Alain Guionnet – Journal Revision

23 septembre 2013

SZÉKELY VAGYOK ÉN

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 21:59

Il faut avoir courage pour le dire : Oui, je suis séqueil, sous-entendu j’emmerde le Magyar de la plaine. Ainsi Revision appararaît sous son vrai visage. Elle n’en a rien à foutre du Magyar, elle adore seulement le Séqueil. D’une cruauté sans bornes, Revision occira tout contradicteur. Dans son combat désespéré au fort d’Issy, elle ne fut jamais sérieusement alliée au Magyar, mais au Séqueil, son ami de toujours.

Qui voudra comprendra.

Guionnet aurait pu se dire séqueillois (székelyi), mais il n’est pas allé jusque là, car c’est faux. « Soyes modeste », lui conseillent ses amis. Ils ont raison.

Commentaires d’Israelowicz et réponses de la rédaction valent le détour. Quelle est la part de légende du honfoglalás ? Question enfin posée. Une des clés du problème se trouve en Terre-séqueille, même si nous ignorons la réponse. Horde, y compris son auxiliaire, enquête à ce sujet.

Phénomène amusant : aucune visite du site de Hongrie depuis longtemps. Complot de WordPress ou de Viktor Orbán ? L’ennemi nous accuse de voir complot partout…

Israël ferait fort en revanche, en deuxième position après France, hui 25 septembre, avec 6 visites ! Moment d’affrontement approche entre prépucé et déprépucé. « Tu veux du ticoun ? dira le prépucé, on va t’en mettre plein la gueule ! »

Son arme : nuance lui est totalement étrangère.

19 commentaires »

  1. 2 millions de Magyars vivent en Transylvanie, notamment dans les deux départements du Pays-séqueil, dit sicule.

    (Sicule est imposture latine. Plus de deux millions de Magyars vivant en Transylvanie ne sont pas séqueils, mais le Séqueil jase magyar que j’adore, je le comprends facilement. Dans la tranchée, quand je demande à mon voisin séqueil de me passer le sel, pas de problème, je le reçois aussitôt. Le Séqueil est excellent soldat, tandis que le Français est objet de beaucoup de critiques justifiées. Mais ce n’est pas à nous de rafaire l’histoire, seulement de la faire, NDLR.)

    Commentaire par mohacs — 23 septembre 2013 @ 22:32 | Réponse

    • Un nouveau Vlad Tepes finira bien par émerger. Gare !

      Commentaire par Shol'va — 24 septembre 2013 @ 02:59 | Réponse

    • Où ai-je dit que c’étaient des Séqueils ? Ils vivent en Pays-séqueil, comme les Maghrébins peuvent vivre en France, sans pour autant être vrais François.

      (Erreur, les Séqueils vivent en Terre-Séqueille depuis très longtemps. Importante nuance, que nous observons sans la bien comprendre. Ensuite tu es comme Kertész, tu ramènes tout à toi. Les deux millions de Magyars de Transylvanie ne sont bien sûr pas séqueils. Ce n’est pas à toi que je me suis adressé, mais à tête noire, car tu es faire-valoir. Tu as fauté en parlant de Pays-séqueil, je te corrige, tête noire devrait être contente, NDLR.)

      Commentaire par mohacs — 24 septembre 2013 @ 09:38 | Réponse

  2. Pourtant, je n’ai fait que reprendre une de tes expressions d’un ancien billet (août 2010). Tu y évoquais les Magyars du Pays-séqueil.

    (Je corrige tout de suite. J’ai fauté par souci de vulgarisation. Pays-séqueil m’a paru plus simple à comprendre pour un Français que Terre-séqueille, mais j’ai eu tort, car je ne peux pas dénoncer les méfaits de la propagande, tout en en faisant. Tu parles du papier du 19 août 2010 ? Je n’y ai pas trouvé Pays-séqueil, pas plus que Recherche, NDLR.)

    Commentaire par mohacs — 24 septembre 2013 @ 11:03 | Réponse

    • Tu reprends cette expression en réponse au commentaire de SCHMOCK Herrmann à l’article intitulé « MÓNUS SE DÉCHAÎNE ! » du lundi 18 avril 2011.

      (T’es vraiment fouille-merde. J’ai parlé à tort ou à raison de Pays-séqueil en réponse à un commentaire d’Avraham Malthête dit Herrmann Schmock. Tactique ayant merveilleusement marché avec Bouteille, ravi de me corriger pour Conte et Trêve, avant de se mettre à table. En revanche Malthête n’a pas réagi, peut-être parce qu’il n’a pas vu le piège, ne sachant pas qu’on parle de föld en hongrois. Tu as fait d’une pierre deux coups. Tu as communiqué secret défense à l’ennemi et m’as poussé à révéler une ruse de guerre de Revision. Bien joué, Israelowicz. Résultat, double corvée des chiottes pour toi hui, celle des hommes et celles des femmes. J’espère que tu découvriras ainsi la splendeur d’une serviette hygiénique usagée, NDLR.)

      Commentaire par mohacs — 24 septembre 2013 @ 13:13 | Réponse

      • La colonisation magyare du Székelyföld visait à défendre le Royaume de Hongrie contre les agressions sur ses frontières orientales.

        (Tu n’y es pas du tout, à croire que tu le fais exprès. Les Séqueils sont établis dans les Carpates depuis très longtemps. Il vivaient là avant la conquête d’Árpád, vers 895. Puis ils formèrent troupe d’élite de l’armée hongroise, dont ils étaient tantôt avant-garde, tantôt arrière-garde. Aucun sultan n’a osé les attaquer. En revanche, les Turcs vainquirent l’armée hongroise à Mohács à cause de leur artillerie, dit-on parfois, mais aussi de la trahison d’une partie des nobles sensibles aux intrigues de la France, qui voulait affaiblir les Habsbourgs. Ce en quoi elle a réussi, car sans soldats hongrois, l’armée autrichienne perd beaucoup de sa valeur. Voyes les difficultés que les ostraks ont eues pour défendre Vienne à plusieurs reprises. Mais tu cherches peut-être à me détourner de Kertész, qui se trouve toujours sur le feu. Hélas ! il est loin d’être cuit, NDLR.)

        Commentaire par mohacs — 24 septembre 2013 @ 13:40 | Réponse

        • Le fait est que la honfoglalás ne fait nulle part mention des Sicules !

          (Que sais-tu du honfoglalás ? N’importe comment il est douteux. De quelle version parles-tu ? Les Séqueils n’ont peut-être jamais bougé depuis le temps d’Hérodote, quand la majeure partie du bassin des Carpates était peuplée de Skuthes. Surtout que les éleveurs montagnards sont résistants, redoutables guerriers. Ne cherche pas les Sicules dans la conquête d’Árpád, car ils sont épine dans le pied de la légende. Sur laquelle je ne me prononce pas, dans mon ignorance. Fouilles archéologiques sont conseillées, mais comment savoir quelle langue jasoient habitants d’une région il y a deux mille ans ? Il y a bien écriture runique magyare, mais nous ne disposons que de peu de fragments. Si, en Terre-séqueille, nous découvrions textes runiques magyars datables de 2000 ans ou plus, nous toucherions le pompon. Mais il ne faut pas rêver. Un instant, je pose la question à mon copain séqueil, le feu de l’ennemi s’étant calmé. Il me répond : « Tu as raison, faut pas rêver », NDLR.)

          Commentaire par mohacs — 24 septembre 2013 @ 14:37 | Réponse

          • La honfoglalás raconte l’invasion du bassin des Carpates par les Hongrois au tournant du IX et Xème siècles. Les Hongrois quittèrent l’Etelköz sous la pression conjointe des Bulgares et des Petchenègues pour la plaine pannonienne ! Pour répondre à ta question relative à la version considérée, je fais évidemment davantage confiance aux sources byzantines qu’à la Gesta Hungarorum, moins fiable et, surtout, plus tardive.

            Pour résumer, Byzance avait demandé aux Magyars de battre leurs ennemis bulgares. Ce qu’ils firent ! Pour se venger, ces derniers nouèrent alliance avec les Petchenègues, peuple voisin des Magyars, qui les chassèrent de leurs terres pontiques.

            Pour ce qui est des Sicules, il en est fait mention dans des lettres du Diocèse de Milkóvia (rédigées entre 1096 et 1228). Elles signalent leur présence en Transylvanie occidentale dès la fin du XIe siècle de notre ère.

            (Bonne réponse, j’imagine que l’état-major du Shin Beth s’est mobilisé sur cette question. J’adore Etelköz, qui excite mon imagination. Je ne connais pas l’affaire bulgare, qui me semble étrange, mais pourquoi pas ? La présence des Séqueils est de longtemps antérieure au onzième siècle, suffit de lire historiens hongrois contemporains, dont l’un d’eux, dont je ne me souviens pas du nom, oubli facilement réparable, habitait pas loin de gare de l’Ouest, à Pest. Idiot, comme je suis depuis toujours, j’ai voulu jaser avec lui magyar, car il ne parlait pas françois, surtout pas rosbif ou boche. J’avais tort, car je n’ai pas compris grand chose à ce qu’il disait. Mais il était d’origine transylvaine, peut-être séqueille. À défaut de comprendre ses mots, j’avais impression de saisir ses pensées. N’importe comment, histoire des Séqueils est en grande partie inconnue. Mais j’y suis, il s’appelle Gyula Laszló, certains de ses ouvrages sont disponibles en français. Ladislas est ou était chic type. Cela dit, c’est bien que tu jappes des terres pontiques, NDLR.)

            Commentaire par mohacs — 24 septembre 2013 @ 17:32 | Réponse

            • Je n’ai pas besoin de ton Shin Beth. J’ai un cerveau et je sais m’en servir !

              (Tu parles, mais d’où sors-tu toutes tes fables ? Je sais, Israël est petit pays. Il ne dispose pas d’expert en françois et magyar, outre en argot, ayant notions d’ancien et moyen françois, ainsi que d’ancien magyar. Rassure-toi, DCRI non plus. Ça me fait plaisir de me taper Shin Beth, entre ennemis on se comprend, NDLR.)

              Commentaire par mohacs — 24 septembre 2013 @ 18:45 | Réponse

              • Je suis sincèrement désolé d’être cultivé. Je ne pensais pas que cela pouvait te rendre aussi parano. Ces derniers temps, tu n’as pas cessé d’applaudir à mes prétendues fables. Le fait est que je ne compte plus les bravos ! N’est-ce pas la preuve qu’ils renferment, malgré tout ce que tu peux en dire, un fond de vérité ?

                (Ton fond de vérité se trouve au fond du puits. Je n’ai jamais songé qu’à t’exploiter. Moi parano’ ? Tu m’as vu dans ma tranchée, au fort d’Issy ? Demande leur avis à l’ultragaucho et à l’ultradroito, même à Faurisson, ils diront tous Guionnet courageux. Ce qui dérange tout le monde. Tu bosses pour le Shin Beth, cela me semble de plus en plus clair, mais peut-être me trompé-je. Nem tudok, comme on dit en langue argotique que tu apprends difficilement, NDLR.)

                Commentaire par Israelowicz — 24 septembre 2013 @ 21:00 | Réponse

                • Tu es clair tout en envisageant la possibilité que tu peux te tromper. Ça me rappelle Pays-séqueil ! Et je n’ai jamais douté de ton courage, même si invoquer Faurisson pour consolider la haute opinion que tu as de toi me fait doucement rire, étant donné le torrent de critiques, à la limite de la diffamation, dont tu l’as abreuvé récemment ! Personnellement, je me fous de ta langue argotique. Ce qui m’intéresse, c’est le fond ! Si tu étais aussi courageux que tu le prétends, tu ne censurerais pas ce dernier commentaire.

                  (Tu vois, je laisse passer tes merdouilles, NDLR.)

                  Commentaire par Israelowicz — 24 septembre 2013 @ 21:39 | Réponse

      • Bien que chassé d’ici comme un vulgaire manant par le maître des lieux, j’occupe toujours son esprit ; contrairement à ce qu’il prétend savoir sur moi et mon rapport au hongrois et particulièrement au « Székelyföld », le Maître de ma jeunesse, secrétaire général de la synagogue Rachi à Paris (rue Ambroise Thomas) était originaire de Transylvanie, et plus exactement d’Ujváros, aujourd’hui Orașul-Nou en roumain. C’était donc en plein territoire Székely. Cette synagogue a été fondée et bâtie dans l’entre-deux-guerres par des Juifs originaires de la région et résidant à Paris, principalement dans 9e et le 10e arrondissement. C’est la source de mon hongrois.

        P.S. : si je n’ai pas réagi à l’époque, c’est que cela n’en valait pas la peine. Guionnet continue à voir des complots partout.

        (Manant, c’est Israelowcz qui a parlé de toi. Je vois en ce message sorte de droit de réponse, raison pour laquelle je le publie. Mais tu es toujours banni. À noter accessoirement le rayonnement du judaïsme et qu’après avoir été magyarisé le juif en conserve des traces parfois profondes. Forcément, il a appris à penser dans une langue où ordre des mots est différent des langues aryennes, même si hollandois a le plus de points communs avec le hongrois au plan grammatical, NDLR.)

        Commentaire par TammKoat — 25 septembre 2013 @ 14:26 | Réponse

        • Où est droit de réponse ? Il ne me cite même pas, ni ne fait allusion à moi ou à mes propos. T’aimes bien les querelles, Jacquot !

          (Le manant bénéficie du droit de réponse à Revision. Comme toujours, tu ramènes tout à toi, façon Kertész. Et puis, le gueux donne indications sur toile d’araignée juive. Tu le savais, toi, que juifs hongrois établis à Paris avaient financé la construction d’une synagogue en Terre-séqueille ? Moi pas. Toute information est bonne à prendre quand elle est fiable, ce qui me semble le cas. J’ai jeté coup d’œil sur bobards de Juifkipédia à Székelyföld. Bien sûr, Terre du siège ou du siègeois, ou encore de l’assiégé, vient à l’esprit, mais ce n’est pas sûr. Supposons, par extraordinaire, que ce soit vrai, Terre-séqueille pourrait signifier que cette région aurait été bastion skuthique ayant résisté aux invasions aryennes, puis turkes. Thèse qui me séduit, que l’équipe est prête à avaler cul-sec. Sauf qu’elle repose sur hypothèse, mais c’est idée à retenir. Je te quitte. En ce moment obus pleuvent, je n’ai pas le temps de demander à mon pote son avis, NDLR.)

          Commentaire par Israelowicz — 25 septembre 2013 @ 16:10 | Réponse

          • Non, je ne le savais pas, mais tu te doutais bien qu’il y a des juifs en Terre-séqueille ! Mais j’ai moi-même évoqué cette hypothèse de Terre de siège, en précisant qu’elle avait pour objectif premier de protéger frontière orientale du Royaume de Hongrie. Pour en revenir à allégation de Tammkoat sur le financement de la synagogue de Paris par des Juifs de Séqueil, rien ne permet de l’affirmer en l’absence de preuve. On peut faire dire n’importe quoi à n’importe qui, surtout s’il n’est plus là pour confirmer ou infirmer la chose. Tu m’as l’air bien naïf à vouloir gober sans vérifier divagations de TammKoat, Ississois ! Est-ce de la culpabilité ?

            (« Est-ce de la culpabilité ? » est question typiquement juive. Comme si le supposé chrétien que je suis peu, ou pas du tout, souffrait d’un quelconque complexe de culpabilité vis-à-vis du juif, mais tu as vu que je n’hésiterai pas à faire avaler son ticoun au juif ! Selon Malthête, juifs ont prospéré en Terre-séqueille pendant l’entre-deux-guerres, sous administration valaque, comme Élie Wiesel. Ujváros signifie Nouvelle ville, il y en a une autre en actuelle Hongrie. Arrivée de juifs du Yiddischland en Terre-séqueille est sans doute antérieure à la première guerre mondiale, mais elle fut accentuée sous le régime valaque. Tu écris mal, comme souvent. Je ne t’ai pas corrigé, mais « Juifs de Séqueil » ne colle pas, tu aurais dû parler des juifs de Séqueillie, surtout que comme ça on ne s’emmerde pas avec l’histoire de terre ou de pays. Je jaserai désormais de Séqueillie. Puis tu écris Juif, comme souvent le juif et dans le dernier bouquin attribué à Graf, mais je serai jusqu’à ma mort partisan de causer du juif, comme du tzigane. Et tu prétends me déchirer le prépuce en jactant de l’Ississois, comme Bouteille, alors que tu sais que l’Ississois n’existe pas. Mais tu détestes Lancelot et les jansénistes, contrairement à moi. Et l’Issisois t’emmerde, car il cause du Kosovo et de Lysenko, il a raison. N’oublie pas, ticouniste, que ton messie n’est pas forcément juif. Il peut être stupide goy, comme moi, bien que j’aye impression d’avoir passé l’âge, NDLR.)

            Commentaire par Israelowicz — 25 septembre 2013 @ 17:33 | Réponse

            • Comme à ton habitude, tu interprètes mes propos sous le prisme du juif manqué que tu es. Le mot « culpabilité » est françois, que je sache, pas yid !

              (Vai fuori! NDLR.)

              Commentaire par Israelowicz — 25 septembre 2013 @ 19:04 | Réponse

              • Io vado!

                (Mortacci, figlio della Minolta! mais trêve de balivernes. Tu as eu tort de me traiter de « juif manqué », du coup j’explose Israël, NDLR.)

                Commentaire par Israelowicz — 25 septembre 2013 @ 19:44 | Réponse

                • Tu vois maintenant ce que ça fait d’être traité de juif ! Tant mieux si cela te pousse à exploser Israël. Je ne peux que m’en réjouir !

                  Commentaire par Israelowicz — 25 septembre 2013 @ 21:15 | Réponse

  3. Arrêtez de divaguer, voilà du solide :

    http://www.assawra.info/spip.php?article4645

    (Du solide ? C’est un peu différent de ce qu’on entend en boucle dans les médias, encore que ce papier soit rédigé d’après les nouvelles des agences de presse. Et puis, cette affaire ne fait que commencer. Je préfère ne pas trop penser aux suites possibles. Il y avait avant un pays révisionniste selon Igounet, l’Iran, ce qui était faux. Mais s’il n’y en a plus un seul, les négateurs d’holocauste sont mal partis. À moins qu’ils dénoncent l’industrie politico-financière d’holocauste. Elle fut longtemps juive, mais Kertész nous apprend qu’il existe aussi industrie germanique d’holocauste. Quand je soutiens que le juif hongrois est malin et gonflé, je n’ai pas impression de divaguer, NDLR.)

    Commentaire par Dubreuil — 25 septembre 2013 @ 13:30 | Réponse

    • Tu vouvoies Aigle Noir maintenant ? De l’article que tu as proposé, je ne retiens qu’un fait : les propos du vice-ministre des Affaires étrangères, Zeev Elkin : « …Il suffit de reconnaître que la Shoah a eu lieu pour passer pour un homme éclairé, cultivé et positif. » Les révisos seraient donc des ignares à l’esprit étroit ! Quand on sait que Rohani a été très critique à l’égard de la répression des manifestations anti-Ahmadinejad à l’occasion de sa réélection en 2009, on peut comprendre qu’il se fasse un point d’honneur de prendre le contre-pied de la politique suivie par ce dernier !

      Commentaire par Israelowicz — 25 septembre 2013 @ 14:54 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :