Alain Guionnet – Journal Revision

2 novembre 2013

MANIFESTE « RÉVISO »

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 23:32

Manifeste réviso prend forme. Son écriture est loin d’être achevée, car il manque partie finale sur rôle d’ultragauche françoise en combat réviso, dont rédaction est en cours. Principal est que nous avançons, presque en ordre de bataille.

Pour l’instant, têtes noires s’intéressent à « Hollande juif ? » papier ayant nécessité peu de recherche. Mais c’est Manifeste réviso qui marquera histoire, comme autrefois Protocole Wannsee et protocole Auschwitz.

Manifeste réviso est écrit conformément au protocole Revision, car on n’aboutit à rien sans protocole (credo du fonctionnaire français plus que boche ou hongrois). Il consiste à se préoccuper du fond. On avance sur fausse piste ? On fait marche arrière. On déplace paragraphes pour rendre l’ensemble plus cohérent, car nous partons en tas de directions. Ce n’est qu’ensuite qu’on s’occupe des coquilles, qu’on vérifie dates et références, et qu’on dégrossit, Revision ayant trop tendance à parler d’elle.

Ce ne sera pas le cas dans le passage qui vient, car nous rendrons justice à Jacques Baynac, qui publia deux intéressants papiers dans le Quotidien de Lausanne les 2 et 3 septembre 1996, sur les esquives des historiens face aux questions révisotes. Faurisson s’en est réjoui, il a vu en Baynac « historien orthodoxe » porté « vers la gauche ». Mais Baynac vient d’ultragauche, ce qui n’a rien à voir, ce courant de pensée n’ayant jamais été faurissonien, même si Pierre Guillaume et Serge Thion le furent trop, en se fiant à Faurisson en matière de recherche. Erreur ! Certains ultragauchos sont certes paresseux, mais d’autres moins.

22 commentaires »

  1. Emmanuel Valls avoue que sa femme est bien juive.

    Probablement « Emmanuel » lui aussi est youtron.

    Ami de la pute de Hollande.

    (Si tout le monde portant prénom d’origine juive était juif, la situation serait désespérée. J’ai corrigé ta dernière phrase, car « Ami du pute de la Hollande » était incompréhensible. J’ai cru que tu voulais parler de Trierweiler, qui porte nom juif, mais c’est celui de son ancien mari. Elle l’a gardé, car c’est gage de réussite pour faire carrière médiatique, NDLR.)

    Commentaire par Johannes Schmidt — 3 novembre 2013 @ 03:16 | Réponse

    • Petite Maçonne (de son vrai nom, Massonneau), au sens étymologique comme au figuré, est pure goye. Celle-là même qui prétend que son balourd d’amant « aime la cuisine mais avec trop de beurre » a divorcé de son juif de mari en 2007 ! Bienvenue sur Revoici, nouveau nom de Revision, depuis que le blog est devenu filiale du tristement célèbre torchon à scandales !

      (Qui de nous deux raffole le plus de presse pipole ? Toi. Je répondais à John, qui adore les potins et qui s’est emmêlé les pinceaux avec la pute de Hollande. J’essayais d’être pédagogue et didactique, comme Fofo. J’ai même été tenté d’évoquer les nombreux juifs de France qui se prénomment Alain, mais je me suis dit que Jojo le savait. Le NSA a voulu le recruter à sa sortie de l’université, ce service n’engage pas que des corniauds. Tu es jaloux de lui, voilà la vérité. Jojo est intervenu pour ne rien dire, comme souvent. Cependant pour signaler qu’il existe amerloques branchés qui lisent le site, et pour rappeler que le premier amendement de la constitution américaine devrait être appliqué en France. Or ce n’est pas le cas, et Jojo a raison de s’inquiéter des coups tordus que peuvent faire Valls et Taubira à Revision. Mais les voilà prévenus, le NSA les surveille, et s’ils s’en prennent au site, il se pourrait qu’un drone amerloque les tuent « par erreur ». Quant aux commentateurs françois, ils sont rares. Il y en a deux ou trois pour l’instant, Bouteille et Julot, voire Gaillard, Danny faisant la gueule. Jojo a raison, il faut les rassurer, NDLR.)

      Commentaire par mohacs — 3 novembre 2013 @ 17:22 | Réponse

      • Mais je ne reproche rien à Schmidt, que je ne connais pas ! C’est à toi que je m’adressais, pas à lui ! Oui, je raffole des potins, mais, contrairement à toi, j’assume pleinement ! D’ailleurs, il n’apporte rien de nouveau, puisque la judaïté de la femme de Valls est de notoriété publique. Et tu t’extasies devant tant de platitudes, parce que tu désespères d’avoir un correspondant autre que moi ! Le léchage de culs ne te ressemble pas !

        (Je préfère que le NSA me soutienne, c’est tout, NDLR.)

        Commentaire par mohacs — 3 novembre 2013 @ 18:35 | Réponse

  2. « Protocole Wannsee » ? « protocole Auschwitz » ? Guionnet est un blagueur plus qu’un blogueur… « Protocole Wannsee » a été mis en pièces par les révisionnistes ET de nombreux marchands d’holocauste eux-mêmes. Quant au « protocole Auschwitz » (le WRB de 1944), il a été proprement explosé en plein prétoire au procès Zündel de Toronto par le tandem Christie-Faurisson, où l’on put voir le Président indigné se voir rétorquer par l’auteur du « protocole » Rudolf Vrba qu’il s’agissait chez lui de « licentia poetarum » ! Zündel allait être acquitté…

    Plus de 25 ans après ces deux écrabouillements mémorables, que va donc bien tenter d’établir Guionnet ? A mon avis il va trouver deux fautes d’orthographe dans les versions anglaises de ces deux « papiers ». Et rien d’autre. L’enfoncement de portes déjà ouvertes peut être casse-gueule… Attention quand même…

    (Tu n’as rien compris, protocole d’Auschwitz fut uniquement écrit par Rosenberg et Lanik. Bauer n’a pas dépecé Protocole Wannsee, il l’a relativisé. J’ai le texte du procès Zündel, éventuellement je pourrai citer une ou deux bulles de Vrba, qui ne valent pas celles du pape, je le reconnais. Mais tu oublies qu’histoire ne s’écrit pas en prétoire, comme a dit Baynac. Ensuite Zündel fut provisoirement acquitté avant de souffrir le martyre, ce que tu feins d’oublier. J’essaye de dire les choses sans polémiquer, contrairement à toi et Fofo. Problème de mortalité juive se trouve au Yiddishland, qui inclut Bessarabie et Gouvernement général, pas en Europe, comme l’a prétendu Hilberg. Je ne suis pas partisan, j’essaye de corriger le tir. Je combats ton sectarisme, comme celui du judéocideur. Je n’aurais peut-être pas dû le mener, mais combat réviso est plus d’ultragauche françoise que de Fofo, NDLR.)

    Commentaire par Dubreuil — 3 novembre 2013 @ 18:54 | Réponse

    • Mais qu’est-ce qui t’arrives ? Où est-ce que je parle de Bauer (qui ne fut qu’un parmi d’autres à flinguer Wannsee…) ? Et où, et en quels termes, est-ce que je « polémique » ? Au fait comprends-tu le sens de « polémiquer » ? Et qu’est-ce que signifie ta phrase a priori très imbécile : « Problème de mortalité juive se trouve au Yiddishland, qui inclut Bessarabie et Gouvernement général, pas en Europe, comme l’a prétendu Hilberg » ???
      Ce « pas en Europe » signifie pour moi qu’il y a eu trop de Kronenbourg sur la table d’Issy…

      (Tu parles de rien de toute façon. Bauer n’a pas « flingué » Wannsee, il n’a fait que relativiser l’importance de cette réunion, à partir de laquelle on ne saurait dater le début de la liquidation physique des juifs. On peut cependant comprendre que les rares survivants des cinq premiers convois de juifs déportés de France en 1942 aient vu en Auschwitz camp de mort, l’étude d’Aynat confirmant la statistique de Korherr. Belsen aussi fut camp de mort en fin de guerre. Expression que je n’hésite pas à employer. Règle d’or en matière d’histoire : ne pas prendre parti et écouter ce que disent les uns et les autres. Je jase de Bauer parce que ton gourou exulte à cause de son silly story, qu’on peut abréger par SS, comme sage de Sion. C’est Baynac qui voit en Fofo gourou. Il a raison. Je l’ai appelé pape, un peu comme tout le monde, mais gourou m’a toujours tenté. Quelles sont les limites d’Europe ? Question prêtant à polémique. Pour le Magyar, Russie ne se trouve pas en Europe, qui s’arrête à la frontière polaque. Mais bien sûr pas pour les hommes politiques hongrois, obligés de dire qu’ancienne Union Soviétique est en Europe, même si grande partie de son territoire s’étendait en Asie Centrale et Orientale. Pour Hitler, la question n’était pas claire. Puis vient le Yiddishland, mot que j’emploie comme Shlomo Sand, et je me demande pourquoi le réviso ignore l’existence de ce pays et de son État, le Cahal. Si tu peux me répondre, zy vas ! Mais tu resteras muet comme une sardine, car tu ne réponds jamais aux questions qui te dérangent. Bref, qu’on rattache certains pays de Russie à Europe, pourquoi pas ? Mais lesquels ? Ce n’est pas clair. Toutefois pas le Yiddishland, en tout cas pas les sujets du Cahal, ces barbares. Et puis saches qu’on dit Couronnebourg en issisois, pas Kronenbourg. Ce qui est idéal pour toi, car tu diras Couronne bourre, vu ton goût immodéré de presse pipole, comme ton alter ego Israelowicz, NDLR.)

      Commentaire par Dubreuil — 4 novembre 2013 @ 11:15 | Réponse

      • Problème épouvantable chez Guionnet dès qu’il s’agit des mots allemands qu’il s’obstine à vouloir « traduire ». Ainsi Königsberg l’autre jour ! Guionnet n’a jamais entendu parler de « Montréal », de « Royaumont », de « Réaumont » ! les voilà les bonnes traductions pour Königsberg.
        Au fait, Faurisson n’est absolument pas mon gourou : je le connais trop bien pour cela ! C’est Guionnet qui est fasciné par Faurisson et qui enrage à cause de cela. Fascination-répulsion : air connu ; jalousie maladive du « ver de terre amoureux d’une étoile », déjà dit.
        Au lieu de t’occuper de Faurisson qui n’est qu’un jalon magnifique dans la saga de la recherche de l’exactitude, tu ferais mieux d’apporter du nouveau… On dirait que Guionnet est comme perdu, désinformé, se raccrochant à des trucs de plus de vingt ans d’âge déjà réglés…
        Au fait puisque tu dois payer pour l’article de Stolz sur la Hongrie, on va te l’envoyer, à l’œil pour toi…

        (Peuchère ! je fais du mot à mot quand je traduis le boche, de prime abord. Tu prétends que Fofo n’est pas ton gourou, mais tu lui a obéis dans la statistique idiote de ton bouquin, pour laquelle tu fus condamné. Moi, ver de terre de terre jaloux de Fofo ? Jamais. Je regrette seulement de l’avoir longtemps soutenu. J’ai morflé, bousillé ma vie pour ses conneries, truc à ne pas oublier, ce qui n’est pas ton cas, planqué, financier de la LICRA, NDLR.)

        Commentaire par Dubreuil — 4 novembre 2013 @ 19:11 | Réponse

        • Pour une fois, je suis d’accord avec Dubrutus ! Tu te focalises trop sur Fofo au point que c’en devient une obsession ! Tu radotes, cher ami et, d’ailleurs, je te l’avais déjà dit ! Pas étonnant, dès lors, que tes larbins tournent en rond, eux aussi !

          (Tandis que toi tu n’as rien à dire, uniquement des ragots. Tu ne piges pas que je verse actuellement dans le révisionnisme scientifique, ou le positivisme dont parle Baynac. J’examine ce que disent les archives, vraies ou fausses, ou en partie fausses, sans a priori. En citant quelques extraits d’aveux et en faisant allusion à un seul témoignage : celui d’un commandant monarchiste d’un camp de prisonniers de guerre soviétiques. Il ne comprenait pas la stratégie de Hitler, à juste titre. Je m’interroge sur de nombreux points, en attendant que d’autres gens apportent éléments de réponse. Sur le nombre de juifs qui vivaient dans les quartiers juifs du Gouvernement général en 1943. C’est une chose que de dire que les chambres à gaz n’ont pas existé, tout le monde le sait depuis longtemps, aussi est-ce fausse question. C’en est une autre de s’interroger sur l’énorme mortalité des juifs déportés de France dans les cinq premiers convois de 1942, avant attaque d’Union Soviétique. Réponses sont connues : mortalité est toujours plus élevée dans les CC ouverts depuis peu, mal équipés ; et puis les maladies, pas seulement le typhus, faisaient des ravages. Mais il y eut pic de la mortalité juive en 1942 à Auschwitz et Lublin, ayant baissé après les premières conquêtes en Union Soviétique et le début de la politique d’évacuation. Ce n’est pas moi qui le dis, mais les pièces d’archives. Mais tous les évacués ne sont pas passés par Auschwitz et Lublin, d’autres furent transportés plus au Nord, via Treblinka par exemple, camp sur lequel Vidal-Naquet insiste. C’est toi d’ailleurs qui m’a envoyé doc’ sur Treblinka, plus gros morceau que Sobibor. Aussi bande des trois a raison, mais je ne vais pas maintenant lire tout ce qu’elle dit sur Treblinka. Bande des trois a cependant tort de se focaliser sur la prétendue Action Reinhardt. Elle reprend langage sans queue ni tête du judéocideur, auquel Vidal-Naquet avait renoncé en 1987. Curieuse ta capacité à trouver bonnes pistes. Bravo pour l’extrait du procès Eichmann sur Protocole Wannsse ! Mais je ne peux pas te suivre pour l’instant sur Treblinka. En revanche, si tu trouves extrait du procès de Jérusalem sur Treblinka, j’en dirai mot. Avec Eichmann, on est tranquille, on sait que ce qu’il dit est faux. Cela me permettra de procéder par élimination. Mais je manque de place. Le manifeste augmente de volume et aucun papier ne saurait dépasser en longueur une page du sit — écriture réformée —, NDLR.)

          Commentaire par mohacs — 5 novembre 2013 @ 18:14 | Réponse

          • Ragots que tu reprends à ton compte et que tu aimes lire, soit dit en passant. Ne joue pas l’hypocrite ! Tu verses surtout dans le blabla sans fin ! Concernant les chambres à gaz, certes, on est de plus en plus nombreux à ne plus croire à ce bobard, mais reste que le chemin est encore long avant que tous les Français ne finissent par ouvrir les yeux ! Faut pas avoir peur d’insister dessus, au risque de paraitre redondant. Au demeurant, ce parangon de la propagande holo-caustique recèle encore pas mal de zones d’ombre. À toi de les explorer.
            Enfin, curieuse ou pas, ma méthode porte ses fruits. La preuve :
            http://xoxol.org/eichmann/eichmann.html

            Au fait, de rien !

            (Sauf que tous les Français n’ouvriront jamais les yeux, raison pour laquelle je préfère les François. Non, insister là-dessus est erreur. Quelles zones d’ombre ? 70 % des juifs déportés de France à Auschwitz dans les cinq premiers convois de 1942 ont cassé leur pipe dans les mois qui suivirent, on peut y voir zone d’ombre. C’est ce que je dis depuis toujours : politique antijuive hitlérienne fut fatale à de nombreux juifs en 1942. Sans chambres à gaz, mais à cause de la circonstanciation. Sur ce point, je m’accorde plus avec le fonctionaliste qu’avec Fofo, adepte de négation simple, pas de négation de la négation. Je m’attendais à ce que tu voulusses montrer à quel point horde est disciplinée, désirs du guide étant ordres. Tu as vite trouvé texte requis. Mais dis-moi, quel est grade supérieur à celui de tentacule-chef chez l’auxiliaire ? Celui de tentacule-kapo, j’avais oublié. Te voici tentacule-kapo, NDLR.)

            Commentaire par mohacs — 5 novembre 2013 @ 20:03 | Réponse

            • Je ne parlais pas de ce genre de zones d’ombre. Bref ! Si tu ne veux plus causer sur Auschwitz, c’est ton choix. Occupe-toi donc du texte que je viens de te dégoter. J’espère que tu en tireras un article à faire vaciller les fondations de la Ripoublik judéo-maçonnique. Frappe fort, cette fois-ci ! Fini les rigolades et autres affaires de chiens écrasés. Laisse le menu fretin pour Reynouard, bien que j’aie du respect pour lui. Eichmann et Treblinka doivenr devenir tes nouvelles obsessions, et ce, jusqu’à ce que tu vides ce mythe de son contenu mensonger. Autant dire qu’il n’en restera plus rien. Bonne chance !

              (Je n’ai pas lu le texte, seulement parcouru, il est pour demain. Je compte seulement dire mot d’Eichmann et Treblinka pour frimer, pour donner impression que je n’ignore pas le dossier. Mais mon truc fut pendant longtemps Auschwitz, comme l’ont remarqué juges de cour d’appel de Paris. J’ai toujours eu tendance à mépriser les six prétendus camps de liquidation du Gouvernement général. À 59 piges, on ne se refait pas. Tu voudrais que je me tapasse — comme dit l’espingouin — tous les écrits de la bande des trois sur Treblinka ? Truc énorme. J’étais peinard à Auschwitz, sur lequel on possède maximum de docs, mais Treblinka repose surtout sur témoignages, truc que je déteste. Et tu ne me dis pas merci, alors que je te nomme tentacule-kapo, quelle ingratitude ! NDLR.)

              Commentaire par mohacs — 5 novembre 2013 @ 21:01 | Réponse

              • J’ai oublié de te remercier. J’en suis désolé. Alors, je te remercie du fond du cœur pour cette promotion inespérée ! Je ne vais même pas en dormir la nuit !

                (Tu es dégradé, sous tentacule. Seuls témoins jasent, pas Eichmann ! NDLR.)

                Commentaire par mohacs — 5 novembre 2013 @ 22:11 | Réponse

                • Je t’emmerde, faux-cul !

                  Commentaire par mohacs — 6 novembre 2013 @ 20:41 | Réponse

  3. Par Emmanuel Valls, ami du pute de la Hollande, je voulais dire que Francois Hollande est une pute d’origine des Pays-Bas.

    (On t’a appris à causer comme ça à l’université ? Si c’est le cas, n’envoyez pas vos enfants étudier en Amérique, même si université française est médiocre. Sans doute va-t-il falloir apprendre le chinetoque. Hollande n’est pas transsexuel. Il adore matières grasses et dort longtemps, digestion oblige. Il n’est pas champion au plumard. Quand il tire son coup, il s’endort sitôt après. C’est Israelowicz qui a traité Revision de presse pipole, pourquoi pas ? Le truc marche. J’espère d’ailleurs que Taubira et Valls vont gober le coup de Revision protégée par le NSA, NDLR.)

    Commentaire par Johannes Schmidt — 3 novembre 2013 @ 20:02 | Réponse

  4. Commentaire par denom — 5 novembre 2013 @ 09:55 | Réponse

  5. (C’est bien gentil, mais date du monologue est essentielle, sinon on ne comprend pas. S’il est authentique, il fait apparaître à quel point Hitler était piètre chef de guerre. Comme Faurisson, il cherche à justifier sa politique, qui fut foireuse à Dunkerque, comme dans sa conquête d’Union Soviétique. Point commun entre les deux : ils monologuent. Histoire du pétrole de Roumanie est bien trouvée, tandis que crainte de Hitler d’être attaqué par Staline, ce qui n’était pas son intention, est notoire. Avec techniques actuelles, on peut imiter voix de n’importe qui. Pour l’heure, ce film ne prend pas place dans les archives de Revision. Si c’est un Witz, plaisanterie, comme dit Ausch, il est bien monté, NDLR.)

    Commentaire par bruno lepape — 5 novembre 2013 @ 15:35 | Réponse

    • Tu es bien certain qu’il n’était pas dans l’intention de Staline d’attaquer l’Allemagne (et le reste de l’Europe) ? Sur quoi fondes-tu cette affirmation ?
      C’est pour moi une zone d’ombre de la seconde guerre que j’aimerais bien éclaircir.

      (C’est certitude, NDLR.)

      Commentaire par Teal'c le Shol'va — 6 novembre 2013 @ 00:53 | Réponse

      • Je veux bien te croire sur parole, mais aurais-tu des preuves de cela ?
        Dans l’enregistrement du dessus, il parle de 20000 « panzers » en face, ce qui accrédite thèse d’invasion imminente.

        (Hitler cherche à justifier ses échecs militaires. Mieux vaut me croire sur parole. Histoire d’Union Soviétique a fait l’objet d’études approfondies, il suffit de les lire. Mais il est vrai qu’avec la disparition du livre, la domination croissante de l’image et la razzia de la toile, qui brille par ses forums où presque tout le monde dit n’importe quoi, histoire est mal barrée. Il serait même question d’en supprimer l’enseignement dans un nombre croissant de filières scolaires, dit-on, NDLR.)

        Commentaire par Teal'c le Shol'va — 7 novembre 2013 @ 20:33 | Réponse

        • Bah, les filières scolaires n’apprennent que de la propagande, en particulier sur les chambres à gaz, la shoah par balles, etc.

          Beaucoup de choses sont restées secrètes en URSS, culture du secret oblige. C’est vrai également pour les USA, peut-être dans une moindre mesure.

          Ce qui n’est pas niable, ce sont les immenses capacités de production de matériel militaire en URSS.
          À quoi pouvait bien servir tout ce matériel ? Il était clairement offensif en plus.

          (Les régimes de type despotique oriental avaient autrefois d’immenses armées, même des chars dans l’antiquité. Mais ils étaient nuls au combat. Pendant près de deux mille ans, la Chine fut autant de fois vaincue qu’attaquée, et voyes la facilité avec laquelle Darius et Cyrus furent écrasés, sans parler des immenses conquêtes d’Alexandre de Macédoine au Proche-Orient. Ce que Hitler n’avait pas compris. Il avait pour ennemi juré le judéo-bolchevisme, à qui il voulut faire guerre sans merci, alors que les soldats soviétiques se rendaient presque partout sans combattre dans un premier temps et qu’une grande partie de la population accueillit bien l’envahisseur. Seulement Hitler a eu peur d’attaquer Saint-Pétersbourg et il fit attendre bêtement ses troupes. Il n’avait pas compris la nature bureaucratique vermoulue du régime soviétique, dont les apparatchiks craignaient pour leur vie. Oh ! pas à cause des envahisseurs, mais du Guépéou et des caprices de Staline, qui, comme les médecins d’autrefois, ne connaissait qu’un remède : la purge. Par la suite, selon Hitler, ce ne fut jamais de sa faute s’il perdait la guerre, NDLR.)

          Commentaire par Teal'c le Shol'va — 8 novembre 2013 @ 15:39 | Réponse

  6. Sur ce sujet il faut lire la publication du révisionniste espagnol Enrique Aynat Los Protocolos de Auschwitz: ¿una fuente historica? (Les « protocoles d’Auschwitz »: une source historique?). Diffusée par l’AAARGH en 2002 (61 pages).
    http://www.vho.org/aaargh/fran/livres2/EAprot.pdf
    Selon cet auteur, la version definitive de la thèse de l’extermination des juifs à Auschwitz II au moyen de chambres à gaz au Zyklon B s’imposa seulement au printemps 1944. Elle provient du récit de deux juifs évadés de ce camp le 7 avril 1944, Walter Rosenberg qui adopta postérieurement le nom de Rudolf Vrba, et Alfred Wetzler. Ce récit fait auprès du War Refugee Board fut amplement divulgué dans toute la presse alliée.
    Au rapport de Vrba et Wetzler s’ajoutèrent d’autres récits rédigés par des juifs également évadés d’Auschwitz le 27 mai 1944, Czeslaw Mordowicz et Arnost Rosin, et celui d’un « commandant polonais » identifié plus tardivement comme Jerzy Tabeau.
    L’auteur analyse l’origine et le parcours de ces récits ainsi qu’il vérifie les témoignages afin d’en évaluer leur crédibilité.
    Je vous livre la traduction des dernières lignes de la conclusion (p.61) :
    « Ma thèse soutient précisément que cette communication (avec l’extérieur du camp [NDT]) existait et que quelqu’un appartenant à l’une de ces organisations juives tchécoslovaques “fabriqua” les Proptocoles d’Auschwitz en prenant comme base des informations fragmentaires reçues de l’intérieur du camp.
    « En définitive, les Protocoles d’Auschwitz ne résistent pas à la critique. Ils sont apocryphes et contiennent une grand quantité d’informations fausses. Forcément, on se doit de conclure que leur valeur comme source historique est nulle ».

    (Mieux vaut dire Rosenberg et Lanik, ou Vrba et Wetzler, comme ça on s’y retrouve. J’ai corrigé Jerzy Tabeau, au nom français. Non, protocole d’Auschwitz est œuvre de ces deux juifs slovaques, pas de la bande des cinq. Aynat semble fiable, mais a lacunes sur les différents protocoles et sur significations française et juive du mot. Les cinq auteurs du rapport du WRB de novembre 1944 furent « identifiés » beaucoup plus tard, ce qui n’autorise pas à dire leurs récits apocryphes. Le mieux serait de nous communiquer texte espingouin de l’auteur, car je ne me fie pas à la version de Thion, que je juge superficiel, en sa qualité de fonctionnaire du CNRS marié à une juive. Je vous prie d’envoyer ce commentaire à « Vidal-Naquet fonctionnaire », qui sera appelé « Manifeste réviso » quand son écriture sera achevée. Ce que je ne dis pas à Israelowicz, abruti doué en renseignement, car il adore jouer au con et ne jure que par l’immédiateté. Pas d’accès à Aaargh via Safari, sauf en espingouin. Cela tombe bien, car c’est ce texte qui m’intéresse. En 1990, Aynat n’avait pas lu Braham, qui écrit : «[Le protocole] qui fut de loin le plus significatif fut celui de Walter Rosenberg (Rudolf Vrba) et Alfred Wetzler (Josef Lanik) dont l’évasion date du 7 avril », A magyar holocauste, t. 2, 103. Ce qui m’amène à découvrir une erreur. Wetzler est nom de naissance de Lanik, qui publia en 1946 en tchécoslovaque « Auschwitz, tombe de quatre millions d’hommes » sous le pseudonyme de Lanik qu’il utilisa par la suite comme nom (119, n69). Voilà ce qui arrive quand on lit mal la littérature judéocidaire. Ledit Lanik fut bien l’auteur du protocole d’Auschwitz, sinon fin avril 1944, au moins en 1946, précision que je vais devoir donner. Maintenant c’est sûr, protocole d’Auscwitz a existé, mais il ne trouvait pas là où Aynat le cherchait, NDLR.)

    Commentaire par Jean-Pierre Gaillard — 5 novembre 2013 @ 21:20 | Réponse

    • Abruti doué ? Bel oxymore qui, du reste, en dit plus long sur ton esprit contradictoire que sur ma prétendue connerie qui n’est qu’insolence !

      Commentaire par mohacs — 6 novembre 2013 @ 20:44 | Réponse

  7. Je suis d’accord avec Mohacs , le chemin risque d’être long avant que la masse ouvre enfin les yeux sur les chambres à gaz et le reste, ça n’en prend pas le chemin et pour l’instant elle écarte surtout les cuisses ! En fait, ce sont des petits malins à la Spielberg qui sont maintenant les plus « dangereux » (et les plus actifs), pas les historiens. Ces types ont parfaitement pigé comment fonctionnent les sociétés dites modernes, démocratiques et surtout comment fonctionnent les gens. Avec leurs images bourrées d’émotion ils ne font pas que travestir à leur profit la vérité historique, ils fabriquent carrément l’Histoire qu’ils impriment dans le ciboulot des abrutis qui viennent chialer devant des films du style « Liste de Schindler » (qui est réellement un film pornographique…). Plus aucune discussion n’est possible ensuite. Les spectateurs qui n’ont aucune culture historique, aucun recul, ont pris ces images délirantes en pleine la gueule, l’Histoire à la sauce Spielberg est devenue leur histoire, elle est gravée en eux comme le ferait un viol… Conséquence : ceux qui cherchent honnêtement à faire leur boulot d’historiens vont se retrouver encore plus marginalisés, diabolisés par une foule traumatisée et hostile, ses représentants majoritairement lâches, une Université encore pire et des médias ou l’édition aux ordres de qui vous savez… Je pense que le Professeur Faurisson est très optimiste donc quand il annonce la victoire prochaine du « révisionnisme » et la déconfiture des affabulateurs et des manipulateurs. Dans nos putains de démocraties c’est la masse qui compte, le nombre, pas la vérité, la qualité, l’honnêteté ou le courage… Pour ça faut changer de régime… (et c’est pour cela — en bon situationsioniste forcément — que la crise et le bordel actuels me plaisent bien…), mais « ça » c’est une autre histoire…

    Bonne nuit les gars !

    (D’accord, Fofo a tort de prévoir prochaine victoire du réviso. Oui, démocratie est bordel permettant au despotisme oriental de gagner en puissance. Situationsioniste est nouveauté, mais pourquoi pas ? On peut dire aussi circonstanciation-sioniste, mais mot est long, bien qu’il soye à certains égards plus adapté. Niveau s’élève avec vous, qui êtes bourgeois genre Nouvelle droite, que Vidal-Naquet fustige dans son brûlot, dont je n’ai pas parlé jusqu’à présent. Mais alliance entre ultradroitos et ultragauchos révisos prend forme. Elle peut vaincre le judéocideur, pas Faurisson. En jouant sur touche émotionnelle, comme le youtron. Voyez combien nous avons souffert à cause d’Auschwitz, nous versons océan de larmes ! Ce qui est vrai en ce qui me concerne, car j’ai beaucoup souffert d’Auschwitz. Vous êtes apparemment prêt à souscrire au protocole entre ultragaucho et ultradroito contre sage de Sion, c’est cela qui nous intéresse. Là est sésame, à vous de donner suite, NDLR.)

    Commentaire par BHM — 7 novembre 2013 @ 00:16 | Réponse

  8. Qu’est ce que je suis bavard ce soir…
    Pour contrer ce que vous savez, le bon angle d’attaque c’est « l’amitié » franco-allemande ! Vouloir une paix durable entre nos deux peuples basée sur une amitié solide implique de ne plus balancer continuellement à la gueule de l’autre ses fautes
    (réelles ou supposées) passées, or avec la mainmise de qui vous savez sur notre pays c’est le contraire qui est en train de se produire puisque nous avons érigé un crime allemand en religion de notre État laïque comme autrefois nous l’avions fait avec la reconquête de l’Alsace et de la Lorraine…
    J’en reviens au révisionnisme !
    L’Europe n’est plus qu’un vaste supermarché, on a oublié que la raison d’être de la communauté européenne c’était la paix. Faire du massacre d’une fraction des populations juives de l’Europe occupée par les nazis un dogme protégé par la Loi et les Tribunaux, promu par l’État et ses dirigeants est non seulement une violation grave de la liberté de conscience de chacun (c’est-à-dire « une violation délibérée et ignominieuse des droits fondamentaux des individus inspirée par des motifs politiques, raciaux, religieux… », en gros un crime contre l’humanité) mais potentiellement un crime contre cette paix ! Dans l’intérêt supérieur du pays et des peuples d’Europe notre Histoire commune doit cesser d’être judéo centrée, judéo bridée et bricolée, judéo encadrée, judéo étouffée, judéo réprimée… L’Histoire officielle doit donc être révisée ! Au boulot Guionnet…

    (D’abord il s’agit d’Alsace et Moselle, Lorraine étant mensonge. Paix est raison parmi d’autres de la formation de la communauté européenne, il y eut aussi volonté d’harmoniser les industries du fer et du charbon. Temps révolu, alors qu’il y a toujours déséquilibre au profit de Germanie, qui devrait payer pour les parents pauvres d’Europe selon certains, dont les gouvernements ne connaissent que le saupoudrage comme politique économique. Au nom de leur prétendue morale, qu’ils n’ont pas. Et puis, peut-on parler de crimes allemands ? Bien sûr, puisque la guerre est criminelle, mais en faisant des distinctions. Sur le front russe, la guerre fut beaucoup plus dure et sanglante qu’à l’ouest, il suffit de lire les ordres militaires pour s’en convaincre, mais que pensait le peuple allemand ? On ne sait pas. Hitler a pris le pouvoir parce qu’il était vacant en 1933. Dans les années qui suivirent son régime eut d’indéniables succès économiques et sociaux ayant bénéficié à la majeure partie de la population, mais tout le monde n’était pas hitlérien. C’est truc médiatique d’interroger les gens sur ce qu’ils pensent de ceci ou de cela, comme si ça avait de l’importance. L’opinion des gens est peu de chose. Quand France déclara guerre à Germanie en 1939, le gouvernement a-t-il demandé son avis au peuple ? Non. Ensuite, la France s’était trouvée dans une situation comparable au dix-septième siècle. Ou plutôt si, le cardinal Fleury a envoyé des navires en direction de la Pologne, avec 1 500 soldats à bord, avant de leur ordonner de faire demi-tour. Ce précédent n’avait pas été oublié en 1939, car il fut relaté par Voltaire, mais la coterie avait énormément gagné en puissance pendant l’entre-deux-guerres. Ce n’était pas pour la gueule du Polonais que le Français partit en guerre, mais pour celle du juif. J’ajoute que le réviso ne gagnera pas prochainement, contrairement à la prédiction de Faurisson, car ce n’est pas affaire de croyance, ou de conscience comme vous dites. Il s’agit de baisser le ton polémique et de ne pas se placer sur le terrain de l’ennemi, en voulant répondre à chacune de ses sottises. J’ai pris le parti d’attaquer l’État français. Voilà du palpable, en même temps du politique, thème concernant les gens beaucoup plus qu’histoires mille fois rabâchées, comme celle de l’opposition entre collaborateurs et résistants, ces deux petites fractions de la population. Si solution il y a, elle passera par la politique, dont je me méfie énormément, et par l’axe fondateur d’Europe en l’an mil, France-Germanie-Hongrie, NDLR.)

    Commentaire par BHM — 7 novembre 2013 @ 03:47 | Réponse

  9. Cher Monsieur Guionnet, je plaisantais bien sûr ! Je sais que cela n’a pas dû et ne doit pas être facile tous les jours pour vous, d’où un grand respect pour ce que vous faites.
    J’ai fait une faute d’orthographe bien sûr, je voulais parler de situaNONsioniste ! Je ne sais pas pourquoi, je pense souvent à Debord en vous lisant…

    (C’est moi qui ai réécrit le mot, car j’aimais mieux ma version. Soit, mais l’antisionisme est trompeur. État voyou qu’Israël ? Oui, mais tous les États le sont. Beaucoup de gens, à commencer par Faurisson, dénoncent les sionistes dont holocauste est propagande de guerre. C’est certain, mais tout le monde le sait. Sauf les musulmans, pour qui une seule vérité existe, celle du Coran. Ils ont quatorze siècles de retard, mais ne le savent pas. Aussi je me vois mal prendre le parti du musulman contre le juif. En revanche le foyer national juif de 1917 est devenu foyer de guerre, ce qui ne concerne pas seulement le musulman. Au point qu’il se pourrait que représentation d’holocauste conduise à à vrai holocauste, NDLR.)

    Commentaire par BHM — 7 novembre 2013 @ 04:07 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :