Alain Guionnet – Journal Revision

25 janvier 2015

PAS DE COMPLOT

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 18:08

Comme toujours, théories du complot fusent après attentats début janvier. Il existe, mais à niveau supérieur, car il y eut part d’improvision. Comme Hitler, dans sa conduite de la guerre, qui a énormément improvisé. Hitler était peut-être un peu supérieur aux frères Kouachi et à Coudibaly, mais à peine.

Toileux ratiocinent sur complot, qu’ils aillent se faire peloter par leur grosse ! Blanrue est champion dans ce domaine, il le fait par petites touches. Il connaît le milieu politico-médiatique, ses citations et datations sont fiables.

12 janvier 2015

FOFO ET LE GOGO

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 07:48

Révolution dimanche 11 janvier, Fofo jase du gogo sur le sit de Blanrue. Accro’ ou addicté à Revision, le prof’ de lettres partage son avis : gogue est tirée de Gog ; mais il ne l’avoue pas, car ce serait contraire à son statut. Crapule Pfister fut elle aussi troublée par cette révélation. Elle dit Guionnet gaga et évoqua « gugusse » ! dans un message censuré, mais gaga est diminutif de gâteux, gugus de gus, qui signifie gars ou gone. Aucun rapport avec gag, goguenard, gogues, goguette, gogo ou avec gogo, locution non citée précédemment car on peut y voir diminutif de gosier.

3,7 millions de gogos, dit-on, manifestèrent hier en France pour Charlie et pour la prétendue liberté d’expression, quels abrutis ! Fofo retrouve la forme. Quand on s’appelle comme ça, c’est normal qu’on songe au gogo plus qu’à bobo ou à dodo, gogue et ses dérivés étant étrangers au langage enfantin.

9 janvier 2015

ATTILA FACE AUX TAKFIRS

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 02:51

Au club de pok’ d’Issy, plupart des pseudos sont augmentés d’une majuscule, mais pas attila, car ses responsables savent que c’est son vrai nom. Selon toute vraisemblance, Attila est père de flèche ou de vie. Issisois respectent magyaritude, d’autant plus que le cercle est envahi d’étrangers.

Joueurs sont moins idiots que journalistes, qui n’ont toujours pas compris que loi Gayssot de 1990 a motivé l’attentat contre Charlie-hebdo. Commis par sarrazins algériens. C’était notre conviction, mais il a fallu longtemps pour en trouver confirmation dans la presse, car les frères Kouachi sont nés en France, aussi étaient-ils français à part entière.

Mais laissons tomber les takfirs. Ils sont manipulés et combattent pour le prétendu ordre mondial, qui est chimère.

Aperçu précoce posant deux questions. En quoi loi Fabius-Gayssot est-elle à l’origine des attentats antijuifs des Algériens français ? C’est histoire compliquée. Il y eut d’abord insurrection kabyle contre France au lendemain de guerre 1870-1871 contre le décret Crémieux qui accorda nationalité française aux juifs d’Algérie, quelle horreur ! Puis poursuite de la colonisation à coups de triangle et de goupillon. Tandis que curés contaient vertus du Nouveau Testament, veuvards enseignaient Lumières. Par la suite, après la prétendue victoire du FLN, Algérie fut en partie soviétisée. De telle sorte que Soral a raison : Algérie n’est pas pays « arabe » comme les autres, à l’islamisme des indigènes se mêle nationalisme antijuif.

Algériens de France ont tué juifs à Toulouse et Bruxelles, les deux derniers ont liquidé le juif Wolinslki à Charlie-hebdo. Ce n’était pas leur cible, car ils voulaient occire la rédaction. Signe de révolte contre la domination judéo-maçonnique, plus maçonnique que juive en ce qui concerne Charlie-hebdo. Un des tueurs dit pourtant qu’ils ne tuaient pas les femmes, avaient-ils vu en icelle une juive ?

C’est plus simple de causer des Algériens que des répercussions sanglantes de la cruelle loi du 13 juillet 1990. Députés corrompus ne les avaient pas imaginées. Ils ont joué avec le feu, et c’est en 2014 qu’on commence à en voir les conséquences homicides, France ayant répudié sa prétendue laïcité en 1990.

Charlie-hebdo s’est singularisé par son antilepénisme et en faisant condamner le réviso Reynouard à six mois de prison ferme pour une broutille. On peut certes être antilepéniste, mais sans acharnement. Charb voulait aussi la peau des révisos. Il déclara : « Je suis pour leur couper les couilles. Inutile de perdre son temps à discuter. Autant les interdire tout de suite » (Libération). Charlie-hebdo a payé le prix fort pour ses méfaits « et ce n’est que justice », dit-on en droit. Formule qui craint, car les criminels de Charlie-hebdo ne seraient pas seulement soutenus par État Islamique, mais aussi par Revision.

Bilan, 3 criminels tués, 17 morts goys ou juifs, neuvaine de blessés dont cinq graves. Au moins 5 juifs, 2 présumés musulmans, Ahmed et Mustafa, 3 flics, au plus 10 morts françois. Sous toutes réserves, car Charb était enjuivé à fond la caisse, tandis que Wolinski n’était sans doute pas seul juif qui sévissait à Charlie-hebdo. La psychiatre ayant péri était juive.

Takfirs forment secte musulmane, mais pas les Algériens de France, qui massacrent certes des François, mais qui adorent tuer le juif. Entre coupés, juifs et Algériens se comprennent. C’est la faute à Hollande dira vox populi, ce criminel.

En jargon issisois on emploie trois mots pour désigner les fous d’Allah, car djihadiste est impropre, tout musulman étant potentiellement djihadiste, car susceptible d’être appelé à la guerre sainte : barbu, chariatiste et takfir. Barbu se comprend dans le contexte, mais ce n’est pas acception première du mot. Chariatiste est mieux, car les fous d’Allah ne combattent pas pour l’islam, mais pour la charia, de la même façon qu’il existe juifs ultrayahvistes. On compare souvent charia et torah, notez la présence massive de a dans ces mots. « Comme dans Attila », dit Jacques Moulin. Mais Torah, Ancien Testament, en tout cas ses cinq premiers livres dits Pentateuque furent écrits par deux auteurs : l’élohiste, écrivain dit sacerdotal ; le yahviste, ou jéhoviste, dit légaliste, d’une lourdeur et d’une cruauté sans pareilles. Tant et si bien que d’aucuns ne dénigrent pas la dimension sacrée du judaïsme ou d’islam, pas plus que celles du chamanisme ou du paganisme. En revanche, cultes de charia et de Yahvé posent problèmes. Comme l’a constaté Napoléon, qui a vu à ses dépens que les juifs formaient État dans l’État. Or musulmans ne forment pas en France pour l’instant État dans l’État, mais certains, comme Ramadan, sont tentés de le faire en imitant le cahal. Vient enfin le takfir, dont les partisans sont apparus en Égypte en 1981. Takfiristes sont partisans d’islam radical, locution plus juste que djihadistes. On dit aussi ultra en français, qui correspond à Radikale (r), mot français bochisé. Dirigeants iraniens appellent leurs homologues d’État Islamique takfirs. Ils ont raison, car le takfir est sacrilège. Il profane sépultures et monuments sacrés, il répudie le zimmi, bien qu’il fût longtemps protégé par le calife, il n’est pas sunnite opposé au chiite comme prétendent organes de presse israélienne, pas plus que sunnite imprégné de wahhabiisme, comme soutiendrait le Vernochet. Ajoutez à cela que takfiri signifie excommunication en sarrazin, herem en hébreu, harem en français populaire, produit de la confusion entre haram en sarrazin et herem en hébreu. De telle sorte qu’on peut jaser des takfirs ou des takfiristes, fous d’Allah étant démiurges.

Paragraphe sans doute le plus long jamais publié sur le sit. Mais il fallait que nous nous expliquassions sur le sens que nous donnons aux mots. Barbu est vague, chariatiste plus juste, takfir ou takfiriste mieux en histoire d’islam, pour autant que cette superstition en ait une, ce dont nous doutons.

Sur l’antijudaïsme algérien, il n’est pas plus modéré que celui du nègre Amédy Coudibaly, qui a tué quatre juifs et une fliquette. Hollande, après Charkeuz, a créé les conditions d’éclatement de guerre civile. Juif berbère Zemmour se réjouit de voir confirmation de sa thèse. Pareille situation ne peut pas durer, car les tueurs ont émules. Et combien de temps encore François accepteront-ils de se faire tuer par fous d’Allah ?

Attila est toujours dénigré, conformément à la tradition. Attila est père, c’est certain, mais de vie ou flèche est douteux. En revanche, gogue est tirée de Gog. Observations philologiques en lassent plus d’un, mais elles intéressent le parti intérieur. À preuve, radio d’État n’a pas traîné. Dès shabbat 10 janvier, France-info commença à jaser des takfirs.

Bicause djihadisme ne marche pas. Les trois tueurs, avides de consécration médiatique, ont dit quelques mots au téléphone avant de mourir. Les frangins se sont dits inspirés par le Caïdat, le nègre, peut-être mulâtre, par État Islamique. Seul lui était vraiment takfir. Au moins il était cohérent, takfirisme ayant été créé en Afrique, tandis que Caïdat est en partie création d’empire américano-sioniste. Car il existe racismes dont on parle peu. Le juif méprise depuis toujours le nègre, comme le musulman, prétendument antiraciste, dont empire Ottoman émascula ses millions d’esclaves nègres, sauf dans quelques cas au Yémen. Tant et si bien que le nègre musulman ne peut être que takfiriste, surtout quand il s’agit d’un mulâtre, comme cela semble être le cas.

Coudibaly aurait tué 4 de ses 16 otages au début de son opération dans la grande épicerie juive de Porte de Vincennes, mais il n’a pas assassiné les autres, il a même discuté avec eux, confirmation de sa relative modération et qu’il n’était pas vulgaire antisémite comme prétend presse. Cet ancien taulard voulait passer pour chevalier, qui n’a jamais existé en Afrique noire. Énorme lacune de presse judéo-maçonnique, elle tait les races des auteurs de faits divers. Cependant, bougnouls algériens sont plus tueurs de juifs que d’autres, tandis que nègres, via mulâtres, avec leur intelligence tribale, avides de reconnaissance, sont plus volontiers takfiristes que les bougnouls. (Haziza en conclura que Coudibaly était Dieudonné bis.) Texte écrit avant l’éclatement d’une nouvelle affaire d’État : Dieudonné est poursuivi pour apologie de terrorisme, après avoir écrit « je me sens Charlie Coudibaly ». Propos abject selon Cazeneuve, mais il était prévisible vu le caractère de l’animal et les provocations dont il fait l’objet.

Étonnant de voir à quelle vitesse establishment comprend Revision. Aussi bien sur Keynes que sur le takfir, France-info diffusant même parfois nouvelles intéressantes, comme le témoignage d’un voisin de Charlie-Hebdo ayant entendu un sarrazin dire « on va venger le prophète » quelques heures avant la tuerie, information n’étant par remontée jusqu’aux « grandes oreilles ». Côté positif de ces affaires, tout le monde commence à verser dans le renseignement, à prendre des initiatives, à filmer et à enregistrer. Puis on trouve ces tuyaux sur toile. Il est loin le temps du secret d’instruction judiciaire, qui autorisait tous les abus. Ils perdure cependant en ce qui concerne Reynouard, injustement condamné à six mois de prison pour une connerie, pour outrage à journaliste de Charlie-hebdo dont il a violé les droits d’auteur dans un bulletin confidentiel. Car Charlie-hebdo fut opposé à la liberté d’expression des gens qui ne partageaient pas ses idées.

Mais Laurent Sourisseau dit Riss, qui a fait condamner Reynouard, n’est pas seulement journaliste, car Charlie-hebdo avait deux directeurs, Charb et Riss. Or on parlait autrefois de la Riss, pour désigner la Revue internationale des sociétés secrètes de Monseigneur Jouin, et Sourisseau a choisi ce pseudonyme en partie pour cette raison. Riss est donc intrigant. Son surnom se comprend à cause de son anticléricalisme, ligne directrice d’Hara-kiri puis de Charlie-hebdo, qui n’a jamais fait que dire et répéter « À bas la calotte ! » slogan de la Veuve. Blessé léger à la main droite, Riss est sorti d’hôpital lundi 12 janvier et est parvenu à dessiner deux vignette de sa main gauche.

4555425_7_6d6e_lors-de-la-conference-de-presse-de-charlie_a8042becc6a9816021c3b3bc44a73040

Au moins le misogyne juif Wolinski, sentiment assez compréhensible, fut correct avec Guionnet qui lui téléphona il y a près de vingt ans en liaison avec l’affaire Konk. Wolinski lui répondit calmement « mais je suis juif », autrement dit tenu. Façon de dire que juif libre n’existe pas. Goy libre pourrait être titre de journal, mais il serait abusif, car le goy ne peut avoir que l’illusion d’être libre, ou franc. Plus que le juif ou le musulman cependant.

Mot sorti de ces faits divers, un rescapé de Porte de Vincennes s’est dit de « confession juive », barbarisme repris en boucle. Quelle concession faite au gentil ! tout le monde sachant que confession juive n’existe pas.

198 visiteurs pour 297 viistes dimanche 11 janvier, premier record de 2015, mais il est dû à « Hollande juif ? », 133 vues. Curieuse onde de choc. Qu’Hollande soit en partie responsable des attentats de la semaine écoulée est certain, comme le Parti socialiste avec son communautarisme et son vulgaire antiracisme, sur le modèle tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, mais question de savoir si Hollande est « inconnu juif », comme disait Shakespeare, semble se poser de façon criante. On l’a vu, renseignement n’est plus monopole des services d’État. C’est vrai en histoire contemporaine, mais moins en ancienne histoire. Bah ! peut-être que trace de l’ancêtre hollandois du président de la Républque a été trouvée.

Apparemment pas sur Google à Hollande juif, où le papier de Revision apparaît en deuxième page. Au bas de la première figurent dans cet ordre articles de Meyssan, Égalité & réconciliation, Françaisdesouche sur les rapports de Hollande avec la coterie juive. Encore et toujours actualité, alors que la question demeure : on ne s’appelle pas Hollande sans raison. Pas plus que Balkány, Balkanique, nom juif hongrois, ou encore Bérégovoï, natif ou habitant de Beregovo, nom slavisé de la plus grande ville hongroise annexée par Ukraine.

À chacun son truc. À Attila de débusquer le juif hongrois, mais à d’autres de se débrouiller avec le juif hollandois, histoire de ce bas pays étant compliquée. Bien sûr, grammaires hongroise et hollandoise sont proches. Bien sûr, ces pays sont marqués par l’empreinte calviniste et furent réceptifs aux thèses jansénistes. Mais traces documentaires existent forcément. Hélas ! pas sur toile, se lamente Antiveuve. Au lieu de bouffer Veuve du matin au soir, ce corniaud devrait se mettre aux études d’état-civil.

Relecture et menues corrections d’« Hollande juif ? » Fin août 2013, Hollande voulait faire guerre à Syrie de l’alévite Assad, il était capital de l’éviter. Revision jase des alévites, les turcophones des alévis. Locution compréhensible, car il y avait urgence, il fallait aller vite. On jase en outre des chiites et des sunnites, pourquoi pas des alévites, comme des troglodytes, de l’hépatite, etc. ? L’auteur s’imaginait avoir été plus explicite sur ses recherches d’état-civil d’Hollande. Nenni, car elles n’aboutirent à rien de tangible.