Alain Guionnet – Journal Revision

5 octobre 2013

RÉVOLUTION DU 11 SEPTEMBRE ET EXCISION

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 18:03

Deuxième pompe de horde Bouteille s’étonne du succès des thèses de Guionnet sur le travail du prépuce. En commentaire du papier suivant, il reproduit celui du Figaro du 4 octobre : « Israël a condamné une résolution définissant la circoncision des garçons pour motifs religieux, pratiquée dans le judaïsme et l’islam, comme violation de l’intégrité physique. » Que signifie circoncision du garçon ? Que circoncision veut dire excision. Dans les deux cas, le but est restreindre jouissance sexuelle sans empêcher reproduction, primordiale dans toute religion. Sauf, peut-être, chez le manichéen albigeois, qui aurait été massacré pour cette raison, abstinence étant presque toujours mauvaise conseillère.

Sous toutes réserves, car nous ignorons ce qui s’est vraiment passé à l’époque. Avis des commentateurs du papier du Figaro sont partagés. La plupart sont hostiles à excision, mais citons argu de Brigitte, qui dit que smegma pue et que sucer bite de coupé est plus agréable, tandis que masse des coupeurs de verge prétend excision du mâle prophylactique, car elle empêcherait de choper SIDA (propagande judéo-amerloque).

Résolution du Conseil d’Europe date de mardi dernier. Elle fut adoptée à l’initiative de Marlene Rupprecht, députée du Parti social-démocrate teuton. Rien d’étonnant, car outre le petit nombre de juifs libérals, la juive est beaucoup plus souvent opposée à l’excision du garçon que son mâle, car elle n’a rien à y gagner, contrairement à son mec, qui s’imagine ainsi élu avec le concours du prophète Élie, plus que de Yahvé. Sauf que son bonhomme devient plus vite impuissant que l’« incoupé », comme dit l’amerloque (prépucé en françois), ce qui ne déplaît pas trop à la juive ; car après que son coupé a fait son boulot de reproducteur, il débande vite et a du mal à se branler. Pour une femme, baiser après avoir enfanté, plus encore après sa ménopause, étant souvent secondaire. C’est joke pour elle, dit le rosbif, plaisanterie ; Witz selon le boche, vicc selon le Hongrois — qui a trop plagié germain et françois.

On le voit, révolution du 11 septembre 2013 commence à faire ravages. On en arrive enfin à jaser de choses sérieuses sans nous soumettre au diktat des Femens. Par la suite, majorité occidentale étant composée de femmes et de tapettes, il s’agit de rallier femmes. Surtout que, comme les juives, les goyes sont potentiellement plus opposées à l’excision du garçon ou de la fille que leurs bonshommes. À l’exception du musulman d’Afrique, d’Orient et de France, surtout quand il est chariatiste. Voire du sorcier nègre, condamné à disparaître en se convertissant à islam, sauf en France, où il est protégé par la loi, qui défend avant tout l’escroc.

Ez mégy, comme on dit en hongrois, locution distincte d’az mégy, nuance à peine existante en françois, où on dit ça va, sans distinguer ceci et cela va. Mais ceci, ou icelui va nous semble plus juste en parlant de ce papier, que cela va.

7 octobre, 14h30, nous avions omis de préciser que la résolution parle des dégâts causés à la « santé physique et mentale » de l’enfant victime d’excision. Elle a raison, mais qui dit blessure physique, dit blessure morale. Juif coupé anonyme a témoigné dans le premier numéro de la revue. Il voyait dans sa mutilation shoah, catastrophe. D’ailleurs, rabbin cité dans le papier voit dans le jugement du tribunal de Cologne ayant condamné il y a près d’un an excision du prépuce d’un nouveau-né juif annonce d’un prochain holocauste. Il a peut-être raison.

Depuis hier, commentateurs du papier de Figaro sont de plus en plus souvent favorables à excision du garçon, qu’ils opposent à celle de 96 % des Égyptiennes, y compris coptes, même si la proportion des coptes coupées est un peu moins élevée que celle des musulmanes. Voyez combien téléphone juif marche bien. Il n’en reste pas moins que conflit oppose deux camps : partisans et ennemis de la mutilation des enfants. Comme Lucifer, Revision porta flambeau des ennemis d’excision en 1989,  mais il est à craindre que la revue subisse même sort que Lucifer, ange déchu.

De oda megyünk, comme dit le barbare, mais nous allons ou irons là-bas, là ou plus loin, tovabb messze. Finis grec et latin, qui ne sont pas à la hauteur contre le juif. Ni le hongrois, langue francisée et germanisée. Cependant nous jouons carte argotique magyare, qui nous semble supérieure, bien que comparable à l’ancien grec. Mais surtout pas au latin, idiome du scotuche Faurisson.

Institut Balassi n’a pas à faire fine gueule. Guionnet, formé à Budapest, Szeged et Debrecen, ne saura jamais subtilités de langue hongroise, car il est trop bête. Mais il juge magyar supérieur au latin, sans se prononcer sur rivalité opposant hongrois et ancien grec.

Hélas ! bureaucrate hongrois n’est pas jouasse. Mais histoire retiendra que révolution du 11 septembre 2013 est en partie d’inspiration magyare.

Ainsi forradalom mégy, mégy, és mégy, révolution roule, roule et déroule, fantasme ultragauchiste tient la route.

17 commentaires »

  1. Sauf que la nomination de Simon de Montfort à la tête de l’expédition contre les Albigeois (que d’aucuns confondent, à tort, avec les Cathares, alors qu’ils ne représentent qu’une partie de ces derniers) va peu à peu transformer l’objectif de celle-ci en lui donnant une coloration bien plus politique (rattachement des vicomtés de Carcassonne, d’Albi et de Béziers à la couronne de France). Par ailleurs, l’Église s’était inquiétée d’une possible alliance entre les Maures de l’Andalus finissante et les Albigeois, qui eût pu enserrer des pans entiers de terres espagnoles redevenues entretemps chrétiennes dans un étau fatal ! Les Bons Hommes ont chèrement payé ces soupçons, du reste totalement infondés ! Il y a aussi le côté « hérétique » de cette religion, mais c’était presque secondaire, compte tenu des enjeux territoriaux de l’époque ! Quant à la « déviance » vaudoise, c’est encore autre chose !

    (Nous ne savons rien de « déviance vaudoise ». Influence manichéenne est vraisemblable, mais après ? Mystère. Si tu sors de cuisse de Jupiter, soit. Mais Revision ne comprend pas ce qui s’est passé. Avec sa bretokitude métissée, elle a du mal à piger, la revue arrivant au plus à comprendre propagande de Breizatao. Forcément, Breizatao est alsacote et brekoke présumée d’inspiration ultragauchote. Chose est sûre cependant, histoire du Vaudois ou de l’Albigeois n’est pas claire, NDLR.)

    Commentaire par mohacs — 5 octobre 2013 @ 18:36 | Réponse

  2. « Mohacs », imposteur, puisque tu as osé reprendre ce pseudo que tu m’usurpes, je vais te sortir de ton imbécilité en t’apprenant que tout le monde sait qui tu es : demi-chauve et bedonnant, ingénieur informaticien au chômage chronique depuis ton éviction en tant que consultant informatique chez Association BIAO et comme membre du Pôle Informatique chez Essonne Cadres, mais surtout grand exhibitionniste phallique sur le web depuis ton rez-de-chaussée de Massy !

    (Ainsi Israleowicz dit Mohacs serait massisois, hypothèse envisageable. Mais du Haut, dit Massy-Palaiseau, ou du Bas Massy, dit parfois Verrières ? Ce n’est pas pareil. Sans doute du Bas, car il dit habiter patelin. Ce qui sied à Guionnet, qui préfère Bas-Massy à Haut-Massy, bien qu’il s’agisse dans les deux cas de banlieue putride. Ingénieur informatique au chômage ? Rien d’étonnant, même s’il n’arrive pas à te vieillir. Je t’ai cherché au pok’ youdi dernier. Avec ou sans logiciel de vieillissement je te reconnusse et te sabrasse, raison pour laquelle tu ne t’es pas pointé. Pour l’anecdote, j’ai fini deuxième sur table de neuf joueurs, dont trois nègres adversaires faciles à battre. Israelowicz, selon nos informations, approche cinquantaine. Vu son combat difficile il se rabattrait sur toile. Mais imagine un instant ce qui pourrait arriver au cas où nous collaborerassions. Ingénieur informaticien apprendrait à Guionnet à mieux manier son engin, tandis que toi, tu seras vaporisé, NDLR.)

    Commentaire par M0HACS — 5 octobre 2013 @ 21:03 | Réponse

    • Pourquoi publies-tu les délires de Pfister ? A quoi joues-tu ? Tu sais bien qu’il dit des âneries et que tout le monde sait qui est le vrai mohacs : moi ! Et toi, tu le sais mieux que personne ! Pfister est démasqué, en grande partie grâce à moi, d’où son enfoncement toujours plus profond et pathétique dans l’abîme de l’inversion accusatoire ! À preuve, la personne qu’il décrit apparait en photo dans son blog ! C’est gros comme son front !

      Commentaire par mohacs — 5 octobre 2013 @ 21:43 | Réponse

      • L’individu en question s’appelle Marc Cotté ! Pfister est assez intime avec ce dernier pour avoir pu illustrer son blog de certaines de ses photos pris en tenue d’Adam ! Faut être fou pour dévoiler son identité sur internet. Or, je ne le suis pas !

        (Peut-être, mais t’es massisois selon Prister. Tu habites patelin assez loin du front de Seine, NDLR.)

        Commentaire par mohacs — 5 octobre 2013 @ 21:55 | Réponse

        • Ledit Marc Cotté :

          http://m0hacs.wordpress.com/2013/08/30/maitresse-millie-nom-de-plume-irena-adler/

          Comme tu peux le constater, Pfister a un grain !

          (C’est lui sur les photos ? pas étonnant qu’il aye mal à se branler. Le gars aimât qu’on mît fin à sa souffrance, pas de problème, on le fera. On lui filera cachet de morphine pour qu’il soye jouasse, puis nous l’occirons, balle en tête étant préférable à piqûre létale. Les fous, comme Hollande ou Pfister, subiront même sort, conformément à notre point de vue exterminationniste, sans honte et sans gêne. On fait le ménage, comptes viendront plus tard, dit le banlieusard, NDLR.)

          Commentaire par mohacs — 5 octobre 2013 @ 22:16 | Réponse

          • C’est Marc Cotté, sur les photos Si M0hacs Pfister a réussi à récupérer des photos de lui nu, c’est qu’il est plus intime avec lui que tu ne pourras jamais l’imaginer…

            Sa fiche Viadeo :

            http://fr.viadeo.com/profile/00219xzj0djq6vkd

            (« Grand front, calvitie précoce, oreilles non décollées », dit Jacques Moulin, fils du docteur Montandon, NDLR.)

            Commentaire par mohacs — 6 octobre 2013 @ 09:21 | Réponse

            • Au fait, la photo que ce dépravé tient entre les mains, et qui a été détournée (on peut constater le photomontage assez grossier), représente la jeune femme qui est à l’origine de la thèse Freya = Pfister. Elle raconte dans son blog que ce dernier n’a cessé de la harceler pour récupérer des photos. Si toutes ses infos n’arrivent toujours pas à te convaincre, je ne pourrai plus rien pour toi !

              Commentaire par mohacs — 6 octobre 2013 @ 09:37 | Réponse

        • Mais bien sûr et les infos de Pfister sont aussi fiables que sa bêtise ! Manifestement, tu n’es pas au courant qu’il existe des tas de patelins en dehors de ton pré carré issisois ! La France est plus vaste que tu ne le crois ! Et je te signale que c’est son amant, Cotté, qui est censé habiter Massy, pas moi !

          Commentaire par mohacs — 5 octobre 2013 @ 22:50 | Réponse

  3. Je « m’étonne du succès »… ? Où Lolita a-t-elle trouvé ça ? Bien incapable, la malheureuse, de citer ce petit mensonge. Depuis des années Guionnette est connue pour s’intéresser fortement aux bites de khazars (et collatéraux) rituellement coupées. Certains ont donné des explications d’une telle obsession chez Guionnet, moi pas…

    Et la Hongrie, de plus, se met maintenant à genoux devant précieuses mentulæ… un lien va arriver là-dessus…

    Commentaire par Dubreuil — 6 octobre 2013 @ 10:29 | Réponse

  4. Voici explicitement le lien où l’on voit que la Hongrie est totalement et rituellement empapaoutée

    http://www.hu-lala.org/2013/10/04/holocauste-la-hongrie-fait-un-mea-culpa-historique/

    Curieux que Guionnette n’en parle guère, sans doute trop occupée à enculer les mouches orthographiques des pauvres textes qu’il lui arrive de voir ?

    (T’as déjà envoyé ce papier, t’es plus dans l’coup papa. Revision a déjà jasé de la réunion du Congrès juif mondial à Budapest cet été, après avoir parcouru presses hongroise et juive. Mais ton cerveau est gruyère, pôvre Bouteille, NDLR.)

    Commentaire par Dubreuil — 6 octobre 2013 @ 10:35 | Réponse

  5. Tiens ! Autre chose, où l’on voit qu’en pays germanique, c’est quand même plus solide.

    Le révisionniste suisse Frank Brunner a enfin reçu le texte de ce qu’on appelle le jugement motivé, à la suite de sa condamnation, le 31 juillet 2013, à six mois de prison avec sursis. Rappelons que Frank Brunner a été incarcéré le 13 juin dernier puis remis en liberté le jour même de sa condamnation du 31 juillet. Il est bien décidé à faire appel. En attendant il vient de publier un article à l’adresse suivante :

    http://www.interet-general.info/spip.php?article18761&var_mode=calcul

    (La Suisse n’est pas pays germanique. Seule une partie du pays est alémanique, aussi peut-on jaser du Suisse allemand, comme Graf. En revanche, c’est insultant de traiter le Germain de bochie d’allemand. Heureusement qu’on a beaucoup d’autres possibilités. On peut l’appeler germain quand on est diplomate, mais ce n’est pas ton cas, Bouteille. Boche est plus populaire, mais université et nationaliste français font mine de ne pas comprendre. J’aime bien teuton, mais c’est mot historique impossible à employer constamment. Autres existent, comme frisé, schleu ou chleuh, ou encore doryphore, mais ils furent employés en temps révolus, en contextes particuliers. Aussi avons-nous le choix entre Germain et boche, occasionnellement teuton, boche pouvant donner bochine au féminin, mot rarement employé car fantaisiste. Il fut autrefois vivement apprécié par une linguiste germano-hongroise à l’université de Debrecen. Elle jasait aussi français et anglais, mais uniquement magyar en Hongrie, accessoirement germain, surtout avec idiots teutons. Nous étions sur même longueur d’onde, nous combattions domination du rosbif à Debreczen, vergne où calvinistes sont puissants. [Debreczen est ancienne écriture de Debrecen. Elle permet à tête noire de mieux comprendre qu’on dit Dèbrètzèn, bien qu’il soye impossible qu’elle pige que chaque son è est court ; avec accent tonique sur première syllabe, déclinant sur la deuxième, encore plus sur la troisième. Guionnet a raté sa carrière, il aurait dû enseigner hongrois au nul. Raison de la haine de Bouteille, archinul en hongrois, pour Guionnet], NDLR.)

    Commentaire par Dubreuil — 6 octobre 2013 @ 10:39 | Réponse

    • Guionnet est un vieux con, vieux, très vieux… Il parle comme les abrutis de 1912-1913 qui voulaient la guerre à tout prix et qui l’ont perdue très vite (obligés d’appeler les Amerloques à la rescousse ! obligés d’envahir la Ruhr en 23 pour y casser les pianos chez les ouvriers…), qui l’ont reperdue en juin 40, qui la reperdent à nouveau…

      D’autre part, que tu le veuilles ou non la Suisse est majoritairement allemande et tous ceux qui comme moi vont souvent en Suisse francophone remarquent très vite que ces Suisses-ci sont tout simplement des Allemands de langue française… propres, ordonnés, techniciens… Ça, ça fait vraiment chier Guionnette restée en 1913, qui n’ose pas voir que les Français (quand ils ne sont pas bougnoulisés) sont des sous-merdes bordéliques…

      J’aime bien Guionnette quand il écrit que je suis « archi-nul en hongrois » ! Je suis nul aussi en papou, en birman, en hittite… là vraiment nul… Tout ce que je connais de la Hongrie ce furent deux belles hongroises fort avenantes, à l’automne 98 ou 99, à Budapest, connues de moi par un franco-hongrois…

      Psychologue comme un nmanche de pioche, Guionnet parle de la haine de Bouteille. C’est quoi ce machin ? J’ai de la haine pour qui que ce soit ? je ne hais que les faussaires branleurs, j’aime assez les ivrognes, je leur envoie des bouquins volontiers, je leur donne des chiffres cohérents qu’ils sont obligés de reconnaître à contre-cœur…

      Ca, c’est Guionnet.

      (Comme d’hab’ j’ai corrigé tes fautes. Tu avais causé d’« hittite ancien », j’ai supprimé ancien. Il existe trois Suisses de langues distinctes, même si l’alémanique est patois majoritaire. Et alors, prétendrais-tu que germain est supérieur au françois ? C’est faux, car ça dépend d’usage qu’on en fait. T’as vu comment j’ai réhabilité Reinhardt ? alors que je ne suis pas boche. Mes ancêtres maternels bretoks ont difficilement appris français, puis je suis devenu partisan d’ancien et moyen françois. Syndrome de Stockholm, dis-tu, mais c’est plus compliqué. Puis tu feins d’être surpris quand j’évoque ta haine. Mais tu causes au nom de ton émotion, que tu crois légitime, comme toute femme, ou comme le juif. Hé ! Bouteille, réveille-toi, Guionnet se trouve en première ligne front de Seine. Il est sous le feu de l’ennemi, mais il tient, tandis que toi t’es peinard dans ta province. Forcément, tu finances LICRA, cette association de malfaiteurs, NDLR.)

      Commentaire par Dubreuil — 6 octobre 2013 @ 16:05 | Réponse

  6. Ah ! En passant voici une invitation à un colloque gratos
    http://www.newswire.ca/fr/story/1237045/le-canada-est-l-hote-d-une-importante-reunion-internationale-sur-l-education-la-memoire-et-la-recherche-au-sujet-de-l-holocauste

    Sissi pourrait-elle aller y semer la merde ?

    (Non mais, tu te fous de ma gueule ? Moi je combats à Issy, à Issy, à Issy, NDLR.)

    Commentaire par Dubreuil — 6 octobre 2013 @ 16:09 | Réponse

    • Dubrutus essaie, par tous les moyens que peut concevoir son imagination sournoise, de te détourner de ton objectif !

      Commentaire par mohacs — 6 octobre 2013 @ 17:20 | Réponse

    • « Quel travail fournit donc Guionnet depuis l’arrêt de Révision-papier ? » (Question d’un révisionniste français bien connu.)
      « Le problème de Guionnet, c’est qu’il ne sort pas d’Issy. » (Un autre révisionniste célèbre au top dans les années 80-90.)

      Et savez-vous que Sissi-Guionnette ne sait même pas qu’il y a en Suisse QUATRE langues officielles, et non pas trois… Toujours brouillé avec les chiffres, notre millionnaire…

      (La première est de Fofo. Toujours mauvaise langue, il parle du « travail » de Guionnet, mot que ce dernier n’aime pas, travail étant tiré de torture en français et en hongrois, mais passons. Considérons l’œuvre de Guionnet depuis petite huitaine de semaines. Il a empêché guerre à Syrie, ce que peu de gens le croyaient capable. Il a souligné les particularités de l’alévisme, comme seul un turkisant peut le faire. Nul en sarrazin, il a inventé chariatiste. D’abord spontanément, puis après avoir eu confirmation par un agent présumé du Shin Beth que charia s’écrit avec t final en arabe. Ne faisant pas confiance à son informateur, il a vite vérifié cette information auprès d’une bougnoule marocote. Israelowicz avait raison, et c’est parti pour chariatiste. À ce sujet, voyez document d’AQMI publié dans Libération, qui préconise de ne pas appliquer trop vite la chariat, mais de procéder par étapes, comme c’est le cas dans des zones « libérées » de Syrie. Revision a aussi démasqué Freya von Pfister. Bien sûr l’intéressé dit que la revue n’a rien découvert, que c’est un de ses « séides » qui a fait le boulot. Et encore, ce n’est pas vrai, puisque le cloporte a plagié une gonzesse. Toutefois, au moment où sites antisémitiques se cassent la gueule, il s’agit d’en récupérer éléments épars, même s’ils ne seront jamais fidèles à Revision. Mais tout le monde finit par s’habituer aux insultes de la revue, à commencer par les « p’tis fachos à la con ». Quant à Le Penette, elle n’est maintenant plus ni de droite ni de gauche ! Confirmation que socialisme national repart sur de bons rails, surtout si on lui ajoute quelques touches de gnose. Ah ! j’oubliais, il a fallu quelques jours pour que la revue découvrît grandes lignes d’action Reinhardt, qui abondent dans le sens du plan Orient. Mais la suite est prometteuse. Le succès holocaustique de Reinhardt tient en assez grande sur les « confessions » de Gerstein, qui mourut pas loin d’Issy. [De chez moi, je vais à pied à l’ancienne prison du Cherche-Midi en moins de deux heures.] Voilà quelle sera bientôt la suite. J’ai toujours dénoncé les anglicismes de Fofo et sa manie de parler langage des vainqueurs, ou prétendus tels. Je me disais que c’était dû à sa qualité de scotuche. Je dis bien qualité, car je préfère le scotuche à la plupart des rosbifs, jugement raciste ne tombant pas sous le coup de la loi, l’alliance franco-écossaise étant toujours en vigueur. Ce faisant, je négligeais son statut de fonctionnaire de l’État français, comme Theil, qui l’a poussé à écarter le rôle capital joué par la France en 1945 dans la construction holocaustique. Deuxième question, de Guillaume cette fois, que je croyais avoir disparu. Elle n’est pas vache. Guillaume joue au go. Il sait à quel point c’est capital d’assurer sa base de vie avant d’attaquer, même si le maître fait les deux à la fois. Voilà pourquoi je me suis longtemps retranché au fort d’Issy, maintenant en grande partie détruit. Aussi j’y ajoute le Chemin des Vignes, qui conduit sur la butte. J’ai autres trucs en réserve. Je pourrai parler de la Source, proche de chez moi, de préférence à l’ancienne maison-forte, que je déteste. J’éviterai en revanche de parler de la rue du Simetier, autrefois proche, où se trouve immeuble des impôts, cimetière et impôts faisant peur. Les dauphins du prince de Conty ou sa tour aux pigeons sont beaucoup plus attirants. Enfin Bouteille ouvre son bouchon. Comme souvent, Guionnet en est resté au dix-neuvième siècle. Il n’en a rien à foutre du « romanche » jasé en Suisse par 0,6 % de la population ! Et puis quoi encore ? Faudrait-il ajouter les 9 % de résidants causant autres langues, comme engluche, arabe, sous toutes ses variantes, etc. ? Comme à Paris, ville kataroise, chinetoque, etc. ? Tu ferois mieux, bande des trois, d’apprendre à jaser françois, même si tu auras du mal à prononcer ois comme le Québecois, NDLR.)

      Commentaire par Dubreuil — 8 octobre 2013 @ 12:57 | Réponse

  7. De Simon le Mage au bûcher de Montségur, l’un des traits marquants du gnosticisme, auquel on peut rattacher le manichéisme albigeois, sera l’ambivalence de tout comportement à l’égard de la chair : ascèse rigoureuse pour les Parfaits, la masse des Auditeurs assurant la survie de la communauté, ou, non moins rigoureuse libre fécondation en dehors des institutions des simoniens, destinée à lutter contre le désordre du monde, à entretenir le feu générateur, à rétablir le désir dans ses droits essentiels.
    De l’excommunication, l’emprisonnement contre la subversion religieuse, l’Église passa à des mesures de répression qui visèrent à l’anéantissement total de tous ceux qui refusèrent d’abjurer. Ainsi périrent en martyrs les Bogomiles de Bosnie et les rebelles de Dieu des Pyrénées et des Corbières.
    D’après Les Gnostiques de Jacques Lacarrière.

    Le monde se développe uniquement en fonction des hérésies, en fonction de ce qui rejette le présent, apparemment inébranlable et infaillible. Seuls les hérétiques découvrent des éléments nouveaux dans les sciences, l’art, la vie sociale. Seuls les hérétiques sont l’éternel ferment de la vie.
    E. Zamiatine, Nous autres.

    (Qualifier les cathares de gnostiques est abusif. À l’époque, l’Église combattait deux grandes hérésies, arienne et manichéenne. Lacarrière aura voulu étendre l’emprise gnostique en France, où elle fut toujours marginale, son foyer s’étant trouvé au Proche-Orient et en Afrique antiques. L’Égypte retient l’attention des chercheurs et éditeurs, mais la double croix nous vient du Proche-Orient, où le culte assyro-chaldéen, au nom frappant, a longtemps subsisté. En Europe occidentale, les traces de l’influence gnostique sont éparses. Des précurseurs du régime hitlérien passèrent pour gnostiques, même quand ils affichaient leur intérêt pour la mythologie païenne de jadis. D’ailleurs croix gammée vient de Susiane, au nord-est du golfe Persique, elle date vraisemblablement d’il y a moins de 6000 ans. Avec un peu d’imagination, on pourrait y voir double croix. Dès les premiers numéros de Revision, Bernard Cattiaux publia article gnostique, signe que la revue ne rejette pas la gnose. Mais elle se méfie de l’emprise de la Veuve, qui cherche à l’exploiter. Ce dont, j’en suis sûr, Lacarrière ne parle pas. Pourtant Veuve spéculatrice se prétend gnostique, comme certains rits païens interdits en France, qui continuent d’exister en Europe du Nord, gnose et paganisme pouvant s’accorder. Comme c’est le cas en Bretagne, région à la fois catholique romaine et païenne, les deux superstitions n’étant pas totalement étrangères. Merci Danny pour ta contribution, qui nous permet d’élargir notre champ de vision, NDLR.)

    Commentaire par Danny — 6 octobre 2013 @ 21:20 | Réponse

    • J’ai donné point de vue politique sur la question et Danny l’a abordée sous un angle plus religieux ! Nous sommes complémentaires ! J’incarne le sabre hordique et lui, son goupillon avec lequel il bénit notre combat sacré contre Moullande et sa clique judéo-maçonnique !

      Commentaire par mohacs — 7 octobre 2013 @ 17:09 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :