Alain Guionnet – Journal Revision

27 avril 2015

HOLLANDE AU « STRUTHOF »

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 23:08

Dimanche 26 avril, Hollande s’est recueilli devant la chambre à gaz du camp de concentration dit de Struthof, dans le Bas-Rhin. Il est le premier président de la République à avoir eu ce culot, car l’inexistence de cette chambre à gaz fut prouvée par l’État après-guerre, qui ordonna d’autopsier les corps des 86 victimes du prétendu gazage expérimental qui s’y fût déroulé. Conclusion : ces gens ne sont pas morts de gaz asphyxiant. Même Juifkipédia n’en parle pas.

En revanche les auteurs de cette encyclopédie parlent des juifs hongrois déportés pour motif racial qui y furent internés en 1944, ce que nous ignorions. Des juifs y furent sans doute détenus avant pour motif non-racial, mais ils furent peu nombreux.

Le boche parlait de Natzweiler, l’alsaco de Natzwiller, jamais du Struthof, les noms des CC ayant été modifiés par les prétendus vainqueurs, Struthof étant localité voisine de Natzwiller ; aussi peut-on penser que la plaque d’entrée du camp portant inscription  « Konzentrationslager Natzweiler-Struthof », CC Natzweiler-lès-Struthof, fut forgée après-guerre, sans certitude.

France-info, radio d’État, après une grève corporatiste d’un mois, a le plus largement rendu compte de la visite d’Hollande de la chambre à gaz de Natzwiller, qui n’a pas existé. France-info a dit Natzwiller, pas Natzweiler, comme si ses journalistes jasaient alsacien. Elle a d’abord parlé de 20 000 morts sur 52 000 détenus, puis de 22 000 morts, juifs et tziganes notamment. Or peu de juifs et quasiment aucun tzigane y furent internés. De mémoire, il y eut près de 16 000 morts, y compris par exécution, quelques dizaines. A vérifier. Dans le camp et ses nombreux commandos, près de cinquante.

D’un côté nous avons peur en voyant l’acharnement d’État contre Reynouard. De l’autre, nous ne supportons pas insultes d’Hollande et Valls aux « négationnistes ». Révisos exagèrent parfois, mais ils n’ont pas toujours tort. Étant entendu qu’opération Struthof des crapules fut dirigée contre les « négationnistes ».

Copain de Guionnet lui a conseillé de ne point jaser de ce thème, mais il le fait avec son expérience de vie concentrationnaire et après avoir étudié les aveux de Josef Kramer, longtemps chef de Natzweiler.

001

Kramer avait regard bovin, comme maints journalistes de France-info. Mais était-ce raison pour le pendre en décembre 1945 ?

Résumé de la fin de vie de Kramer. Chef de Belsen, il se rendit à l’armée britannique, persuadé d’avoir fait son métier de soldat ayant obéi aux ordres. Les Anglais l’interrogèrent longuement sans le torturer, meilleur moyen pour obtenir informations. Près de six mois plus tard, justice militaire vint le trouver dans sa cellule, sous prétexte qu’il dirigea pendant longtemps le CC de Natzwiller, rebaptisé Struthof, le seul qui se trouvât sur le territoire français après le 8 mai 1945.

L’interrogatoire se déroula en deux temps. Justice militaire française voulait faire avouer à Kramer un gazage homicide en France, et elle se contenta d’un gazage expérimental de moins de cent personnes, que Kramer n’avait pas personnellement dirigé. Puis elle l’attaqua sur Auschwitz 2, que Kramer avait commandé au printemps-été 1944, quand y arrivèrent des centaines de milliers de juifs hongrois gazés pour la plupart lors de leur arrivée dans l’« usine de la mort », expression soviétique. Comme Natzweiler, Auschwitz 2 fut rebaptisé de façon poétique Auschwitz-Forêt de bouleaux (Birkenau). Une fois encore, Kramer ne commandait pas les massacres, c’était Höss, chef suprême des camps d’Auschwitz et de ses innombrables commandos, qu’il n’était pas à l’époque, le coupable.

Justice militaire française se contenta de ces aveux de Kramer, elle avait bien fait son travail. Lors du procès de Belsen dirigé par justice militaire anglaise Kramer fut bien sûr condamné à mort. Après son arrestation, elle lui avait surtout demandé s’il y eut des citoyens britanniques décédés dans les différents CC qu’il a dirigés, crime de guerre avant l’accord de Londres du 8 août 1945, qui inventa un nouveau crime, contre l’humanité, sur proposition de la délégation française inconstitutionnelle, surtout composée de juifs. Il y eut sans doute petit nombre d’engluches morts dans les CC que Kramer a dirigés, par exemple des prisonniers de guerre, assez bien traités, déportés car ayant commis grave infraction, ou espions de Sa Grâcieuse Majesté, dont quelques-uns furent serrés, ou encore escrocs ayant tenté d’arnaquer le Reich.

Après la mort de Kramer, en 1946, les propagandistes se déchaînèrent contre lui. Kramer n’était plus qu’un ignoble boucher sadique adipeux. Mais voyez sa photo. Il mangeait bien et était légèrement joufflu, c’est tout.

Nous ne cherchons pas à défendre sa mémoire, dont nous nous fichons, soldat obéissant aux ordres n’étant pas forcément apprécié. Mais tentation d’écrire histoire pour les nuls était tentante. Revision est spécialiste de Kramer. Contrairement à l’ensemble des révisos de France, Faurisson, Reynouard, Theil, etc., qui ne sont pas purs françois, elle accuse justice militaire française pour le rôle capital qu’elle a joué dans le montage holocaustique. A coups de baguette, de cognac et de calvados.

Un commentaire »

  1. Puis-je me permettre de souligner une apparente contradiction… Vous vous dites « réviso » et pourtant vous reprenez à votre compte un récit évoquant des « centaines de milliers de juifs hongrois gazés pour la plupart lors de leur arrivée… » Vous ne négationnisez donc qu’à moitié, ou c’est moi qui ne comprends rien ?

    (Attendez, ce n’est pas moi qui cause. C’est propagande qui prétend que centaines de milliers de juifs hongrois furent gazés à Auschwitz, alors que tout le monde sait que c’est faux, NDLR.)

    Commentaire par Michel Mertz — 28 avril 2015 @ 15:26 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :