Alain Guionnet – Journal Revision

3 octobre 2013

ACTION FRITZ REINHARDT

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 10:44

Point de résumé du pavé de Jürgen Graf, Thomas Kues et Carlo Mattogno « Les “camps d’extermination” et l’Aktion Reinhardt », consultable en commentaire de « Succès boche », le texte complet nous ayant été communiqué par Israelowicz. Comme d’habitude, les auteurs adoptent langage holocaustique quand ils jasent de camps d’extermination. Ils entrent de plein fouet dans la polémique. Ils ne songent pas à dire sur quels documents repose l’action Reinhardt, car ils causent en initiés. En 2010, un universitaire ennemi estimait à une centaine le nombre d’auteurs révisos depuis la fin de la guerre. Mais la plupart sont morts ou ont laissé tomber. De telle sorte qu’il n’en resterait plus que trois ou quatre, faisant travail de recherche s’entend.

Graf confirme l’estimation d’une centaine d’auteurs révisos, ainsi implicitement que la seconde. Il pense à Faurisson, à lui et Mattogno, cela fait trois. Accessoirement à Kues, arrivé plus tard sur le théâtre, cela fait quatre. D’où crise de jalousie de Sissi. Furieuse, elle s’écrie : on commence par reproduire les documents sur lesquels repose l’action Reinhardt ! le mieux étant de le faire en annexe, comme Butz, en petits caractères. Surtout que le choix de la police par l’éditeur rosbif est bon : le New Times Roman.

Heureusement, Faurisson vient à notre secours, dans « Aktion Reinhardt », paru le 3 août 2009, papier auparavant inédit qu’il aurait écrit en 1986, où il donne précieuses informations. Les documents se trouvent dans la quarantaine de volumes in folio du TMI de Nuremberg. Le mieux est de les lire en germain et en français, accessoirement en anglais. Soit plusieurs mètres cubes de papier emplissant la moitié d’une pièce ! Ajoutez-y plusieurs livres, comme celui d’Hilberg, le plus illustre holocauseur, qui se trouve à la bibliothèque d’Issy, mais pas les autres ouvrages. Aussi Sissi est-elle kaputt.

Résumons, d’après Fofo, l’Action Reinhardt porterait sur quatre questions : – transfert de populations polonaise ou juive ; – utilisation de cette main-d’œuvre ; – exploitation des biens confisqués ; – collecte des valeurs dissimulées ou saisie d’immeubles. D’autre part, ces consignes émaneraient bien de Fritz Reinhardt, secrétaire d’État aux finances du Reich.

Sissi boit alors petit lait. Tout colle avec ce que raconte Götz Aly : argent et bien confisqués aux juifs auraient tout au plus assuré 5 % des finances du Reich, tandis que le ministère des finances aurait eu énorme autorité, y compris sur la SS.

Autre document intéressant cité par Faurisson : l’ordre du général de division SS Odilo Globocnik de 1943 disant qu’il fallait dresser inventaire des valeurs et bien saisis, en promettant aux gens spoliés future indemnisation après leur transplantation, dont le texte a disparu dans les versions française et anglaise du jugement du TMI. Pareil inventaire était indispensable au ministère des finances, plus que pour hypothétique indemnisation des victimes.

Mot à noter que transplantation, comme réimplantation, employé en dictionnaire de la Shoah. Juifkipédia est décevante en revanche sur l’action Reinhardt. Heureusement, elle est plus prolixe sur Fritz Reinhardt, né le 3 avril 1895, mort le 17 juin 1969. Habitant Riga, il fut déporté par les Russes en Sibérie avant d’être libéré en 1919. Il adhéra au parti hitlérien en 1924, ou 1926, et fut élu au Reichstag en 1930. Doué en économie politique, il renforça la crédibilité de son parti dans ce domaine. Reinhardt fut nommé en avril 1933 secrétaire d’État aux finances, en remplacement d’un homme d’origine juive. En appel, fin 1949, sa peine de 4 ans de travaux forcés fut réduite à 3 ans, tandis que sa détention préventive ne fut pas prise en compte. Cette relative indulgence pour un dirigeant du ministère des finances n’a rien d’étonnant. Même s’il aurait été à l’origine du massacre de deux ou trois millions de juifs selon les versions.

images-1

Tout le monde est au courant des grandes lignes du plan Orient. Y compris Israelowicz, dès son adolescence ! Mais peut-être pas Pfister, cet attardé du bocal. Quant aux révisos vieille école, à part se faire mousser, c’est des branleurs.

Côté holocauseur, Auschwitz fut cuit dans les années quatre-vingts. D’où son repli sur Belzec, Sobibor et Treblinka, et sur le plan qu’il prête à tort audit Reinhard. Accessoirement sur Chelmno et Lublin. Ce qui tombe bien, car Reinhardt officia à Lublin pendant la guerre. Puis, véritable identité de Reinhardt étant connue, même en France ! ainsi que ses motivations, nouveau repli. Cette fois en Russie, où juifs n’auraient plus été trucidés en chambres à gaz, mais par balles ! Ce qui est en partie vrai, mais pas ceux déportés en Russie pour motif racial. Ceux d’entre eux ayant été exécutés le furent par pendaison, comme partout ailleurs.

Deux grosses lacunes dans le pavé à paraître : il y manque les pièces du TMI de Nuremberg, au moins dans leur version boche, ainsi qu’illustrations, car certains plans et photos sont éloquents. En les voyant, vous vous passez de grands discours. Vous vous dites ah bon, c’est ça Sobibor ? Les révisos veille école n’ont toujours pas compris à quel point Protocole des sages de Sion est génial, quand il vante les mérites de l’enseignement par l’image de Léon Bourgeois.

Et on revient front de Seine, là où Protocole fut écrit. Pas celui de Wannsee, le vrai !

 DSC01745

Ach so, Sobibor! Illustration hocolaustique. Comme on dit : ce fut voie d’être sans destination, sorstatalanság, selon prix Nobel de littérature juif hongrois 2002 Imre Kertész, autrement dit Eméric Jardinier.

Encore une fois Alain Guionnet se tape le boulot, tandis que Germain et Magyar jettent sur lui regard hautain. Que voulez-vous ? Guionnet n’a pas choisi d’être con, il l’est depuis sa naissance.

7 octobre, 15 heures, c’est vrai, nous avons sombré dans la facilité en reproduisant précédente illustration, qui donne à penser que Revision verse en propagande anti-holocaustique. Même si elle est pas mal, avec son nuage qu’on peut s’imaginer formé de gaz mortel. Depuis lors, p’tits juifs se sont mobilisé. Voici plan qu’ils reproduisent  à présent en tête de gondole des illustrations de Sobibor :

Unknown

Devant ce document, nous pensons comme le Vallon : avec son petit nombre de bâtiments, il s’agit d’un camp de transit. On peut supposer que transport des déportés et bannis juifs par voie ferrée s’arrêtait là. Puis qu’ils poursuivaient leur chemin en camion, toujours plus à l’est. « Plan tiré sur la comète », dit le Flamand, qui déteste le Vallon. Pourtant Flamand, surtout quand il est rose, se dit que Vallon n’a pas toujours tort. Il arrive même qu’il adore secrètement écouter chansons de Jacques Brel. Confirmation qu’haines raciales existent entre Européens, mais qu’elles sont limitées, même si élus flamingos s’inspirent parfois de la charia pour exterminer le Vallon.

Conflit nous éloignant de Sobibor. Camp de transit ? C’est vraisemblable, même p’tit juif le confirme. Vue d’esprit de Revision ? C’est possible, la revue s’étant peu documentée sur Sobibor, tout en étant opposée aux thèses holocaustique et révisote vieille école. Jacques Moulin juge : « Sobibor est biberon d’Hilberg et de Fofo, ces crapules ! » Il y va fort. C’est vrai qu’Hilberg et Fofo sont crapuleux, mais Revision cherche à négocier. Par exemple, en jasant d’action Reinhardt et en reconnaissant l’autorité du ministère des finances du Troisième empire, ce que les antagonistes peuvent admettre.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :