Alain Guionnet – Journal Revision

16 avril 2015

HÉDONISME DE VEUVE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 06:53

Le film de Maurice Caillet « Témoignage : la franc-maçonnerie est satanique », qui date d’il y a neuf mois, arrive nettement en tête de ses autres allocutions sur YouTube, avec près de 200 000 vues, y compris avant celui tourné lors de sa conférence à Main d’Or, 110 000 vues, datant d’il y a onze mois. Enfin propos fiables sur la Veuve d’un chirurgien gynécoloque réputé bretoc, bien que né à Bordeaux, ville ayant autrefois passé pour juive portugaise, en 1933.

Éduqué en Côte-d’Armor, il fut peut-être le seul de sa classe à l’école à ne pas avoir été baptisé, ce qui n’était plus le cas quand il monta à Paris poursuivre ses études de médecine en deuxième année. Ses parents athées lui avaient dit qu’il choisira sa religion quand il sera adulte, à l’âge de 21 ans. Caillet fit toutes ses études à l’école dite laïque, sans savoir qu’elle est d’inspiration maçonnique. Coulé dans ce moule, il en sortit progressiste, partisan d’interruption volontaire de grossesse, mais pas après 10 semaines. Il posa aussi stérilets et ligatura trompes.

Remarqué pour la qualité de son travail, il fut convoqué par le grand-maître du Grand-Orient de France en 1968 pour entretien, pendant que barricades étaient érigées dans les rues. Il se fit initier en 1970 et franchit en quinze ans tous les grades jusqu’à celui de Chevalier Rose-Croix, dix-huitième. Avant de se convertir au christianisme, après que l’état de santé de sa deuxième femme, Claude, se fut soudain amélioré, après un séjour qu’ils firent à Lourdes et son passage à la piscine réservée aux femmes, où tout homme, même médecin, était proscrit. Caillet demanda d’abord à être baptisé à un curé du Vatican, auquel il avoua sa condition de franc-maçon. Le prêtre lui répondit que c’était compliqué dans son cas, qu’il lui fallait demander l’autorisation à l’archevêque. Aussi s’adressa-t-il à l’église gallicane de Rennes, qui le baptisa sans formalités.

Caillet fut d’abord récompensé par Cadet, puis sanctionné. Les premiers juges l’avaient débouté de sa demande de divorce avec sa femme à torts partagés. Aussi Veuve lui proposa rendez-vous avec le président de la cour d’appel de Rennes, auquel il exposa sa cause. Peu après la cour prononça son arrêt : torts partagés ! Cadet lui proposa ensuite d’entrer à la Sécurité sociale à un poste élevé, bien que son salaire fût beaucoup plus modeste qu’avant. Or il aurait accepté de dialoguer avec des syndicalistes CFDT d’inspiration chrétienne, pas seulement avec ceux de FO, succursale de la Veuve. Et puis, il aurait conseillé à une femme souhaitant avorter de rencontrer un couple stérile désireux d’adopter un enfant avant de prendre sa décision, initiative lui ayant été reprochée par Cadet. Bref, Caillet fut mis au placard de Sécurité sociale, comme on dit.

Avantage de Caillet, ce qu’il dit est fiable sur le rit de la Veuve et sur l’énorme influence politique dont elle jouit. Il nous apprend au passage que Thierry Meyssan est veuvard et qu’il fut exclu de la secte pendant un an pour ses propos. Aubry aussi appartenait au Réseau Voltaire. Le mal-pensant Meyssan a donc double casquette. Non seulement il est giton, mot plus recherché que pédé, mais aussi veuvard, ce qu’on reste toute sa vie à partir du grade de maître de loge bleue. Signe de notre époque, veuvards se révoltent contre la politique de la pensée unique, car ils sont surreprésentés chez les mal-pensants, comme Roland Dumas, de Cadet, ministre des Affaires étrangères pendant dix ans sous La Francisque.

images-2

Giton gitan

Jeu de mots tentant que giton gitan. Giton est francisation de Gito, personnage de Pétrone dans le Satyricon. Gito ou Giton est jeune, compliment pour Meyssan. Giton entra dans l’usage au dix-huitième siècle grâce à Voltaire, selon Académie française. Voyez à quel point Voltaire est sournois ! éructe Sigaut, qui ne cite jamais les propos de l’écrivain sur bite et cul. Énorme lacune, même si on peut discuter de la question de savoir qui, de Voltaire ou Mirabeau, fut le plus prolixe et convaincant sur ces thèmes. Il nous a toutefois paru conseillé de traiter Meyssan, fondateur du Réseau Voltaire, de giton. Revision préfère plutôt Mirabeau pour ses histoires de cul, mais Voltaire et Mirabeau sont complémentaires, tous deux ayant vu en excision du prépuce shoah.

Actuellement journaliste au Proche-Orient, Meyssan vit en Syrie, où il défend intérêts d’Iran et de Syrie. Ses employeurs se fichent de sa pédérastie et de sa condition de veuvard. Au contraire, c’est valorisant à leurs yeux.

Mais venons-en à ce que Caillet nous suggère sur l’infanticide. Il dénonce l’« hédonisme » de la Veuve, consistant à se faire plaisir par tous les moyens. Ce qui a entraîné le vote de lois successives prônant liberté sexuelle débridée, qui se multiplient. Sous toutes ses formes, pédophilie étant souvent tolérée. Le médecin sait aussi qu’autorisation d’euthansie entraînera abus, comme en Belgique. Il se demande quand le viol d’homme par trois femmes sera autorisé, phénomène depuis longtemps observé. Même si les femmes-soldats de l’armée russe qui violèrent des civils hongrois en 1944-1945 n’étaient pas toujours trois. Pendant qu’une montait le bonhomme, la seconde le tenait en joue. Ladite loi du genre va dans ce sens.

L’impunité des soldates de l’armée soviétique leur était garantie par leur statut, mais celle d’auteurs d’infanticides peut l’être tout autant, ce qu’elle fut dans le passé un peu partout dans le monde. Or si tuer enfant fait plaisir au meurtrier, pourquoi l’hédoniste le lui interdirait-il ?

Cela va plus loin que les infanticides de bébés opérés en France sous Ancien Régime pour raison de force majeure, croit-on savoir, même si mortalité naturelle des nouveau-nés était plus élevée que maintenant. Auquel cas il s’agissait d’oublier au plus vite leur mort, surtout s’ils n’avaient pas été baptisés.

Infanticide devrait bientôt être autorisé par loi sur euthanasie. Mais pas infanticide par hédonisme, qui sera de moins en moins condamné en justice, qui frappe beaucoup plus lourdement le profane que l’initié. Caillet parle de cette inégalité maçonnique première entre les hommes, puis de celle de la hiérarchie veuvarde, avec ses cercles intérieurs et extérieurs, expression qu’employa avec succès George Orwell dans Le dernier homme en Europe ou 1984, quand il décrivit les partis intérieur et extérieur de Grand Frère.

Caillet dit que sommet de la pyramide maçonnique est inconnu, tandis qu’Orwell a indiqué que c’est Goldstein qui se trouvait à sa tête. C’était lui Big Brother.

Films de propagande antimaçonnique prolifèrent, mais méfiez-vous des bobards qu’ils colportent. On se demande même parfois par qui ils sont tournés, car une des armes de Veuve consiste à produire propagande antimaçonnique bidon.

Certains prétendent que Voltaire fut franc-maçon, information trompeuse. Voltaire le devint certes 15 jours avant sa mort, en étant exempté de cérémonie rituelle à cause de son état de santé. Le vieillard s’est peut-être senti flatté par le soudain intérêt que lui portait l’ordre, alors que Veuve voulait récupérer son œuvre, car il avait dénigré avec talent les trois grandes superstitions religieuses ; franc-maçonnerie étant école du complot, où le frangin s’imagine approcher arcanes du pouvoir politique et financier, ce qui est en grande partie illusoire. Meux encore pour Roger Peyrefitte, promu au grade de trente-troisième par le Grand Orient d’Italie pour son livre Les fils de la Lumière, alors qu’il ne fut jamais initié. Ennemie d’histoire, maçonnerie a prétendu que Voltaire était franc-maçon, mais pas Peyrefitte à notre connaissance, l’affaire étant connue du public.

Caillet a trouvé mot juste pour caractériser politique maçonnique contemporaine, son hédonisme. Tout devrait être permis pourvu qu’on se fasse plaisir, surtout quand on est puissant ou haut grade. Polanski, Frédéric Mitterrand, Santini et tant d’autres ne furent jamais sérieusement inquiétés pour leur pédophilie, surtout qu’ils payaient souvent de modiques sommes d’argent pour enculer de jeunes garçons, plus souvent que des filles. Coutume, comme l’infanticide, répandu un peu partout dans le monde. (Santini affirme qu’il n’est pas veuvard, c’est possible, car il appartiendrait à une autre « secte », celle des mafieux.)

Selon Juifkipédia, Caillet aurait fréquenté pendant un temps l’ARMORC des prétendus rosicruciens, dont l’antenne parisienne est liée aux services secrets amerloques. Mais son rit est différent : seul le maître s’exprime en loge, tandis que tout frangin peut intervenir en atelier. Il expose certes ses observations au maître de séance, qui dirige le forum, tandis que rosicruciens versent parfois grossièrement dans la magie et l’occultisme, peut-être en partie parce qu’ils sont réduits au silence. Veuve serait plus propice à réflexion que cercles rosicruciens, qui diffuseraient quatre bulletins par mois à leurs adeptes, supposés les apprendre par cœur.

Exemple de truc occultiste : regardez-vous le temps qu’il faudra dans un miroir jusqu’au moment où vous verrez ce qu’il y a derrière. Truc pourtant connu, car quand une femme-soldat britannique se regarde nue dans un miroir en brandissant le Times, on lit Semit. Il faut parfois longtemps à l’apprenti, fasciné par la nudité de la femme, pour comprendre. Idem avec Monde et Démon.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :