Alain Guionnet – Journal Revision

11 décembre 2014

ATTAQUES JUDÉO-HONGROISES

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 14:11

Visites du sit de Hongrie insignifiantes. En revanche, Revision est attaquée de toutes parts par supplétifs juifs hongrois de France. Par Demeter, lisez Dömötör, dont nous ignorons la religion. Homme d’origine hongroise au nom francisé, en partie à juste titre, car sinon ses copains l’eussent appelé Deux-moteurs. Mais ce n’est sans doute pas coïncidence s’il s’adresse en ce moment à Revision, seule revue à détester par-dessus tout le juif hongrois. En réalité, juif hongrois ne veut pas guerroyer contre Guionnet, car il a tout à perdre. Conflit qui échappe aux dissidents, frangluche Faurisson en tête, qui ignore tout d’histoire de Hongrie. Fofo ne jase même pas boche, rendez-vous compte ! et ne connaît rien au magyar, parler argotique présumé facile mais qui ne l’est pas.

Revision est provocatrice. Son guide est prêt à se battre seul contre centaines de juifs hongrois. Il l’a dit, il le fera, tout en sachant juif hongrois dégonflé. Guionnet a connu et fréquenté à la pelle juifs hongrois, contrairement aux dissidents, incapables de remarquer supériorité du juif hongrois sur autres races juives.

Avraham Malthête revient à la charge. Goy vendéen converti au judaïsme, il attaque Revision à coups de Csanad Szegedi, ancien sous-directeur de Jobbik, métis juif qui viendrait de se convertir au judaïsme. Mais Jobbik est taupinière de juifs, comme FN. Salaud Malthête sait que Guionnet fut szegedois, secondairement debreczenois, comme on écrivoit en moyen hongrois, enfin et surtout budapestois, ou judapestois.

Trombetta s’interroge sur les raisons de la résurrection de Guionnet. Elles sont simples. Va pour suprématie du juif amerloque, souvent d’origine allemande, mais jamais, ô grand jamais, Guionnet ne supportera celle du juif hongrois, créateur du sionisme contemporain.

Curieusement, messages de Demeter et Malthête dit Tammkoat ont soudain disparu de boîte maille de Guionnet. Sans doute coup de DSRI, placée sous l’autorité d’Hollande, conseillé par Bauer. À moins que Valls soit intervenu, car il a énormes prétentions en sa qualité d’ancien ministre de l’Intérieur, comme Entre-Boue. Peut-être plus qu’Hollande, Valls sait que Guionnet ne supporte pas propos tantôt doucereux tantôt insolents du passé fonctionnaire veuvard d’AIU Malthête, et qu’il est capable, pour le coup, d’exploser sa maison de retraite.

Or consensus dominant veut qu’ennemis du genre humain soyent par ordre décroissant Faurisson, Soral, Dieudonné. Mais pas Guionnet, avec ses histoires d’argot et de Ci en gui, sur lesquelles renseignement a grosses lacunes. Encore que Guionnet ait autrefois formé agent de DGSE. Consciencieux, le gars jasa vite magyar beaucoup mieux que Guionnet, école des langues du renseignement étant supérieure à université.

Danny vient de découvrir que croix de Lorraine ne tient pas la route, car c’est de croix d’Anjou qu’il s’agit de causer, longtemps avant de croix cienguisoise. Dieudo’ serait moins bête, il ferait réclame pour croix dite d’Anjou, car il a tout à y gagner. Voyez comment juifs managent ou manègent le monde, Word Press ne propose que vulgaire double croix, ‡. On peut y voir deux plus superposés, nouvelle source de confusion. C’est-i pas preuve du complot juif ? Pareille manipulation peut marcher avec Slaves de Pologne et de Lituanie, mais pas avec Magyar ou François, plus subtils.

Les deux récentes découvertes de Revision n’ont pas même valeur. Argot a deux étymologies : Argos et argot ou argu, en ancien françois. Tout le monde est supposé le savoir, mais lutte des classes oblige, argot étant langage des gueux ou des « bas-fonds », comme dit Mohacs, il ne serait pas respectable.

En revanche, découverte que croix d’Anjou est d’origine kiènguigeoise ou kiènguisoise, ou encore cienguisoise, comme on voudra, est capitale. Kiènguigeois est concession faite au rital, qui appelle le parigo parigi, tandis que kiènguisois ou cienguisois sont locutions issisoises, ville dont les habitants sont maudits par Balkany et Entre-Boue. Mais n’entrons pas dans les conflits racials des Hauts-de-Seine, département plus riche de France, où pâles s’entretuent. Revision a connu l’époque où Hollande et Balkany sévissaient à Issy, mais baste.

Essentiel est que croix dite d’Anjou est d’origine cienguisoise. L’auteur de cette révélation ne fût point Guionnet, nouvelle fût aussiôt colportée sur toile, mais ça bloque. Alors qu’on devrait s’interroger sur l’inégalité de longueur des deux traverses, que Guionnet ne comprend pas, bien qu’il la sache capitale.

Astrologue juif Jacques Halbronn, collaborateur de Revision, a peut-être avis à ce sujet, tandis que Guionnet en a un autre. Pourquoi le prince était-il dessiné sous forme de maigre triangle surmonté d’une croix d’Anjou ? Parce qu’il était grand homme, quelque fût sa taille. Quand on le voyait, on regardait haut de son corps, avec ses épaules plus larges que sa tête. Vérifiez les proportions, vos épaules ne sont-elles pas près de deux fois plus larges que votre tête, comme dans la croix du prince ? D’où barre transversale inférieure plus longue que la supérieure.

« Faut-i pas être gonflé pour en arriver à cette déduction ? » se demande Faurisson. Non, il suffit d’avoir étudié magie et archéologie kiènguisoises. S’être aperçu que les catholiques romains ne sont pas cannibales, parce que mangeant corps du Christ à la messe, comme auraient prétendu réformés au dix-septième siècle, car les temples, il y a cinq mils ans, étaient entrepôts alimentaires, où on buvoit et mangeoit dans une salle. Aussi bien en Basse-Mésopotamie qu’en Anatolie. De telle sorte que le catholique romain est fidèle à cette tradition. Il n’est donc pas cannibale.

Qui est arrivé à cette interprétation de la croix à deux traverses ? Guionnet. Il y avait trois personnages à ÉPHÉ aux cours d’akkadien il y a près de trente ans. La prof’, Martine Labat, fille de René, auteur du magnifique Dictionnaire d’épigraphie akkadienne. Sachant langues aryennes, ayant étudié langues sémitiques, estabishment voulait la recentrer sur « élamite », susois. Langue pour laquelle Zöldi, élève comme Guionnet, fut sans doute plus compétent qu’elle en sa qualité de magyar agglutinant tout et n’importe quoi. Parigo, Zöldi parle français impeccable, sauf qu’il persiste à rouler son r palatal trois fois dans sa bouche, exploît auquel Guionnet n’est jamais parvenu. Zöldi a également notions d’argot, signe que ce langage n’est pas uniquement celui des gueux.

Zöldi et Guionnet suivaient cours d’akkadien pour la même raison, tous deux s’interrogeaient sur la parenté kièngo-magyare. Tous deux avaient lu le Dictionnaire d’étymologie sumérienne et grammaire comparée de Gostony, publié en 1975 avec le concours du CNRS. Gostony est patronyme d’origine hongroise, peut-être porté par un juif, car il a pour prénoms Colman-Gabriel. En tout cas son dictionnaire est confus, le Hongrois, juif ou goy, étant attiré par l’anecdote. Gostony n’a même peut-être pas remarqué que voussoyement est identique en kiènguisois et en magyar, où on emploie troisième personne du singulier, forme de distanciation ou de politesse qui subiste en français quand garçon de café demande au client « qu’est-ce qu’il veut ? » voussoyement n’étant pas naturel.

Prenez les trois grandes langues d’Europe : français, germain, hongrois. Français voussoye en employant deuxième personne du pluriel, supposée correspondre à deuxième personne du singulier, germain troisième personne du pluriel, correspondant à troisième personne du singulier, tandis que magyar est plus radical, avec sa troisième personne du singulier. Ce que remarque aussitôt le François, mais pas le Hongrois venu vivre en France, où il apprend très vite à voussoyer. Il se dit : bah ! c’est question de conventions, rien de plus facile pour lui de voussoyer en magyar ou en françois. D’où sagacité du François sur cette question, turlupiné par la voussoyement, par rapport auquel son élève engluche a tranché : you you, tu vous. Comme quoi engluche est parfois rusé.

Trêve de digressions. Zöldi et Guionnet se tapaient cours d’akkadien cette année-là car il n’y avait pas d’enseignement du sumérien. Zöldi était plus consciencieux que Guionnet dans son étude de la plus ancienne langue sémitique connue, même si le Magyar est paresseux, comme a dit Vix, commandant d’armée française, vraisemblablement en 1922. Hé oui ! Magyar, il existe François qui connaissent ton histoire, n’en déplaise à femme d’Urbain.

Renseignement hongrois est depuis longtemps au courant de l’affaire. Responsables d’Institut hongrois de Bonaparte se sont réjouis en voyant Guionnet distribuer ses feuilles face à Kertész à BN il y a douzaine d’années, avant de déchanter, car Guionnet fut exterminé.

Vieille affaire, Guionnet, au casier judiciaire vierge, contrairement à celui de Soral sous peu, est admis à Bibliothèque nationale, un de ses fiefs. Mais foutre le narcissisme ! Guionnet n’a peut-être pas raison, mais il n’a pas tort.

Que voulussiez-vous qu’il se produisit à ÉPHÉ ? La fonctionnaire fut préoccupée par sa carrière, Zöldi ne crut pas avoir épaules assez larges pour se taper le boulot, seul Guionnet est monté au feu. Quasiment nul en langues sémitiques, médiocre + en langues touraniennes, mais ayant étudié magie et archéologie kiènguisoises, il a franchi le pas, et bien malin sera celui qui pourra réfuter sa thèse sur croix du prince.

Nous sommes loin de la chambre à gaz, sur laquelle plus personne ne se pose plus de question depuis longtemps. Défi en revanche que croix d’Anjou pour coterie juive, qui prétend avoir dernier mot sur tout. Mais elle est coincée par le prince kiènguisois, vengeance d’histoire.

Dernière citation d’Attila d’Issy, « on rase d’abord, on discute ensuite », jeudi 11 décembre 2014.

Papier reproduit sur toile par Riaxone, alias Danny, mais pas par JuifkipédiaRevision allant trop vite trop fort pour l’encyclopédie juive. C’est pourtant évident, barre supérieure représente tête du prince, barre inférieure ses épaules, ce que tout enfant comprend. Quand il dirigeait Revue française de go, d’aucuns reprochèrent à Guionnet son exotérisme. Critique fondée. Il vient de trouver explication de croix d’Anjou. Il la délivre gratuitement en sa quailé d’ultragaucho. Soit il a raison, soit il a tort. C’est blanc ou noir. Question qui fout la trouille au youpinaud.

Un commentaire »

  1. Sans que le concours du gaz cyclone s’avère utile, ennemis du genre humain que sont Faurisson, Soral, Dieudonné semblent voués à l’extermination par autolyse, suicide ou égorgement. C’est du moins ce que prétend Nabe qui reporte l’édition de son brûlot tant attendu – 2 000 pages annoncées ! — au premier trimestre 2015.

    En attendant, il publie « Patience » avec montage photo rigolo où le mulâtre incarne l’otage et Nabe le djihadiste exterminateur.

    Nabe (Alain Zannini) est oriental hystérique, graphomane, dont nous savons sa rancune éternelle. Ça va saigner, soyons-en sûrs.

    Les misérables de la LDJ, réduits à compter les points, ne s’en réjouissent que modérément tant le propos leur semble outrancier et vulgaire. Leur billet du 8 décembre en atteste.

    (Le t’ai corrigé rigolo. Tu peux jaser de Nabe le Nabot, ou de Guionnet le poivrot, mais uniquement de rigolo, de prusco ou du métro, même si on dit rigolote ou pruscote au féminin, mais pas métrote. Problème de DSRI, écriture du français étant trop compliquée pour ses agents. Ils se cassent la tête pour apprendre l’orthographe de Levallois-Perret, ensuite ils sont capouts, écriture issisoise du barbarisme kaputt, à ne pas confondre avec le prout du kapo, NDLR.)

    Commentaire par rixaone49520 — 12 décembre 2014 @ 16:03 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :