Alain Guionnet – Journal Revision

5 mars 2014

QUESTION PRIORITAIRE DE CONSTITUTIONNALITÉ

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 19:03

C’est dit en lettres capitales, c’est à cause de la loi sur la question prioritaire de constitutionnalité que les procès Faurisson du 20 février et du 4 mars furent renvoyés à dates indéterminées. Pas de la question préalable de constitutionnalité, comme nous avons dit par erreur.

Confusion bénigne ayant plusieurs origines. En premier lieu, Blanrue et Bouard, de la bande des B, parlent de QPC comme le boche, sans expliquer ce que cette abréviation signifie. Comme s’ils étaient juristes, comme s’ils connaissaient depuis toujours cette loi entrée en vigueur le premier mars 2010. D’instinct, nous avons rendu P par préalable, réflexe d’un habitué de la dix-septième chambrette, car pour être appliquée une loi doit être conforme à la constitution, au préalable selon nous, pas en priorité, mot emphatique. D’ailleurs son article 61-1 permet l’introduction d’une question préalable d’inconstitutionnalité.

Préalable s’inscrit dans le temps (constitution d’abord, lois ensuite), priorité étant notion juridique. Cruelle loi du 13 juillet 1990 est inconstitutionnelle, c’est sîr, car elle ôte au magistrat possibilité de juger. De telle sorte qu’on peut jaser de question prioritaire ou préalable.

Ceci explique cela. Maître Éric Delcroix a longtemps tourné autour du pot. Il savait loi Fabius-Gayssot inconstitutionnelle ou anticonstitutionnelle, mais il ne fut jamais entendu in limine litis, car cette loi n’existait pas quand il exerçait son métier. Il accusa la justice de tyrannie, eu égard à la phraséologie révolutionnaire. Nous préférassions qu’il parlât de despotisme, mais ne lui reprochons rien. Maître Bonneau, conseil de Faurisson, a ainsi joué sur du billard le 20 février, QPC étant arme du mal-pensant réviso.

Mot sur Bête Immonde dit Joël Bouard à présent, ou l’inverse. Ce pourfendeur des juges, agrégé de math’, dit-il, qui cite les noms de chacun d’entre eux, vitupéra hier :

A MADAME VAIL, GREFFIERE DE LA 17EME CHAMBRE TGI PARIS

A MME CHAPRON, DIRECTRICE DU GREFFE TGI PARIS:

IL EST INADMISSIBLE QUE LE GREFFE DE LA 17EME CHAMBRE SOIT MAINTENU FERME, EMPECHANT LES JUSTICIABLES DE S’Y PRESENTER POUR DEPOSER LEURS CONCLUSIONS ET CONSULTER LES DOSSIERS!

POUR CETTE RAISON,  JE VOUS TRANSMETS PAR PRESENT COURRIEL:

1) LES CONCLUSIONS DE PARTIE CIVILE DES ASSOCIATIONS HCCDA, CAMJ ET IRECH20 QUE JE REPRESENTE EN TANT QUE PRESIDENT, COMPORTANT INSCRIPTION DE FAUX CONTRE LES BOBARDS SIONISTES DITS « JUGEMENT » DU « TRIBUNAL » DE NUREMBERG, « ACCORD DE LONDRES » ET AUSSI LES « ORDONNANCES » SUR LA PRETENDUE « MAGISTARTURE » ET LE PRETENDU « CONSEIL CONSTITUTIONNEL »

2) QPC SUR LES ARTICLES 24, 24 BIS ET AUTRES DE LA LOI SUR LA PRESSE

3) RECUSATION PENALE DE SAUTERAUD ANNE-MARIE, BOURLA JOEL, BAILLY MARC, DEVANT ETRE JUGEE PAR LA COUR DE CASSATION, CAR DEGRANDI JACQUES EST LUI AUSSI RECUSE!
Nous reproduisons dires du barbare sans les juger. L’idiot est confus, car il y eut d’abord accords de Londres le 8 août 1945, puis procès du tribunal militaire international. Prose de Bouard a cependant succès sur le sit. Comme disait Voltaire, il ne faut pas le brûler.

On notera accessoirement que Bouard agglutine quand il cause de la « greffière TGI Paris », mais cette mode l’emporte de plus en plus, avenir reposant sur agglutination et circonstanciation.

En théorie, les deux dossiers ne devraient faire que transiter à la Cour de cassation, dont la chambre criminelle devrait saisir le Conseil constitutionnel, seul apte à statuer.

10 commentaires »

  1. L’écrivain Michael Prazan a peur :

    Commentaire par Jules — 6 mars 2014 @ 09:32 | Réponse

  2. Bonsoir !!!

    Est-ce que sur ce site on pourrait avoir des phrases avec des articles ? Vous savez, articles définis, indéfinis, etc., la grammaire quoi !!! Sinon, ça fait un peu petit nègre…

    (Tu piges, c’est le principal. Nous employions peu d’articles en ancien françois, comme dans la plupart des langues étrangères à l’exception du rital et de l’espingouin. À défaut de couper prépuce, Revision coupe articles, NDLR.)

    Commentaire par Pat — 6 mars 2014 @ 22:06 | Réponse

  3. Moi y en a pas être d’accord !!!

    Je vois que vous pratiquez ce que vous pensez être la grammaire de l’ancien français, mais c’est faux.
    Les articles définis et indéfinis existent, dérivés du latin ille et unus. Et ils se déclinent en genre et en nombre, changeant de morphologie selon qu’ils sont au cas sujet ou au cas régime (2 premiers cas du latin ou les 4 derniers).
    Pour plus de détails, Grammaire de l’Ancien français, chez Magnard.

    (Pute vierge, tu prétends donner leçons d’ancien françois à l’Issisois, tu es mort, NDLR.)

    Commentaire par Pat — 8 mars 2014 @ 10:03 | Réponse

  4. Je peux, je peux !!! J’en ai en tout cas plus fait que l’Issisois, semble-t-il !!!

    (Niet, NDLR.)

    Commentaire par Pat — 8 mars 2014 @ 12:26 | Réponse

  5. Niet ? Alors comme expliquer cette bévue (ou mévue) ? J’en profite pour préciser que les articles n’existent pas qu’en italien et en espagnol mais aussi en allemand et en anglais, qu’en latin ce que nous nommons article était plutôt un pronom ou un adjectif et qu’en grec ancien, l’article existe aussi bel et bien. Finalement il n’y a que sur Révision qu’il n’y a pas d’articles (de quels articles alors parle-t-on…).

    (Engluche a supprimé maximum d’articles, ce qu’on ne peut pas faire en français, car pluriel se prononce en rosbif, rarement en français — pour autant qu’il aye importance. Articles étaient peu utilisés autrefois, comme en magyar. Un est d’abord nombre, le pronom démonstratif, je le fais signifie je fais cela. Latinistes d’Académie française ont imposé emploi systématique d’articles qui ne servent à rien. Revision est très lue par les journalistes. L’un d’eux a dit avant-hier « fin de semaine », alors qu’on dit à l’école fin de la semaine. Je ne parle pas que de Canal +, qui se trouve à Issy, en zone inondable. Voyez inondations dans le midi, en Bretagne et au pays Basque, idiot Santini étant seul à ne pas prévoir prochaine crue de Seine. Mais entente n’est pas parfaite entre journaleux et Revision. Quand ils disent une trentaine d’hommes a, comme en magyar, Revision dit ont, bien que les deux locutions soyent acceptables. C’est vous qui avez remplacé Mohacs, votre collègue décéèriste ? Je le regrette un peu. Il était con, mais pas bête. Vous avez beaucoup de choses à apprendre, même si vous les savez déjà. On écrit Revision, comme au début du vingtième siècle. On peut prononcer ce mot ainsi. Agent fournit tuyaux à la revue. Sans Mohacsounet, elle n’aurait pas su que Dieudo’ est veuvard, par exemple. Sa rédaction vieillit. Elle supprime articles, emploie mots anciens et moyens françois, voit midi à Issy, mais risque de prendre sa retraite le 22 avril. Personne ne parlera plus alors des Turks magyars et tatars d’Ukraine, dommage selon moi. Soit dit en passant, politique coloniale de Staline en Crimée, avec déportation des Tatars en Sibérie, est tout à fait comparable à celle de Hitler ou d’Israël, plus récemment. Je souhaitais que cela fût dit. Votre boulot d’infiltration est difficile mais pas dangereux. Pat est bien trouvé, vous ne cherchez pas les crosses, vous déclarez partie nulle. Mais je veux mat, ou la mate, genre des mots étant parfois capital. Je serais maître du monde, j’emmaterais tous les décéèristes en leur accordant libération conditionnelle pour collaboration. Vous y êtes ? Revision ne cherche quasiment plus de doc’, sauf sur influence extérieure. QPC m’a interrogé. J’en ai d’abord causé spontanément avant que je m’informasse. Votre cas est sans doute comparable au mien. Tout décéèriste est supposé connaître QPC, mais ce n’est pas le cas. Bref, il va vous falloir jaser comme Revision. Vous devrez supprimer articles, mais sans employer mots anciens et moyens françois. Vous êtes autorisé à dire une vingtaine d’hommes a. Seule réserve, subjonctif est sacré, comme passé simple, ou parfait. Ensuite, j’attends de vous tuyaux, qui vous éviteront le CC, NDLR.)

    Commentaire par Pat — 8 mars 2014 @ 16:39 | Réponse

  6. Que faire de tout ce galimatias ?
    Grammaire d’abord : ce n’est pas parce que le est en latin (ille) un pronom et qu’il devient un article défini en ancien et nouveau français, qu’il y a de quoi faire la révolution en le coupant ! Mais après tout pourquoi pas ? on peut faire aussi langage texto. Sans insister, je persiste à croire qu’une langue qui appauvrit sa morphologie appauvrit aussi le sens. Ce serait long à développer. Au passage, je note que vous voulez aussi supprimer les accents. Couper, couper, il faut devenir moguelim !!! Mais va pour Reuvision !!!
    Dans le désordre, je ne suis pas de la DCRI, je ne sais pas qui était Mohacs (c’est pour moi juste une victoire musulmane), Canal est un ramassis de journaleux du système, je connais un peu l’histoire de l’ethnie turco-mongole, Poutine est le dernier rempart contre les juifs, j’ai du mal avec la suite de vos propos. QPC me parle tout à fait, je suis juriste de formation.
    Le parfait n’existe pas en français.

    En africain : Sé kwa CC ?

    (An ancien françois articles étaient peu employés, comme en hongrois. Mohacs était commentateur parfois doué, car il a trouvé de bons tuyaux. Lui aussi disait qu’il ne bossait pas pour la DCRI, mais il se débrouillait pas mal en renseignement. J’appelle parfait le passé simple, ce passé défini antérieur à l’imparfait, par nature indéfini, autrement dit bâtard. Je veux seulement indiquer par là qu’appellations grammaticales sont souvent douteuses. C’est du passé simple qu’est tiré le subjonctif dit imparfait, barbarisme que je n’ai jamais supporté. Ces deux temps sont menacés dans les médias et à l’université, quel dommage ! Je ne prétends pas en abuser, mais quand même. Faites le compte dans ces lignes, deux plus que parfait, un passé composé, trois imparfaits, trois présents, trois passés composés, un présent, un impératif. CC est abréviation de camp de concentration, compréhensible dans la bouche d’un réviso, qui jase aussi de créma’, d’Auschwitz 2, de morgue. QPC est limpide pour vous, CC pour moi. Mais vous aviez pigé, NDLR.)

    Commentaire par Pat — 9 mars 2014 @ 14:50 | Réponse

  7. J’ai tout lu du blog sur 2009 et 2010. Je vous dirai plus tard ce que j’en pense. Le hongrois à l’étude ? Quelle idée ? Nostalgie d’Attila ? Alain Guionnet et sa turquitude ?
    Je n’ai pas de tuyaux, juste un peu de culture. Je connais le Talmud à fond si ça vous intéresse (en français et sans les passages censurés sur le Christ car je ne lis ni l’anglais ni l’hébreu). À ce propos dans un article ancien vous parlez de traduction française. À laquelle faîtes vous allusion. Attention à la réponse, il n’y en a que trois !!!
    Ok pour le parfait qui n’est pas vraiment un passé simple mais passons…

    (J’ai été attiré par la Hongrie à cause des révolutions de 1848-1849 et de 1956, et par l’unicité de sa langue que j’imaginais liée au tempérament révolutionnaire du Magyar. Ce dont j’ai eu confirmation. Ce faisant, j’ai porté regard différent sur la dernière guerre, que j’ai cessé de voir sous le prisme boche et sous celui de Hitler, quart de juif mystique, mauvais chef militaire, qui employa jusqu’au bout des espions juifs. Modèle militaire hongrois était germanique, d’où conviction que le sort des juifs de Hongrie était à certains égards comparable à celui des juifs du grand Reich, ce qui fut seulement en partie vrai. Lois antijuives furent plus strictes en Hongrie qu’en Germanie, mais la vie des juifs hongrois, y compris ceux mobilisés au service du travail, fut longtemps plus enviable que celle des juifs du grand Reich. Quant à ma turkitude, elle est bidon en ce qui concerne le turc, langue ayant conservé quelques rapports lointains avec le hongrois, l’islam ayant fait ravages. Version française du Talmud est celle des années 2000 que j’ai consultée à la bibliothèque d’AIU, de mémoire publiée conjointement en Israël et aux États-Unis. Je dispose d’une ancienne version française abrégée publiée à Rome sous le titre Textes rabbiniques des premiers siècles chrétiens. Vous êtes de vieille école, vous lisez textes du début à la fin, méthode pas toujours recommandée. Et les commentaires ? quelques-uns valent le détour. Mohacs aussi avait beaucoup lu le site. Certaines de ses réflexions étaient proches des vôtres. Je crois qu’il est médecin. Enfin hébreu n’existait vraisemblablement pas quand Talmud fut écrit, il fut plutôt rédigé en araméen. Vous êtes apparemment catholique romain, superstition en laquelle vous voyez syncrétisme d’inspiration païenne. Un des résultats est que vous ne lisez ni l’engluche ni l’hébreu. Avantage de Fofo, sa maîtrise du rosbif, qui lui a permis de briller face à Guillaume et à de nombreux révisos made in France. Saisissez-vous mieux à présent la rivalité qui m’oppose à lui ? Il pense en deux langues, moi en cinq, même si j’ai énorme lacunes, mais qui ne m’empêchent pas de piger tout texte sur le révisionisme. Vous convenez que parfait peut convenir, sans que nous adoptions modèle engluche [perfect], en grande partie tiré d’ancien françois, secondairement du moyen françois. D’ailleurs, je préférerais jaser de remembrer, recorder, bacon, etc., plutôt que d’avoir à me souvenir de, me rappeler de, ou remémorer. Quant à bacon, il ne désignait pas femme légère, mais lard. Vous finirez vous aussi par dire argüer et argu en privé, pas dans votre boulot. En notant au passage rapport entre argu et argot, découverte de Revision, dont e se prononce comme rebellion, NDLR.)

    Commentaire par Pat — 9 mars 2014 @ 19:28 | Réponse

  8. Talmud : il est écrit en hébreu (qui existe depuis moins 2500, la fameuse écriture carrée copiée et dérivée des Araméens) puisque contemporain ou postérieur au Christ, la Torah étant en partie en hébreu et en araméen. Quelques rares exemplaires chez Verdier, l’essentiel soit chez Biblieurope 2002 du Rabbin Steinsaltz, soit l’édition Safra chez Artskroll-Schottenstein de New-York (celle que vous avez sûrement dû avoir entre les mains), soit la Guemara au Grand Rabbinat de France. Il existe aussi le Talmud de Jérusalem, très court que j’ai trouvé en Belgique. D’après ce que je comprends ce sont des abrégés que vous avez lus. Je possède 40 volumes en français sur les 63 du Talmud Bavli (Babylone, le vrai). Les commentaires ? Le Talmud est un commentaire de la Torah par sa mischnah, la Guemara est un commentaire de la mischnah, le Choulan Aroukh (Josep Karo 16ème siècle) est un commentaire du Talmud, les prescriptions du Livre du Kahal une extension et un commentaire du Choulan Aroukh. Ajoutons le Mishneh Torah de Maimonide, dont 7 des 14 volumes existent en français chez les Loubavitch dans le 9ème. Oui je lis tout, c’est ma méthode de juriste, après je peux discuter. J’ai fait pareil avec le Coran, les hadiths et la Sira et avec le Catéchisme de l’Église Catholique. En revanche, les sutras et autres bouddhisteries ou hindouisteries m’ont chauffé. Je dois être un monothéiste atavique bien qu’athée. Pas catho, erreur de jugement, l’Aigle.
    Non je ne comprends pas votre animosité à l’encontre de Faurisson, non plus qu’à l’égard de Reynouard que je lis volontiers. Ni à l’égard de Bouard que je ne connais pas.
    Je suis très content du français, je n’aime pas cette pauvre langue anglaise et j’ai hélas perdu la pratique de l’allemand (mais Endlosung me parle). L’hébreu, je pourrais mais je ne suis plus jeune, le latin et le grec me suffisant !!!

    (Je n’ai pas lu le Talmud, seulement parcouru, surtout sa dernière édition française dont vous trouverez les références dans le catalogue de la bibliothèque d’AIU, ainsi que d’autres éditions dont certaines abrégées. Comme pour la Bible, aucune édition du Talmud n’est identique à une autre. Par recoupements, j’ai jugé celle-ci la meilleure, écrite en excellent français. Votre approche est laborieuse, la mienne beaucoup moins. Vous vous prétendez nullement catho’, mais vous défendez Fofo, ancien élève des jésuites, comme il ressort de ses écrits. Raie-noire se dit quant à lui sédévacantiste, tandis que Bouard se prend pour un martyr de la vérité, pour une sorte de Christ ressuscité. Quelques observations à présent sur votre écriture. « Moins 2500 ans est douteux. Non seulement parce qu’il eût été préférable de dire 500 ans avant notre ère, mais parce que Shlomo Sand dit la difficulté pour savoir si certaines inscriptions funéraires de l’antiquité plus récente furent écrites en hébreu ou en araméen. Hébreu contemporain en revanche est création du Bney Brit, dont la phonétique fut revue et corrigée en Yisraêl par les juifs arabes, plus familiers des langues sarrazines que les juifs allemands. Ensuite j’écris Maïmonide, diphtongue s’imposant, et je corrige votre boche Endlösung, dont vous aviez oublié Cap’ et tréma. Vous vous prétendez juriste au vaste savoir, mais permettez que je rajuste votre casquette, NDLR.)

    Commentaire par Pat — 9 mars 2014 @ 23:22 | Réponse

  9. Je suis juriste bac + 6.
    J’ai volontairement escamoté les Umlaut, le clavier me gonfle. Lisez Maimon sur la circoncision et riez… Cherchez…
    Moins 2500 ans c’est la notation actuelle en histoire, c’est-à-dire BP, before present, vous êtes un peu largué.
    En 500 ou 600 ans avant votre Jésus donc, Esdras écrit la Bible et il le fait en hébreu. Point et on se fout des inscriptions funéraires. Le Talmud vient 500 ans aptes. Haddock ?
    J’ai choisi désormais ce seul message pour vous répondre afin de m’éviter les dispetrsions.
    Mais je continue 2011 et 2012. On va rire je le sens.

    (Je n’ai pas corrigé vos « 500 ans aptes », car il peut s’agir d’un jeu de mots — que je ne pige pas. Vous m’accusez d’être jésuste, car je me fiche du GADLU. J’entrave ad hoc cependant, avec ma formation frangroise issue du mic-mac université polytechnique et ÉPHÉ. Avez-vous idée de la façon dont Attila d’Issy traite veuvard ? Mieux vaut que vous ne l’ayiez pas, personnes sensibles s’abstenir de voir la scène. En quelques messages, vous avez avoué que vous êtes décéèriste veuvard issu des RG, quelle calamité ! Ayant été payé longtemps par l’État à ne rien foutre, vous devriez bosser dans le privé, où vous gagneriez trois fois plus, là encore à ne rien foutre ou à imaginer complots imaginaires. Comme chinetoque à Renault. Je vous vaporiserai peut-être avant que vous lisiez 2011 et 2012. Je m’interroge sur la proportion d’amis et d’ennemis lecteurs de mon sit, mais une chose est sûre, mes ennemis sont plus nombreux que mes amis. Je mène combat de loup solitaire, dont le poil blanchit doucement. Je ne serai pas maître d’autodéfense, car j’ai été viré de la gendarmerie, mais ai quelques restes. À défaut de mitrailler juifs en synagogue avec arme que je n’ai pas, je peux trucider veuvard des anciens RG à mains nues. Comme le despote Santini, que j’ai malheureusement décidé récemment d’épargner. S’il bossait pour DCRI, ce qui n’est pas sûr du tout, Mohacs était beaucoup plus doué que vous. Si tel est le cas, je verrais en lui ancien de DST, institution plus respectable que RG. Comment vous cuire ? Au court-bouillon ? au four ? seule question que je me pose, NDLR.)

    Commentaire par Pat — 10 mars 2014 @ 19:13 | Réponse

  10. 500 ans après.
    Je me demande si c’est de l’humour ou si vous buvez.
    Monsieur voit des DCRistes partout. Mais un DCRiste ça n’écrit pas, ça écoute !!!
    Et Monsieur se vante de buter des frangins ? il ne ferait pas de mal à une mouche !!!
    Pour un juif de la synagogue, un croche-pied suffit !!!
    Me cuire ? Mais au Zyklon, natürlich !!!

    Commentaire par Pat — 10 mars 2014 @ 22:12 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :