Alain Guionnet – Journal Revision

18 avril 2014

SI TOI AUSSI TU M’ABANDONNES

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 12:40

Je n’ai pas pris ma retraite, elle aura lieu le 22 avril. J’ai toujours défendu les valeurs d’Issy, qui dirige Vanves, Clamart, Meudon, quinzième arrondissement de Paris, rive boulognoise de Seine. Y a pas à discuter, c’est écrit.

N’abandonne pas Aigle Noir, il fait le boulot d’aucun parti. Si tu le laisses tomber, nous en déduirons que t’es imposteur. Or magnifique goyitude existe, comme dit la Sénégaloise.

Je ne dis pas vive goyitude, mais vive Issy.

7 commentaires »

  1. Retraite ? jamais !

    (Jojo, je fais le sale boulot depuis longtemps. Pour pas un rond. Je risque maintenant d’être banni, exterminé de mon fief. Ce n’est pas à moi de tout prendre sur la gueule, NDLR.)

    Commentaire par Johannes Schmidt — 19 avril 2014 @ 14:43 | Réponse

  2. Hé bien revoilà Pat le présumé DCRISTE.
    Promis, j’ai tout lu depuis 2009.
    Ce fut lourd, très lourd. Mais instructif. À te lire, l’issysois, j’ai l’impression de lire ces vieux gauchos morts dans les années 70. Mais j’ai de la tendresse pour les gars qui vont jusqu’au bout. Ce qui me gêne c’est qu’ils y aillent aussi contre leur potes. C’est bien connu dans le milieu ultra gaucho, les ego ont mené à l’autodestruction.
    Difficile de tout dire. Juste relever tes délires et tes erreurs (volontaires ?). J’élimine d’entrée toutes tes diatribes fort nombreuses sur la Lybie, sur Issy-les Moules, sur la Hongrie (micro territoire sans intérêt), sur Merah, Charkeuz ou sur Fukushima. On s’en tape.
    Je note que tu es très branché cul, ça ne m’étonne pas et que Freya t’a obsédé. Zigounette aussi, on croit rêver.
    Tu hais tout autre révisionniste que toi et tu en viens à écrire des conneries énormes : à te lire on a l’impression que Faurisson a traduit Butz, Graf, Stäglich et même Moïse !!! Tu balances des contre-vérités sur les génocides arménien et tutsi (sur ce point, lis Lugan tu seras moins con et Kagamé n’en a plus que pour deux ans). Et ton énormité la plus hénaurme, ce sont les Protocoles : comment un mec au QI > 120 (tu le dis!) peut encore s’intéresser à ce papelard de la DCRI tsariste !!!

    Malgré tes efforts tu restes confus : sur Theresienstadt tu n’es pas clair, et tes articles pourtant documentés des 15 et 19 mars 2013 et d’octobre 2013 (un vrai salmigondis !) ne débouchent sur rien de compréhensible. On ne sait pas où tu vas, le sais tu toi-même ? Tu complexes face à Faurisson et Reynouard qui font le job que tu ne fais plus. Quant à Graf et Mattogno que tu ignores, ils prennent la relève bien que plus tout jeunes.
    Et puis cesse d’être péremptoire et d’affirmer n’importe quoi : argot ne vient pas d’argos, si tu me le prouves, tu as un carambar.
    Et arrête de te contredire: un jour le hongrois est aryen, un autre touranien. Des comme ça j’en ai des kilos. Comme Céline circoncis !!! Et fous la paix à Ryssen : il a plus fait pour faire savoir qui sont les juifs en 10 ans que toi en quarante.
    Je pourrais continuer, je m’arrête.
    Une dernière : le 14 février 2011, tu prétends qu’en 2000 est sortie une traduction du Talmud. Pipeau et tu sais que je suis talmudiste. Arrête d’y aller au flan.

    (J’ai raison de prendre ma retraite mardi. Te traiter de décéèriste, Pat dit Le Nul, est presque compliment. Cela fera bien sur ta carte de visite. Tu paraîtras ainsi normal, vœu le plus cher de Hollande. D’abord Issysois se prononce issusois en germain et en moyen engluche, Issisois étant écriture de Lancelot, du prince de Conty et des jansénistes en général, secte que tu connais mal en ta qualité de flicard contemporain, beaucoup plus mal que les Magyars du dix huitième siècle. Je ne trouve pas de nombreux signes sur mon nouveau clavier, dont le trait d’union. Mon crime, je l’avoue, est ma naïveté. J’ai longtemps cru qu’histoire avait sens, comme on dit vulgairement, qu’elle conférait des droits pour peu qu’on respectât ses devoirs. Mais je me suis trompé. Histoire est vue de l’esprit, écrasée par la propagande. Naïf et ultragaucho ne riment pas, toutefois les deux sont idéalistes, voire utopistes, pour ainsi dire condamnés à l’échec, même si l’observateur éprouve once de tendresse pour eux. Ensuite je ne suis pas le seul à penser et à rêver du cul, sauf que son commerce m’ennuie, bien que je prétende faire commerce d’idées, donc du cul, de jeux de mots, de quiproquos. Hitler voyait en Estonois, Finlandois, Hongrois des aryens. Faux, dit le linguiste, car ils sont touraniens, raison pour laquelle le Magyar bien né est tantôt aryen tantôt touranien. Tout le monde l’a compris, sauf toi, Le Nul. Fofo a traduit et adapté Stäglich, Graf et Butz en français, il n’y a pas besoin de sortir de l’École des Chartes pour s’en apercevoir. Argot est tiré d’Argos, c’est La Furetière qui le dit dans son dictionnaire de la langue françoise paru un demi siècle après l’apparition du mot. Argu a sans doute aussi joué rôle important dans la création du mot, qui serait polysémique, comme de nombreux noms d’ancien jargon, ou iargon. Précision de Revision, qui connaît mieux ancien et moyen françois que novlangue. Vient ensuite Protocole, papelard de la DCRI tsariste, comme tu dis. Tu avoues là que tu bosses pour la DCRI, en reprenant cette thèse loufoque du Cahal. Je ne serais pas clair sur Theresienstadt, c’est vrai, sauf sur un point : CC d’ancienne citadelle Thérèse ne fut jamais appelé Theresienstadt en boche. Puis question : où vais je ? Je suis clair sur ce point. Je partage l’avis de la psychiatre soviétique Lidia Bogdanovitch : le sens de la vie, c’est la mort. Je souhaite cependant vivre avant, en éprouvant plaisirs du pauvre. En me baladant dans les forêts de Fontainebleau et Rambouillet, en faisant du vélocypède, bien que les automobilistes soyent menaçants. Il y a dix jours, j’ai été heurté au coude gauche par le rétroviseur d’une fourgonnette qui me dépassait. Il avançait à peine plus vite que moi, j’ai zigzagué et failli chuter. Forcément, il n’y a pas de piste cyclable à cet endroit, tandis que l’État et les administrations locales condamnent quasiment à mort le cycliste. Eh oui, ornières ou nids de poule se trouvent souvent à droite de la chaussée en France, pas en Germanie. Du coup, le vélocypédiste ne roule pas totalement à droite, où il craint en outre ouverture de portière de voiture à l’arrêt. Je suis tendre, que voulez vous ? Et je pourrais être avocat du cycliste, mal défendu, en disant qu’ornie est mot d’argot d’origine grecque d’où est tiré ornière. Je ne juge pas Riri, mais il était con quand il feignit de croire antisémitisme moins répréhensible qu’antijudaïsme. Erreur de jeunesse de sa part, liée à son ancienne punikude anarchisante. Avant ses cinq mois de taule, au moins, Riri adore les oiseaux, grand bien lui fasse. Enfin excellente édition du Talmud en français eut lieu dans les années 2000, pas en 2000. Tu joues au con, Le Nul. Mais si antijudaïsme disparaît en France par voix de presse, les résistants risquent de s’inspirer de Merah et du Kansasois. Or tuer le juif est solution illusoire à nos œils, NDLR.)

    Commentaire par Pat — 19 avril 2014 @ 22:14 | Réponse

  3. Un peu mince comme réponse !!!
    Tout d’abord tu vois des flics partout !!! Si les flics te surveillent, ils n’entrent pas dans la discussion, ils en seraient incapables.
    Issysois ou issisois, j’ai et tu as faux. Il s’agit d’isséens. Un partout.
    Ensuite, bien né ou pas, le Magyar parle une langue touranienne. Point.
    Un postulat de base des révisionnistes est la fourniture de la preuve: prouve que Faurisson a traduit Butz, Gräf et Stäglich.
    Pour argot, tu iras voir le Grand Robert qui atteste 4 origines possibles mais pas la tienne.
    Il n’ y a pas que des juifs pour penser ce que je pense des Protocoles.
    Quand je disais que tu ne sais pas où tu vas c’est dans ta critique de tous les révisionnistes et quant à ta propre approche de l’holocauste.
    Faut éviter le vélo dans nos contrées !!! ? Les as-tu parcourues au moins ? Ça m’étonnerait car tu ne saurais pas où les trouver.777.

    (Je défendrai jusaqu’au bout cause révisote, mais histoire n’appartient à personne. Y compris à moi, guide de banlieue, qui dit pis que pendre de Pat, qui le mérite, NDLR.)

    Commentaire par Pat — 20 avril 2014 @ 16:08 | Réponse

  4. De plus en plus court !!!
    Comment te situes-tu par rapport à l’holocauste ? Est-ce clair ?
    Tu n’étais pas obligé de casser mes passages sur le Talmud. Tu as des problèmes de clavier ?

    (Mon foutu clavier est neuf, or tous les produits changent sans cesse pour accroître la demande. Et il se trouve que les prétendues améliorations apportées sont souvent régressions, d’autant plus que j’en suis resté à la compographie BN. Holocauste, action de brûler un corps tout entier, renvoie à Ancien Testament, le plus illustre projet d’holocauste, par Abraham de son fils unique, se trouvant en Genèse. Or il n’eut pas lieu, Yahvé ayant uniquement voulu tester l’obscurantisme d’Abram. Je pars de là, avant d’en arriver beaucoup plus tard au four crématoire, instrument d’holocauste par excellence. Or les boches pratiquèrent l’holocauste pendant la guerre à grande échelle. Je ne nie donc pas l’holocauste hitlérien. En revanche, la chambre à gaz d’Auschwitz me décoiffe, car elle ne correspond à rien dans l’entreprise concentrationnaire vouée au travail, qui rend libre, dit on. Ce dont l’ultragaucho n’est qu’à moitié persuadé. Non qu’il fasse l’éloge de l’oisiveté, mère de tous les vices, mais il ne juge pas. D’où l’impression qu’il n’a pas de plan, fait de jugements. Position qui présente avantage, car permettant d’étudier toutes sortes de plans sans a priori. Ceux de Moïse, de la cabale juive, secondairement chrétienne, des sages de Sion, pour ne citer que quelques exemples. Ainsi que d’autres, comme celui du Grand Architecte de l’Univers, ou de Lénine, qui était fasciné par la Révolution française. De Hitler également, même si Mon combat n’est pas exempt de confusions, Hitler ayant été avant tout artiste peintre mystique. Et puis, il fut nul en français à l’école. Comme toi, Le Nul, qui es devenu agent de renseignement car tu ne savais rien faire de tes dix doigts. Comme Hitler, qui travailla pendant quelques années au renseignement militaire, où il découvrit la vocation d’espion du juif. Étant entendu que la recette pour réussir dans ce métier est de ne rien croire, pour mieux observer et répéter les dires des uns et des autres. Ce en quoi le juif est favorisé par son excision du huitième jour. Il découvre alors la plus cruelle douleur et se convainc que son avenir reposera sur ses capacités à spéculer. Phénomène rare chez le goy, qui se rencontre parfois chez l’ultragaucho, qui lui aussi ne croit à rien. Ni à Satan ni au juif déicide. Encore que je sois plus choqué par le martyre d’Étienne que par celui de Jésus. Normal, diras tu, car l’église de la butte d’Issy est dédiée à saint Étienne, personnage clé de la rechristianisation d’Europe après les bêtises de Constantin. Ce n’est pas tout, église Saint Étienne surplombe quartier Voltaire, philosophe décrié, issisois d’adoption, que j’aime bien. Voltaire fut bon informteur, bien qu’incoupé. Il savait se taire et écouter cardinal Hercule Fleury quand il dirigeait France, au temps où les sages d’Issy gouvernaient le monde. Enfin je n’ai pas cassé tes passages talmudiques, dénonciation calomnieuse. Non par respect pour toi mais pour le Talmud, que je ne brûle point, car je ne l’ai pas lu, seulement parcouru cet ouvrage oriental. Tu objecteras que moi aussi suis orientaliste avec ma magyaritude. C’est vrai, car je suis occidental et oriental à la fois. J’adore chêne et blanche hermine, en même temps double croix de Melkizédec et Jésus, bien que je lui préfère Étienne. Confidence sur l’oreiller, mardi 22 avril 2014, Alain Guionnet se taira peut être pour toujours, NDLR.)

    Commentaire par Pat — 20 avril 2014 @ 20:16 | Réponse

  5. Tu as dit que tu te tairais peut-être le 22 ? Tout espoir est permis, dans le sens d’un come back !!!
    Obsédé du renseignement !!!
    Tu as bien scratché une partie de mes passages sur le Talmud que l’on retrouve heureusement dans le message précédent.
    Tu ne réponds pas plus à ma question sur le Talmud que tu ne réponds sur ton attitude à l’égard des autres révisionnistes.
    En revanche, tous tes fans seront heureux d’apprendre que tu crois à une extermination programmée des juifs. Des remords, après tout ce que tu as écrit ?
    Tu aimes Voltaire, moi aussi, y compris pour ses ouvrages interdits de Pléïade.

    (Je suis partisan du bannissement du juif et n’ai rien inventé. J’prends ma retraite car je n’enquête plus. J’ai visité archives nationales et d’Issy. Si marrane Valls veut trouver antijuif carré, qu’il aille le chercher ailleurs. J’ai fait le boulot jusqu’à mes 60 balais, puis j’arrête. Je combattrai jusqu’à ma mort pour Issy, mais c’est tout. J’aurai défendu esprit ultragaucho, parfaitement respectable, même si quelques reproches à Rassinier sont fondés ; nobody étant perfect, pardon pour mes barbarismes, NDLR.)

    Commentaire par Pat — 21 avril 2014 @ 11:22 | Réponse

  6. Combattre pour Issy ? Santini inoxydable !!!

    (Provocation gratuite que d’évoquer ce porc licrasseux fils de bistrotier. Je partage à son sujet le point de vue de son cardiologue juif, vélocypédiste comme moi : va bientôt claquer. Me voilà dans la merde par ta faute, Le Nul, juste avant ma retraite. Je commets outrage à magistrat, même si Santini a de nombreuses fois été condamné en justice pour insulte et abus de biens sociaux, dont les peines n’ont souvent pas été exécutées, bicause tout député ministre est au dessus des lois. Il revendique d’ailleurs sa condition de porc licrasseux, mais c’est moi qui aurai tort si l’affaire est plaidée. Première emmerde en perspective, merci décéèriste, en réalité agent provocateur infiltré poussant autrui à la délinquance. Pratique courante aux États Unis, qui n’existait pas en France. Mais avec le trio Charkeuz, comme tu dis, Hollande et Valls, tous étrangers, elle se répand à vitesse grand V. Pis, tu fais d’une pierre deux coups en me poussant à révéler mon accord avec le cardiologue juif de santinoque, tu me grilles auprès des antijuifs, dont certains rêvent d’holocauste. Voyes ton sale boulot : cinq mots, un point d’interrogation, trois d’exclamation, et me voici dans la merde. Je cause rarement de Santini, car je veux éviter pareille situation, mais ton Santini inoxydable est insupportable. Même des corsicauds d’Issy aimeraient le dézinguer, bien que la majorité des descendants d’esclaves maures révoltés de la vergne lui soient favorables. Tu me pousses dans le camp des tontons flingueurs de santinoque, t’es dégueulasse, alors que j’ai plusieurs fois serré sa main grassouillette, NDLR.)

    Commentaire par Pat — 21 avril 2014 @ 16:22 | Réponse

  7. Ben moi j’ai jamais serré sa pogne au moins !!!
    Oxydable : contact avec l’air. Mets le dans un sac à patates et tout ira bien !!!

    Commentaire par Pat — 21 avril 2014 @ 20:23 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :