Alain Guionnet – Journal Revision

8 février 2015

QUE DIT JEWKIPEDIA ?

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 10:44

Article sur Guionnet de Wikipédia fut vite supprimé. Un sympathisant françois en envoya un autre à Jewkipedia, qui fut longtemps conservé, même si son auteur était clairement français selon John Smith, agent de Revision de Miami. Voici la dernière version de Jewkipedia datant du 3 janvier 2015, quatre jours avant l’attentat du 7 janvier.

On pourrait en déduire que la tuerie était prévue le 3 janvier, que le complot contre Charlie-hebdo ne visait pas seulement la Veuve, mais aussi Guionnet. Déduction hâtive nullement fondée. Amerloques peuvent la reprendre, libre à eux. Lisez plutôt :

« Alain Guionnet (22 avril 1954) est un négateur français de l’Holocauste, créateur du magazine révisionniste Revision, qui publia des articles sur des thèmes comme théories de la conspiration au sujet des juifs et des francs-maçons, et d’un “virulent antisionisme”. Il obtint baccalauréat littéraire et maîtrise d’histoire. Dans sa jeunesse, il dirigea un groupe d’extrême-gauche Oser lutter, basé à Issy-les-Moulineaux. Avec la contribution de Pierre Guillaume, il participa à la rédaction du journal gauchiste la Guerre sociale. Il écrivit une « Lettre à Guy Debord » qui fut archivée par ce dernier dans Lettres reçues. Après avoir collaboré à un magazine révisioniste, il créa le sien en 1989, intitulé Revision, qui publie articles antisémitiques et textes, dont Protocols des sages de Sion, ainsi que quelques articles de Robert Faurisson. Le neuvième numéro reproduit l’article d’Élie Reclus contre la circoncision. Michel Erlich, psychiatre, voit en Revision “véhicule d’antisémitisme délirant”. Guionnet a vendu son magazine dans des fêtes du Front national. Guionnet a été condamné plusieurs fois au nom de la loi Gayssot, pour négation de l’Holocauste. »

Texte écrit par agent de renseignement. Malgré les erreurs, s’y trouve l’essentiel : Guionnet est maître d’histoire et a publié Reclus, réformé éclairé sans doute franc-maçon, car Guionnet a horreur de l’excision. Il a été condamné plusieurs fois pour négation de l’Holocauste, ce que les faurissoniens ont mis longtemps à admettre.

Erreurs à présent. Guionnet est plus tendre avec le franc-maçon qu’avec le juif, il n’est pas non plus virulent antisioniste, car il estime tout État crapuleux. Guionnet a d’autres diplômes, comme licence d’administration économique et sociale, qui ne lui sert à rien, car il est incapable d’administrer sa vie. En revanche, il est fier de sa maîtrise de hongrois (bac + 5). À un moindre titre de sa qualité d’ancien séminariste d’études juives (également bac + 5). Elle lui permet cependant de parler de nazi comme le vrai juif. Le groupe maoïste d’Issy s’appelait Oser lutter, oser vaincre. Guionnet n’en a jamais fait partie, car il est ultragaucho, pas gaucho. Les maos étaient certes forts à Issy à l’époque, mais il est compréhensible qu’un amerloque ne puisse pas comprendre l’opposition du gaucho à l’ultragaucho, et vice-versa. C’est pourtant simple, le gaucho est mao ou trotskard. Les anciens maos furent parfois liquidés, comme Benny Lévy, mais pas Geismar, inspecteur d’académie, tandis que la plupart des anciens trotskards juifs sont maintenant partisans de la politique d’empire judéo-américain ; l’ultragaucho ayant toujours été opposé aux uns et aux autres.

Guionnet a aussi été condamné pour avoir soutenu que l’amerloque est esclave du juif selon l’avocat général de la cour d’appel de Paris. Ensuite Guionnet créa la Guerre sociale, à laquelle Guillaume contribua uniquement en la vendant. Sa lettre à Debord est en revanche oubliée. Elle date sans doute de peu après l’assassinat de Leibovici, maître-espion juif roumain, éditeur de Champ libre. Debord fut interrogé par les flics à ce sujet. Il s’est cru soupçonné de l’avoir tué et a eu la trouille. Mais non, les flics le savaient innocent, toutefois nous comprenons que renseignement amerloque s’intéresse à cette affaire.

Elle prouve que les écrits restent. Voyez, Guionnet n’accuse pas les États-Unis d’avoir commandité les attentats du 7 au 9 janvier, il les soupçonne seulement. En toute modération. De la même façon que Guionnet est antisioniste, mais ce n’est pas sa tasse de café. Il est aussi antiamerloque, antiboche, antihongrois, antirital, antirosbif, etc. Même antilapon, bien qu’il respecte le chamanisme.

Question langage, notez que les amerloques écrivent antisémitique antisemitic, ils sont fidèles à la tradition que seule Revision respecte en France. Elle ne parle pas de tennis mais de tenez, comme on disoit au jeu de paume. Elle jase d’empire judéo-américain, mot peut-être préférable à américano-sioniste, Soral étant dur de la feuille.

Aux canadoques et aux amerloques de se mobiliser. C’est à eux de corriger Jewkipedia, qu’il s’agit de ne pas abandonner à CIA, NSA ou à une quelconque agence de renseignement privé. Guionnet est ancien séminariste d’études juives, merde ! Il faut que cela se sache.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :