Alain Guionnet – Journal Revision

30 septembre 2015

ERREUR POSSIBLE SUR THEIL

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 22:26

Dans certaines universités et grandes écoles on tient le franc-maçon pour minable. À l’entendre, Theil ne jaserait pas des frangins car il les mépriserait, pourquoi pas ? Mais Front national, son parti, est loin d’être pur de francs-maçons. On trouve FF∴, pédés et juifs dans cette secte, même si juifs sont souvent métissés.

Selon Theil, frangins n’auraient pas leur place au FN, or tout le monde sait que c’est faux. Il voit en Fofo tyran, chose à ne surtout pas dire. Il propose au Millionnaire d’écrire ses mémoires, il lui trouvera un éditeur en France ou à l’étranger. Proposition bidon, mais il se pourrait que Theil cherchât à l’appâter pour qu’il ne posât pas cette question.

Que signifie la quête de respectabilité du parti, sinon qu’il est ouvert à tout le monde, sans exception ? Theil continue de payer des fortunes à ses bourreaux pour son pamphlet petit révisionniste, raison pour laquelle il ne fut pas emprisonné.

Aussitôt dit aussitôt fait, ce papier est déchiré par deux votants. On ne sait pas qui ils sont. Vraisemblablement fils de Veuve du FN, mais ce n’est pas sûr. Il peut s’agir d’histoirocons récemment embauchés par DGRI pour combattre Issy. Démasqués, ils auront craqué. DGRI devrait mieux les former, car ils ne doivent surtout pas s’impliquer personnellement dans leur mission.

Bob reproduit un film où Reynouard dit qu’il est d’ascendance juive. Nous le connaissions, mais n’en avons pas parlé par ignorance de son degré de judaïté et parce qu’il est sous le coup de lourdes condamnations pénales. Cela complète toutefois le tableau des mal-pensants.

29 septembre 2015

QUE FAIRE SANS REVISION ?

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 19:35

Histoire continuera, Revision sera remplacée. Surtout qu’elle emmerdait tout le monde avec son ultragauchisme et ses sumérismes. De son vivant, Revision emplissait vide. On la savait courageuse sans comprendre son houngarophilie maudite par La Sorbonne. On regrettera moins sa disparition que celle du F∴ Emmanuel Ratier.

Cloportes juifs et leurs subalternes maçons dominent. Alain Guionnet aura été petite poche de résistance. En 1986, quand il a soutenu Faurisson, il estimait ses chances de victoire à 1 %, beaucoup moins en réalité.

Guionnet est looser, loser en novlangue. Il parle mieux anglais qu’hongrois, une des raisons de sa dangerosité. Il voit en Georges Theil franc-mac. Il l’appelle. Theil est aimable, quelques jours après avoir été insolent. Theil, avec son nom boche, est frangin, c’est sûr.

Guionnet bientôt exterminé ? C’est possible. Mais il aura résisté comme une sardine. BB et Veuve cherchent à trouver vraie opposition. Ils l’ont eue avec Revision.

Revision soutient en ce moment politique des néologues juifs Christian Jacob et Victor Ubain. Elle défend intérêts de Yisraêl à son corps défendant. Antijuifs se défilent, comme souvent.

Si Guionnet est tué, il se dira je suis content, il ne faut pas attendre niveau de réflexion élevé de sa part.

Vous pouvez parler désormais du F∴ Theil, boulevard Murat, à Paris 16e, adresse qu’on peut citer car il n’habite plus là depuis longtemps. Sa politique est un pas en avant, deux pas en arrière. Il a plein de livres dans sa bibliothèque qu’il n’a pas lus. Forcément, l’initié a science infuse. À quel ordre ? Bineau, maintenant Pisan ? Sans doute. En théorie, on n’est pas là-haut athée stupide, mais Theil l’est.

À mi-chemin entre Theil et Issy se trouvait radio Courtoisie, nid de francs-maçons. Ainsi va histoire, les lascars ont tendance à s’agglutiner. D’abord les juifs au Marais, puis les pédés, sachant qu’on peut être les deux à la fois, les antijuifs en bas Hauts-de-Seine et en bas seizième. Nouveau témoignage sur la géographie humaine à la Reclus. Bretocs sont assez rares dans le coin antijuif, mais virulents, boches très minoritaires, à l’exception de Theil.

Theil a parfois fait mine d’être outré par les propos antiboches de Guionnet, dont le patronyme serait lui aussi d’origine bochine. Querelle de polichinelles. Mais Guionnet n’a pas de tablier, lui.

Enquête continue. Il s’agit de démasquer tous les FF∴, pédés et juifs du milieu mal-pensant.

Il n’est pas certain que Theil soit frangin, mais de nombreux éléments le donnent à penser. Guionnet connaît l’animal depuis plus de vingt ans. Tantôt Theil envoie le débile léger Bonnefoy dans la gueule de Guionnet, tantôt il avoue qu’il ne le fréquente pas. C’est ça ÉNA, école du mensonge.

C’est toutefois inquiétant pour la juiverie. FF∴ Blanrue, Theil et feu Ratier l’attaquent modérément. Ratier pas à coups de révisionnisme, car ça lui a été interdit par Pisan, mais de façon peut-être plus sournoise. Blanrue avec ses pêts révisionnistes Napoléon III, Theil avec sa große Bertha faurissonienne. Ils se croient tous plus malins les uns que les autres.

Du temps du Protocol des sages de Sion pareils FF∴ étaient tués. C’était simple, vite et bien fait. C’est différent maintenant. Révisionnisme faurissonien de Blanrue et Theil est toléré car Robert Badinter a dit qu’il faisait son jeu. En revanche pas celui de Guionnet, qui estime à un million le nombre de juifs morts pendant la guerre pour raisons diverses en liaison avec la politique antijuive du Reich et de ses alliés.

Ce qui fait sauter Theil sur son trône, qui appelle Guionnet Le Millionnaire, car cette estimation irait prétendument à l’encontre de celle des révisos. Mais c’est faux, car elle est celle de Rassinier, Graf et Guionnet. Notez l’initiale de Graf, chic type, qui fut prof’ suisse boche de français.

Partie du clan réviso est opposée à Faurisson ainsi qu’aux FF∴ Blanrue et Theil. L’énarque sait que Guionnet a raison, mais il feint de lui donner tort. Quel idiot ! Ses bêtises n’aideront pas Mahler à sortir de taule. Quoi qu’on pense des rescapés de la bande à Baader, dont certains, hélas ! sont devenus faurissoniens.

28 septembre 2015

ASSASSINAT DE RATIER ECARTE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 10:26

Résultat de dix jours d’enquête, assassinat de Ratier semble à écarter, n’en déplaise aux complotistes. Ratier n’avait plus de problème d’élocution, pas seulement en août, quand sa librairie était fermée, mais aussi en juillet, après deux AVC. Ratier est vraisemblablement mort d’arythmie cardiaque et de son goût pour la bouffe.

Rectification nécessaire, car complotistes pullulent. Enquête se poursuit néanmoins, vu qu’il subsiste léger doute. Mais tuer Ratier parce qu’il a réédité Montandon en 1993 ne tient pas, c’est thèse imbécile de Revision, qui ferait mieux d’aller se coucher sans femme ni poupée gonflable.

Autre rectification, Serge Thion a traité en 2010 Blanrue de « gros plein de soupe », or c’est faux. Blanrue n’est pas gras du bide, preuve que les révisos sont faussaires.

Que Blanrue soit fat semble le cas en revanche, ce que Thion a sans doute voulu dire. Blanrue est en outre révisionniste comme l’était Napoléon III selon Victor Hugo, car Napoléon III réduisit le nombre des électeurs après son coup d’État afin que succès de l’alliance des bonapartistes et des légitimistes fût assuré. C’est cette alliance que soutient Blanrue en la personne de Faurisson, pape du révisionnisme, prétendu athée d’éducation jésuitique pendant cinq ans.

MYSTERE LE GALL

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 07:23

Le Gall est patronyme bretoc fréquent dans le Finistère et en Bretagne méridionale, d’où impression que Le Gallou en est diminutif. Réclame Legal le goût est trompeuse, car gall ne signifie pas goût. Le Gall désignerait le Galois, autrement dit l’Armoricain. On dit galois gallo en frambretoc. Enfin ar gallou, le Gallou, désigne le Breton de langue romane. Dans ces conditions, pas étonnant que Jean-Yves Le Gallou soit bon orateur.

Racine ou mot souche gal se trouve un peu partout, en Galicie et Portugal, Galate, en Turquie, Galilée, en Israël. Or thèse de Revision est que gal serait tiré de gal en kiènguigeois ou kiènguisois, qu’on appelle vulgairement sumérien. Ce que n’admettent pas linguistes, car lesdits Celtes vivaient loin du sud d’Irak.

Seulement denrées ou marchandises précieuses furent transportées sur des milliers de kilomètres dès la haute antiquité ; idées, techniques, mots aussi. Ce fut simple pour la roue du potier, plus compliqué pour la roue du chariot, car le terrain n’était pas identique. Il y avait deux mots pour dire grand en kiènguigeois : gal, qui désignait la grandeur physique, mag la grandeur sublime.

Mag se retrouve en indien et en arabe sous la forme mah (maharadja, Mahomet) ; en latin, magyar et français (mage, magistrat, magot). Notez qu’à chaque fois la grandeur est supposée sublime, surtout celle du magistrat. Idem sans doute pour gal.

Noms voyagent loin. Grâce aux Normands, prénom bretoc Alain est maintenant répandu dans le monde.

Ce papier est consécutif à nouvelle polémique avec Brebis Galleux, dont l’auteur antijuif se nommerait Le Gall. Le gars, sachant que brebis galleux est semi barbarisme, signe Brebis Galeuse. France a déconné en enseignant son idiome au bretoc. Non seulement il jase maintenant français, mais il fait jeux de mots comme le Magyar.

Soral, avec son fion de fiotte fait chier, il bosse pour spectacle marchand. Blanrue est en retard sur histoire de plusieurs dizaines d’années. Aux jeunes de prendre le relais. Bricmont, lâche sur le révisionnisme, vient de dire que rire est arme redoutable. Rions.

Les bretocs parlent de Basse Bretagne, Revision de Bretagne méridionale, c’est la même région, mais il s’agit de varier appellations historico-géographiques. Moyen Âge est controversé. Il n’a pas existé dans la majeure partie du monde, seulement en Europe. Or si ce temps est moyen, au milieu, il l’est entre quoi et quoi ? Entre antiquité et temps moderne, avec ou sans s. On l’appelle en hongrois középkor, qui suggère entre temps. Köz, entre, se trouve en Sarközy, Entrebouesois. C’est dur de définir temps historique. On peut voir en Moyen Âge époque seigneuriale.  Renaissance n’a pas mêmes dates en Italie et en France, ni eu les mêmes effets, etc.

Mais chose est sûre, Le Gall fut parfois rendu en françois par Legrand, nom d’un pote bretoc. Le bretoc est grand, comme le Galois, le galicieçois, le portugalois, le Gallois, le Galate, le gallilois, il fallait que cela fût su.

26 septembre 2015

COMPLOTS

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 15:45

Il n’y a pas un complot, mais des complots, disait Emmanuel Ratier, il avait raison. Il a jasé de leur caractère concentrique, thème à approfondir. Mais force est de constater qu’il existe doubleplus bordel chez les mal-pensants, peut-être pire qu’à la Veuve. Si vous éliminez francs-maçons, juifs et pédés il n’y a quasiment plus personne.

Bob, anciennement Mohacs, vient de signaler que Soral se serait fait emmancher. Pourquoi pas ? Impossible à vérifier, tandis que Bob bosse peut-être pour DGRI.

Revision a déclaré guerre à DGRI il y a des années, crussiez-vous que l’institution ne réagît pas ? Elle lui lança Luc Pfister dans les pattes. Elle l’a laissé venir. Elle a fait mine de croire que Pfister travaillait pour Poutine et tout le tralala, avant de l’exterminer il y a peu. Bob a pris son relais. « Caniche » de Revision selon Pfister, Bob abandonne révisionnisme, Sumer et argot à la revue. Il commence à se brancher sur la Veuve. Il vient de confirmer que rit écossois est d’origine françoise. Bob est docile, il ne signale pas quand Revision dit bêtise, ce qui arrive parfois.

Bob sait que Revision le soupçonne de bosser pour DGRI, car il semble au courant des histoires de cul de Soral, qu’il déteste. Forcément, Valls a déclaré guerre à Soral, tandis que Valls et DGRI obéissent à Hollande. Bob semble pharmacien. Il indique deux médicaments-poisons ayant pu tuer Ratier, mais c’est peut-être le staff de DGRI qui écrit ses observations.

Bob ne répondra pas à cette interrogation, car consigne est donnée au renseignement de ne pas s’impliquer personnellement. Et puis, ce n’est qu’hypothèse. Mais quand on s’intéresse au milieu mal-pensant, qu’on s’aperçoit à quel point il est infiltré par les sectes, maçonnique, pédérastique, accessoirement juive, et par le renseignement, on soupçonne tout le monde. Le plus simple est de ne pas être mal-pensant, avis que partage l’écrasante majorité des gens. Mais quand on l’est devenu en 1986, il est trop tard pour se refaire une santé.

DGRI chercherait à écraser le coup de l’éventuel assassinat de Ratier. Selon elle, il s’agirait de calmer la bête de Revision en la flattant. Oui, assassinat de Ratier est possible, mais son cadavre ayant été brûlé au Père-Lachaise l’enquête s’annonce difficile, l’État devrait augmenter crédits de DGRI. Et voilà DGRI qui complote contre État, en étant, selon elle, menacée par les hordes d’Issy. Plus le bobard est gros, mieux il marche.

Mais si Soral est à voile et à vapeur, il n’y a quasiment aucune personne chez les mal-pensants pure de sang juif, maçonnique ou pédérastique. Même Guionnet a avoué récemment qu’il se fait bronzer à poil en compagnie de pédés, nudisme du pauvre.

Vous avez les vieux de la vieille, comme Faurisson, peu suspect d’appartenir à une de ces sectes. Encore qu’il serve les intérêts de Badinter. Comme Pierre Guillaume, seulement suspect d’avoir travaillé pour le renseignement militaire plutôt que civil. On ne peut pas dire que le « jeunot » Guionnet soit pédé, même s’il a fréquenté saunas du Marais et de Clamart quand il était en manque de femme parce que maudit. Il a vu hommes se sucer, il fut lui aussi sucé à Clamart. Il ne le regrette pas, mais ça ne fait pas de lui un pédé. Ne complétons pas trop la liste dans notre ignorance. Theil est légèrement suspect d’être fils de Veuve, car quand on a fait l’ÉNA, où on est entré par la petite porte, on peut avoir été pistonné. C’est ensuite impossible qu’un énarque ignore la prétendue toute-puissance de la Veuve dans l’administration, or Theil a toujours fait mine de l’ignorer. Contrairement à Ratier, il est unicomplotiste, mais il fait là trop d’honneur au juif, même s’il est champion du complot.

En revanche, si Soral s’est fait mettre par deux gars, selon Bob, il est au moins bi. Quand il traite Blanrue de fiotte, il sait de quoi il parle. Citation complète : « Blanrue est une fiotte, chaque fois qu’il me croise je le mets à l’amende et il se chie dessus, c’est pour ça qu’il me déteste ! Je ne connais pas plus lâche que ce faux-cul. Partouzard, ancien néo-fasciste soi-disant converti à l’islam et aujourd’hui majordome monarchiste d’un vieil aristo ! »

Qu’y a-t-il de vrai dans cette bordée d’insultes ? Fiotte signifie pédé ou homme efféminé, et il est vrai que Blanrue est maniéré. Dans l’esprit de Soral, fiotte est liée à chier, lâche et faux-cul. On peut y ajouter fion auquel l’animal a songé. Richesse de langage comparable à celle de Charlie hebdo ces quinze dernières années. Partouzard ? mais beaucoup de gens l’ont été après mai 68. Néo-fasciste ? Plutôt nationaliste, à une époque où sous-marxisme était répandu dans les études d’histoire. Mais il est vrai que l’attirance de Blanrue pour l’Italie est légèrement suspecte. Elle a peut-être dimension politique, Blanrue teindrait à souligner par là sa préférence pour la finesse de l’art italien au détriment de l’art germanique, souvent plus massif, car il ne veut surtout pas passer pour hitlérien. Converti à l’islam Blanrue ? Il est certes lecteur de Guénon, comme Soral, mais c’est peut-être Soral qui tend plus sa main, voire son fion, au musulman (pour parler comme lui). Majordome monarchiste d’un vieil aristo est peut-être information fiable, car personne ne vit d’amour et d’eau fraîche.

Elle pourrait expliquer que Blanrue en est resté au faurisson(n)isme, niveau primaire d’évolution. Revision a révélé que presque tout le monde est antijuif dès ses premiers numéros de 1989, Blanrue l’a découvert en 2006, raison pour laquelle le F∴ fut invité par le(s) Bney Brit. Il alla plus loin que la revue, qui s’est sentie obligée de donner indications biographiques sur les auteurs ; Renan, Voltaire, Proudhon par exemple. Elles lui ont paru s’imposer sur Proudhon, dont les carnets sont laconiques, tandis qu’il était impossible de ne pas signaler que Renan était bretoc et issisois pendant des mois, comme Voltaire pendant des jours, quand Issy gouvernait France. Mais Blanrue ne s’est pas cassé la tête, il a publié 500 citations antijuives plus ou moins virulentes, sans commentaires, dans son livre préfacé par Yann Moix, ce faux-cul. BB a invité Blanrue à son salon pour avertir JJ∴ : « Tout le monde est contre nous. Serrez vos fesses et obéissez scrupuleusement aux ordres », dirent grades supérieurs.

Ensuite, l’Aigle noir a vigoureusement soutenu Faurisson en 1986, Blanrue mollement en 2009, avant de devenir toutou du professeur ; Revision a pénétré et dénigré Veuve en 1991, caniche Blanrue commence à le faire officiellement en ce moment, car il a pénétré la salope depuis longtemps, mais s’est gardé jusqu’à présent de l’honorer. Quel retard à l’allumage !

Blanrue serait majordome d’un vieil aristo’, et ce n’est pas demain qu’il renversera tyran Faurisson. Pourtant patrie est en danger. Le scotuche casse les couilles de tout le monde avec ses anglicismes.

Autre message de Soral sur Blanrue : « Crevard et tapin qui a trahi Faurisson en plein tribunal pour se faire relaxer… Ça il ne s’en vante pas. »

Blanrue sort alors son excuse sur son blog, en la personne de Marc George, directeur de Médialibre, ancien secrétaire général d’É&R, qui croit se rappeler que guerre entre Blanrue et Soral débuta en 2009, quand Soral jugeait le révisionnisme beaucoup trop dangereux, bien qu’il dît en privé qu’Hitler n’a pas fini le boulot. Même position que Bonnefoy, copain de Theil.

C’était George le principal accusé au procès pour avoir diffusé « Un homme », Faurisson et Blanrue n’étant que complices. Et il semble que ce soit Maître Yon, avocat de Faurisson, qui ait soulevé in limine litis la question des vices de forme de la procédure. Le tribunal se serait retiré pour délibérer. Il n’aurait pas joint l’incident au fond, contrairement à sa manie, et il aurait annulé la procédure.

Forcément, la dix-septième chambrette correctionnelle de Paris, spécialiste des affaires de presse, a pu vouloir défendre sa réputation. Cette juridiction est supérieure à celles de province. Mais aussi de banlieue parisienne, cour d’appel de Versailles, ville de Lesquen, étant la plus cruelle — dans sa répression du crime de la pensée.

Prétendre que Blanrue a été relaxé parce que maçon, comme l’a fait Revision, n’est donc pas sûr, bien que vraisemblable.

Cela dit, bisexualité de Soral est circonstance atténuante dans l’affaire de la pute juive devant Auschwitz. Il n’aurait pas vu en elle une juive mais femme faisant le tapin, misogynie étant répandue, pas seulement chez les pédés. Il existe juifs antijuifs et femmes, pas seulement hommes, misogynes. Relisez Boris Vian, écrivain assez génial mort à l’âge de 39 ans. Demandez son avis au Suisse boche de 12 ans étudiant en deuxième année de licence de mathématique à Perpignan. Il connaît mal la femme à son âge, mais il sait sans doute qu’elle n’est pas de tout repos. De son triangle poilu pubien de type maçonnique, l’enfant comprend l’essentiel, car c’est géométrie.

C’est aux génies qu’il s’agit de donner la parole, à moins qu’ils la prennent. Ils disent en l’occurrence que juifs, pédés et francs-maçons leur cassent les couilles. Milieu mal-pensant est infecté par ces nuisances.

Retour sur guerre opposant Blanrue et Soral. Soral aurait voulu faire casser les genoux de Blanrue selon George, même méthode que Pasqua, qui aurait mandaté des hommes en 1983 pour casser les jambes de Ratier. Non seulement Soral chante mal, mais il aurait voulu balancer Blanrue aux flics, ce qui n’aurait servi à rien, car renseignement est mieux informé des affaires du microcosme que les belligérants.

Soral a très longtemps tardé à se convertir au révisionnisme faurissonien. À cause de sa judaïté ? C’est possible. Mais ordonner de casser genoux ou jambes d’un opposant n’est pas crime de la pensée, c’est plus grave. Blanrue sort pour l’instant vainqueur du conflit, et le F∴ attaque Veuve. Il a raison, car maçons repentis sont compétents pour ce faire.

Quand il était journaliste d’Historia Blanrue a montré qu’il connaissait le schmilblick. Dans extrait de film sur la Veuve soutenu par Blanrue, Jean-Yves Le Gallou balance le trio robespierriste qui gouverne, Valls, Cazeneuve, Le Drian ; ce qui ne donne pas d’indication sur son éventuelle initiation, car des FF∴, repentis ou non, sont les premiers à taper sur la Veuve actuellement. (Sans parler des Brigandes qui sont douées ; « avec leur triangle », dit Jacques Moulin.)

Il y deux bordels en France, celui de Veuve, le plus grand, celui des mal-pensants, beaucoup plus petit, et connexion entre les deux. Valls a peut-être raison, Soral semble difficilement fréquentable. Vulgarité et grandiloquence marchent un temps, mais ça ne dure jamais longtemps.

168 visites ce jour, c’est pas mal pour un blog lilliputien en voie de convalescence.

25 septembre 2015

BORDEL DE VEUVE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 18:45

De nombreuses guerres se déroulent en ce moment. Issy attaque Levallois, Guionnet Igounet, mais guerre opposant Soral et Blanrue est sans doute la plus rogue. Dans son langage châtié, Soral accuse Blanrue d’être une « fiotte ». Blanrue aurait presque tout pour réussir, franc-maçon, pédé, il ne lui manquerait que l’atout majeur juif.

C’est le 21 au tarot, le petit (1) est atout prenable du franc-maçon, l’excuse bout du pédé. Or Blanrue est petit car il persiste à tort à écrire de Gaulle conformément à une mode maçonnique, et sans doute pédé, non parce que Soral l’assure, mais parce qu’il s’excuse constamment. Avantage de l’excuse, elle est imprenable ; désavantage, elle ne ramasse rien, elle ne procrée pas.

Blanrue se défend en faisant maintenant mine de froisser le jupon de la Veuve. Il cite le F∴ Ratier devenu précieux maintenant qu’il est mort, qui explique qu’il n’existe qu’un ordre maçonnique dominant dans la plupart des pays, mais pas en France, où plusieurs ordres se bouffent la gueule. Il a en partie raison, même s’il n’y a ni droite ni gauche en maçonnerie et si les fraternelles jouent rôle capital, car affaires sont prioritaires, ésotérisme secondaire.

F∴ Ratier aurait pu ajouter que des FF∴ se bouffent parfois la gueule au sein d’un ordre, comme on l’a vu à Pisan ces dernières années, mais il fût alors trop exotérique. Il existe lointaine tradition antijuive chez les FF∴, peut-être plus vivace chez les pédés, qui ont langage secret et signes de reconnaissance, comme juifs et francs-maçons. On l’a vu en bochie à la Sturm Abteilung (SA), et deux pédés parmi les mal-pensants (Blanrue et Meyssan), ça fait beaucoup. Mais il n’y aurait plus qu’un seul frangin depuis le 19 août.

Le 19 septembre, un présumé frangin est venu saluer Aigle Noir, qui lui a glati de Ratier et de Pisan. Le gars a fait mine de ne pas comprendre. Puis il a demandé explications sur la Veuve au volatile, qui lui a dit en substance : quand on est franc-maçon, c’est comme quand on est trotskiste, c’est pour la vie. À quelques exceptions près, comme Jack Lang qui ne fut qu’apprenti. Il s’est vite barré ou fut viré.

Question sous-jacente était de savoir si Ratier a quitté Pisan il y a plusieurs années, comme nombre de ses FF∴ ; n’aurait-il donc pas cessé d’être franc-maçon ? Sur le papier seulement. Unique avantage, il n’aurait plus payé ses capitations. Mais il était toujours branché, il continuait d’emplir sa rubrique Lobbies.

Remarquez, cela devient de plus en plus facile avec la toile, car les FF∴ sont paresseux. Ils veulent avoir nouvelles dans leurs pantoufles. C’est tellement plus tentant que d’aller en loge après s’être vêtu pour la circonstance et fait tuiler. Ajoutez-y le temps de transport, la compagnie de certains FF∴ qui vous cassent les bonbons, auxquels vous devez sourire, fraternité oblige. Peu de gens parlent des souffrances de certains frangins non atteints de rubanophilie, maladie répandue. Bien qu’elle soit tenue secrète, rubanophilie ne se trouvant pas dans les dictionnaires.

Veuve de France est ravie quand elle voit Revision indiquer que les grades dits écossais sont en réalité français. Elle est dubitative en revanche sur la guerre franco-écossaise opposant Guionnet et Faurisson. Elle est pourtant simple.

Guionnet a causé hui avec vieil professeur d’histoire d’école catholique sur le banc de rue de l’Église. Il avoua avoir fait faute de conjugaison italienne hier. Le gars apprécia, car il a étudié trois ans à Rome. De race orléanoise, du royaume d’Argot, l’ancien prêtre fut heureux quand, enfant, il se réfugia dans le Massif Central pendant l’exode, où il fut bien accueilli et où il faisait ce qu’il voulait, sa mère manquant d’autorité (on croit deviner que son père fut prisonnier de guerre).

Il y resta un an. L’Issisois observa que le boche a fait la guerre dans les règles, conflit que franc-maçonnerie a eu tort de déclencher, car l’antijudaïsme d’Hitler était pacotille — tandis qu’il ne comptait pas attaquer France. Le vieil sembla d’accord. En revanche, il redoute l’invasion d’Europe par les coupés musulmans.

Guionnet n’a jamais cherché à faire prosélytisme en taule, mais il le fait à présent. Il relance en même temps son pressurage. Comme le prolétaire, il n’a rien à perdre et tout à gagner.

Le prof’ n’avait pas fait le rapprochement entre Bibel et Babel, officiellement inconnu à Rome. Il fut ravi que l’Issisois le fit en se basant sur la brochure d’un réformé boche honorable, car la ziggourat de Babel est piège à cons. L’Issisois peut traduire Babel und Bibel (1902) en français, ça lui est facile, mais il a besoin d’artiche pour ce faire. Le mieux, pour ses ennemis, serait de le soudoyer.

Tant qu’il sera sur Babel und Bibel, il n’emmerdera pas le monde. Il ne dispose pas du texte, qu’il peut trouver en une heure et demie à bibliothèque d’assyriologie du Collège de France, trajet en métro compris, ou par d’autres sources.

« Attention, prévient Valérie Igounet, l’Isséen est fourbe. Il attend de recevoir l’ouvrage sur son site en commentaire, qu’il ne traduira pas, à moins d’être payé une fortune. Il aime bien Friedrich Delitzsch, mais il n’est d’accord avec personne. Il juge le rapport entre Bible et Babel génial, mais il ne partage pas les opinions de Delitzsch, qu’il juge mou. Il compte sur le soutien du Strasbourgeois et du Palaisien, mais Guigounet est seul en réalité. Pardon pour mon lapsus, seulement Guionnet me haït au point de ne pas vouloir me faire de mal. Il voit en moi insecte, alors que je rêve de le séduire. »

Zigounet est-elle veuvarde ? Son comportement et ses propos le suggèrent. Auquel cas cela confirmerait que Veuve est bordélique. Comment croyez-vous qu’on devient chercheur au CNRS en sciences sociales quand on est goy ? Piston est indispensable. DGRI bosse avec CNRS et vice-versa. Quand Igounet a prétendu au colloque d’Institut supérieur de gestion qu’il existe dorénavant un État révisionniste, l’Iran, elle a prouvé qu’elle est alliée de DGRI, DSRI à l’époque.

Or garces sont inégales, là est le problème. Soral n’a pas toujours tort, comme l’avoue F∴ Blanrue, et le dessin qu’il a reproduit montrant belle pute juive sur les rails devant Auschwitz 2, sous légende « Pornographie mémorielle », a selon nous injustement été incriminé par LICRA, car les judéocideurs sont indécents tandis que plaisanteries sur le cul sont depuis longtemps tolérées.

L’esclave dessinateur de Soral est doué. Il  a représenté juive bien roulée, ce dont le juif devrait se réjouir, car toutes ses grosses ne le sont pas. Au point que le dessin n’est pas antijuif mais projuif. Comme Soral, vraisemblablement en partie d’origine judéo-helvétique.

Ce qui complète tableau des antijuifs de France. Vous y trouvez francs-maçons, pédés et juifs. Même si judaïté de Soral est incertaine, celle de feu Dommergue Polacco de Ménasce est prouvée. Dommergue collabora à Revision, comme d’autres juifs, tandis que Thion a deux filles juives. C’esti pas bordel ? Comme à Veuve. Admission des SS∴ dans certains ateliers ne fut pas réussite.

24 septembre 2015

THIONTHION

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 21:52

Action de pressurage, coup de fil à Serge Thion. Il est aimable, Guionnet regrette de ne pas l’avoir appelé plus tôt. Il est vrai que Thion vécut dix ans en Italie, à Fermo. Thion ne se reconnaît pas dans l’appellation d’ultragaucho, mais elle date de 1980, quand il était universitaire branché, ami de Pierre Guillaume dit Vieille Taupe. C’était bien vu à l’époque d’être ultragauchiste, hostile à tous les systèmes politiques, ayant plus que notions d’histoire. Relisez la préface de Vérité historique ou vérité politique ? (Paris 1980)de ce chercheur au CNRS spécialiste du prétendu génocide cambodgien. Elle est écrite en style gauchisant. C’était la mode, quand une partie d’ultragauche soutenait Faurisson, ce tyran.

Thion le pense mais ne le dit pas. Que l’ultragauche française d’après-guerre soit en partie mythique, c’est certain. Mais Paul Rassinier, résistant franc-comtois pacifiste, torturé puis déporté par l’occupant, réviso mondialement connu, fût proche d’ultragauche, c’est tout aussi certain. Rassinier était hâbleur. Ce que salope Igounet a remarqué.

Ultragauche française fut antijuive avant que gauchistes boches se réveillassent. Voyez les souffrances qu’endurent Stolz et Mahler. Ils ont frayé avec bande à Baader avant de se convertir au révisionnisme faurissonien. À notre avis à tort, tandis que Faurisson devrait manger son kilt. Bref, l’initié réviso voit en Faurisson tyran.

Thion juge Soral « mythomane », il a raison. Sur mort de Ratier, il dit qu’il fut victime d’un accident vasculaire cérébral deux ans avant sa mort. Pas de deux ANV,  comme on a cru comprendre en écoutant Delcroix. N’importe comment anévrisme et AVC sont liés, car  dilatation de paroi artérielle et défaut de circulation sanguine dans le cerveau, donc d’oxygène, ne sont pas antinomiques. D’où aussi troubles d’élocution de Ratier avant fin de sa vie.

Hypothèse que Ratier ait été empoisonné n’est pas exclue. Delcroix, Thion et Guionnet sont d’accord là-dessus, ils forment élite révisote non encore mourue.

Mais Thion provoque Guionnet, il lui dit viens me voir. C’est l’automne, aller à 60 kilomètres de Paris à vélo est faisable, mais Guionnet arrivera épuisé. Il est bien sûr incapable de faire aller-retour dans la journée. Thion lui dit pas de problème, tu dormiras chez moi. Quelle crapule !

Thion habite à 60 kilomètres d’Issy par la nationale, mais à 64 à vélo, car Guionnet a peur d’emprunter la nationale où il n’y a pas partout piste cyclable, de telle sorte que le vélocipédiste est menacé de mort par les voitures et les camions, qui roulent à 90 à l’heure avec leur foutue aspiration. Guionnet n’a pas envie de crever pour voir la gueule de Thion. Il lui propose de venir à Issy, mais Thion a peur des radars. En plus, il n’aime pas Issy. Encore un traître à sa patrie.

Pressurage continue. Coup de fil à Theil. Il gare sa voiture et commence par être aimable avant de se déchaîner. Il a pour pote William Bonnefoy, ennemi des révisos, d’Olivier Mathieu en particulier, qui n’est pas à proprement parler réviso. Batskin a cassé la gueule de Bonnefoy. Batskin frappe un peu tout le monde, moins hui, mais il a eu raison de cogner Bonnefoy. Quand Philippot et Marine combattent les satrapes de l’ancien Front nat’ prétendus révisos, ils ont raison.

C’est surtout sur Le Gallou que Guionnet interroge Theil. Tous deux sortent de même promotion énarchique. Theil ne sait pas si Le Gallou est franc-maçon. Il ignore en outre sa race. Il est aimable avec Guionnet quand il est en mauvaise santé, insolent quand il reprend du poil de la bête. Il « informe » Guionnet que ragots courent sur lui dans le milieu. Mais la victime le sait, car élever sa tête au-dessus du troupeau aboutit toujours à ce résultat.

Et nous poursuivons enquête sur décès de Ratier. C’est étrange de mourir à 58 ans de nos jours quand on ne fume pas et qu’on boit peu d’alcool. Ratier aimait bouffer, il aurait pris bide à sa cinquantaine, c’est courant, mais mourir à 58 balais n’est plus de mode. Hélas ! Revision est boycottée de toute part, elle n’a pas voix au chapitre.

Inversons charge de la preuve, pardon pour le jargon,  c’est à justice de prouver que Ratier n’a pas été assassiné.

Thionthion est locution de primitif à ne pas retenir. L’Issisois a causé italien hui. Il a dit sono issiso, mais issiso est inconnu de toutes les académies.

Indiquons enfin au lecteur paresseux, franc-maçon ou du milieu, la qualité du premier commentaire ci-dessous, dont l’auteur est beaucoup plus compétent en médecine que Guionnet. Il indique les noms de deux poisons ayant pu être employés. Détectables à l’autopsie, ils ne sont pas suspects parce que médicaments pour le cœur. Sans exclure l’hypothèse que Ratier aimât trop manger et que trop de glucide se fût glissé dans son sang.

Glucide qui se glisse est truc littéraire, mais notez le talent de Revision en matière d’investigation. En moins d’une semaine elle a cité les noms de deux poisons ayant pu être utilisés pour assassiner Ratier. C’est à vous, lecteurs, d’informer Véronique, femme de Ratier, et ses trois filles, le numéro de téléphone de Ratier dont dispose Guionnet étant périmé.

Et puis c’est Emmanuel qui a rompu avec Alain, qui s’interroge sur la cause de sa mort, question que ne se posent pas seulement Delcroix et Thion. Elle ne sera sans doute jamais élucidée, mais il fallait la soulever. Sur un blog confidentiel, certes, mais Ratier a peut-être été tué à cause de sa lettre confidentielle, pas forcément à cause de sa réédition de Montandon.

Delcroix a demandé à Guionnet le 19 septembre combien il a de visites par jour. Guionnet répondit 80, estimation intermédiaire, car le nombre de vues est plus élevé, celui des visiteurs plus faible. Delcroix a dit « c’est pas mal », forme d’encouragement, mais pourquoi diable partie du milieu réviso maudit-elle Revision qui n’a jamais fait de mal à une mouche ? « Sauf qu’elle en a tué », dit Jacques Moulin.

15h30, perte d’une étoile, c’est bon signe. C’est peut-être teigneuse Igounet qui a dénigré le papier, car elle n’aime pas être traitée de salope. Thion a parlé hier à l’Issisois d’Igounet. Il est au courant du conflit opposant Igounet, chercheuse au CNRS comme il le fut, et Guionnet, dont les noms sont presque anagrammes. Guerre entre eux est plus terrible que celle entre Issy et Levallois. Elle est totale. Igounet déteste d’autant plus Guionnet qu’elle sait qu’il ne lui fera pas de mal, mais elle juge ses argus incroyablement tordus. Elle craqua, par exemple, quand Guionnet soutint que juifs furent auxiliaires du Reich pendant la campagne de Russie. Elle juge l’Issisois gonflé et dangereux.

Salaud Guionnet dit qu’elle a raison quand elle voit en Rassinier hâbleur, ruse perfide à ses yeux. Voyez, gars du milieu, on reconnaît la qualité du combattant à celle de ses ennemis. Traiter Igounet de salope n’est rien en comparaison, Revision y est autorisée par la loi. « Mais pas tout le monde », précise Jacques Moulin.

22 septembre 2015

RETARD A L’ALUMAGE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 18:31

L’issisois, honni par Faurisson, a eu retard à l’allumage, car il est nul en diplomatie. Il se dit qu’il lui faut le rattraper et qu’il est capital de pressurer. Coup de fil à Delcroix pour lui parler de sa femme Monique, qu’il préférât avoir au téléphone car c’est plus facile de coincer la mathématicienne que son mari. Delcroix est allègre, car l’Issisois n’est pas dangereux, comme on dit en loge.

Delcroix fut assez médiocre dans son allocution en hommage à Ratier. Il était dans un jour sans. Il fut beaucoup plus alerte hui avec l’Issisois, qu’il reconnut tout de suite avec sa voix grasseyante. Horreur pour le Magyar, car seul le noble grasseye parfois, mais cela ne choque pas Delcroix.

C’est toujours plaisant de jaser entre initiés révisos. Tous deux voient en Faurisson tyran, mais ils ne le disent pas en public, sauf l’Issisois quand il a coup dans le nez. Comme Revision Delcroix pense que la piste de l’éventuel assassinat de Ratier n’est pas à exclure. Il a eu deux crises d’anévrisme, précise Delcoix. Mais il corrige Revision, l’élocution de Ratier fut certes défaillante pendant un temps, mais elle ne l’était pas à la fin de sa vie. Parce que le poison lui était injecté à sa librairie, qu’il fréquenta moins cet été ?

On ne sait pas, mais le propriétaire de la boutique a multiplié le prix du bail par quatre après sa mort, que supporteurs de Ratier ont accepté de payer. Aussi l’arme du crime se trouve peut-être encore sur place : un poison déposé à proximité du bureau ou du comptoir de la librairie, qui ne serait pas injecté mais inhalé. Pas une dose mortelle, il n’y a pas besoin, car mieux aurait valu que Ratier mourût lentement, apparemment de maladie.

Piste criminelle est à explorer. DGRI va peut-être se presser d’effacer les traces, mais elle ignore sans doute la substance du poison et son emplacement. Le plus simple serait pour elle de brûler la librairie. Mais ça fait désordre et il peut y avoir dégât collatéral. Et puis le coup aura été annoncé.

Dommage le manque de collaboration avec Revision, qui a peut-être trouvé arme et lieu du crime. Mobile : la réédition par Ratier d’une partie de l’œuvre du médecin anthropologue clamartois ultracoco Montandon. Tant et si bien que Ratier a pu être victime du poison maçonnique, mais plus vraisemblablement du poison juif. Autres pistes ne sont pas à écarter totalement.

Manque de collaboration aussi avec le singe, qui ne veut pas écouter les conseils de Revision. Il perd sa Main d’Or. Il compte se recentrer en Seine-Saint-Denis. Il s’adresse à Madar, deux cent vingt-cinquième fortune de France. Il ne sait peut-être  pas que Madar, oiseau, est sans doute juif hongrois. Dieudonné ferait mieux d’essayer de trouver théâtre dans le triangle antijuif, où il bénéficiera du soutien d’une grande partie de la population. À Issy plutôt qu’à Clamart ou Meudon-la-Forêt, car il y a métro, tramway et RER dans la vergne. Il peut en outre s’appuyer sur partie des indigènes, prêts à faire chanter le mafieux Santini.

L’idéal serait le théâtre municipal que Santini a voulu détruire. Il se trouve à moins de cent mètres du métro. Il ne sert quasiment plus à rien. Sa salle est beaucoup plus grande que celle de Main d’Or, mais tu pourras l’emplir, Dieudo’. Surtout si tu offres tarif réduit à l’Issisois, comme le veut la règle. Car il te faudra te conformer aux coutumes locales.

L’Issisois est dubitatif  par rapport à toi, il ne goûte pas toujours ton humour, mais il t’accueillera volontiers. Le lâche Soral n’est pas venu à Issy samedi rendre hommage à Ratier, il a eu tort. Mais tu n’as qu’un refuge possible, Dieudo’,  dans le triangle antijuif, vu que celui des Libanais est beaucoup trop cher.

Tu as toujours méprisé l’Issisois, comme on te l’a appris en loge, mais regarde Delcroix, Dieudo’, il est correct avec Revision. C’est tout ce qu’elle demande.  Or un de tes laquais fut légèrement insolent vis-à-vis d’Aigle Noir au palais de justice de Paris, que cela ne se reproduise plus. L’Issisois t’invite dans sa ville malgré les désaccords qu’il a avec toi. Il n’essaye pas de te téléphoner car il te juge pédant. Il va poursuivre son pressuage, ce qu’il aurait dû faire depuis longtemps.

TOUJOURS REVISION

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 00:31

En 1940, boches n’auraient pas seulement contourné la ligne Maginot, mais aussi percée, contrairement à ce qu’enseigne école maçonnique. Son artillerie était destinée à combattre véhicules blindés mais pas fantassins, qui se sont faufilés. Bobard supplémentaire de la Veuve, qui perd toutes ses guerres.

Il nous a fallu temps pour reconstituer triangle antijuif bas-hauts-de-seinois. Avec Issy, capitale mondiale du révisionnisme d’ultragauche. À ce sujet, Thion serait revenu d’Italie et habiterait de nouveau en Essonne, près de la Beauce. Après son divorce avec sa femme juive, il aurait déniché gueuse russe, sans qu’on sache si elle est juive. Le vrai Issisois a eu tort de s’enfermer dans sa tour d’ivoire. De ne pas entretenir de relations suivies avec Ratier, Thion et de nombreuses gens, mal-pensantes ou non.

Thion a signé un livre en majeure partie écrit par Faurisson, et alors ? Thion fut longtemps chercheur au CNRS, mais il n’y a pas que juifs au CNRS. Thion s’est marié à une juive, mais il arrive que juives aient sexe à pile. Sa femme était discrète. Quand Guionnet est venu voir son mari, elle a écouté la conversation sans dire grand chose. Thion a versé plus tardivement dans l’antijudaïsme classique que Guionnet, qui aime bien Urbain Gohier, plumitif dreyfusard de gauche qui devint assez vite antijuif, quand il s’aperçut que l’affaire était coup monté. Elle le fut, c’est sûr, mais par qui et pourquoi ? On le saura peut-être jamais. Esterhazy, officier français d’origine hongroise, ou hussarde, est innocent, c’est tout ce que Revision peut assurer.

Monique Delcroix, mathématicienne femme de l’avocat, a tenté de rouvrir le dossier, mais histoire et mathématique ne font pas bon ménage. C’est avant de publier son livre qu’elle aurait dû envoyer les épreuves à l’Issisois. Il lui eût proposé quelques suppressions de propos superflus et ajout de menues précisions. Comme sur Esterhazy, poivrot joueur de poker d’origine noble hongroise, car ne s’appelle pas Esterhazy qui veut. Les commentateurs de l’affaire la voient presque toujours sous l’angle franco-judéo-germain, mais il y eut Magyar francisé qui joua rôle de joker.

Nous ne dirons pas mot en revanche du fils, géographe, d’anciens propriétaires du tabac de Mairie d’Issy, car il n’est pas personnage public. Il ressemble physiquement à Élysée Reclus, géographe anarchiste d’origine réformée qui aurait découvert géographie humaine. Peu importe si c’est vrai, le gars sera ravi.

Considérez ensuite les hameaux Clamart et Meudon-la-Forêt. C’est à Clamart que le docteur George-Alexis Montandon aurait été assassiné le 3 août 1944 selon certaines sources. Une chose est sûre cependant, de prétendus résistants ont tué sa femme d’origine russe soviétique dans sa maison à Clamart ce jour-là, mais le médecin ne fut que blessé. D’abord hospitalisé à Lariboisière, il est mort un peu plus tard en bochie.

Admirez la méthode, quand de prétendus résistants tentaient de tuer un opposant, ils liquidaient sa femme, voire ses enfants s’ils se trouvaient là. Parfait exemple de crime contre l’humanité.

Montandon n’était pas d’ultragauche, mais presque. Ce Suisse fut séduit par la  « révolution » bolchévique. Il se rendit vite en Union Soviétique. À son retour, il adhéra au Parti communiste suisse et soutint la Tcheka, police politique soviétique dont il dénonça les abus. Plus tard, après avoir acquis nationalité française en 1936, l’anthropologue adhéra au Parti populaire français de Doriot.

Ignoble Avraham Mahltète, ancien frère de Puteaux, vendéen converti au judaïsme, a longtemps accusé l’Issisois de doriotisme. Faux, car il fut toujours opposé aux partis communistes suisse et français. En revanche, Clamart est sous influence semi ultragauchiste antijuive. Et c’est peut-être pour avoir réédité partie d’œuvre de Montandon que Ratier a été tué.

L’Issisois n’a pas eu ce culot, c’est peut-être pour ça qu’il est encore en vie. En premier lieu, à cause de son incompétence en médecine et anthropologie. Puis de son arriération, car il en est resté à l’antijudaïsme des Lumières et d’avant, même s’il a étudié judaïsme et antijudaïsme des temps modernes. Bref, Montandon va être de nouveau recherché. De telle sorte que les éventuels tueurs de Ratier en seront pour leurs frais.

Vient enfin Meudon, célèbre pour sa magnifique forêt, avec ses ronds de sorcière, son menhir, ses étangs. Meudon fut ville du bretoc Céline, médecin comme Montandon, puis d’Alain Bonnet dit Soral, en partie d’origine suisse comme Montandon.

Soral ne fut jamais ultragauchiste mais seulement communiste, comme Montandon. Faites le compte : trois révisos ultragauchos à Issy, dont deux ne se cachent pas, deux anciens cocos à Clamart et Meudon, tandis que Céline est indéfinissable. Il était bretoc coupé, raciste anti-alcoolo. Il a su ne pas se compromettre dans la collaboration, car il savait politique en temps de guerre piégée.

Image du triangle antijuif du  bas Hauts-de-Seine est esquissée. Il est soumis à deux influences raciales, bretoque et helvétique. Le métis bretoc adore l’argot, comme Céline. Et il crée le sien. C’est au lecteur de comprendre, pas à lui d’expliquer. L’Helvète joue aussi rôle capital, même si Montandon est de lointaine origine françoise et si Soral semble avoir sang juif helvétique. Médecins sont également surreprésentés.

Une des raisons pour lesquelles hommage à Ratier eut lieu à Issy. Il a rassemblé toutes sortes de gens, même si ceux des droites nationales étaient majoritaires.

21 septembre 2015

COMPLOT TAKFIR

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 05:32

Nous avons cru un instant que l’explosion de la Mégane Renault de l’imprimeur de Charlie hebdo, dans l’Ain, était liée au complot takfir. Mais non, elle serait accidentelle, liée à l’acétylène que le bonhomme transportait.

L’idée de tuer cet imprimeur paraissait tordue. L’attentat du 7 janvier fut réussi pour les takfirs. Et puis il y a survivants de l’équipe de Charlie, mieux vaut les tuer que l’imprimeur. Revision se met dans la tête du takfir, qui sait éventuellement qu’histoire ne se répète pas. Images des frères Kouachy sont accessibles sur toile, ce sont des héros. C’est tout ce que le profane est invité à retenir.

Si les takfirs étaient moins cons, ils tueraient Caroline Fourest, par exemple, ce qui ferait jaser à Saint-Germain-des-Prés. Mais ils sont stupides. Ils se réjouissent du soutien apporté à leur État par Hollande et Fabius. Ils ne cherchent pas à les faire chanter. Leurs chefs savent qu’ils combattent pour défendre les intérêts présumés d’Israël, comme Hollande. Ils sont néanmoins un peu seuls à soutenir Hollande.

Leur calife ne leur a pas donné l’ordre de menacer Hollande. Ils savent DGRI puissante, moins souvent qu’elle est composée pour moitié de francs-maçons, car le prophète n’en n’a pas parlé dans le Coran.

Ce qui inquiète le François en revanche, car son État a pour mission première de le protéger. Or les spécialistes du cancan que sont les anciens RG en sont incapables. Ils furent formés pour infiltrer les groupuscules, mission facile. Mais peu d’entre eux parlent arabe, dont ils ignorent les différents dialectes, surtout quand ils sont codés. Ils s’appuient sur leurs batteries de calculateurs pour les aider et sur des harkis,  nombreux au renseignement.

Problème de l’homme et de la machine. Robots gagnent en puissance, mais renseignement humain demeure indispensable. Voyez l’Issisois, comment il décrit l’hommage à Ratier. Il ne dispose plus de son agent général libanais. Il a du mal à identifier chaque fils de la Veuve. Il se trompe parfois, mais il est sujet d’étude. Comme lui, DGRI a envisagé que l’explosion de la voiture de l’imprimeur pouvait être imputée aux takfirs, ce qui aurait brouillé les cartes.

L’Issisois n’est pas dupe quand DGRI envoie femme le draguer. En 2002, renseignement hongrois lui a lancé dans les pattes femme d’une trentaine d’années. En 2015, DGRI femme d’une cinquantaine d’années. L’Issisois a tout de suite compris qu’elle bosse pour DGRI car ses ongles n’étaient pas vernis. Une des raisons pour lesquelles il est étudié. Et consigne est désormais donnée : femmes de DGRI doivent mettre vernis à ongle pour infiltrer mal-pensants.

Guéguerre à la portée des anciens RG. Mais que faire par rapport au musulman et au juif, dont pensée orientale est compliquée ? Laisser tomber Descartes et Pascal, c’est clair. Mais après ? Le veuvard est pris au dépourvu.

Et c’est le dégéèriste qui protégerait le François ? Quelle plaisanterie ! Tout le monde sait DGRI impliquée dans l’attentat contre Charlie hebdo. Tout le monde soupçonne renseignement amerloque d’y avoir pris part.

Le complot takfir n’existe pas pour l’instant en France. Apprentis takfirs se montent la tête dans des mosquées. D’autres sur la toile. Certains aiment voir les têtes d’hommes tranchées. Ce n’est pas nouveau. D’aucuns partent à l’étranger pour le plaisir de tenir un fusil-mitrailleur dans les mains et d’en faire usage. Il y a amorces de réseaux takfirs en France, mais pas État dans l’État. Maintenant, si coalition militaire vainc ÉI, que deviendront ses soldats perdus ? Certains reviendront en France. Et il y tellement de cibles dans ce pays, que DGSE et DGRI ne pourront pas toutes les protéger.

C’est peut-être ce que craint Hollande quand il soutient ÉI, car il ne veut surtout pas qu’il soit vaincu avant 2017, année de sa réélection, dans ses rêves. Sinon, maçons de DGRI seront dépassés. Ils s’imaginent supérieurs au musulman car ils défendent la religion des religions. C’est vrai, car l’histoire s’est arrêtée il y a quatorze siècles pour le musulman, quand fut écrit le Coran. Seuls alévites et chiites considèrent qu’elle n’est pas totalement bloquée. Viennent ensuite sunnites, dont il est difficile de préciser les positions car ils n’ont pas de clergé, mais des mollahs, libres de dire tout et n’importe quoi, comme les rabbins. Puis les extrémistes wahhabites, alliés d’Israël et des USA. Enfin les takfirs, branche africaine de l’islam. Le maçon dégéèriste partage le point de vue de Revision.

Ce paragraphe est sorte de mémo’ pour adolescent étudiant histoire. Maintenant que Ratier a disparu, plus calé en politique qu’en histoire, il s’agit de prendre le relais. Remarquez que Ratier était spécialiste de politique française, ce qui serait maintenant peu de chose. Il n’a apparemment pas rebondi sur le 11 septembre, ni sur ÉI, mais il partageait les idées de l’Issisois.

Complot takfir n’existant pas comme nous l’avions un moment envisagé, disons mot de la Levalloisoise. Taille de guêpe, blonde aux yeux bleus. Enfin, haut de ses cheveux sont blancs, mais leur extrémité blonde. Et les blondes furent injustement dénigrées. La fille pria l’Issisois de lui faire compliment, il accepta. Il achetait alcool tandis qu’elle fut séduite par une crème de beauté Nivea. L’Issisois dit qu’il ne comprenait pas pourquoi les femmes dépensent fortunes en maquillage.

La Levalloisoise se défendit. Elle exposa la longévité des produits de beauté, deux ans pour un tube de rouge à lèvres ! Ce qui suggéra à l’Issisois qu’elle bossait pour le renseignement. On attendait à la caisse dite rapide. L’Issisois lui proposa de faire une sauterie dans la queue. Elle ne répondit point, car elle est habituée à ce genre de plaisanterie à Levallois, où elle est entourée de machos.

Alors l’Issisois remarqua que la Levalloisoise n’avait pas de vernis à ongle. La chatte s’est sentie démasquée. Elle s’aperçut aussitôt qu’elle avait commis faute professionnelle. Elle eut honte, surtout qu’il y avait crasse sous ses ongles. Forcément, à Levallois, femmes ne prennent pas de gants quand elles interrogent suspects.

Puis elle a dit miaou et s’est enfuie pour trouver lime à ongle, en priant l’Issisois de lui garder sa place. Servile, l’Issisois a fait volte-face, il attendit les nouveaux queutards. Négresse est arrivée, il l’a prévenue que place qui la précède était celle d’une dame qui allait revenir bientôt. La négresse a acquiescé, elle a peut-être vu en l’Issisois gentil toutou.

La Levalloisoise a traîné. Elle n’a pas pris lime à ongle mais brosse à ongle. Elle a changé de crème, Nivea lui ayant paru trop pipole. Forcément, devant la crème révsote, femme ne se farde pas à la légère.

Histoire ne s’arrête pas là, mais suite est secrète. Les deux se reverront sans doute, tandis qu’Issy compte pénétrer Levallois.

C’est ça la guerre entre Issy et Levallois dont Revision jase depuis des mois ? Elle est bidon, disent mauvaises langues. Plus sérieusement, Les wahhabites d’Arabie Séoudite font la guerre aux chiites au Yémen, comme ÉI en Irak, sans doute pour avoir le soutien des sunnites. Mais l’émirat commence à redouter ÉI et les attentats qu’il pourrait commettre à La Mecque. Le plan d’Israël et Arabie Séoudite de favoriser la création d’ÉI pour combattre Iran et hezbollah, et les chiites en général, beaucoup plus nombreux que les alévites, a pu sembler rusé, mais il y a de vrais fanatiques parmi les takfirs, qui ont désigné leur calife pour régner sur tous les musulmans, y compris les wahhabites.

Désir des Républicains d’entrer en guerre se confirme, tandis qu’une dizaine d’anciens soldats français vont s’engager sur le terrain à côté des peshmergas. Ils brandiront le drapeau tricolore. Enfin une vraie opposition politique entre Hollande et les Républicains. Les personnes déplacées du Proche-Orient en Europe n’ont pas vocation à y rester, mais à retourner dans leur pays d’origine. En zone sécurisée, comme dit Marine Le Pen, où la liberté de religion sera de nouveau assurée. Ennuis en perspective pour Hollande, car cette opinion va être de plus en plus majoritaire.

Page suivante »