Alain Guionnet – Journal Revision

2 septembre 2015

POISON PFISTER

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 02:55

Proposez à Guionnet de tuer Hollande ou Pfister, il hésitera. Hollande va bientôt mourir, tandis que l’espérance de vie de Pfister est plus grande, Guionnet tuera sans doute Pfister. Choix discutable.

Mais Pfister attaque Guionnet à coups de hongrois, contrairement à Hollande, quel monstre ! Il parle à Guionnet d’« a kinevezés cirrhoticus », quelle horreur ! Article défini ne s’emploie pas en pareil cas, tandis que kinevezés, nommination, est création de grammairiens un peu stupides, ki étant parfois particule perfectivante à un moindre titre que meg.

Mohacs a réagi à cette imposture, bien qu’il jase plus mal magyar que Guionnet. Il a raison. Pfister s’est vexé car Guionnet l’a accusé d’être agent de DGRI, qui plus est alcoolique, ce qui est douteux.

Fin du brouillon a été censurée par DGRI, car Guionnet persistait à vouloir enculer les Marseillais. Il serait autorisé à haïr le juif, mais pas le Marseillais. Son dénigrement du bretoc lui est aussi reproché. Il s’en fout, car il a contribué à la victoire de Guingamp sur Marseille 2 à 0.

Popularité de Guionnet monte en flèche à Issy. « Il est con, mais il a des couilles », dit-on. On dit aussi qu’il a maigri. C’est vrai, il a perdu neuf kilos après la mort de ses parents, mais il est toujours gras du bide.

Il parle trop de lui, certes, mais cette maladie est répandue chez les mal-pensants, voyez ou lisez Faurisson et Reynuard, puisqu’il n’y a plus qu’eux officiellement. Soral a prétendu en 2012 que Faurisson avait pour bras droit Blanrue. Faux, car Fofo est manchot. Ça ne se voit pas, mais c’est connu au renseignement.

Il n’y a que deux camps : celui de Faurisson, qui emmerde tout le monde avec sa scotchitude, celui de Guionnet, issisois et bretoc bidons, plus kiènguigeois qu’autre chose. On peut aussi dire kiènguisois, mais Guionnet a cédé à la mode ritalingue, car les anciens Issisois portaient souvent patronymes italiens selon l’abbé Lebeuf.

Diocèse d’Issy était rattaché à Saint-Germain-des-Prés, mais cela ne signifie pas qu’Issi était boche, même si les Francs boches ont dominé France. Franc boche sonne mieux que franc-maçon.

Outre les framboches, existent de rares frangyars. Radio maçonnique France-info jase en ce moment de la gare ferroviaire de Budapest. C’est faux, car il y a deux grandes gares ferroviaires à Budapest. Celles de l’Ouest, à Pest, de l’Est, à Bude.

C’est contraire à la logique, mais aucune langue n’est logique selon Tibor Pocsai, pote de Guionnet, champion d’Europe de go (il a vaincu Schlemper de deux points et demi). Il est tentant de traduire Tibor par timonier, éléments linguistiques à l’appui, mais nous ne le faisons pas car c’est douteux.

Selon Jacques Moulin Guionnet a tort de ne pas se vanter d’avoir un ami timonier à Budapest, qui a foutu la pâtée à un boche dans un jeu spéculatif.

Tibor est venu à Issy, c’est sûr, mais nous n’avons pas la preuve qu’Eric Blair dit George Orwell a fréquenté la vergne. Sujet d’étude, alors que nous négligeons les dires de Moulin, parfois appelé Moulinot.

Enfin, et peut-être capital argu, Issy fut reconnue par Clovis.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :