Alain Guionnet – Journal Revision

11 novembre 2013

MULTIPLICATION DES PROTOCOLES

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 15:19

Tout en réécrivant depuis des semaines « Vidal-Naquet fonctionnaire », futur « Manifeste réviso », nous vous faisons part de nos découvertes. Historiographe juif hongrois Randolph Braham fut le premier à parler des protocoles d’Auschwitz, mais des juifs en avaient forcément parlé avant. Surtout que montage holocaustique est escroquerie à l’assurance reposant sur faux témoignages, car visant à obtenir réparations financières de la part de compagnies d’assurances, de banques et de nombreux États. Ce qui repose sur l’adoption de protocoles d’accord.

Cette expression fut employée par Rezsö Kasztner, sans doute à son procès pour collaboration tenu en Israël en 1955. « Protokolle von Auschwitz, Treblinka, Lemberg etc. » se trouve en Der Kastner-Bericht über Eichmann Menschenhandelt in Ungarn, Le rapport Kastner sur la traite des esclaves d’Eichmann en Hongrie, 1961 (57). Expression n’ayant échappé ni à Braham (A magyar holocaust, Budapest 1988, t. 2, 104), ni à Enrique Aynat (Akribeia n° 3 d’octobre 1998, 132). Nous avons rendu Protokolle par procès-verbaux, d’interrogatoires faits par des amis s’entend. Même si Braham écrit Auschwitz protocols.

Tel fut le cas du protocole d’Auschwitz rédigé fin avril 1944, attribué à Walter Rosenberg et Alfred Wetzler, qui se sont peut-être évadés d’Auschwitz le 7 avril 1944, mais il s’agit d’œuvre collective s’appuyant sur d’autres témoignages. Il y avait eu avant « protocoles » d’Auschwitz,  Treblinka, Lvov, etc., mais ils ne sont pas passés à la postérité. L’accusé Kasztner employa ce mot à dessein, en sa qualité de sioniste socialiste, en songeant au Protocole des sages de Sion, comme tout le monde.

Né à Kolozsvár, en Transylvanie, en 1906, Kasztner s’engage dans le mouvement sioniste pendant l’entre-deux guerres. Avocat et journaliste à Budapest, il est exclu du barreau en décembre 1940 et sa publication Új Kelet, Nouvel Orient, interdite. Il est appelé au service du travail en juillet 1942 pour construire fortifications le long de la frontière roumano-hongroise. Démobilisé en décembre 1942, il retourne à Budapest, où il crée le Comité de secours avec Joel Brand en janvier 1943, organisation sioniste tolérée par le régime. En sa qualité de président du Comité de secours, ou de sauvetage, comme dit Démon, Kasztner est interlocuteur privilégié de la SS. Son ami Brand part pour une région de Syrie nommée Palestine en latin, afin de négocier avec les sages du Foyer national juif qui s’y trouvent, échange de 10 000 camions contre 1 million de juifs hongrois. Mais Brand n’y parvient pas, car il est arrêté à Istamboul, qui le livre aux Britanniques. Conduit en Égypte, Brand est relâché, mais pas l’espion juif du Service de sécurité du Reich Bandi Grosz qui l’accompagne.

Kasztner se trouve seul à Budapest à négocier avec la SS, qui, à défaut de camions, se contentera de francs suisses et de dollars. Il se déplace librement jusqu’à fin de guerre en Hongrie, en ancien Reich et en Suisse. Fin 1944, il quitte Suisse pour Hongrie, mais s’arrête à Vienne, quand il apprend que Budapest est encerclée. C’est Kasztner qui permet libération de Belsen en décembre 1944 de 1 684 juifs proéminents pour la somme de 1 000 dollars par tête, dans un train parti en Suisse, de voitures voyageurs.

L’accusation portée contre Kasztner de collaboration avec l’ennemi par un journaliste d’extrême-droite israélienne en 1953 ne tient pas, car Kasztner a collaboré dans l’intérêt de Yisraêl. Comment expliquer autrement le grand nombre de juifs hongrois, de condition plus modeste que ceux de Belsen, libérés de Buchenwald en décembre 1944, janvier, février et mars 1945 ? Traître pour certains youtrons, héros pour d’autres, Kasztner est jugé en 1955 en Yisraêl. Condamné en première instance, il est en grande partie blanchi en appel. Peu après, Zeev Eckstein l’assassine, le 5 mars 1957. Voilà victime du canular ! s’exclame Butz dans Hoax (152). Nous sommes tentés de dire voilà victime du judéocide !

Voilà comment juifs se tuent entre eux. Comme tous les peuples de la terre, sauf que juifs et musulmans sont doués en la matière. Butz dit quelques mots du marché des « camions contre juifs hongrois » (103). Tombe alors nouvelle shoah, nous ne savions pas qu’Ábrahám avait publié The destruction of Hungarian jewry, La destruction de la juiverie hongroise, à Jew-Pork en 1963, Butz nous l’apprend (170). Braham causait peut-être de protocoles d’Auschwitz à ce moment-là, mot qu’il a de toute façon emprunté à Kasztner.

Kasztner connaissait les trois acceptions de protocole, germano-hongroise, franco-engluche et juive. Ce socialiste y a vu arme pour sa défense dans son procès. Si vous me condamnez, a-t-il dit en substance à ses juges, je dénoncerai le protocole talmudique auquel je suis en partie opposé, en ma qualité de socialiste national juif ayant sauvé de nombreux juifs et participé à la création d’État Israël en 1948. Je suis parfaitement informé de vos protocoles bidons pendant la guerre, mais n’en ai cure. J’étais bien placé pour les recevoir et pour les savoir faux.

Rançon du sionisme. Herzl fut tué par les sionistes, selon sa femme, Nordau victime d’une tentative d’assassinat à Paris par un juif exalté, Kasztner assassiné par un youtre.

Il n’y eut donc pas deux protocoles pendant la guerre, celui de « conférence de Wannsee », comme dit Braham, qui évite de jaser de protocole, alors que le mot est titre du document (Besprächungsprotokoll), et celui d’Auschwitz, mais beaucoup plus, tous avec acception juive du mot (ensemble de mesures à appliquer pour conquérir l’hégémonie mondiale).

Nous écrivons ces lignes au moment où le juif Laurent Fabius se montre intransigeant avec Iran pour des broutilles. Guerres sont souvent déclenchées de cette façon. France, c’est-à-dire Hollande et Fabius, est soutenue par l’amerloque Mac Cain, qui porte bien son nom.

Espérons que bientôt protocole des sages goys s’imposera.

2 commentaires »

  1. Maurice Joly a-t-il plagié Jacob Venedey ?
    https://archive.org/details/macchiavelmontes02vene

    Bien à vous,
    C.D

    (Tu m’emmerdes Pfifi avec tes questions à la con. Je ne connaissais pas Venedey. Que Joly lût boche n’est pas exclu. Il était de races méridionale et de l’est de la France, même si dans son coin on ne jasait point boche. Mais Joly était avocat plumitif, tandis que germain machiavélique est facile à comprendre. En plus, il a édité son bouquin à Bruxelles, proche de bochie. Tu es presque toujours vaporisé, mais pas cette fois. Trouve rapports possibles entre bouquins de Venedey et de Joly, je n’en ai pas la force. Je n’arrive même pas à fignoler « Manifeste réviso », entre autres à cause de l’histoire des camions, sur laquelle j’ai de grosses lacunes, NDLR.)

    Commentaire par Céline Drumont — 1 décembre 2013 @ 12:15 | Réponse

    • Céline Drumont, si c’est bien la même personne qui postait régulièrement sur Propagandes.Info, est quelqu’un de respectable ! Elle (ou il) n’a rien à voir avec le juif Pfister !

      Commentaire par mohacs — 2 décembre 2013 @ 20:30 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :