Alain Guionnet – Journal Revision

3 septembre 2015

STOP !

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 17:00

Guionnet s’est vanté d’avoir des biscotos, c’est en partie vrai, mais il exagère. Sa hausse de popularité est certaine à Issy-les-Moulineaux, mais ce bourg n’est pas la France. Issy est en avance sur tous les autres patelins des Hauts-de-Seine, département le plus riche de France. Issy a sérieusement combattu les pruscos en 1870-1871, Issy a plus souffert des combats de la Commune de Paris que toute autre ville (y compris Paris), Issy est en pointe dans les médias et dirige gendarmerie nationale. Issy baigne dans le numérique.

De telle sorte que quand un Issisois dit quelque chose, c’est sérieux. Il ne jase pas comme le bretoc, le normandaud, le Picard ou l’alsaco. En oubliant d’autres races, comme le ch’ti, l’ardennois, le champennois, le franc-comtois, parler d’Issy étant d’oïl. On pourrait dire que l’alsaco est plus boche qu’oïllisant, mais la question n’est pas claire. L’alsaco est boche plutôt qu’oïllisant, mais il est paumé entre les deux patois.

Passons sur les problèmes de l’alsaco qui parle mal argot. Il lit cependant Revision et est intrigué par le verbe oïlliser. Revision hésite à ce sujet, car on peut dire ouïr. Que DGRI se rassure, Guionnet ne cherche pas à ranimer la vieille opposition, en grande partie bidon, entre pays d’Oc et d’Oïl.

Faurisson attaque Philippe Bilger, magistrat retraité, dans le dernier numéro de Courrier du continent. Il est injuste, car le Lorrain, né à la frontière franco-boche de Lorraine, s’est efforcé d’apprendre le français, qu’il jase mieux que son ancienne collègue Èva Joly. Il est vieux con, c’est tout ce qu’on peut dire de lui.

Magistrat aussi est nom lié à mage. Quant à Bilger, il est souvent invité à la télé, ce qui est suspect. Fils d’un collaborateur condamné à dix ans de prison pour intelligence avec l’ennemi à la Libération, il dit du mal des révisos, car il s’y croit obligé. Il lèche les pompes de l’occupant, comme de nombreuses gens, c’est tout.

Peut-être comme Pfister, alsaco se croyant brillant en français, langue incroyablement compliquée à ses yeux. Il n’a pas tout à fait tort. Si Guionnet tue Pfister, c’est son choix, mais il hésitera à le faire. Il est plutôt partisan de le tondre des pieds à la tête, à la mode nazie.

Disciple de Faurisson Reynouard se met à la langue d’oïl. Il prononce les liaisons et dira peut-être bientôt Guingamp comme Guionnet. Il est mal barré dans l’emploi du subjonctif dit imparfait en revanche. Dans sa détresse, il se rabat sur le Protocol, ou Protocole des sages de Sion (on peut dire les deux selon l’académie d’Argos).

Mais Reynouard ne dit pas que son auteur présumé est le juif hongrois Südfeld dit Nordau, né à Pest. C’est Guionnet qui le présume. Il n’a aucune preuve, mais il est rat de bibliothèque. Il s’est tapé la Nationale, les archives nationales hongroises et françaises, la bibliothèque de l’Alliance israélite universelle. Sans parler des archives militaires hongroises, sans rapport avec cette question. Si Guionnet le dit, ton ancien petit maître, c’est sans doute vrai.

Tu fus déboussolé à Paris, ville étrangère pour toi comme pour moi. Tu fus interné dans des conditions odieuses à Henry IV, Reynouad, mais comprends l’intérêt commun que nous avons. Si les vieux cons des lycées parisiens assurent que les chambres à gaz hitlériennes n’ont pas existé, c’est vrai.

Guionnet ne partage pas tes opinions, Reynouard. Il n’a pas non plus donné vie à neuf marmots, contrairement à toi, mais tu as besoin d’alliés. Dis que le Protocol fut vraisemblablement écrit par Südfeld dit Nordau selon Guionnet. Tu ne te mouilleras pas, c’est Guionnet qui assurera les conséquences.

Disruption marche de nos jours. Elle est mieux connue à Issy que partout ailleurs en France et en Belgique.

Ah ! j’oubliais, Issy est liée au Picard, puisque le duc de Conty, ou Conti, habita la bourgade pendant des dizaines d’années. Il était prince, tandis que picard est tiré du nom de ses ancêtres et de leur arme favorite. C’était une lance courte employée par les fantassins au nom d’origine italienne, une pique dans l’usage populaire, que les Picards ont jadis utilisée.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :