Alain Guionnet – Journal Revision

12 janvier 2014

BOUBOU REVIENT !

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 19:04

Nous appelions autrefois Boubou Bête Immonde, quand nous causions de Joël Bouard, mais il mérite à présent once de respect. Le monstre est incapable de jaser françois. Il vocifère, insulte tout le monde, mais est tendre en réalité. Agrégé de math’, il atteint hauteur en cette matière qui nous dépasse. Royaliste, bien que troublé par le duc d’Orléans, il est antimaçon, ce qui nous ravit.

Boubou est maintenant respectable car il fut incarcéré à Fresnes du premier février 2013 au 31 décembre 2013 pour outrage à magistrat. Au pluriel en réalité, car il insulte constamment juges. C’est son truc, gens sont cleptomanes, lui jujophobe. Servez-lui juge sur un plateau, il le dévorera tout cru. Il souffre de maladie incurable. Ses onze mois de mate ne lui ont pas suffi, il récidive.

Boubou est enragé. Nous ne sommes pas d’accord avec lui, mais le soutenons. Non seulement parce qu’on a droit d’être con, mais parce que combat natio et réviso est défendable. Ce n’est pas nous qui le disons, mais lui, en commentaire d’article suivant.

Revision n’a jamais soutenu propos de Bête Immonde. En revanche, elle juge ignoble le supplice qu’il a subi. Elle n’appelle pas à insurrection, car c’est trop tôt, gars de horde Revision étant formés à école révolutionnaire hongroise de 1956. Pour l’instant ils ne bougent pas, mais il ne faut pas les exciter.

6 commentaires »

  1. Je ne connais pas Joël Bouard et c’est d’ailleurs la première fois que j’en entends parler ! Toutefois, j’ai cru comprendre qu’il est royaliste et natio’. Je me sens d’autant plus proche de lui — même si je ne suis pas spécialement royaliste — que je risque de subir le même sort !

    (Tu causes de toi, dont personne n’a rien à foutre, message destiné à corbeille. Il est communiqué car tu crains de te trouver à la rue, sans logis. Moi aussi. J’ai vécu prison et ruine. Prison ? on en sort, mais ruine est honteuse et il n’y a pas de remède contre elle. Tu t’es engagé en mauvaise voie, Mohacs, en collaborant à Revision, t’es grillé pour toute ta vie. Ce dont tu te doutais. Tu souhaites que ton nom figure sur liste de noms des enragés antijuifs du 11 septembre 2013, mais ce n’est pas sûr, tu as beaucoup de boulot à faire pour y arriver, NDLR.)

    Commentaire par mohacs — 12 janvier 2014 @ 19:35 | Réponse

    • Je causais de Bouard ! Et je ne regrette pas mon engagement, tout en me foutant de savoir si mon nom figurera ou non sur liste de noms des enragés antijuifs du 11 septembre 2013. Je ne fais pas ça pour la gloire ni même pour me faire un nom dans la dissidence. Si j’avais voulu paillettes, j’aurais léché les bottes de Fofo !

      (Mais c’est maintenant l’inverse. Oh ! je ne prétends pas que Fofo lèche bottes de Revision, ce serait indécent et injuste. Simplement, il se dit que Revision a plus de punch que lui. Et puis, on n’en a pas grand chose à foutre d’aller en taule à près de 85 balais. On mange, roupille, écrit quelques lettres, regarde un peu la télé, baste ! C’est plus dur pour les plus jeunes, rapport au temps étant différent. Tu devrais ainsi plus souffrir en mate que moi, surtout que je connais déjà la salope. Quand on jase veuvard, on ne parle pas de paillettes, mais de cordons. En plus, tu as un tantinet ciré bottes de Fofo, alors que j’ai indiqué que c’était erreur. Mais tu as désobéi, tu t’es cru plus malin que tout le monde. Ensuite tu n’auras pas à te plaindre quand tu seras emmaté et ruiné, ce sera de ta faute. Tu aurais dû me trouver Momo, discours de Revision étant souple. Elle est révisote, bien sûr, mais pas faurissonienne. Elle s’intéresse aux études fonctionalotes, au moins à certaines d’entre elles, qu’elle juge sérieuses, Revision étant ouverte au débat contradictoire, contrairement à Fofo. Revision est ainsi autorisée à manger fesse d’Élisabeth Lévy, ce que je ne conseille à personne, car il y a beaucoup de graisse. Si tu veux te trouver en taule pendant la révolution, libre à toi. Si tu veux imiter Joël Bouard, libre à toi, mais tu n’auras pas à te plaindre de ne pas être là quand horde d’Issy exterminera Bney Brit, NDLR.)

      Commentaire par mohacs — 12 janvier 2014 @ 21:15 | Réponse

      • Trouver des qualités à Fofo ne veut pas dire lui lécher les bottes ! Et quand je parlais de paillettes, j’entendais par là la popularité et tous les avantages y afférents ! Tu te trompes lorsque tu affirmes que l’âge fortifie. C’est oublier que la santé est censée se détériorer au fil des ans, de sorte que le séjour en prison s’en trouvera d’autant plus pénible.
        Et je ne veux pas aller en taule, pas plus que toi ou quiconque !

        (Ton histoire de paillettes n’était pas claire. En plus, c’est faux, personne n’a jamais tiré le moindre bénéfice du soutien qu’il a apporté à Fofo. Dans son délire, il trouve ça normal. Ensuite tu commets crime de lèse-majesté, passible d’extermination, en me prêtant propos que je n’ai jamais tenu : l’âge n’a jamais fortifié personne, à l’exception des enfants et des adolescents, chaque âge de la vie ayant avantages et inconvénients, même si vieillesse avancée est souvent naufrage. En faisant abstraction de la médiocrité des traitements de santé en prison, notre rapport au temps est lié à notre nombre de neurones. Plus nous en avons, plus grande est notre activité cérébrale, plus le temps semble long, ce qui est déplorable en mate. Voilà raison pour laquelle, à partir d’un certain âge, prison ressemble à maison de retraite. À condition qu’elle soit un tant soit peu confortable, ce qui est rarement le cas en France. En plus, à 85 ans, on mange moins. On se satisfait des rations alimentaires. Ce qui n’était pas mon cas dans la nouvelle maison d’arrêt de Nanterre en 1994, où je me souviens avoir eu faim. Confort était impeccable, avec douche en cellule, mais j’ai eu faim, sensation que j’atténuais en fumant du tabac. Pendant la première semaine s’entend, car on peut cantiner. Soit kascher, soit pas kascher, car les affaires marchent en taule. Cantine kascher semblait presque plus tentante que cantine goye. Bougnouls, arabes ou berbères, cantinent souvent kascher, moi jamais. Autre problème que n’aurait pas Fofo en mate, où il roupillerait plus que toi, bien qu’il soit de type sec et nerveux. Et puis, ordre carcéral convient mieux à fonctionnaire tatillon qu’à quiconque. Homme averti en vaut deux. J’ai été un peu long, mais on ne trouve nulle part pareilles observations, ce me semble. Détenus pour crime de la pensée furent rares ces dernières décennies, mais ils seront sans doute bientôt de plus en plus nombreux. Voyes Boubou, je suis sûr qu’il comprend bien ce que je dis maintenant, après 11 mois à Fresnes, mais il ne le savait pas avant. Ses problèmes de santé sont évidents, mais n’ont manifestement pas été traités en mate. Il souffre de troubles du langage et devrait être exempté de peine à ce titre. Oui, il insulte les juges, mais c’est plus fort que lui, il ne peut pas se retenir. Il est pénalement irresponsable. À noter qu’il se dit maintenant natio et réviso, ce qui n’était pas le cas dans le passé, quand il se méfiait des thèses révisotes, qu’il avait mal étudiées. Mais après mate, le matheux, qui se croit juriste, semble commencer à piger l’équation mathématique, droit, histoire. Il pourrait nous éclairer à ce sujet. Par exemple, en nous disant comment on l’écrit, plusieurs formules étant possibles, comme M + D sur H, M x D sur H, les deux que je préfère. Mais Boubou songera à D + H sur M, D x H sur M, et ainsi de suite. Il intéressera alors tête noire, beaucoup plus qu’avec ses balivernes complotistes. Il s’agit de le mettre dans son élément, ou bain spécial, comme ça il tonitruera moins et pourra faire partie de horde d’Issy quand elle pulvérisera Bney Brit, NDLR.)

        Commentaire par mohacs — 12 janvier 2014 @ 22:37 | Réponse

  2. M’Bala M’Bala n’a pas encore été transformé en descente de lit, mais c’est tout comme.

    Montrer patte blanche et faire résipiscence, l’œil humide, ne changeront rien. Pour Dieudonné, l’heure a sonné de retrouver sa réserve. Le Spectacle, juif par définition, ce que Debord n’a jamais évoqué à ma connaissance, lui en intime l’ordre. Il a fait le travail de diversion exigé de lui, de son plein gré, raflant quelques deniers au passage. Qu’il s’estime encore heureux, pour l’instant, de ne pas avoir été exécuté, tels ces officiers de l’Armée rouge de retour d’Espagne. Son calvaire n’est cependant pas terminé, le Spectacle l’attend au tournant. Déjà, journalistes et folliculaires impuissants du Paris germanopratin sont à la manœuvre, preuve une nouvelle fois que la coterie ne renonce jamais. Parmi ses esclaves, elle compte Mar-Édouard Nabe (Alain Zannini), qui se prépare à monter en première ligne. Le graphomane, qui se dit ulcéré, outragé, trahi, prévient et menace. Reçu le 12 janvier, extraits :

    Premier extrait du nouveau livre de Marc-Édouard Nabe
    AVERTISSEMENT

    J’ai été trop sympa. Et depuis trop longtemps. Après ce livre, je ne vois pas beaucoup d’autres solutions pour les personnes concernées que le suicide pour échapper à la honte, à la colère, au dépit, à l’humiliation et à l’effondrement. Logiquement, après m’avoir lu, on ne peut que se suicider.
    Qui sont ces personnages ? Dieudonné, Soral, et toute leur bande de porcs. Depuis trois ans qu’ils m’ont déclaré une guerre Internet et sournoise, pour l’unique raison que je ne voulais pas marcher dans leur combine révisionniste, j’ai accumulé un nombre d’informations, de révélations et analyses dont les abrutis de la bien-pensance qui les accusent simplement d’être des « antisémites » n’ont pas idée. À force de se croire dans la vérité, le Système a laissé prospérer une fabrique de mensonges.
    (…)
    Ce livre n’est pas seulement le déchiquetage par un tigre enragé d’une poignée de proies précises, mais un combat littéraire et philosophique contre le « conspirationnisme » qui a mis dans la tête des naïfs une véritable bouillie sur le 11-Septembre, Ben Laden, Mohamed Merah, les chambres à gaz !…
    On verra comment ce mouvement, semblable à celui des nihilistes russes à l’époque de Dostoeïevski, a pris de l’ampleur et comment cet « assez grand troupeau de porcs » (Évangile de saint Luc cité en exergue des Possédés) est en train de déformer de façon irréversible la vision du monde de ceux qui ont été abusés, et pour des buts strictement lucratifs, par des escrocs.
    Ce livre déborde de mails, de textos, de messages, de conversations enregistrées. On croisera entre autres les figures de Tarik Ramadan, Houria Bouteldja, Isabelle Coutant-Peyre, Robert Faurisson, Patrick Cohen, et d’autres moins connues qui vont le devenir, faites-moi confiance…

    Etc., etc…

    Dieudonné, on le voit, n’est absolument pas sorti de l’auberge. Il n’est pas le seul, la vantardise des uns, la célébrité facile des autres, l’appât du gain en ont piégé plus d’un. Un folliculaire est aussi informateur, ces crétins des alpages l’ont oublié, sinon, sur quoi bâtirait-il sa prose ?

    C’est reparti comme en 14 !

    Pour endormir la masse… du pain, des putains et la Française des jeux suffiront à alimenter le quotidien, le Spectacle s’en charge avec la maestria qu’on lui connaît, c’est sa spécialité, nous le voyons.

    (Nabe, que je connais mal, écrit en style germanopratin, qui me trouble par rapport à histoire d’abbaye Saint-Germain et du diocèse d’Issy, dont j’ai du mal à remembrer détails — grande partie d’entre eux étant inconnus. Toujours est-il que Saint-Germain à vaincu Issy. « Dommage ! » dirait Dieudo’, lecteur de Revision. Sur Debord et sa critique du spectacle, c’est clair, le Niçois dut son succès au fait qu’il n’incrimina jamais le juif sur le conseil de sa juivasse. Mais remettons pendule à heure, on peut jaser de spectacle ou de représentation — spectacle étant mauvaise traduction de Darstellung, représentation, mot de Lukács. Nabe se fait plaisir, mais il n’obtiendra pas succès de librairie avec ses bobards. Livre est condamné, mais vous, qui travaillez dans son édition, savez que Guionnet, réviso doux, peut avoir énorme succès, plus que veuvards Dieudo’ et Blanrue. N’importe comment Dieudo’ n’est pas à la hauteur, ce pauvre nègre, comme disent ses détracteurs, qui voit 3 bananes en 666… Proposition : je suis profane mais prêt à taper dans la gueule du juif à coups de ticoun. Vous êtes preneur ou non ? NDLR.)

    Commentaire par Le lieutenant épinglé — 13 janvier 2014 @ 10:31 | Réponse

    • D’après ce qu’en disent les rumeurs, du reste, confirmées par Nabe lui-même, ce dernier s’apprête à publier un pavé de 1 000 pages, qui s’en prend violemment au révisionnisme — qu’il prétend démonter — et aux amateurs de complots ! Il y épingle Faurisson et, peut-être, toi ! Quant à Dieudo, que Nabe a traité de « lâche » chez Taddeï, et au « crétin » Soral, ils en prennent aussi pour leur grade. Dans sa tentative minable —et d’ailleurs vaine — de vouloir réintégrer le Système, Nabe n’a reculé devant aucune bassesse.

      (Nabe fait son boulot de plumitif. Vraisemblablement veuvard, lui aussi, il dénonce ses persécuteurs de la p’tite bande complotiste semi-révisote, Fofo faisant désormais partie des semi-révisos +. Plus, car sa supériorité sur Irving est indéniable. On savait Dieudo voleur, dixit Semoun, le voilà maintenant « lâche », pourquoi pas ? Mais il est de race bretoke — je pense en juif, comme souvent. Crétin Soral est bien trouvé, car Bonnet n’est pas juif, contrairement à ce que prétendait feu Édouard Lafeuille. Il est presque pire que ça, métis helvétique, imprégné de calvinisme, de père escroc. Mais tu ne sais pas si Nabe a franchi le Rubicon, s’il cause de Guionnet. C’est possible, Morice a parlé du Guionnaud le premier janvier, tandis que Lieutenant épinglé travaille peut-être pour service de presse de son éditeur — aucune coquille corrigée dans son mail, uniquement espaces manquants. Ce qui signifie qu’il cause bien novlangue, mais n’est pas fortiche en compo’, boulot de petites mains traditionnellement féminines. C’est donc possible que Navet jase de Guionnet, à cause de ses propos antijuifs assassins. Surtout en pavé de 1 000 pages, où il ne peut pas se contenter des mièvres faurissonneries. Bah ! c’est tendance. Tu l’as compris en 2013, quand tu t’es maqué avec Revision, en qui t’as vu belle danseuse. Je ne dis pas que je suis beau dans mon tutu blanc, surtout que je ne rase pas mes poils, sauf ceux de mon visage, rarement quelques-uns de mon nez et de mes sourcils, mais question se posera fatalement : dommage que chambres à gaz n’ayent pas existé, mais après ? NDLR.)

      Commentaire par mohacs — 13 janvier 2014 @ 16:26 | Réponse

      • Faurisson qui, en octobre 2004, s’est « amusé » à lire le livre de Marc-Édouard Nabe, J’enfonce le clou, a relevé pas mal d’erreurs et d’approximations au sujet du révisionnisme :

        http://blanrue.blogspot.fr/2012/08/faurisson-rive-son-clou-nabe_31.html

        Ce florilège, non exhaustif, d’âneries, donne la mesure du sérieux de ce fils d’un dönme (Zannini père est né à Istamboul en 1923). Nom à consonance italienne, mais pif du père juif !

        (Juif ottoman est méprisé en Israël. À mon avis, israëloque a raison. Quant au dönme, il ne vaut pas un clou. Mais tout s’expliquerait. Descendant d’esclave de Sublime Porte, Navet voudrait jouer en cour des grands, quitte à parler de Guionnet dont nom est tabou. C’est possible, juif étant révolutionnaire avant de devenir riche, NDLR.)

        Commentaire par mohacs — 13 janvier 2014 @ 22:34 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :