Alain Guionnet – Journal Revision

6 octobre 2014

GUIDE FAURISSON

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 07:34

Guide Faurisson est compliment. On peut aussi dire vizir Faurisson, comme on l’a découvert le 3 octobre. Mots plus justes que pape. Sauf que Fofo ignore langues turkes. De race écossoise par sa mère, il ignore turk et françois, raison pour laquelle il fut nommé professeur d’université de lettres à la fin de sa carrière par la Veuve. Cliquez sur blanrue véni(tiens), vous trouverez texte saisissant de Fofo, où il apparaît dès le chapeau qu’il n’a jamais su jaser françois. Il dénonce le voyou « Franco-Israélien Chelli », quelle horreur ! Franco-israélien est adjectif, donc sans Cap’. Cap’ est mot des travailleurs du livre. Confirmation que Faurisson est isolan, nom moyen françois expliqué plus loin.

Barbon Guionnet attend ledit Ulcan, pseudo’ de Chelli, qu’il comprend khan assis, établi, en langue turke, au fort d’Issy ; ou dans la plaine, à la mairie. Issue du combat est incertaine. Chelli est beaucoup plus jeune que Guionnet, mais Guionnet pèse 98 kilos et a appris à tuer à mains nues à gendarmerie nationale. Ce sera fête, khan contre Attila ! Paris sont ouverts. Plaisanterie, bien sûr, sauf que Guionnet l’assumera éventuellement jusqu’au bout, contrairement au guide Faurisson, qui manque de force.

Chelli a poussé Faurisson à dire : « J’ai 85 ans et mon épouse, qui a près de 83 ans, est de santé fragile : sa vue diminue, elle est sujette à des chutes et, quand elle tombe à terre, elle ne peut se relever sans aide ». Tragédie fréquente lors de vieillesse ennemie, mais accélérée dans ce cas par le voyou. Il a dit au téléphone à femme de Fofo : « Pute, je te chie dessus, je te pisse dessus … Je jouis à voir la tête fracassée de ton mari … Je t’encule, je vais vous rendre la vie impossible, je vais appeler tes voisins. » Ambassade d’Israël, qui courtise Revision, cautionnerait-elle pareils propos ?

Chelli a attaqué ainsi Fofo, Soral et Dieudo’, mais apparemment pas Reynouard et pas Guionnet. Reynouard, parce qu’État dit français lui règle son compte ? Guionnet, parce que Veuve a décidé de le blackouter (pardon pour ce barbarisme) ? S’en prendre à famille des personnes visées est truc pas seulement juif. Selon mon père, maintenant décédé, chleus, frisés, fridolins, doryphores, etc., comme on voudra, voulurent serrer Français pendant la guerre. Ne l’ayant pas trouvé à son domicile, ils déportèrent sa femme, tandis que mieux vaut ne pas être hui de famille Mérah en France. De ce côté, Guionnet est tranquille. Son père a clamsé, sa mère est légume. Reste sa sœur, avocate, conne ayant sang bretok. Mur pour Chelli, ou obstacle, cheytan en sarrazin, satan en français.

Faurisson cause ensuite de la présumée tentative de meurtre dont il fut victime le 19/09/1989, notez symbolisme de la date, jour de shabbat, en parc vichisois. Professeur dit que « trois activistes juif parisiens » l’attaquèrent. Mais comment le sait-il ? Il a entrevu ses futurs agresseurs peu avant, qui faisaient mine de jouer au ballon, mais il fut vite attaqué à coup de gaz, avant d’être roué de coups à terre. Il n’est pas sûr à 100 % que les criminels étaient juifs.

Traumatisé, Faurisson imagina un instant Guionnet responsable de l’opération, avant de remettre pieds sur terre. Parce que Guionnet avait publié dans Revision, magazine ou revue diffusé en kiosque, papier du métis boche illuminé Olivier Mathieu prônant le « post-révisionnisme » peu de temps avant. Mais non, c’était communication par Union Soviétique d’une trentaine de registres de décès d’Auschwitz à Croix-Rouge internationale qui avait motivé cette agression ; qui fut gagnante, car elle suscita animoisité de Faurisson vis-à-vis de Guionnet, avant qu’il ne se ravisât ; qu’il comprît que Guionnet, bête de banlieue, incapable de faire rapprochement entre vezér et vizir, seulement antimoliniste, opposée aux jésuites enjuivés, n’y était pour rien. Revision lui pardonne, un de ses principes étant le même que celui du Magyar : on ne frappe pas homme à terre. Contrairement à Serge-Élie Ayoub dit Batskin, par exemple.

En lisant ces propos, beaucoup perdent leur cale-pied. Guionnet suspecte Faurisson d’être imprégné de jésuitisme. Enfant, il alla pendant cinq ans en écoles jésuitiques. Or Revision est plutôt janséniste, opposée à enjuivement des jésuites qui eut lieu en Ibérie (Portugal et Espagne). Cependant Faurisson semble croire, comme il est dit en Protocole des sages de Sion, que jésuites sont pour eux ennemis redoutables, mais c’est faux.

Entre parenthèses, jésuites furent exemptés de chœur (afin qu’ils réfléchissent par eux-mêmes, pense-t’on), contrairement aux autres prêtres catholiques, qui les jalousaient. Information de B…, métis normand, séminariste qui ne fut pas nommé curé. Et pour cause, un de ses ancêtres pilla monastères avant de découvrir Jésus et sa forte personnalité. B… a mental templier. Mi-païen mi-chrétien, il adore Revision, qui décape. Église a eu raison de ne pas le promouvoir, car il fraye avec argotier.

Crimes du terroriste Chelli, qui s’ennuie en Israël près de la bande de Gaza, qui voyage en Roumanie, sans doute parfois en Transylvanie, et en France, surtout à Parisalem, sont connus de tous. Après avoir été plongé en coma artificiel à la suite d’une crise cardiaque survenue 5 jours après que Chelli ou Ulcan eut annoncé au père d’un journaliste de Rue 89, succursale du Nouvel observateur, que son fils était mort, cet homme fut déclaré mort le premier octobre. Il faut libérer lits d’hôpitals, certes, mais cet homme fut maintenu en vie dans la limtie du possible. Dans sa rage contre les « négationnsies, les antisémites, les antisionistes », petit khan est allé trop loin.

A croire qu’il bosse pour  DSRI, qui voudrait mettre en scène excès des extrémistes juifs. Ulcan a d’ailleurs répondu aux questions des journalistes de France 2 en Israël. Il leur a fait voir comment il pirate sits, sans indiquer ses combines. Agent du renseignement français Ulcan ? C’est possible. Hitler avait espions juifs et a négocié avec sionistes jusqu’à fin de guerre. Pourquoi Ulcan n’a-t-il pas attaqué Revision, feuille socialiste nationale ? Parce que son vioque est à la retraite ? Bonne raison. Parce que Guionnet est ancien séminariste d’études juives ? Parce qu’Ulcan est lui-même socialiste national ? Mystère. Mais aussi et surtout pourquoi s’en est-il pris au Nouvel obs’, qui n’a jamais craché sur Israël et que d’aucuns croient magazine juif ? C’est un peu comme si Ligue de défense juive attaquait Cercle Bernard Lazare. Résultat en serait discrédit total du judaïsme, peut-être but d’hommes du renseignement français.

Mais revenons-en à Faurisson. Son fils le déteste. Il aurait dit à son entourage qu’il voulait tuer son père, après que son patronyme l’eut empêché de poursuivre plusieurs carrières. Et ce, avant qu’il fût assailli de coups de fil d’Ulcan, lui, sa femme et ses enfants.

Ce n’est pas banal, mais le plus grave à nos yeux est  que Faurisson complimente ou insulte le François quand il pérore  : « A la différence des purs Français, malins et dont l’œil pétille d’intelligence, je ne vois aucune raison de penser que mon combat est perdu. Rappelons-nous les Britanniques en juin 1940 ; ils  étaient perdus. Inintelligents, ils ne l’ont pas compris. Alors, avec l’appui décisif – au début subreptice – de leurs cousins d’outre-Atlantique ils ont continué le combat et c’est ainsi qu’ils ont gagné, mais pour autant qu’on n’aille surtout pas me prendre ici pour un admirateur de l’alcoolique Winston Churchill. »

Traduction : Faurisson juge que purs Français ont regard de bovins, dont l’œil « pétillant » montre à quel point ils sont idiots. En revanche, les Britanniques, comme Faurisson, ont fini par gagner la guerre alors que les Français les jugeaient stupides. Faurisson joue enfin à la vierge prête à se faire dépuceler quand il prétend ne surtout pas admirer Churchill, cet alcoolique.

Faurisson ramène tout à lui. Enfant, il était fier de la résistance de l’empire britannique à la bochie en juin 1940, aussi Faurisson refusera sa vie durant de comprendre que Hitler voulait signer paix séparée avec le Royaume-Uni, à qui il eût volontiers abandonné le contrôle des mers. Dans sa vision raciste, il prêtait à l’engluche vocation de marin, contrairement au boche, au mental continental. Aussi tendit-il la main à la perfide Albion en lui permettant d’embarquer grande partie de ses troupes à Dunkerque. Sans doute à tort, car il aurait pu occuper Engleterre avec peu de soldats, comme il l’a fait en îles anglo-normandes, dont l’occupation se déroula en douceur. Comme lui et ses amis l’avaient écrit dans Mein Kampf, ils ne souhaitaient pas guerroyer contre France et Grande-Bretagne, mais contre judéo-bolchévisme. Empire soviétique était leur principal ennemi. C’est son anéantissement qui allait permettre d’accroître espace vital des peuples gemaniques, à l’est, pas à l’ouest. Dirigeants hitlériens se réjouirent certes d’avoir annexé Alsace, mais moins Moselle, dont les habitants se sentaient plus français que germains. Il y eut beaucoup plus d’alsacos que de Moselans qui s’engagèrent dans la SS. Projet hitlérien ne concernait d’ailleurs pas tous les peuples germaniques, car Hitler abandonna les Suisses allemands à l’Helvétie, les Souabes à la Hongrie, les Germains de la Volga à eux-mêmes, pangermanisme ayant ses limites, y compris pour Hitler et ses amis. Quant aux Germains d’Amérique, ils formèrent presque épine dorsale de l’armée yankee. Confirmation que thèses racistes ne tiennent pas toujours la route.

Cela s’applique aux propos de Faurisson, ambassadeur d’Écosse en France. S’il fut autorisé à voter au référendum sur l’indépendance d’Écosse, il répondît oui. Pas besoin de mettre caméra-espion dans l’isoloir pour le savoir. Faurisson et Guionnet savent le traité d’alliance franco-écossaise toujours en vigueur, n’en déplaise à Cameron. Las des poursuites judiciaires et des emmerdes en tout genre, Guionnet voulut prendre autre nationalité. Il songea à écossoise ou hongroise. Hélas ! nationalité écossoise n’existe pas, et Guionnet ne voulait surtout pas avoir papiers d’identité de sujet de la Couronne britannique, comme Fofo. Aussi demanda-t-il a en 2003 à bénéficier de la nationalité hongroise au gouvernement Orban, ou Urbain, dans une lettre écrite en magyar impeccable. Par quel miracle ? C’est un prof’ de français d’école normale szegedoise qui a traduit ses propos. Orban, que Guionnet ne savait pas à ce moment-là marié à une juive, fit répondre à Guionnet qu’il ne pouvait pas bénéficier de la nationalité hongroise au motif que France n’est pas pays limitrophe de Hongrie ; quel culot ! Et le plus d’un million et demi d’anciens Hongrois vivant en Amérique non plus ? En partie à juste titre, car Guionnet magyarise mieux que la plupart d’entre eux.

Monstre Pfipfi a suggéré à Guionnet d’écrire ses mémoires. Bête de banlieue suit son conseil par petites touches. Mais revenons-en aux propos racistes de Faurisson. Il traite Churchill d’alcoolique, ce qui suffirait à le discréditer, mais non ! Dans « Hollande juif ? » Guionnet n’évoque pas l’alcoolisme du quidam, notoire à Issy, car il est secondaire. Encore que… alcoolisme de Churchill et Hollande explique en partie leurs caractères va-t’en guerre. Depardieu est parano’ et agressif quand il boit, mais alcool n’a pas même effet sur tout le monde. Effets d’alcoolimsme sur hommes et femmes ne sont différents, par exemple, contrairement àce que prétend loi du genre. Voyez Aubry, fille d’Opus dei par son père, quand elle est ronde, on ne s’en aperçoit pas toujours. Un peu comme pour certains chirurgiens, dont alcool est instrument de  trava, alcoolisme se mesure en hectolitres d’alcool pur bus par an, compte tenu de la corpulence du poivrot. Depardieu et Debord font partie des premiers, mais tout le monde se fout que Debord fut alcoolique.

Faurisson n’a jamais traité Guionnet d’alcoolique, car il le craint, mais d’adorateur de Kronenbourg, bourg de la couronne. Il a parfois raison, mine de rien. Il pense que Guionnet est sérieux, contrairement à Reynouard, que Guionnet est malin et intelligne. Mais Guionnet en a marre d’être dit intelligent. Szende, marié à espingouine, l’a prétendu un soir à Censier. Quand gars dit un autre intelligent, il sous-entend moi aussi je suis intelligent, et on n’avance pas. Mais ça va, Guionnet respecte Szende, ingénu peut-être moins Faurisson, tête de con scotchée qu’il a toujours défendue.

Oui, Faurisson a droit de dire âneries. Oui, attaques qui lui sont faites par Ulcan sont lâches et dégueulasses. Oui, François sont prêts à le bastonner.

Sur isolan, mot moyen françois signifiant insulaire, il y a beaucoup à dire. Isolan Churchill fut d’abord initié en ordre païen avant de l’être à la Veuve. Ordres païens sont appréciés en temps de guerre, plus qu’alcoolisme de Churchill, somme toute banal. A cela s’ajoute que paganisme d’isolan est différent de celui d’un continental, qui peut fuir en cas de danger. Ce qui n’est pas le cas de l’engluche ou du corsicaud. Aussi paganisme d’isolan est plus vif que celui du continental, que corsicaud appelle « pointu » (pinsutto). Jusque là, ça va, Revision ne se fera pas lyncher par le Corse, car ce qu’elle dit est vrai. Avec son racisme anticorse, antiboche, antiberok, antiihongrois, etc., Guionnet ne craint rien de ces côtés-là. Il a peur en revanche qu’Ulcan assaille ses voisins, plus que les cognes, qui sauront plus vite à Issy qu’à Paris ou Vichy ses coups de fil bidons, Guionnet ayant réputation de père tranquille, ennemi modéré d’ancienne DCRI, hui DSRI.

Guionnet espère être épargné. Il retourne dans sa maison de retraite. Pas par lâcheté, tout le monde l’aura compris, mais parce qu’il juge Faurisson, Reynouard, Soral, etc., n’étant pas à la hauteur. N’importe qui ne peut pas combattre judaïsme, c’est truc compliqué.

Le Magyar comprend truc compliqué, mais souvent pas combattre. Il lui suffit d’ouvrir dico de poche pour savoir la signification du verbe. Quant à l’Écossois, s’il avait été informé de l’âpreté de la guerre opposant Faurisson et Guionnet en France, il votât plus souvent en faveur d’indépendance d’Écosse. Ne prenant parti ni pour Faurisson ni pour Guionnet, tandis qu’il comprend que Guionnet veuille déchirer kilt de Fofo et que Faurisson défende honneur d’Écosse, il juge : « 0 à 0 ». Il est vrai que belligérants sont assez nuls, mais quand même, il faudra que guerre aboutisse un jour, qu’il y ait vainqueur et vaincu. Mais Guionnet ne voit pas les choses ainsi. Il ne veut pas terrasser Fofo, au contraire, il le défend, au motif que tout le monde devrait avoir droit de dire âneries.

Écossois ne comprend pas : Guionnet fait guerre à Faurisson mais ne veut pas le tuer, et vice-versa. Truc compliqué. En revanche, tous deux sont d’accord sur le bien-fondé du traité d’alliance franco-écossaise, ils ont peut-être raison. (Écossois est moins « inintelligent » que Britannique.)

Et Guionnet de retourner dans sa maison de retraite. Dommage, penseront certains, car il connaît plusieurs langues et jargons, dont il use avec modération. Dans ce papier hui (ancien françois), isolan (moyen françois), vezér (magyar), vizir (moyen turc, bien que ce mot soit aussi dit persan [Robert]), serrer (jargon flicard), tandis qu’il jase veuvard. Il ne dit pas qu’il reprend son sommeil, mais qu’il se remet en sommeil. A comparer avec novlangue de Faurisson, rosbif mal dégrossi. Revision est mine d’or pour le normalsupien, avec son attilaïsme, sans rapport avec son alcoolisme. Guionnet accuse États français et hongrois de toutes sortes de mals, ou maux. Il allume Hollande et Orban. Réfractaire à nuance, il emploie barbarismes rosbifs comme blackouter, au lieu d’ostraciser. Car Ost signifie est en boche, tandis que plan Orient déchire son prépuce. Il est également argotier, et quand il juge magyar idiome argotique, il a sans doute raison. Il allume Szende, qui ne l’a jamais emmerdés. Justice a eu raison de le condamner, car il est dangereux.

D’un autre côté, Pfipfi adore ce papier. C’est lui qui est à l’origine de plupart de ses appréciation très favorables. Mais Guionnet retourne en sa maison de retraite. Il a beaucoup donné ces derniers jours et à impossible nul n’est tenu. Bien sûr, Guionnet explosera Ulcan le cas échéant, mais ce n’est pas à lui de faire tout le boulot.

Il s’en prend surtout à deux États, français et  hongrois. Il prétend que gendarmerie nationale lui a appris à tuer à mains nues ; c’est vrai, mais gendarmerie se fût volontiers passée de ce compliment. Il accuse renseignement français d’être derrière Ulcan, sans preuve. C’est possible, mais cela déplaît au colonel Hollande. Il déteste Orban, parce que marié à une juive et lui ayant refusé nationalité hongroise. Cela se comprend, vu l’énorme temps qu’il a passé à apprendre à magyariser. Mais mouiller école normale szegedoise dans ses affaires dépasse les bornes. Il se demande si Chelli ne magyarise pas, lui aussi. Auquel cas il veut manger sa chair dans son gouillache, car il renoue avec racines de l’humanité. Bête de banlieue, obsédée par le juif hongrois, elle ne lui fera pas quartier.

Trucs qui échappent à Faurisson, qui ne comprend pas la sympathie de Guionnet pour l’Écossois, et raisons de sa haine du juif hongrois. Au moins en apparence, car Faurisson n’est peut-être pas stupide.

16 commentaires »

  1. C’est qu’il y a, là aussi, vrai et faux Ulcan. Ainsi le 19/08 au matin apparut le blog http://brigidtrismegiste88.wordpress.com/ , impudemment intitulé « Le blog personnel de Brigid Trismegiste » et reprenant quelques créations graphiques de notre bonne Gynarque ainsi qu’une pincée de ses articles, hâtivement copiés-collés. Le 88 accolé à son pseudo ne faisait guère crédible, pour qui nous connaît… mais peu importe : dans la nuit du 19 au 20 les articles disparurent, les trois « vrais » copiés-collés ainsi que le seul de la main du faussaire, lequel resta toutefois visible quelques jours via le cache google. Celui-ci ayant expiré à son tour, nous reproduisons ici le texte en question :

    Les youpineries d’Ulcan le juif
    19 août 2014 trismegistebrigid Poster un commentaire

    Les Sœurs Aryennes suivent avec attention les débats acharnés et mielleux du pseudo-hacker Grégory Chelli alias Ulcan qui sévissent ces derniers jours. Prétentieux, menteur, mythomane, juif, nous connaissons fort bien ce personnage chez nous qui fait le fier devant son public, mais qui traîne derrière lui de nombreux boulets cachés. REVELATIONS !

    2009

    Le première fois que nous avons rencontré Ulcan, c’était en 2009 dans un bar parisien bien connu des milieux skins. A l’époque, il ne cherchait pas trop la gloire et tentait plutôt de camoufler ses origines juives pour garder des potes. Un complexe d’infériorité sans doute. Ce complexe latent explique pourquoi il cherchait à nous embrouiller à commenter des bouquins et pourquoi il pensait qu’Evola était un Pokémon. Bref.

    Anus united

    Mais puisque les amis d’Ulcan veulent à tout prix jouer aux jeu des révélations avec nous, commençons par le commencement. Car, ce que vous ignorez peut-être, c’est que « le petit Grégory » ne s’est intéressé à la politique que pour des raisons sociales. Son truc au départ, c’était plutôt les anus. Les anus bien fermes, bien dodus. Il se moquait de la couleur du rein qui jouait formidablement avec son fondement. Les rumeurs disent qu’il jouait avec toutes les queues black blanc beur de son voisinage comme si c’était un hochet. Son cri de guerre préféré était « défonce-moi comme les Allemands en 40″. D’autres vont plus loin et estiment que la seule fois où ce type s’est retrouvé nu dans une pièce avec une femme, c’était dans une douche à Auschwitz.

    Ulcan hacker ? LOL

    Ceci est notre dernier avertissement envers les potes d’Ulcan. Arrêtez de nous chauffer avec votre ÜberJude, sinon on balance d’autres secrets d’Etat. Nous sommes les boss, vous n’êtes rien. Nous n’avons pas peur de vos attaques DDOS d’enfant de 2 ans. Même des drogués trisomiques hackent mieux que vous et vous êtes la risée du monde de l’informatique. Utiliser SPIP pour attaquer un site, c’est vraiment le summum de l’incompétence. Donc, si vous ne voulez pas vous frottez à de VRAIS hackers, mettez-la en sourdine les losers.

    La Sororité Aryenne

    Un oeil averti comme le tien, même embrumé par de pyramidales libations dominicales, aura tout de suite noté la disparité de style. Il semble que le plagiaire ait eu l’idée de dresser cet ULCAN, connu pour être une façon de hackeur, contre nous, certainement pour l’inciter à pirater et détruire nos sites en guise de représailles. A moins qu’il ait cru vraiment lui faire peur en se cachant dans nos jupons, pensant que la peur d’être facesitté sous nos culs et chattes suffirait à chasser définitivement l’ULCAN du net ?

    Saura-t-on jamais ? Et tout cela n’est-il pas, au final, follement distrayant ?

    (C’est ça Normale sup’ ? D’où sortent gens ne faisant pas de coquille, comme toi, comme prétend Mohacsounet, fautif dès que tu écris plus d’une ligne. Dans la ponctuation. Tu as mal écrit copiés-collés et saura-t-on, mots corrigés. Deux traits d’union loupés, bravo au normalsupien ! D’habitude, ton éciture est reposante pour le corrcecteur, mais pas cette fois. Au fond, tu usurpes sans cesse identités, ne te plains pas qu’Ulcan fasse de même. Il n’est même pas méchant avec toi, tandis que l’ordure ne m’a pas encore attaqué. Parce qu’il bosserait pour la DSRI ? C’est possible. Mais il a tué le père d’un journaliste de Rue 89, ce n’est pas rien. Tu me diras que c’était un vieux et que ça n’a pas d’importance, mais je suis désormais porte-parole du Parti des vieux. Bien sûr, je suis prêt à cogner Ulcan, parce que je suis jeune-vieux et ai fait sport toute ma vie. Überjude, surjuif, sans Cap’ à j que je n’ai pas corrigée, est mot remarquable. Dans la foulée, on peut parler d’Unterjude, sous-juif, par exemple pour Hollande dont judaïté est incertaine. Somme toute, tu sembles te retrouver dans le parti de Revision, mais le temps semble encore long avant que Revision puisse pétendre avoir assujetti Normale sup’ et politec, hélas ! NDLR.)

    Commentaire par Sororité Aryenne — 6 octobre 2014 @ 09:52 | Réponse

  2. Non, ce n’est pas ça! Pas ça du tout ! Aucune d’entre nous n’a fait Normal Sup’! Julie a été en fac de géographie et d’économie politique, Leyla en fac de théologie, Brigid et Yoo Mee n’ont jamais mis leurs pieds mignons dans la moindre université, et Carole a… un CAP de boulangère/pâtissière !

    Par ailleurs, si tes sources d’information ne se réduisaient pas à un petit-maître fat et borné, tu saurais que la personne que tu nous soupçonnes d’être a quitté le Net depuis deux ans au moins !

    (Si tu ne nous veux point croire, nous pourrons même t’indiquer à quelle source s’abreuva ton mohacs domestique… mais uniquement si tu es très gentil avec nous !)

    (Boche mal dégrossi Luc Pfister dit Trouducul joue sur les mot. Il écrit Normal Sup’ au lieu de Normale sup’ pour plusieurs raisons. Parce que j’écris normalsupien à la hussarde, j’agglutine et supprime e muet, un peu comme pour son nouveau surnom, Trouducul, dont j’ai longtemps hésité sur l’écriture, l final étant superflu. Mais il m’a paru conseillé pour que lecteur, peu familier d’agglutination, comprît que Trouducul est tiré de Luc. Néologisme issisois, mais, pour sûr, dans l’usage Trouducu s’imposera, avant Trouduc. Trouducu est suspect d’être frangin partisan de loi du genre, voulant éradiquer les sexes depuis que les frangines sont entrées dans le temple, d’où sa suppression de la marque du féminin de Normale. Ayant remarqué que Revision écrit Union Soviétique et État Islamique, contrairement à l’usage, le bochisant, enseignant à HÉC, dit-on, flanque Cap’ aux deux mots, comme tout économiste, qui écrit Crédit Lyonnais ou Société Générale. Mais pas Revision, création de goy demeuré, qui écrit Amérique du nord, centrale ou du sud. Pas Amérique latine, car ce serait compliqué. Non seulement il faudrait inclure Amérique du sud et centrale, mais aussi villes du sud de Californie, quartiers de Miami de Jew-Pork, etc. Ainsi que Québec, partie du Nouveau-Brunswick, de Manitoba, du Maine, du Vermont et de Louisiane. Même à Vancouver et Boston, on entend parfois dans les rues gens jaser françois. En supposant français langue latine, ce qui est seulement en partie vrai. Voilà pour ton Normal Sup’. Tu souffres ensuite au moins de quadruplement de personnalité, j’ignore le nom que psychiatres emploient pour appeler cette maladie. Tu persistes à répudier trait d’union. Selon toi boulangère/pâtissière signifie que boulangère se fait lécher la chatte par pâtissière, fantasme de malade mental. Vient enfin assasuts portés au « petit maître fat et borné » Mohacs, que boche ou juif mal dégrossi Pfister connaîtrait mieux que nous. Autrement dit, Mohacs serait maître de conférences en faculté de médecine, comme nous le soupçonnions. Nous l’avons dit toubib pour ne pas le balancer. Mais ce scientifique ayant connaissances médicales, voyant de haut le poilecno, est vraisemblablement enseignant de médecine pluôt que médecin. Et alors ? Pfipfi, ça t’emmerde que Guionnet ait prof’ de médecine dans son carquois ? En outre, ce ne serait plus à toi, Trouduc, à qui j’aurais affaire depuis deux ans et demi, mais au renseignement israéloque ? Il dispose d’agents calés en français, mais jusqu’au point d’imiter écriture normalsupienne ? C’est possible, j’ai apprécié dernière version du Talmud en français, meilleure qu’en engluche. Vocabulaire est riche et précis, même si partie des histoires contées sont à dormir debout. Shin Bet suivrait-il même politique qu’ambassade d’Israël, qui attaque Revision à coups de culture ? Ce serait cohérent. D’ailleurs, histoire contée par Trouduc est écrite en style oriental. Il n’empêche, j’attends votre prétendu khan à Issy, à Issy, à Issy, comme dit la chanson. Ensuite, « si tu ne nous veux point croire » est locution normalsupienne, mais il est vrai que cette école, comme les autres, est depuis longtemps infiltrée et faisandée par la juiverie. Le fait que ledit Pfipfi écrive oeil au lieu d’œil semble confirmer que vous êtes agents du Shin Bet. Comme la rapidité de votre réaction, typiquement juive. Je comprends votre inquiétude car Israël fout le camp. 30 % des juifs israéliens aimeraient s’expatrier, dit-on, s’ils en avaient les moyens, vie étant chère en Israël et revenu assez faible. Mais c’est aux juifs d’assumer leurs conneries. Nous nous sommes farcis Charkeuz en France, puis le grand malade autrefois alcoolique Hollande. Nous n’avons pas plus de chance que vous avec Nétanyahou. Nous disons le juif inhumain, pour la vitrine, mais nous sommes prêts à négocier, NDLR.)

    Commentaire par Sororité Aryenne — 6 octobre 2014 @ 13:40 | Réponse

    • Si tu veux savoir ce qui se passe VRAIMENT dans ma boulangerie-pâtisserie, espèce de vieux Pantalon, regarde ce petit clip : http://dirtyrhino.com/tube/Carole-Ravereaud-et-la-tradition-boulang-egrave_re-fran-ccedil_aise/9494360.htm

      (Par chance, tu n’es pas exterminée, car je suis loin d’en avoir fini avec Fofo, mais tu le seras la prochaine fois, NDLR.)

      Commentaire par Carole Ravereaud — 6 octobre 2014 @ 20:10 | Réponse

    • Ne perds pas ton temps avec Luc « Pat Pat » Pfister dit Carole Ravereaud Prieux ou je ne reviendrai plus ! Ne t’abaisse pas à croire à ses divagations. Il dit ne pas être Pfipfi pour brouiller les pistes, sauf que tout prouve le contraire ! Sa prose lourde – et, parfois, volontairement absconse quoique creuse – ressemble trop à celle d’Édouard Lafeuille.

      Blanbec invité au salon du B’nai B’rith (plus vieille Veuve juive) à l’occasion de la parution de son livre intitulé Le monde contre soi (2007) :

      http://techouva.unblog.fr/2011/03/12/paul-eric-blanrue-invite-du-bnai-brith/

      (Je parle de Pfipfi car il est normalsupien. Façon de dire que Revision est lue à Normale Sup’. Faurisson est fier de son agrégation des lettres supposée justifier son autorité. Je réponds à tort, voyez les âneries que débite un normalsupien. Encore que Pfipfi consacre du temps à se renseigner sur les uns et sur les autres, tout en jouant au fada. Ce qui semble t’inquiéter, mais DSRI connaît ton identité et ta biographie, certains veuvards aussi par conséquent. 1984 appartient déjà à passé lointain. Vois à quel point les lignes que tu reproduis sont mal écrites. Elles font référence au bouquin de Ratier sur le BB, qu’il écrivit de façon laborieuse. Jusqu’où puis-je aller ? se demandait-il. Pour ne choquer personne et surtout pas Bineau ? Je crois de mémoire qu’il publia son livre avant le déménagement de GLNF de Bineau à Pisan. On retombe toujours sur le même problème, histoire au jour le jour est en grande partie par des membres de deux sectes faussement rivales, juive et maçonnique, qui tiennent le profane pour idiot. On pourrait presque en ajouter une troisième, celle des pédés, parfois veuvards, parfois juifs. Aussi avons-nous impression de faire du sur-place ou de tourner en rond. Je parle sérieusement quand je dis mon intention de prendre ma retraite, car je dois penser à ma pomme, à ma vie tous les jours. Dernière question : pourquoi appelles-tu Pfister Pat Pat ? NDLR.)

      Commentaire par mohacs — 9 octobre 2014 @ 09:46 | Réponse

      • Pat Pat, le faux expert du Talmud qui postait ici il y a encore peu. Celui qui a repris les reines du site de Bob, Propagandes.Info, avant de le saborder. Tu as oublié ?

        (Pour la bonne raison que je ne pensais pas à Pfister comme pseudo expert du Talmud, mais à Mauvaise Tête, qui utilisait de nombreux surnoms, comme Pfipfi. Conversos au judaïsme, cet ancien veuvard à employé plusieurs surnoms afin de publier ses commentaires sur le sit. Insolents, bien sûr, mais pas toujours. Fonctionnaire d’AIU, il revendiquait le fait de m’avoir fait virer. J’ai promis plusieurs fois de l’exterminer et il semble avoir fini par se déporter. J’ai longtemps fait mine de le tolérer, un peu comme Pfipfi, pour montrer qu’un monstre juif débattait avec Guionnet. Il croyait connaître le judaïsme sur le bout des doigts, truc surhumain, et il adorait me faire la leçon. Après tout, Mauvaise Tête m’a appris quelques trucs, y compris en bretok, idiome que j’ignore. Il a notions de hongrois et d’hébreu. Il lit boche et rosbif, sans doute aussi langues romanes, qu’il comprend dans leurs grandes lignes, car cela faisait partie de son boulot à AIU. Je dis ça parce j’ai connu d’assez nombreux juifs qui baragouinaient plusieurs langues, gros avantage quand on étudie judaïsme, contrairement à la majeure partie des natios, qui s’imaginent, comme Mitterrand, que le français est langue « universelle ». Je ne dis pas ça pour me vanter, car je suis nul en turc, médiocre en boche, plus à l’aise en rital, dialecte plus facile à apprendre pour un Français, passable en magyar, assez bon en engluche. Selon moi, Pfipfi et Mauvaise Tête sont un peu comparables. Voyez, disé-je au public, je suis capable de débattre avec monstre d’AIU sans lui céder pouce de terrain, comme dit Fofo. Voyez, j’ai un normalsupien dans ma manche ! Je ne dis pas sous ma Manche, car je ne veux pas jaser comme Faurisson. Voyez à quel point Pfipfi est vulgaire ! Mais il a fait mine de se prosterner devant Aigle Noir il y a des années. Entrée en matière connue, pas seulement du juif. D’après gens qui le connaissent, Pfipfi serait barjo antisémitique. J’ai vaguement suivi la prétendue éphémère résurrection de Propagandes.info, sans remarquer qu’elle fut revendiquée par Pat Pat, car je ne prête pas attention aux pseudos, hormis au tien, Mohacs. Maintenant, supposons que Pfipfi bosse pour Israël ou la DSRI, ce qui revient un peu au même, il serait fier d’avoir achevé le pôvre Lafeuille, même pas veuvard, qui aurait craqué pour deux raisons : sa boutique marchait mal et maison Poulaga avait commencé à lui chercher sérieusement poux. Imposteur Pfipfi aurait brièvement prétendu lui venir en aide sous le surnom de Pat Pat, sans peut-être lui demander son avis, car il adore l’antisémitisme vulgaire qui sert les intérêts de coterie juive et ceux présumés d’État français, comme se l’imaginent Hollande et Valls. C’est possible, puisque Pfipfi bandit à présent le scalp d’Édouard Lafeuille en signant certains de ses propos imbéciles sous son nom. Mais il y avait bons connaisseurs de l’histoire du judaïsme sous le régime hitlérien, comme l’a reconnu Arendt, qui n’a jamais renié l’amour qu’elle éprouva pour Heidegger. AIU reconnaît d’ailleurs la qualité du travail bibliographique des conservateurs boches, après que ses ouvrages et documents eurent été saisis pendant la guerre et transportés en bochie. Encore une fois, tout est plus compliqué que journalistes et pseudo historiens le prétendent. Qui sort gagnant de ces affaires ? Mauvaise Tête, Pfipfi ou moi ? Mauvaise Tête n’a aucun public, celui de Pfipfi est très maigre, le mien beaucoup plus important en comparaison. Tout le monde comprend depuis longtemps que quand j’extermine quelqu’un, je bannis ses lignes, j’expulse son auteur ; mon combat portant avant tout sur les mots. Je ne cherche pas à tuer, mais à désarçonner. Je m’entends avec quelques juifs, comme Halbronn ou Sand, ce qui explique en partie que je dérange les ultrasionistes. Fofo ne veut pas écouter ce que disent les autres. J’espère que ce n’est pas ton cas. Je t’ai dit récemment, par exemple, que thèses de Keynes sont plus tordues que ce que tu en as dit. J’espère que centime est tombé, car revision commence par celle de soi-même, NDLR.)

        Commentaire par mohacs — 9 octobre 2014 @ 13:34 | Réponse

        • Tu ne donnes pas vraiment l’impression de combattre ennemi Pfipfi. Pour la petite histoire, l’un des fondateurs de l’AIU, Charles Netter, était Juif alsacot — comme Pfipfi — et fut l’un des précurseur du sionisme.

          (Mon mental est plus jeune que le tien, Mohacsounet, car tu écris alsacot, moi alsaco [alsacote au féminin]. Voyes barjo, mot verlan sans t. Idem pour bals et chantiers navals, comme tu le sais. Tu serais juif, cela ne m’étonnerait point. Avec tes connaissances médicales, dis-tu feuillet interne du prépuce muqueuse, comme Doiteau et moi, ou feuilet interne squameux stratifié, comme m’a rétorqué médecin germano-amerloque il y a longtemps ? Tu me diras peut-être : « Va pour microbe anaérobique, mais boche amerloque a raison, feuillet interne du prépuce est squameux stratifié, pas muqueuse. » Auquel cas, tu risques d’être exterminé, après Mauvaise Tête et Pfipfi. Tu écris en outre Juif alsacot, quelle horreur ! Comme si le juif était humain. Tu révèles en revanche pourquoi je n’ai pas été tué jusqu’à présent, parce que je tiens le juif pour presque humain, ce qu’il n’est pas. Au demurant, alsaco est semi abréviation d’Alsaçois, dont on prononce le s comme le boche, signe que le François n’est pas stupide, NDLR.)

          Commentaire par mohacs — 9 octobre 2014 @ 17:37 | Réponse

        • Repris les rênes, pas les reines, crétin analphabète !

          (Tu as raison, Pfipli. Je ne corrige plus certaines coquilles de Mohacs car elles me semblent révélatrices. Ni B…, quand il parle d’école de la CIA, ni Faurisson, qui tient à son révisionnisme, car je ne veux pas imposer mon jargon. Je te sais attentif à mes propos, quand j’assure que mec est tiré du hongrois, via les hussards du Roy de France, nana du sumérien Éananna. Crabes du Robert ne sont évidemment pas d’accord. Je ne te tiens pas pour étranger comme le métis scotuche. Tu n’es peut-être pas juif, mais alsaco, le cul assis entre deux chaises. Mais, dis-nous, es-tu Pat Pat ? Quand tu vois en Alex et Lafeuille deux analphabètes pires que Mohacs, ce qui explique leurs prétentions de publicistes, tu as encore raison. Au motif que ta spécialité consiste à lire les dicos. Heureusement, tout le monde n’est pas comme toi. Heureusement aussi qu’écriture française est tordue, cat elle permet de vite savoir à qui on a affaire. Souvent, médecin est médiocre dans ce domaine, mais pas toujours, mon ancien pote médecin germano-amerloque écrivait très bien français. Son nom me revient, il s’appelle Swadey. Je peux le balancer, car nous n’avons jamais jasé que de prépucectomie. Il me faut parfois longtemps pour réduire en mémoire, comme on disoit en moyen françois. Je te crois aussi sensible au fait que je dise le boche rusé, bien qu’il m’arrive parfois de prétendre vouloir sa peau. Mauvaise Tête s’est dit persuadé du contraire. Il me croit proboche, ce que je suis peu. Propalatinois, j’adore Heidelberg, ville qui se trouve pourtant en Bade. Brême, Cologne et Hambourg ne me déplaisent pas, mais je n’aime pas certains pruscos et fus mal à l’aise à Berlin avant et après la chute du mur. Voilà comment je parle sans gêne de mon racisme. Idem en Grande-Bretagne et Irlande, que j’ai visitées. C’est en Écosse que je me suis senti le mieux, à Aberdeen et en province plus qu’à Glasgow, métropole ouvrière indépendantiste qui aurait dû me plaire en ma qualité d’ultragaucho. Tu m’as suggéré d’écrire mes mémoires, ce que je fais par petites touches. Contrairement à Mohacs, je n’arrive pas à te maudire. Certes, tu pousses le goy à la débauche, comme le recommandent sages de Sion, et tu as pu prétendre avoir connaissances talmudiques douteuses. Mais était-ce bien toi ? Mets-toi à table. Et voilà que je cause comme le « gentil » flic, alors que je n’aime pas les cognes, autre forme de mon racisme, NDLR.)

          Commentaire par Alex Révision — 9 octobre 2014 @ 21:29 | Réponse

          • mohacs me maudit parce qu’il sait que je sais qui il est, et il ne veut pas que tu me parles de crainte qu’à la longue tu ne le devines.

            (C’est ce que j’ai cru comprendre, mais ne le balance pas. Mohacs a son charme et a raison d’écrire Mohatch. Même chose pour toi, qui n’es sans doute pas juif mais bochisant. Aussi sommes-nous un peu sur même longueur d’ondes, bien que magyar ou hollandois soyent plus agglutinants que boche. Maudit ou maldit est autre question, connue à Normale Sup’ mais moins en faculté de médecine, ne tape cependant pas sur le bourricot. Je ne te maldis pas et te prie de ne point maudire Moahchounet, que je viens d’accuser d’être juif et pour qui j’ai pitié. Avoue en revanche la nature de tes rapports avec Pat Pat, qui ne sont pas uniquement sodomiques, NDLR.)

            Commentaire par Alex Révision — 10 octobre 2014 @ 19:26 | Réponse

            • J’en reviens à ce que je t’ai dit à son sujet: un petit-maître atrabilaire, triste et borné, vite ennuyeux de monomanie – bref le portait des anciens lecteurs du vieux PROPAGANDES.info.

              (Sale métis boche, je t’ai corrigé cette fois, car Lafeuille avait intitulé son blog Propagandes.info, pas Propagande.infos. Je note ton petit-maître. J’ai hésité à écrire petit maître ou petit-maître, mais comme je n’ai pendant longtemps pas trouvé trait d’union sur mon clavier PC de merde, j’ai écrit petit maître. Petit-maître signifie que Mohacsounet serait fils de Veuve plutôt que maître de conférences en médecine, dont acte. Tu trouves l’ancien sit antisémitique de Lafeuille merdique, je suis en partie d’accord, mais plus indulgent que toi vis-à-vis de Lafeuille, qui a le droit de dire bêtises, comme toi, NDLR.)

              Commentaire par Alex Révision — 11 octobre 2014 @ 10:00 | Réponse

              • C’est tout simplement que l’appellation propagandesinfo n’était plus disponible sur wordpress, mon bon Alain!

                Et oui, concernant mohacs je maintiens: petit-maître, besogneux, plumitif du clavier, lourdaud de l’entendement et purotin du concept!

                Et franchement, de toi à moi: est-il autre chose?

                (Que va t-il se passer si tu publies cela? Nous le savons tous deux tant le maroufle est prévisible : il va monter sur ses grands canassons, t’accuser de mener double jeu, annoncer son départ en jurant ses grands diables qu’on ne l’y reprendra plus… puis reviendra une semaine ou deux après, son infantile bouderie résorbée par l’ennui!)

                (Je reproduis ton message car tu sembles confirmer que tu es bien Pat Pat. Purotin du concept que Mohacs ? C’est possible, je ne peux pas parler à sa place. En revanche je suis purotin tout court, NDLR.)

                Commentaire par Alex Révision — 12 octobre 2014 @ 12:27 | Réponse

                • Comme nous tous, mon bon, comme nous tous… à la notable exception de celui pour qui tu t’obstines à prendre tout le monde! Te rends-tu seulement compte qu’ainsi tu réduis le nombre de tes lecteurs putatifs, antique gourdiflot?

                  (Tu serais toi aussi purotin, c’est-à-dire dans la purée, dans le pétrin, pour les gens qui n’auraient pas compris. Comme pour gourdiflot, mot rare et vieilli, d’étymologie douteuse, quasiment plus en usage, qui signifie ballot. Tu ajoutes antique, là-dessus tu as raison. J’ai plusieurs fois rêvé me trouver à Ourouk, en Basse-Mésopotamie, respectueux du roi-prêtre, pénétrant dans le temple où étaient entreposées victuailles et boissons, comme cervoise et eau-de-vie. Va donc pour purotin et antique gourdiflot, mais tu aurais pu dire haut-antique gourdiflot. Datation des périodes historiques n’est souvent pas identique en boche et en françois, mais cette fois ça colle, haute antiquité est identiques en françois et en boche. Hoch ou haut, c’est pareil. On devrait commencer par des mots comme ça pour enseigner germain aux enfants, comme hart, hardi, etc. Tu le sais aussi bien que moi. Tu t’imagines franc plutôt que latin, comme moi, et saches que mon professeur d’archéologie de Hoch Antiquität proche-orientale, Butterlin était alsaco, comme toi. Contrairement à Faurisson, qui emmerde tout le monde avec ses anglicisme, Butterlin n’employait pas un seul germanisme. Tout le monde est d’accord là-dessus, il m’arrive de détester le boche, surtout prusco, mais pas l’alsaco, bien que je le respecte moins que le roi-prêtre d’Ourouk. Je n’écris pas Ourouc, mais c’est possible, comme l’ont montré Carl-Eugen Dühring et AIU. Je ne jase pas non plus d’elzasso, car ce mot, contraire à harmonie vocalique, sonne mal. Mohacs comprend mal le fait que je tolère tes monstruosités, mais t’es enfant. Je t’appelle Trouduc, du coup, tu t’en prends à Lenculus, qui ne t’a rien fait. Tu ne bosses peut-être pas pour le renseignement car t’es trop beste. Tu me donnes envie d’écrire chanson commençant par ces mots ; « J’emmerde la bochitude, vive le son ! vive le son ! J’emmerde la bochitude, vive le son du canon ! » NDLR.)

                  Commentaire par Alex Révision — 12 octobre 2014 @ 15:12 | Réponse

  3. Tout cela est bel et bon Guionnet, nous te remercions. Nous t’encourageons à poursuivre la dispute, le débat, car ceux qui connaissent et se taisent dans tel ou tel moment historique sont exposés à tous les mépris, à toutes les rigueurs. Tu es jeune-vieux après tout, tu détiens une verve incomparable et tu fais travail d’historien. L’historien a l’avenir devant lui, un boulevard.

    Autre chose maintenant, as-tu un avis sur le dernier opuscule de Blanrue : « Jean-Marie, Marine et les juifs. Oser dire » ? Ne cherche-t-il pas à soutenir le misérable commerce de ces bradeurs de pièces détachées historiques, comme Ratier et « Le vrai visage de Manuel Valls » ? En nous livrant cette prétendue vérité sur les rapports entre les chefs du FN, les juifs et Israël, ne cherche-t-il pas à masquer ses propres turpitudes, ses propres renoncements, sa propre servitude ? Plus grave encore, en valet de la corporation des historiens autoproclamés n’agit-il pas en bon démocrate qui applaudit à l’histoire séparée au détriment de son unicité ? Nous nous interrogeons.

    (D’abord bravo ! pas besoin de corriger coquilles, tandis que je n’arrive pas à me dépêtrer avec mon clavier PC prétendument compatible Mac. « Bel et bon Guionnet » me fait plaisir, comme ta reconnaissance de mon travail d’historien et de ma verve incomparable. Je suis flatté, comme la cigale peut l’être par la fourmi. Je rappelle que tu fus nommé sergent de la horde, plus haut grade après le mien, tandis que Mohacs fut toujours auxiliaire, grade lui aussi honorifique, même s’il n’en a pas pas conscience. On trouve entre vous deux capo Manfred, mon dico ambulant démocrate-chrétien de boche, dont j’ai peu parlé précédemment. J’ai habitude de recevoir gratuitement propagande révisote française, boche et engluche. Et j’ai goût du luxe, ce que Blanbec n’a pas pigé. L’idiot ne m’envoie pas sa littérature, que je n’achèterai pas. Il a cependant raison, car infiltration et noyautage du FN par juiverie est bon fonds de commerce. Blanbec n’est pas historien autoproclamé, puisqu’il a DÉA d’histoire. Tu diras que c’est bout de papier, j’en conviens, mais je juge Blanbec historien de la Veuve. Je ne dis pas veuvard, après avoir hésité, car je ne veux pas me mettre totalement à dos la Veuve. Veuvards sont sensibles à ma verve, ce qui se comprend au plan consonantique. Je ne cherche pas à les anéantir, mais à leur donner râclée, NDLR.)

    Commentaire par Danny — 8 octobre 2014 @ 10:22 | Réponse

    • J’entends parfaitement ton jugement sur Blanbec historien, il est juste, et de ce fait plus implacable encore.

      La petitesse contemporaine a le plus souvent abdiqué devant la grandeur de l’objet, en l’émiettant pauvrement, en l’aplatissant.Toi, à l’inverse, tu lui redonnes souffle et grandeur en liant l’histoire révisionniste à sa totalité, débarrassée des approximations trompeuses rabâchées bêtement, comme autant de « belles histoires de l’oncle Paul » bonnes pour émoustiller les vieillards. C’est ta manière d’être iconoclaste, j’aime cette musique.

      On notera à quel point cette coterie d’historiens attache de l’importance au « h » avec Cap’ pour écrire et désigner son objet d’étude.

      Commentaire par Danny — 8 octobre 2014 @ 19:51 | Réponse

  4. Puisqu’on parle de moi me revoilà, Pat. Je reste expert du Talmud !!! Mais putain arrêtez de picoler, vous n’avez plus de neurones !!!

    (Le pluriel me flatte, comme si j’avais équipe derrière moi, mais c’est faux. Je provoque Ulcan en duel, mais j’espère être soutenu par populace et police politique. Je ne me préoccupe pas de mes neurones, que je perds sans cesse, sans boire ou après boire. Ma frangine a tué ses deux maris, qui ne fumaient point ni ne buvaient, tandis que je fume, picole et fais du sport. Il y a guerre entre nous dont issue est incertaine, mais elle est plus mal en point que moi, son cadet. Ne l’emmerde pas, sinon je peux me pointer à HÉC et te massacrer. N’oublie pas que j’ai été formé par gendarmerie nationale. Et mets-toi ton expertise du Talmud au cul, même Mohacsounet a cru t’exterminer sur ce point. Quant à moi, je ne sais pas, j’ai été viré d’AIU avant d’avoir lu Talmud, NDLR.)

    Commentaire par Pat — 14 octobre 2014 @ 21:11 | Réponse

  5. Je suis le seul ici à connaître le Talmud et ça me sied !!!!

    (Mohacs aussi connaît un peu le Talmud, tandis que mes connaissances talmudiques sont nulles +. En revanche je suis médiocre – en Zohar, ce n’est pas rien. Talmud est ramassis de potins et d’histoires à dormir debout, ça ne m’étonne pas qu’il te passionne. Ainsi tu ne serais pas seulement fils de Veuve, Pfister, mais juif allemand. Ce n’est pas accusation mais interrogation. Tu peux te dire fier d’être juif allemand et d’emmerder les Français, personne ne te le repochera. En revanche ton prétendu amour de Revision est suspect. Il suggère que tu es attiré par antijudaïsme secondaire ou tertiaire, pas par antisémitisme vulgaire, auquel cas bienvenue au club. Il est en même temps protection, car tu dis aux extrémistes juifs : « N’attaquez surtout pas Guionnet », mais crois-tu qu’ils vont longtemps t’écouter ? NDLR.)

    Commentaire par Pat — 16 octobre 2014 @ 19:51 | Réponse

  6. On ne censure pas SVP, j’ai écrit hier et il n’y a rien !!!

    Commentaire par Pat — 20 octobre 2014 @ 21:12 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :