Alain Guionnet – Journal Revision

7 décembre 2013

EXTERMINATION, QUAND TU NOUS TIENS

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 13:25

Tout le monde rêve d’exterminer gens, ou les anéantir, comme on dit en bochegyar. Nous hésitons longtemps avant de liquider quelqu’un. Nous avons toléré pendant des années l’impertinent fonctionnaire juif d’AIU dit Avraham Malthête avant de le vaporiser. Idem avec Georges Theil dit Bouteille, témoin réviso, car nous pensions que tout réviso n’est pas stupide. À tort, voyez sa photo.

Unknown-1

Flatteuse, car Theil von Grenoble était jeune à l’époque. Notez ses yeux, qui brillent d’intelligence. Fidèle illustration du sectateur faurissonien qui n’a pas lu Fofo, car c’est fatigant. En dehors de presse pipole, Theil ne lit rien. Bac + 5, il se retranche derrière grands noms, comme Grevisse dit Écrevisse, dont il n’a pas lu l’excellent ouvrage, qui « se trouve quelque part dans sa bibliothèque », dit-i.

Ledit Mohacs réussit en revanche. Il voulait bosser pour la DCRI, qui vient de le recruter, car il sait cliquer et il ne fallait pas qu’il cliquât outre mesure pour Revision. Massisois présumé Israelowicz dit Mohacs est content, il a obtenu ce qu’il voulait.

Troisième roue du carrosse, Luc Pfister. Nous avons dit choses fausses à son sujet, mais le tenons pour malade mental, pas pour psychopathe, comme dit un de ses collègues énessard. Au contraire, Pfipfi défend honneur de race alsacote, pour laquelle antijudaïsme est naturel, comme pour le bretok. Connards énessards sont suspects quand ils le dénigrent. Mais ils collaborent à Revision, là est essentiel.

Et si on refesait histoire. Hâbleur Paul Rassinier est fils d’École normale d’instituteurs, comme père d’Alain Guionnet. Maintenant École normale supérieure entre dans la danse, bienvenue au club !

En liquidant Theil, Revision envoie chier ÉNA, en préférant ÉNS, sous réserves. « Psychopathe » Pfister comprend patois boche, contrairement à nombre de ses collègues. Quand il dit que Revision est ce qu’on trouve de mieux en matière de révisionisme (écriture Normale sup’) et d’antijudaïsme, il a raison. Pfipfi est peut-être fol comme Nietzsche, mais pas psychopathe. Formé à Henry IV, où la deuxième femme de Pierre Guillaume, négresse, était prof’ d’histoire, Pfipfi semble presque respectable.

En tout cas plus que Theil, qu’Israelowicz a raison de le traiter de juif, car il est porc comme le juif.

6 commentaires »

  1. Super texte comme d’habitude, surtout ta mise au point sur Theillette ! Mais si tu veux que je revienne, inutile d’échafauder des hypothèses grotesques sur mon compte, en espérant que je revienne pour démentir. Quand je disais que j’étais retenu pour des raisons professionnelles, DCRI n’y était pour rien ! Contrairement à Theillette, je n’espionne pas pour le compte du système (en l’occurrence, Figaro). J’ai un boulot, moi, espèce de tire-au-flanc ! Oui, j’ai eu raison sur Theillette, comme d’habitude, serais-je tenté d’ajouter ! Mon jugement sur les personnes est infaillible ! C’est d’ailleurs pour ça que le Shin Beth et la DCRI s’entre-déchirent pour mes beaux yeux bleus !

    Commentaire par mohacs — 7 décembre 2013 @ 15:50 | Réponse

    • En revanche, ton pathétique appel du pied envers Pfipfi, le feuj alsacot — tu pensais, à tort d’ailleurs, que j’avais définitivement déserté ton blog et tu voulais sans doute trouver un nouveau bouffon en la personne de Luc Lafeuille dit Couronne —, ne donnera rien, parce que son nouveau joujou Boulevard Yidler l’accapare. Il semble, en effet, avoir quelque peu délaissé la Sororité, devant le succès inattendu de son pastiche de Boulevard Voltaire ! Et le fait est que piller des pavés chiés par des collègues plus talentueux que soi, ça prend du temps !

      Commentaire par mohacs — 7 décembre 2013 @ 16:04 | Réponse

  2. Au fait, je viens d’apprendre que Dieudonné, par le biais de sa société Productions de la Plume, gérée par sa crochue de femme, a déposé un dossier de protection de la marque Quenelle (et Quenelle +) auprès de l’INPI, les 18 et 25 octobre derniers, sous les classes 32 (bière), 33 (alcools et vins) et… 38 (internet). Il va certainement lancer un business de vente de boissons alcoolisées pour « dissidonts » (dirait notre ami Bob). Y a bon le pognon ! Je parie que c’est Noémie Montagne qui a eu cette géniale et, au demeurant, fort lucrative idée ! Parait que Soral veut aussi sa part du gâteau, vu qu’il revendique, à qui veut l’entendre, la paternité du concept. Ça a fini en insultes, par mails interposés. Pour la petite histoire, ils furent, dit-on, anciens amants !

    (Voilà ce que je craignais. Quand tu es livré à toi-même, tu verses dans le pipol : affaires d’argent, alcool, femme de M’Bala M’Bala juive, barbarisme de Bobo, pédérastie de Dieudo’ et Soral, ce mentor. Remarque, avec son nom, M’Bala M’Bala aime se faire gamahucher. Seulement, Revision ne revendique aucun de tes propos, qu’elle tient, jusqu’à preuve du contraire, comme ceux d’un malade mental peut-être pire que Pfifi, souffrant d’hypertrophie cérébrale. Tu t’es dit que c’est shabbath, que tu peux te défouler comme un loubavitch, car synagogue fermera les yeux. Tu n’as rien dit en revanche sur la double hypertrophie dont souffrait Hollande jusqu’en février 2011, sans doute par crainte que ta maladie soit diagnostiquée. Enfin tu apparais sous ton vrai jour, maintenant que Malthête et Theil sont vaporisés. Mais fais attention, le couperet peut toujours s’abattre. Ton message est cependant communiqué, sous toutes réserves possibles et imaginables. Il est, nous semble-ti, à décrypter, car renfermant sans doute quelques bribes de vérité. D’ailleurs nous avons un témoin, Élie Semoun, qui a relaté vol commis par son grand ami Dieudonné. Et puis, lui et Soral sont hommes d’affaires. Pour le reste, si bourreaux me posent la question de savoir où te trouver, je te balancerai. Je dirai à Massy, sans que je sache s’il s’agit de Massy-Verrières ou Massy-Palaiseau. J’ajouterai que t’as peut-être œils bleus, ce qui réduit énormément le champ des investigations. Te voilà prévenu, Israelowicz. Tu es libre de dire sottises yom shabbath, mais pas moi. Encore que bande à Dieudo’ me soit hostile depuis des années et que je ne la crains pas. Quant à celle du néostalinien Soral, elle est inexistante. LDJ ne m’emmerdera pas pour tes bêtises, car elles servent ses intérêts. J’ai seulement peur de DCRI, mais elle ne viendra pas m’emmerder à ce sujet, car elle te connaît beaucoup mieux que moi. Mais on ne sait jamais, DCRI étant aux ordres d’Eunuque Roi, NDLR.)

    Commentaire par mohacs — 7 décembre 2013 @ 17:17 | Réponse

    • Mais le pipol permet d’expliquer bien des choses… D’autant que ton article n’abordait aucun sujet de fond ! Concernant le très probable adénocarcinome de la prostate (cancer) dont souffre Mouillande, c’est tout aussi pipol, sinon plus ! Et tu sais très bien que mes infos sont fiables. Alors arrête de feindre l’étonnement !
      J’admire Dieudonné en tant que vulgarisateur humoristique du révisionnisme, mais en tant qu’ultra-droitiste, je le méprise pour son « antiouacisme » ! Une ambiguïté qui semble échapper à ton entendement de gauchiste.

      (Tu te dis ultradroitiste, médiocre courant de pensée par rapport à ultragauchisme, qui sévit en France plus qu’ailleurs. Ultragauche est utopiste, c’est vrai, mais c’est elle qui fait avancer le schmilbick, mot alsaco-bretok, NDLR.)

      Commentaire par mohacs — 7 décembre 2013 @ 21:54 | Réponse

  3. Esprit cochon, esprit barbare du « pig brother ».

    « Sort enviable ! Destinée radieuse ! Étroitesse idéale de l’espace, enfermement béni ! Lorsqu’on est un cochon doué de raison, engraissant dans un local de deux mètres sur deux où toutes les libertés sont permises, on peut se féliciter de l’existence et… raisonner.

    Et il raisonne, ce « cochon très ordinaire », citant au besoin Eschyle ou Lénine… Et ses réflexions pleines d’humour, ne sont pas dénuées de sagesse. Que sait-on, en effet, de l’influence sur les jambons de la position du seau par rapport à la mangeoire ? De la maturation du fumier sur le lard et la pensée ? Des conséquences du moindre laxisme sur l’Édifice tout entier ?

    Humble représentant de la race porcine, quel exemple, quelle rigueur ! Quelle abnégation même ! Et quel admirable respect pour la hiérarchie bien sentie. Car être cochon, monsieur, c’est d’abord un devoir ! »

    Quatrième de couv’ de Stratégie pour deux jambons, Roman cochon par Raymond Cousse ou de la supériorité, au moins drolatique, de l’ultragauche sur l’ultradroite.

    Qu’on se souvienne également de La ferme des animaux du camarade Eric Blair !

    S’il ne prétend pas au « Ne travaillez jamais ! », cher aux situationnistes, l’ultragaucho réduit le travail à la parenthèse qu’il mérite, car il sait que nous vivons dans un monde policièrement dominé par la suprématie du travail.

    Ce que ne comprendra jamais l’ultradroitiste, ne parlons même pas de Georges Theil, c’est qu’une jeune gueuse affranchie puisse dire à sa maman au creux de l’oreille : « Ah !! ma petite maman, que c’est bon de faire l’amour avec tous ces ENRAGÉS !!! »

    (Bienvenues les histoires de cochon, en revanche je ne suis pas persuadé que nous vivions dans un monde dominé par la suprématie du travail, à moins de donner à travail son acception d’origine, travailler étant tiré du latin populaire tripaliare, torturer. Laquelle demeurait vivace dans les esprits en ancien françois, quand jongleurs distrayaient nobles avec leurs chansons de geste. Car c’était le manant qui travaillait de façon pénible, pas le chevalier, ce que Debord a fait mine d’oublier. Si travailler signifie être torturé, alors bien sûr, ne travaillez jamais ! Mais c’est interprétation de potache, travail n’ayant pas que cette acception. En germain schaffen a un côté positif contrairement à arbeiten, ces deux verbes signifiant travailler. Mais schaffen signifie en même temps créer, éprouver un certain plaisir dans son activité. Notion sans doute en partie d’origine païenne, car travail est non seulement indispensable mais a dimension naturelle. J’ai été un des premiers à rendre Arbeit macht frei par le travail rend libre, de façon catégorique. J’avais raison et tort, car je dusse dire Travail rend libre, article étant superflu. Précisions visant à signaler que la notion de travail est compliquée et qu’il n’existe pas d’équivalent de schaffen en françois [je n’ai jamais entendu quelqu’un dire je crée, sauf peut-être quelques artistes, mais je bosse, je trime, je vais au charbon, au turbin, etc.]. Ensuite, le Parti socialiste national ouvrier germain sacralisa le travail plus que Big Brother ou Pig Brother, qui sacralise escroquerie et mensonge, beaucoup plus que travail de ses esclaves. Sur les enragés aussi j’ai des doutes. Ceux des Beaux-arts ont fait bonnes affiches, mais qui étaient ces enragés de la révolution de mai 68 ? N’étaient-ils pas furieux à cause de l’embargo mis par le général De Gaulle aux livraisons d’armes par la France à Israël ? Je n’en eus qu’une impression confuse à l’époque, mais m’opposai à l’éclatement d’une guerre civile, tout en étant favorable à la contestation du système, qui me semblait archaïque, avec ses coteries, ses corporatismes, plus que sa corruption à ce moment-là, mais elle va avec, etc. Cela dit, lieutenant, je te félicite, car tu as défendu honneur de France avec tes cochonneries, spécialité de notre race, NDLR.)

    Commentaire par Danny — 8 décembre 2013 @ 10:54 | Réponse

    • Il n’était pas rare aussi d’entendre, en ces années exaltantes et exaltées des grèves sauvages, lorsque les langues se déliaient avec cette gouaille propre à l’époque, je vais au chagrin. Preuve que le travail était souvent perçu comme fondamentalement désagréable et qu’il était agréable de le répéter contre les bonzes des bureaucraties syndicales.

      Pour le reste, j’entends bien tes réserves sur la suprématie du travail en 2013, et j’approuve, chef.

      (Merci, lieutenant, NDLR.)

      Commentaire par Danny — 8 décembre 2013 @ 18:56 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :