaines dernières années, en citant le juif Alain Bauer, qui vaut le détour, car initié en renseignement. Il peut aussi passer extrait d’« Engrenages », série policière. Il y en a un excellent.

Le guide a cherché à appeler Blet hui, mais n’y est pas parvenu. Il est tombé sur l’aimable femme du boulanger Stéphane Blet de Saint-Nazaire, mais l’idiot ne lui a pas demandé l’origine de son nom. Il est possible que Stéphane Blet soye de race françoise.

Nous sommes tentés d’appeler Blet Bleuet. Le gars est frangyar, c’est presque certain. Il s’est nommé Tau Ferenc, comprenez T François, comme François Liszt, Ferenc Liszt en magyar, Franz en boche, langue ayant prédominé, tandis que le Magyar adore le t, pour lui reine des consonnes sans qu’on sache pourquoi. Même si le culte du T du Magyar est peut-être lié à son adoration de la double croix des ducs d’Anjou.

C’est interprétation psychologique, science douteuse. Mais si Blanrue, constamment dénigré par le frangyar d’Issy, est soutenu par un artiste frangyar, cela change la donne, et on comprend que Veuve pisse et chie dans sa culotte.

Il semble se confirmer que Le Gallou n’est pas F∴, mais tête d’œuf, surtout qu’il est chauve, amateur de littérature, ce qui est rare chez les synarques. (Pardon, chez les énarques.)  Blanrue commence à avoir cheveux blancs. Fais attention, ça va vite. Les deux anciens dessinateurs de Revision ont cheveux blancs, mais beaucoup moins le guide. Conseil, fais du vélo, bien que ce soit dangereux, surtout pour un novice.

FF∴ accusent Bleuet de voir dans la Veuve « lobby sioniste déguisé », il n’a pas tort. Blet se serait d’abord révolté à cause des excuses scandaleuses présentées à Israël par le PDG d’Orange Richard Stéphane il y a quelques mois. Mais c’est de la faute à l’État, qui détient 15 % de son capital. Ajoutons qu’Orange est à ce point asservie que la société menacerait Revision pour ses propos indélicats à la suite de « nombreuses plaintes ». Voyez comment marche le pressurage juif. D’abord, Guionnet fut menacé de mort, souvent par des juifs arabes, puis condamné par la justice, il serait maintenant attaqué par sociétés privées, ou presque.

Documentaire de Blanrue risque d’être réussi. Il y aura autre figure de la Veuve, Benoit Laigre alias Jean Solis, mais pas le profane Guionnet, prêt à navrer des frangins place de Grève. Propos rase-bitume, mais qui aura eu influence sur le tournage du documentaire, car Blanrue est plagiaire. Le guide a soutenu Faurisson en 1986, Blanrue en 2009. Il a commencé à cracher sur les tabliers et à se taper le fonds maçonnique en 1991, Blanrue l’imite en 2015. Le F∴ est en outre goujat, car il nous casse les oreilles avec 20 minutes d’un morceau du F∴ Mozart. Mais c’est Liszt qui s’impose pour rouler les tabliers dans la farine.

« Jeu de mots du guide, précise Jacques Moulin, car liszst signifie farine. J’ai mis longtemps à comprendre que s s’écrit sz en hongrois et Liszt m’y a aidé, car c’est le seul patronyme hongrois avec s qu’on prononce correctement. Personnellement, j’aime bien “Le château de Barbe Bleue” de Béla Bartók, car il est hanté et la mort suinte de partout. Mais fais attention, m’ont dit Alain et Attila, l’engagement politique du compositeur est douteux, tandis qu’il fut entretenu par un mécène juif américain à la fin de sa vie. Ils parlent toujours d’amerloque, il n’y a qu’à moi qu’ils disent américain, ils se mettent à ma portée. »

Trêve de balivernes, Blet est costaud car il jase d’abord de la sinistre loi Fabius-Gayssot, qui interdit histoire et tout art. Ce n’est pas à Jacquot qu’on va expliquer pourquoi, car ce serait trop long. Fabius-Gayssot est locution du pape que Revision a reprise sans hésiter, mais on aurait pu jaser de loi Sarre-Fabius-Gayssot, car le juif Georges Sarre fut à l’origine du projet de loi. Puis il y eut chantage. Juifs du Parti socialiste ont intimé l’ordre au Parti communiste, qui se cassait la gueule, de chapeauter le projet de loi. En échange, ils lui proposaient maintien de son groupe parlementaire à Assemblée nationale (20 députés ou plus). Les apparatchiks ont cédé. Au nom de l’alliance des communistes et des gaullistes de 1945, et parce qu’ils étaient avant tout préoccupés par leur carrière. Après l’opération Carpentras diligentée par la DPSD, renseignement militaire.

Tout ça est connu, mais c’est bien de le remembrer. On peut qualifier cette loi de sinistre, sans haine pour le gaucher, d’inique, de cruelle, de scélérate, etc. Et pourquoi le Magyar marche-t-il toujours à droite de la femme sur le trottoir, selon vous ?

Pause, essayez de trouver la réponse avant de lire la suite. Nantois Danny se vante d’avoir été deuxième à un jeu amusant et instructif de questions-réponses de Revision, mais celle-là est bonne. Réfléchissez…

L’oungvarois marche à droite de la femme pour sortir son épée, anciennement son sabre, en cas de danger, car il est souvent droitier. Il n’y a pas de différence raciale entre lui et le François sur ce plan, même si son allergie au lait est plus forte que celle du François, comme vient de le confirmer une tortue.

Revision n’a pas vocation de commenter l’actualité, mais de l’augmenter. Elle voit en Blet « jeune » pousse que monstre Blanrue ne doit surtout pas flétrir. Bleuet adore les jeux de mots,  comme le Magyar et le frangyar, qui a d’énormes difficultés à les comprendre en hongrois. En revanche, le frangyar remonte les bretelles de Blet. Pour toi, fâchisme et fascisme c’est pareil, simple homophonie, et tu y vas fort avec ta « quéquette du Graal », aucun étranger ne te comprendra. Laisse le zizi à Revision, c’est sa spécialité, sans vouloir insulter le curé de Camaret.

Jacques Moulin tient à préciser :  « Le guide n’attaque pas les Bretons. Il se fiche de savoir si les couilles du curé de Camaret pendent et si elles lui entrent dans le cul. Il est de niveau supérieur. » Quéquete du Graal est cependant à citer dans le documentaire. Les juifs frappent au-dessous du niveau de la ceinture, pourquoi pas nous ?

Bleuet dénonce la « puissance maçonnique » dont se sont vantés les FF∴ en 2002, puis les « méandres kabbalistiques » . Il sait qu’Académie française a tranché : on écrit cabale, mais les FF∴ écrivent kabbale, transcription de l’araméen. L’étude de la cabale est réservée en théorie aux hauts grades, ce que savent les petits atteints de cordonnite, qui se penchent sur le « Livre de la splendeur » dans l’espoir de gagner du galon. Souvent, les goys ne comprennent rien, contrairement aux juifs à l’esprit reptilien. Presque tout le monde le sait. Bleuet a raison de se moquer.

Au passage, signalons que Mohács est vraisemblablement juif réformé, comme il l’avoue. Il n’en a rien à foutre de l’armée, mais est entré à Polytechnique pour emmerder Revision avec ses commentaires. Il prétend que l’antique langue juive était l’hébreu. Non, à notre avis c’était l’araméen. Et Mohács refuse de répondre à la question du point G, chère aux FF∴, parce que d’inspiration cabalistique.

Il existait jadis deux grands systèmes de numération, à base 6, dit duodécimal ou sexagésimal, à base 10, dit décimal. Avant que le cloporte juif ne foutît le bordel avec son culte du 7. Maintenant trois, avec le système à base deux dit binaire de l’informatique, après que celui à base 3 dit ternaire de l’informatique soviétique eut été abandonné. Toujours est-il que le point G est sacré pour le F∴ pour deux raisons, car G ressemble à 6 et parce qu’il est septième lettre de l’alphabet, Faurisson étant 6, Guionnet 7, Hitler 8.

À votre avis, où se trouve le juste milieu ? Faurisson et Hitler sont antijuifs excessifs, Guionnet antijuif modéré. Et tortue néologue juive ne répond pas, car elle sait que tout ça est vrai. Elle fait en ce moment sa danse de la carapace pour séduire le guide, mais il n’a pas envie de sauter une tortue, même après avoir été drogué au Viagra.

Point G vaginal érogène est foutaise, tout le monde le sait, c’est diversion judéo-maçonnique. Pour le F∴, le profane est stupide car inaccessible à la lumière ; pour le juif, le goy est bétail.

Point G maçonnique renverrait à god, hypothèse possible, mais on dit Gott en issisois, idiome dont les locuteurs feignent d’avoir connaissances des langues indo-germaniques. Sans jaser du godmichet, et tralali et tralalère.

Algorithmes de Google sont foireux. Au point qu’arrivent en tête sur G maçonnique blogs de semi analphabètes se copiant les uns les autres, jumelant parfois symbolismes maçonnique et satanique. Dans ce fouillis, il est question de G septième lettre de l’alphabet, mais sans dire pourquoi. À ce sujet, les juifs ont voué culte au 7, mais ils n’ont rien inventé, car les esclaves du despotisme proche-oriental étaient exemptés de travail un jour sur sept, tandis que Revision est la première, à notre connaissance, à remarquer la similitude des graphies 6 et G.

Bleuet abuse enfin des mots écrits en capitales, quelle horreur ! Ce truc revient à prendre le lecteur pour un con. Il traite aussi Blanrue de « Frère Vengeur », bravo ! Même si erreur d’interprétation est possible. Que Blet  impose quelques extraits de François Liszt dans le documentaire, surtout pas de Mozart, et du « Château de Barbe Bleue », car cet opéra morbide cadre parfaitement avec la politique de la Veuve.

Révèle au monde ébahi que l’inspiration du film est en partie frangyare. C’est difficile, voire impossible, de trouver images du château de Barbe Bleue, mais il y en a, fabriquées en studio. En noir et blanc, tout film en couleur étant inconcevable.

19 octobre 2015

ALLUSIONS A GUIONNET

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 11:55

Il y en aurait deux dans la presse. D’abord dans Rivarol puis dans le Figaro, par de Villiers, qui balance en ce moment la caste politique. C’est un bretoc, ancien ouvrier du livre, qui nous a filé le tuyau sur Villiers, car les colonies de Revision sont plus nombreuses qu’on ne le croit généralement.

Allusions avant de donner la parole à Guionnet, comme le veut la règle, malgré son monocentrisme issisois.

Au kiosque de la place de Grève, on trouvait autrefois toutes sortes de canards, mais c’est fini. Comme Rivarol, Hürriyet, car des armigos lisent le turc, Corse-Matin, car les corsicauds sont nombreux à Issy, près de 1 500. Brouilles raciales sont mineures. Une armigote a insulté le guide il y a quelques jours, un jeune corsicaud, doué aux échecs, refuse de saluer Guionnet, qu’il s’imagine proscrit. Tant pis pour Rivarol, introuvable à la mairie. C’est Jérôme Bourbon qui  cause du guide dans un papier en grande partie consacré à Reynouard. Bourbon emmerde un peu tout le monde avec son catholicisme romain traditionaliste, comme l’a fait Reynouard il y a quelques années, avant de s’avouer d’ascendance juive dans un de ses dialogues avec Bourbon.

Bourbon écrit : « On ne compte pas les nombreux prévenus français (Robert Faurisson, Jean-Marie Le Pen, Georges Theil, votre serviteur et bien d’autres) à avoir été poursuivis et condamnés à de fortes amendes, à des colossaux dommages et intérêts voire à des peines de prison ferme comme Vincent Reynouard et à Alain Guionnet pour avoir contrevenu à cette loi scélérate. »

Critique de coquillard : Bourbon aurait pu mettre virgule avant voire et citer Guionnet avant Reynouard, car Guionnet fut emmaté en 1991, 1993 et 1994 pour crime de la pensée, Reynouard une quinzaine d’années plus  tard. Mais le à qui précède Alain Guionnet est valorisant. Sous toutes réserves, car en l’absence du canard, Revision a transcrit la citation d’un fils de tortue.

Santini a fait reconstruire l’esplanade de l’hôtel-de-ville cet été avec du macadam rose, qu’il ne s’étonne pas qu’on l’appelle place de Grève ! Guionnet envisageait de lui faire cette proposition dimanche matin au tabac maintenant nommé Comptoir d’Issy, mais Thion lui a bigophoné. L’attirance pour le rose de Santini s’explique par le fait qu’il est tantouze, ce que tout le monde sait, même si Revision n’en a longtemps pas jasé.

Plus intéressant peut-être est le coup de fil du bretoc Jean-Michel ce matin, ce coquillard. Pas dans le sens argotique du mot, car cet ancien typographe décoquille Revision, ce que ne font ni le normalsupien ni la tortue, beaucoup trop feignants, car ils savent, comme nous, que coquille est humaine.

Revision est sollicitée de toutes parts, maintenant par Génération identitaire après Action française. Mais le souverainiste de Villiers l’a courtisée pendant des années.

Danny corrige : le « sainteron » Villiers ne jaserait pas des héros révisos, mais ferait réclame pour sa pomme. Il serait vantard, comme Guionnet, qui jaserait trop de lui, surtout au féminin, en s’appelant tantôt Revision, tantôt Guillotine, tactique juive. Villiers a cependant raison quand il traite les énarques de « crânes d’œuf », comme Theil, même si l’œuf n’a pas de crâne. Mais l’énarque a crâne en forme d’œuf, corrige le fils de tortue.

Journalistes goys de France-info, qui ne sont pas tous pédés et qui collaborent avec leurs confrères juifs, s’excitent en ce moment sur Mon combat de tonton Adolf, qui tombera dans le domaine public le premier janvier, car le monopole de son édition juive falsifiée en français cessera ce jour-là.

Voir là allusion à Guionnet est outré, car il n’est pas le centre du monde. Mais il est opposé à l’« insurrection mentale et intellectuelle » que prône Bourbon, au profit de l’insurrection physique. Au besoin, en tuant des pédés,  qui pullulent à Paris.

En commentaire, Danny communique la photo de Mohács avec sa grosse. Elle est flatteuse, Mohács a presque l’air humain. Et nous écrivons son nom à la hongroise, comme lui parfois, pour lui faire plaisir, car il commence à nous manquer avec  ses  « corrections ». Pas sur la nationale 20, ni sur l’art vélocipédique, qu’il méconnaît, mais en médecine et en physique, où il est calé et nous ferme le bec.

Il n’a pas tête d’œuf comme l’énarque, mais carrée en sa qualité de militaire, bien qu’il soit susceptible et jaloux comme une femme. Mais laissez tomber vos rivalités, affidés. Jean-Michel me corrige : on ne dit pas compographie, mais photocomposition, je le laisse dire. Il a raison, même si on risque de causer bientôt de PAO. Je craque sur compographie, mais pas sur Galois, dont gaulois est altération, car je ramène ma fraise d’historien philologue. Encore première personne du singulier, réputée détestable.

On croirait se trouver dans un zoo à la campagne, à contempler des tortues, des crânes d’œuf et la fraise d’un aigle, qui n’aurait pas sérieusement morflé selon mauvaise langue Danny. Mais tout zoo a besoin d’un directeur, calmez-vous les bêtes, apprenez à collaborer.

Vœu inutile, car les bêtes n’arrêtent pas de se chamailler.

18 octobre 2015

COUP DE FIL DE THION

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 12:50

Bagarre entre  Issisois. Serge Thion aurait quitté la vergne vers l’âge de vingt ans. Il n’aurait pas seulement habité près de la bijouterie de ses parents, dans la vallée , mais aussi à proximité de la butte, avenue de Clamart, comprenez peut-être avenue du Général De Gaulle, car les noms de rues changent à Issy, comme partout. La rue Sainte-Clothilde fut rebaptisée Clotilde par des faussaires, et Guionnet n’a pas su pendant longtemps qu’il était héritier en ligne directe de Clovis, la majeure partie de son appartement donnant sur la rue Clotilde.

Clovis épousa Clothilde, trois mêmes initiales, et c’est Clovis qui conféra à la villa d’Issy ses gigantesques prérogatives, ou plutôt à son diocèse, car les Galois devenaient chrétiens à l’époque. Quand vous voyez des patronymes avec th, comme Clothilde, Theil ou Thion, vous pouvez soupçonner qu’ils sont d’origine boche. Thion est de race parigote, il a étudié sa généalogie jusqu’au dix-septième ou seizième siècle, mais il descend peut-être des barbares teutons, ou francs venus d’Helvétie. Pour Theil, c’est certain. Mais la question se pose pour Thion. D’où la dimension raciale du conflit issisois, qui opposerait un métis bretoc descendant de Clovis à un sous-boche parigo ennemi d’Issy.

Thion emplit un mémoire pour entrer au CNRS en 1970. Seul Raymond Aron refusa de le recevoir, parce qu’il se doutait peut-être que l’issisois était antijuif. La deuxième femme de Thion n’aurait pas été juive, contrairement à ce que colporte la rumeur révisote et à ce que raconte Revision. Sa troisième femme a pondu encore une fille, cette fois chinetoque.  Et Thion demande à Guionnet pourquoi il n’a pas fait quinze enfants. Parce qu’il n’en a pas les moyens, c’est tout bête.

Thion comprend la haine de l’Issisois envers Paris. Il comprend aussi pourquoi Guionnet n’ira pas le voir à vélo, car il a la trouille de la nationale 20. France devrait mieux protéger ses cyclistes. L’idiot du CNRS en rajoute une couche quand il dit « en vélo ». Mais le vélo n’est pas machine, comme disent les ritals, il est outil propulsé par muscles humains. Séjour de dix ans en Italie de Thion ne l’a pas arrangé.

17 octobre 2015

GREVE D’ISSY

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 23:08

Trop de commentaires du dernier papier, mais tout le monde sait à présent que Revision a normalsupien et polytechno pour adeptes. Cela ne changera pas la face du monde, certes, mais les idiots Dieudonné, Meyssan et Soral devraient s’inspirer de son exemple. Le singe et Sœur Anne, judéo-helvétique, sont trop idiots, mais le vrai pédé Meyssan l’est moins. Guionnet soutient le Lion de Syrie, comme toi, Meyssan, comme le camarade Poutine.

Même si Guionnet s’appuie surtout sur des néologues juifs, personne n’étant parfait. Le monde est dévoyé et ce serait au goy ultragauchiste de passer à l’offensive. Je veux bien exploser la synagogue d’Issy, mais ce n’est pas à moi de faire tout le boulot.

Attaques se multiplient. Danny nous rappelle que le socialisme national est création blanquiste. Bien, mais tout le monde savait qu’Hitler n’a pas inventé le national-socialisme. Le prétendu juif réformé Mohacs, ce dont on doute, accuse Revision de propager le révosionnisme pour le fainéant. Si c’est vrai, tant mieux.

Mohacs est tortue, polytechnicien en langue officielle. Accrochages entre Guionnet et Polytechnique ne datent pas d’hier. Faurisson aurait aimé se bastonner avec Polytechnique, mais il a foiré, car il cause beaucoup trop mal français.

Et c’est la tortue, qui ne montera pas sur le coteau à côté du juif pour combattre les hordes antijuives, qui se prétend maintenant faurissonienne, or c’est faux.

Sang risque de couler bientôt sur la place de Grève d’Issy. On oubliera l’armingote que Guionnet n’a pas violée il y a quelques jours par distraction, et à cause de sa lâcheté dit Jacques Moulin. Mais Mohacs vient d’appeler Guionnet Einstein, insulte insupportable. Droit de grève est reconnu par la loi ; n’oubliez pas, Danny et Mohacs, que le vieux débris n’est toujours pas retraité. De la grève à l’insurrection, il n’y a pas loin. Relisez Révolution française de Michelet, voyez rôle important joué par les Issisois.

15 octobre 2015

ISSY RESISTE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 05:12

C’est tout ce que dit Revision, qui fut allumée par Pfister, puis par Mohacsounet et Danny. Danny est le moins con. Il a saisi le mental ultrtagauchiste, qui veut qu’on fasse la guerre à Erdogan tout en violant une armingote à l’occasion. Guionnet n’a pas attendu que sa miresse indochinoise lui prescrivit viagra, car si Guionnet avait ingurgité viagra, il violât l’armingote.

Bretagne se déballonne. Danny vient de le confirmer. Mais ce n’est pas Issy qui, seule, va combattre le juif. Ou bien c’est trop d’honneur rendu à la petite vergne, ancienne bourgade, villa romaine avant l’apparition de Massy, vers l’an 300, sous Marcius. Notez l’identité des deux premières initiales. Ensuite le cy de Macy a pu être confondu avec ci. Issy est en revanche nom galois, c’est certain. Les Issisois sont fiers de leur race, ils ne craignent personne. Thème repris en boucle sur France-info, via la grosse Morano, qui n’est pas issisoise.

France-info jacasse en ce moment des mal-pensants Dieudonné, Soral et Meyssan, planqué à Damas. La radio cause des complotistes, pas des conspirationnistes. Il faudrait parler avec eux selon des journalistes, car ils tiennent les réseaux sociaux en dépit de leurs délires. Les journalistes font l’apologie du F∴ bretoc Le Drian, pressenti pour conserver la Bretagne au Parti socialiste.

L’Europe sait qu’Erdogan a commandité les deux attentats d’Ankara de samedi dernier, et elle fait chanter la Turquie. Elle lui propose trois milliards à condition qu’elle garde les personnes déplacées sur son territoire. Erdogan n’a pas le choix, il cède. 99 morts à Ankara, on n’est pas loin des cent macchabés annoncés par Revision. 32 Ottomans et 7 juifs tués en Israël par l’intifada au couteau, même si un Ottoman a utilisé arme à feu. Quel désordre !

Journalistes goys de France-info se déchaînent. Ils interrogent une actrice ayant tourné un film avec Bródy, nom hongrois. Il y a noms de localités se terminant par y en français, mais aussi patronymes comme Henry, patronymes et noms communs en hongrois, confirmation que ces langues sont apparentées.

Et on encule, et on encule, et on encule Le Drian, propos de Revision proche des bonnets rouges.

France-info nous casse en outre les couilles quand la radio jase de Sun-tzu, alors qu’on dit Sun-tsé en issisois. Et la place des époux Balkany, prononcez balcagne, dont le nom est juif hongrois, est en camp de concentration. Ces escrocs s’y trouveront bien en compagnie de djihadistes durs.

France-info attaque aussi Issy à coups d’université de droit de Malakoff, cette banlieue stupide. Et la crapule Hollande en rajoute. Comme la juive virile Nathalie Bloch, voyante qui n’ose pas avouer sa judaïté. Mais qu’on se batte enfin sur le coteau.

France-info attaque de nouveau l’ordure Dominique Strauss-Kahn, qui sera exempté de peine par la guenon. Arrête ton cinéma,  France- info, laisse juifs et antijuifs se bastonner sur le coteau. Les antijuifs se trouveront en haut, les juifs en bas. Les parieurs joueront les antijuifs gagnants.

Tu lis Revision, France-info, on le sait. Essaye de négocier. Tu attaques maintenant Issy à coups d’École polytechnique masissoise, ennemie jurée d’Issy. Mais Issy n’a pas peur. On appelle École polytechnique müszaki egyetem en hongrois, on voit dans le poltytechno tortue. Guionnet a potes sortis du müszaki, il ne sera jamais impressionné par des tortues.

Eh oui, Mohacsounet, réveille-toi, teknö signifie tortue en hongrois. Mais tu es mort, contrairement à moi, qui défendrai jusqu’au bout l’honneur d’Issy.

Et le caniche, qu’on appelle parfois Milou, s’est réveillé. Il explique en commentaire qu’on dit teknõs en hongrois. C’est vrai, mais on ne jase pas des polytechneuchiens en français. Surtout qu’on serait perdu. On ne saurait plus si l’animal est tortue ou chien.

Guionnet a autrefois vaincu une bête polytechnote au jeu de go. Pas toujours, loin de là, car le polytechno savait se défendre. Il y a respect mutuel entre l’Issisois et le Massisois, tandis que Guionnet se demande si Mohacs n’est pas un monstre de Polytech’ dit palaisien.

Si c’est vrai, voyez le résultat. Tandis que des cuistres tapent sur Dieudonné et Soral, Polytechnique attaquerait Guionnet. Mohacsounet se vante d’être d’intelligence supérieure. Il a compris l’intérêt de l’étude du magyar, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde. Et Issy combattra aussi bien les juifs que les polytechnos sur son coteau.

Mort de Ratier fut dramatique pour de nombreux flicards. Il voyaient  en lui fournisseur d’informations fiables. Et certains d’entre eux se rabattraient maintenant sur le blog ultragauchiste d’Alain Guionnet, mais ça craint. car Guionnet tisse en ce moment le linceul d’Hollande. Ni DGRI ni Polytech’ n’ont réussi à l’impressionner. Issy est unique, ou hunnique, en histoire. Surtout que l’Issisois préfère écrire hunique plutôt qu’hunnique, contrairement aux auteurs des dictionnaires hongrois-français.

Mohacsounet ne répond pas, car il est vraisemblablement monstre polytechneuchien. Il ne sait pas en outre si Jésus et Étienne étaient galates. Ce n’est pas avec toile qu’il le saura, où Google entre en premier Revision comme référence sur Jésus galate.

Danny est plus prolixe, il juge que toutes les conditions ne sont pas réunies pour que l’ultragauche passe à l’offensive. Et alors, on  va attendre quoi ? Ultragauche ne fait qu’une bouchée d’ultradroite, c’est à elle d’attaquer.

Mohacs avoue enfin qu’il est monstre de Polytechnique. Quand on pose bonnes questions, on a réponses. Et les polytechniciens ne guerroyeront pas sur le coteau d’Issy. Bêtes de Polytechnique ne sont pas hostiles à Revision, c‘est  ça qui inquiète le juif présume Hollande.

Page suivante »