Alain Guionnet – Journal Revision

10 novembre 2014

GROßE SUBTILITÄT

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 15:07

Pardon pour nos barbarismes, mais ils s’imposent parfois. C’est jugette Ract-Madoux, de la dix-septième chambrette, qui a qualifié Revision de « subtile ». De père officier supérieur de légion étrangère, elle savait que subtilité n’est pas force de l’armée. Or Revision serait cran au-dessus de la masse, selon Martine.

La revue soutient que l’amerloque est esclave du juif, remarque appréciée en appel. Elle est faurissonienne faute de mieux. Guionnet voit dans le fonctionaliste Nolte un pote, contrairement à Faurisson, cette pimbêche, qu’il a toujours soutenue. Ah ! grande subtilité, quand tu nous tiens…

Revision dit ah ! pas ach so, car ne voulant pas être soupçonnée de bochitude. Or que dit le gars subtil ? Qu’il a accroché DSRI, ancienne DCRI, que son opposition à la Veuve fait florès, y compris parmi adeptes du temple maçonnique, que son antijudaïsme est banal. Mot franc que ban, mais que voulez-vous ? Le boche est lui aussi derrière le françois. D’où l’impossibilité du François d’être vraiment antiboche, car il se nierait lui-même. Cas du franc-comtois Rassinier est à part, même si son engagement réviso est dû en partie à sa race.

Pour que nous poursuivions dans ce registre, nous avons besoin de soutiens. Antiveuve semble solide, mais c’est à vous, minets, de monter au feu, à votre tour.

Il est doué le gars, disoient ses professeurs de français du collège comme du lycée. Pardon pour ce prométhéisme guionnetien, que nous prononçons Guionnet tient. Le vieil va retourner dans sa maison de retraite, faute d’adversité à sa hauteur. Il bouffe du Zemmour et du Soral du matin au soir. Il ne les croque pas, il les avale, il fait œuvre écologique.

Pourquoi DSRI consacre-t-elle autant de temps à Revision, revue tenue pour pachydermique, ne mettant pas en péril sécurité d’État ? Parce que ses agents se préoccupent peu d’État Islamique, menace subalterne. Il y a parmi eux excellents harkis, capables de distinguer accents yéménite et jordanien. En revanche, anciens Renseignements généraux étaient truffés de petits-maîtres voyant en Guionnet frère sans tablier. D’où leur volonté de le circonvenir, pour ne pas dire circoncire.

Aussi les malheureux rament. Tout ce que dit Revision n’est pas vrai, mais la revue ne s’avance jamais sans biscuits. Quand elle dit Hun, ou Houn, c’est du sérieux, on peut lui faire confiance, idem quand elle jase des Bney Brit, même si Guionnet est nul en hébreu. Mais elle menace sécurité d’État quand elle dévalorise travail de ses agents, qu’elle appelle Dupont et Dupond. Ce qui offusque les hauts grades, férus de leur cabbale de supermarché.

Et vogue la galère. Antiveuve, au nom calibré, nous a informés que Veuve est au courant de la quasi émancipation du juif par Louis XVI datant de novembre 1787 ou de janvier 1788, comme on voudra. Ce fut une des causes de la révolution de 1789, dit l’historien, car, à partir du moment où le roi cesse d’être chrétien, il perd sa légitimité. C’est cela qui a causé la mort de Louis XVI et de sa bochine Marie-Antoinette.

Interprétation hardie d’histoire, mais à chacun son boulot, Revision ne fait pas dans la dentelle. Seule revue hunique d’Occident, elle défend l’honneur d’Attila, bien qu’il fût turk nullement magyar. Entre Rothschild, Marx et Attila, choix est facile à faire.

3 commentaires »

  1. Citation de feu Ariel Sharon, alors Premier ministre israélien, prouvant la mainmise juive sur le pouvoir américain :

    « A chaque fois que nous faisons quelque chose, vous me dites que l’Amérique fera ceci ou fera cela. Je veux te dire une chose très claire : ne t’inquiète pas des pressions américaines sur Israël. Nous, le peuple Juif, contrôlons l’Amérique, et les Américains le savent. »

    Ariel Sharon à Shimon Pérès, comme cela est rapporté sur Kol Yisrael Radio (3 octobre 2001).

    (Ça fait plaisir de voir soutien d’agent de DSRI. C’est le renseignement français qui, le premier, a mis en doute l’authenticité des attentats du 11 septembre 2001 prêtés au Caïdat, bravo ! Renseignement français, ou tout au moins certains de ses éléments, seraient maintenant prêts à collaborer avec Revision, encore bravo. Mais fais attention, Antiveuve, ça craint sans doute plus pour toi que pour moi. Tu sais l’importance des relais médiatiques. Certes, Revision est minable, elle touche menu public, mais elle a énorme poids pour historiens et professionnels du renseignement. C’est toi qui as choisi de t’allier avec Revision, à tes risques et périls. Crois-tu un instant que génie français vaille plus qu’un kopek ? Personnellement, je n’en suis pas persuadé, NDLR.)

    Commentaire par Antiveuve — 10 novembre 2014 @ 15:44 | Répondre

  2. Cette citation d’Ariel Sharon est fausse selon moi. Je crois que c’est un attrape-nigaud pour les Plonplon et compagnie. Je vous mets au défi de prouver qu’elle a bien été dite. Impossible d’en retrouver la moindre trace nulle part, sauf sur les sites antisionistes et ou antijuifs.

    (Trois heures du mat’, Guionnet a des frissons, tandis qu’Antiveuve n’a toujours pas répondu. Plonplon désigne Ploncard d’Assac, qui refuse de prendre sa retraite bien méritée, car il n’a pas évolué depuis Evola et les bêtises qu’il a sorties sur Protocole des sages de Sion. Notez l’hésitation de Pat quand il jase des « sites antisionistes et ou antijuifs ». Il a pigé que Revision est antijuive, peu antisioniste, tout État étant voyou. Surtout que le sionisme contemporain fut créé par deux néologues juifs hongrois, or Guionnet n’en veut pas tant au sioniste qu’au néologue, dont il rêve d’avoir la peau, ou le cuir, pour son abat-jour. Peau ou cuir est magyarisme, pour ceusses qui n’auraient pas compris, NDLR.)

    Commentaire par Obola — 10 novembre 2014 @ 19:56 | Répondre

  3. « La revue soutient que l’amerloque est l’esclave du juif », c’est rien de le dire, maître de la communication il est, et lorsque la bonniche est négresse démocrate tenue en laisse, le juif n’est pas tendre et s’en donne à cœur joie. Mais le juif sait attendre et se montrer magnanime, il a l’éternité devant lui et détient l’art de mettre sa queue coupée là où la tête ne passe pas. Il n’oublie pas non plus qu’il peut faire endosser à sa guise au ricain, incurable jobard, ses errements et spéculations hasardeuses au Proche et Moyen-Orient. Là repose sa toute puissance.

    Pour s’en rendre compte, il suffit de se reporter à ce qui prétend être une référence en stratégie et tactique au royaume de Sion, le CAPE de Jérusalem :

    « Nous avons connu dans le passé des querelles graves entre Ben Gourion et John F. Kennedy, Rabin et Ford, Carter et Begin, Shamir et Bush senior, et même entre Bill Clinton et Netanyahou lors du premier mandat de ce dernier, mais jamais nous sommes tombés si bas.

    N’oublions pas qu’il existe une forte et influente communauté juive aux États-Unis et qu’elle est divisée entre les deux grands partis, mais partagée aussi au sujet de la politique de Netanyahou. D’ailleurs, rappelons que les Juifs votent dans leur majorité et depuis toujours, Démocrate.

    La victoire des Républicains au congrès va sans doute compliquer la tâche du Président pour agir et appliquer le programme pour lequel il a été élu deux ans plus tôt. Cela changera sans doute la donne de la politique étrangère en faveur d’Israël — et on peut s’en réjouir — mais en aucun cas nous pourrions profiter de la faiblesse du président pour intervenir directement ou indirectement, dans les affaires intérieures américaines. Cela pourrait jouer en boomerang contre nous dans les dossiers sensibles comme le projet nucléaire iranien, le processus de paix avec les Palestiniens ou la question de Jérusalem. Évitons d’humilier Obama et le mettre au pied du mur car nous risquons un « mauvais accord » avec les Iraniens et une abstention au Conseil de sécurité. Le veto américain cessera d’être imposé automatiquement, et chaque résolution favorable aux Palestiniens pourrait être adoptée sans aucune difficulté.
    (…)
    Soyons prudents et vigilants et attendons patiemment des jours meilleurs.
    (…)
    Pour l’heure, les États-Unis sont irremplaçables et peu importe si le président en poste est un Démocrate ou un Républicain ! Ne rêvons pas non plus et soyons réalistes : ni la Russie, ni la Chine, ni même la France, ne peuvent prétendre présenter la bonne alternative ! »

    Freddy Eytan, Obama, le nouveau Congrès et Israël. 05/11/2014

    http:jcpa-lecape.org/obama-le-nouveau-congres-et-israel/

    (Merci Danny. On voit que la traduction est œuvre d’un professionnel, car il écrit Démocrate et Républicain avec Caps indues, ce qui plaide en faveur de l’authenticité de la citation. Antiveuve et toi êtes plus branchés sur le sionisme que Revision, obsédée par le néologue juif hongrois. Or ce sont des juifs allemands qui dirigent Israël, des nains par rapport au juif hongrois, NDLR.)

    Commentaire par Danny — 11 novembre 2014 @ 12:55 | Répondre


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :