Alain Guionnet – Journal Revision

17 décembre 2014

OÙ SE TROUVE CROIX DU PRINCE ?

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 22:09

Mohacs l’a cherchée en vain dans la cathédrale Saint-Étienne de Metz. Pourtant, il peut y avoir rapport entre croix du prince à deux traverses et culte de Saint-Étienne. À vous de visiter les églises Saint-Étienne d’Agde, Auxerre, Bourges, Châlons-sur-Champagne, Limoges, Meaux, Sens, Tours, Toulouse, etc. En prêtant attention à celles de Bourges et de Tours, proches de l’ancien duché d’Anjou. Sans oublier Auxerre, vergne où les ducs d’Anjou, devenus ducs de Lorraine, ont pu avoir influence. Même si c’est la branche napolitaine d’Anjou qui régna en Hongrie et si elle a pu découvrir la croix à deux traverses en Italie, où influence orientale était plus marquée qu’en France.

C’est comme ça qu’on écrit histoire, en mettant tout le monde à contribution. Catholiques romains ont eu le culot hui de provoquer Guionnet en installant un mage sur le parvis de l’église Saint-Étienne à Issy, gageons qu’ils sont capables d’ajouter croix à double traverse dans leur édifice. Fréquentation des églises se casse partout la gueule, mais pas à Saint-Étienne d’Issy, où les croyants imaginent pouvoir s’appuyer sur des païens. Forcément, l’église est source selon les païens. Ils croient qu’elle fut jadis entourée de chênes. Ils ne lui sont pas hostiles, car c’est là qu’ils accomplissaient leur cérémonies rituelles avant que les chrétiens débaquassent.

Les sournois catholiques cherchent à séduire le païen avec leur mage, mais ça ne marche pas. Si demain ils peinturlurent un vitrail d’une croix du prince, ça ne marchera pas non plus. Allez chercher croix à double traverse un peu partout en France, dans les églises Saint-Étienne. Si vous ne la trouvez pas, Guionnet n’aura pas eu tort, car son idée était géniale, même si son rapprochement entre croix du prince et saint-Étienne est hasardeux. Mais regardez Étienne, on pourrait l’écrire Éttienne, auquel cas il y aurait deux traverses dans son nom, t étant lettre sacralisée par un artiste hongrois, auteur de « La découverte du T ».

Croix du Prince est nom d’un stade en Occitanie et d’une gare ferroviaire, on n’aura pas tout perdu. Revision s’est apparemment plantée, cela arrive parfois. On attend que croix du prince kiènguisois se trouve en ligne, dans quelques semaines. On sait « antisémites » nuls en kiènguisois et on ne compte pas sur eux, mais au moins un malin juif relèvera le défi. Labat 63, rien de plus clair. Le juif connaît vieille croix d’Anjou, qui fut plus tard emblème gaulliste. Parce que De Gaulle fut homme politique et piètre militaire ? C’est vrai. Il a voulu combattre le juif en 1967 et fut vaincu en 1968 ? C’est tout aussi vrai. Mais les ultragauchos Guillaume et Guionnet, de la même famille, poursuivirent son combat après sa mort, tandis que seul l’idiot ne fait pas de rapprochement entre De Gaulle, Guillaume, Guionnet, Garaudy, Grouès, etc.

Croix du prince kiènguisois ne se trouve pas sur toile ? Quelle affaire ! Elle y sera bientôt. Sinon Guionnet la reproduira en truchant le toutime, locution plus forte que trucher sur le toutime — en argot classique.

Word Press compte ajouter réclame à fin de ce papier pour certains lecteurs. C’est diktat, comme pour « Luc Pfister démasqué ? » Gars de Word Press croient comprendre que cet article décape. Word Press a sans doute vérifié croix du prince en Labat 63, contrairement aux imbéciles de DSRI, qui ne disposent sans doute pas du Labat dans leur putride banlieue levallois-perretoise.

Croix du prince fut d’abord élément majeur d’un signe d’écriture politique, pas religieuxÉpiscopat a voulu la récupérer, comme les archevêques qui arborent double croix de traverses d’égale longueur, quelle imposture ! Vous trouvez croix du prince sur les blasons d’au moins quatre villes en France, confirmation de sa signiication politique, alors que crucifixion du Christ est mensongère, parce que Jésus fut cloué à un pilori en forme de T. Danny a trouvé une représentation de son martyre sur une croix d’Anjou dans la cathédrale d’Angers, confusion tentante pour des catholiques. Il a aussi trouvé trace d’un ancien article sur croix d’Anjou en germain publié par Wikipedia. Il fut sans doute supprimé car erroné. Confusion appaemment similaire observée par Antiveuve au sommet d’une église de Bratislava. Mais non, car son architecte était hongrois. Ce signe étaiit politique, il signifiait que cette église était ouverte à la minorité d’habitants hongrois de Pozsony, avant l’accord de Trianon, quand Pozsony était administrèe par le royaume de Hongrie.

Symbole byzantin que croix du prince ? Oui, parce qu’il fut trouvé à Byzance, confirmation de l’origine orientale de ce qui passa par la suite pour une relique. Mais c’est faux, car il date de la civilisation des mages ou astronomes selon Matthieu, mages dits de Chaldée ayant longtemps été réputés pour leurs connaissances astronomiques et médicales. Matthieu souligne leur capacité à lire dans les astres, tandis qu’il sous-entend leur compétence médicale, car ils auraient vu en Jésus le futur roi des juifs. Ce qui est contesté, mais tous les apôtres étaient d’origine juive, aussi ne peut-on pas leur reprocher cette éventuelle affabulation.

Inversion de l’évocation de Magog et des mages en Ancien et Nouveau Testaments. Vous tombez sur Magog dès le début de la Torah, avec « Gomer, Magog, les Mèdes », au début du verset 12,2 ; sur les mages au début de Nouveau Testament. Puis sur les mages en Torah, via Jérémie, suivi du livre d’Ézéchiel, proche de la fin de l’ouvrage, qui évoque Gog et Magog. Comme Jean en Apocalypse, dernier livre de Nouveau Testament.

Citons Bible de Jérusalem : « Éz 38 2 Fils d’homme, tourne-toi vers Gog, au pays de Magog ; Éz 39 6 J’enverrai le feu dans Magog ». Version œcuménique de Bible est proche. Elle est même encore plus troublante, car elle écrit : « Fils d’homme, dirige ton regard vers Gog, au pays de Magog” ». Merci pour les doubles guillemets, car c’est le seigneur qui parle à Ézéchiel, ce fils d’homme qui n’avait pas connu le peuple et le pays de Magog de la haute antiquité, contrairement au seigneur. Porte-ton regard sur Gog, au pays de Magog, est introduction, avant que Yahvé se déchaîne contre Gog. Il enverra le feu dans Magog, vu que c’est le pays de Gog, mais son emplacement n’était plus le même que dans la haute antiquité. Gog, néologisme attribué à Ézéchiel, n’aurait aucune valeur historique.

Gog aurait correspondu à un peuple ou à plusieurs peuples ayant vécu au nord du Proche-Orient. Il aurait dévasté villages et bourgades habités par des juifs peu de temps avant notre ère. Il était d’autant plus redoutable que les Gogs, parfois appelés Magogs, étaient tous des héros. De la même façon que le François a toujours vu en croix d’Anjou croix du prince, il n’a jamais été dupe de l’imposture d’Ézéchiel, dont il a tiré plusieurs mots, comme gag, gogo, goguenard, gogues ; gogue ayant signifié 1° réjouissance, liesse. — 2° plaisanterie au treizième siècle. « Origine incertaine », dit-on, c’est fou de voir comme les auteurs de dictionnaires sont incapables de trouver l’étymologie des noms bibliques, comme Gog.

À la réflexion, on pourrait voir en Gog contraction de Gomer et Magog, ces Mèdes. On peut aussi pardonner métisse juive Mitsouko, car elle disait Éttienne ; de nombreux peuples étant capables de prononcer consonnes doubles, mais pas le Français. Prenez le déessériste de Levallois-Perret, il ne sera jamais foutu de dire Levallois-Perret correctement selon certains puristes, dont Marcel Pagnol fit partie. Au point qu’il disait faisait, fesoit en ancien françois. Seul reproche à Mitsouko : ses deux traverses d’Éttienne sont d’égale longueur, même si elle prononce Ét-tienne avec accent tonique sur la première syllabe et é long, comme en hongrois, or c’est inversion, traverse du haut étant plus courte que celle du bas.

Henri Troyat a écrit La tête sur les épaules, bon roman ; il avait compris signification de croix du prince. Comme quoi le François n’est pas idiot. Il envoie Gog aux gogues, tandis qu’il comprend croix du prince.

Danny se demande pourquoi croix hongroise est argentée, pas dorée ; parce qu’elle est princière, pas royale. Initialement croix d’Anjou vint peut-être de Naples après être venue de Byzance, mais elle est celle du prince de jadis, pas du roi-prêtre, qui seule pût être en or. Croix du prince est en simili argent sur église de Pozsony, car le Magyar est parfois moins bête que le Français.

Revision soutient-elle thèse de la parenté kiènguiso-magyare ? Oui, car elle est évidente. En revanche savoir qui, du Magyar ou du François, est le plus bête, est question compliquée. Vive la gogue !

6 commentaires »

  1. Cela dit, on retrouve la croix du prince sur le blason de la mairie de Saint-Étienne-lès-Remiremont (Vosges) :

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c1/Blason_saint-etienne-l%C3%A8s-remirmont.svg

    A noter que l’église Sainte-Elizabeth de Bratislava (Slovaquie) arbore aussi une croix de lorraine sur son clocher. Ce qui n’a, du reste, rien d’étonnant, vu que l’architecte qui l’a conçue, en 1907-1908, était un Hongrois répondant au nom d’Ödön Lechner :

    (Ne jase pas de Bratislava, mais de Pozsony, ancienne capitale de Hongrie. Tu es meilleur que Danny sur ce point. Je te conseille de faire un saut en Italie. Ça ne m’étonnerait pas que croix du prince se trouve à Naples ou au nord de Rome, en pays étrusque, trop mal connu. Je ne te parle pas de la croix bidon des archevêques, aux deux traverses d’égale longueur, mais de celle du prince, seule qui nous intéresse, NDLR.)

    Commentaire par Antiveuve — 17 décembre 2014 @ 22:30 | Réponse

    • L’intérieur de l’église Saint-Nicolas-des-Lorrains de Rome arbore une belle croix de Lorraine :

      Ladite église se trouve au centre de la Ville Éternelle, à l’est de la cité du Vatican (point rouge sur le plan) :

      https://www.google.fr/maps/place/Largo+Febo,+17,+00186+Roma,+Italie/@41.8974037,12.4805085,12z/data=!4m2!3m1!1s0x132f605aa8868c13:0x5a33aa7cc2fed528

      (Désolé, je n’ai pas vu croix dite de Lorraine, dis-moi où elle se trouve. Et puis il y a Étrusquie, avec Volterra. Je n’ai pas remarqué croix du prince au musée, mais ça ne veut pas dire qu’elle ne s’y trouve pas, car je suis plus bête qu’un mage, NDLR.)

      Commentaire par Antiveuve — 18 décembre 2014 @ 22:42 | Réponse

      • Entre les deux anges, peints au dessus du tableau ! C’est une croix de Lorraine.

        (Non, jai aggrandi l’image, barre supérieure minuscule est celle attribuée au petit écriteau de Ponce-Pilate. Ne mélange pas croix du prince et propagande catholique romaine, je t’en prie, comme Danny. Je vous soupçonne maintenant tous deux de bosser pour DSRI, c’est normal puisque je cherche crosses à cette organisation mafieuse. A mon avis, Étrusque est bon plan pour redécouvir croix du prince, vas à Volterra, tu y découvriras peut-être quelque chose. Il s’y trouve surtout staues, mais peut-être une avec croix du prince dont je n’ai pas souvenir, NDLR.)

        Commentaire par Antiveuve — 18 décembre 2014 @ 23:52 | Réponse

  2. Ne manquez pas la Vraie Croix d’Anjou, l’unique et merveilleuse Croix, située dans la chapelle rue de la Girouardière à Baugé en Anjou (49150). Pèlerinage indispensable pour tous les amoureux (sincères) de la Vraie Croix – prétexte tout trouvé pour aller admirer Angers, comme aime à le faire Luc, et ensuite se perdre entre Saumurois et Layon en quête de savoureux flacons. Faisons confiance à Guionnet !

    http://www.tourisme-bauge.com/visitez/fiche.php?=23-la-croix-d-anjou

    Cathédrale Saint-Maurice à Angers.

    http://www.territorioscuola.com/wikipedia/de.wikipedia.php?title=Datei:Angers_croix_d‘Anjou_cathédrale_Saint_Maurice

    (Ton idée de chercher croix d’Anjou dans le coin d’Angers était bonne, mais tu n’indiques pas que la photo de la prétendue vraie croix du Christ se trouve en marge, dans les clichés de la basilique. Quant à ton sit boche, il est obsolète. Il signifie seulement que le frisé s’intéresse à l’origine de la croix du prince. Ce qui nest pas étonnant, car il est rusé. Pourtant, visites de Revision de Germanie sont rares, mais gageons que renseignement boche se préoccupe de la croix du prince. Il dispose du Labat, contrairement à DSRI, qui a peut-être demandé avis de conservateurs de BN, mais cet établissement est peu versé en assyriologie. Ses fonctionnaires mettront longtemps à comprendre que mieux vaut pour eux d’adresser à ÉPHÉ, encore qu’ils puissent photocopier page 78 du Labat que déesséristes pigeront difficilement. En théorie, l’affaire pourrait être vite réglée par courriels, mais on est en France, pays où traditions bureaucratiques sont presque aussi fortes qu’en ancienne Union Soviétique. T’as vu que le boche s’intéresse à croix du prince, c’est bien, tu l’as cherchée près d’Angers, excellente idée, mais tu es moins fortiche qu’Antiveuve, à qui je conseille de chercher en étrusque. J’ai oublié de lui dire à Volterra, dont j’ai visité le musée et ne me souviens pas avoir vu croix du prince, mais sculptures dans le style kiènguisois, NDLR.)

    Commentaire par Danny — 18 décembre 2014 @ 19:28 | Réponse

  3. Le deuxième lien ayant échoué, je te propose :

    commons.wikipedia.org/

    En recherchant « Cathédrale Saint-Maurice Angers » tu tomberas sur plusieurs clichés. Le second de la cathédrale, vue d’en-dessous, présente la fameuse Vraie Croix au sommet du clocher central.

    En ce qui concerne le premier lien, tu cliques sur patrimoine religieux et tu pourras admirer la Vraie Croix d’Anjou, richement ornée. Pour le reste, je te renvoie au doc’ « La Croix de Hongrie : Son origine » déjà mentionné il y a quelques jours, très bien informé, où croix de Hongrie se blasonne ainsi : De gueule, à la Croix patriarcale pattée d’argent. Donc sensiblement différente de la Croix d’Anjou et de la Croix de Lorraine.

    (Tu t’es planté, t’as écrit wikipedia au lieu de wikimedia. Oui, croix de Hongrie est argentée parce que noble. Note qu’argent est princier, or royal, NDLR.)

    Commentaire par Danny — 18 décembre 2014 @ 22:44 | Réponse

  4. Le Gog d’Ezechiel est le juif… que YHWH détruira… comme promis !!

    Commentaire par Romano — 19 janvier 2015 @ 00:46 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :