Alain Guionnet – Journal Revision

30 novembre 2013

CHAUD ANANAS ET SOLEIL

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 15:26

Chaud ananas de trouve partout, y compris chez Soral. Bande des bougres était là jeudi au procès de la gueuse Chemin intenté par Herr Fofo pour injures, la salope l’ayant traité de « menteur professionnel », « falsificateur » et « faussaire de l’histoire ». Insultes basiques, prétendus historiens comme Isaac, Lavisse, Vidal-Naquet et autres ayant été faussaires de l’histoire.

Bande de M’Bala M’Bala était là, elle aussi ; elle a chanté faux La Marseilloise face à poignée de p’tits juifs arabes, sûrs de leur impunité. Vous avez films en ligne sur Soral et ailleurs. Avant d’en causer, nous attendions autres informations que celles d’AFP, pourtant singulières.

Fofo y est présenté comme « historien révisionniste », alors que tout le monde sait que c’est faux. Il est polémiste, selon le réviso, négationniste, selon le judéocideur.

Le fonctionnaire s’est adressé à ses collègues du tribunal de Paris pour juger son différend avec Anne Chemin, journaliste du Démon présumée goye. Femme étant fragile, elle est perdante en théorie.

Dommage que Guionnet et sa « sœurette » Mohacs ne fussent point là, car n’ayant pas été prévenus par Bouteille, mais autres gars ont fait le boulot. Une cinquantaine, dit Bouteille. Voyez films, certains étaient de race bretoke. Qui n’est pas la meilleure, sauf peut-être en France, où elle est âme de la République. Elle porte maintenant bonnet rouge, signal d’alarme.

Récapitulons : M’Bala M’Bala venait d’être condamné à 28 000 euros d’amende par la cour d’appel de Paris pour son « shoahnanas ». Pour diffamation, provocation à haine et discrimination raciales. Tout était programmé pour qu’il vînt à l’audience. Ce qu’il a fait, avant de partir avant la fin. 28 000 euros, qui s’ajoutent à d’autres condamnations, signifient mort civile d’homme d’affaires. Tragédie dont on parle peu en France, ruine passant pour maladie honteuse.

Faurisson se montre compatissant envers le mulâtre. Comme il l’a fait dans le passé avec gens l’ayant soutenu. Surtout que Dieudo’ rassemble « gens de couleur », comme dit Bouteille, pas seulement fachos et nazis, que dénoncent agitateurs de coterie juive.

Conflit est indécis, car tribunal jugera sans doute coupable salope Chemin d’avoir traité Faurisson de « menteur professionnel », parce qu’il est fonctionnaire.

Là-dessus survient Veuve, via AFP. En grande partie irrégulière. C’est elle qui a rédigé communiqué tendancieux d’AFP. Complotiste, comme elle le fut en 1967 contre De Gaulle, elle s’inquiète du sionisme forcené de Hollande, qui menace les intérêts de France. Aussi qualifie-t-elle Faurisson d’historien révisionniste.

Seule vérité officielle du moment compte. Elle a changé depuis le 11 septembre, date à laquelle fut décidé que p’tit con juif arabe ne prétendra plus jamais édicter loi en France.

9 commentaires »

  1. Ah bon ? Bouteille aurait dû prévenir ? C’est lui qui rédigeait les invitations ?
    On a filmé le prof’ et sous-titré en allemand

    (Bravo tentacule-chef ! c’est le meilleur film tourné sur l’affaire que j’ai vu à présent. Fofo a la pèche. Son nouvel avocat se débrouille pas mal, sa distinction entre injure et diffamation est plus claire que ce que dit le veuvard d’AFP. C’est bien finalement que je n’y fusse point, car je n’y avais pas ma place, litige opposant fonctionnaire, que la justice ne saurait dire menteur professionnel au risque de se discréditer, à journal né de l’alliance gaullisto-bolchevike. Faussaire de l’histoire, oui, Faurisson l’est, comme son nom le suggère, surtout vu jurisprudence du tribunal, mais pas menteur professionnel ! D’où je déduis que la Chemin et le Démon seront condamnés à un euro de dommages et intérêts à cause de menteur professionnel. Secondairement de falsificateur, mot trop fort, faussaire de l’histoire ne signifiant pas nécessairement falsificateur. Ce n’est pas Eichmann-Bouteille qui a décidé de ne pas nous inviter, mais Hitler-Faurisson, comme dans l’histoire des camions, Eichmann et Bouteille n’ayant pas eu voix au chapitre. Herr Professor avait raison, c’était son show, voyes au passage influence de Revision, qui appelle Fofo depuis des lustres Herr Professor. Résultat, le boche est premier à le traduire, surtout qu’HP parle surtout d’holocauste que subit le boche en 1945. C’est docteur Caron qui m’en a récemment parlé. Fofo le décrit quand il parle de la mère qui jette son enfant enflammé au phosphore dans l’eau, avant de le sortir, et qu’il se réenflamme. Confirmation que, bien que guerre soye déclarée entre Faurisson et Guionnet, elle n’est nullement holocaustique, NDLR.)

    Commentaire par Dubreuil — 30 novembre 2013 @ 17:52 | Réponse

  2. Theillette avait trop peur que je le rosse devant Faurisson (ce que je n’aurais pas fait, par égard pour ce dernier) ! Je vois d’ailleurs que tu t’es « réconcilié » avec ce cafard. Peut-être voulais-tu convaincre Theillette qu’en allant à l’encontre des souhaits de Mohacs (vaporiser ce cafard couard) que tu n’étais pas moi ?

    (J’attends de Bouteille des informations, c’est tout. Quand il n’en donne pas et ne fait qu’insulter, il va à la corbeille. Prends garde aussi à ne pas trop l’injurier, NDLR.)

    Commentaire par mohacs — 2 décembre 2013 @ 19:58 | Réponse

    • Pourquoi ? il va me rosser ? J’attends de voir ça ! Et je ne l’insulte pas. Je me borne à constater des faits. Quant à la recherche de documents ; il ne m’atteint pas à la cheville et le pire, c’est que tu le sais !

      (Bouteille est vieux et nul, mais barjots jouent rôle important dans le spectacle. Tu n’arrêtes pas de jaser de rosser, mot d’origine magyare. J’ai encore vaporisé son dernier message. Soit il souffre d’Alzheimer, soit il est gâteux, comme on dit vulgairement, NDLR.)

      Commentaire par mohacs — 2 décembre 2013 @ 21:33 | Réponse

      • Mohacs est jeune et génial. Si ! Si ! (pas Sissi).
        Il « recherche des documents », sans blague… et bien sûr ne trouve rien… Et super crétin par dessus le marché !
        Il feint de nous expliquer que rosser est d’origine hongroise (sic) ! Il n’a jamais entendu parler de Roß, mot allemand qui signifie cheval, ou mieux coursier, et qui est de la même racine que Hross (vieil allemand) devenu horse en anglais. Rapidement le français rosser a signifié taper sur un vieux cheval (il n’y a pas si longtemps on appelait vieille rosse un vieux canasson, qu’il y avait lieu de « rosser » justement pour le faire avancer.) Rosser « d’origine magyare » (sic) c’est l’étymologie à la Guionnet, qui n’a sûrement pas un dictionnaire étymologique sous la main. Le pauvre. Et Sa Suffisance qui va vite fait cacher la petite leçon que je viens de lui passer. Il se plante ouvertement et engueule celui qui lui en fait la remarque.

        (Robert admet que rosser s’est répandu sous l’influence de rosse, nom dont l’acception première fut mauvais cheval, pas nécessairement vieux, en aucun cas coursier, comme en ancien germain où Hross signifiait cheval en général, comme horse en engluche, en hongrois. Pourquoi cette différence d’acception ? Parce que rossz signifie presque toujours mauvais en magyar, rarement méchant [de sort, par exemple] et que les chevaliers françois du duc d’Anjou qui dominèrent la Hongrie en collaboration avec les chevaliers magyars connaissaient quelques mots hongrois, comme , bon, bien, rossz, mauvais. Sachant le Magyar champion en équitation, mais aussi en élève du cheval, et que le Teuton appelait le cheval Hross, dont la prononciation est proche de rossz, rosse en françois [e s’expliquant pas la féminisation arbitraire du mot, la rosse étant sujette à sautes d’humeur]. Hé oui, il faut sortir des dictionnaires pour découvrir histoire et philologie, surtout que langue hongroise est maudite. J’ai vaporisé deux de tes trois derniers messages car tu me faisais procès d’intention et déformais mes propos. Je reproduis celui-ci car il permet d’apporter menu éclairage sur question controversée. J’en profite en même temps pour répondre à Mohacsounet. Je n’ai pas répondu à sa question de l’éventuelle origine sabbataïste de certains dirigeants wahhabitiques d’Arabie Séoudite. D’abord parce que je ne sais rien à ce sujet. Pourtant cette accusation est tentante et peut-être en partie fondée. Mais je suis intransigeant sur un point. Sabbatai est prénom de Tsevi ou Zevi, or on appelle les gens par leur patronyme, pas par leur prénom, truc de propagandiste pouvant bosser pour le Shin Beth. Au demeurant, on dit aussi sabbathéen ou sabbatéen, en novlangue, plutôt que sabbataïste. On devrait donc évoquer le tsevisme, tzevisme, voire czevisme, ou zevisme. J’ai ajouté tzevisme et czevisme, même si je me conforme à la mode en parlant toujours du tsar de toutes les Russies, mot qu’on peut écrire tzar. Simultanément, je répands graphies tzigane, d’inspiration hongroise, et sarrazin, depuis longtemps répandues. Je délaisse en revanche les magyarismes czar et czigane, preuve que je suis françois magyarisé, nullement irrédentiste hongrois, mais l’ancienne gueuse de Charkeuz Cecilia Cziganer, en mode hongroise germanisée ou yiddishisée, vraisemblablement les deux à la fois, nous a rappelé que pareille écriture est possible, NDLR.)

        Commentaire par Dubreuil — 3 décembre 2013 @ 14:53 | Réponse

        • Pauvre Guionnet ! On voit qu’il est bien malheureux.
          Mais czar n’a rien d’un magyarisme !) puisque ce mot vient tout droit du latin Caesar prononcé à la romaine (d’où Kaiser chez les Allemands). Et franchement, tzar ou czar c’est très proche quand on prononce le tz légèrement chuinté. Rien de magyar là-dedans !
          Quant à tzigane, ça vient tout droit de gitan, disons de gyptian (« égyptien » déformé) car au Moyen-Âge les Européens ont cru de ces gens qu’ils venaient d’Egypte (car basanés) : (e)gyptian – gitan – tzigtantzigan…. les anglo-américains disent gypsies, qui est le même mot. Là encore on voit la proximité comme entre tzar et czar, de tzigane et czigane. Je résume en trois lignes car il y a une page très serrée là-dessus dans mes gros dicos d’étymologie… Je les accepte comme justes a priori, c’est tout, je n’ai pas la « Suffisance » de les méconnaître ou de qualifier des mots de « magyarismes » sans preuves.

          (Abruti des dicos comme Pennaod et Pfifi, tu avoues implicitement que ma thèse de rosse tiré de rossz est recevable, secondairement que tzigane ne vient pas nécessairement d’Égypte, alors qu’il est sans doute originaire d’Inde, d’une classe de parias. Mais partons d’histoire d’Europe centrale et orientale, où cette population, tenue pour parasite, a prospéré avec ses rapines. On l’appelle en hongrois cigány, mot sans rapport apparent avec Égypte, dont la lettre c se prononce tz ou ts. Comme celle de cár, tsar, qu’on écrivait czar en moyen-hongrois. Ce qui ne change rien à la prononciation de la lettre, cz et c étant identiques en moyen-hongrois et en hongrois moderne, ville Debreczen ou Debrecen étant la même. Au point qu’écrire czar est devenu presque redondant en hongrois, mais pas en françois, où czar est plutôt bon chic bon genre, ou snob, raison pour laquelle Revision n’a jamais employé cette graphie. Et puis souviens-toi comment juifs hongrois amerloques s’efforcèrent d’accréditer montage holocaustique de 1945. Hilberg en 1961, Braham en 1963. C’est là que se trouvent ennemis d’ultragauche révisote, voire d’ultradroite, en supposant qu’elle existe. Même si ce fut le cas en 1921 en Hongrie, voire en 2000 en France, selon le Démon ; avec Frédéric Chatillon, guide du GUD converti au révisionisme, qui devint agent d’Assad par la suite, avant de s’exhiber à poil il y a près de deux ans dans un bar de Saint-Tropez, selon Danny. Aussi ultradroite ne s’étonne pas en voyant ultragauche en pointe du combat réviso, ultradroito antijuif étant cata’, shoah en hébreu. Nous approchons de guerre entre ces deux courants de pensée, ou bien d’alliance, histoire nous le dira. Et puis arrête d’employer mots que tu ignores. c de czar n’est pas s chuinté, contrairement à ch. Il se prononce plutôt comme c devant voyelle claire ou neutre, à l’exception de la u. Nous sommes au moins d’accord sur une chose, graphies de tsar et czar sont possibles. Pas szar en revanche, surtout que szar signifie merde en hongrois, langue où cette matière n’est pas adorée comme en françois, où elle est réputée porter chance, NDLR.)

          Commentaire par Dubreuil — 4 décembre 2013 @ 17:34 | Réponse

  3. Zut ! j’avais oublié le lien avec Ryssen qui cause

    http://www.dailymotion.com/video/x17wd1i_au-pays-de-cindy-leoni_news

    (C’est bien d’avoir envoyé ce lien. J’avais vu ce film où l’image cesse de tourner assez vite sur Cattos. Dommage que Riri ne précise pas si Cindy Leoni est négresse, ce qui semble être le cas. Auquel cas joli coup tordu, Bney Brit aura envoyé au feu négresse juive pour exterminer Riri, qui prétend représenter droite nationale mais est ancien gauchiste. Le quidam porte chapeau pour cacher ses cheveux blancs qui apparaissent sur ses tempes. Il est usé par son combat, pas par alcool et tabac, contrairement à un autre ayant moins de cheveux blancs que lui, bien que d’un âge plus avancé, mais par ses défaites, qu’il devrait imputer au menteur professionnel Hollande plus qu’à Taubira. Révélation de France info ce matin : après avoir été l’objet de soins ambulatoires, le frankiste fut hospitalisé une semaine à Cochin en février 2011 pour être opéré de la prostate, une semaines avant qu’il se lançât dans sa campagne pour être candidat à l’élection présidentielle. Pour « hypertrophie bénigne », répond Élysée. Pour cancer avancé, diagnostique Revision. D’où tout s’explique. Hollande ne bande plus depuis longtemps, d’où sa volonté de tuer tout le monde, à commencer par les ennemis d’Israël. Non seulement sa verge est définitivement molle, tandis qu’il prendra place en corbillard dans moins de dix ans, mais Charbonnaud dite Trierweiler le méprise de plus en plus. D’un autre côté, Aigle Noir ne desserrera pas ses serres, tandis que Cattos, nous semble-t-il, est ancien anar’, lui aussi au cheveu en partie blanc. L’idiot fait cependant réclame pour « Boulevard Yidler » de Pfifi, pas pour Revision, revue à laquelle il fut longtemps abonné. Te rends-tu compte à quel point, Bouteille, anciens gauchistes et ultragauchistes sont en pointe dans le combat réviso ? Ils sont les plus forts au plan des idées, surtout depuis que Vidal-Naquet a voulu confondre antirévisionnisme et antifascisme. Or on peut être réviso sans être fasciste ou hitlérien. L’ambassade d’Israël vient d’envoyer réclame à Revision. Elle est prête à négocier avec l’ennemi, comme l’a fait le docteur juif hongrois Resö Kasztner en 1944-1945 en collaborant avec la SS, qui fut malheureusement assassiné par un judéocideur en Yisraêl en 1957, NDLR.)

    Commentaire par Dubreuil — 3 décembre 2013 @ 14:55 | Réponse

  4. Zut ! J’avais oublié de présenter Cindy Leoni, gros morceau vraiment pour le frêle Hervé :

    04/07/12

    « D’origine israëlo-sénégalaise Cindy Leoni est un pur produit de l’école républicaine laïque. […] elle se bat contre le racisme et les discriminations […] Encartée mais pas dogmatique, elle mène de front combat politique, au sein du Parti socialiste, et engagement associatif contre les discriminations »

    Var Matin

    Commentaire par Dubreuil — 3 décembre 2013 @ 15:00 | Réponse

  5. Pour Guionnet, jeune et fringant érudit, un petit papier qu’on m’a passé il y a peu :

    « Toujours pas reçu de compte rendu du Pr Faurisson de l’audience
    du 28 novembre mais nous ne perdons sûrement rien pour attendre.

    « Le procès qu’intentait le Pr Faurisson à Ariane Chemin, du quotidien Le
    Monde
    qui l’avait, entre autres, qualifié de “menteur professionnel” et de
    “falsificateur”, était à peine terminé que le journal, dans son magazine
    hebdomadaire daté du 30 novembre, consacrait 7 pages + sa couverture à faire
    un vibrant éloge de la XVIIe chambre, précisément celle qui rendra son
    verdict le 16 janvier prochain !

    « Autrement dit:

    « Dans l’incapacité où s’est trouvée Ariane Chemin d’apporter la preuve du
    moindre mensonge, de la moindre falsification du professeur tout au long de
    30 années de publications (qui peut en dire autant ?), le quotidien n’a
    trouvé qu’une seule solution: la flagornerie, la tentative de subornation de
    la présidente, Mme Anne-Marie Sauteraud, celle qui devra rendre son jugement
    le 16 janvier. Après ces 7 pages dithyrambiques, comment cette présidente
    pourrait-elle résister à une telle offensive de charme et condamner le
    Professeur sans mettre en danger la belle réputation de la XVIIe chambre ? »
    ————–
    T’as-t-y compris, Sissi ?

    (D’où sort ce commentaire ? Indique toujours ta source, sinon tu seras vaporisé. Nous n’avons pas temps de lire tes âneries. Pour les juges, deux locutions posent problème. « Menteur professionnel », qui ne passera pas, par réflexe corporatiste, car juge a statut comparable à professeur d’université. Or ni l’un ni l’autre ne sauraient être appelés ainsi. « Falsificateur » aussi. Exit « faussaire de l’histoire », juges et professeurs pouvant reconnaître cette insulte fondée. Je te signale en outre, silly goy, qu’on écrit t’as-ti compris ? NDLR.)

    Commentaire par Dubreuil — 3 décembre 2013 @ 16:48 | Réponse

    • Guionnet encore une fois cuistrissime et pas honnête… Il dévie le coup à chaque fois ! Quand on lui explique, références à l’appui, que le passage de Caesar (prononcé à l’antique, d’où Kaiser) à Czar n’est en aucun cas un « magyarisme », il répond à côté…

      Et le coup de pied de l’âne, à la fin : Sissi ignore ce qu’est le y (du latin hic ou ibi qui se sont fondus en bas-latin) dans une expression comme « t’as t’y compris » : as-tu compris « en cette affaire » , ou as-tu compris « ici »… Et au fait comment écrirait Guionnet dans cette chanson :
      http://www.lyricsmania.com/jy_vas-t-y%2C_jy_vas-ty_pas_lyrics_marie_bizet.html ???
      La graphie « t’as-ti compris ? » est réservée à CM1…. et encore avec un prof’ pas mal ignorant, n’ayant pas entendu parler de Grevisse par exemple…

      Concernant le papier plus haut (avec la référence réclamée) il est issu de mon service. Au cas où Sissi ne l’a pas compris, je fonctionne comme une agence de presse révisionniste (pas formelle pour le moment), avec des correspondants internationaux et bien sûr nationaux, les recoupements sont faits par moi. J’ai donc des correspondants et des informateurs d’un côté ; des « récepteurs » de l’autre à qui j’envoie quasi-gratuitement des papiers sensibles. J’agis aussi par intervention sur des journaux tels Le Monde, le Figaro, Libé, Nouvel Obs, Rivarol, quelques blogs parfois… au moyen de réactions ou lettres de lecteurs ; Mohacsissi a mordu à l’hameçon il y a quelques jours et ce simplet a cru ainsi que j’étais un collaborateur du Figaro (sic !). Faul’faire !

      (Dernier message d’insultes de ta part que je reproduis, car il fait apparaître ta fatuité. Ignorant tout, tu crois tout savoir, phénomène fréquent. Tu t’imagines à la tête d’une agence de presse révisote, alors que tu déshonores la cause que tu prétends défendre avec ton ignorance crasse. Je laisse de côté le u grec y, qui s’est longtemps prononcé u en engluche et qui continue à l’être en germain, bien que ce que tu dises à ce sujet soye faux. Je n’ai même pas relevé ta bêtise sur la prétendue origine égyptienne qui aurait autrefois été prêtée au tzigane. Remarque, c’est possible, vu que plus bobard est gros, mieux il marche. Surtout avec toi, lecteur de presse pipole. Tu cherches à impressionner les idiots qui te lisent en citant grands noms, comme celui de Maurice Grevisse, auteur du Bon Usage, un de mes livres de chevet que tu n’as jamais lu. Ti se trouve dans l’index des noms cités. Grevisse écrit : « Dans les tournures interrogatives ou exclamatives, la langue populaire se sert surtout de la particule ti [diversement orthographiée par les auteurs qui en usent pour donner à certaines phrases la teinte de parler populaire]. Cette particule, dont l’emploi remonte au XVe siècle, trouve son origine dans la finale des formes telles que dit-il, aime-t-il : la prononciation vulgaire ayant cessé de faire entendre l final (sort-i, dit-i), la syllabe ti a été considérée comme caractéristique de l’interrogation. De la 3e personne du masculin elle s’est étendue à toutes les personnes, au masculin d’abord, puis au féminin : ». Suivent nombreuses citations, cloporte. Et je partage avis de Grevisse, ti est meilleure graphie. Dans ça va-ti ou voilà-ti, formes interrogatives ou exclamatives étant de règle. Aussi dis-je plutôt ne voilà-ti pas que… Grevisse n’en jase pas, mais phénomène un peu comparable s’est produit avec dieu, parfois appelé di [gnieu en moyen-issisois]. Di a avantage, surtout que son existence n’est pas claire, car « Dieu est verbe », aussi dieu dit, ou di, t étant muet. Trucs qui te dépassent. En revanche, tu t’imagines avoir compris en lisant Revision pour ta prétendue agence de presse, que traiter Fofo de faussaire de l’histoire n’est pas condamnable. En revanche, le dire menteur professionnel l’est, comme à un moindre degré falsificateur. Seul hic, juges sont au service du menteur professionnel Hollande, de telle sorte que cette locution peut passer à leurs yeux pour nullement insultante. Dans ta bêtise, tu causes de Mohacsissi, barbarisme. Tu aurais dû écrire Mohacssissi, cs étant lette à part entière en hongrois, correspondant à tch. Comme ch en françois, sh en engluche, sch en germain. Tu ne tiens pas agence de presse révisote, ou bien si, car tu ne fais que plagier maladroitement. Ton choix est maintenant simple : soit je te vaporise, soit tu ouvres ton carnet de chèques, en sachant que plus il y aura de zéros avant virgule au sheik que tu m’enverras, plus tes impertinences seront tolérées. Quant à Mohacssissi, il a récemment cessé de t’insulter pour « raisons professionnelles » ; gageons qu’il a été embauché par la DCRI, ce dont il rêvait. Toucher gros salaire à ne rien foutre, hormis cliquer à droite à gauche sur n’importe quoi, lui plaît beaucoup plus que bosser pour Revision au grade de tentacule. En ce sens tu as raison de voir en lui un lâche, NDLR.)

      Commentaire par Dubreuil — 5 décembre 2013 @ 14:55 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :