Alain Guionnet – Journal Revision

14 novembre 2014

NOLTE, DIEUDONNÉ, SORAL

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 15:43

Nolte est pote de Revision, nous l’avons dit bien que nous ignorions sa race. Il est né en 1923 a Witten, ville de Rhénanie du Nord-Westphalie. Enfant, il entendit parler de l’horrible occupation de la Ruhr par l’armée française. Il jase néanmoins français. Oh ! pas de façon impeccable, mais il se débrouille beaucoup mieux que Guionnet en boche. Nolte est pote de Guionnet en dépit de leur différence d’âges. Quand il cause de guerre civile au sujet de la dernière guerre mondiale, il signifie qu’il ne veut surtout pas faire la guerre au Français. Nolte a raison. Nolte est un bon boche, contrairement à la fille de la Stasi Merkel de race luthérienne.

Cas de Dieudonné est plus compliqué. Il est métis bretoc, comme Guionnet, bien qu’il soit mulâtre tandis que Guionnet est pâle. D’où conflit possible entre les deux. Dieudonné est marié à une pâle et souhaite que ses enfants soient le plus pâle possible. Selon Antiveuve, Dieudo’ ne serait pas métis bretoc, mais d’ascendance juive alsacote. L’article de Medialibre cité par Antiveuve, qui se réfère à Mediafeuj, est truffé de mauvais jeux de mots et d’au moins une énorme impossibilité : le rapprochement fait entre Dieudonné et Herzl, car il n’a jamais mis les pieds en Ouganda. Juifs sont champions du canular. Il y eut autrefois les bobards sur Moïse, qui n’était pas juif mais converti au judaïsme, qui traversa les eaux sans se mouiller, puis sur les pogroms, que Jarry appela judicieusement porc-gromes, ensuite sur le big bang ou sur les chambres à gaz, qui auraient entraîné une mort « douce » selon le pharmacien Pressac, qui bossait près de l’École polytechnique et qui roulait en BMW. Pressac s’est tué lui-même en prenant anticoagulant après avoir souffert d’hémorragie cérébrale. Drame d’un pharmacien contestant l’autorité du médecin.

Précisions de Revision qui, elles, sont fiablescontrairemen au patronyme d’un ancêtre présumé de Dieudonné, Salomon de la ville de Bühl, qui se dit bulle en français, forme d’aveu du faussaire. Les juifs peuvent mentir en toute impunité au goy, ce bétail. Mais Pat a sans doute raison de soupçonner Antiveuve pour son antisémitisme grossier, l’antisémitisme étant création juive.

Quant à Soral, on se demande pourquoi il se prénomme Alain, nom d’origine bretoke, qui s’est répandu par la suite en Grande-Bretagne sous l’affreuse altération Allan. Comme les juifs Alain Krivine ou Alain Geismar. Soral ou Sorel ne pose pas de probllème, même si el est désinence juive ou bretoke. Mais Alain Soral est troublant, au point qu’on peut songer qu’il est originaire de Yisraêl. Or c’est fausse piste, Alain Soral étant né Alain Bonnet. Il s’agit toutefois de se méfier quand il parle de lui.

Wikipédia est prolixe à son sujet. Il pratiqua peut-être la boxe dans sa jeuness, mais c’est en 2004 qu’il obint son diplôme d’instructeur fédéral de boxe anglaise, peut-être dans sa rage d’avoir été banni et physiquent menacé après avoir pris la défense de Dieudonné à la télé en 2003. Son enfance et son adolescence auraient été difficiles, tandis qu’une de ses deux sœurs le juge  « narcissique ». Mais n’est-ce pas recommandé quand on mène un combat apparemment perdu d’avance ? Il est cependant emmerdant quand il parle d’ « incitation à la haine raciale », comme le Démon, délit qui n’existe pas. But de l’opération, pousser les juges à condamner lourdement les prévenus de provocation à la haine raciale pour leurs arrière-pensées supposées. Ce que Soral n’a pas compris. Il ne sait pas non plus que les Renseignements généraux n’existent plus depuis plusieurs années, etc.

Pourtant il se sait dans l’œil du cyclone et espionné en permanence par des professionnels très bien équipés. Comme vient de le révéler Mediapart le 21 octobre et son guide Edwy Plenel, ancien trotskiste goy marié à une juive devenu porte-parole de la police politique. Soral semble doué en matière d’organisation. Ayant totalement rompu avec le FN début septembre, il compte créer un nouveau parti, Réconciliation nationale, qui aura deux co-présidents : lui et Dieudonné. Or Mediapart publie une longue étude fouillée sur les projets de statuts du parti, qui n’existent pas, sur son mode de recrutement, sur les innombrales affaires Soral. Certaines informations proviennent clairement de la maison Poulaga, avec ses écoutes téléphoniques, sa lecture des courriels échangés, peut-être en partie fournies par un ou deux de ses agents infiltrés à Égalité & Réconciliation. Idem en ce qui concerne Dieudonné. Conversations dans les appartement peuvent aussi être enregistrées.

Plenel est d’autant plus ravi que sites dissidents ont succès croissant, au point de supplanter Rue89 et Mediapart. Quant à la filmographie des prétendus mal-pensants, elle arrive très largement en tête. Aussi Mediapart joue gagnant en balançant ces informations, car il est ainsi lu par des dissidents.

En riposte, Égalité & Réconciliation a publié le 14 novembre longue étude biographique sur Plenel, œuvre d’un journaliste d’investigation. Signe que le parti dissident s’etofferait. Fausse impression, car Emmanuel Ratier en est l’auteur. 0n retient que Plenel est peut-être agent de l’étranger, d’un service de renseignement américain, comme plusieurs indices le donnent à penser.

Entre les trois, Revision préfère Nolte. Eh oui, ce boche fonctionne à l’eau, n’en déplaise à Fofo, ce fan de Dieudonné qui lui aussi fonctionne à l’eau, mais d’une autre manière.

Revision est noltiste plus que dieudonnétienne ou soralienne. Mais elle a oublié de signaler que non seulement CRIJF, ambassade d’Israël, Bloc identitaire, Action française, Civitas la courtisent, mais aussi Breizh info. Oubli compréhensible, car Guionnet est nul en bretoc. Non par estracisme, ouestracisme dans ce cas, mais par ignorance. Il est cependant partisan de saint-Étienne. Il a suivi la révolution du cinquième siècle consécutive aux invasions d’Attila, car c’est à ce moment-là que le culte de saint-Étienne est entré dans l’histoire. Le bourgeois goy parisien adore souvent Nolte, raison peut-être pour laquelle Guionnet vient d’être invité au Club de l’Horloge.

La chanteuse barbare Rita Mitsouko, métisse juive, dit-on, a aimé Étienne il y a près de trente ans. Guionnet fut ravi. Au point qu’on chante toujours « Étienne, Érienne, Étienne, tiens-le bien » à Issy, comme nous disons « Frères humains qui après nous vivez, n’ayiez contre nous le cœur trop endurciz, car, se pitié de nous pauvres avez, dieu en aura plus tost que nous mercis. » Dommage que Villon ne parlât pas issisois, car on dit gnieu, pas dieu.

Avant d’écouter Mitsouko, Guionnet s’est mis au magyar, idiome dans lequel il a vu un françois bis. Ce dont Orbán devrait être ravi, mais il n’y a aucune chance qu’il le soit avec sa gueunon juive. De dérivation en dérivation, on quitte le champ de cet article. Bah ! histoire est somme d’anecdotes.

7 commentaires »

  1. Je suis, moi aussi, sorti fort troublé de la lecture de ces lignes.

    (Faux-cul, tu essayes de rebondir sur Revision avec ta remarque de bonne femme. Mais tu es cuit, Trouduc. Cache-toi à Cachan, sous l’aqueduc. Je veux bien cogner Chelli, mais pas toi, poussière alsacote. Oui, Issy est apparemment plus ritale que boche, mais sais-tu le sort qu’on réserve à l’alsaco bidon à Issy ? Autrefois l’Issisois Fratellini a cassé la gueule de boches à Hambourg. Je sais que Fratellini n’est pas nom typiquement issisois, mais il était le plus costaud. Tu veux que j’appelle Fratellini pour qu’il s’occupe de toi ? Fratellini est peut-être corsicaud, comme près de 1 500 Issisois. Il peut te cogner en deux minutes. Il sera content de le faire, en reconnaissant que ce n’est pas le boulot de l’académie hunique, NDLR.)

    Commentaire par Edouard LAFEUILLE — 14 novembre 2014 @ 21:13 | Réponse

  2. La mère de Dieudonné, Josiane Grué, n’est pas bretoque, mais arrière-petite-fille d’un boucher casher (!) de la ville de Buhl (Alsace), un certain Solomon Lewen. Ça pue l’ashkénaze :
    http://www.medialibre.eu/culture/dieudonne-est-juif-lultime-quenelle/13358

    (Je t’ai indiqué qu’on parle du juif allemand à Issy, pas de l’ashkénaze, mot barbare. Maintenant, si Dieudo’ a sang juif dans ses veines, comme Hitler, cela expliquerait tout, NDLR.)

    Commentaire par Antiveuve — 14 novembre 2014 @ 23:31 | Réponse

    • Désolé, mais l’essentiel est que tu m’as compris. Quoi qu’il en soit, et suivant la Loi juive, Dieudonné est Juif, puisque sa mère l’est.

      (Je n’en sais rien du tout et vois en Medialibre, qui reproduit des bêtises de Mediafeuj traquenard pour nigauds. Herzl n’a jamaiq mis les pieds en Ouganda, par exemple, NDLR.)

      Commentaire par Antiveuve — 15 novembre 2014 @ 11:15 | Réponse

      • Non, je me conforme simplement à l’usage qui veut que l’on mette une majuscule à Juif, quand ce terme désigne un membre du peuple juif, indépendamment de sa pratique religieuse. Quant au prétendu mépris des Juifs envers la Veuve, permets-moi de ne pas être d’accord avec toi, vu la place centrale que tient le Temple de Salomon dans la franc-maçonnerie.

        (Je t’ai corrigé, j’ai remplacé ton indicatif de mettre par le subjonctif, qui s’impose. Signe peut-être de ta jeunesse, car on nie actuellement le subjonctif présent après avoir démoli le subjonctif dit imparfait. Puis c’est quoi le peuple juif ? Un ensemble de barjots, d’illuminés qui n’exsistent pas dans la constiution française, le juif appartenant à une secte. Que tu juges laïcité bidon, c’est ton choix, mais ne l’impose pas au lecteur. Bien sûr, juifs commandent la Veuve, surtout en France, mais francs-maçons remettent en question la légende de Salomon. Il y a antijuifs dans la Veuve. Plus à Opéra, ensuite à Pisan et à Puteaux, Cadet étant loge la plus infectée par les juifs, NDLR.)

        Commentaire par Antiveuve — 15 novembre 2014 @ 13:06 | Réponse

        • On pourrait gloser des heures sur l’usage du subjonctif. Lors même que la règle l’imposerait (je ne suis pas ignorant), et si l’on prend en compte le sens de vouloir, qui ici explique davantage une certitude qu’un doute, alors l’indicatif n’est pas illogique.

          La contestation antijuive est plutôt le fait de compagnons et autres apprentis (loges bleues notamment). Je vois mal un Maitre remettre en cause la dictature de Cukierman. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la décoration des temples maçonniques reproduit fidèlement — avec quelques petite touches propres à chaque loge — la description du fameux Temple telle qu’elle est mentionnée dans le Livre des Rois et le deuxième livre des Chroniques.

          (Capitale de juif est barbarisme. A ce moment-là, mets une Cap’ à fourmi, crapaud ou taupe, écris comme le boche, tu casseras batoches et ovules de tout le monde. Le juif appelle parfois le subjonctif conjonctif, il a tort. Il ne comprend pas ce mode d’expression du virtuel, tout le monde n’étant pas d’accord avec toi quand tu dis bêtises. Subjonctif n’existe pas en rosbif, langue primitive dont tu t’inspires. Il existe en revanche en germain, en hongrois et en italien. Il est pauvre en germain, il passe presque pour pédant en italien, il s’entend tous les jours en hongrois, sauf que le felszolitó mod est subjonctif-impératif. D’ailleurs impératif et subjonctif sont parfois confondus en français, l’impératif étant lui aussi virtuel. Felszolitó signifie qu’on met l’accent sur le mot, sur le verbe en l’occurrence, mot étant verbe comme chacun sait. Bref, subjonctifs hongrois et françois sont les plus proches et les plus vivaces, même si ce mode est tiré du latin en françaiq et qu’on ne doit surtout pas mépriser l’Italien, malgé la multiplicité de ses patois, latin étant langue en partie étrusque ou asianique, ne l’oublions pas. Tu te fous ensuite de la gueule des bleuets, mais Blanrue et Ratier sont sans doute au moins vénérables. Tu crois qu’ils adorent le temple de Salomon ? légende imposée en maçonnerie. Même le passé grand-maître de Puteaux Verdun s’en méfiait. Jugé exotérique, j’ai causé avec lui, le gars m’a paru fréquentable. Sur toile, il existe certes des bleuets racontant n’importe quoi sur la Veuve. Plus ils disent des bêtises, plus ils ont du succès, mais c’est la tête que vise Revision, capo, comme on dit en italien, Kapo en argot concentrationnaire, surtout pas caporal en français. Encore que des kapos ont dû râler en dépit de leur statut privilégié. A Auschwitz, ils se tapaient une pute au moins une fois par semaine, et voyes photos des charniers de Belsen, tu y verras un gras du bide manifestement pas mort de faim. Quant à ton papier de Medialibre, je me le fous au cul parce que trop vulgaire. Libre à Dieudonné d’y répondre, car c’est lui qui est concerné. Revision ne gobe pas la grosse propagande antisémitique ou antimaçonnique. Tu te fous de la gueule du monde quand tu parles des « apprentis et des compagnons (loges bleues notamment) », comme si on ignorait que la place de l’apprenti et du compagnon est en loge bleue. A moins que tu sois antisémite stupide, hypothèse vraisemblable n’excluant pas que tu sois juif. Tu peux aussi être fils de la Veuve croyant le profane stupide et s’imaginant éclairé. Dans un cas comme dans l’autre nous construisons ton cercueil à Issy. Le simetier s’est autrefois trouvé dans la plaine, puis près de l’église Saint-Étienne, maintenant aux Moulineaux, au-dessus de la rue de l’Égalité et du quartier armingo. Si tu veux être enterré là, libre à toi, sauf que ta sépulture et tes funérailles te coûteront au moins 4 000 euros, NDLR.)

          Commentaire par Antiveuve — 15 novembre 2014 @ 16:15 | Réponse

  3. Le prénom Alain, qui, en celtique, signifie « calme », est donné en Bretagne en hommage à Saint Alain, patron de Quimper et 4e évêque de cette ville. Son existence n’est pas prouvée et, d’ailleurs, l’Église catholique ne le reconnait pas.

    Quant à Vajk, il est mort de maladie et du chagrin causé par la mort accidentelle de son fils unique, Émeric, sept ans plus tôt. Tu confonds sans doute avec son cousin, Vazul, soupçonné d’être resté païen, et qui eut les yeux crevés pour s’être rebellé contre le roi.

    Enfin, pour ce qui est de mon prétendu antisémitisme, je ne m’en cache pas, ce qui d’ailleurs n’enlève rien à la véracité des infos que je te propose.

    (Je n’ai pas causé de Vajk, dont je connais le nom. Pour moi, Attila correspond à Alain en français. J’en reste là, NDLR.)

    Commentaire par Antiveuve — 15 novembre 2014 @ 12:58 | Réponse

    • Alors de quel Étienne parlais-tu ? Parce qu’on a l’impression que tu faisais allusion au premier de ce nom !

      (Tu as raison. J’ai seulement fait allusion au roi Étienne de Hongrie pour illustrer comment s’est faite la conversion des barbares au catholicisme romain. Elle n’était pas évidente, car Byzance et Rome étaient rivales, NDLR.)

      Commentaire par Antiveuve — 15 novembre 2014 @ 15:54 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :