Alain Guionnet – Journal Revision

18 décembre 2013

SE DÉFAIRE DU JUDAÏSME

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 20:22

Locution de Mohatch, très bien, mais impossible à réaliser. Certains juifs le souhaitent, comme nombreux goys de race pâle. Mais voyez énormité de la tâche. S’il s’agissait de liquider le juif pour y arriver, ce que Hitler n’a pas fait, ce serait simple. Mais non, il nous faudrait désenjuiver gens de quatre continents, Asie étant assez épargnée par infection mosaïque.

Essayez de voler Ancien Testament du calviniste, du luthérien, du catholique orthodoxe ou romain, il vous tuera ! Sans parler du mormon ou du témoin de Jéhovah, réputés moins assassins. Ou bien le Coran, pâle copie d’Ancien Testament, le musulman tribal, incestueux et pédophile vous décapitera avec son cimeterre, avant que votre cadavre repose en paix au cimetière. Impossible de se défaire du judaïsme en deux coups de cuiller à pot.

Que resterait-il au mahométan sans tout ce que lui a légué le judaïsme ? Sa barbe et son minaret, peut-être son tapis, car il n’a pas fait l’effort des premiers chrétiens de réviser le dogme juif. Jésus et Étienne en particulier. Avant le déclin du christianisme, quand il fut récupéré et caricaturé par l’empereur Constantin.

Les franc-maçons aussi se porteraient mal, car leurs temples s’écrouleraient, faute de colonnes pour les soutenir. La plupart de leurs grades dits écossais disparaîtraient, mais il en subsisterait quelques-uns. Ils pourraient garder compas et équerre, ou encore leur cercueil, instrument capital de leur initiation. Mais il seraient perdus sans leur Jérusalem céleste. Enseignements seraient supprimés, tandis que presse n’aurait presque plus rien à dire. Voilà ce qui arriverait si on se défaisait du judaïsme.

Ce à quoi Mohacs n’a pas songé. Et puis, il y aurait moins de guerres, indispensables pour les dirigeants du monde et surtout pour les pays, comme États-Unis et Israël, qui s’appuient sur leur système militaro-industriel — que France cherche maladroitement à imiter au nom de la morale, beaucoup plus que de ses intérêts. Voyez opération de Centrafrique, où massacres se poursuivent. Ils sont principalement œuvre de mercenaires étrangers, bien armés et sans doute bien payés, vraisemblablement avec pétrodollars venus d’Arabie Séoudite, dont l’émir a grandes prétentions politiques.

Allié des États-Unis, son rôle est de fabriquer ennemis visibles d’Israël et de la civilisation, chariatistes qui liquident et exterminent chrétiens d’Orient, mais aussi maintenant chrétiens d’Afrique, presque sans défense, avec leurs machettes contre des kalachnikovs. Or la position d’Hollande est ambiguë. En théorie, il devrait réclamer argent à Arabie Séoudite pour financer son intervention. Il négocie d’ailleurs avec l’émir, dont il ménage les mercenaires dans cette guerre tribale et de religion, qui est appelée à s’éterniser faute de solution finale. Sans le soutien, sinon symbolique, d’autres pays d’Europe, qui ne sont pas dupes de l’arnaque d’Hollande. Même Hongrie, qui songe à envoyer 50 hommes pour son renseignement militaire.

Voilà, Mohacs, un des avatars du judaïsme, ou plutôt du mosaïsme, arme dévastatrice. Sans lui, il n’y aurait quasiment plus rien. Or le public aime voir lynchages, lapidations, tortures, massacres, surtout quand ils se déroulent loin de chez lui. Mieux vaut ne pas lui ôter ce plaisir. Tu reproches à Faurisson de ne pas avoir compris qu’on peut se défaire du judaïsme. Peut-être y a-t-il songé, mais il croit sans doute la chose impossible. Idée gagnant cependant à être approfondie.

En 1983, le fonctionaliste Hans Mommsen, que Fofo traite de collabo, a répondu à ta prétention, que tu dis maintenant personnelle, pas sociétaire, dans son essai « La réalisation de l’utopique : la “solution finale de la question juive” en “Troisième empire” ». Je comprends maintenant pourquoi tu adores Fofo et n’aimes pas le fonctionalo, qui te traite d’utopiste. On ne peut pas se défaire du judaïsme, ni individuellement ni collectivement, point barre.

À notre avis, il s’agit de traiter cette maladie en commençant par interdire excision des enfants et en renonçant au sacrifice humain, avis que ne partagent pas les chefs des services de renseignement. Ce n’est qu’un début, car traitement ou régime spécial du juif sera long et difficile. Nous mourrons sans doute avant qu’il soit achevé (encore qu’impossible ne soye pas françois).

Prétendu ultradroitiste Mohacs en est en outre resté à l’antitalmudisme. Il n’a pas pigé que mosaïsme est beaucoup plus dévastateur pour le goy, que charbon le dévore !

19 commentaires »

  1. Non, je ne suis pas pédé et, Dieu merci, il n’est pas besoin d’en être pour haïr le judaïsme ! Par ailleurs, l’hébreu ne connait pas la majuscule et israël s’écrit avec un s (שְׂ, sine) et non pas avec un z (ז, zayin) !

    (Bilan des courses, t’es plus fort que moi en langues sémitiques, sauf sans doute en assyro-babylonien, tandis que je suis fortiche en hongrois, beaucoup moins en turc. T’as apparemment meilleurs tuyaux génétiques que moi sur Hitler. Je suis plus calé que toi en boche, bien que j’aye großen lacunes dans ce patois. Tu n’es pas pédé, je m’en doutais, mais c’est opportun de dire pédé ennemi du juif, ce qui est vrai et fait mal à l’ennemi. Je ne cause pas de la longueur de nos queues respectives, mais plutôt de nos magnifiques prépuces, dont élasticité est inégalable, même si je n’hésiterai pas à te donner nouveau coup de torchon aux fesses. T’es petite bière à mes yeux, alors que si j’étais ton prof’, je dirais « peut mieux faire ». Revision n’est pas éternelle, elle périra, mais se défaire du juif est excellente formule que tu n’assumeras pas seul, qui n’est plus ta propriété, NDLR.)

    Commentaire par mohacs — 18 décembre 2013 @ 20:49 | Réponse

    • Pas sûr que je sois plus fort que toi en langues sémitiques. En revanche, je suis très curieux et aime fouiner, surtout lorsqu’un détail me semble peu clair ou sujet à caution ! Et c’est ce qui donne la (fausse) impression que je le connais !

      (Tu avoues que tu frimes. Oui, tu es plus fort que moi en langues sémitiques, que j’ai apprises vaguement grâce à mes études d’assyro-babylonien et de turc, où je fus reçu en deuxième année. En assyrien, dit akkadien, je fus mauvais, pire qu’en turc. J’ai laborieusement appris magyar car j’y voyais langue argotique. En ayant vécu dans le pays pendant plus d’un an, ce qui aide énormément. Mais je ne suis pas doué pour les langues, sinon pour françois, issisois et argot. Je suis nul en bretok. Mais tu viens d’avouer. Selon toi je serais goy nullement stupide. Aveu que tu es juif, et je me rappelle comment tu remontas bretelles d’Avraham Malthête sur une de ses prétendues références, ce fut magnifique. Ne truchons pas, tu es juif, comme je le sens depuis le début. Tu prétends te défaire du judaïsme, idée que Revision partage en toute utopie. Et nous constatons dégâts, se défaire du judaïsme étant illusoire. En revanche nous concerter, juifs et antijuifs, sur façon de résoudre problème juif, est souhaitable. C’est d’ailleurs ce que nous faisons, mine de rien, NDLR.)

      Commentaire par mohacs — 18 décembre 2013 @ 21:47 | Réponse

      • Je serais juif parce que je ne te trouve pas stupide ? C’est ridicule et insultant, autant pour moi que ça devrait l’être pour toi ! Je n’ai pas davantage étudié les langues sémitiques à l’université. Fouiner, c’est un don, chez moi ! Et je m’efforce de l’utiliser au mieux, pour la bonne cause ! J’aurais pu faire du fric en travaillant pour le Yude, au lieu de me faire insulter bénévolement par le tyranneau génial d’Issy ! Je ne l’ai pas fait, parce que tu en vaux plus la peine que 1000 Shin Bêtes réunis !

        Commentaire par mohacs — 18 décembre 2013 @ 23:05 | Réponse

  2. Quand j’exprimais l’idée de se défaire du judaïsme, je parlais à titre individuel et non à l’échelle des idéologies destructives transnationales (communisme, stalinisme, protestantisme, islam, franc-maçonnerie…), encore que la chose soit possible, dès lors que les promoteurs de cette secte malfaisante y renoncent à leur tour ! Et je ne reproche rien à Faurisson, sinon son amitié avec l’infâme Tilleul, le Wisigoth ! En fait, tu me fais dire ce que toi, Guionnet, tu lui reproches ! Ce n’est pas la première fois que tu utilises ce biais pour faire passer tes griefs à l’endroit de tel ou tel ! Toutefois, se défaire du judaïsme doit être plus aisé que de s’affranchir du talmudisme, plus ancré dans les consciences car plus politisé !

    (Tu ne vas quand même pas imaginer que je renonce à toute forme de récupération, NDLR.)

    Commentaire par mohacs — 19 décembre 2013 @ 12:31 | Réponse

  3. Sensibilité pro-arabe à l’UMP? Réponse de Copé :

    (Israël le plus beau pays du monde ! Ce propos n’est pas celui d’un juif assimilé, comme ont autrefois dit de Copé des gens de droite nationale, NDLR.)

    Commentaire par Jules — 19 décembre 2013 @ 16:07 | Réponse

    • Chutzpah d’un crochu assumé, qui , il n’y a pas si longtemps encore, était favorable à l’enseignement de l’arabe à l’école :

      Il voulait sans doute préparer les autochtones à l’instauration proche du Califat sarrasin en Europe, voulue secrètement par les Juifs pour se venger de siècles de prétendues persécutions !

      (Bon, mon prochain coup de torchon sera moins fort. C’est toujours amusant de voir youtron « pro-arabe ». Mais n’oublie pas que connaissance du sarrazin aide énormément à apprendre hébreu. Je te soupçonne cependant de vouloir transformer Revision en Gazette des potins. Pourquoi pas ? Jacques Moulin trouve cette idée excellente, NDLR.)

      Commentaire par mohacs — 19 décembre 2013 @ 17:06 | Réponse

      • Des potins fort instructifs, par les temps qui courent… Hébreu et arabe sont effectivement langues sémitiques dites occidentales (aucun rapport avec le Vieux Continent) ! Encore que la première appartient au rameau septentrional et la seconde au méridional. La différence vient de la formation du pluriel : par la modification du suffixe des mots pour ce qui est de l’hébreu et par la modification du radical des mots, en ce qui concerne l’arabe (pluriel interne) !

        Commentaire par mohacs — 19 décembre 2013 @ 19:51 | Réponse

  4. Riri, qui est toujours là, veut profiter de sa prochaine comparution au tribunal, action intentée par la juive Cindy Léoni, pour faire le procès du judaïsme. Rien que ça ! Il veut, dit-il,  » faire un exemple !  »

    Et toi ? Quand est-ce que tu te décideras à faire un coup d’éclat, propre à hisser ton nom dans le panthéon des résistants à la juiverie internationale et corruptrice des peuples ? C’est bien beau de jacasser sur ton blog, mais ça ne suffit plus ! On ne refait pas le monde avec de bons mots, mais en agissant sur le terrain !

    On peut moquer l’initiative de Riri, mais, au moins, il a les couilles de faire quelque chose !

    (Bravo Riri ! Il veut concurrencer M’Bala M’Bala, il a raison. Mais regarde ses tifs, ils blanchissent à vue d’œil. Ça la fout mal pour un assez jeune motard, qui se prend pour un chevalier. Note que tes fesses rougissent dans ma réponse au lieutenant, qui m’a pris plus de temps que de répondre à tes sornettes, vipère peut-être même pas lubrique, NDLR.)

    Commentaire par mohacs — 19 décembre 2013 @ 17:37 | Réponse

    • Plusieurs choses ! Pourquoi es-tu si obsédé par la canitie des autres ? qu’est-ce que ça apporte au débat ? Riri a tout de même 46 berges ! Ne dit-on pas d’ailleurs que les cheveux blancs viennent en réfléchissant trop ? Tu en as peut-être moins que lui, mais tu es plus dégarni. Mais trêve de futilités ! D’ailleurs, je constate encore une fois que tu me reproches tes propres travers : la frivolité de ton propos vaut largement mes potins. Ensuite, tu affirmes que Riri veut concurrencer Dieudonné. Là, je te rejoins, d’autant que le premier est aussi aux abois financièrement parlant. Les convictions n’empêchent pas le profit ! Contrairement à toi, qui jouis d’une relative tranquillité, Ryssen croule sous les procès. Ça a un certain coût. Enfin, si tu réponds plus promptement à mes commentaires qu’à ceux des autres, c’est peut-être parce que je t’inspire plus, sans vouloir manquer de respect à notre ami Julot !

      (C’est vrai, je commente peu les messages du sergent. Que veux-tu que je réponde à BN, dont je viens de m’apercevoir que j’ai deux cartes de lecteur périmées ? Je connais mieux le francophone Liszt que Jules, j’adore voir le magyar francophone écrire Tzigane, même si je n’écris jamais tzigane avec Cap’, tzigane n’ayant ni patrie ni frontières, comme le juif. Mais je répands graphie tzigane, qui me semble plus juste que tsigane. Ça marche, sauf avec toi, doubleplus idiot, qui persistes à causer du tsigane. Tu me contestes même sarrazin, auquel tu préfères sarrsin, tes fesses vont rougir plus et plus, NDLR.)

      Commentaire par mohacs — 19 décembre 2013 @ 19:37 | Réponse

      • Je m’en tiens à la simple translittération des mots ! Tsigane vient du grec τσίγγανος (tsiggános) ! Or, σ est sigma minuscule, 18e lettre de l’alphabet grec, qui correspond au s de l’alphabet latin !

        (Tu vois bien que magyar est langue argotique, qui a piqué ce mot au grec. Tu me diras qu’il n’y a pas de différence entre tzigane et tsigane en françois, sauf pour ultrapuristes. Je préfère parler des tziganes, car ils sont plus nombreux en Hongrie qu’en Grèce à ma connaissance. Et puis, presse a longtemps prétendu que musique hongroise était tzigane, ce que le sergent vient de réfuter. À noter qu’enfin commentateurs sportifs commencent à prononcer décemment noms hongrois, comme ils le faisaient depuis longtemps avec noms turcs, France ayant été amante d’empire Ottoman, puis de Turquie, depuis François Ier. Mohatch, par exemple, n’est pas transcription parfaite de phonétique du nom hongrois, mais ça y ressemble. On ne peut mieux faire. J’aime bien que tu pinailles sur les mots. J’y regarderai à deux fois désormais avant de corriger tes mots comme relai, mais tu es coquillard. Un peu moins que Wisigoth, mais tu le bats parfois. Bref, si les antiques argotiers disoient tsigane, on ne saurait appeler le gars qu’ainsi. Sauf dans les cas particuliers, comme le tzigane d’Espagne, gitan, ou encore le manouche ou le romanichel, que je connais mal. Il existe trois grands dialectes tziganes en Hongrie, avec tas de variantes, tandis que linguistes hongrois étudient influence tzigane sur la langue des voleurs, qu’ils appellent parfois argó, mais de moins en moins, car françois est de plus en plus déprécié. Et puis, ils ont du mal à piger qu’Argot est nom d’un royaume. Encore plus que langue hongroise ne soit pas finno-ougrienne mais argotique. Je te remercie de l’avoir rappelé. Mon bras devient flasque pour te donner coup de torchon. Que tu mérites, car tu n’avoues pas que Fofo a tort de rejeter en bloc les fonctionalistes. Tu me refiles bébé réviso. Tu penses que je suis le plus apte à le noyer dans eau du bain. Blanrue, Ratier, Riri également. Même Raye-Nous partage cet avis sans le confesser. J’ai initié Riri, Ratier et Raye-Nous au révisionisme antijuif, voyes le résultat. Interroge-les, ils avoueront. Ils veulent frimer, jouer les indépendants, ne surtout pas être « hordards », mais ils sont écuyers. Hauptkommandantur se trouve bel et bien à Issy. Temps approche où tu devras avouer que Fofo a eu tort d’envoyer chier le fonctionalo, que tu n’as pas lu, contrairement au lieutenant, NDLR.)

        Commentaire par mohacs — 20 décembre 2013 @ 10:44 | Réponse

        • Non, je n’ai pas lu l’ensemble de l’œuvre de Faurisson, pas plus que la littérature fonctionnaliste dans son ensemble. C’est pour ça que je suis mal placé pour juger l’attitude de Fofo envers les fonctionalos. Je t’ai donné l’exemple d’Hilberg, mais ce n’est sans doute pas suffisant pour s’en faire un idée ! Raison de plus pour laisser à Danny (ou à Julot) le soin d’en parler ! Pour le reste, tu commets pas mal de coquilles aussi !

          (Julot n’est pas fortiche en révisionisme, ni toi, ni le lieutenant. Mais Danny fait son boulot, il a constaté que chez le fonctionalo il y a grain à moudre. À son grand étonnement, dit-il. Mais tu commences à avouer ta faute, c’est bien. On trouve plus de matière pour connaître politique antijuive hitlérienne chez le fonctionalo que chez Fofo, ce polémiste. Citation de Danny laisse cependant à désirer. À toi, tentacule-chef, de trouver essai de Mommsen. Ton aveu de culpabilité viendra après, dont on se fiche un peu, NDLR.)

          Commentaire par mohacs — 20 décembre 2013 @ 12:24 | Réponse

          • L’histoire est là, tout le temps. Chaque activité humaine n’est pas historique, mais toute l’activité humaine est historique. Aussi est-il regrettable que Faurisson, prétendument historien, soi-disant pape du révisionnisme, s’affiche avec keffieh, réussissant ainsi ce tour de force incroyable de discréditer la science historique qu’il prétend défendre, scientifiquement. Nous sommes hélas obligés de constater qu’à quatre-vingts piges et des poussières, plus arrogant que jamais, le vieux perd les pédales. La vieillesse est un naufrage disait l’autre, le mulâtre Dieudonné en fait son beurre, Soral cherche, quant à lui, à faire prospérer sa petite boutique des horreurs, le juif se marre, ainsi va le monde, ainsi va le Spectacle.

            Toutes proportions gardées, c’est comme si le médiéviste stalinien, Jacques Le Goff, s’était exhibé, étoile rouge à la boutonnière, caricaturant ainsi son étude en « grand soir », ce moment mythique de l’idéal révolutionnaire. Force est donc de constater que Faurisson n’est que polémiste, sensible au Spectacle. Dommage pour le révisionnisme. Tout historien, digne de ce nom, ne se compromet pas à ce point et se doit de garder une parfaite rectitude scientifique. Guionnet joue parfois, au poker souvent, mais il reste très sérieux, c’est là son seul luxe ! Il aura, nous l’espérons pour lui, pauvre homme, les moyens de se procurer l’ouvrage publié par la MSH, c’est bien le moins, encore disponible sur le net il me semble.

            Le fonctionnalo n’est pas révisionniste — il soutient partie du dogme exterminationniste —, et il ne ne le sera sans doute jamais, ça se saurait. Nonobstant, comme disait jadis le vieux syndicaliste André Bergeron, il y a du grain à moudre, et pas qu’un peu. Le guide d’Issy a du flair, il a bien compris que Mommsen et sa bande teutonne défrichaient un territoire gigantesque d’archives, jusque là inexplorées, et que la bêtise dogmatique interdisait d’appréhender. On remarquera d’ailleurs que Mommsen n’est pratiquement pas traduit en français. Comme toujours, avoir des œillères mène droit à l’impasse.

            Pour faire plaisir au guide d’Issy et à la bande :

            « Hitler ne s’est pratiquement pas intéressé à la mise en œuvre de son programme antisémite ; ses interventions occasionnelles ne laissent supposer l’existence d’aucun projet concret. L’important est pour lui, ici comme toujours, l’aspect propagandiste. Son rôle dans le boycottage du 1er avril 1933, échec lamentable et précipitamment interrompu, est révélateur. »
            Essai 6 : La réalisation de l’utopique : la « solution finale de la question juive » sous le Troisième Reich.

            Liste des 10 essais :
            1. La décomposition de la bourgeoisie à partir de la fin du XIXe siècle ;
            2. L’échec de la République de Weimar et la montée du national-socialisme ;
            3. Le NSDAP, un parti fasciste ;
            4. La place de Hitler dans le système de pouvoir national-socialiste ;
            5. L’incendie du Reichstag et ses conséquences politiques ; (Vive notre camarade (ultra-gaucho) conseilliste/anarchiste individualiste Marinus Van der Lubbe ! NDLR) ;
            6. Déjà cité ;
            7. Modernité et barbarie. Le point de vue de l’histoire contemporaine ;
            8. Représentation de la société et projets constitutionnels ;
            9. La résistance allemande et le dépassement de l’Europe des États nationaux ;
            10. La grande ombre de la République déclinante.

            (Merci Danny, mais trêve de compliments, je ne suis pas génial. J’ai couilles et batoches, c’est tout. Bêtise destinée à montrer, car on se saurait avoir que couilles ou batoches. Tu as saisi fond de question révisote, alors que tentacule-chef botte en touche en déclarant son amour de Fofo, coup de torchon violent sur ses fesses est prévu. Ça fait plaisir de jaser avec gars intelligent. Mais dis-moi, t’es-ti pas bretok ? Tu peux aussi bosser pour DCRI, ce que je ne te reprocherai pas. Tu vois juste, là est essentiel. Tu sors argus-massue auxquels je n’avais pas pensé, bravo ! Aux toutes dernières nouvelles tentacule se replie un peu en ce qui concerne son amour de Fofo, mais elle n’avouera jamais qu’elle a tort, tandis que c’est parti, je vais chercher Momo en boche, NDLR.)

            Commentaire par Danny — 20 décembre 2013 @ 15:26 | Réponse

            • Je précise que j’admire Faurisson pour le combat révisionniste qu’il a mené jusque-là avec une grande fermeté et non pas tant pour la qualité de ses travaux ! Mais je ne me départirai jamais de cette admiration, ne t’en déplaise, ô grand Ississois ! Ce qui, du reste, n’enlève rien à l’estime que j’ai pour toi, sinon je ne te tiendrais pas le crachoir à longueur de journée ! Sympa ton intervention, Danny !

              Commentaire par mohacs — 20 décembre 2013 @ 16:13 | Réponse

          • Je ne peux avouer faute qui n’existe pas ! J’avoue mes lacunes en la matières, certes, mais c’est tout ! D’ailleurs, ce n’est un secret pour personne, puisque j’en ai déjà parlé à maintes reprises.
            Eh oui, tu es notre maitre à tous, en matière de révisionnisme !

            Le site ci-dessous ne propose que de larges extraits du bouquin de Mommsen  » Le national-socialisme et la société allemand « , puisqu’il est protégé par la propriété intellectuelle :

            http://books.google.fr/books?id=RQ8RlNYoJBAC&pg=PA8&lpg=PA8&dq=Hans+Mommsen,+Le+national-socialisme+et+la+soci%C3%A9t%C3%A9+allemand&source=bl&ots=Bs88xQmgW_&sig=Pg3OCAZMvMTjCwFvXITJIIDRZvM&hl=fr&sa=X&ei=sFe0UsOBL_LK0AXZ2YHwDQ&ved=0CFcQ6AEwBA#v=onepage&q=Hans%20Mommsen%2C%20Le%20national-socialisme%20et%20la%20soci%C3%A9t%C3%A9%20allemand&f=false

            C’est mieux que rien !

            (C’est mieux que rien, coups de torchon seront moins forts que prévu, mais il manque le chapitre qui m’intéresse. Fouine en boche, peuchère ! Mot désormais bretok, comme pute vierge ! Coup d’œil avant de chercher texte original. Préface d’Henry Rousso, merde ! Et puis, non seulement le livre est mal traduit, mais il s’agit d’une traduc’ partielle. À croire que les Français sont les derniers des cons, NDLR.)

            Commentaire par mohacs — 20 décembre 2013 @ 15:48 | Réponse

            • Contrairement à son grand-père, le spécialiste de l’histoire romaine, Theodor Mommsen, qui a claqué y a 110 piges et dont les ouvrages, du reste, dépassés, demeurent accessibles sur le net, ceux de Hans ne sont pas disponibles et encore moins dans leur langue d’origine ! Renouvelle ton abonnement à la bibliothèque, tudieu !

              (T’as pas songé aux vacances scolaires, morbleu ! Je suis prêt pour aller à Asnières, mais la bibliothèque est fermée. Restent Institut Goethe et BN, mais je suis fâché avec les deux, avec BN en particulier, à qui je ne donne pas coups de torchon, mais de fouet. Toutefois je crois comprendre, tu veux m’inciter à molester conservateurs de BN pour que je soye emprisonné. T’es ordure. File-moi chapitre de Mommsen en boche, c’est ta seule chance de survie, NDLR.)

              Commentaire par mohacs — 20 décembre 2013 @ 17:03 | Réponse

              • Je ne l’ai pas, comme je viens de te l’expliquer. Si je peux te faire emprisonner, c’est que j’en ai le pouvoir. Dans ce cas, je t’aurais fait coffrer depuis longtemps et pour un motif bien plus anodin !

                (Voilà que tu causes comme Malthête. T’as été incapable de mettre ta paluche sur Mommsen in extenso. Je vais essayer en boche, au lieu de te faire la morale. Aussitôt dit aussitôt trouvé, Die Realisierung des Utopischen: Die “Endlösung der Judenfrage” im “Dritten Reich” [1983] se trouve en ligne gratos. Seulement il faut remplir formulaire d’inscription pour le lire, boulot de tentacule auxiliaire, pas du guide. Vois au passage à quel point novlangue boche est facile à comprendre, La réalisation de l’utopique : La “solution finale de la question juive” en “Troisième empire” ; titre éloquent, signifiant que solution finale du problème juif est utopique. Mommsen a répondu à ta vaine prétention : il est impossible de se défaire du judaïsme. Tu dis que c’est ton ambition personnelle, pas sociétaire, mais tu ne peux pas vivre en dehors de la société. Même si tu te convertis au bouddhisme et pars vivre au Tibet. Désolé de te décevoir, bien que ton idée soit bonne et qu’il s’agisse de l’explorer plus avant, NDLR.)

                Commentaire par mohacs — 20 décembre 2013 @ 18:07 | Réponse

                • Ma nullité est bien la preuve que je ne suis d’aucun service de renseignement et c’est d’ailleurs ce que je me tue à te dire de puis le début !

                  En ce qui concerne le conflit centrafricain, il est bon de savoir que le général Mahamat Moussa Dhaffane, ancien chef de la Croix rouge locale et membre de la coalition rebelle Seleka, a fait ses études en… Arabie Séoudite ! D’ailleurs, le pouvoir légitime renversé l’accuse de vouloir propager le wahhabisme ! Sans parler des islamistes tchadiens qui ont infiltré ses rangs.

                  Commentaire par mohacs — 20 décembre 2013 @ 19:38 | Réponse

  5. Voici une page d’histoire d’une rare densite :

    http://mauricepinay.blogspot.fr/2013/11/schonborn-and-bnai-brith-ancestors.html

    (Texte en langue barbare, mal vu, comme le présumé complot contre l’église, qui fut et demeure complice du judaïsme. Vincent Reynouard l’apprécierait peut-être, lui qui réclame à cor et à cri à être gazé au Zyklon B dans le bain spécial attenant au créma’ 2 d’Auschwitz 2. Encore qu’il parle de Birkenau et de chambre à gaz située dans le créma’, car il fait mine d’ignorer la riche documentation soviétique à ce sujet, l’idiot feignant de croire que l’histoire commence au procès du TMI de Nuremberg, dans ses grandes lignes en 1946. Exemple de parfait crétin. Aussi j’attire votre attention sur le fait que Revision aussi complote contre l’église, raison pour laquelle Rome n’a de cesse de se prosterner devant la coterie juive, car si elle se défait du judaïsme, Rome est mal barrée. À moins que, comme jadis, elle mette en avant Étienne, réviso du judaïsme, NDLR.)

    Commentaire par h — 20 décembre 2013 @ 07:48 | Réponse

  6. Non, je n’en suis pas resté à l’antitalmudisme (prison mentale des juifs athées) ! J’ai dit qu’il était plus difficile de s’en défaire que du judaïsme « classique », dit mosaïsme (prison mentale des juifs orthodoxes) ! Regarde BHL, le dandy athée, qui a proclamé son amour du Pilpoul rabbinique dit Talmud. Quant à l’idée de leur faire renoncer à la circoncision de leurs chiards, arrête de rêver ! Ils préfèrent encore prostituer leurs femmes ! Pour eux, le déprépuçage équivaut à alliance divine, le signe distinctif de leur élitisme. Faudra les contraindre à abandonner cette pratique barbare.

    Commentaire par mohacs — 21 décembre 2013 @ 10:44 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :