Alain Guionnet – Journal Revision

29 septembre 2013

DE GAUCHE PROLÉTARIENNE À HORDE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 21:24

Intéressant reportage sur France 3, sur Gauche prolétariene d’autrefois et sa tentative de conquérir Renault-Billancourt. Parmi la vingtaine d’ouvriers maos, sur 20 000 travailleurs, il y avait quelques vrais ouvriers. Ils étaient moins nombreux que ceux du syndicat socialiste national, dit national-socialiste. Forcément, Renault était régie nationale, où syndicat socialiste national était toléré, sans qu’il y eut accrochages entre cocos et SN, l’ouvrier étant plus libéral que l’intello. Parfois ouvriers SN soutenaient action des cocos, parfois non. Page d’histoire souvent oubliée.

Maos étaient tenus pour pitres par l’État, qui les autorisait à faire prendre le métro aux ouvriers sans payer. Comme à se pointer devant les grilles de l’usine et à distribuer leur propagande. Mais un jour de 1972, anniversaire de la manifestation de Charonne, pendant laquelle centaines de musulmans, surtout algériens, furent tués par la police, fils à papa de GP montèrent gros coup. Ils prévirent distribution de feuilles et bombages devant l’usine, puis entrée en force de quinze hommes armés de manche de pioche. Qui a décidé de l’opération ? Nous ne savons pas, mais son chef était Benny Lévy. C’est lui qui a donné signal à la troupe d’entrer dans l’usine. Alors Pierre Overney fut abattu par gardien armé d’un flingue, qui lui tira balle dans le cœur.

Photos furent prises, où il apparaît que Tramoni n’était pas en état de légitime défense. GP les trafiqua, et très vite voix discordantes s’élevèrent au sein du groupe. Non, GP ne saurait exploiter outrancièrement la mort d’un de ses militants. Deux jours plus tard, obsèques et manif’ à Paris de 200 000 personnes, dont jeune con Alain Guionnet, pourtant hostile au gauchisme.

Tramoni, condamné à 4 ans de prison, fut tué peu après sa sortie par les NAPAP (Noyaux armés prolétariens). L’auteur du crime ne fut pas identifié, conformément à la volonté du gouvernement. Plus tard, quand les gueuses d’Action directe assassinèrent Georges Besse à Montpar’, elles l’auraient fait au nom d’Overney. Plus tard encore, Lévy, ayant fait son alyah en Israël, fut peut-être assassiné par le Mossad. Nous ne savons pas, mais Lévy se serait suicidé au moment où son agence de presse francophone avait de plus en plus de succès. Et voyez ce que Guysen est devenue. Reprise en main par Yisraêl, sa chaîne de télé vient d’être supprimée, tandis qu’elle ne publie plus de dépêches, elle communique uniquement articles de presse judéo-française.

Comme quoi l’israéloque craint le français, langue plus tordue à ses yeux que l’engluche, qu’il s’imagine manipuler. Et c’est vrai, opposition ouverte à guerre en Syrie est apparue plus vite et plus forte en France qu’en Amérique. Quand l’amerloque, timide, s’interrogeait sur le bien-fondé de l’action, le François construisait gibet pour Hollande. Avant de se raviser, en se disant que sa place est en asile d’aliénés.

Bref, horde est plus forte. Elle a toujours honni Gauche prolétarienne, à laquelle elle a survécu, comme à Guysen. Amoureuse de la magie, elle propose mélange d’ultragauche et d’ultradroite, en haïssant démocrate et veuvard.

Le titre peut être trompeur, car il n’y a pas filiation de horde avec GP. Simplement Issy se trouve à mi-chemin entre Renault-Billancourt et Montparnasse, à point-clé d’histoire de France. Elle fut soumise aux deux influences. Il y a d’ailleurs peu de villes plus en pointe en matière de postmodernité. Aussi, quand Issy soutient qu’il y a avantages à saisir en alliance ultragauche-ultradroite, c’est sérieux, Ernst ou komoly.

2 commentaires »

  1. C’est le 10° qui te rend nostalgique ma Sissi ? On dirait les mémoires du juif Daniel Bensaïd !

    (Qu’on me traite de « juif manqué », comme Israelowicz, passe encore, surtout qu’il en a le droit. Je préférasse juif hongrois manqué, ce qui demande niveau d’initiation supérieur. Mais de juif arabe ? Quelle horreur ! Trotskard qui plus est. Insulte sortie de ta boche, Freya von Pfister. T’as entendu parler du sabre, mot prétendument d’origine hongroise ? Je l’utilise pour le champagne, mais je peux faire exception. Ensuite tu nous foutras la paix avec tes histoires de cul. J’ai craqué sur Renault-Billancourt, car son histoire est liée à celle d’Issy, ville où implantations gauchiste et révisote furent incroyablement élevées. J’ai craqué sur Montpar’, quartier bretok, où j’ai fréquenté la terroriste Joëlle Aubron qui couchait avec un pote alsaco bretokant. Qualité des documentaires télévisés s’améliore, comme celle des livres parus en 1913 et 1939, avant la Drôle de guerre. Spontanément j’écrirais drôle de guerre, mais j’essaye de me mettre à la portée du moussaillon. T’es attiré par langues étrangères, bien. Sauf l’engluche, très bien. Mais c’est facile de me renvoyer à la boutanche, au gros rouge du pauvre que je suis. Et puis, qui ne dit mot consent ou avoue, c’est bien toi sur la photo. Aussi en appelé-je au hordard sachant accéder aux logiciels de vieillissement des gens, pour savoir comment est ta gueule maintenant, car le tranchant de ma lame ne veut pas se tromper, NDLR.)

    Commentaire par BobGratton — 30 septembre 2013 @ 10:03 | Réponse

    • Ok, va pour juif hongrois manqué ! Oserais-je juif mohacsois manqué ? Bien sûr que Freya est Luc. Sinon pourquoi t’aurait-il traité de juif sarrasin, la pire des insultes à tes yeux ? Il se venge comme il peut !

      Commentaire par Israelowicz — 30 septembre 2013 @ 17:04 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :