Alain Guionnet – Journal Revision

10 novembre 2013

GOY, PRESSE ET PURGE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 20:34

Sage de Sion est fort en espionnage. Il baragouine plusieurs langues, en comprenant à quel point elles sont liées, y compris aryennes et touraniennes. Il sait que dieu est verbe. Il n’investit pas à perte dans la presse, c’est elle qui lui permet de gagner, pas seulement de l’argent.

Il n’y a apparemment aucun goy en face, car il n’est pas syndiqué, de surcroît narcissique. Il veut lire gratos papiers sur toile. Édouard Lafeuille se débrouillait pas mal, mais il a fermé sa boutique faute de sous. Le zététiste Paul-Éric Blanrue, super branché, à longtemps frimé. Il réclame maintenant pèze pour s’abonner à son blog, où il conte anecdotes, tout en donnant parole à Dieudonné et Faurisson. M’Bala M’Bala est plus en forme qu’avant. Lors de son dernier procès à Paris, pour chaud ananas, petite foule goye est venue le soutenir. Nervis juifs, souvent arabes, furent mis en déroute. Très bien, défense de cause révisote prend tour politique, seule qui nous permettra d’aboutir, car tout le monde se fout de ce que pensent les gens.

Idiot Guillaume s’imagine que croire à chambre à gaz d’Auschwitz ou non a quelconque importance. Mais non, tout le monde la sait bidon, voyez notes d’Office Strategic Services amerloque de 1944.

Coterie juive paye ses scribes en exigeant travail de recherche, tandis que sa prétendue homologue goye n’existe pas. Du coup, révisos sont à la traîne. Personne ne poursuit investigation révisote en France, sauf Guionnet, de race françoise ultragauchiste. Conformément à son idéal, il prétend se foutre de l’artiche, mais il est ruiné par la coterie juive et par l’État français, son vassal. Aussi Revision risque de disparaître parce que Guionnet sera jeté à la rue, clochardisé, à cause du syndicat goy qui n’existe pas.

Guionnet aura combattu plus de 25 ans pour cause perdue. Il cherche à savoir comment fut opérée la « purge » du juif en 1942, expression tirée des archives nationales amerloques, purge correspondant à évacuation en jargon hitlérien.  Mot inusité par Faurisson. Comme brûlage des cadavres, auquel il préfère crémation, voire incinération, employé uniquement pour les ordures ménagères ! Raisons entre autres de la joie du judéocideur, qui  prétend que Faurisson incarne le révisionisme, mais c’est faux. Purge ou évacuation des juifs d’Europe dans les territoires conquis d’Union Soviétique, en direction de l’est russe, se déroula à grande échelle à partir d’août 1942, eu égard au trajet des juifs déportés de France pour motif racial. Elle fut poursuivie en 1943.

Les documents amerloques contiennent des perles, comme celle-ci, tirée d’OSS 61701 du 27 septembre 1943 : « Les camps destinés aux juifs, qui furent construits au temps de la “purge”, étaient plus précisément camps d’exécution.* » « * Ceux-ci sont vraisemblablement camps de travail. » (Akribeia n° 3 d’octobre 1998, 198). Ladite purge aurait débuté fin 1941, ou tout au moins était envisagée à ce moment-là, sinon avant, comme de nombreux documents et discours l’attestent, mais prit de l’ampleur en 1942, surtout à partir d’été 1942.

 

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :