Alain Guionnet – Journal Revision

11 octobre 2014

AUTOMNE SERA CHAUD

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 01:53

Quelques heures après publication du papier qui précède, aucun vote favorable, contrairement à la coutume, car Revision va trop vite trop fort. Nombreux lecteurs ne comprennent pas pourquoi elle dit addicté au lieu de dépendant, ils ont en partie raison. Mais son auteur s’imagine mal pendu éjaculant, donnant naissance à mandragore. Il croit plutôt subir diktat poiltiiquement correct, d’où sa condition d’addicté. Lecteurs ne veulent pas encourager son narcissisme ou son prométhéisme., mais que voulez-vous ? quand Guionnet jase de lui, il emploie première personne du singulier.

Il témoigne dans le cas présent, comme Flaubert. Ça chauffe à Issy. Il y a quinzaine de jours vélcoypédiste peut-être juif lui demanda pourquoi il y a peu de gens comme lui en France. Il connaissait mental du chariatiste made in France et jugeait intelligence du nègre grossière (signe de sa judaïté). Guionnet ne sut quoi répondre, car il est con et tétu. Il s’est embarqué en galère antijuive dans les années quatre-vingts. Il ne le regrette pas, mais prend sa retraite, car il a assez donné, à d’autres de faire le boulot.

Tout s’est enchaîné. Il y eut compliment d’un joueur de poker françois qui lui fut fait jeudi : « Attila parle hongrois ». Sous-entendu il est fils de Magog, chevalier d’Apocalypse. Guionnet fut ravi, tandis qu’il fut traité de « gros » par un négrillon, insulte raciste.

Et voilà que surgit le maroco, qu’on peut éventuellement dire berbère, contrairement au juif arabe Zemmour. Pote de Guionnet, qui lui a autrefois demandé : « On connaît mafia italienne et mafia russe, mais où se trouve mafia française ? » Le gars répondit : « Au pouvoir. » Guionnet ferma son clapet. Il revint à la charge vendredi, il l’appela mademoiselle, car le gars appelle tout le monde jeune homme ; le type l’a corrigé : « madame ! » Guionnet lui a autrefois appris le sens de dulcinée, gars a rétorqué : « cette dame n’est pas ma douce, mais ma voisinse ».

Berbère maroco est au courant des affaires Ulcan. Guionnet dit qu’on ne sait pas si Ulcan bosse pour DSRI ou Israël. Gars a rétorqué : « On ne le saura jamais. » Il prétendit Ulcan recherché en France, Guionnet lui dit que, si ça se trouve, Ulcan se trouve en ce moment à Parisalem. Maroco fit mine de ne pas comprendre ce néologisme de l’amerloque William Nichols, qui se dit Guillaume, que connaît bien le miamisois John Smith, peut-être pour gagner du temps. Il sortit peu après fumer nerveusement cibiche, comme s’il avait été piégé. Mais on se fout qu’Ulcan ou le maroco bosse pour DSRI. Guionnet est espionné par État pérendument français depuis longtemps, il a appris à faire avec. RG, DCRI, DSRI, c’est pour lui pareil au même, ramassis de crapules.

Au final, maroco a demandé intitulé de son sit, comme s’il ne le connaissait pas. « Ça va, dit Guionnet à “DSRI”, j’ai identifié un ou deux de vos agents, pas de problème. » Hitler, avec ses espions et collaborateurs juifs, a montré l’exemple, tandis qu’historien ne doit pas hésiter à mettre ses mains en cambouis. S’il a couilles et prépuce s’entend, étant entendu que son boulot, comme celui du chirurgien, demeure en grande partie fermé aux femmes.

D’autre part, Blanrue a répondu à Revision, car il cause des années quatre-vingt au lieu de quatre-vingts, façon de dire qu’il emmerde le profane. Mais le profane va l’exterminer.

Revenons sur le marocois. Il est massisois, car « Issy est trop chère ». Il lit mal français. Il a dit : « les juifs sont inetelligents », sottise mille fois entendue. Mais que signifie juif ? lui demanda Guionnet. On ne sait pas.

Yom shabbat, pardon pour cet hébaïsme, Guionnet s’est accroché avec armingo clamartois. Le gars de 55 ans, sans quasiment une once de graisse, comme dit Faurisson, est content qu’on le dise armingo. Depuis un peu moins d’un siècle, armingos ont envahi Clamart et les Moulineaux. Aucun sérieux conflit racial avec les indigènes n’a été signalé depuis, mais  cet armingo est fier d’entretenir son accent étranger, comme Jane Birkin, plus que le corsicaud, lui aussi très pésent à Issy, où on estime à 3 000 le nombre d’âmes armingotes, à 1 500 celles des corsicauds. Même amerloques et hollandois jasent souvent mieux françois que cet armingo.

Le gars était hostile à Guionnet car il buvait whisky, Guionnet vodka. Ce prétendu ancien commandant d’armée soviétique aurait souffert dans les camps de Sibérie. On le comprend et cela expiquerait en partie sa bonne santé ; il serait alcoolique amateur, buvant pour frayer avec Guionnet. On sait amingo antijuif, mais de là à s’acoquiner avec Guionnet, il y a un pas.

Le gars sait peut-être qu’on appelle l’armingo ormény en hongrois, ce qui ne le dérange pas, car il est allié aux Turks païens ou chrétiens de Hongrie, mais il haït le Turc. On va lui dire, pas seulement à lui, car il passe pour barjo, mais au groupe de pression ou lobby armingo, assez fort en France, ce que Revision croit savoir du prétendu génocide des Arménien, qui entraîna mort de moins d’un million d’âmes. Ce fut politique d’extermination, ou de bannissemnt, d’une partie des chrétiens d’empire Ottoman. Arméniens et assyro-chaldéens furent persécutés par Jeunes-Turcs et sultan, contrairement aux chrétiens grecs et aux près de 4 000 Levantins francophones. Forcément, commerce se poursuivait pendant la guerre entre France et empire Ottoman, bien que pays ennemis, et Levantins étaient étaient indispensables intermédiaires. Directive dont Balladurian, ancêtre d’Édouard Balladur, a bénéficié, avant d’être nommé par Père-turc (Atatürk), directeur de Banque de Turquie.

Grecs furent ensuite expulsés de Turquie, en 1922-1923, par Ata Türk, mais cet illustre alcoolique, comme Churchill, protégea juifs d’ancien empire Ottoman jusqu’à sa mort. Parce qu’il était dönme, retourné, traduction littérale du turc ? On ne sait pas, aucun document sur la conversion d’un des ancêtres de Mustapha Kemal du judaïsme à l’islam n’ayant été conservé. Mais il habitait Salonnique, Thessalonnique en grec, ville peuplée de nombreux juifs et d’alévites à l’époque, assez souvent francophones. Surtout les juifs, qui feignaient d’aimer Molière. D’où, accessoirement, le caractère odieux de la haine d’Hollande du Lion de Syrie (El Assad). Salonnique est aussi vergne d’où est originaire la mère juive de Sarközy, comme tout le monde sait.

Nom turc ata, père, est rigolo. On dit apa en hongrois, papa en français familier. Non parce que français serait langue turke, mais parce qu’a serait première voyelle que le bébé apprendrait à prononcer. D’où sa position en tête d’alphabet, d’où signe d’écriture hiéroglyphique d’aigle. Aigle, Alain et Attila sont ainsi liés, même si Attila, que Turcs écrivent et prononcent Atilla, est plus a accentué qu’aigle ou Alain, mais ces mots sont parents. De telle sorte qu’Attila ou Atilla est dérivé de père, ou plutôt de papa. Attila semble signifier père fléchu, pour peu qu’on mélange sumérien (kiènguigeois) et langues turkes. Hélas ! Ata Türk s’est opposé aux thèses de François Lenormant, historien chti, pas normand, contrairement à ce que son patronyme suggère. (Revision agglutine ch’ti.)

Dans son dénigrement des assyro-chaldéens, l’amingo les dit syriaques, autrement dit sémites. Mais ça ne prend pas à Issy, où on met Arménien et assyro-chaldéen au même même niveau, bien que l’Arménien soye aryen, l’assyro-chaldéen souvent sémite. 100 000 sur 200 000 assyro-chaldéeens d’empire Ottoman auraient péri pendant la première guerre mondiale, proportion peut-être supérieure à celle des Arméniens décédés. Cela dit sans verser dans le révisionisme turc, comme l’a fait le réviso originaire d’Issy Serge Thion, essonnois du Bas-Étampe. Tout le monde sait la vive opposition entre Thion et Guionnet. Parents de Thion, d’au moins trois générations parigos, possédaient la bijouterie La Gerbe d’Or, proche de mairie d’Issy. Puis Thion a trahi sa ville. Il a épousé juive allemende et a émigré en Essonne. Il aurait rompu avec sa gueuse il y a près de vingt ans. Guionnet est venu le trouver dnas son bled peu avant, à byciclette. Il jugea gueuse juive de Thion pas méchante et intelligente. Il a pu se tromper et précipiter séparation du couple avec son antijudaïsme prétendu radical. On ne le saura sans doue jamais. Mais on ne trahit pas sa vergne, dit l’Issisois, même si on habite en Bas-Issy, en zone inondalbe.

Racisme existe à Issy, comme en Israël, où on méprise juif arabe ou ottoman, ou, pire encore, juif nègre éthiopien. Idem à Issy, où on méprise gens de la plaine et journalistes d’Arte, Canal + et Eurosport. Aux Hauts d’Issy se trouvent Aigle Noir, direction de gendarmerie nationale et armingos. Heureusement, gendarmerie et armingos se trouvent plus au sud qu’Aigle Noir, sinon ça pourrait saigner.

D’autre part, tout le monde sait Guionnet partisan de la magie de haute-antiquité. D’aucuns l’imaginent costaud, capable d’exterminer lobby juif à lui tout seul. Or il ne fait que lui résister. Joueur de pok’ issisois a appelé Guionnet dimanche Alain au lieu d’Attila, quel scandale ! Il lui a aussi demandé de faire distribution «magique », car il sait Guionnet fan de magie kiènguigeoise ou « chaldéenne ». Résultat, Guionnet s’est planté, mais l’olibrius fut exterminé avant lui, qui finit trente-cinquième sur plus de cent concurrents. Au moins deux joueurs de pok’ issisois font désormais partie de ses lecteurs. Ils apprennent ainsi quelques mots boches, magyars, turcs et hébreux, mais ils ne valent pas un clou selon Attila Guionnet.

Faussaire Pfister traite Guionnet d’antique gourdiflot, il n’a pas tout à fait tort. Fidèle à son patelin, Guionnet fait assez confiance à l’aryen de son bourg, bien qu’il soye aryano-touranien. Racisme compréhensible. Il juge Issisois peu sûr, comme bretok et alsaco, races qu’il aime assez bien. Ah ! racisme, quand tu nous tiens…

Chefs de DSRI se foutent d’être traités de crapules, car ça va de soi. Mais serviteurs d’Hollande et Valls s’inquiètent de l’éruption d’Issy, ville-clé à leurs yeux. Pas de sa plaine, mais de ses hauteurs, montagnards étant redoutables, comme a jugé Lenormant. Quand ils voient en Issy volcan, ils ont raison. Quand Guionnet prétend vouloir exploser Ulcan, il est sérieux, sa hardiesse et sa bêtise étant connues de tous. Mais « il y a limites à ne pas dépasser », jugent-ils.

A noter que Google, comme Issisois, bretok et alsaco ont bien compris ce papier. Google cite en bande annonce : « Lecteurs ne veulent pas encourager son narcissisme ou prométhéisme. Mais que voulez-vous ? quand Guionnet jase de lui, il emploie… ». Google n’est pas con, il a saisi l’essentiel. Guionnet a inventé très peu de mots, comme circonstanciation (Vergegenständlichung), mais pas prométhéisme. Son argot est facile à comprendre pour CIA et NSA, qui le jugent branleur de banlieue. Guionnet est réputé dans la upsociété, pardon pour ce barbarisme, où il est jugé repectable mais inévocable.

Puis mot sur sa haine de l’Issisois. Au moins deux joueurs de pok’ le lisent. Guionnet s’en réjouit, tandis que Pfister déchire son prépuce. Guionnet voit en eux petits-bourgeois-bourgeois. Ils sont presque tous petits-bourgeois, mais aimeraient être bourgeois. Dimanche, Guionnet s’est accroché avec Jérôme, fonctionnaire de Banque postale. Sages du pok’ ont tranché : Guionnet est con, ont-ils sous-entendu, mais il faut l’épargner, car il divertit galerie, à qui il apprend boche, magyar et turk. Il est idiot utile, ou gourdiflot. Jérôme s’est assagi, tandis que Guionnet mise sur panier de crabes issisois pour réussir, en sachant ses chances douteuses. Mais il n’est pas mauvais au pok’, comme au go ou weï-tchi (deuxième dan, excusez du peu).

Sa mémoire est lacunaire. Il a oublié de jaser du juif Morgenthau père, ambassadeur des États-Unis d’Amérique en empire Ottoman en 1915. Il n’était pas opposé à extermination des Arméniens et des assyro-chaldéens pourvu que juifs ottomans fussent épargnés.

On estime à Issy le nombre de juifs à un millier. Leur synagogue se trouve en quartier d’affaires et des médias, si bien que journalistes juifs peuvent y faire un saut quand bon leur chante. Le juif issisois est surtout arabe, même si on trouve quelques Khazars, bien que juifs khazars soient peu répandus en France. Deux des trois cardiologues de la vergne sont juifs arabes. L’un d’eux, vélocypédiste réside bord de Seine. Médecin de Santini, qui en a grand besoin, il ne cherche pas crosses à Guionnet, cycliste comme lui. Il existe juifs libérals à Issy, même juifs noncoupés, dit-on. Ils ne prendront pas le parti d’Ulcan contre Guionnet, même s’ils croient comprendre la rage du teigneux.

Synagogues se trouvent surtout en Bas-Hauts-de-Seine (Issy, Vanves, Châtillon, Bagneux), rarement en Moyen-Hauts-de-Seine (Suresnes, mais pas Boulogne-Billancourt), pratiquement pas en Hauts-Hauts-de-Seine, à l’exception de Neuilly-sur-Seine, ville de l’atroce Charkeuz. Comme si le juif, membre d’une société secrète, avait peur d’être démasqué.

Enfin ne jasons pas japonois ou chinois, on a assez à faire avec langues boche et magayare. Guionnet n’est pas stupide. Il ne voit pas midi à sa porte. Il a droit de traiter de crapules agents du renseignement. Il a droit de souffleter Ulcan. Il a droit de voir en Issy ville franque, pas latine. Surtout qu’il habite près de l’antique villa romaine d’Issy, autrefois païenne. D’ailleurs Issy est nom galois, qu’on dit vulgairement gaulois. Antique gourdiflot que Guionnet ? Sur ce point Pfister a raison. Et Guionnet ne le traite pas de sale boche, car ce serait dérisoire. Surtout qu’« on ne frappe pas boche à terre », comme dit le Magyar.

On l’aura compris, automne sera chaud. Le maroco gagnait 7 000 francs par mois, parfois 9 000, alors que l’euro l’a foutu dans la merde. On le comprend, car François aussi sont ruinés par la politique désastreuse de Charkeuz et Hollande. Guionnet a dit dimanche au maroco « guerre est moche », le berbère était d’accord.

Vous pigez maintennant menace de l’éruption volcanique qui risque d’éclater à Issy ? Attila est prêt à descendre dans la plaine avec sa horde composée de Berbères et d’armingos, entre autres. Mais il a oublié de dire que les rares Magyars d’Issy sont souvent informticiens, comme parfois l’armingo, contrairement au juif, souvent médecin. Cependant guerre entre informaticien et médecin est imbitable en France, car elle mettrait en péril le royaume de France, comme en conviennent Valls et Hollande.

Un commentaire »

  1. Arrête d’être bourré tu ne sais plus ce que tu écris !!!!

    Commentaire par Pat — 14 octobre 2014 @ 21:15 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :