Alain Guionnet – Journal Revision

6 novembre 2013

CHIENS DE PAVLOV

Pavlov est surtout connu pour ses chiens. En novembre 2013, il en a encore. Guionnet, qui vient de corriger coquille du futur Manifeste réviso, car il avait écrit Ayant au lieu dAynat, faute fatale. Police politique de Dupont et Dupond, passionnée par Revision, l’a remarquée.

Guionnet se méfiait de la version française diffusée par Serge Thion des « Protocoles d’Auschwitz. Une source historique ? » petit livre d’Enrique Aynat paru en 1990. Ne le trouvant pas sur Aaargh, il a tenté le coup en espingouin. Ô miracle ! Il a trouvé le texte diffusé par Aaargh. Il a vérifié les citations de Thion faites par Gaillard. Elles sont conformes. Guionnet s’est seulement demandé pourquoi Aynat n’indique apparemment pas le pseudonyme de Wetzler, Josef Lanik. Parce qu’il n’avait pas lu Randolph Braham, inventeur présumé de l’expression protocole d’Auschwitz ?

Guionnet se dit je verrai plus tard. Je ne vais pas me taper les 62 pages du pamphlet d’Aynat, surtout que le patois espingouin contient mots obscurs. Je vais d’abord répondre à Gaillard en consultant A magyar holocaust. Le malheureux découvre alors qu’il s’est planté. Lanik est pseudo’ de Wetzler.

Guionnet commence à faire son boulot de scribe. Il sait qu’il a dit bêtises, au moins approximations, sur Korherr. Il les corrige, puis revient sur protocolos d’Aynat pour voir s’il cause de Lanik. Hélas ! le texte a disparu, chiens Dupont et Dupond ont fait leur boulot. Mais Revision appelle à l’aide ses agents, comme l’amerloque John Smith, qui, lui, a libre accès au texte.

Troisième chien de Pavlov, CNRS, ramassis de crapules. CNRS est aux manettes. C’est lui qui publie ouvrages judéocidaires, éventuellement révisos. C’est lui qui est supposé défendre intérêts de France, État de plus en plus bidon. D’où locution : « Tu bosses pour CNRS, t’es chien de Pavlov. »

Nous avons eu en partie tort quand nous partîmes du principe qu’opposition entre judéocideurs et révisos en France était chamaillerie de fonctionnaires, en faisant mine d’oublier justice et CNRS. Comme quoi les chiens de Pavlov sont très nombreux en France, tandis que Guionnet est toutou comparable à Milou.

Jacques Moulin

10 commentaires »

  1. C’eeeeeeeeeeeeeeeeest ça ! Noie bien le poisson, pour faire oublier ce que j’ai dit sur mon blog ! C’est curieux, depuis que je t’ai mis à jour comme une bite derrière une braguette de catho, on n’entend plus des « pfipfi » de-ci et des « pfipfi » de-là ! Saltimbanque menteur ! Hypocrite obèse ! Faux-fossoyeur ! Gratte-rouleaux ! Marmiton d’aberrations ! Gâte-sauce du révisionnisme d’alcôve !

    (Message reproduit pour le Witz, en aucun cas pour le vit. Voyez ce que produisent ÉNS et HÉC, ça fait pitié. Tu te souviens Pfipfi de Nuit des longs couteaux ? Peut-être qu’Hitler n’avait pas tort, NDLR.)

    Commentaire par M0HACS — 6 novembre 2013 @ 15:00 | Réponse

  2. Concernant Guionnet, la recherche documentaire n’est pas vraiment son truc. Une première chose à vérifier avant d’attaquer un sujet, est de savoir si quelqu’un d’autre de compétent n’a pas déjà fait le travail. J’explore ma bibliothèque et je trouve en quelques secondes un ouvrage couleur rouge brique :

    Akribeia n° 3, octobre 1998 20.00EUR

    Enrique Aynat : Les « Protocoles d’Auschwitz » sont-ils une source historique digne de foi ? (Les documents. – Établissement et détermination des meilleurs textes. – Critique externe, critique de provenance. – Critique interne, confrontation des textes. – La question de la véracité des Protocoles. – La rencontre présumée au monastère de Svaty Jur. – Les déclarations de Rudolf Vrba et d’Alfred Wetzler. – Vérification des témoignages. – Conclusions.) — Illustrations. — Appendices. — Notes de lecture (ouvrages de Carlo Mattogno, Valentina Pisanty, Carlos Porter & Vincent Reynouard, Gerd Honsik, Pierre Guillaume, Jean-Marie Boisdefeu, Robert Faurisson, Régis Baty, Guy Bousquet, James Bacque, E. Thomas Wood, Alexander Baron, Dominique Vidal, Philip E. Johnson, Richard Webster, Olivier Dard, Roland Gaucher, etc. ; nombreuses revues).

    248 p.
    ———————————————
    Guionnet est donc confronté ici — QUINZE ANS APRÈS !!! — à forte partie… Mais Sa Suffisance n’en a cure. On comprend mieux, maintenant, qu’il se mette de nouveau à son tic : parler de lui-même à la troisième personne… sans blague… Bientôt on va avoir droit au pluriel de majesté, des fois que…

    Guionnet ne doit pas être au courant qu’Aynat avait suscité là la plus vive admiration de Faurisson !
    Donc, et à coup sûr, si Aynat fut très apprécié du professeur, Guionnet — réflexe de Pavlov — va à coup sûr essayer de démolir Aynat, avec des « arguments » enfantins . Eh oui ! L’ennui c’est que Guionnet travaille avec une vieille scie édentée et rouillée, et Aynat avec une perceuse ultra-moderne…

    (Qu’est devenu Aynat ? Ne s’est-il pas retiré ? Tu n’avais pas lu cet ouvrage qui dormait dans ta bibliothèque. Je te comprends, car les faux témoignages sont rébarbatifs. Je vois qu’Aynat a lu Braham, mais il n’a pas prêté assez attention à sa note sur Wetzler dit Josef Lanik, auteur du remarquable livre « Auschwitz, tombe de quatre millions d’hommes », paru en 1946. C’est dommage. Il n’a pas non plus signalé que c’est Braham qui aurait inventé l’expression de protocole d’Auschwitz. Aynat commence par dire « ce qu’on appelle Protocoles d’Auschwitz sont… » C’est qui on ? De quand date cette appellation ? Deux questions auxquelles il aurait dû répondre dès le début, tandis que définition de protocole dans les principales langues concernées s’imposait, car ce mot n’a pas été choisi au hasard. Voilà ce qui m’intéresse, les conditions de rédaction et le mode de diffusion d’un texte, car je me fiche des faux témoignages. Je vais lire l’étude, fais-en autant, en gardant à l’esprit qu’il n’y a qu’un protocole qui compte vraiment, le premier, de Rosenberg et Wetzler, comme le souligne Braham, quand il dit qu’il fut « de très loin le plus significatif ». Autre aspect de ma démarche : je dégrossis, NDLR.

    Commentaire par Dubreuil — 7 novembre 2013 @ 15:56 | Réponse

  3. Tiens, voici un lien qui pourrait t’intéresser, même si je me doute que tu en connais les grandes lignes :
    http://lepetitrevisionniste.blogspot.fr/2006/06/serge-thion-une-allumette-sur-la.html

    Et n’écoute pas Dubrutus. C’est un crétin !

    (Les révisos ont l’habitude de dénoncer des faux témoins. Ce qui est en partie peine perdue, car ils sont très nombreux et personne ne croit à leurs bobards. Il s’agit tout au plus de faits divers. J’avais entendu parler de cette affaire Gallo mais elle ne m’intéressait pas hier, pas plus que maintenant. Je lis Aynat en ce moment. Il a fait recherches approfondies, mais je ne compte pas évoquer contradictions et invraisemblances du premier protocole d’Auschwitz, écrit en prévision du bannissement des juifs de Hongrie, contexte capital pour le comprendre. Aussi je ne changerai pas grand chose à ce que j’ai écrit. J’ai signalé quelques observations de Butz, Stäglich, Faurisson, Aynat, je ne compte pas les paraphraser. J’y ajoute sages de Sion Vidal-Naquet et Braham, non pour les dénigrer, mais pour citer certains de leurs propos intéressants. Vidal-Naquet fait rapprochement entre Protocole des sages de Sion, Protocole Wannsee et protocole Auschwitz, moi aussi. Comme Braham, forcément, ou encore Butz et Stäglich. Sauf qu’ils parlaient du rapport du WRB dans leurs livres parus en 1976 et 1979, car l’expression protocoles d’Auschwitz n’existait pas. Là est peut-être la plus grosse bourde d’Aynat. Il parle d’un bout à l’autre de son étude des protocoles d’Auschwitz, comme si cette locution avait toujours été employée, mais c’est faux. Enfin, je m’avance un peu, car j’ai lu moins de la moitié de son petit livre. J’en parle ici car je ne veux pas ennuyer le lecteur avec cette anecdote. J’ai dit que Braham fut le premier à parler des protocoles d’Auschwitz, ce qui est à confirmer, mais j’ai trouvé cette expression dans la version hongroise de son livre paru en 1981. Aussi j’en resterai là. J’indique seulement dans ce commentaire que peu de gens liront que je ne suis pas dupe du tour de passe-passe d’Aynat, qui est contraire à décente écriture d’histoire, NDLR.

    Commentaire par mohacs — 7 novembre 2013 @ 18:45 | Réponse

    • Mohacs est un pauvre type, bien déclassé, le malheureux… On a appris de sales petites choses sur son compte en des temps pas si lointains… et il sait que nous savons… Alors il crache un petit mollard de temps à autre. Imbu de lui-même comme un pou, il traite au hasard les gens de crétins… Prends garde « Mohacs », ici ce n’est pas un bal masqué.
      Et mieux qu’Aynat il y a Stäglich, l’incontournable. Mohacs va le traiter de crétin, attention…

      Commentaire par Dubreuil — 8 novembre 2013 @ 11:02 | Réponse

      • Tu ne sais rien, abruti ! Tu me confonds avec l’autre crétin, qui tient un blog sur la culture magyare et qui n’est autre que Pfister. Tes menaces ne m’effraient pas, car elles sont aussi insignifiantes que le contenu de tes commentaires ! Si Guionnet a pris la peine de publier ta saillie, qui ne méritait que de finir dans la poubelle des calomnies de bas étage, c’est pour mettre en lumière l’étendue de ta médiocrité.

        @Guionnet : Je réponds à ton commentaire ci-dessus, en faisant d’une pierre deux coups. Certes, je t’ai envoyé un lien donnant sur un article en particulier, mais s’il ne t’intéresse pas, tu peux toujours exploiter les informations que recèlerait ledit blog.

        Commentaire par mohacs — 8 novembre 2013 @ 13:16 | Réponse

  4. Vous avez l’air de vous emmerder pas mal, les gars !!!? Tous ces glaviots sont de petites impuissances… Allez prendre un peu l’air !
    Je reçois ça, valable aussi pour l’imbécile Mohacs qui va être heureux d’y faire mardi prochain des rencontres « ponctuées de lectures de textes » par des gugusses qu’il pourra traiter de crétins en face cette fois… mais le courage n’est pas son fort, il est vrai… Il nous expliquera qu’il a failli s’y rendre mais qu’au dernier moment… Voilà :

    M’est signalée l’existence du site Akadem (www.akadem.org), qui est un campus numérique juif qui diffuse en audio ou vidéo les conférences données dans les différentes associations juives… et qui semble très actif.
    Voici l’annonce de la prochaine conférence sur la Shoah :

    Paris, 12 novembre 2013 de 17:00 à 19:00
    Conférence
    Cycle de conférences au Collège de France
    Littérature et Shoah. Dans la grande bibliothèque de la Catastrophe

    La Fondation pour la Mémoire de la Shoah organise un cycle de trois
    conférences consacrées à la littérature.

    Des universitaires y présenteront leur analyse des « écritures du désastre »
    et les écrivains Amir Gutfreund, Jean-Claude Grumberg, Fabrice Humbert, Ivan
    Jablonka et Marianne Rubinstein évoqueront les enjeux de leur écriture.
    Les rencontres seront ponctuées de lectures de textes par Denis
    Podalydès et Michèle Tauber.
    Les conférences se tiendront les mardis 12, 19 et 26 novembre 2013. La
    première a pour titre « écrire de génération en génération ».

    En présence de :
    Denis Podalydès, comédien
    Rachel Ertel, professeur émérite des Universités
    Amir Gutfreund, écrivain
    Anny Dayan Rosenman, maître de conférences en littérature à Paris-VII
    Michèle Tauber, maître de conférences en littérature israélienne à Paris-III

    Lieu : Collège de France
    Adresse : 11, place Marcelin Berthelot, 75005 Paris
    Pour s’y rendre :
    Métro : Cluny la Sorbonne

    Attention : Prix : Entrée libre sur réservation
    réservation: rsocquet@fondationshoah.org.
    Attention nombre de places limité

    ——

    Eh oui ! il faut donner son nom… pour assister à une masturbation… gratuite quand même.

    (Mohacs peut parfaitement y aller. Il n’a qu’à dire qu’il s’appelle Élie Israelowicz. Ce sera mot de passe, personne ne lui demandera ses papiers à l’entrée du temple maçonnique. Luc Pfister aussi, pour savoir s’il peut prochainement être orateur, car il a beaucoup de choses à dire sur le cul dans la Shoah. 2002, l’académie suédoise a tranché, Shoah est discipline littéraire, quand elle couronna le pitre Imre Kertész, qui travailla ensuite pour l’industrie germanique d’holocauste. 2013, l’État français comprend enfin, alors que son gouvernement est menacé, qu’il doit développer son industrie d’holocauste, qu’il appelle Shoah. Mais tout s’accélère depuis le 11 septembre, voyez dernier film de M’Bala M’Bala tourné à l’occasion de son dernier procès pour chaud ananas. Près de 100 personnes sont venues le soutenir avec aplomb (un record), tandis que les gendarmes ont repoussé une trentaine de nervis pour la plupart juifs arabes. Dieudo’ est plus décontracté que souvent. Ses attaques du Syndicat de la magistrature et de la LICRA sont fines. Il cite un comique, qui dit : « Pourquoi les juifs vont-ils souvent à Auschwitz ? Parce que c’est gratuit. » Je dis ça en pensant à Israelowicz, qui pourrait bien aller au Collège de France mardi, NDLR.)

    Commentaire par Dubreuil — 9 novembre 2013 @ 12:03 | Réponse

    • Et c’est Dubrutus, le traitre, qui n’hésite pas à poignarder les gens dans le dos, quand il ne leur crache pas à la figure par ingratitude – je ne compte plus ses attaques ad hominem contre Guionnet, le seul pourtant à lui donner une tribune – qui me parle de courage ? Ta chutzpah est sans limites ! Je suis prêt à te rencontrer à Grenoble, si tu veux. On pourra s’expliquer d’homme à homme. Je reprochais à Guionnet, il y peu encore, sa jalousie envers Faurisson, mais je me rends compte qu’elle est pipi de chat à côté de celle que tu éprouves pour le premier nommé ! Et je me fous pas mal que tu aies eu 73 berges, le 1er août dernier. C’est quand tu veux et où tu veux !

      Commentaire par mohacs — 9 novembre 2013 @ 14:12 | Réponse

      • Pas de réponse de Theil et, pourtant, je l’ai attendue ! Je m’en doutais un peu. Je connais à peine ce type (Dubrutus) et je l’ai cerné plus rapidement que tu ne l’as jamais fait ! Il a écrit un petit livre, aussi ténu que sa cervelle, et il se sent plus pisser. Quid de son message de soutien à Reynouard, que, par ailleurs, j’ai salué, mais qui ne dit rien de ta contribution déterminante à la cause révisote — la sienne se limitant à des propos de bistrot.

        (Je le connais le jean-foutre, il se croit plus malin que tout le monde. Y’en a pas mal comme lui dans la secte. Je traîne en ce moment en « Manifeste réviso ». Je ne réclame pas d’argent, sans doute à tort, mais peu d’étoiles, pas de message, à part le tien. Il y a gens qui s’amourachent du site, comme Danny, puis qui le quittent car j’ai dit un truc qui ne lui a pas plu. Il y en eut d’autres avant, et j’ai impression que rien ne change. Pourtant révolution a démarré le 11 septembre, Hollande chie dans son froc, des droitos portent bonnet rouge. Ni droite ni gauche marche de mieux en mieux, mais je préférerais alliance ultragauchote ultradroite. Bon, je vais me remettre au Manifeste. Butz a souligné à quel point le bannissement des juifs de Hongrie fut capital dans le montage holocaustique, c’est mon terrain. Ça fait longtemps que j’ai A magyar holocaust dans ma bibliothèque, mais ce pavé me dégoûtait en partie à tort, car Ábrahám est sage de Sion, comme feu Vidal-Naquet ou Badinter. Ábrahám a étudié le dossier, qui est beaucoup plus compliqué que ne le prétend Fofo, ce caricaturiste. En germain et hongrois, j’ai énormes lacunes, sauf en jargon historique. Et je me suis mis à lire Braham il y a quelques semaines. C’est sûr, il y a déchet, mots et tournures que je ne comprends pas à première lecture. Mais peu importe, car il blablate presque tout le temps, en se référant à témoignages dont nous n’avons rien à foutre. Comme pour Vidal-Naquet, il s’agit en premier lieu de lire ses notes. Quand le scribe dit c’est moi qui ai découvert ce truc, c’est intéressant. De mémoire, Braham a chiffré à quelques centaines de milliers, ou plusieurs centaines de milliers, même problème dans toutes les langues entre quelques et plusieurs, le nombre de juifs tués par balle en ancienne Union Soviétique. Et nous en arrivons à notre estimation d’un million de juifs morts pendant la guerre en liaison avec politique antijuive hitlérienne. Ce qui est peu, d’autres populations ayant été en partie massacrées. Boche en premier lieu, mais aussi magyare. Pis, peut-être, femmes soldats soviétiques, pleines de poux, ont violé civils magyars sans défense, NDLR.)

        Commentaire par mohacs — 12 novembre 2013 @ 20:55 | Réponse

        • Je rentre d’Helvétie — je répondrai plus tard. Je reçois par ailleurs un message qui se fout de ma gueule parce que je n’aurais pas été « capable de comprendre que Sissi et Mohacs c’était la même chose ! ».

          Je vais donc relire un peu « MohacSissi » ; j’avais en effet remarqué qu’il y avait chez les deux des tournures de phrases identiques, et en commun des tics guionnesques amusants. Guionnet laisse traîner son ADN… Mais, Sissi-Mohacs, tu viens quand tu veux à Grenoble, où je suis assez peu puisque j’ai à disposition l’appart’ du fiston (à Paris) absent une semaine sur deux because job en Allemagne… Mais Sa Suffisance a-t-elle envie de sortir d’Issy ?

          Guionnet est très drôle en ce moment : il est incapable de contrer le petit livre fondamental de Graf/Mattogno/Kues (je le lui ai envoyé, car il n’en avait même pas entendu parler ! Eh oui : « C’est ça Guionnet ! ») qui démontre, et proclame sans ambiguïté, que le nombre de juifs décédés en camps de concentration hitlériens est de l’ordre de 250 000; bien sûr il y a eu des morts hors des camps, mais le chiffre essentiel est celui des décès dans les camps, sous la contrainte directe de leurs persécuteurs. Car hors des camps on peut raconter ce que l’on veut, cf. Père Desbois… Les « monuments » révisionnistes (terme lu récemment) G. Rudolf, Zündel, Williamson,… l’ont parfaitement démontré.
          mais Guionnet n’en a cure : c’est d’ailleurs pour cela que ça a mal tourné lui et P. Guillaume à un moment pas si lointain, Sa Suffisance Guionnet laissant là un souvenir proprement odieux.

          Et maintenant le millionnaire jean-foutre qui prétend qu’on veut le clochardiser !

          (T’es ordure. Pareil message ira bientôt à la corbeille. Je réponds habituellement, mais c’est fini, va mourir financier de la LICRA ! NDLR.)

          Commentaire par Dubreuil — 13 novembre 2013 @ 17:37 | Réponse

          • Quel crétin ! Voilà qu’il nous confond maintenant – ânerie qui aurait fait hurler Bob de rire, vu qu’il possédait nos adresses IP respectives. Le pauvre Dubrutus est gagné par la sénilité. Quoiqu’il en soit, donne-moi ton adresse et une date afin que je puisse te prouver que je ne suis pas Guionnet.

            Commentaire par mohacs — 13 novembre 2013 @ 20:24 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :