Alain Guionnet – Journal Revision

22 février 2015

DANGERS DU COMPLOTISME

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 01:24

Ces derniers jours Revision est tombée dans le piège du complotisme, sachant qu’il n’y a pas un complot, mais plusieurs. Elle a commis erreurs de dates fatales pour l’historien, qui, en théorie, se tire une balle dans la tête quand il en commet une. Mais pas Guionnet, qui avoue ses fautes et tente de retomber sur ses pieds. Il s’est planté sur les dates de parution des papiers de ladite Julie Couronne et dudit Riton le Besogneux. Ils n’a presque pas modifié ses articles car ils sont témoignages.

Complot antijuif a pris nouvelles proportions depuis le début de l’année, surtout en France. Les criminels ne sont plus seulement sarrazins, mais aussi nègres, et il est prévisible que des François convertis à l’islam s’y mettent à leur tour. Du coup, flics seront paumés, contrôles d’identité au faciès ne suffiront plus. Juifs de France commencent à partir vivre en nombre sur d’autres continents, en Israël, mais aussi en Amérique et en Océanie. Phénomène observé il y a quelques années en Suède.

Pas besoin d’attentats, petite délinquance suffit. Vous crevez les pneus de la bagnole du juif d’à côté, quasiment sans risque de vous faire serrer, auquel cas vous n’iriez pas en taule, votre mobile n’étant pas antisémtique, et la victime tire la gueule. Elle fait tout ce qu’elle peut pour être remboursée par sa compagnie d’assurance, ce qui marche une fois, mais pas deux ni trois. Puis elle se barre dans un pays englo-saxon, car tous les juifs de Suède ou presque causent rosbif. Plutôt qu’en Israël, dont ils savent prix élevés et argent difficile à gagner. Voilà commment plusieurs milliers de juifs furent exterminés de Suède depuis la dernière décennie.

Au Danemark, c’est à peine différent. Omar El Hussein poignarde un jeune homme dans une gare sans qu’on sache pourquoi, il passe tout au plus un an en mate. Dans sa cellule trois étoiles, comparée à celles de France, il découvre les attentats du 7 au 9 janvier à Paris (Montrouge étant rattachée à Paris). Il se dit mince, quel carton ! Trois flics et au moins six juifs descendus ! Il sort de prison, s’équipe, puis tue deux personnes, dont un synagogard, et blesse cinq flics. On ne saura jamais s’il détestait plus le flic que le juif, ou l’inverse. Son tableau de chasse est moins élevé que celui de ses trois collègues « français » (17 morts, demi-douzaine de blessés). Mais il est pas mal, juge le taulard dur, car il existe internationale des taulards comme internationale des flicards. Quel rapport avec l’islam ? Difficile à dire.

Le juif comprend qu’il y a danger pour sa pomme en partie à cause de la politique pénale laxiste des pays d’Europe. « Bourgeois » juifs et loubavitch restent en France, mais pas les juifs arabes, dont beaucoup foutent le camp en Israël, avant souvent de faire le chemin inverse, car ils sont méprisés en Israël, où prisons sont pleines de juifs arabes. Même si vous êtes juif turc, vous passez pour juif arabe, race uniquement jugée supérieure au Falacha, nègre honni. Ce que Zemmour sait, mais il se garde d’en parler.

En France aussi, le juif arabe est méprisé par les trois autres grandes catégories de juifs du pays : du pape, portugais et allemands. Dans ordre chronolique, juifs allemands étant de loin les plus nombreux. Depuis la dernière guerre on peut y ajouter juifs hongrois et polonais. Avec cette distinction : le juif hongrois âgé modère son fils, intoxiqué par la propagande médiatique, quand il s’excite contre le réviso antijuif, car il est persuadé que c’est dangereux. En France, juifs d’Europe ne s’opposent pas aux juifs arabes à cause de leur race, ce qui est interdit par la loi, mais à cause de leur incroyable prétention : ils donnent leçons aux juifs d’Europe sur la façon dont ils auraient dû s’y prendre pour éviter la Shoah, quel scandale ! Notez d’ailleurs que toutes les grandes gueules bellicistes juives de France sont d’origine arabe, aussi bien Lévy que Zemmour. Le juif allemand habite souvent Paris, le juif arabe la banlieue. Les juifs d’Europe sont beaucoup plus prêts à laisser tomber le culte de la chambre à gaz d’Auschwitz que les juifs arabes, même s’il semble indispensable pour Israël.

Jugement du complotiste Reynouard : il sait que les juifs allemands sont souvent prêts à abandonner Auschwitz. L’État leur a proposé la Shoah par balles propagée par le père Dubois en remplacement. Elle a trois avantages. Elle est floue, difficilement vérifiable et en partie vraie, car Hitler livra une « guerre totale » à l’empire judéo-bolchévique. Vovez les ordres du commandement militaire du Reich sur la toile. La guerre sur le front russe ne fut pas semi partie de rigolade comme la campagne de France de 1940, quand partie des droites nationales et communistes étaient favorables à la victoire du Reich. Or on ne gagne pas une guerre quand 20 % de la population y est opposée et 60 % indécise, 14-18 ayant été « la der des ders ». Avec une armée composée en grande partie de paysans contre une armée d’ouvriers assez souvent qualifiés. Il y avait aussi paysans dans l’armée boche, mais ils cultivaient leur terres avec leur tracteur, tandis que la plupart de leurs homologues français en étaient restés à la charrue. Et que pensez-vous qu’il arrivât ? Le tracteur a vaincu la charrue. Nouvelle illustration de la campagne de France.

Mais revenons-en aux complots, celui du tracteur contre la charrue étant secondaire et connu de tous. Quand on y pense, on en voit partout. Il y a complot contre Revision, dont beaucoup de gens ne comprennent pas l’attirance pour histoire d’il y a cinq mils ans et plus. Ils entravent mieux son hostilité au Sarrazin, car Guionnet fut tué en vallée de Ronceveaux par des Basques dits sarrazins. Fiction, mais histoire est somme d’anecdotes douteuses, tandis que le public se souvient des bobards : Guionnet se trouvait dans la vallée de Ronceveaux, il a combattu jusqu’au bout les Sarrazins avant de succomber.

Mensonge nous amenant à dénoncer les comploteurs antisémitiques. Beaucoup vantent Guénon, converti à l’islam, comme Garaudy plus tard (notez à quel point les noms des antijuifs français ont souvent pour initiale g). Comploteurs comme Soral, dit la grosse Bertha, comme le finaud Blanrue féru d’occultisme, comme Reynouard, qui dit seulement qu’il n’est pas contre l’islam, sont unis contre Revision. Mais quand on est antijuif, on est contre l’islam. Une des raisons pour lesquelles comploteurs antisémitiques sont opposés à Revision, qui ne se prosterne ni devant les papillotes du rabbin ni devant les babouches de l’imam.

Nous soupçonnons Danny de bosser pour DGSI. Lisez commentaires des papiers, parfois plus éloquents que les articles. Danny aurait tendu deux pièges à Revision, en vantant van der Lubbe, prétendu incendiaire ultragaucho du Reichstag en 1933, puis en prônant « soutien inconditionnel » à Reynouard, opinions que nous ne partageons pas.

Lubbe était sans doute innocent, tout le monde ou presque a fini par le reconnaître, tandis que Reynouard est connard, ce qui n’est pas crime, et que le foutre en taule précipite faillite de France. Or nous ne voulons pas atteindre prochainement le fond d’océan Atlantique ou de mer Méditerranée, comme le Grec actuellement en mer Égée. Reynouard est con, tout le monde le sait, mais l’emmater est stupide.

Agent présumé de DGSI et hordard Danny se ravise : oui, Lubbe était peut-être innocent ; oui, régime hitlérien a commis crimes ; oui, Reynouard est narcissique et dit conneries. Mais violence est recommandée en histoire, et patati et patata.

Ladite Julie Couronne ou Freya von Asgard donnait conseils sur comportement à avoir en garde à vue en 2012, ce qui suppose qu’elle savait un peu de quoi elle parlait. Elle se mettait dans la peau du fonctionnaire de police, d’où déduction d’Aldebert : Pfister bossait pour DRSI, rebaptisée DGSI par Hollande. Il a peut-être raison, car action des services de renseignement est toujours à chercher dans les complots ou tentatives de complot. Accord fut finalement trouvé : Pfister est barjot, mais il y a barjots à DGSI. Moyennant quoi on ne verse pas dans le complotisme.

Conseils de source fiable cette fois : quand les flics vous parlent d’autres gens, fermez votre gueule. « Vous connaissez Guillaume ? » — Oui. » « Que pensez-vous de lui ? » — Rien. » « Vous savez-vous accusé de crime de la pensée ? » — Oui. » Les flics sont contents, ils ont obtenu réponses. Certes, « oui, rien, oui », c’est bref, mais les poulets sont satisfaits, ils ont caqueté, ils ont fait leur boulot. Ne répondre à aucune de leurs questions en revanche est déconseillé, car vous filerez droit en préventive.

Expérience de Guionnet est surtout celle d’affaires de presse. Plusieurs fois interrogé par la quatrième DPJ, flicards lui ont demandé, hors interrogatoire, d’où viennent les chambres à gaz. « De documents soviétiques. » Les flics savent que c’est inutile d’interroger Guionnet sur ses relations, car il ne dira rien. Même au commissariat d’Issy dernièrement, où il fut interrogé à la suite d’une plainte déposée contre lui par la Führerin d’Historia, qui habite soi-disant rue du Moulin de Pierre, en réalité dans une impasse à quelques dizaines de mètres du domicile de Guionnet, pas loin de l’emplacement de l’ancien moulin. Guionnet peut facilement tuer la Bétry, mais il ne le fait pas. Faussaires prétendent que nom de rue du Moulin de Pierre a origine étrangère, clamartoise, mais c’est faux. Moulin de pierre est celui d’Issi.

En partant d’Issi ou d’Isci (on employait ces deux écritures sous Clovis, au sixième siècle), on a découvert en quelques jours que ce mot signifiait hauteur en galois. Hauteur variable, car Issy-l’Évêque fut construite sur un monticule, Issoudun sur un promontoire, Issy sur une butte. Nous répugnons à dire les Moulineaux, ajout du vingtième siècle. Sans jaser de Marly-sous-Issy, commune proche d’Issy-l’Évêque, village de Bourgogne d’une centaine d’habitants se trouvant à une altitude de près de 400 mètres. D’où origine possible du nom du village. Issy-l’Évêque fut construite sur un monticule, Issoudun sur un promontoire, Issy(-les-Moulineaux) sur une butte naturelle, contrairement à Issoudun, où le Haut fut surélevé par le travail humain, comme ce fut peut-être aussi le cas à Issy-l’Évêque.

On écrivit ici ou issi, adverbe de lieu, accessoirement de temps (d’ici là), au dixième siècle, coïncidence ? Non, car ici est mot d’origine galoise, nullement latine. Robert sème confusion en prétendant que ci et ici sont tirés de hic en latin populaire. Mais il y a un hic, ici n’a pas de rapport avec hic, mot latin ou italien conservé en français, en revanche avec isci ou issi, qui signifiait hauteur, élévation, bosse en galois. Larousse d’ancien français pécise que « l’identification étymologique [d’ici] n’est pas assurée », c’est le moins qu’on puisse dire.

Bien sûr, étymologie d’Issi ne fut pas découverte en quelques jours, mais après plusieurs mois de recherche sur l’histoire d’Issy, tardivement dit les Moulineaux. Sur le village d’Issy au masculin, car Issy est devenue ville au dix-neuvième siècle. Prétendu juif Malthête a dénigré Guionnet pour sa passion d’histoire d’Issy, car il pressentait le danger que représentent l’Issyquois, l’issoldunois, l’Issymarlyssois et l’Issisois, qui sont solidaires. Malthête craignait que Revision découvrît l’origine galoise d’issi, ici en novlangue. Malthête est magyarisant et considère que l’Issisois est le plus dangerux de la bande des quatre.

Mais passons, revenons-en aux conseils que nous donnons aux gardés à vue : ne signez jamais déposition sans la relire et la faire corriger, ce qui est facile avec le calculateur. Surtout que le flic ne reproduit pas vos propos, mais les interpète à sa manière. Trucs que ne savaient peut-être pas les branleurs de Sarre-Union. Gendarmes ont apparmment fait avouer à certains d’entre eux qu’ils auraient crié Heil Hitler! etc. Auquel cas c’est délit de presse dont prescription est courte. Si leurs avocats ne sont pas stupides, ce qui est rare, ils pourront dire que les prétendus cris antijuifs des cinq branleurs ne peuvent pas être retenus à charge parce que prescrits lors de leur procès.

Recette de cuisine qui ne marchera sans doute pas, car le proc’ de Saverne a ouvert information judiciaire qui interrompt la prescription. Et puis, tout le monde est maintenant au courant de cette ruse de sioux. Mais l’important est que l’issisoise Revision soutient les branleurs de Sarre-Union sans les approuver. Elle dit à leurs futurs juges : ils ont déconné, mais ne bousillez pas leur vie. Ne les cramez pas, comme on dit en langage holocaustique.

Enfin deux conseils capitals en garde à vue, le premier pour mémoire : ne parlez jamais des autres et ne craquez pas, car les flics finiront par se lasser, surtout qu’ils ne peuvent plus frapper les suspects comme avant. Vous avez devant vous  fonctionnaires en partie impuissants, ne l’oubliez pas.

Un commentaire »

  1. On ne joue pas avec le feu, mais le juif est joueur pour son plus grand malheur. Il n’imagine même pas, là est sa faiblesse, que le goy — aussi méprisable soit-il à ses yeux — se révèle supérieur à lui dans sa capacité à changer les règles et le but du jeu. Le goy, contrairement à ce qui est communément admis, possède toujours plusieurs coups d’avance, le juif étant en fin de compte tellement prévisible dans ses actions et réactions. Le juif est femelle, tout comme le peuple.

    Il n’y a pas de fumée sans feu aurait dit Göring après l’incendie du Reichstag. Son plan d’élimination du parti communiste, mis à mal par cet imprévisible incendie, dut être accéléré. L’ordonnance d’exception rédigée dans la précipitation et promulguée le 28 février 1933 ne suscita pas le rejet de l’électorat et recueillit l’approbation de la bourgeoisie, hostile aux communistes et prompte à se livrer au plus offrant. Van der Lubbe, innocent parce que naïf, qui avait en vain protesté contre le régime d’injustice de la nouvelle Allemagne, alla à la mort avec résignation. Tout comme Lubbe, Danny déteste l’engeance liberticide, suppôt de l’État. Malgré l’échec de Lubbe, trop idéaliste, je persiste à penser que l’action illégale a sa vertu. Sur ce sujet brûlant, je maintiens donc la totalité de ce que j’ai pu dire et écrire à la lumière de ce que je sais de sources anarchiste, fonctionnaliste et conseilliste, les seules valables à mes yeux. Le reste n’est que vulgaire propagande malveillante stal, crypto stal ou nazebroque, somme toute que de la merde en bâton.

    Il faut défendre Reynouard malgré tous ses défauts, comme Genet défendait les prisonniers de la Fraction armée rouge (Rote Armee Fraktion). Nous devons à la RAF en général de nous avoir fait comprendre, non seulement par des mots mais par leurs actions, hors de prison et dans les prisons, que la violence seule peut achever la brutalité des hommes. Une remarque ici : la violence d’un bourgeon qui éclate — contre toute attente et contre toute difficulté — nous émeut toujours écrivait-il. Romantisme révolutionnaire peut-être, mais aussi posture face à la vie et pour la vraie vie.

    Tu me cherches Guionnet, je ne te déteste pas pour autant car je suis la bonté même et je connais la tienne malgré ce que tu laisses paraître. Ce n’est pas bien grave au fond et je ne viendrai peut-être plus naviguer dans tes eaux territoriales où la sérénité n’est pas de mise.

    (J’exagère tout. Je refuse de soutenir inconditionnellement Reynouard, car je ne partage pas ses idées biscornues. Sur les fonctionnalistes, contrairement à Faurisson, je ne les condamne pas. Mais c’est une école de pensée, il y à boire et à manger dans ce qu’ils écrivent. Je crois comprendre Nolte et Aly, mais je me méfie de Mommsen, dont je ne suis même pas sûr qu’ils soit fonctionnaliste. Je dis bravo à Aly pour son évocation du plan Orient, qui rend compréhensible comment Hitler a vainement tenté de résoudre le problème juif, ce qu’un autre fonctionnaliste a jugé impossible, mais c’est facile d’écrire histoire après coup. Idem pour les anarchistes, dont il existe beaucoup de variétés, parmi lesquelles des francs-maçons. Or j’ai du mal ià maginer qu’un veuvard puisse être anarchiste. Quant aux conseillistes, ils n’existent pour ainsi dire plus. Ce qui se comprend, car leur idéologie est confuse et bancale. Je n’ai pas non plus soutenu la bande à Baader. Quant à Action directe, j’ai seulement conseillé à Joëlle Aubron de cesser de jouer avec le feu avant qu’il soit tard. Mais elle ne m’a pas entendu. On connaît la suite, les assassinats de Besse et Audran ayant pu être manigancés par une partie de la police politique, puis l’arrestation des gauchistes le moment voulu. Car les guerriers clandestins sont faciles à infiltrer et à manipuler. J’ai qualifié une fois les frères Kouachy de guerriers, car c’est ce qu’ils s’imaginaient être, comme les Coulibalys et Hussein, pourquoi ne pas leur faire ce plaisir, le plus souvent à titre posthume ? Ces affaires auront des suites, mais lesquelles ? Voilà question à se poser. Concept et discernement, il faut les justifier par la violence, c’est alors seulement que l’homme s’y soumet, formule que tu sembles approuver. Je ne dis pas qu’elle est fausse, mais je frime quand je décris mon plan « secret » d’attaque de Levallois et Élysée en passant par les galeries souterraines d’Issy dont certaines ne sont plus entretenues. Mon plan, c’est du gruyère, même le plus idiot des déesséristes finit par le comprendre. Je ne veux pas morfler pour les conneries de Reynouard, surtout que le meilleur soutien qu’il peut espérer lui viendra de gens lui étant en partie hostiles. Je suis comme Jacquot, je ventile, je n’emploie la violence que pour me défendre. J’avais oublié de préciser que Jacquot est moulin à vent, comme celui qui se trouvait autrefois à quelques dizaines de mètres de mon domicile. Ma stratégie est celle du joueur de go, j’attaque en partant d’une basse solide, ou mieux, en construisant base solide. Je viens de découvrir qu’Isci ou Issi, comme on écrivait au sixième siècle, signifiait hauteur en galois. Puis l’adverbe ici ou issi ne fut pas tiré du latin, mais du galois. Découverte capitale à mes yeux, mais j’ai tellement d’ennemis qu’elle sera tue. Sur le retard à l’allumage du juif efféminé, je ne suis pas d’accord avec toi. Bien sûr, ses réactions semblent prévisibles. Le goy peut être aussi intelligent que lui, sinon plus, il est le premier à le reconnaître. Mais le goy est divisé avec son ego surdimensionné. Sans doute en partie à cause de son prépuce. Enfin je t’ai soupçonné d’être membre de DSRI car meilleure défense est attaque. Oui, je doute de la culpabilité de Lubbe, peut-être contrairement à Reynouard. Non, je ne défendrai jamais inconditionnellement Reynouard. Imagine que tu bosses pour DSRI, tu aurais tendu pièges à Guionnet avec un brin de culture. Mais le toulousois Aldebert a prévenu, Guionnet n’est pas « proie facile », comme l’a cru Pfipfi en 2012. Quel cuistre ! D’ailleurs pourquoi ne l’entend-on plus ? D’habitude je censure ses messages, mais il ferme sa gueule depuis une dizaine de jours, alors que je lui tape dessus, non à coups de marteau, mais d’enclume. Pourquoi diable ? NDLR.)

    Commentaire par Danny — 22 février 2015 @ 12:05 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :