Alain Guionnet – Journal Revision

28 avril 2015

SIGAUT A A.F.

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 16:19

Marion Sigaut apparaît presque à poil quand elle répond à Action française. Ancienne des Jeunesses étudiantes chrétiennes, puis gauchisante, voire féministe, Sigaut étudia histoire après ses cinquante ans. Elle débarqua dans cette science alors qu’elle avait perdu beaucoup de neurones. Selon elle, Voltaire était escroc et incestueux, pourquoi pas ? Tout philosophe n’est-il pas escroc ?

Voltaire était raciste, pas seulement antijuif mais antinègre, antiturc, etc. Il aurait parlé d’exterminer dans la vulgaire acception du mot. Bref, le roturier Arouët, plus que Sigaut, serait incarnation de l’esprit juif. Sigaut instruit uniquement à charge contre Voltaire, ce « milliardaire » intrigant et radin.

Difficile d’entrer dans l’histoire du chevalier de la Barre, condamné à mort par le tribunal d’Abbeville à l’âge de 19 ans pour profanation. Difficile de prendre le parti des jésuites contre les « magistrats jansénistes », qui auraient annoncé le triomphe de la franc-maçonnerie. Que les jansénistes, avant les francs-maçons, contribuassent à la révolution de 1789, c’est certain, mais ils disparurent par la suite.

Affaire de l’Hôpital général qu’elle évoque est au moins aussi intéressante. A Hôtel-Dieu étaient soignés les bourgeois, jusqu’au jour de 1656 où le jeune roi Louis XIV fit ouvrir l’Hôpital général destiné aux pauvres. Mais c’est au siècle suivant que le déroule l’intrigue, beaucoup de choses ayant changé dans l’histoire du jansémisme, ennemi de Sigaut. Elle fut presque glorieuse au dix-septième siècle, avec Lancelot et Pascal, quand ce courant de pensée était celui de la noblesse nationale éclairée. Mais au dix-huitième siècle, il n’était plus le même. Supposons que les jansénistes eurent leur heure de gloire au dix-septième siècle, qu’ils furent récupérés et en partie dévoyés au dix-huitième siècle, qu’ils disparurent au dix-neuvième, nous ne sommes pas loin de la vérité.

Même phénomène que pour mai 68 dans sa version situationniste. Sous les pavés la plage et l’imagination au pouvoir sont jolis slogans, mais voyez la suite, l’assassinat vraisemblable de l’ancien maoïste Benny Lévy par le Shin Beth en Israël, à cause de sa culture trop bord de Seine, la conversion de nombreux trotskistes juifs au mondialisme, internationalisme du capital financier. D’où devrait suivre prochaine disparition des soixante-huitards, comparable à celle des jansénistes. Seule différence, histoire va plus vite de nos jours. Esprit janséniste et ultragauchiste n’ont cependant pas disparu, comme cherche à le démontrer Revision, qui défend forme de vertu.

Sigaut prétend que « tout ce que raconte Voltaire est faux ». Avant de se raviser, car quelques-uns de ses propos sont vrais. Voltaire, ennemi des jésuites et des « convulsionnistes », comprenez jansénistes, dénonça les orgies de religieuses et de curés jansénistes qui eussent lieu à Hôpital général, avec disparition et trafic d’enfants, dont elle ignore ce qu’ils sont devenus.

Deux hypothèses viennent à esprit : ces enfants devinrent proies de pédophiles, ou bien ils furent torturés et tués, ce qu’adorent certains hédonistes. Quant aux bébés des religieuses nés des orgies, le plus simple était de les tuer et de les enterrer dans le jardin du séminaire d’Issy, où personne ne pourra les trouver.

Sigaut est aussi obsédée sexuelle que maints gars. Selon elle, des religieuses couchaient avec des prêtres à Hôpital général, pas l’inverse. Elle emploie le masculin en parlant d’elle. Elle dit «  j’étais née républicain », quelle horreur ! Selon la gueuse, le genèvois Voltaire aurait défendu les intérêts de la banque « protestante » dans l’affaire Callas, c’est possible.

Mais elle oublie beaucoup de choses. Opposition entre jansénistes et jésuites fut vive au dix-huitième siècle, mais elle ne cause pas du rôle déterminant joué par les francs-maçons. Parce que ce sujet est tabou, supposé inaccessible à la tête noire ? Aussi, jusqu’à preuve du contraire, Revision voit en Sigaut franche-maçonne, qui se teint sans doute les cheveux. Veuvards sont décidément infection en milieu mal-pensant.

Sigaut est nulle en françois, la garce cause de « bas de page », qui n’existe pas, tout lecteur d’archives ou de BN sachant qu’une page a une tête et un pied, comme un lit.

Eh oui, Sigaut, ouvriers du livre te surveillent. Tu fais mine d’être mal-pensante, mais tu ne l’es pas, tu sèmes confusion. Tu es franche-maçonne, avoue-le ! Gageons que la salope ne répondra pas.

Quand on jase vulgairement comme elle, qui feint d’ignorer le subjonctif dit imparfait, quand elle parle des édits du Roy enregistrés au parlement, au lieu de registrés, quand elle emploie le masculin en causant du métier ou de la pensée d’une femme, quand elle est uniquement capable de dire faire accroire, non seulement elle prône loi du genre unique, mais elle trahit les intérêts de race françoise. Elle défend les impostures qu’elle prête à Voltaire. Voilà la vérité, comme disait le commandant Poisson.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :